Les auteurs inuit de la collection à l’honneur

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.Sarah Potts

Bonjour! Je m’appelle Sarah et je suis bibliothécaire. Je travaille avec les éditeurs des Premières Nations, des Inuit et de la Nation métisse pour le programme de dépôt légal de Bibliothèque et Archives Canada. Dans le cadre de ce programme, nous travaillons avec les éditeurs et auteurs du pays pour créer une collection nationale à l’image de la société canadienne. Ce que je préfère de mon travail est que je lis les nouveautés et les grands classiques de mes auteurs préférés, en plus d’en découvrir de nouveaux. J’ai le plaisir aujourd’hui de vous présenter certains de mes coups de cœur d’auteurs inuit dont les œuvres font partie de la collection.

Quel est mon superpouvoir?

En 2019, Quel est mon superpouvoir?, un livre d’Aviaq Johnston, a été adapté pour le grand écran sous forme de film d’animation. Réalisé par Taqqut Productions, une société basée à Iqaluit, le film a été présenté en première au Festival international du film d’animation d’Ottawa. L’histoire est celle de Nalvana, une fillette qui croyait être la seule à ne pas posséder de superpouvoir.

Ce livre est une pièce maîtresse de la collection, car il s’adresse aux enfants de tous âges, moi y compris. Il évoque ce sentiment que nous connaissons tous un jour ou l’autre : celui de ne pas être unique, de n’être qu’ordinaire et ennuyeux. Il va de soi que ce n’est pas le cas! Nous avons tous un petit quelque chose qui nous rend uniques, un superpouvoir, aussi petit soit-il. Quel est mon superpouvoir? nous apprend que la bienveillance n’a pas de prix et que nous devrions tous témoigner d’un peu plus de bienveillance à l’égard des autres et de nous-mêmes. (OCLC 994209423; 4 ans et plus)

Mamaqtuq!

Mamaqtuq! est un livre bilingue que nous avons reçu récemment. Écrit par The Jerry Cans et illustré par Eric Kim, ce livre raconte, en français et en inuktitut, l’histoire d’une chasse au phoque. Le récit est facile à suivre et accessible à tous. Si vous ne le connaissez pas déjà, The Jerry Cans est un groupe de musique basé à Iqaluit qui marie chants de gorge inuit et folk rock. Mamaqtuq! est un ouvrage aux illustrations magnifiques qui tire son titre d’une chanson d’un des albums du groupe.

Ce livre, et ses auteurs, vont à l’encontre des idées reçues entourant la chasse au phoque. Mamaqtuq! vous entraîne dans une aventure des plus fascinantes. Entièrement plongée dans l’histoire, j’ai eu l’impression de faire partie de ce groupe d’amis. J’ai aussi immédiatement téléchargé le dernier album de Jerry Cans. J’espère que vous trouverez aussi le temps d’écouter leur musique. (OCLC 1090062562; 6 ans et plus)

Taaqtumi

Image en couleur de la tranche d’un livre noir avec une écriture rouge et argentée.Image en couleur de la tranche d’un livre noir avec une écriture rouge et argentée.

Photo du livre Taaqtumi

Un autre livre dont je veux vous parler est Taaqtumi, un titre qui se traduit par « L’obscurité ». Ce recueil de nouvelles met à l’honneur des auteurs reconnus comme Aviaq Johnston et Gayle Kabloona. Les récits mettent en scène plusieurs personnages en déplacement lors d’une tempête de neige. Après votre lecture, vous ne pourrez vous empêcher de jeter un œil par-dessus votre épaule ou de sursauter à chaque bruit! Si, comme moi, vous aimez l’horreur, mais à petites doses, ce livre est parfait pour vous. (12 ans et plus)

Photo en couleur d’un chat gris et blanc sur un tapis rouge à motifs.

Leia, ma chatte, est ma compagne de voyage de confiance. Elle veille à ce que je ne m’aventure pas trop loin dans l’obscurité et me ramène à la réalité quand elle sent que j’en ai besoin. (OCLC 1085967602)

The Diary of Abraham Ulrikab: Text and Context

Avertissement quant au contenu : actes extrêmes de violence coloniale; langage offensant pouvant choquer; images de défunts; mort

The Diary of Abraham Ulrikab a été écrit en 1880, mais n’a été largement diffusé qu’en 2005. Il s’agit de l’un des plus anciens documents écrits par un Inuk en inuktitut. Il relate l’expérience d’Abraham et de huit autres Inuit qui vivaient au Labrador avant d’être amenés en Europe pour être exposés dans un zoo humain. C’est l’un des rares récits d’une personne ayant vécu dans le zoo humain de Carl Hagenbeck. L’auteur et sa famille ne sont jamais rentrés chez eux : ils ont succombé à la variole en 1881. Ce livre réfute la croyance selon laquelle les Inuit étaient analphabètes avant de rencontrer les colons du Sud dans les années 1950, d’où son importance. (OCLC 61258817; 17 ans et plus)

Le harpon du chasseur

À l’époque de sa parution, en 1969, Le harpon du chasseur était l’un des rares livres écrits par un Inuk à être publié au Canada par une grande maison d’édition. Son auteur, Markoosie Patsauq, a mené une vie remarquable : il a été pilote, traducteur pour le gouvernement et gestionnaire d’un organisme communautaire, en plus de défendre activement les intérêts de sa communauté. Il est décédé en mai 2020.

Le harpon du chasseur est une histoire d’un passage à l’âge adulte dans laquelle le narrateur doit composer avec le deuil, la colonisation et les pensées suicidaires. C’est une lecture parfois difficile, car elle touche des sujets sensibles. Cependant, le récit montre la résilience des personnages et l’importance de la communauté pour surmonter l’adversité. Une nouvelle traduction anglaise (Hunter with Harpoon) est également offerte. (OCLC 710886602; 17 ans et plus)

Unikkaangualaurtaa : Raconte-moi une histoire. Voici 26 histoires et chansons du Nunavik accompagnées de suggestions d’activités pour les jeunes enfants.

Une photo en couleur de deux canards jouets faits à la main, un blanc et un brun, se faisant face devant un ciel bleu.

Deux canards jouets fabriqués à la main vers 1960. Ils font partie du fonds Rosemary Gilliat Eaton (e010799828)

Ce livre est essentiellement une ressource pédagogique pour les enseignants travaillant dans les communautés inuit au Canada. Il contient 26 histoires écrites par des aînés visant à instruire aussi bien les élèves que les professeurs. Chaque récit est considéré comme un classique et comprend des suggestions d’activités à faire après la lecture, comme de l’artisanat. (OCLC 1032020866; 3 ans et plus)

The Caribou taste different now : Inuit Elders Observe Climate Change

Bienvenue à Pond Inlet, Nain et Baker Lake, trois des nombreuses collectivités isolées de l’Arctique. Elles partagent un point commun : ce sont les endroits qui ressentent le plus les effets des changements climatiques. The Caribou taste different now diffuse le savoir de 145 aînés qui ont vu l’Arctique se transformer, le pergélisol fondre, une nouvelle flore commencer à émerger et, plus important encore, les habitudes migratoires des animaux sauvages changer. Ils parlent de l’impact des changements climatiques sur les modes de vie traditionnels et des mesures qui, selon eux, pourraient y mettre fin. (OCLC 945583292; 17 ans et plus)

Ce billet ne fait qu’effleurer l’étendue des connaissances que les auteurs diffusent dans leurs écrits. Vous voulez connaître les livres d’auteurs inuit offerts dans votre région? Consultez votre bibliothèque locale et, si vous êtes à Ottawa, prenez rendez-vous avec nous dès que les mesures sanitaires auront été assouplies! Vous pouvez également faire une recherche dans notre catalogue, Aurora.

Remarque : Ce billet n’aurait pu être rédigé sans la contribution et les commentaires de Heather Campbell, ancienne employée de Bibliothèque et Archives Canada, et de Jennelle Doyle, archiviste pour l’initiative Écoutez pour entendre nos voix. Heather travaille désormais pour l’Inuit Art Foundation. Heather et Jennelle sont originaires du Nunatsiavut, à Terre-Neuve-et-Labrador.


Sarah Potts est bibliothécaire des acquisitions au sein de l’équipe responsable du dépôt légal à la Direction générale du patrimoine publié de Bibliothèque et Archives Canada.

Comment chercher un document sur l’émancipation?

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.Par Jasmine Charette

Cet article renferme de la terminologie et des contenus à caractère historique que certains pourraient considérer comme offensants, notamment au chapitre du langage utilisé pour désigner des groupes raciaux, ethniques et culturels. Pour en savoir plus, consultez notre Mise en garde — terminologie historique.

Dans un billet de blogue intitulé Émancipation des Premières Nations, j’ai discuté de l’histoire de l’émancipation et de ses répercussions sur les Premières Nations. Ici, j’expliquerai comment chercher des documents à ce sujet.

Vous aurez peut-être besoin de vous rendre sur place pour certaines recherches. Si c’est impossible, vous pouvez embaucher un chercheur indépendant ou demander l’aide de nos Services de référence sur la page Posez-nous une question.

Recherche dans la collection

La méthode la plus simple pour trouver un document sur l’émancipation est d’utiliser Recherche dans la collection. Si vous connaissez le nom de la personne et de sa bande ainsi que l’année approximative de son émancipation, cette méthode est pour vous. Dans certains documents, le nom de l’agence ou du district qui administrait la bande à l’époque remplace le nom de la bande.

Saisie d’écran de l’interface Recherche dans la collection, avec des résultats de recherche.
Saisie d’écran de la recherche d’un document sur l’émancipation pour l’agence Moravian.

Si vous ne connaissez pas l’agence ou le district qui administrait la bande, vous pouvez consulter les instruments de recherche ci-dessous. Ceux-ci sont classés par région; ils énumèrent les agences, les districts et les surintendances et fournissent le nom des bandes qui relevaient d’eux pendant des périodes précises, permettant ainsi de retracer l’administration des bandes au fil du temps. Ces guides sont disponibles dans nos salles de référence. Ils font partie du groupe d’archives RG10 (fond du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien).

  • 10-202 : Colombie-Britannique
  • 10-12 : Ouest du Canada (Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Yukon et Territoires du Nord-Ouest)
  • 10-157 : Ontario
  • 10-249 : Québec
  • 10-475 : Maritimes (Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve à partir de 1984)
  • 10-145 : Nouvelle-Écosse (la Nouvelle-Écosse avait un système distinct du reste du Canada)

Voici comment chercher un document sur l’émancipation dans la base de données Recherche dans la collection. Les documents recherchés étant en anglais, il faut utiliser le mot-clé enfranchisement plutôt qu’émancipation.

  1. Sous le menu Recherche dans la collection du site Web de BAC, cliquez sur Recherche dans la collection.
  2. Dans la barre de recherche, inscrivez enfranchisement [NOM] [BANDE/AGENCE].
  3. Dans le menu déroulant, choisissez Archives plutôt que Tous.
  4. Cliquez sur la loupe.
  5. Regardez les résultats et choisissez celui qui correspond à la bonne personne.

La référence complète d’un document ressemble à ceci :

RG10-B-3, Numéro de volume : 7222, Numéro de dossier : 8015-25; titre : « Moravian Agency – Enfranchisement – Hill, D.C ».

Remarque : L’accès à certains documents sur l’émancipation étant restreint, une demande d’accès en vertu de la Loi sur l’accès à l’information ou de la Loi sur la protection des renseignements personnels est parfois nécessaire pour les consulter. Notre site Web explique comment soumettre une telle demande.

Décrets

Une saisie d’écran de la base de données Recherche dans la collection.
Une saisie d’écran de la recherche visant à trouver les documents sur l’émancipation de James Marsdewan.

On peut aussi chercher les décrets qui confirmaient les émancipations. Bien qu’ils ne comprennent pas les documents les plus importants, les décrets peuvent renfermer des renseignements intéressants :

  • La personne a-t-elle été émancipée?
  • De quelle bande a-t-elle été émancipée?
  • Quel était son nom au moment de l’émancipation?
  • L’émancipation était-elle due à un mariage?

Grâce à ces renseignements, vous serez peut-être en mesure de trouver d’autres documents avec Recherche dans la collection.

Les décrets sont indexés par année dans nos registres rouges, lesquels se trouvent dans nos salles de référence. Ces registres sont séparés en deux : la première partie donne une liste de numéros de décret (classés de manière plus ou moins précise par date) et la deuxième propose une liste de mots-clés visant à faciliter la recherche d’un décret précis.

Le nom des personnes émancipées avant les années 1920 est mentionné dans nos registres rouges. Un outil externe peut vous aider à trouver des personnes et des familles dans les décrets subséquents : le site Web Order In Council Lists contient un index des personnes émancipées jusqu’en 1968.

Pour obtenir des renseignements plus précis sur la recherche de décrets, lisez nos billets de blogue Les décrets du Conseil accessibles en ligne et Comment accéder aux décrets du Conseil privé conservés à Bibliothèque et Archives Canada?

Si vous avez des questions, n’arrivez pas à identifier une personne ou avez besoin d’aide pour naviguer dans nos fonds, n’hésitez pas à communiquer avec les Services de référence. Nous vous aiderons avec plaisir!


Jasmine Charette est archiviste de référence à la Division des services de référence, Direction générale des services au public, Bibliothèque et Archives Canada.

Accès refusé

Par Forrest Pass

Les Canadiens ont la réputation d’être tranquilles et humbles. Alors que nous soulignons la Semaine de la liberté d’expression, il est intéressant d’observer qu’on reconnaissait ces mêmes traits de caractère national chez les censeurs, qui, dans l’ombre, déterminaient quels ouvrages le public pouvait ou non lire.

Par exemple, prenons la façon dont différents pays censurent, à la fin des années 1920, l’œuvre de D. H. Lawrence L’Amant de lady Chatterley, un classique de la littérature érotique. Aux États-Unis, la mise à l’index de cette œuvre suscite un débat au Congrès. Au Royaume-Uni, la publication d’une édition non expurgée donne alors lieu à un procès très médiatisé autour de la question de l’obscénité.

Au Canada, à l’inverse, l’interdiction de cette œuvre est annoncée dans les dernières pages du magazine The National Revenue Review, une publication interne destinée aux douaniers.

une page dactylographiée avec Prohibited Importation écrite en gras.

Annonce de l’interdiction d’importer Lady Chatterley’s Lover (L’Amant de lady Chatterley) de D. H. Lawrence, The National Revenue Review, vol. 3, no 5 (février 1930), p. 13. (OCLC 42299612)

À compter de la Confédération, le ministre du Revenu national – alors chargé de faire appliquer les lois par les douaniers – et son personnel détiennent, pour ainsi dire, le pouvoir absolu d’interdire l’importation de publications qu’ils jugent obscènes ou séditieuses. Dans les années 1950, les censeurs des douanes avaient déjà interdit bien au-delà d’un millier de titres.

S’il arrive que les auteurs et les éditeurs protestent, ils n’ont pas les moyens de contester ces décisions avant 1958. Même à ce moment, l’importateur doit alors prouver que la publication visée n’est ni obscène ni séditieuse. Ce n’est qu’en 2000 que la Cour suprême du Canada juge comme inconstitutionnelle la présomption de culpabilité d’un livre ou d’un magazine douteux.

Les censeurs des douanes travaillent en toute discrétion. Le ministère du Revenu national refuse alors pendant des décennies de publier une liste cumulative des publications mises à l’index. Les collections de Bibliothèque et Archives Canada permettent cependant de recenser les livres et les magazines censurés par le ministère.

À l’époque, lorsque le ministre considère une publication comme obscène ou séditieuse, il publie une note demandant aux douaniers d’intercepter aux ports d’entrée les livres ou les magazines concernés. On trouve encore des copies de ces notes dans une série d’albums de coupures, comprenant aussi des avis d’exemption de droits de douane et des énoncés de procédures concernant les vacances du personnel. À partir des années 1920, on publie aussi ces avis dans le magazine accessible au public The National Revenue Review. Les journaux relayent également régulièrement l’information.

Avant la Première Guerre mondiale, les premières cibles des censeurs sont surtout des journaux et des magazines états-uniens. Avec des titres comme Chicago Despatch et American House and Home, ces publications semblent d’abord plutôt inoffensives, mais une note signale qu’elles risquent de contenir des publicités inappropriées pour les Canadiens.

Au 20e siècle, beaucoup de livres et de magazines retiennent l’attention des censeurs des douanes. Bien sûr, le contenu à caractère sexuel – alors évalué selon des critères bien différents de ceux d’aujourd’hui – pose un problème récurrent, tout comme certains documentaires criminels, qu’on accuse de glorifier le gangstérisme. Ces censeurs interdisent aussi les écrits de propagande anticatholique extrémiste, dont certains pourraient aujourd’hui être considérés comme de la littérature haineuse. Au cours des années 1920 et 1930, des journaux communistes et socialistes en langues étrangères figurent aussi régulièrement sur les annonces d’interdiction.

Fait plus surprenant, le ministère tente aussi d’interdire les publications faisant la promotion de l’athéisme. En 1931, le journal torontois Globe félicite l’interdit frappant les écrits d’Emanuel Haldeman-Julius, un libre-penseur états-unien : « Ce serait de ridiculiser la religion que d’accepter ce type d’ouvrages au Canada, prévient le Globe. Si le ministère fait une erreur, c’est de ne pas interdire ces écrits subversifs avec suffisamment de vigueur. » [Traduction]

Une page dactylographee.

Note typique annonçant l’interdiction d’importer certaines publications, ici The Bible Unmasked, un tract promouvant l’athéisme; Art Lovers Magazine, comprenant des photographies suggestives et des articles sur des sujets artistiques et culturels; et Film Fun, contenant des illustrations de pin-ups (RG16-A-3, volume no 888).

Il est plutôt rare à l’époque que les censeurs des douanes canadiennes ciblent des œuvres littéraires connues, parce que ces décisions sont les plus susceptibles d’être critiquées. L’Amant de lady Chatterley fait exception, comme d’ailleurs Ulysse de James Joyce, frappé d’interdit en 1923. Il arrive que certaines publications critiquent les censeurs, dont le magazine Maclean’s et le quotidien Ottawa Citizen, ainsi que la revue Quill & Quire s’intéressant au milieu de l’édition du Canada.

Une page dactylographee

Note de 1926 annonçant la mise à l’index de Two Worlds Monthly, une revue littéraire new-yorkaise ayant publié en feuilleton Ulysse de James Joyce, en raison de l’interdiction de cette œuvre par les censeurs canadiens (RG16-A-3, volume no 888).

Les maisons d’édition canadiennes trouvent cependant des moyens d’échapper à ces interdits. En fait, les censeurs des douanes peuvent prohiber l’importation de certaines œuvres, mais pas leur production ou leur distribution. Les archives témoignant de saisies laissent croire que certains éditeurs tentent alors d’exploiter cette faille. En 1932, les douaniers saisissent deux exemplaires d’Un Juif amoureux, le roman osé du scénariste hollywoodien Ben Hecht mis à l’index par le ministère quelques mois auparavant. L’importateur, la maison d’édition torontoise G. J. Macleod and Company, se spécialise dans la réimpression de titres étrangers et aurait pu vouloir publier légalement une édition canadienne de ce roman. Un censeur voulant interdire un ouvrage produit au Canada doit d’abord convaincre un juge qu’il est de nature criminellement obscène ou séditieuse. À l’époque, comme les normes appliquées sont plutôt strictes, on réserve ce jugement aux publications les plus inconvenantes.

une page de grand livre avec une écriture à l'encre bleue

Archives témoignant de la saisie de « 2 romans Un Juif amoureux – importation interdite » [traduction] importés par G. J. McLeod and Company; et du verdict du ministère du Revenu national : « Que ces livres soient et demeurent confisqués, et qu’on les détruise » [traduction] (RG16-A-3, volume no 864).

Le seuil à partir duquel on peut alors interdire une œuvre importée est par contre beaucoup plus bas, et les censeurs ne justifient presque jamais leurs décisions. Leurs objections à L’Amant de lady Chatterley font probablement écho à celles de leurs homologues de Grande-Bretagne et des États-Unis. Le titre Gentlemen in Hades: The Story of a Damned Debutante (Les Gentilshommes de Hadès : damnation d’une débutante), un roman de Frederic Arnold Kummer, suggère en lui-même les raisons pour lesquelles l’œuvre est interdite au Canada en 1932. Les bibliothèques d’ici et d’ailleurs conservent cependant encore plusieurs exemplaires de ce roman sulfureux campé dans les années folles, qui tomba presque dans l’oubli. Mais aucune bibliothèque du monde ne compte d’exemplaire de Krums of Komford (censuré en 1895) ni de numéros du magazine American Beauties (frappé d’interdit en 1926).

Pas même les copies que détenaient les censeurs de ces œuvres perdues n’ont survécu, donc on ne peut qu’imaginer les raisons de leur interdiction. En 1938, le censeur en chef du ministère, J. Sydney Roe, révélait au Ottawa Citizen que, deux fois l’an, lui et un messager du ministère descendaient une brouette pleine de publications interdites au sous-sol de son immeuble de bureaux pour les brûler dans la fournaise à charbon.

En privé et sans tambour ni trompette, cette façon de brûler des livres était à l’image du peuple canadien.


Forrest Pass travaille comme conservateur dans l’équipe des expositions à Bibliothèque et Archives Canada.

La vie extraordinaire de John Freemont Smith – Défi Co-Lab du Mois de l’histoire des Noirs

Par Caitlin Webster

Veuillez noter que cet article et les documents auxquels il fait référence peuvent contenir des termes dépassés, indélicats ou offensants.

Transportons-nous à la fin du 19e siècle : parmi les milliers de personnes qui émigrent vers la Colombie-Britannique, peu connaîtront le parcours remarquable de John Freemont Smith. Mû par son enthousiasme pour sa nouvelle terre d’accueil et sa soif de réussite, il mènera une fructueuse carrière d’homme d’affaires, de représentant municipal et fédéral, ainsi que de bénévole doué d’un grand sens civique. Ses réalisations seront d’autant plus exceptionnelles qu’il est alors un homme noir dans un milieu de colons blancs. Sa vie durant, il subira le racisme, mais il inspirera également le respect et l’admiration de ses contemporains. Bibliothèque et Archives Canada (BAC) détient de nombreux documents d’archives témoignant du travail de John Freemont Smith au poste d’agent des Indiens à l’Agence de Kamloops, de 1912 à 1923. Certains de ces documents ont été sélectionnés pour créer un défi Co-Lab.

Portrait en buste de John Freemont Smith.

John Freemont Smith, vers les années 1870. Source : Kamloops Museum and Archives, KMA 6163

John Freemont (ou Fremont) Smith voit le jour à Sainte Croix le 16 octobre 1850, quelques années après l’abolition de l’esclavage dans les Antilles danoises. Il suivra des études et une formation de cordonnier à Copenhague et à Liverpool avant de partir voyager en Europe et en Amérique du Sud. En 1872, il pose ses valises à Victoria, en Colombie-Britannique. Il y ouvre une cordonnerie, puis épouse Mary Anastasia Miller en 1877.

Portrait familial noir et blanc pris en studio montrant Mary Smith et John Freemont Smith assis, et cinq de leurs enfants debout autour d’eux.

John Freemont Smith, son épouse Mary et leurs enfants Agnes, Louise, Mary, Leo et Amy, vers 1907-1910. Source : Kamloops Museum and Archives, KMA 10008

Après de brefs séjours à New Westminster et à Kamloops, la famille s’installe dans la région de Louis Creek en 1886. John Freemont Smith y ouvre une boutique, se lance dans la prospection de minerais et s’exerce au journalisme à la pige. Il devient également le premier maître de poste de Louis Creek, un emploi qu’il occupera jusqu’en 1898.

Cette même année, un incendie ravage la maison familiale; les Smith quittent Louis Creek et s’installent à Kamloops.

Carte à code de couleurs représentant les rues et les bâtiments d’une partie de la ville de Kamloops.

Plan d’assurance incendie de Kamloops, Colombie-Britannique, mai 1914. (e010688881-v8)

John Freemont Smith poursuit sa carrière à Kamloops, où il œuvre comme conseiller municipal de 1902 à 1907, puis comme évaluateur municipal en 1908. Il joue également un rôle actif au sein de la collectivité par sa contribution à la création de plusieurs organismes, dont l’association agricole, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux, l’association conservatrice et la chambre de commerce de Kamloops, où il occupera les fonctions de secrétaire pendant quelques années. En 1911, il fait construire sur la rue Victoria l’édifice Freemont, qui existe encore aujourd’hui.

Photographie noir et blanc de sept hommes en complet prenant la pose sur un trottoir en bois devant l’entrée d’un bâtiment. À l’arrière-plan, on voit des passants – deux hommes en complet et deux jeunes filles inconnues vêtues de robes blanches et coiffées de chapeaux blancs.

Conseil municipal de Kamloops de 1905 : le conseiller municipal J. F. Smith, le conseiller municipal D. C. McLaren, le conseiller municipal R. M. MacKay, le maire C. S. Stevens, le conseiller municipal J. M. Harper, le conseiller municipal J. Milton et le conseiller municipal A. E. McLean; à l’arrière-plan, à droite : J. H. Clements et William Charles. Photographie prise à l’angle de la rue Victoria et de la 3e Avenue. Source : Kamloops Museum and Archives, KMA 2858

En 1912, John Freemont Smith, alors âgé de 62 ans, est nommé agent des Indiens de Kamloops, un poste qu’il occupera pendant plus de dix ans. Son entrée en fonction se fait à un moment difficile. En effet, son prédécesseur, globalement connu pour son inefficacité et son manque d’assiduité, avait lésé les intérêts déjà menacés de la Première Nation locale, les Secwepemc. Cette même année, on met sur pied la Commission concernant les terres et les affaires indiennes dans la province de la Colombie-Britannique. Mieux connue sous le nom de Commission royale McKenna-McBride, elle aura des répercussions importantes sur les terres des Premières Nations en créant, en réduisant et en éliminant des réserves dans toute la province. Les premières tâches de John Freemont Smith consistent à se rendre dans les différentes réserves de l’agence tentaculaire pour recueillir des données destinées à la Commission, puis à défendre les Secwepemc contre les tentatives d’appropriation de leurs terres les plus précieuses.

 

Carte des réserves dans les agences de Nicola et de Kamloops. Un code de couleurs indique les réserves existantes, les nouvelles réserves et les réserves réduites.

Agence de Kamloops, 1916. (e010772172)

En outre, John Freemont Smith vit alors une situation délicate. En tant que colon noir dans une société majoritairement blanche, il subit le racisme de nombre de ses concitoyens. Néanmoins, son rôle d’agent est de mener à bien la politique d’assimilation des peuples autochtones voulue par le gouvernement canadien. Selon les instructions générales de 1910 transmises aux nouveaux agents de la Colombie-Britannique, l’objectif est d’amener les Secwepemc à renoncer à leur mode de vie traditionnel pour privilégier l’agriculture et l’élevage, de remplacer leur système agraire collectiviste par un système occidental constitué de parcelles distinctes pour chaque famille, et de promouvoir un idéal d’indépendance individuelle plutôt que les valeurs d’entraide.

Page d’une lettre dactylographiée comprenant quelques annotations manuscrites.

Page six d’un « exemplaire des instructions générales transmises aux nouveaux agents des Indiens en Colombie-Britannique » [traduction], 1910. (e007817641)

Compte tenu de son statut et de son travail, John Freemont Smith est bien conscient de la nature de ces politiques, puisque son devoir est de les mettre en œuvre. La situation dans laquelle il se trouve alors est complexe : une personne racisée imposant des politiques d’assimilation à d’autres personnes racisées au nom d’un système de gouvernance colonial. Il est cependant clair que durant toutes ses années comme agent, M. Smith prendra position en faveur des Secwepemc et fera preuve d’une intelligence pragmatique et d’une déontologie remarquable.

Dans ses fonctions d’agent, il doit relever deux défis majeurs : la très grande taille de l’Agence de Kamloops et le manque constant de fonds. En outre, les difficultés posées par l’expansion de la colonie et ses conséquences sur les terres et les systèmes d’irrigation des réserves le tourmenteront pendant ses 11 années à ce poste. Les ressources de BAC – aussi bien le premier témoignage de John Freemont Smith devant la Commission royale, que ses derniers rapports rédigés dix ans plus tard – rendent bien compte du dilemme frustrant auquel il est alors confronté. Son rôle consiste à mettre en œuvre une politique visant à encourager l’agriculture et l’élevage, mais il dispose de bien peu de ressources pour mener à bien cet objectif. Pendant ce temps, les agriculteurs, les éleveurs et les entreprises locales détournent les sources d’eau, empiètent sur le territoire des Secwepemc sans autorisation et exercent des pressions pour que les terres qu’ils convoitent soient retirées des réserves.

Ce sera notamment le cas de la réserve no 1 de Kamloops, située de l’autre côté de la rivière Thompson en face de Kamloops, dont la protection et le maintien nécessiteront une vigilance et un combat de tous les instants. Des personnalités influentes de la ville insistent pour que les Secwepemc soient expulsés et leurs terres vendues. Alors qu’il occupe ses fonctions d’agent des Indiens, John Freemont Smith doit gérer plusieurs tentatives d’expulsion, dont celle, en 1913, de la chambre de commerce de Kamloops qui fait valoir auprès de la Commission royale que les Secwepemc gagneraient à vendre leurs terres et à quitter Kamloops, et que la suppression de la réserve faciliterait l’expansion de la ville.

Lettre manuscrite sur un papier à en-tête de la chambre de commerce de Kamloops, apposée sur un formulaire de la Commission royale comportant un numéro de pièce.

Demande déposée par la chambre de commerce de Kamloops auprès de la Commission concernant les terres et les affaires indiennes dans la province de la Colombie-Britannique, visant à vendre l’entièreté ou une partie de la réserve no 1 de Kamloops. (RG 10, volume 11021, dossier 538C de Canadiana Héritage)

Une autre tentative d’expulsion a lieu en 1919 quand Henry Denison, secrétaire de la section de Kamloops du Fonds patriotique canadien, propose d’utiliser les terres pour accueillir les soldats ayant combattu durant la Première Guerre mondiale. Sans surprise, John Freemont Smith s’oppose à cette nouvelle demande d’acquisition des terres de réserve. Son refus suscite une réponse raciste de M. Denison qui, dans une lettre au député H. H. Stevens [en anglais], prétend, sans preuve, que les Secwepemc sont mécontents que le poste d’agent des Indiens soit occupé par un homme noir.

Page d’une lettre dactylographiée comprenant quelques annotations manuscrites.

Page deux d’une lettre de Henry Denison à H. H. Stevens contenant des propos racistes et anticatholiques. (RG 10, volume 7538, dossier 26 154-1 de Canadiana Héritage)

Grâce à ces expériences et à sa grande connaissance des autorités et des politiques locales, John Freemont Smith est bien placé pour repérer les manœuvres injustes contre les Secwepemc. Bien au fait du clientélisme ayant cours dans de nombreuses petites villes, il sait reconnaître les pratiques discriminatoires de certaines collectivités locales. Par exemple, tandis qu’il tente de faire rembourser au chef Titlanetza de la bande de Cook’s Ferry une amende infligée pour colportage, John Freemont Smith explique ainsi la tactique d’une administration municipale [traduction] : « Il est de notoriété publique que les frais d’entretien indirects de la Ville de Merritt sont en grande partie couverts grâce à l’argent extorqué aux Indiens sous forme d’amendes et par d’autres moyens. »

John Freemont Smith travaillera comme agent jusqu’en 1923 et restera à Kamloops jusqu’à la fin de sa vie. Il continuera d’écrire pour le journal local et poursuivra ses activités bénévoles dans diverses organisations civiques comme le club Rotary local. Il rendra l’âme dans son bureau, dans l’édifice Freemont, le 5 octobre 1934.

Co-Lab est un outil en ligne par lequel BAC permet aux utilisateurs d’étiqueter, de transcrire, de traduire et de décrire les documents numérisés sur son site Web. À l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs, BAC a créé un défi Co-Lab afin de transcrire les documents relatifs au travail de John Freemont Smith comme agent de Kamloops. Veuillez noter que certains de ces documents peuvent contenir des termes dépassés, indélicats ou offensants.

Pour en savoir plus sur John Freemont Smith et sur la vie des Secwepemc à cette époque, nous vous invitons à consulter les ressources suivantes [en anglais] :


Caitlin Webster est archiviste principale à la Division des services de référence au bureau de Vancouver de Bibliothèque et Archives Canada.

Kirkina Mucko à un mariage à Rigolet, au Labrador

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.Par Heather Campbell

Avertissement : Le présent billet de blogue comprend du contenu explicite (décès, acte médical, amputation) qui pourrait constituer un élément déclencheur chez certains lecteurs ou les offenser.

Photo noir et blanc d’un groupe d’hommes, de femmes et d’enfants assis ou debout dans un champ où poussent des fleurs. On voit derrière eux une étendue d’eau et des terres, au loin. Un chien se trouve à gauche dans l’avant-plan.

Mariage de Wilfred et Beatrice Shiwak; titre original : A wedding party, at Rigolet [réception de mariage à Rigolet]. Wilfred et Beatrice sont debout au centre; Kirkina Mucko est agenouillée entre Wilfred et la mère de ce dernier. (e011439717)

Lorsque j’ai commencé à travailler à Bibliothèque et Archives Canada (BAC) en 2018, j’ai tout naturellement fait une recherche rapide pour voir si notre collection contenait des documents liés à ma ville natale, au Labrador. En recherchant simplement « Rigolet », j’ai obtenu quelques résultats, dont un document qui n’avait pas encore été numérisé : A wedding in Rigolet, 1923 [un mariage à Rigolet, 1923]. Comme la photo n’avait pas été numérisée, je l’ai mise de côté et ne m’en suis souvenue que l’été dernier, lorsque je cherchais dans la collection de l’International Grenfell Association (IGA) pour cette même période. Je me suis dit que je tenterais le coup et j’ai commandé la boîte pour en examiner le contenu. Lorsque les photos sont arrivées, je les ai feuilletées rapidement pour trouver celle que je cherchais; j’avais le pressentiment que j’allais y découvrir quelque chose d’intéressant. Après tout, je viens d’une collectivité de seulement 320 habitants; j’étais donc certaine de connaître les membres de la famille et leurs proches.

J’ai enfin trouvé la photo au fond de la pile.

Les visages me semblaient familiers…

Et j’ai fini par reconnaître l’un d’entre eux!

Je connaissais bien l’homme sur la photo, puisque j’avais dessiné son portrait pour l’offrir comme cadeau de Noël à ma grand-mère, de nombreuses années auparavant. C’était bien lui, mon arrière-grand-père « Papa Wilfred » et, à sa gauche, mon arrière-grand-mère, Beatrice! Pendant toutes ces années, la photo était cachée dans les archives, et je pouvais enfin la montrer à ma famille au Labrador!

J’ai publié l’image sur Facebook en y étiquetant Un visage, un nom dans l’espoir de pouvoir identifier d’autres personnes sur la photo. En quelques minutes, j’ai reçu une réponse. La femme se tenant debout à la droite de Wilfred est sa mère, Sarah Susanna, et la femme agenouillée entre les deux est la célèbre infirmière inuk Kirkina Mucko (née Elizabeth Jeffries). Les rapports diffèrent, mais d’après les dires des habitants locaux, le père d’Elizabeth est allé chercher une sage-femme pendant l’accouchement de sa femme. À son retour, il découvre que sa femme et le nouveau-né sont décédés pendant son absence, et que la petite Elizabeth, âgée de deux ans, souffre d’engelures graves aux jambes et est atteinte de gangrène. Aucun médecin ne se trouve à proximité. Il prend alors l’éprouvante et pénible décision d’amputer lui-même les jambes d’Elizabeth au moyen d’une hache. Afin d’arrêter l’hémorragie, il met les jambes de sa fille dans un baril de farine! Un article publié des années plus tard raconte que le médecin local, Wilfred Grenfell (nommé plus tard sir Wilfred Grenfell), a pleuré lorsqu’il a entendu l’histoire de la fillette. Dès lors, Wilfred Grenfell amène Elizabeth à un orphelinat à St. Anthony, à Terre-Neuve, et réussit à recueillir assez de fonds pour lui procurer des jambes artificielles. Elle accompagnera le médecin aux États-Unis et au Mexique afin de recueillir des fonds pour l’IGA. À l’époque, l’IGA fournit des soins de santé à toute la population du Labrador et réalise diverses activités de bienfaisance.

Photo noir et blanc d’un grand groupe d’hommes, de femmes et d’enfants sur un quai. On aperçoit au loin une étendue d’eau, un bateau et des montagnes.

Certaines de ces personnes ont parcouru plus de 30 km pour écouter la messe annuelle du révérend anglican Parson Gordon, qu’on voit ici à droite, vêtu d’une robe religieuse. (e011439717)

Plus tard, pour des raisons inconnues, un médecin de Boston la renommera Kirkina. Des Inuit expliquent qu’à l’époque, les enfants inuit qui se trouvaient dans des hôpitaux du Sud se faisaient parfois traiter comme des animaux de compagnie. Dans de tels cas, ces enfants ne revoyaient plus jamais leur famille dans l’Arctique après avoir été emmenés et élevés par le personnel des hôpitaux. Je présume que c’est ce genre d’attitude qui a amené le médecin à changer le nom d’Elizabeth. À son mariage, son nom change encore une fois et devient Kirkina Mucko.

Pendant la pandémie de grippe espagnole de 1918, son mari et trois à six de ses enfants décèdent (certains témoignages pourraient avoir inclus ses beaux-enfants, ce qui explique l’écart). Motivée par cette perte énorme, Kirkina Mucko décide de devenir infirmière. Elle suit une formation et décide plus tard de se spécialiser dans la profession de sage-femme. Sa carrière durera 36 ans! De nombreux articles de journaux et textes de l’IGA mentionnent Kirkina Mucko et son histoire exceptionnelle, et bon nombre de ces écrits se trouvent maintenant dans les fonds documentaires à BAC. En 2008, le refuge pour femmes de Rigolet a été nommé Kirkina House en hommage à la force et à la persévérance de l’infirmière.

Ce blogue fait partie d’une série portant sur les Initiatives du patrimoine documentaire autochtone. Apprenez-en plus sur la façon dont Bibliothèque et Archives Canada (BAC) améliore l’accès aux collections en lien avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Voyez aussi comment BAC appuie les communautés en matière de préservation d’enregistrements de langue autochtone.


Heather Campbell est une artiste inuk originaire du Nunatsiavut, à Terre-Neuve-et-Labrador. Elle a été recherchiste dans l’équipe du projet Nous sommes là : Voici nos histoires, à Bibliothèque et Archives Canada.

 

N’ayez pas peur des conférences virtuelles!

Par Sarah Potts

J’ai réalisé dernièrement que le personnel de Bibliothèque et Archives Canada fait du télétravail à temps plein depuis presque un an, comme beaucoup de Canadiens. J’ai aussi réfléchi aux conséquences de la pandémie sur ma vie professionnelle. En fait, mes tâches de bibliothécaire aux acquisitions n’ont jamais arrêté, contrairement à ma routine habituelle et à mes interactions avec le milieu. J’ai donc sauté sur l’occasion quand on m’a offert de participer à une activité en ligne.

Photo couleur d’un ordinateur portable sur une table en bois, avec une lampe et des stylos dans un pot.
Je vous présente mon bureau! (Ou plutôt ma table de cuisine…)

Là mais pas là

J’ai pris part à un événement qui existe depuis plus de 20 ans : la Journée du dialogue du Library Journal (en anglais). Normalement, la Journée se tient quelques fois par année, en personne. Bibliothécaires et éditeurs peuvent alors réseauter et discuter des dernières tendances littéraires.

Cette fois, à cause de la COVID-19, la Journée s’est déroulée gratuitement en ligne. Motivée par l’idée de suivre des ateliers en direct et d’échanger avec les autres, j’ai découvert que la plupart des séances étaient préenregistrées.

Cela dit, un certain degré d’interaction demeurait possible. Par exemple, nous avons pu clavarder et échanger des idées entre participants. Nous avons aussi discuté en groupe avec des auteurs. C’était exigeant : mes onglets Internet – et ma capacité mentale – se sont retrouvés sollicités à leur maximum! J’ai passé tellement de temps à vérifier certains concepts que j’en ai parfois oublié de suivre le fil de la conversation. Devant l’abondance de possibilités, j’avais peur de ne pas en faire assez.

Même en sachant que je pourrais réécouter les séances plus tard, je me suis inquiétée. Allais-je manquer quelque chose d’important si je ne suivais pas un atelier en temps réel? C’est à peine si j’ai osé m’éloigner de mon ordinateur pour prendre des pauses. Je suis même allée sur les médias sociaux pour m’assurer de ne rien manquer. Et soudain, j’ai compris : je vivais ce qu’on appelle le syndrome FOMO.

Trop à faire, trop peu de temps

L’expression FOMO vient de l’anglais fear of missing out, c’est-à-dire la peur de manquer quelque chose. Elle a été popularisée au début des années 2000 par Patrick McGinnis, un auteur et chercheur américain. En gros, dès qu’on se retire d’un événement ou d’une discussion, on a peur de manquer quelque chose d’important ou d’intéressant. (Cet article en anglais du Time traite du FOMO.)

De mon côté, je me suis posé plein de questions. Si je pars, vais-je manquer une discussion avec quelqu’un? Si je prends une pause, suis-je une mauvaise participante? Si je ne pose pas de questions, mes collègues vont-ils me juger? Bref, j’ai passé plus de temps à m’inquiéter qu’à profiter de l’événement.

Mon anxiété s’est aussi manifestée en dehors des ateliers : j’ai eu du mal à ignorer mes tâches habituelles. Quand j’assiste en personne à une conférence, je ne passe pas mon temps à vérifier mes courriels, mes textos et ma boîte vocale. Pourtant, ce fut le cas pendant la Journée du dialogue. Si un client ou un collègue m’écrivait, je répondais illico. J’étais incapable de délaisser mes tâches ne serait-ce qu’un instant sans me sentir coupable (un sentiment déjà exacerbé par le télétravail). Je savais que c’était malsain, mais je n’arrivais pas à déconnecter.

Ottawa, nous avons un problème

Il a fallu quelqu’un d’autre – ma mère, pour ne pas la nommer – pour me sortir de ce tourbillon. Elle m’a rappelé l’importance de prendre des pauses et de penser à moi pour préserver ma santé. Sans compter qu’en revenant plus reposée, j’aurais de meilleurs échanges avec les participants.

Photo couleur d’un parc urbain avec des arbres et des sentiers.
J’étais tellement obsédée par ma présence en ligne que j’ai fini par utiliser ma « pause » pour aller marcher dans un parc… tout en continuant à suivre la conférence! Ci-dessus : Lieu historique national des Hauteurs-de-Queenston, Niagara-on-the-Lake (Ontario).

Bref. Ce n’est pas que les conférences virtuelles sont horribles… mais disons qu’elles posent de nouveaux défis. J’ai beaucoup aimé discuter avec des bibliothécaires du monde entier, des auteurs étrangers et leurs éditeurs. Et à bien y penser, pouvoir réécouter des ateliers préenregistrés, ça a ses avantages. On peut apprendre à son rythme et revoir des concepts qu’on avait mal compris. Toute cette expérience m’a permis de cheminer et d’en apprendre plus sur mon style de travail.

Plusieurs Canadiens ont publié, en français et en anglais, des articles en ligne (ironique, n’est-ce pas?) et des idées sur la façon de vaincre le syndrome FOMO. La solution qui revient le plus souvent? Prenez une pause et profitez du moment présent. Ce n’est pas toujours facile – j’en suis la preuve –, mais vous reviendrez frais et dispos, et la suite sera plus agréable.  

Bibliothèque et Archives Canada possède quelques ouvrages sur ce thème. Voici des suggestions :

Pour des suggestions de titre en anglais, voyez la version originale de ce billet.


Sarah Potts est bibliothécaire aux acquisitions à la Section du dépôt légal de la Direction générale du patrimoine publié, à Bibliothèque et Archives Canada.

Résister : La longue histoire de l’activisme noir au Canada

Par Amina Musa et Krista Cooke

En 1628, un garçon de six ans est enlevé par des marchands d’esclaves de Madagascar, devenant le premier esclave documenté en Nouvelle-France. La lutte contre l’esclavage et contre le racisme qui en découle, menée pour obtenir le respect et l’égalité juridique des Canadiens noirs, dure donc depuis plusieurs siècles. L’amélioration de la qualité de vie d’un groupe racial marginalisé est un combat constant composé de moments de courage individuel et d’actions collectives.

Photographie noir et blanc de trois jeunes assis à une table dans une salle de réunion, tenant des notes d’allocution ou des ordres du jour. À la gauche se trouve une femme blanche avec des cheveux courts et une veste en suède. Au centre, une femme noire porte des lunettes fumées et un large bandeau. À droite, un homme noir porte un chandail à motifs et une veste unie. Sur le mur derrière eux, au-dessus de leur tête, est accroché un grand portrait photographique d’un homme blanc âgé vêtu d’un veston et d’une cravate.
Conférenciers lors d’une réunion de la Greater Windsor Foundation, 1963. (MG28-I119)

La photo ci-dessus, prise en 1963 par Irv King, à l’apogée du mouvement américain pour les droits de la personne, montre des jeunes qui travaillent avec la Greater Windsor Foundation, en Ontario, afin de changer les choses dans leur communauté.

La collection de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) comprend des œuvres d’art, des photographies, des documents, des cartes et des archives audiovisuelles qui montrent ce qui a changé et ce qui est demeuré stable dans la vie des Canadiens noirs. Fort incomplète, elle comprend néanmoins des ressources intéressantes, comme celles sur les loyalistes de l’Empire-Uni, la colonie d’Elgin, les porteurs ferroviaires ainsi que des auteurs, politiciens et militants pour les droits de la personne de la fin du 20e siècle (dont ceux mentionnés plus bas).

Au cours des siècles, de nombreuses personnes se battent contre le racisme systémique au Canada. Certains se concentrent sur la célébration, la documentation et la conservation des cultures riches et diversifiées au sein de leurs communautés. D’autres défient le statu quo par des procédures judiciaires et de nouvelles politiques. D’autres encore établissent des réseaux de soutien pour aider leurs concitoyens à s’épanouir financièrement et psychologiquement. Beaucoup s’impliquent dans les trois catégories pour offrir un avenir meilleur aux générations futures de Canadiens noirs.

Une foule défile au milieu d’une rue dans une petite ville. Des magasins en bois bordent la rue de chaque côté. La foule est menée par un homme noir distingué, moustachu, vêtu d’un haut-de-forme et d’une queue-de-pie, qui se déplace à cheval. Une fanfare, des groupes de petits garçons et plusieurs adultes marchent derrière lui. La plupart des gens dont le visage est visible dans la foule semblent Noirs. En arrière-plan, un deuxième cheval tire un char sur lequel se tiennent des femmes vêtues de robes blanches et de chapeaux à large bord.
Défilé du jour de l’émancipation à Amherstburg (Ontario), 1894 (a163923)

De nos jours, la célébration de la culture noire et de son importance au Canada revêt de nombreuses formes : richesse littéraire, musicale et artistique; centres culturels, musées et sites historiques; Mois de l’histoire des Noirs; programmes universitaires en études de la communauté noire; festivals divers; etc. Au nombre de ces événements, il y a le jour de l’émancipation, célébré chaque année (depuis 1834!) pour commémorer l’adoption de la loi sur l’abolition de l’esclavage. La photo ci-dessus montre le défilé de 1894 à Amherstburg, en Ontario.

Tous ces festivals, livres et musées ont une chose en commun : ils sont l’œuvre de gens déterminés qui tiennent à célébrer la culture et l’histoire des Noirs. BAC possède des collections sur un grand nombre de ces personnes et organisations, notamment :

Leur activisme, combiné à celui de nombreuses autres personnes, a façonné la manière dont les Canadiens de tous les horizons comprennent l’histoire des Noirs.

Un portrait en buste d’un homme noir âgé vêtu d’une toge de juge et d’une chemise blanche impeccable. Sa toge noire est décorée d’une écharpe bourgogne. L’homme, qui regarde directement l’observateur, a de courts cheveux gris et une moustache blanche.
Portrait du juge de la citoyenneté Stanley Grizzle, peint par William Stapleton (c151473k)

La lutte contre la discrimination de la communauté noire est jalonnée d’obstacles juridiques. Au début du 20e siècle, beaucoup de personnes noires se voient refuser l’accès à des ressources et n’ont pas droit aux mêmes possibilités que les autres. Pour combattre cette inégalité, il faut souvent contester ces restrictions au tribunal.

Stanley Grizzle commence à prendre part à cette lutte dans les années 1930, dans son rôle de membre fondateur du Railway Porter’s Trade Union Council, à Toronto. Il a consigné par écrit les efforts d’autres militants, laissant ainsi une vaste collection de dossiers de recherche à BAC.

Stanley Grizzle a notamment documenté les activités de Charles Roach, un militant et avocat spécialisé des droits de la personne qui utilise ses connaissances juridiques pour représenter de nombreuses personnes victimes d’oppression et vivant des difficultés, dont des réfugiés souhaitant immigrer au Canada. Roach est le cofondateur du Black Action Defence Committee, une organisation créée en 1970 à Toronto en réponse au décès de plusieurs hommes noirs aux mains de policiers. Ce comité a joué un rôle crucial dans la formation de l’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario.

Pearleen Oliver, qui a récemment fait l’objet d’une nouvelle biographie, mène en 1940 une campagne couronnée de succès pour renverser l’exclusion des femmes noires dans les écoles de soins infirmiers. Avec son mari, le docteur William Pearly Oliver, elle fonde la Nova Scotia Association for the Advancement of Coloured People afin de lutter contre la discrimination relative à l’embauche, à l’éducation et au logement.

Charles Roach, Stanley Grizzle et le couple Oliver ne sont que quelques-uns des acteurs de changement dans la communauté des militants. Beaucoup d’autres ont laissé des marques profondes dans la société canadienne.

Esquisse d’un portrait d’une femme assise. L’artiste a représenté la jupe de la femme à l’aide de traits très simples, mais a peint le visage en aquarelle. La tête et le haut du portrait sont plus détaillés que le reste du corps. La femme, noire, porte un foulard de tête noir et blanc avec des motifs, un châle, une blouse à larges manches resserrées aux poignets, des gants et une jupe. Elle est assise, les mains jointes sur ses genoux, et semble regarder au loin, au-dessus de l’épaule gauche de l’observateur.
La « généreuse femme de couleur » (Good Woman of Colour), de lady Caroline B. Estcourt (c093963k)

Au fil des siècles, les préjugés raciaux prennent des formes très diverses au Canada. De l’esclavage à l’inégalité sanctionnée par la loi – qui empêche beaucoup de Canadiens noirs de choisir leur lieu de travail ou de culte, leur logement ou leur établissement d’enseignement –, en passant par la dure réalité du racisme systémique, de nombreux facteurs marginalisent des générations de Canadiens noirs. Il devient ainsi particulièrement important pour les membres de ces communautés de se soutenir mutuellement.

Par exemple, cette femme de la région de Niagara, dont le nom reste inconnu, a impressionné l’artiste qui a esquissé son portrait, car elle a pris soin d’un homme noir démuni et malade qui n’était plus capable de payer son loyer. Le Cygne noir (Elizabeth Greenfield), chanteuse de concert américaine et ancienne esclave, a fait don des bénéfices d’un concert, en 1855, pour financer le déplacement d’esclaves en fuite au Canada.

Plus récemment, des organisations comme la Home Service Association, à Toronto, et le Negro Community Centre, à Montréal, ont offert de l’aide aux personnes dans le besoin, fait la promotion d’événements culturels noirs et invité des conférenciers à parler de sujets importants tels que l’apartheid et le mouvement pour les droits de la personne.

Photographie noir et blanc de trois petites filles noires tenant des jouets. Les deux fillettes à gauche tiennent des poupées de porcelaine, et celle à droite, un gros ourson en peluche. Les trois enfants sourient timidement au photographe et aux passants. Elles sont bien habillées, ont les cheveux coiffés en tresses décorées de rubans, et se tiennent debout devant un mur couvert d’affiches.

Trois jeunes filles, Eleitha Haynes, Elizabeth Phillips et Camille Haynes, célèbrent la Semaine de la fraternité au Negro Community Centre, à Montréal, en 1959. Photo : Dave Legget (e011051725)

Actes individuels de courage et de soutien, mouvements communautaires, procédures judiciaires officielles : la communauté noire du Canada a travaillé des siècles durant pour surmonter le racisme. Le mouvement Black Lives Matter, qui a mis l’activisme antiracisme sous les feux de l’actualité en 2020, est fondé sur la bravoure et le franc-parler des générations passées de Canadiens noirs, et attire de nouveau l’attention sur la réalité du racisme au Canada.


 Krista Cooke travaille comme conservatrice au sein de la Direction générale des services au public. Amina Musa est adjointe en archivistique à la Direction générale des archives.

Une journée dans la vie d’une bibliothécaire de référence

Par Kristen Frame

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède une vaste collection de publications : romans, ouvrages documentaires, journaux, rapports gouvernementaux, débats parlementaires, cartes, atlas, partitions, enregistrements sonores et films. Mais comment la richesse de notre collection peut-elle aider les bibliothécaires de référence à répondre à vos questions?

Je reçois des demandes sur divers sujets qui exigent la consultation de nombreux types de documents. Récemment, on m’a demandé de trouver une copie d’un ordre général de la Milice datant de la Première Guerre mondiale. Cet ordre publié en août 1915 annulait un règlement obligeant les hommes mariés à obtenir le consentement de leur épouse avant de s’enrôler. J’ai dû consulter plusieurs types de publications de notre collection pour répondre à cette question.

Ordres généraux

Photo de la page titre d’un ouvrage.
Ministère de la Défense nationale, General orders [Ordre généraux], 1915.

J’ai commencé par chercher dans des livres qui regroupent des ordres généraux publiés entre 1897 et 1945. Ces documents peuvent être commandés sur Aurora, notre catalogue en ligne.

J’ai d’abord consulté le volume de 1915, mais l’ordre général en question ne s’y trouvait pas.

Gazette du Canada

Page tapuscrite sur deux colonnes de la Gazette du Canada.
Page de la Gazette du Canada (août 1915) sur laquelle figurent des ordres généraux; image tirée du site Chronique d’un pays : la Gazette du Canada.

J’ai ensuite vérifié si le numéro de 1915 de la Gazette du Canada avait publié cet ordre général, comme c’était souvent le cas en temps de guerre. Les numéros de 1941 à 1997 sont disponibles en ligne dans notre base de données Chronique d’un pays : la Gazette du Canada. Encore une fois, mes recherches furent infructueuses.

Sources secondaires

La prochaine étape était de consulter des sources secondaires (livres et articles) pour voir si d’autres chercheurs avaient travaillé sur cet ordre général. J’ai trouvé des références dans les publications suivantes :

Ces références ne disent cependant pas où cet ordre général a été publié, ni même s’il l’a été. Le mystère s’épaississait!

Journaux

Deux articles de journal, côte à côte.
The Toronto Daily Star, 20 août 1915, page 7; The globe, 21 août 1915, page 6.

J’ai alors décidé de consulter des journaux pour voir si j’avais la bonne date de parution de l’ordre général. Les numéros du Toronto Star et du Globe and Mail d’août 1915 contiennent des articles sur la modification des règlements liés à l’enrôlement dans l’armée : les hommes pouvaient maintenant s’enrôler dans le Corps expéditionnaire canadien sans le consentement de leur épouse (pour les hommes mariés) ou de leurs parents (pour les enfants de moins de 17 ans).

Décrets

Page tapuscrite dont le titre anglais signifie : « Ordres généraux – 1915 ».

Conseil privé, 1915-1948, corps expéditionnaires outre-mer, règlements sur l’enrôlement 1915/08/19, ministre de la Milice et de la Défense par intérim, 14 août 1915 (e010920460).

Maintenant certaine que l’ordre général avait bel et bien été adopté en août 1915, je me suis dit que le gouvernement ne l’avait probablement pas publié. Cependant, comme ultime tentative, j’ai fait une recherche dans la base de données des décrets au moyen de Recherche dans la collection. À cette époque, en effet, les ordres généraux étaient parfois approuvés par décret. Surprise! C’est là qu’il se cachait. J’avais enfin mis la main sur le document recherché!

Comme vous pouvez le voir, ce n’était pas une tâche facile. Cet exemple illustre à la perfection les nombreuses recherches qu’il faut parfois faire pour répondre à des questions de référence.

Avez-vous besoin de l’aide d’un bibliothécaire ou d’un archiviste? Envoyez-nous votre question par écrit dès aujourd’hui.


Kristen Frame est bibliothécaire de référence à la Division des services de référence de Bibliothèque et Archives Canada.

Plans de lots riverains de la Nation métisse

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.

Par William Benoit

Peinture à l’huile illustrant une personne sur une charrette de la rivière Rouge tirée par un bœuf sur un chemin de terre. Une petite maison blanche et deux autres petits bâtiments se trouvent en arrière-plan.
Maison d’un colon manitobain et charrette de la rivière Rouge (c013965k)

Bibliothèque et Archives Canada détient des plans de lots riverains métis produits par le gouvernement du Canada, conformément à la Loi sur le Manitoba et aux accords sur le transfert de la Terre de Rupert et du Territoire du Nord-Ouest. Ces plans sont importants pour comprendre la Nation métisse. Ils sont d’une valeur inestimable pour tous les Métis puisqu’ils indiquent où leurs ancêtres habitaient avant que la région ne soit intégrée au Canada.

Bien que ces cartes de lots riverains n’utilisent pas le mitchif, elles montrent clairement d’où la langue est originaire et indique dans quelle région de la rivière Rouge les familles parlaient cette langue propre à la culture métisse.

Grande carte représentant des lots riverains rectangulaires et étroits. Les noms des propriétaires des lots sont écrits à l’encre rouge. Une rose des vents indiquant le nord se trouve dans le haut de la carte.
Plan des lots riverains dans la paroisse de Lorette, au Manitoba. Arpentage effectué par G. McPhillips, arpenteur adjoint; revu et certifié par A. H. Whitcher, inspecteur des arpentages. Bureau d’arpentage des terres fédérales, Winnipeg, 16 février 1878. (e011213852)

La colonie de la Rivière-Rouge est le berceau de la patrie de la Nation métisse. En 1869, on y compte 12 000 habitants, dont 10 000 sont des Métis, et 7 000 de ces Métis sont des enfants.

En 1670, le roi Charles II octroie la Terre de Rupert à la Compagnie de la Baie d’Hudson. Ce territoire comprend toutes les terres irriguées par les rivières qui s’écoulent dans la baie d’Hudson. Il recouvre aussi ce qui est devenu le Manitoba, la majeure partie de la Saskatchewan, le sud de l’Alberta, le sud du Nunavut et le nord du Québec et de l’Ontario. La Terre de Rupert s’étend jusqu’aux États-Unis actuels, couvrant une partie du Minnesota, du Dakota du Nord, du Dakota du Sud et du Montana.

Le 19 novembre 1869, la Compagnie de la Baie d’Hudson cède la Terre de Rupert et le Territoire du Nord-Ouest (qui lui avaient été octroyés par lettres patentes) à la Couronne britannique. Par un décret daté du 23 juin 1870, le gouvernement britannique admet le territoire au Canada au titre de l’article 146 de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, 1867 (maintenant la Loi constitutionnelle de 1867). Le transfert entre en vigueur le 15 juillet 1870.

Cette cession fait l’objet de traités avec les nations autochtones souveraines. Selon les conditions établies dans les documents et les traités concernant la Terre de Rupert, celles-ci doivent donner leur consentement pour que la Couronne impériale puisse exercer sa souveraineté.

Or, les Métis de la Rivière-Rouge rejettent ce transfert, y voyant une menace pour leur mode de vie. Ils s’inquiètent de voir leur territoire et leurs droits démocratiques menacés par le nouveau régime proposé. Le gouvernement fédéral envoie des équipes d’arpentage avant le transfert de la Terre de Rupert. Leurs levés doivent être effectués selon le système d’arpentage ontarien, en carrés, alors que les Métis utilisent des lots longs et étroits, dont l’extrémité donne sur la rivière. Par conséquent, le nouveau système découpe les propriétés existantes.

Le 11 octobre 1869, proclamant que le gouvernement fédéral n’a pas le droit d’agir sans autorisation, 16 Métis empêchent une équipe d’arpenteurs d’accéder à un lot riverain. La remise en question des méthodes adoptées par le gouvernement du Canada signifie à ce dernier qu’il doit consulter les résidents et respecter leurs droits.

En novembre 1869, les Métis s’emparent d’Upper Fort Garry et établissent un gouvernement provisoire. Celui-ci rédige une liste de demandes que le Canada doit satisfaire avant que les Métis acceptent l’incorporation de leurs terres au pays. La Loi sur le Manitoba découle de ces demandes. Cet « accord » est l’un des pactes fondamentaux qui conduisent à l’expansion du Canada vers l’ouest.

L’intention derrière la Loi sur le Manitoba consiste à respecter les préoccupations des Métis à l’égard de leurs terres traditionnelles. Elle prend deux formes : une disposition visant à protéger les propriétés foncières existantes des 3 000 propriétaires métis adultes (article 32), et une disposition visant à donner aux 7 000 enfants métis une « longueur d’avance » dans la province avec une concession de 1,4 million d’acres de terre (article 31).

Dans le Manitoba d’après la Confédération, la position des Métis se détériore. Les nouveaux pionniers provenant de l’Ontario se montrent hostiles. Pendant plusieurs générations, des aînés décriront cette période comme un « règne de terreur » contre les Métis. L’application des articles 31 et 32 sur la gestion des terres est un processus très long, gangrené par la corruption. En conséquence, de nombreux Métis vendent les droits fonciers qui leur ont été promis et quittent la province qu’ils ont contribué à créer.

La carte ci-dessous, dessinée en 1874, montre les lots riverains dans les paroisses St-Norbert et St-Vital. Elle illustre la situation à l’époque où la diaspora métisse vient de se former. Elle documente également les spéculations foncières de personnes telles que Donald Smith, célèbre pour son implication dans la construction du chemin de fer national, ainsi que les efforts du clergé catholique visant à créer et maintenir une enclave francophone en prévision de la vague d’immigration à venir.

Les cartes des lots riverains métis sont des documents très importants aujourd’hui, car elles aident à identifier et à recenser les citoyens de la nation métisse.

Grande carte représentant des lots riverains étroits et rectangulaires. Les noms des propriétaires des lots sont écrits à l’encre rouge. Un chemin de fer et une rivière sont dessinés sur la carte.
Plan des lots riverains dans les paroisses St-Norbert et St-Vital, au Manitoba (e011205909)

Visitez l’album Flickr sur les images des plans de lots riverains de la Nation métisse


William Benoit est conseiller en engagement autochtone interne au bureau du bibliothécaire et archiviste du Canada adjoint à Bibliothèque et Archives Canada.

Les timbres-poste conçus par Helen Roberta Fitzgerald

Par James Bone

Helen Roberta Fitzgerald (Helen Bacon, dans certains documents) est la première femme à concevoir des timbres-poste pour le Canada. Son premier timbre est Union mondiale de femmes rurales (1959). Elle en concevra ensuite six autres, tous acceptés par le ministère des Postes de l’époque. Si l’on compte son concept de Noël apparu sur deux timbres différents, ses œuvres seront utilisées pour illustrer huit timbres-poste canadiens.

Née en 1919 à Edmonton (Alberta), Helen Roberta Fitzgerald grandit à Toronto et passe la plus grande partie de sa vie en Ontario. Elle étudie l’art et le design dès son plus jeune âge, puis termine son éducation à l’École d’art de l’Ontario (maintenant l’Université de l’EADO), où elle enseignera plus tard. En plus d’enseigner, elle participe aux travaux d’art commercial du catalogue Eaton et fait de la pige dans les domaines de l’infographie et de la maquette. Elle participe très activement aux techniques artistiques faisant appel au textile, à la mosaïque et à la broderie. Plusieurs églises de l’Ontario l’embauchent d’ailleurs pour réaliser des œuvres ecclésiastiques.

Photo noir et blanc d’une femme qui sourit.
Helen Roberta Fitzgerald, en 1978. Photo fournie par l’artiste elle-même pour le projet de base de données des Archives postales canadiennes.

Helen Roberta Fitzgerald conçoit ensuite d’autres timbres, dont Association des Guides (1960), L’instruction fait la force (1962), Victoria, 1862-1962 (1962), Noël : offrandes des Rois mages (1965) et Sécurité routière (1966). Contrairement à d’autres concepteurs, elle dessine souvent ses timbres selon la grandeur et l’échelle réelles du résultat final plutôt que d’opter pour un grand format qui nécessite par la suite une réduction. Le timbre L’instruction fait la force montre les avantages de cette méthode, les éléments de conception occupant avec précision l’espace disponible.

Timbre à deux tons montrant un garçon et une fille tenant des diplômes et regardant au loin. Plusieurs symboles orange représentent des domaines du savoir : bâtiment classique, couronne, marteau, mécanismes, machine à écrire, équation scientifique, violon, globe, livre, microscope, etc.
La force par l’éducation (e001218439), droit d’auteur de la Société canadienne des postes. Notons que le timbre a été émis sous un nom différent en français (L’instruction fait la force).

Ce n’est que pendant une courte période de sa vie qu’Helen Roberta Fitzgerald conçoit des timbres-poste, soit de 1959 à 1967. Le concept de son dernier timbre canadien, La femme doit voter, 1917-1967 (1967), reçoit un accueil défavorable, ce qui contribue peut-être à la fin de sa collaboration avec le ministère des Postes.

Outre les timbres-poste qu’elle conçoit pour le Canada, l’artiste soumet des concepts pour l’emblème du Centenaire du Canada (1967) et peint des poissons qui servent entre autres à illustrer une série de timbres des Maldives, en 1963.

Dessin couleur montrant un poisson aux couleurs vives avec des rayures jaunes, bleues et noires sur un arrière-plan bleu.
Pygoplites diacanthus (poisson-ange duc), concept peint pour un timbre-poste des Maldives (e011202373).

Helen Roberta Fitzgerald prendra sa retraite à King City (Ontario), où elle continuera à pratiquer les arts. Elle y vivra avec son époux Wilfred Bacon jusqu’à son décès en 2009.

Bibliothèque et Archives Canada a reçu un don de quelques documents d’archives liés à Helen Roberta Fitzgerald, comprenant des peintures de la série des Maldives, des diapositives montrant une mosaïque de concepts pour le timbre Union mondiale de femmes rurales, des concepts pour l’emblème du Centenaire du Canada, des essais de concept pour le timbre-poste Sécurité routière, de la correspondance, des plis postaux et des coupures de journaux portant sur son travail. Tous les documents du fonds Helen Roberta Fitzgerald sont ouverts à la consultation.


James Bone est archiviste en philatélie et en art au sein de la Section des supports spécialisés privés, à Bibliothèque et Archives Canada.