Découvrir le 2e Bataillon de construction

Par Andrew Horrall

Comme il est décrit dans le billet de blogue, « Servir malgré la ségrégation », le 2e Bataillon de construction a été la première et la seule unité ségrégée du Corps expéditionnaire canadien (CEC) pendant la Première Guerre mondiale. Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a répertorié et numérisé les documents relatifs à l’unité afin de faciliter l’exploration et la compréhension de son histoire et des histoires individuelles des hommes qui en faisaient partie.

Formulaire imprimé rempli par les hommes s’engageant dans le Corps expéditionnaire canadien. Le formulaire comprend 12 questions sur la personne, y compris son nom, sa date de naissance et son plus proche parent. En bas, on trouve une déclaration et un serment prêtés et signés par l’homme, ainsi que la déclaration et la signature d’un magistrat confirmant son engagement.

Page d’attestation pour Arthur Bright, RG 150, versement 1992-93/166, boîte 1066 – 39

Expériences individuelles

Les documents d’archives contiennent des détails sur les personnes ayant servi dans le 2e Bataillon de construction. Chaque histoire est unique et évocatrice.

Vous pouvez trouver les dossiers individuels des hommes en recherchant leur nom, ou en entrant « No. 2 Construction Battalion » (note : il faut insérer les mots-clés en anglais) dans le champ « Unité » de notre base de données, dans le menu déroulant Afficher les options de recherche avancées. Chaque dossier a été entièrement numérisé et comprend des renseignements détaillés sur la vie de la personne, sa famille et son service militaire.

Des amis et des familles servant ensemble

Les dossiers du personnel peuvent également raconter des histoires collectives. Nous savons que les hommes se sont souvent engagés en petits groupes de famille, d’amis ou de collègues de travail dans l’espoir de servir ensemble.

Voici deux stratégies pour trouver et explorer ces petits groupes au sein de l’unité. Commencez par déterminer l’identité de tous les hommes, en entrant « No. 2 Construction Battalion » (note : il faut insérer les mots-clés en anglais) dans le champ « Unité » de notre Base de données, dans le menu déroulant Afficher les options de recherche avancées. Par la suite :

  • Trier la liste par ordre alphabétique. Vous verrez que de nombreux noms de famille apparaissent plus d’une fois. Ouvrez les dossiers individuels des hommes portant le même nom et examinez leur lieu de naissance, leur adresse et leur parent le plus proche (souvent un parent) pour déterminer leur lien de parenté, le cas échéant.

Par exemple, nous pouvons voir que ces deux hommes étaient frères :

Tableau répertoriant 2 soldats avec le nom de famille Bright.

  • Trier la liste par matricule. Ces numéros ont été attribués aux hommes dans l’ordre numérique. En triant la liste de cette façon, on peut recréer les lignes d’hommes au moment de leur enrôlement dans une station de recrutement. Ouvrez les dossiers individuels pour voir si un homme s’est engagé seul ou avec un groupe.

Par exemple, nous savons que les frères Bright se sont engagés ensemble parce qu’on leur a attribué des matricules séquentiels. Nous découvrons également que les hommes portant les matricules précédents et suivants — qui se seraient trouvés à côté d’eux dans le bureau de recrutement en 1916 — avaient tous à peu près le même âge, exerçaient des métiers similaires et vivaient à moins d’un kilomètre les uns des autres à St. Catharines. Comment se connaissaient-ils?

Tableau répertoriant 5 soldats avec des numéros de régiment allant de 931537-931541

Suivez les hommes dans la vie civile

Pour explorer plus largement l’histoire des Canadiens noirs, vous pouvez également découvrir la vie civile de bon nombre de ces hommes en entrant leurs noms dans d’autres bases de données de BAC dans la section « Recherche d’ancêtres » de notre site Web :

  • Les Recensements canadiens de 1911, 1916 et 1921. Par exemple, le recensement de 1921 indique qu’Arthur et Norman Bright vivent ensemble comme locataires au 3 Brown’s Lane, dans le centre-ville de Toronto. Ni l’un ni l’autre n’est alors marié, et tous deux travaillent comme ouvriers.
  • Les Listes de passagers montrent quand, où et avec qui les personnes ont immigré au Canada.
  • Les Dossiers du personnel de la Première Guerre mondiale peuvent ouvrir la voie à l’exploration de la communauté noire du Canada du début du 20esiècle et de ce que signifiait servir dans le 2e Bataillon de construction.
Deux pages d’un journal personnel. La date est imprimée en haut de chaque page, les 30 et 31 octobre. En dessous, le capitaine White a écrit des observations générales sur le temps, les lettres qu’il a écrites et reçues, et la vie au camp.

Deux pages du journal personnel du capitaine William « Andrew » White, l’aumônier de l’unité (e011183038)

La vie quotidienne au sein de l’unité

Deux documents numérisés vous permettent d’explorer les activités quotidiennes de l’unité :

  • Journal personnel de William « Andrew » White; l’aumônier du 2eBataillon de construction; nous pensons qu’il s’agit du seul récit personnel et témoignage direct écrit par un membre de l’unité.
  • Journal de guerre; les unités en service actif devaient tenir un compte rendu quotidien de leurs activités. Bien que les journaux de guerre ne se concentrent pas sur les personnes, ils décrivent les événements qui se sont déroulés chaque jour.

Comment l’armée canadienne a géré l’unité

BAC a numérisé environ la moitié des documents administratifs, organisationnels et historiques relatifs au 2e Bataillon de construction. Ces documents donnent une idée de la façon dont l’armée canadienne gérait l’unité et les hommes qui en faisaient partie.

Ressources numérisées documentant la 2e Compagnie de construction conservées à BAC

Renseignements de base sur l’unité

Autres photographies représentant des soldats noirs

Notez que BAC détient de nombreuses autres photos montrant des soldats noirs. Ces photos ne peuvent toutefois pas être trouvées lors d’une simple recherche, car cette information n’était pas incluse dans le titre original.

Affiche de recrutement

Documents textuels

Documents pouvant être consultés à BAC (non disponibles en format numérique)

Ministère de la Milice et de la Défense

Ministère de la Défense nationale


Andrew Horrall, archiviste à Bibliothèque et Archives Canada, a rédigé le billet de blogue. Il a aussi recensé les documents relatifs au bataillon, avec l’aide d’Alexander Comber et de Mary Margaret Johnston-Miller.

Servir malgré la ségrégation : 2e Bataillon de construction

Par Andrew Horrall

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) détient la plus grande collection de documents sur le 2e Bataillon de construction, une unité ségrégée du Corps expéditionnaire canadien (CEC). Pendant la Première Guerre mondiale, plus de 800 hommes noirs serviront dans cette unité. Ils veulent alors se battre, mais les attitudes racistes des dirigeants politiques et militaires – ainsi que de la société en général – les empêchent de servir en première ligne. Au lieu de cela, le 2e Bataillon de construction est affecté au Corps forestier canadien. Les hommes passent la guerre dans les Alpes françaises, où ils abattent des arbres, transforment des troncs bruts en bois fini et transportent le bois jusqu’au chemin de fer. À l’époque, le travail est vital, puisque d’énormes quantités de bois sont nécessaires pour construire et renforcer les défenses de première ligne, mais il est loin du type de service que les hommes avaient espéré.

Dessin noir et blanc d’un insigne en forme de bouclier. Au sommet se trouvent une couronne royale et une bannière indiquant « Canada Overseas ». En dessous se trouvent les mots « No. 2 » au-dessus d’une autre bannière avec le mot « Construction ». Des feuilles d’érable ornent les côtés de l’insigne. Un pont en bois sous la couronne et un outil sous la deuxième bannière symbolisent que les membres de l’unité étaient des bâtisseurs.

Le badge de casquette du 2e Bataillon de construction (e011395922)

BAC a répertorié quelque 830 hommes ayant servi dans cette unité à un moment ou à un autre de la guerre, soit environ 200 noms de plus que ce qui y est généralement associé. Cette divergence vient du fait que la plupart des études se sont basées sur la « liste nominative » compilée le jour où l’unité a quitté le Canada pour l’Angleterre, en mars 1917. En réexaminant les documents de la collection, les experts de BAC ont découvert que de nombreux hommes ont servi dans l’unité après son départ du Canada. Leurs noms ne figurent pas sur la liste nominative, car ils ne faisaient pas partie de l’unité le jour où elle a quitté le pays. Nous pensons que tous les hommes qui ont servi dans cette unité ont été recensés, mais on pourrait en découvrir d’autres.

C’est en juillet 1916 que l’unité est mobilisée à Truro, en Nouvelle-Écosse. Elle recrute alors dans les communautés noires établies dans les Maritimes et le sud-ouest de l’Ontario, ainsi qu’ailleurs au Canada, dans les Caraïbes et aux États-Unis. Au moins deux membres viennent de beaucoup plus loin, soit Cowasjee Karachi (matricule 931759), originaire de l’actuel Yémen, et Valdo Schita (matricule 931643), né près de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Photo noir et blanc montrant 21 soldats posant en toute décontraction, en plein air, assis ou debout sur une pile de longues planches de bois. Huit des hommes semblent porter des uniformes russes, et les autres – dont deux Noirs – sont des Canadiens.

Le lieutenant F. N.  Ritchie, le lieutenant Courtney et quelques-uns des hommes enrôlés du Corps forestier canadien en France. Il s’agit de la seule photo de l’unité conservée dans la collection à BAC (a022752).

Si l’unité est composée d’hommes noirs, les officiers sont Blancs, à l’exception de l’aumônier, le capitaine William « Andrew » White.

L’unité est désignée à la fois par les termes « bataillon » et « compagnie » dans les documents d’archives et les sources publiées. Créée à l’origine comme un bataillon dans le Corps expéditionnaire canadien, elle est composée d’environ 1 000 hommes. Lorsque seulement quelque 600 hommes arrivent en Angleterre en 1917, les autorités militaires la renomme « compagnie », ce qui reflète mieux sa taille.

L’unité rentre au Canada à la fin de la guerre et est officiellement dissoute en septembre 1920. Au fil du temps, l’histoire du 2e Bataillon de construction s’estompe jusqu’à ce que les familles, les membres de la communauté et les historiens commencent à la faire renaître au début des années 1980. Il ne reste alors plus qu’une poignée de membres survivants.

Note sur les termes utilisés dans les documents

De nombreux documents relatifs à la 2e Compagnie de construction contiennent des termes qui étaient couramment utilisés pendant la Première Guerre mondiale, mais qui ne sont plus acceptables aujourd’hui. BAC a remplacé ces termes dans les descriptions, mais on les trouve encore dans de nombreux documents originaux. L’utilisation de ces termes par les autorités militaires est une preuve du racisme subi par les hommes de l’unité.


Andrew Horrall, archiviste à Bibliothèque et Archives Canada, a rédigé le billet de blogue. Il a aussi recensé les documents relatifs au 2e Bataillon de construction, avec l’aide d’Alexander Comber et de Mary Margaret Johnston-Miller.

La vie et l’héritage de Tom Cogwagee Longboat

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.

Cet article renferme de la terminologie et des contenus à caractère historique que certains pourraient considérer comme offensants, notamment au chapitre du langage utilisé pour désigner des groupes raciaux, ethniques et culturels. Pour en savoir plus, consultez notre Mise en garde — terminologie historique.

Par Elizabeth Kawenaa Montour

Vitesse, athlétisme, détermination, courage et persévérance : voilà les mots qui viennent à l’esprit lorsqu’on pense à Tom Cogwagee Longboat, dont le nom onondaga (Cogwagee) signifie « Tout ». Au cours du siècle dernier, de nombreux faits, récits et photographies ont été compilés pour tenter de mieux connaître et comprendre l’homme derrière le mythe.

Thomas Charles Cogwagee Longboat, fils de George Longboat et d’Elizabeth Skye, est né le 4 juillet 1886 (certaines sources mentionnent le 4 juin 1887). Membre du clan du Loup de la Nation onondaga du Territoire des Six Nations, il adopte le mode de vie traditionnel des Haudenosaunee (mot qui signifie « peuple de la maison longue »).

À l’âge de 12 ou 13 ans, Longboat est envoyé de force au pensionnat indien de l’Institut mohawk, une école anglaise de confession anglicane qui fut active de 1823 à 1970. C’est un choc pour ses camarades et lui, obligés d’abandonner leur langue et leurs croyances pour parler anglais et pratiquer le christianisme.

Décidé à rentrer chez lui, Longboat s’enfuit du pensionnat, mais on le rattrape et il est puni. Il tente de nouveau sa chance, se réfugiant cette fois à la ferme de son oncle, espérant ainsi mieux dissimuler ses traces. La stratégie fonctionne et met fin à son éducation officielle. Longboat travaillera ensuite comme ouvrier agricole à plusieurs endroits, ce qui l’obligera à se déplacer à pied sur de longues distances.

C’est en 1905 que Tom Longboat entame son parcours de coureur amateur. À peine deux ans plus tard, le 19 avril 1907, il remporte le marathon de Boston – le plus prestigieux au monde – en 2 heures, 24 minutes et 24 secondes, retranchant presque 5 minutes du record précédent. Cet exploit est source de grande fierté et d’inspiration pour les Autochtones et les Canadiens. Le lendemain, on peut lire dans le Boston Globe :

« Bravant la pluie et le froid, les milliers de personnes massées le long des rues, d’Ashland au B.A.A [Boston Athletic Association], ont été largement récompensées lors du passage de Tom Longboat, le plus admirable coureur ayant traversé notre ville. Il a franchi la ligne d’arrivée tout sourire. Rien n’indiquait que ce jeune homme venait de parcourir, en quelques heures, plus de kilomètres qu’une personne n’en marche en une semaine. Gagnant en vitesse à chaque foulée, porté par les acclamations de la foule, le jeune homme au teint de bronze, aux cheveux et aux yeux de jais, au corps long et souple et aux jambes élancées, a volé vers la victoire.

Assourdi par le plus grand vacarme entendu depuis des années, Longboat a franchi la ligne d’arrivée, déchirant le ruban alors que les chronométreurs arrêtaient leur montre et que retentissaient les déclics de dizaines d’appareils photo. Il venait de remporter le plus important des marathons modernes. Des bras se sont tendus, prêts à soutenir le gagnant, mais Longboat n’en a pas eu besoin.

Repoussant ceux qui souhaitaient l’étreindre, il a embrassé la foule du regard et remercié tous ses supporteurs. De nombreuses personnes se sont avancées pour lui serrer la main; si ce n’était du fait que les policiers avaient installé de solides cordons pour retenir le public, il aurait reçu de longues accolades. Il s’est ensuite élancé vers le club d’un pas solide et robuste. »

The Boston Globe, 20 avril 1907 [Traduction]

Un an après cette éclatante victoire, Longboat participe au marathon des Jeux olympiques de Londres, en Angleterre. La course totalise 42,2 km, mais il ne peut la compléter, s’effondrant au 32e kilomètre. Il bifurque alors vers la course professionnelle, décrochant en 1909 le titre de champion professionnel du monde lors de la course du Madison Square Garden à New York.

Page noir et blanc du Recensement de 1911, avec du texte dans chacune des 38 colonnes. Les renseignements recueillis se divisent en plusieurs catégories : nom, lieu du domicile, renseignements sur la personne, pays ou lieu de naissance, emploi principal ou métier, citoyenneté, langue et scolarité.

Page du Recensement de 1911 sur laquelle figurent Thomas C. Longboat et sa femme Loretta [Lauretta], comté de York (Ontario). Sous la catégorie « Emploi principal ou métier », on peut lire « Runner » (Coureur). (e002039395)

Photo noir et blanc de deux militaires portant un uniforme de la Première Guerre mondiale. Assis, sourire aux lèvres, ils achètent un journal d’un jeune garçon. Le militaire à droite prend le journal d’une main et donne l’argent au garçon de l’autre.

Le soldat Tom Longboat, coureur de fond onondaga, achète un journal d’un garçon français, juin 1917. (a001479)

En 1916, alors que la Première Guerre mondiale fait rage, Longboat est envoyé outre-mer avec le Corps expéditionnaire canadien. Ses aptitudes physiques hors du commun lui sont d’un grand secours pour accomplir ses fonctions d’estafette, qui l’amènent régulièrement à se déplacer à la course.

Mais après un bombardement intensif en Belgique, Longboat se retrouve prisonnier des décombres. À tort, on le croit décédé; une méprise qui ne sera pas sans conséquence puisque, se croyant veuve, son épouse kanienkenha:ka (mohawk), Lauretta Maracle, se remarie. Le couple avait convolé en justes noces en 1908.

Après la guerre, Tom Longboat se remariera lui aussi, épousant Martha Silversmith, une femme onondaga avec qui il aura quatre enfants.

La carrière militaire de Tom Longboat se poursuit lors de la Deuxième Guerre mondiale, plus précisément au sein de la Garde des anciens combattants, située dans un camp militaire près de Brantford (Ontario). La famille Longboat s’établit ensuite à Toronto, où Tom occupe un poste dans la fonction publique municipale. À sa retraite, il retourne vivre sur le Territoire des Six Nations. Il décède le 9 janvier 1949.

En 1951, on crée à titre posthume un prestigieux prix destiné à perpétuer la mémoire de ce grand athlète : le trophée Tom Longboat, remis chaque année à des athlètes autochtones qui incarnent le travail acharné et la détermination. Le trophée est conservé au Panthéon des sports canadiens, à Calgary; une réplique se trouve actuellement au Cercle autochtone des sports, à Ottawa.

En 1955, Tom Longboat est introduit au Panthéon des sports canadiens et au Indian Hall of Fame.

Plaque rouge rectangulaire arborant un texte doré, surmonté de l’emblème du Canada et de l’inscription « Tom Longboat 1886-1949 ».

Plaque de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada créée en l’honneur de Tom Longboat. On peut la voir sur la 4th Line Road, dans la réserve des Six Nations de la rivière Grand, à Ohsweken, en Ontario. (Photo : Gracieuseté de Parcs Canada)

Les exploits de Longboat sont honorés encore de nos jours. En 1976, le gouvernement du Canada installe une plaque en son honneur sur la 4th Line Road, dans la réserve des Six Nations de la rivière Grand, à Ohsweken (Ontario). En 1999, le magazine Maclean’s nomme Tom Longboat plus grand athlète canadien du 20e siècle. En 2000, Postes Canada émet un timbre soulignant ses victoires. Puis, en 2008, l’Ontario adopte une loi provinciale faisant du 4 juin le Jour Tom Longboat. Ce jour-là, la course Tom Longboat se tient aux Six Nations, tandis qu’en septembre on organise à Toronto la course Longboat Toronto Island Run.

Plusieurs endroits portent également le nom de Tom Longboat: une intersection aux Six Nations, un sentier à Brantford (Ontario), une voie à Toronto et une école élémentaire publique à Scarborough (Ontario). Au 1087, rue Queens Ouest, à Toronto, on retrouve un Longboat Hall au YMCA où l’athlète s’entraînait.

On peut aussi admirer au Centre culturel Woodland des Six Nations une statue de Longboat intitulée « Challenge and Triump » (Défis et triomphe) réalisée par le sculpteur David General, et visiter une exposition consacrée à l’athèlte. Plus récemment, en 2019, on a publié un livre jeunesse sur sa vie : Voici Tom Longboat.

Le destin et les exploits de Tom Cogwagee Longboat sont aussi fascinants qu’inspirants. Pour en savoir plus à son sujet, écoutez notre balado Il s’appelait Tom Longboat, Cogwagee, Tout.  Jetez aussi un coup d’œil à l’album Tom Longboat sur Flickr.

Ce blogue fait partie d’une série portant sur les Initiatives du patrimoine documentaire autochtone. Apprenez-en plus sur la façon dont Bibliothèque et Archives Canada (BAC) améliore l’accès aux collections en lien avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Voyez aussi comment BAC appuie les communautés en matière de préservation d’enregistrements de langue autochtone.


Elizabeth Kawenaa Montour est archiviste de projet à la Division des expositions et du contenu en ligne de la Direction générale des services au public à Bibliothèque et Archives Canada.

Force et puissance : les soldats autochtones, de l’Égypte à l’Europe de la Première Guerre mondiale

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.

Cet article renferme de la terminologie et des contenus à caractère historique que certains pourraient considérer comme offensants, notamment au chapitre du langage utilisé pour désigner des groupes raciaux, ethniques et culturels. Pour en savoir plus, consultez notre Mise en garde — terminologie historique.

Par Elizabeth Kawenaa Montour et Sara Chatfield

 Lorsque des membres des Premières Nations, de la Nation inuite et de la Nation métisse ont été recrutés pour participer à la Première Guerre mondiale, en 1914, aucun ne connaissait le nouveau visage des combats au 20e siècle.

En 1884, lors de ce qu’on pourrait qualifier de prélude à la Grande Guerre, environ 56 Kanyen’kehà:kas (Mohawks), 30 Ojibwés et 19 Métis avaient pris part à une expédition britannique de six mois sur le Nil, en Égypte. Ils avaient été choisis pour leur force, leur endurance et leur habileté à manœuvrer embarcations et radeaux; des qualités nécessaires pour naviguer dans les cataractes et les rapides du Nil. Mais les 400 hommes du groupe n’ont pas combattu activement, puisqu’ils sont arrivés deux jours après la prise de Khartoum, au Soudan, et le décès du major britannique Charles G. Gordon.

Les membres de l’expédition sont donc rentrés au bercail, 16 hommes en moins. Ils ont pu témoigner de tout ce qu’ils avaient vu pendant leur voyage sur le Nil : temples monolithiques et statues sculptées dans les collines d’Abou Simbel, sphinx de Gizeh, pyramides, marchés exotiques et scènes de la vie égyptienne au Caire.

Photo noir et blanc d’un grand groupe d’hommes posant devant les édifices du Parlement.

Voyageurs canadiens devant le Parlement (détail du contingent canadien du Nil), 1884. (c002877)

Trois décennies plus tard, on retrouve à nouveau les soldats autochtones sous les drapeaux : alors que la Première Guerre mondiale fait rage, ils participent à une expédition militaire outre-mer avec le Corps expéditionnaire canadien (CEC). C’est pour eux une occasion de voir le monde, de prouver leur courage et de démontrer leurs aptitudes au combat. Mais ces combats ainsi que les stratégies ont grandement changé. Les soldats sont dorénavant confrontés aux armes chimiques, aux mitrailleuses, aux avions de chasse, aux véhicules blindés et à la guerre de tranchées.

Notre nouveau défi Co-Lab, Correspondance sur les soldats des Premières Nations rapatriés après la Première Guerre mondiale met en lumière le vécu des soldats autochtones pendant la guerre et après leur rapatriement, ainsi que l’impact de leur absence dans leurs communautés. En fait, ils contiennent davantage de renseignements que les traditionnels dossiers du personnel de la Première Guerre mondiale. On peut y apprendre, par exemple, ce qu’un soldat comptait faire après la guerre, s’il possédait des terres ou des animaux de ferme, ou s’il était apte à pratiquer l’agriculture; ou encore, s’il souffrait d’incapacités, avec qui il vivait, et s’il avait des personnes à sa charge.

La présence de ces informations additionnelles s’explique par le fait que ces dossiers ont été créés par l’ancien ministère des Affaires indiennes, où un « agent des Indiens » fédéral a inclus des renseignements personnels et des commentaires sur les soldats des Premières Nations qui rentraient au pays. Tel n’était pas le cas pour les soldats non autochtones : il n’existe aucune série de dossiers semblables pour le reste du Corps expéditionnaire canadien.

Page du Indian Agent’s Office (Bureau de l’agent des Indiens), Chippewa Hill, bureau de Saugeen, 14 février 1919.

Document fournissant des renseignements sur John Besito, envoyé à Duncan Campbell Scott par T. A. Stout le 14 février 1919; RG 10, vol. 6771, dossier 452-30. (Image trouvée sur Canadiana)

Tous ces renseignements ont été intégrés aux dossiers du gouvernement fédéral conservés à Ottawa.

Autre particularité : les « agents des Indiens » se sont penchés sur la vie des soldats après leur service. L’information recueillie comprend des renseignements privés obtenus à titre gratuit et des jugements personnels sur les anciens combattants et leur retour à la vie civile. Par exemple, les notes du Bureau de l’agent des Indiens pour le soldat John Besito, recueillies en février 1919 par le bureau de Saugeen, en Ontario, indiquent : « Il possède un terrain de 50 acres dans la réserve. Il a une maison et quelques améliorations sur son terrain. »

En plus de renseignements administratifs (comme les numéros de matricule des soldats et leur appartenance à des organismes ou à des bandes des Premières Nations), ces dossiers nous donnent des renseignements généalogiques.

Par exemple, dans une lettre adressée le 12 février 1919 au ministère des Affaires indiennes, on trouve les noms de trois soldats décédés. Rédigée par l’« agent des Indiens » du bureau de Griswold, au Manitoba, la lettre indique que ces soldats viennent des réserves d’Oak River et d’Oak Lake. Elle précise le numéro de matricule de l’un des défunts (le soldat John Taylor) et indique que le ministère des Affaires indiennes a versé une pension à sa femme et à ses deux enfants.

D’autres lettres nous informent que le soldat Gilbert Moore, tué au combat le 24 mars 1918, a laissé ses parents dans des conditions difficiles et que ceux-ci ont fait une demande de pension; ou encore, que le soldat Thomas Kasto a laissé derrière lui sa mère, et que cette dernière a touché une pension.

Portrait studio en noir et blanc d’un soldat de la Première Guerre mondiale, vêtu d’un uniforme, qui tient une carabine.

Michael Ackabee, soldat membre du Corps expéditionnaire canadien. (e005176082)

Par ailleurs, les dossiers font aussi mention des femmes des Premières Nations qui ont appuyé l’effort de guerre, par exemple en versant des fonds à des organismes comme la Croix-Rouge, le Girls Overseas Comfort Club et le Fonds patriotique canadien. Des femmes ont également tricoté des chaussettes et cousu des chemises, envoyées par colis à l’étranger pour offrir un peu de réconfort aux leurs. D’autres ont amassé des fonds en fabriquant et en vendant des parures perlées, des paniers tissés et des courtepointes.

Les soldats autochtones qui ont survécu à la guerre sont souvent rentrés chez eux transformés, tant positivement que négativement. Jusqu’à son décès en 1955, le sapeur Peter Taylor, un soldat de Kahnawake, a souffert de complications causées par l’empoisonnement au gaz moutarde. Le soldat Tom Longboat, coureur de fond olympique et membre de la réserve des Six Nations de la rivière Grand, est rentré de France pour constater que sa femme s’était remariée après avoir été informée à tort de son décès.

Photo noir et blanc de deux militaires portant un uniforme de la Première Guerre mondiale. Assis, sourire aux lèvres, ils achètent un journal d’un jeune garçon. Le militaire à droite prend le journal d’une main et donne l’argent au garçon de l’autre.

Le soldat Tom Longboat, coureur de fond onondaga, achète un journal d’un garçon français, juin 1917. (a001479)

Bon nombre de soldats rapatriés ont souffert tant physiquement que mentalement. Nous leur sommes reconnaissants de leurs sacrifices et de leur service, et ils seront à jamais reconnus, honorés et respectés.

Ce blogue fait partie d’une série portant sur les Initiatives du patrimoine documentaire autochtone. Apprenez-en plus sur la façon dont Bibliothèque et Archives Canada (BAC) améliore l’accès aux collections en lien avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Voyez aussi comment BAC appuie les communautés en matière de préservation d’enregistrements de langue autochtone.


Elizabeth Kawenaa Montour est archiviste de projet et Sara Chatfield est gestionnaire de projet à la Division des expositions et du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le sergent Hugh Cairns, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le sergent Hugh Cairns, dernier soldat canadien de la Première Guerre mondiale à avoir reçu la Croix de Victoria, pour la bravoure dont il a fait preuve à Valenciennes, en France.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, assis.

Le sergent Hugh Cairns, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date (a006735)

Hugh Cairns naît à Ashington, une banlieue de Newcastle-upon-Tyne, en Angleterre, le 4 décembre 1896. Sa famille immigre au Canada et s’installe à Saskatoon, en Saskatchewan. Il est plombier lorsque la guerre éclate. Le 2 août 2015, il s’enrôle à Saskatoon, suivi neuf jours plus tard par son frère aîné Albert. Tous deux se joignent au 65e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien, lequel est intégré au 46e Bataillon le 30 juin 1916. Deux ans plus tard, soit le 10 septembre 1918, Albert succombe aux blessures qu’un obus lui a infligées à la tête.

Hugh Cairns sert en France, prouvant à plusieurs occasions sa détermination et sa résilience. Il est soldat quand il reçoit la Médaille de conduite distinguée le 25 août 1917. Il sera promu caporal à l’été 1918, puis sergent trois mois plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, dos à l’appareil photo, se tenant au milieu des décombres devant un bâtiment détruit. On aperçoit à gauche une charrette avec une grosse roue.

Un poste canadien à Valenciennes, novembre 1918 (a003355)

D’octobre à novembre 1918, les Canadiens poursuivent leur assaut sur les lignes allemandes. Malgré les efforts tenaces déployés par les Allemands pour protéger leurs lignes de retraite, les Alliés leur infligent de lourdes pertes, capturant des milliers de prisonniers et progressant de plusieurs dizaines de kilomètres. Le 1er novembre 1918, les Allemands s’accrochent à la ville de Valenciennes et conservent leur position de force près de Marly, une commune voisine.

L’attaque menée par la Compagnie A du 46e Bataillon afin de reprendre Valenciennes mise sur un assaut mené par un front de deux pelotons, avec l’appui d’un peloton de soutien dirigé par Cairns. Le barrage canadien est lancé à 5 h 15. Les pelotons avancent vers leur objectif, mais après 500 mètres, ils sont assaillis par les tirs nourris de mitrailleuses sur leur flanc gauche. Ils poursuivent néanmoins leur avancée, écrasant la résistance des mitrailleuses allemandes, faisant des prisonniers et capturant des armes.

Photo noir et blanc de bâtiments en ruines dont les murs sont criblés de trous. Le sol est couvert de débris, de boue et de roches. Quatre soldats, de dos, s’éloignent de l’objectif après avoir traversé un pont improvisé fait de débris.

Des Canadiens pénètrent Valenciennes en franchissant un pont improvisé, novembre 1918 (a003376)

Alors que la Compagnie progresse pas à pas, elle est soudainement immobilisée par les tirs intenses d’une mitrailleuse. Bravant le feu ennemi, Cairns et d’autres soldats la contournent. Ils rampent jusqu’à la batterie, protégés par leurs propres mitrailleurs, et capturent trois canons de campagne, un mortier de tranchée, sept mitrailleuses et plus de 50 prisonniers. Cairns et ses hommes se dirigent ensuite vers la voie ferrée pour s’en emparer et y établir une position.

Cairns part ensuite inspecter une usine située à proximité. Un soldat allemand, armé d’un fusil automatique, ouvre alors le feu en sa direction. Cairns riposte avec sa mitrailleuse Lewis : il s’élance vers l’ennemi et tire, tuant et blessant de nombreux Allemands qui se dirigeaient vers une cour avoisinante.

Photo noir et blanc d’une gare à l’architecture ouvragée, mais maintenant affaissée, avec des fenêtres brisées et des murs manquants. Le sol, séparé diagonalement par des rails, inondé et encombré de planches et de débris.

La gare inondée de Valenciennes, novembre 1918 (a003452)

Puis, en patrouille dans Marly, Cairns et un autre soldat débusquent 50 Allemands dans une cour et les font prisonniers. Alors qu’ils leur confisquent leurs armes, un officier allemand s’empare de son pistolet et tire sur Cairns, l’atteignant en plein ventre. Cairns ouvre le feu à son tour, tuant ou blessant une trentaine d’Allemands. La riposte ne se fait pas attendre : les autres soldats s’élancent vers Cairns en ouvrant le feu. Cairns est atteint au poignet, mais continue malgré tout à manier sa mitrailleuse Lewis. Une autre balle lui arrache presque la main et détruit son arme. Cairns lance alors sa mitrailleuse, maintenant inutile, au visage d’un soldat allemand qui tirait sur lui, le faisant tomber. Avec le peu de force qui lui reste, il titube jusqu’à une entrée, où il s’effondre avant d’être transporté en lieu sûr par ses

Photo noir et blanc d’un groupe de personnes se tenant devant un bâtiment dont la porte est ouverte. Des femmes portant de grandes coiffes blanches serrent la main de soldats en uniforme. De chaque côté, des groupes d’hommes et de femmes en habits civils sourient en regardant l’objectif. À l’arrière, quelqu’un tient un drapeau de la France.

Des religieuses et des civils français de Valenciennes accueillent les premiers Canadiens qui entrent dans la ville, novembre 1918 (a003578)

L’héroïsme et l’abnégation dont Cairns a fait preuve sont relatés à de multiples reprises dans les journaux de guerre du 46e Bataillon de novembre 1918 (pp. 21, 22, 23). Cairns fait partie des nombreux hommes dont les actes courageux posés à Valenciennes ont été reconnus. Grâce à lui, sa Compagnie a pu atteindre ses objectifs : au terme de cette journée de combats, le Corps canadien a capturé environ 1800 soldats allemands et en a tué plus de 800. Les pertes du côté des Canadiens se chiffrent à 80 hommes décédés (dont Cairns) et à environ 300 soldats blessés.

Photo noir et blanc d’une femme vêtue d’un chemisier blanc, embrassant sur la joue un soldat en uniforme qu’elle tient dans ses bras.

Femme française embrassant un soldat canadien après que les troupes aient chassé les Allemands de Valenciennes, novembre 1918 (a003451)

Cairns succombe à ses blessures le 2 novembre 1918 et reçoit la Croix de Victoria à titre posthume. Il est enterré au cimetière britannique d’Auberchicourt, dans le nord de la France.

L’histoire a retenu le nom et la bravoure de Cairns. En son honneur, la ville de Valenciennes a rebaptisé l’une de ses rues principales « avenue du Sergent Cairns », organisant une cérémonie civile le 25 juillet 1936, cérémonie à laquelle les parents de Cairns ont assisté. On retrouve également à Saskatoon l’école primaire Hugh Cairns V.C., ainsi que le manège militaire Sergeant Hugh Cairns VC (le manège du 35e Régiment du génie de combat).

La Croix de Victoria décernée à Hugh Cairns est exposée au Musée canadien de la guerre, à Ottawa (Ontario).

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du sergent Hugh Cairns.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le soldat Thomas Ricketts, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement cent ans sur le champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le soldat Thomas Ricketts, de Terre-Neuve, pour la bravoure et l’altruisme dont il a fait preuve à Ledeghem, en Belgique.

Copie noir et blanc d’une coupure de journal, au haut de laquelle est inscrit le mot « Proclamation! » en grosses majuscules.

À la recherche de recrues pour le Régiment de Terre-Neuve, The Daily News, 22 août 1914. (Source : The Rooms [en anglais])

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en 1914, Terre-Neuve est un dominion de l’Empire britannique. Afin d’appuyer l’armée britannique et de soutenir l’effort de guerre, elle recrute une armée de volontaires, rassemblant suffisamment d’hommes pour former un bataillon : le Régiment de Terre-Neuve. (Deux autres bataillons seront plus tard mis sur pied : le 2e Bataillon de réserve, principalement posté à Ayr, en Écosse, et le 3e Bataillon, responsable du recrutement et de l’entraînement à St. John’s.) En 1917, le roi George V décernera le préfixe « Royal » au Régiment de Terre-Neuve pour souligner les actes de courage et d’héroïsme posés par ses soldats lors des batailles d’Ypres et de Cambrai, en France.

Photo sépia d’un soldat en uniforme, la Croix de Victoria et la Croix de Guerre épinglées sur sa poitrine.

: Le soldat Thomas Ricketts, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. (Source : L’Encyclopédie canadienne)

Thomas Ricketts, fils de John Ricketts et d’Amelia Cassels, voit le jour le 15 avril 1901 à Middle Arm, White Bay, à Terre-Neuve. Il s’enrôle dans le 1er Bataillon du Régiment de Terre-Neuve le 2 septembre 1916, alors qu’il n’a que 15 ans. Afin d’être accepté, il inscrit « 18 ans » sur son formulaire d’engagement. Son mensonge passe inaperçu, et il joint les rangs du Corps expéditionnaire britannique. Envoyé en Angleterre, il reçoit une balle à la jambe en novembre 1917. Le temps de se remettre de sa blessure, il retrouve son régiment au printemps de l’année suivante.

Au matin du 14 octobre 1918, le 1er Bataillon est en Belgique, où il participe à l’avancée menée depuis Ledeghem (à l’est d’Ypres). Noyés sous la brume et la fumée, les soldats livrent bataille, tentant de repousser les Allemands et de s’emparer de leurs casemates et leurs armes. Lorsque la brume matinale se dissipe, ils découvrent devant eux un ruisseau, le Wulfdambeek, qu’ils doivent traverser en s’exposant aux tirs ennemis. Le régiment subit alors de lourdes pertes, avant de se retrouver cloué sur place par les bombardements ennemis. Incapable de riposter avec sa propre artillerie, il n’a d’autre choix que de neutraliser l’ennemi et de s’emparer de ses armes et de sa batterie.

Ricketts, armé d’une mitrailleuse Lewis, se porte volontaire pour s’élancer vers les Allemands en compagnie de son commandant de section. Leur objectif : contourner la batterie pour la déjouer et s’en emparer. Ils progressent lentement sous les tirs nourris des mitrailleuses, et se retrouvent rapidement à court de munitions. Ils sont alors à 300 mètres de la batterie. Les Allemands s’aperçoivent de leur vulnérabilité et déplacent leurs canonniers pour les neutraliser. Mais Ricketts détecte la manœuvre : il bat en retraite et, sous des tirs intenses, parcourt 100 mètres pour aller chercher d’autres munitions. À son retour, il manie habilement sa mitrailleuse et repousse l’ennemi jusqu’à une ferme voisine. Cette menace écartée, son peloton peut avancer sans subir de pertes : il capture quatre canons de campagne et quatre mitrailleuses, en plus de faire huit prisonniers. Une cinquième mitrailleuse sera interceptée et saisie plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, de profil.

: Le soldat Thomas Ricketts, sans date (Source : Défense nationale)

Comme le relate la London Gazette :

« Par sa présence d’esprit au moment d’anticiper les intentions de l’ennemi, et parce qu’il a fait fi de sa propre sécurité, le soldat Ricketts a pu se procurer les munitions qui ont directement contribué à ces importantes prises et, sans aucun doute, sauvé de nombreuses vies. »

(London Gazette, n° 31108, p. 309, 6 janvier 1919, en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Ricketts survit à la guerre et est démobilisé le 17 juin 1919. Le roi George V lui avait décerné la Croix de Victoria le 19 janvier de la même année, à Sandringham, en Angleterre. Ricketts n’avait alors que 17 ans, ce qui fait de lui le plus jeune combattant à obtenir cette distinction. Il rentre à Terre-Neuve en véritable héros. Chez lui, il reprend ses études et devient pharmacien. En plus de sa Croix de Victoria, Ricketts reçoit la Croix de Guerre française ornée d’une étoile d’or pour sa bravoure.

Il s’éteint à St. John’s, à Terre-Neuve, le 21 mars 1967.

La Croix de Victoria et la Croix de Guerre de Ricketts sont exposées au Musée canadien de la guerre à Ottawa, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du soldat Thomas Ricketts.

Étiquetez des photos et faites partie de l’histoire!

Vous pouvez étiqueter les photos de ce billet de blogue! Plongez dans les documents numérisés du Corps expéditionnaire canadien : transcrivez, étiquetez, traduisez et décrivez leur contenu. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées accessibles à la recherche dans les 24 heures suivantes. Jour après jour, les documents de Bibliothèque et Archives Canada sont ainsi plus faciles à repérer. Consultez le billet de blogue à ce sujet qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public.

 

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie, VC

Par Emily Monks-Leeson

En ce jour, en 1918, le lieutenant Wallace Lloyd Algie tombe au combat au nord-est de Cambrai, en France. Les gestes qu’il a posés ce jour-là lui vaudront une Croix de Victoria posthume.

Fils de James et Rachel Algie de Toronto, Wallace Lloyd Algie naît le 10 juin 1891 à Alton, en Ontario. Il obtient son diplôme du Collège militaire royal du Canada et s’enrôle dans la milice active auprès des Queen’s Own Rifles of Canada puis du 40e Régiment, où il sert comme lieutenant.

Photo noir et blanc d’un officier portant une casquette

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie, sans date. Source : Direction de l’histoire et du patrimoine (Défense nationale et Forces canadiennes)

Algie est commis de banque à Toronto lorsqu’il s’enrôle comme officier du Corps expéditionnaire canadien le 19 avril 1916. Il s’embarque à bord du navire à vapeur Laconia le 25 septembre 1916 pour aller rejoindre le 95e Bataillon dès son arrivée à Seaford, en Angleterre. Le 26 mai 1917, il est envoyé sur le théâtre européen avec le 20e Bataillon d’infanterie du Canada. Il suit plusieurs formations pour officiers, dont une sur le fusil-mitrailleur Lewis.

Le 11 octobre 1918, le lieutenant de 27 ans dirige ses troupes du 20e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien près du village de Cambrai, en France, lorsqu’elles se retrouvent sous d’intenses tirs de mitrailleuse provenant d’un village voisin. Sa citation dans la London Gazette du 28 janvier 1919 (traduite ci-dessous) évoque les faits ayant mené à son décès et à l’attribution de la Croix de Victoria :

« Pour un acte de bravoure et d’abnégation de soi très remarquable, le 11 octobre 1918, au nord-est de Cambrai, alors que les troupes offensives essuyaient d’intenses tirs de mitrailleuse en enfilade en provenance d’un village voisin. Après s’être élancé avec neuf volontaires, il met hors de combat le détachement d’une mitrailleuse ennemie puis, retournant celle-ci contre l’ennemi, il permet à sa troupe d’atteindre le village. Il se rue ensuite sur une autre mitrailleuse, capture un officier et 10 soldats ennemis, dégageant ainsi l’extrémité du village. Une fois son groupe bien établi, le Lt Algie part à la recherche de renforts, mais il se fait tuer au retour. Le courage et l’esprit d’initiative dont il a fait preuve devant des tirs nourris ont permis de sauver de nombreuses vies et de tenir la position. »

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie est enterré au cimetière de Niagara à Iwuy, en France (en anglais seulement).

Page dactylographiée décrivant ce qui s’est passé du 10 au 11 octobre 1918.

Le journal de guerre du 20e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant les actes de bravoure du lieutenant Algie (e000960948)

Bibliothèque et Archives Canada possède le dossier de service du Corps expéditionnaire canadien du lieutenant Wallace Lloyd Algie.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour la Direction générale des opérations numériques et de la préservation à Bibliothèque et Archives Canada.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes de bravoure posés il y a cent ans sur le champ de bataille par des récipiendaires de cette distinction. Aujourd’hui, nous rendons hommage au capitaine Coulson Norman Mitchell pour le courage dont il a fait preuve au canal de l’Escaut, en France, dans la nuit du 8 au 9 octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un officier en uniforme.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, récipiendaire de la Croix de Victoria, vers 1918. (c001595)

le 11 décembre 1889 à Winnipeg, au Manitoba, Mitchell fait d’abord carrière comme ingénieur civil, avant de s’enrôler en tant que soldat dans le Canadian Railway Construction Corps (les troupes ferroviaires canadiennes) le 21 janvier 1915. L’année suivante, il devient lieutenant et se joint à la 1re Compagnie de sapeurs-mineurs du Corps de génie canadien. En 1917, sa bravoure devant l’ennemi lui vaut la Croix militaire (en anglais) ainsi qu’une promotion au grade de capitaine. Puis, en 1918, Mitchell est affecté au 4e Bataillon du Corps de génie canadien. C’est durant cette affectation qu’il accomplit un acte héroïque au canal de l’Escaut, au nord-est de Cambrai, en France, aidant ainsi les Alliés à y triompher.

Photo noir et blanc d’un canal à sec. On voit un pont tordu à l’arrière-plan. Au second plan, un cheval tire une charrette chargée de fournitures sur un autre pont. Un peu partout, des soldats se déplacent, certains transportant du matériel.

Des Canadiens construisent un pont pour transporter des effectifs et du matériel sur le canal du Nord, France, septembre 1918. (a003285)

Après la bataille du Canal-du-Nord, le 1er octobre 1918, les soldats alliés sont résolus à libérer Cambrai. Les attaques précédentes avaient dégagé des routes jusqu’à la ville; il faut maintenant que la 3e Division d’infanterie canadienne s’y rende. Les Allemands, postés au nord-est, résistent farouchement; les Canadiens espèrent néanmoins prendre Cambrai pour faire avancer le front. Durant les jours qui suivent, ils livrent bataille et réussissent à libérer certains villages français de la présence allemande.

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1918, Mitchell est en mission de reconnaissance près de Cambrai, dirigeant un détachement de sapeurs (des soldats chargés de la construction et de la réparation de routes et de ponts ainsi que du déminage). Leur objectif : aller inspecter, au-delà des lignes de front, les ponts que la 5e Brigade d’infanterie canadienne prévoit emprunter durant son attaque, et s’assurer qu’ils sont intacts. Or, Mitchell et ses hommes constatent qu’un premier pont a déjà été saccagé. Ils se rendent ensuite au suivant, qui traverse le canal de l’Escaut.

Photo noir et blanc d’un village où des bâtiments ont été endommagés. Au centre, on voit un imposant amas de pierres et de débris. Un soldat est agenouillé au sol, tout près. À gauche, un autre soldat se tient debout et l’observe.

Le corps de génie canadien à la recherche de mines à Cambrai, France, octobre 1918. (a003271)

Sous des tirs nourris, Mitchell s’élance sur le pont. L’obscurité l’empêche de savoir où se trouvent les soldats ennemis et combien ils sont. Mitchell découvre alors que les Allemands ont tout mis en place pour faire exploser le pont. Aidé d’un sous-officier, il coupe les fils du détonateur et retire la charge.

Mais les Allemands, réalisant la manœuvre, s’avancent pour actionner les détonateurs. Mitchell, tout en courant au secours de sa sentinelle blessée, tue néanmoins trois soldats allemands et en capture douze. Le pont est finalement sauvé, un exploit qui contribuera grandement au succès ultérieur de l’offensive de la 5e Brigade d’infanterie.

Les exploits de Mitchell sont relatés dans cet extrait de la London Gazette :

« Malgré les tirs fusant de toutes parts, il continua à couper les fils et à retirer les explosifs, sachant que l’ennemi pouvait les faire détoner à tout moment. Si ce pont crucial sur le canal n’a pas été détruit, c’est entièrement grâce à sa bravoure et à ses actions décisives. » [Traduction]

London Gazette, no 31155, 31 janvier 1919, pp. 1503-1504 (en anglais)

Photo noir et blanc d’un officier en uniforme.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, récipiendaire de la Croix de Victoria, vers 1918. (c001594)

Mitchell sert dans le Corps du génie canadien jusqu’au 28 avril 1919, jour de la démobilisation générale. Il rentre alors au Canada, où il reprend sa carrière d’ingénieur civil. Lorsque survient la Deuxième Guerre mondiale, il commande des unités de génie en Grande-Bretagne. Il revient au Canada en 1943 en tant que lieutenant-colonel responsable d’un centre de formation d’ingénieurs. À la fin des hostilités, il travaille à nouveau au civil.

Plusieurs endroits commémorent le service de Mitchell durant les deux guerres mondiales. Au Manitoba, un lac a été nommé en son honneur. À Montréal, une rue et une succursale de la Légion royale canadienne portent son nom, tout comme l’édifice principal de l’École du génie militaire des Forces canadiennes sur la base de l’Armée canadienne à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

Mitchell est décédé chez lui, à Montréal, le 17 novembre 1978.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du capitaine Coulson Norman Mitchell.

Donnez un coup de pouce à l’histoire en transcrivant les journaux de guerre ou en ajoutant des étiquettes aux photos!

Vous avez accès aux journaux de guerre du Corps de génie canadien pour transcrire, traduire ou décrire leur contenu, ou encore y ajouter des étiquettes. Chacun de vos ajouts deviendra une nouvelle métadonnée, qui sera intégrée au moteur de recherche dans les 24 heures et facilitera le repérage des dossiers de Bibliothèque et Archives Canada. Lisez notre billet de blogue pour savoir comment vous pouvez participer à l’avancement de l’histoire!


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le sergent William Merrifield, VC

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le sergent William Merrifield pour la bravoure dont il a fait preuve près d’Abancourt, en France, le 1er octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme.

Le sergent William Merrifield, VC, sans date. Source : Défense nationale et les Forces canadiennes.

Né à Brentwood, Essex, en Angleterre, le 9 octobre 1890, Merrifield est pompier avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Il s’enrôle le 23 septembre 1914 à Valcartier, au Québec, dans le 2e Bataillon canadien de fusiliers à cheval du Corps expéditionnaire canadien. En 1917, il est muté au 4e Bataillon d’infanterie du Canada. Merrifield reçoit la Médaille militaire pour ses actes d’héroïsme posés en novembre 1917 durant la bataille de Passchendaele.

À la fin de septembre 1918, la bataille du canal du Nord, en France, est presque terminée. Les Canadiens basés autour du champ de bataille participent à des patrouilles régulières et à des missions de reconnaissance. L’artillerie des Alliés, notamment les canons de 6 pouces et de 60 livres, tire continuellement. Les obus parviennent toutefois rarement à atteindre leurs cibles parmi les tranchées allemandes. À un moment, les Alliés détruisent même accidentellement l’une de leurs propres mitrailleuses Lewis, tuant quelques-uns de leurs soldats. Les Allemands défendent leurs tranchées avec obstination, ce qui complique considérablement l’objectif des Canadiens visant à franchir les lignes ennemies.

Le 1er octobre 1918, près d’Abancourt, Merrifield et ses hommes essuient les tirs de deux positions ennemies de mitrailleuses. Incapable d’avancer davantage, Merrifield décide d’attaquer seul les deux positions allemandes pour les éliminer. Se précipitant d’un trou d’obus à un autre, il tue les soldats ennemis de la première position et se blesse. En dépit de cela, il continue vers la deuxième position, tuant ses occupants à l’aide d’une grenade à main. Il reste sur le champ de bataille et dirige son peloton jusqu’à ce qu’il soit gravement blessé.

Une copie noir et blanc d’un document textuel dactylographié; des signatures manuscrites se trouvent à droite de la page.

Les journaux de guerre du 4e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant certains des événements survenus le 1er octobre 1918, page 4 (e001078521)

Merrifield survit à la guerre et est visé par la démobilisation générale du 24 avril 1919. Il déménage à Sault Ste. Marie, en Ontario, et s’éteint à Toronto le 8 août 1943.

Une école primaire de Sault Ste. Marie a été nommée en l’honneur de Merrifield : les portes de l’école publique William Merrifield V.C., du conseil scolaire de district Algoma, sont ouvertes de 1946 à juin 2015. De plus, la patinoire extérieure Merrifield est située à l’intersection de l’avenue Henriette et de la rue Patrick à Sault Ste. Marie.

Le 56e Régiment d’artillerie de campagne de Brantford, en Ontario, lui a également dédié son manège militaire (manège militaire Sgt William Merrifield VC).

Sa Croix de Victoria a fait l’objet d’un don au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du sergent William Merrifield.

Souhaitez-vous en savoir plus sur la vie pendant la guerre?

Les journaux de guerre du 4e Bataillon d’infanterie du Canada ont besoin d’être transcrits, étiquetés, traduits et décrits. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées qu’il est possible de chercher dans les 24 heures suivantes. Cela permet, jour après jour, de trouver plus facilement les documents de Bibliothèque et Archives Canada. Consultez le billet de blogue qui explique comment faire partie de l’histoire!

Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le capitaine John MacGregor, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le capitaine John MacGregor pour la bravoure dont il a fait preuve pendant la bataille du canal du Nord près de Cambrai, en France, entre le 29 septembre et le 3 octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un soldat souriant en tenue de service.

Le capitaine John MacGregor, VC, avril 1919 (a004598-v8)

Né près de Nairn, en Écosse, le 11 février 1888, John MacGregor arrive au Canada en 1909. Il est menuisier avant de s’enrôler dans le 11e bataillon canadien de fusiliers à cheval du Corps expéditionnaire canadien le 26 mars 1915. MacGregor a déjà servi pendant trois ans au sein de l’artillerie de garnison de Nairn. Pendant la Première Guerre mondiale, il reçoit plusieurs décorations militaires, dont la Médaille de conduite distinguée pour les actes qu’il a posés lors de la bataille de la crête de Vimy, la Croix militaire et une barrette ajoutée à sa Croix militaire.

MacGregor gravit rapidement les échelons du Corps expéditionnaire canadien, passant de sergent en 1916 à lieutenant en 1917 et à capitaine en 1918. Il est blessé par deux fois au cours de son service et doit s’arrêter pendant un moment pour combattre une grippe. En septembre 1918, il est muté au 2e bataillon canadien de fusiliers à cheval, en France. Il participe aux opérations du Corps canadien en vue de traverser le canal du Nord et de s’emparer des routes menant à Cambrai.

Photo noir et blanc de quatre personnes debout, regardant vers l’appareil photo.

Le capitaine John MacGregor, VC, entre deux femmes non identifiées, avec le lieutenant R. Darcus, MC (a006914-v8).

Pendant la bataille du canal du Nord, MacGregor dirige la compagnie C du bataillon. Celle-ci subit des pressions intenses de la part des défenses allemandes et sa progression est ralentie par des tirs de mitrailleuses débilitants. MacGregor s’avance vers l’ennemi pour repérer les armes en question, malgré les blessures reçues pendant la bataille. En plein jour, il s’élance, armé d’un fusil et d’une baïonnette, sous les tirs intenses provenant de toutes les directions, et réussit, seul, à mettre ces forces ennemies hors de combat. Sa bravoure mène à la mort de quatre soldats allemands et à la capture de huit prisonniers. La vivacité d’esprit et l’initiative dont fait preuve MacGregor permettent à ses hommes d’écarter le danger et de poursuivre leur avancée.

Par la suite, il réorganise son commandement alors que la bataille fait toujours rage et offre son appui aux troupes environnantes. Tandis que les lignes allemandes résistent toujours, il s’avance bravement le long des lignes de front. De nombreux autres officiers sont blessés ou tués sur le champ de bataille. MacGregor prend donc les rênes de certains pelotons, organise des vagues de soldats et encourage la progression de ses hommes.

Lors d’une reconnaissance de jour effectuée sous des tirs de suppression, MacGregor positionne sa compagnie à Neuville-St.-Remy, ce qui contribue considérablement à l’avancée vers Tilloy. MacGregor fait preuve d’un leadership solide et d’une bravoure au combat tout au long de l’opération réalisée le long du canal du Nord en direction de Cambrai.

Photo noir et blanc d’un soldat vêtu de sa tenue de service, légèrement de profil, plissant les yeux en raison du soleil.

Le capitaine John MacGregor, VC, date inconnue (a007507-v8)

MacGregor survit à la guerre et est rayé de l’effectif dans le cadre de la démobilisation générale du 9 avril 1919. Plus tard, il participe à la Deuxième Guerre mondiale, atteignant le grade de lieutenant-colonel. Il dirige le Canadian Scottish Regiment (Princess Mary’s), un régiment d’infanterie de réserve de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Il meurt le 9 juin 1952 et est enterré au cimetière du lac Cranberry à Powell River, en Colombie-Britannique.

Une copie noir et blanc d’un document textuel dactylographié; les titres sont soulignés et une partie du texte est séparé en colonnes.

Les journaux de guerre du 2e bataillon canadien de fusiliers à cheval; le nom de McGregor est inscrit sous la compagnie C, septembre 1918, p. 26 (e001126713)

La Croix de Victoria et les autres médailles de MacGregor sont exposées au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du capitaine John MacGregor.

Souhaitez-vous en savoir plus sur la vie militaire pendant la Première Guerre mondiale?

Les journaux de guerre du 2e bataillon canadien de fusiliers à cheval ont besoin d’être transcrits, étiquetés, traduits et décrits. Chaque jout à un document fournit de nouvelles métadonnées qu’il est possible de chercher dans les 24 heures suivantes. Cela permet, jour après jour, de trouver plus facilement les documents de Bibliothèque et Archives Canada. Consultez le billet de blogue qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk est adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.