Fred Lambart au mont Logan : la périlleuse ascension du plus haut sommet au Canada en 1925

Par Jill Delaney

Howard « Fred » Lambart (1880-1946) s’attendait à être fou de joie lorsqu’il poserait enfin ses pieds gelés et endoloris sur la terre ferme, le 4 juillet 1925. Après tout, lui et ses collègues alpinistes n’avaient pas touché autre chose que de la neige ou de la glace depuis 44 jours, pendant leur ascension du mont Logan, le plus haut sommet au Canada (5 959 m). Mais l’expédition les avait tous exténués, et Lambart était tout simplement soulagé d’être arrivé jusque-là. En plus, il restait encore un difficile chemin de 140 kilomètres à parcourir avant d’arriver à la ville de McCarthy, en Alaska.

Photo noir et blanc d’un groupe d’hommes avec le mont Logan en arrière-plan.

Photo du groupe prise par le capitaine Hubrick à McCarthy, en Alaska. De gauche à droite : N. H. Read, Alan Carpe, W. W. Foster, A. H. MacCarthy, H. S. Hall, Andy Taylor, R. M. Morgan et Howard « Fred » Lambart (e011313489_s1)

Lambart fait partie d’une équipe de huit alpinistes formée en 1925 par le Club alpin du Canada et l’American Alpine Club. L’expédition doit braver le mont Logan, situé dans le sud-ouest du Yukon, où se trouve aujourd’hui le parc national Kluane. La montagne est située dans la région de Tachal, au sein du territoire traditionnel de la Première Nation Kluane, « A Si Keyi ». Les Lu’an Mun Ku Dan (peuple du lac Kluane) et les Premières Nations de Champagne et d’Aishihik y habitent depuis plusieurs générations.

La plupart des Lu’an Mun Ku Dan et des membres des Premières Nations de Champagne et d’Aishihik s’identifient comme descendants des Tuchtones du Sud. Les autres proviennent de nations comme les Tlingit, le Haut Tanana et les Tuchtones du Nord. Dans la langue des Tuchtones du Sud, les peuples autochtones de la région sont appelés « ceux qui vivent près des plus hautes montagnes ».

Lambart a déjà escaladé plusieurs sommets près du mont Logan, à titre d’arpenteur pour Levés géodésiques du Canada. Dans le cadre de ce métier, il a réalisé du travail de phototopographie à la frontière entre le Yukon et l’Alaska, en 1912-1913.

Aucun colon européen n’a jusqu’alors tenté de conquérir le géant qu’est le mont Logan, la plus intimidante montagne du monde. À l’époque (comme aujourd’hui d’ailleurs), cette montagne subarctique éloignée est réputée pour son mauvais temps, causé par sa proximité avec la côte ouest.

L’équipe d’alpinisme de 1925 comprend huit membres : le chef A. H. MacCarthy, son adjoint Fred Lambart, Alan Carpe, H. S. Hall, N. H. Read, R. M. Morgan, Andy Taylor et W. W. Foster. Tous parcourent 1 025 km en 63 jours. Ils portent des sacs pesant jusqu’à 38 kilos la plupart du temps, et doivent gravir un total de 24 292 mètres, soit plus de quatre fois la hauteur de la montagne, pour transporter leur matériel.

Grâce au fonds de la famille Lambart conservé à Bibliothèque et Archives Canada (BAC), qui contient le journal de Lambart et plus de 200 photos prises durant l’expédition, nous disposons d’un compte-rendu détaillé et personnel des moments excitants et des difficultés extrêmes vécus lors de cette incroyable ascension. Alan Carpe a également réalisé un film documentaire intitulé La conquête du mont Logan.

Le moment est idéal pour raconter leur exploit, car une équipe formée de Zac Robinson, Alison Criscitiello, Toby Harper-Merret et Rebecca Haspel, du Club alpin du Canada et de l’Université de l’Alberta, a récemment terminé la première de ses deux ascensions prévues en 2021 et 2022. Utilisant des photos de l’expédition de 1925, ces alpinistes mènent un projet de photographie répétitive et un projet sur les carottes de glace pour mieux comprendre le climat et les changements survenus sur le plus haut sommet au Canada.

Fred Lambart provient d’une famille aisée de la classe moyenne canado-britannique. Titulaire d’un baccalauréat en science de l’Université McGill, il commence par travailler comme arpenteur pour le Grand Trunk Pacific Railway, avant de devenir arpenteur des terres fédérales en 1905. Sa fille Evelyn aura une illustre carrière de réalisatrice à l’Office national du film tandis que sa fille Hyacinthe deviendra l’une des premières pilotes canadiennes. Tragiquement, ses deux fils, Edward et Arthur, seront tués lors de la Deuxième Guerre mondiale.

L’expédition du mont Logan de 1925 se déroule à une époque où l’alpinisme est très populaire. Les Européens considèrent la « conquête » des sommets comme des moments de gloire à l’échelle nationale, coloniale et impériale. Pendant cette période, plusieurs tentent d’escalader le mont Everest. En 1897, le duc des Abruzzes, un alpiniste italien, atteint le sommet du mont St. Elias, le deuxième plus haut sommet du Nord-Ouest canadien (on dit qu’il aurait fait porter son lit de cuivre au haut de la montagne). Quant à Lambart, il est le premier Européen à arriver au sommet du mont Natazhat (4 095 m), en 1913.

Les préparatifs de l’expédition, comme la collecte de fonds et la formation de l’équipe, commencent en 1922. Tous sont d’accord pour qu’A. H. MacCarthy mène l’équipe avec Lambart comme adjoint. Dans les années précédant l’expédition officielle, MacCarthy explore trois chemins différents. Il retourne à la montagne en février 1925 afin de répandre 8 600 kilos de matériel à différents endroits le long de la route.

Photo du mont Logan avec le nom des sommets et des routes.

Photographie annotée montrant le parcours de l’expédition de 1925 (e011313492)

L’équipe part de McCarthy, en Alaska, le 12 mai. L’ascension commence le 18. La majorité de l’expédition est accablante pour les membres de l’équipe. N’ayant pas de porteurs, ils doivent constamment monter et descendre pour transporter le matériel d’un camp à l’autre. Néanmoins, les alpinistes trouvent le temps d’admirer l’extraordinaire paysage qui les entoure. Le 6 juin, Lambart écrit : « Je n’oublierai jamais la lumière du matin qui, se reflétant sur les montagnes et les lacs au cours de la journée, se transforme en clarté parfaite ».

À compter du 11 juin, alors que le camp est situé au col King (5 090 m), les signes d’épuisement apparaissent. Certains alpinistes souffrent du mal des montagnes. Lambart respire difficilement, Morgan et Carpe vomissent pendant la nuit et MacCarthy a mal aux yeux. « Si Mac continue ainsi, certains n’arriveront pas jusqu’au bout, même s’ils en seraient capables en temps normal », écrit Lambart. L’équipe tente de convaincre MacCarthy de ralentir la cadence.

Les provisions commencent à devenir une obsession. Les calculs de Lambart prennent de plus en plus de place dans les pages de son journal. Lambart écrit également qu’ils prévoient de quitter le col King le lendemain pour tenter d’atteindre le sommet et de revenir en quatre jours.

Photo du mont Logan avec quatre alpinistes en avant-plan.

Les membres de l’équipe cheminent sur un mur de glace au sommet du col King, avec le pic King qui les surplombe (e011313500_s1)

En réalité, il leur faudra 10 autres jours d’ascension pénible avec des raquettes et des crampons pour atteindre le sommet, le 23 juin. L’équipe commence à utiliser des cordes pour rester en sécurité, car la météo empire et les membres doivent escalader une façade escarpée en luttant contre des chutes de glace, le froid extrême et une fatigue constante. Morgan, accompagné de Hall, fait demi-tour en raison de sa santé vacillante. Les six autres poursuivent l’ascension, sans savoir ce qui les attend. En montant vers ce qu’ils croient être le sommet, Logan écrit les lignes suivantes :

« […] nous avons vu, à environ 3 miles vers l’est, le vrai sommet du mont Logan qu’aucun d’entre nous n’avait vu jusque-là. C’était notre objectif, il était 16 h 30 et le temps était stable. »

Quelques montées et descentes, quelques zigzags pour gravir les dernières pentes de glace, et enfin…

« […] nous sommes au plus haut point du Dominion du Canada. […] Nous avons tous félicité Mac et nous nous sommes serré la main. […] Carpe a filmé quelques secondes avec la Bell and Howell, et Read a pris quelques photos, mais Andy nous a rappelé qu’une tempête arrivait […] »

Ils ne prennent que 25 minutes pour savourer leur exploit. Presque immédiatement, les conditions se détériorent et la température chute drastiquement. Un épais brouillard cache le soleil et dissimule le sentier menant au camp. « Nous sommes vraiment en danger », écrit par la suite Lambart dans son journal. Le temps s’aggrave si rapidement qu’ils décident de bivouaquer sur une plaque abrupte de neige dure. Tous « creusent comme des taupes » dans le but de faire un abri pour la nuit. Lambart partage son abri avec Read, et il donne son manteau épais à Taylor, qui est seul dans son propre trou.

Pour son plus grand malheur, Lambart surcompense en portant quatre paires de chaussettes dans ses bottes, coupant ainsi la circulation vers ses orteils. Il se réveille au milieu de la nuit pour tenter de raviver la sensation dans ses extrémités, mais il souffrira de cette erreur de calcul pour le reste de l’expédition, et même après. Plusieurs de ses orteils devront être amputés plus tard dans sa vie.

Photo de deux personnes côte à côte faisant dos à la caméra.

Deux membres de l’expédition sur la crête King regardent au loin (e011313497_s2)

Même si le sommet de la montagne est toujours couvert de brouillard le lendemain matin, les alpinistes n’ont pas le choix de partir et d’essayer de trouver le chemin du retour. Pendant le trajet, Taylor et Mac tombent de falaises qu’ils n’avaient pas vues, faisant une chute de plusieurs mètres. Heureusement, ils ne sont pas grièvement blessés. Ils finissent par apercevoir un des poteaux de saule qu’ils ont placés tous les 45 mètres comme repères lors de leur ascension. L’épreuve est cependant loin d’être terminée. À un moment, le premier groupe est désorienté et marche dans la mauvaise direction, ce qui lui fait prendre un retard de plusieurs heures pour le retour au camp. Lambart se met à halluciner :

« Mes lunettes étaient assombries, et devant moi se trouvaient deux silhouettes aux contours bien distincts qui se dressaient sur une blancheur totale, où le sol et le ciel ne faisaient qu’un. Pendant ce temps, j’étais aux prises avec des visions étranges que je ne pouvais repousser, et je voyais des clôtures, des champs et des fermes avec des habitations à gauche et à droite. »

S’ensuit un jour de repos bien mérité, mais la marche reprend le lendemain, ce que Lambart décrit comme « l’un des tests d’endurance et de souffrance les plus difficiles de tout le trajet ». Dans la notice nécrologique de Lambart, MacCarthy révélera que, ce jour-là (le 26 juin), Lambart, exténué par les intempéries, tombe face première lors de la descente à partir du camp en hauteur (5 640 m). Il supplie alors MacCarthy de le laisser derrière pour sauver les autres, une « proposition effroyable » aux yeux de MacCarthy. Taylor le soutient et ils retournent au camp en clopinant. Lambart ne garde aucun souvenir de cet épisode.

Le reste de la descente se déroule relativement sans heurts, car la température et la météo s’améliorent chaque jour, et les alpinistes ont moins d’équipement et de provisions à porter. Ils s’accordent des jours de repos de temps en temps. L’équipe abandonne du matériel le long de la route, y compris le journal de Read, qui ne sera jamais récupéré. Le 1er juillet, ils aperçoivent les premiers signes de vie avec joie : un oiseau au camp Cascade, des bourdons et des mouches au camp de base avancé plus bas.

Le 4 juillet, ils posent de nouveau les pieds sur la terre ferme. Leur soulagement se dissipe rapidement lorsqu’ils réalisent que des ours ont détruit deux des caches de nourriture que l’équipe avait préparées pour le retour. Par chance, ils trouvent le lendemain des provisions qu’un collègue leur a laissées sur une branche. Cette nuit-là, l’équipe célèbre.

Dès le lendemain, elle se remet à la tâche et construit des radeaux pour naviguer le long de la rivière Chitina et raccourcir le retour vers la ville. Le radeau de Lambart, Taylor et Read les transporte rapidement 72 km en aval, dans une prairie où ils entament la dernière longue randonnée de leur expédition. Le radeau de MacCarthy, Carpe et Foster les suit, mais Lambart raconte qu’ils « nous dépassèrent dans un canal meilleur et plus large à notre gauche. Mac leva triomphalement sa main quand ils passèrent près de nous. Ce fut la dernière fois qu’on les vit. »

Lambart, Taylor et Read arrivent en ville tard dans la nuit du 12 juillet. Dans leur hâte d’arriver, ils parcourent les derniers kilomètres à la course, malgré les pieds très endoloris de Lambart. Pendant plusieurs jours inquiétants, il n’y a aucun signe du deuxième radeau. MacCarthy, Carpe et Foster sont finalement localisés le 15 juillet. Ces derniers ont dépassé leur cible et leur radeau a chaviré. Alors qu’ils marchent en direction de la ville de McCarthy, ils croisent une équipe d’ouvriers de construction sur la route.

Lambart décrit cette expédition comme l’une des plus étranges aventures de sa vie. De retour chez eux, les hommes sont accueillis en héros. Le New York Times décrit Lambart comme l’un des plus grands alpinistes au monde. Les membres de l’expédition écrivent leur rapport et impriment leurs photos. Carpe développe son film et réalise le montage pour que les spectateurs puissent admirer son œuvre, confortablement assis dans les luxueux sièges des salles de cinéma chauffées.

Vingt-cinq ans s’écouleront avant qu’une autre équipe tente l’ascension du mont Logan. Aujourd’hui, les alpinistes peuvent voler jusqu’à l’un des glaciers pour éviter le long périple vers la base du massif. Son ascension demeure néanmoins l’une des plus difficiles au monde.

Autres ressources de BAC

_________________________________________________________________________

Jill Delaney est archiviste principale en photographie dans la Section des supports spécialisés de la Division des archives privées à Bibliothèque et Archives Canada. Merci à Angela Code, de l’initiative Écoutez pour entendre nos voix, pour son aide.

Des montagnes de mouches noires

Par Martha Sellens

Toutes les facettes de mon travail d’archiviste me passionnent, mais la plus palpitante est la résolution de mystères, surtout quand le résultat est tout à fait imprévu. Un récent mystère que j’ai résolu combine œuvre d’art et mouches noires – et je ne parle pas ici de visiteurs inattendus (ou indésirables!) dans une chambre forte de Bibliothèque et Archives Canada (BAC).

Le point de départ : deux estampes de la Commission géologique du Canada (pièces 5067117 et 5067118). Je travaillais à améliorer leur description dans notre base de données pour qu’on puisse les trouver plus facilement au moment d’effectuer une recherche dans la collection. Les estampes datent de 1883, et leur acquisition remonte à si loin – avant 1925! – qu’il n’y avait presque aucun renseignement à leur sujet dans nos dossiers.

Je me suis donc mise à prospecter. Il s’agissait d’images panoramiques aussi hautes qu’un livre format standard et presque aussi larges que l’envergure de mes bras. Toutes deux étaient des copies d’un même dessin montrant les monts Notre Dame ou Shickshock [aujourd’hui, les monts Chic-Chocs] dans la péninsule de la Gaspésie, au Québec. Mon enquête était simplifiée du fait que le titre, le nom de l’artiste et le nom de l’imprimeur figuraient sur les estampes. J’ai donc aussitôt pu faire le lien avec le rapport préparé par A. P Low au terme de son expédition pour la Commission géologique du Canada (CGC), en 1883.

Estampe noir et blanc d’un dessin montrant une série de monts arrondis. On peut voir des arbres et de l’herbe à l’avant-plan. L’estampe porte un titre, et les points cardinaux sont indiqués en petits caractères le long du bord supérieur.

Photolithographie panoramique des monts Notre Dame ou Shickshock [Chic-Chocs], péninsule de la Gaspésie, Québec. Dessin de L. Lambe réalisé à partir d’une esquisse d’A. P. Low tirée du rapport qu’il a préparé en 1883 pour la Commission géologique du Canada. Les exemplaires conservés par BAC (R214-2887-9) n’ont pas encore été numérisés. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Ressources naturelles Canada (GEOSCAN).

À l’été 1883, A. P. Low dirige une petite équipe d’arpenteurs dans la péninsule de la Gaspésie pour étudier la géologie de la région, ainsi que pour améliorer les cartes du coin et en créer de nouvelles. À l’époque, la CGC est souvent la première à envoyer des équipes d’arpentage dans une région, et elle réalise très vite que la documentation des caractéristiques géographiques passe nécessairement par la création de cartes. Dans son rapport, A. P. Low décrit certaines des tâches quotidiennes et des découvertes scientifiques de son équipe. Le rapport a été publié dans un ouvrage de 800 pages réunissant tous les rapports des activités de la CGC de 1882 à 1884. On peut télécharger une version numérique de l’ouvrage sur le site Web de Ressources naturelles Canada ou consulter l’exemplaire papier détenu par BAC.

BAC détient aussi de nombreux carnets de terrain dans lesquels les arpenteurs notaient quotidiennement leurs trouvailles et les résultats de leurs recherches. Ma curiosité étant piquée, j’ai fait venir les carnets d’A. P. Low pour y jeter un œil. N’étant pas géologue, je n’étais pas certaine de pouvoir comprendre ses notes, mais ça fait partie du plaisir! La plupart des carnets étaient remplis de chiffres et d’esquisses, mais vers la fin de l’un d’eux, j’ai décroché le gros lot.

Les gens s’imaginent souvent que les documents gouvernementaux sont synonymes de bureaucratie et d’ennui – et nos archives attestent que c’est souvent le cas. Il arrive toutefois qu’on découvre un élément passionnant qui prouve que le travail des fonctionnaires du 19e siècle pouvait être drôle et intéressant!

Vers la fin d’un des carnets d’A. P. Low, j’ai trouvé l’esquisse qu’il avait dessinée des monts Shickshock. Il s’agissait précisément de celle ayant servi à créer l’illustration qui accompagnait son rapport et dont les estampes étaient à l’origine de mon enquête. C’est un croquis plutôt simple, réparti sur deux pages lignées, mais dont les lignes et les ombres commencent à s’estomper à peu près au milieu des pages.

Pourquoi le dessin n’est-il pas terminé? Comble de chance, A. P. Low nous fournit la réponse dans son carnet de terrain [traduction] : « Incapable de terminer à cause des mouches noires »! Son commentaire s’accompagne d’une tache suspecte et d’un griffonnage représentant trois petites mouches noires à côté de la description de l’esquisse.

Photographie d’un carnet de notes en cuir rouge, ouvert à la page 98. Les pages sont lignées, et l’on voit un dessin au crayon représentant des montagnes et trois petites mouches. Il y a une note au bas de la page qui dit [traduction] : « Croquis de certains des monts qu’on peut voir en regardant vers le nord depuis le mont Albert ». À droite, une autre note indique [traduction] : « Incapable de terminer à cause des mouches noires ».

Croquis des monts Shickshock à la page 98 du carnet de terrain no 2276 d’A. P. Low, péninsule de la Gaspésie, Québec. Commission géologique du Canada (RG45, vol. 142). Photo : Martha Sellens

Je m’imagine les arpenteurs cuisant sous les rayons brûlants du soleil de juin au sommet d’un mont de la Gaspésie et maudissant le minuscule prédateur le plus agaçant du Canada! On peut facilement oublier que derrière chaque document, même le plus bureaucratique et ennuyeux, il y a des gens qui ont travaillé ensemble à sa création. Ce carnet de terrain, comme les estampes officielles qui m’ont menée à sa découverte, ramène en mémoire les personnes – et les mouches noires – qui ont laissé leur trace dans l’histoire.

Ressources connexes de BAC :

_________________________________________________________________________

Martha Sellens est archiviste pour le portefeuille sur les ressources naturelles de la Division des archives gouvernementales, à Bibliothèque et Archives Canada.

Henry Ash, et pourquoi Internet transite encore par des câbles sous-marins

Par Vasanthi Pendakur

Carte des pôles Nord et Sud montrant des lignes télégraphiques traversant l’Atlantique et les continents.

Carte des pôles montrant les câbles sous-marins et, en rouge, les principales lignes télégraphiques, 1883. (e011211770)

Sur la planète, la majeure partie d’Internet est sous l’eau. En effet, malgré l’avènement des communications par satellite et de la technologie sans fil, l’essentiel des connexions passe par des câbles sous-marins. Ceux-ci, très longs, s’entrecroisent sur terre et au fond des mers pour transmettre les signaux permettant à Internet d’atteindre vos appareils.

La plupart des câbles actuels ont été installés par des entreprises de télécommunications. Plus récemment, les géants de la technologie ont aussi commencé à déployer leurs propres lignes.

La pose est très coûteuse, mais moins que le recours aux satellites. Planifier l’installation prend du temps : le tracé doit tenir compte des obstacles, des marées et des formations instables. En outre, les intempéries peuvent compliquer le processus.

Les câbles sous-marins sont conçus à l’aide de machines spéciales qui en maintiennent la tension. On fabrique d’abord un mince fil, qu’on recouvre ensuite de plusieurs couches protectrices faites de cuivre, de plastique, d’acier ou de goudron. Le tout doit pouvoir résister aux tremblements de terre, au passage des navires – qui pourraient accidentellement briser un câble – ou à l’appétit des animaux marins. (C’est bien connu, les requins raffolent d’Internet!)

On charge ensuite les câbles sur des navires spéciaux, en prenant bien soin de ne pas les plier. Puis, une fois au large, on les dépose lentement le long du tracé choisi. La pose complète peut prendre des semaines, surtout si les conditions météorologiques sont mauvaises.

Les tout premiers essais avec des câbles télégraphiques sous-marins remontent aux années 1850. Divers inventeurs mènent alors une série d’expériences pour trouver la meilleure façon d’immerger ces câbles au fond de l’océan. Parmi ceux-ci, on retrouve Samuel Morse et Charles Wheatstone, deux pionniers de la télégraphie, et Michael Faraday, pionnier de l’électromagnétisme.

Ces essais démontrent que le meilleur câble se compose d’un fil de cuivre gainée de plusieurs couches de fer, de caoutchouc naturel et de gutta-percha (une sève utilisée comme isolant thermoplastique).

Forts des résultats de leurs expériences, Samuel Morse, l’homme d’affaires Cyrus West Field et l’océanographe Matthew Maury s’associent pour créer l’Atlantic Telegraph Company. L’objectif : commander et poser un câble télégraphique qui traversera l’Atlantique.

Un essai réalisé en 1856 permet d’installer avec succès un câble sous-marin reliant la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve. La compagnie entame alors la pose de son premier câble transatlantique, entre Telegraph Field (en Irlande) et Heart’s Content (à Terre-Neuve).

Plusieurs tempêtes et des bris de matériel retardent le projet. Le câble est finalement connecté en août 1858. La reine Victoria l’inaugure pour acheminer un télégramme de félicitations à la compagnie. Le message atteint sa destination en 16 heures, une amélioration considérable quand on sait qu’à l’époque, les messages livrés par bateau prenaient dix jours à arriver.

Hélas, le câble se brise trois semaines plus tard, sans doute à cause de mauvaises manipulations et d’un entreposage inadéquat. Il faudra attendre 1866 pour que le navire SS Great Eastern installe avec succès un autre câble translatlantique.

Photo noir et blanc d’un grand navire vu de la rive.

Le SS Great Eastern termine la pose du deuxième câble télégraphique transatlantique, 1866. (c004484)

Couverture d’un album souvenir relatant l’installation du câble transatlantique de la société Mackay-Bennett, en 1894.

Couverture d’un album souvenir relatant l’installation d’un câble sous-marin en 1894. (e004414208)

Au fil des ans, de nombreuses expéditions ont lieu pour installer des câbles sous-marins. Le succès de 1866 stimule la production d’objets souvenirs, dont plusieurs sont conservés par Bibliothèque et Archives Canada (BAC) dans le Collection Henry Ash.

Artiste amateur, dessinateur et concepteur, Henry Ash est originaire de Londres, en Angleterre. À l’occasion, il se joint à l’équipage du câblier Faraday comme aide-ingénieur. Lors des sorties en mer, il réalise de nombreux dessins au crayon, dont certains se retrouvent dans l’album souvenir montré plus haut. BAC conserve certaines des œuvres qu’il a exécutées lors de ses voyages.

Croquis de Bull Rock et de son phare, au large de la côte sud-ouest de l’Irlande, avec des bateaux pêchant le maquereau.

Vue de la côte irlandaise au départ d’une expédition. (e004414185)

Le croquis ci-dessus, exécuté de sa main, représente un paysage côtier dans des teintes de gris, esquissé d’un trait précis et finement ombré. L’artiste y a clairement indiqué le lieu de l’expédition. Durant ce voyage, Henry Ash a aussi dessiné des routes, des littoraux et des scènes en haute mer, montrant souvent le navire au milieu de l’océan, entouré d’éléments naturels. Plus tard, il rassemblera les croquis d’une expédition ultérieure pour en faire un album souvenir destiné au public.

Bref, la collection de BAC témoigne des avancées qui ont mené à Internet, ainsi que d’un procédé – la pose de câbles sous-marins – qui, malgré sa simplicité, est demeuré à peu près inchangé.

Visitez l’album Flickr sur les croquis d’Henry Ash.

Croquis de l’entrée du port de St. John’s.

Vue de l’entrée du port de St. John’s (Terre-Neuve). (e004414154)

Autres sources :


Vasanthi Pendakur est gestionnaire de projet au sein de l’équipe du Contenu en ligne à Bibliothèque et Archives Canada.

 

Images d’icebergs maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc d’un iceberg arrondi avec affleurement en bloc au milieu de l’océan.

Vidéastes de l’Office national du film s’installant près d’un iceberg. (e011175885)

Les icebergs, ces gros blocs de glace qui se détachent des glaciers et partent à la dérive sur l’océan, sont tantôt d’un blanc pur, tantôt veinés de bleu ou de brun. Le bleu apparaît lorsque l’eau de fonte gèle dans les stries du glacier. Quant au brun, il s’agit de particules qui se sont déposées sur la glace ou qui ont été emprisonnées lorsque l’iceberg, en se séparant du glacier, a frotté le sol.

Photo noir et blanc d’un iceberg arrondi avec affleurement en bloc au milieu de l’océan.

Iceberg dans le détroit d’Hudson (a045191)

La forme et la taille d’un iceberg varient selon le type de fracture et la fonte, mais les vagues, la température et la banquise environnante jouent également un rôle. Les icebergs sont le plus souvent tabulaires, en bloc, biseautés, pointus, en dôme ou érodés.

Page d’album avec cinq photos noir et blanc montrant différents types d’icebergs en gros plan et un coucher de soleil sur l’océan. Légendes, de gauche à droite : « Coucher de soleil, baie de Baffin » et « Photo prise en mer, sur le bras Scott, au large de l’île de Baffin ».

Photos d’icebergs prises en mer, sur le bras Scott, au large de l’île de Baffin. (e010863534)

Les tabulaires, soit des morceaux de banquise plats qui se détachent pour former des îles de glace, sont assez stables pour servir de plateformes de recherche mobiles, alors que ceux de forme plus irrégulière peuvent se désagréger à tout moment. Selon Iceberg Finder, le plus gros iceberg jamais répertorié dans l’Arctique a été observé en 1882, près de l’île de Baffin.

Six petits croquis légèrement colorés montrant divers types d’icebergs, avec la légende « Vanille, fraise, framboise – boum, servez froid! »

Vanille, fraise, framboise – boum, servez froid! (e008444012)

Visitez l’album Flickr maintenant!


 

Images de plages maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc de trois filles allongées côte à côte sur le ventre, dans le sable.

Trois filles allongées dans le sable sur une plage, comté de Renfrew (Ontario) [PA-056012]

Situées près des littoraux, des grandes rivières et des lacs, les plages sont des bandes de terre qui se trouvent entre les limites de la marée haute et de la marée basse. Selon leur emplacement géographique, elles sont parsemées de cailloux, de galets ou de sable.

Photo couleur d’un groupe de garçons jouant sur la plage près d’un lac.

Garçons jouant sur la plage au Grand lac des Esclaves, Hay River (Territoires du Nord-Ouest) [e010976123]

L’aristocratie et les classes supérieures du Royaume-Uni et de l’06Europe sont les premières à organiser des sorties à la plage à des fins récréatives et thérapeutiques. Au milieu de 19e siècle, les vacances à la plage évoluent. Grâce à l’expansion des chemins de fer et des gares, la classe moyenne et la classe ouvrière peuvent maintenant acheter des billets bon marché et se rendre dans les centres de villégiature en pleine croissance.

Photo noir et blanc d’un homme et d’une femme souriants assis sur le sable, face-à-face.

M. Murphy (à gauche) et Mme Beck à Ingonish Beach (Nouvelle-Écosse) [e008302213]

À la fin du 19e siècle, l’Amérique du Nord, un continent privilégié par l’omniprésence de ses plages, connaît également une croissance rapide de ses installations récréatives. Cette croissance se poursuit au 20e siècle alors que de nouvelles activités aquatiques font leur apparition, dont le surf, la planche nautique et la planche à voile.

Photo couleur d’une femme et de deux hommes; un des hommes est accroupi et inscrit à la craie la température de l’eau sur une pancarte, soit 76 degrés Fahrenheit.

Deux hommes et une femme traçant à la craie la température de l’eau à Brackley Beach, parc national de l’Île-du-Prince-Édouard [e010949055]

Les plages sont toujours aussi populaires de nos jours. Tant les Canadiens que les touristes profitent chaque année de toutes les activités qui s’y déroulent.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Judith-Pauline White, photographe du Nunatsiavut

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.Par Heather Campbell

Photographie noir et blanc d’une Inuite faisant face à l’appareil photo. La jeune fille porte un amauti blanc (un manteau de femme ou de fille muni d’un grand capuchon) et se tient devant un bâtiment, tandis qu’une femme regarde par une fenêtre derrière elle.

Jeune Inuite devant un bâtiment; une femme regarde par une fenêtre derrière elle, entre 1900 et 1950. (e011307844)

Judith-Pauline White (née Hunter) est une Inuite née en 1905 à Hebron, Terre-Neuve (maintenant Terre-Neuve-et-Labrador), environ 200 kilomètres au nord de Nain, au Labrador. En 1922, elle épouse un propriétaire de poste de traite bien connu, Richard White, et devient ainsi la belle-mère de la fille de White. Le couple aura cinq enfants. Le poste de traite Richard (Dick) White, qui est devenu un édifice patrimonial, est situé à Kauk, environ 4 kilomètres au sud de Nain et 34 kilomètres au nord de la baie de Voisey.

Mme White, une photographe amateur, prend des photos dans la région à partir des années 1920. Dans les années 1950, elle rencontre l’anthropologue Alika Podolinsky Webber, venue au Labrador pour mener des recherches dans le cadre de sa thèse sur l’art des Innus Mushuau (de la Nation innue). Podolinsky Webber se rend à Kauk, car ce poste de traite est un lieu de rencontre pour les Innus et les Inuits sur la côte nord du Labrador.

Mme White expédie des documents à Podolinsky Webber après le décès de Richard White, en 1960. Ces documents comprennent des photographies et des négatifs de plus de 200 scènes de la vie quotidienne et des environs du poste de traite. Les photographies prises par White (voir les niveaux hiérarchiques inférieurs) représentent des Innus et des Inuits, et constituent des documents visuels authentiques de la vie au Labrador des années 1920 aux années 1950. Cette mine d’information, bien dissimulée pendant des décennies avant d’être offerte à Bibliothèque et Archives Canada en 2007, est maintenant accessible au public.

Une photographie noir et blanc d’un Innu regardant l’appareil photo, vêtu de vêtements traditionnels et assis sur une pile de provisions. À l’arrière-plan, plusieurs personnes se tiennent debout devant une maison de couleur foncée percée de deux petites fenêtres.

Innus en déplacement entre 1925 et 1940. (e011305800)

Étant moi-même une Inuite du Nunatsiavut, une artiste et une ancienne conservatrice, je m’intéresse beaucoup à la vie et à l’œuvre de cette photographe. Je ne peux m’empêcher de penser au célèbre photographe inuit Peter Pitseolak, de Cape Dorset. Avec ses instantanés de la vie inuite pris dans les années 1940 et 1950, il fut l’un des premiers Inuits à tourner l’appareil photo vers sa propre communauté, au lieu de faire lui-même l’objet d’études ethnographiques. À l’insu de Pitseolak et de ceux qui ont suivi ses traces, quelque part au Nunatsiavut, une femme inuite prenait elle aussi des photos de la vie quotidienne. Pourquoi n’avons-nous jamais entendu parler d’elle?

La chercheuse inuite Heather Igloliorte explique dans le numéro automne-hiver 2015 de la revue Inuit Art Quarterly que, lorsque Terre-Neuve a joint la Confédération en 1949, la Loi sur les Indiens excluait les Inuits du Nunatsiavut :

Les artistes inuits du Labrador ont malheureusement été exclus de presque tous les projets découlant des efforts concertés de James Houston (qui a « découvert » l’art inuit moderne), du gouvernement, de la Canadian Guild of Crafts, de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de bien d’autres intervenants, car il a fallu attendre des décennies avant que le gouvernement fédéral ne reconnaisse officiellement qu’il y avait des Inuits au Labrador. Nous n’avons établi aucun studio ou coopérative, ni tissé de relations avec le milieu des arts dans le sud du Canada, ni développé de marchés nationaux ou internationaux pour vendre nos œuvres. Avant 1991, nous n’avions même pas le droit d’utiliser la très répandue « étiquette L’Igloo » pour authentifier nos œuvres. [Traduction]

Une photographie noir et blanc d’une femme debout à la fenêtre d’un bâtiment en bois, portant une robe avec un collet blanc et une chaîne ornée d’une grande croix. Dans le coin inférieur gauche de la fenêtre, un enfant regarde en direction de l’appareil photo.

Femme debout à la fenêtre, vers 1900-1950. (e011307849)

White prenait encore des photos lorsque Terre-Neuve a joint la Confédération. Mais à l’époque, les musées et les expositions ne présentaient pas d’artistes inuits du Nunatsiavut. Ces derniers vendaient leurs œuvres de porte à porte, dans des boutiques d’artisanat locales ou à des visiteurs occasionnels. Nous ne pouvons qu’imaginer comment le milieu de l’art inuit aurait réagi à l’œuvre de White si les gouvernements provincial et fédéral de l’époque avaient soutenu et reconnu les artistes inuits du Nunatsiavut.

Nous sommes reconnaissants envers la succession d’Alika Podolinsky Webber pour son précieux don. Ce témoignage visuel de la passion de Judith-Pauline White pour la photographie, et de sa volonté de documenter la culture des Innus et des Inuits du Labrador, est maintenant accessible en ligne pour le grand public.

Une photographie noir et blanc d’un Innu avec trois membres de sa famille. Les hommes et un jeune garçon portent un manteau et des mitaines en fourrure. Il y a une tente et des arbres à l’arrière-plan.

Un Innu nommé Pasna et sa famille, vers 1920-1940. (e008299593)

Allez visiter le site Flickr pour voir une plus grande sélection des photos de Judith-Pauline White.

Ce blogue fait partie d’une série portant sur les Initiatives du patrimoine documentaire autochtone. Apprenez-en plus sur la façon dont Bibliothèque et Archives Canada (BAC) améliore l’accès aux collections en lien avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Voyez aussi comment BAC appuie les communautés en matière de préservation d’enregistrements de langue autochtone.


Heather Campbell travaille comme archiviste à la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Images de boulangeries maintenant sur Flickr

Qui n’aime pas les boulangeries? L’odeur du beurre et du sucre, la vue des miches de pain et des pâtisseries alignées derrière les comptoirs vitrés sont incroyablement alléchantes.

Quatre vitrines garnies de produits de boulangerie-pâtisserie forment un long comptoir. De grandes tablettes en bois avec un miroir au milieu sont recouvertes de boîtes. Le plancher présente un motif en damier.

Boulangerie Hunts, Toronto (Ontario) (a068155)

Il y a eu des boulangeries tout au fil de l’histoire. Les armées avaient des boulangeries de campagne, et des boulangeries étaient prévues dans les plans des forts. Un peu partout, les familles avaient accès à des fours à pain extérieurs ou communautaires. Beaucoup de nouveaux immigrants ont ouvert des boulangeries et apporté avec eux des recettes de leur pays d’origine.

Trois enfants regardent leur mère qui retire un pain d’un four extérieur en brique. À l’arrière-plan, on peut voir une maison et un champ.

Du pain cuisant dans un four en extérieur (e011175772)

Dans une rue résidentielle, un cheval tire un chariot sur lequel figurent les mots « Quality », « Wonder Bakeries Limited » et l’image d’une miche de pain Wonder Bread.

Chariot de livraison, Wonder Bakeries Limited (PA-060334)

La boulange a énormément changé au cours du siècle dernier, de grandes quantités de pain sont aujourd’hui produites en usine grâce à la mécanisation. Mais les petites boulangeries de quartier existent toujours et font partie du paysage urbain. Un boulanger favori ou une grande usine peut être emblématique. Ces photos racontent la petite histoire de l’immigration, des boulangeries familiales, des petites entreprises et des grandes usines.

Un bâtiment en bois porte la mention « Café Royal and Bakery ». Trois serveurs et quatre clients se tiennent debout sur le trottoir de bois, devant le bâtiment.

Café Royal & Bakery (PA-013518)

Visitez l’album Flickr maintenant!


 

Images de fleurs d’Agnes Chamberlin maintenant sur Flickr

Agnes Chamberlin (née Dunbar Moodie, auparavant Fitzgibbon) vient d’une famille d’écrivains. Sa mère Susanna Moodie et sa tante Catharine Parr Traill sont connues pour leurs textes sur la vie des pionniers en Ontario, ayant respectivement écrit les classiques Roughing it in the Bush et The Backwoods of Canada.

Deux nénuphars blancs (l’un ouvert, l’autre fermé) et deux jaunes (l’un ouvert, l’autre fermé) sur un lit de feuilles vertes.

Canadian Wild Flowers, lithographie VIII (e011308817)

 

Aidée de sa mère, Agnes Chamberlin apprend à peindre, avant de mettre son talent au service de la littérature : en 1863, elle commence à illustrer un livre sur les fleurs du Canada rédigé par sa tante.

Quatre roses blanches sauvages sur un lit de petites feuilles vertes, entourées de petites fleurs blanches.

Canadian Wild Flowers, lithographie VII (e008300821)

Après la mort de son premier mari, elle doit subvenir aux besoins de sa famille; en collaboration avec sa tante, elle publie alors Canadian Wildflowers, un ouvrage de botanique illustré combinant les textes de Catharine Parr Traill à ses propres lithographies colorées à la main.

Deux cypripède royaux dressés, entourés de larges feuilles vertes, d’un lis orange ouvert et d’un autre en bouton, et de petites campanules bleues à feuilles rondes.

Canadian Wild Flowers, lithographie V (e011183290)

Le livre, encensé pour la précision de ses illustrations, connaît un succès retentissant. Entre 1868 et 1895, le duo en publie quatre éditions, toutes illustrées par Agnes Chamberlin. Il s’agit d’un des premiers grands ouvrages illustrés entièrement imprimés et publiés au Canada.

Un trille rouge dressé, entouré de larges feuilles vertes, de petites fleurs violettes, de fleurs roses en forme de grains de maïs et de petites fleurs blanches étoilées.

Canadian Wild Flowers, lithographie IV (e011308814)

Par la suite, Chamberlin réalisera un autre livre avec sa tante, Studies of Plant Life, et exposera son travail à Philadelphie (États-Unis) ainsi qu’en Angleterre et au Canada.

Visitez l’album Flickr maintenant!


 

Images de pommes de terre maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc d’un homme ramassant des pommes de terre dans un champ pour remplir un panier.

Récolte de pommes de terre au Nouveau-Brunswick [e011176012]

Les pommes de terre viennent d’Amérique du Sud, où elles poussent depuis des millénaires.

Photographie noir et blanc d’un homme à bord d’une planteuse de pommes de terre tirée par deux chevaux.

Planteur de pommes de terre, comté de Leeds, Ontario [PA-043221]

Les conquistadors espagnols ramènent des pommes de terre en Europe au cours des années 1500. Toutefois, ce n’est qu’au 18e siècle que les perceptions changent à l’égard du tubercule. La pomme de terre n’est plus une curiosité venue d’Amérique du Sud; elle est cultivée en tant que source de nourriture stable et abondante. La culture se propage lentement en Europe, puis jusqu’en Amérique du Nord.

Photo noir et blanc de quatre hommes examinant des pommes de terre sur un petit convoyeur dans une grange.

Le maître agriculteur Lewis Winterburn et trois hommes examinant des pommes de terre sur un convoyeur pendant la récolte [e010950952]

La pomme de terre est cultivée dans toutes les provinces canadiennes, surtout à l’Île-du-Prince-Édouard, au Manitoba et en Alberta. Elle se classe parmi les principales cultures vivrières mondiales, aux côtés du riz, du blé et du maïs.

Photographie noir et blanc d’ouvrières d’usine participant à la préparation et à la production de pommes de terre.

Femmes travaillant dans une usine où les pommes de terre sont déshydratées, Kentville, Nouvelle-Écosse [e010962111]

Visitez l’album Flickr maintenant!

Images de salons maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc d’un salon meublé de fauteuils confortables, de peintures et d’un divan

Intérieur de la résidence de sir William Van Horne [e003641850

Aujourd’hui, les salons ont remplacé les salles de séjour protocolaires et les pièces réservées aux visiteurs.

Photo noir et blanc d’un homme assis sur un petit tapis avec des amis; adossé contre un divan, il fume une cigarette et écrit dans un carnet

Homme assis par terre dans un salon, adossé contre un divan, fumant une cigarette et écrivant dans un carnet [e010968994

Ils servent maintenant à tout : recevoir et divertir les invités, lire, écouter de la musique, regarder la télévision, se détendre… Leur décoration a elle aussi évolué, qu’il s’agisse de refléter des goûts spartiates, de mettre en valeur des œuvres d’art ou encore d’offrir un confort somptueux.

Photo noir et blanc d’un homme assis dans un fauteuil et lisant un journal; une femme est assise sur un divan et coud.

J.W. (Ed) Maddocks lit un journal dans son salon pendant que son épouse coud, Toronto (Ontario) [e010962433

Photo noir et blanc d’une femme assise sur un divan, lisant un livre près de son caniche; un homme assis tout près à son bureau lit un magazine

Le docteur Best, son épouse Margaret et leur caniche Dochel (Ontario) [e011177240

Visitez l’album Flickr maintenant!