Les trois questions sur la généalogie les plus courantes

Au comptoir de généalogie de Bibliothèque et Archives Canada, nous recevons de nombreuses questions intéressantes de la part de nos clients. Voici les trois questions les plus courantes :

Question 1.Mon grand-père est arrivé au Canada entre 1905 et 1914. Comment faire pour trouver l’information le concernant dans la liste de passagers?

D’abord, lancez une recherche à l’aide de son nom dans l’un des index disponibles en ligne. Si la première recherche est infructueuse, essayez d’autres orthographes et des variations de la date de naissance.

Si cette démarche demeure vaine, il existe d’autres documents indiquant l’année de l’immigration. Consultez alors les recensements ou les registres nationaux de 1940. Si vous connaissez le nom de la ville où votre ancêtre s’est établi, vous pourriez réduire le champ des recherches pour ce qui est de l’année de l’immigration en vérifiant l’année où son nom apparaît dans l’annuaire de la ville.

Vous pouvez aussi chercher le nom d’autres membres de la famille qui sont venus au Canada avec lui. Peut-être qu’il sera plus facile de trouver dans les listes de passagers le nom de l’épouse, « Alphonsine Simard », que le nom du grand-père, « Jean Simard» (les noms ne sont donnés qu’à titre d’exemple).

Question 2. Ma mère m’a déjà dit que notre lignée comportait des ancêtres autochtones. Que faire pour le démontrer?

Dressez votre arbre généalogique. Pour le moment, ne vous concentrez pas trop sur votre ancêtre autochtone. Examinez avec attention l’information contenue dans les recensements, plus particulièrement celui de 1901.

Tous les recensements indiqueront le lieu où votre ancêtre résidait, comme une municipalité, un village, une grande ville ou une réserve indienne fédérale. Dans certains recensements, on retrouve l’origine ethnique, comme Français, Irlandais, Indien, « métis », « métis écossais », Algonquin ou Mohawk. Il y a aussi parfois une liste de couleurs (« W » pour Blanc et « R » pour Rouge) et la langue première ou la langue maternelle, ce qui peut vous aider dans vos recherches.

Bon nombre de ces termes sont maintenant considérés comme offensants et ne sont plus en usage aujourd’hui. Ne vous limitez pas à la terminologie moderne, ne vous en tenez pas qu’aux termes contemporains, il se pourrait que l’on ait attribué à votre ancêtre différentes étiquettes selon la période, le lieu et les circonstances.

Question 3. Mon grand-père a servi durant la Seconde Guerre mondiale, mais il n’en a jamais parlé. Que dois-je faire pour découvrir ce qu’il a fait?

En guise de première étape pour connaître les détails sur l’expérience de guerre de votre grand-père, présentez une demande au service des dossiers du personnel afin d’obtenir des renseignements tirés de son dossier en remplissant notre formulaire de demande de renseignements militaires. Une fois que vous aurez reçu l’information disponible dans son dossier militaire de la Seconde Guerre mondiale, vous pourrez poursuivre votre recherche auprès des musées régimentaires et en lisant les historiques de régiments publiés (dont certains sont disponibles dans la collection de notre bibliothèque).

Si vous désirez nous poser une question, passez-nous voir au comptoir de généalogie au 395, rue Wellington, à Ottawa, ou envoyez-nous une demande en cliquant ici : formulaire de demande d’aide aux fins de recherches généalogiques.

Un visage, un nom voit plus grand!

Le projet Un visage, un nom a vu le jour au début de 2002, quand Bibliothèque et Archives Canada s’est associé au programme de formation Nunavut Sivuniksavut et au ministère de la Culture, de la Langue, des Aînés et de la Jeunesse du gouvernement du Nunavut. Son but? Numériser des photos d’Inuits conservées par Bibliothèque et Archives Canada pour tenter d’identifier les personnes sur ces clichés. (Les photos ont été prises sur le territoire du Nunavut actuel.) On croyait alors que le projet durerait une année. C’était sans compter son succès auprès du public!

Pour souligner en juin le Mois national de l’histoire autochtone, Bibliothèque et Archives Canada est heureux d’annoncer le lancement du nouveau site Un visage, un nom. En plus des communautés du Nunavut, ce projet élargi englobe maintenant les Inuits d’Inuvialuit, dans les Territoires-du-Nord-Ouest; ceux du Nunavik, dans le nord du Québec; et ceux du Nunatsiavut, au Labrador; s’y ajoutent aussi les Premières Nations et les Métis du reste du Canada. Du contenu tout neuf sera versé sur le nouveau site; quant au projet original Un visage, un nom, il demeurera tel quel sur le Web.

Le projet Un visage, un nom : 2002-2012 a commencé par la numérisation d’environ 500 photos du fonds Richard Harrington. Depuis, Bibliothèque et Archives Canada a numérisé environ 8 000 photos provenant de divers ministères et de collections privées. Grâce à l’enthousiasme et au soutien des chercheurs inuits et non inuits, près du quart des personnes, des activités et des événements représentés sur les photos ont pu être identifiés. Toute l’information recueillie a été ajoutée à la base de données du projet.

Au fil des ans, Bibliothèque et Archives Canada a reçu plusieurs photos et entendu de touchants récits de personnes qui ont pu renouer avec leur famille et leurs amis grâce à Un visage, un nom. Par exemple, Mona Tigitkok, une aînée de Kugluktuk, s’est reconnue sur un portrait de jeunesse alors qu’elle assistait, à l’hiver 2011, à une rencontre de la Société patrimoniale Kitikmeot (site en anglais). La Société avait organisé plusieurs de ces rencontres, où l’on présentait des photos de personnes non identifiées.

Photographie en couleur prise dans une salle communautaire à Kugluktuk, au Nunavut, en février 2011. On y voit une femme âgée inuite, vêtue d’un long parka à motif floral bordé de fourrure; elle se tient devant une toile où est projetée une diapositive d’elle-même quand elle était jeune femme.

Mona Tigitkok devant une photo d’elle-même prise plus de 50 ans auparavant (Kugluktuk, Nunavut, février 2011). Crédit : Société patrimoniale Kitikmeot

Pour l’auteure et historienne Deborah Kigjugalik Webster, Un visage, un nom a été utile tant sur le plan personnel que professionnel. Elle raconte :

Je travaille dans le domaine de l’histoire et du patrimoine inuits, et c’est comme ça que j’ai découvert le projet Un visage, un nom il y a quelques années. Mais le projet a aussi une signification personnelle pour moi. En faisant une recherche dans la base de données, j’ai découvert des photos de parents et de gens de ma communauté.

Les photographes d’autrefois n’identifiaient pas souvent les gens qu’ils prenaient en photo. Ils se contentaient d’indiquer « groupe d’Esquimaux » ou « femmes autochtones », par exemple. Un après-midi où je prenais le thé avec ma mère, Sally Qimmiu’naaq Webster, je lui ai montré des photos dans la base de données d’Un visage, un nom. Ensemble, nous avons pu identifier quelques visages de notre communauté de Baker Lake (Qamanittuaq). Quelle satisfaction! En redonnant leurs noms à ces personnes, réduites à l’anonymat dans les légendes des photographes, nous nous réapproprions notre histoire et notre patrimoine. 

Photographie d’une jeune femme inuite vêtue d’un col roulé et regardant vers le bas, Baker Lake (Qamanittuaq), Nunavut, 1969

Photo de feu Betty Natsialuk Hughson (identifiée par sa parente Sally Qimmiu’naaq Webster), prise à Baker Lake (Qamanittuaq), Nunavut, 1969 (MIKAN 4203863)

Avec Un visage, un nom, on peut bien sûr identifier des gens sur des photos, mais aussi ajouter ou corriger de l’information dans la base de données, comme corriger l’orthographe d’un nom. On n’a qu’à utiliser le formulaire en ligne. Ça vaut vraiment la peine d’aller voir les photos dans la base de données, surtout avec un aîné : ça débouche toujours sur des conversations intéressantes.

Au travail, je m’occupe d’une page Facebook qui s’appelle Inuit RCMP Special Constables from Nunavut [en anglais seulement]. On y rend hommage à nos gendarmes spéciaux inuits de la Gendarmerie royale du Canada. L’année dernière, j’y ai publié un portrait de Jimmy Gibbons, pris à Arviat en 1946. Je l’avais trouvé dans la base de données d’Un visage, un nom. Le gendarme spécial Gibbons était un homme remarquable. Il s’est joint à la GRC en 1936 et a pris sa retraite en 1965. Plusieurs personnes ont « aimé », partagé et commenté sa photo, dont certains de ses descendants : fils, neveux, petits-fils. Des gens ont tout simplement écrit « Merci ». Shelley Ann Voisey Atatsiaq a fièrement commenté : « Pas étonnant que j’aie déjà écrit à quel point je respecte la GRC : j’ai du sang de la GRC qui coule dans mes veines! Merci d’avoir partagé cette photo avec nous! »

Photographie noir et blanc prise de près d’un homme Inuit portant un veston et une cravate debout à l’extérieur.

Jimmy Gibbons, Gendarme spéciale de la Gendarmerie royale du Canada, Arviat (Nunavut), 1 août 1946 (MIKAN 4805042)

Envie d’en savoir plus sur le projet? Lisez l’article Project Naming/Un visage, un nom, paru en anglais dans le International Preservation News (aux pages 20 à 24 du no 61, publié en décembre 2013).

BAC aimerait aussi connaître votre opinion sur le deuxième volet du projet Un visage, un nom. Exprimez-vous grâce au formulaire « Le projet Un visage, un nom se poursuit ».

Histoire autochtone : Commencez votre recherche

Pensionnats autochtones : collections de photos

Bibliothèque et Archives Canada présente des galeries de photos prises dans des pensionnats autochtones, des externats fédéraux et d’autres établissements fréquentés par les enfants des Premières nations, des Inuits et des Métis du Canada de la fin du XIXe siècle aux années 1990.

Les images sont classées par province et territoire. Elles proviennent de nombreuses collections – gouvernementales et privées – conservées à Bibliothèque et Archives Canada et sont représentatives de l’ensemble de nos fonds documentaires. La plupart des photos ont été prises par des fonctionnaires de l’ancien ministère fédéral des Affaires indiennes et du Développement du Nord. Vous trouverez des photos de pensionnats et d’externats fédéraux dans les acquisitions no 1973 357, RG85 et RG10. La fonction Recherche de fonds d’archives – Recherche avancée permet de trouver des images qui n’ont pas été insérées dans les galeries.

À titre d’exemple, mentionnons le groupe d’élèves du pensionnat autochtone de Cross Lake, au Manitoba, et une page comprenant six photographies du pensionnat autochtone de Lejac et d’autres édifices à Fraser Lake (Colombie‑Britannique).

Photographie noir et blanc de filles autochtones assises à leur pupitre; une sœur est debout derrière elles.

Un groupe d’écolières avec une sœur dans une salle de classe du pensionnat autochtone de Cross Lake (Manitoba), en février 1940 (MIKAN 4673899)

Page beige comprenant six photographies noir et blanc de divers édifices.

Le pensionnat autochtone de Lejac et d’autres édifices à Fraser Lake (Colombie Britannique) vus sous différents angles en août 1941 (MIKAN 4674042)

Certaines images font partie des collections d’autres ministères, comme le ministère de l’Intérieur (acquisition 1936‑271), le ministère des Mines et des Relevés Techniques (acquisition 1960‑125) et l’Office national du film du Canada (acquisition 1971‑271).

Un certain nombre de collections privées comprennent des photographies d’élèves, de membres du personnel et d’écoles, dont les fonds Henry Joseph Woodside, Joseph Vincent Jacobson, Kryn Taconis, Charles Gimpel et bien d’autres.

Photographie noir et blanc d’un groupe composé de filles et de garçons autochtones, de sœurs et de deux hommes devant un édifice

Foyer fédéral de Port Harrison (Inukjuak); un groupe d’élèves, des sœurs et des hommes autochtones, Québec, vers 1890; photo prise par Henry Joseph Woodside (MIKAN 3193392)

Photo couleur d’un groupe de garçons inuits accroupis sur un rocher plat; deux d’entre eux ont un fusil dans les mains

Groupe d’adresse au tir, école de Coppermine (foyer Tent), à Kugluktuk (Nunavut), vers 1958; photographe inconnu, fonds Joseph Vincent Jacobson (MIKAN 3614170)

Vous pouvez trouver d’autres photos d’élèves et d’écoles autochtones à l’aide de la fonction Recherche de fonds d’archives – Recherche avancée. Pour savoir comment chercher dans la base de données, consultez la sous‑section Photos en ligne et non numérisées de la section Ce qui se trouve à Bibliothèque et Archives Canada, sur la page Ressources pour la recherche des pensionnats autochtones.

Si vous avez de l’information sur une photographie, veuillez nous la transmettre pour que nous puissions l’ajouter dans la base de données. N’oubliez pas d’indiquer le numéro de référence de l’image, par exemple PA‑102543, e011080332 ou e011080332_s3, ou le numéro MIKAN – 3614170.

Les pages Flickr et Facebook de Bibliothèque et Archives Canada fournissent des échantillons de photos.

Portail du Patrimoine autochtone

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) est heureux d’annoncer la mise à jour du portail du Patrimoine autochtone. Représentant les trois groupes autochtones du Canada: les Premières Nations, les Métis et les Inuits, le portail offre des ressources documentaires organisées par groupe et par sujet culturels, de même que des ressources pour les recherches sur les pensionnats autochtones.

Que vous soyez un nouveau chercheur ou un chercheur chevronné, le portail sera le point de départ pour toute personne qui s’intéresse au patrimoine autochtone. Il offre une profusion de ressources appartenant à BAC, en passant des documents publiés et archivés aux guides, bases de données et outils de recherche. Ces ressources comprennent des documents existants, par exemple les Rapports annuels des Affaires indiennes, 1864-1990, de même qu’une nouvelle ressource appelée le Guide des « Fiches de renseignements, 1872-1984 » des Affaires indiennes et du Nord Canada.

Au cours des prochains mois, de nouveaux outils de recherche seront ajoutés au portail au fur et à mesure qu’ils seront disponibles.