« Le nouvel Eldorado » – Attirer les colons dans l’Ouest

Par Vasanthi Pendakur

Affiche sur laquelle apparaissent en majuscules les mots « Canada » et « Lecture » (conférence). La taille des autres mots varie, et ils sont tous imprimés en bleu sur un fond sépia.

Affiche annonçant une conférence à Glasgow, en Écosse, sur le Canada et les avantages de s’y établir (MIKAN 1437596)

« 160-ACRE FARMS IN WESTERN CANADA – FREE! » (FERMES DE 160 ACRES DANS L’OUEST DU CANADA – GRATUIT!) C’est ce que claironne l’une des nombreuses affiches imprimées par le ministère de l’Intérieur du Canada pour attirer les immigrants dans l’Ouest canadien. De 1886 au début des années 1930, le ministère de l’Intérieur mène une vaste campagne publicitaire pour inciter les familles immigrantes d’agriculteurs à s’établir dans les Prairies. Des expositions sont organisées et des affiches, des brochures et des dépliants sont distribués – tout cela en diverses langues – partout en Europe et aux États-Unis pour recruter le plus d’immigrants possible. La colonisation liée directement à cette campagne comprend 500 familles ukrainiennes qui sont arrivées à Dauphin, au Manitoba, en mai 1897, et la colonie de Barr, des colons anglais qui sont arrivés dans la ville actuelle de Lloydminster, en Alberta, en mai 1903.

Une petite carte en norvégien sur laquelle les caractères et le fond sont en alternance bleus ou sépia.

Une carte norvégienne annonçant des terres gratuites au Canada (MIKAN 2945660)

Comme gardien des documents du gouvernement, Bibliothèque et Archives Canada possède une grande collection de matériel promotionnel utilisé pendant cette campagne publicitaire. Le matériel visait à promouvoir une vision idéalisée de l’Ouest. Des images montrant des paysages présentant une verdure luxuriante, du bétail bien nourri et des récoltes de céréales dorées étaient souvent utilisées. Les aspects négatifs des Prairies, comme le temps froid et l’isolement, étaient minimisés.

Affiche aux couleurs vives sur laquelle figure un homme qui transporte un paquet de blé sous un bras et un garçon dans l’autre. Un panier de pommes de terre, de tomates et d’ail se trouve à ses pieds. En arrière-plan : des poules, des cochons, un troupeau de bétail et une maison.

« Canada – The New Homeland » (Canada – la nouvelle patrie) (MIKAN 2958967)

Des sociétés privées participaient aussi à la campagne. Les entreprises d’expédition et du domaine ferroviaire se servaient de ces mêmes images publiées par le gouvernement pour encourager les colons à venir s’établir au Canada.

Affiche colorée montrant un paysage montagneux divisé par une frontière internationale. Deux hommes représentant chaque pays se tiennent de chaque côté de la frontière. L’image est placée entre un slogan de recrutement et de l’information sur les déplacements d’un pays à l’autre.

« 40,000 Men Needed in Western Canada… » (Besoin de 40 000 hommes dans l’Ouest canadien…) (MIKAN 2897527)

Les stratégies de recrutement changent au fur et à mesure que les Prairies se développent et que les techniques d’impression s’améliorent. La plupart des premières affiches remontant aux années 1880 et 1890 (comme la première image) ne comprennent que du texte et de petites images. Ces affiches présentent de l’information sur l’Ouest et moussent les avantages des terres gratuites. Différentes couleurs et tailles de caractères ainsi que de petits symboles sont utilisés pour attirer l’attention des gens. Au fur et à mesure que les techniques d’impression s’améliorent, de grandes photos en couleur remplacent les mots. Pour certaines affiches, un mélange de texte et d’images est utilisé, et chaque section est encadrée pour créer un effet de mosaïque.

Affiche colorée montrant des scènes sur des fermes dans l’Ouest canadien avec, en toile de fond décorative, du blé doré et des feuilles d’érable. Les slogans entourant les images fournissent de l’information et des conseils.

Affiche annonçant une conférence à Glasgow, en Écosse, sur le Canada et les avantages de s’y établir (MIKAN 1437596)
« Western Canada: The New Eldorado » (L’Ouest canadien : le nouvel Eldorado) (MIKAN 2945432)

Pour d’autres affiches, surtout des exemples ultérieurs, on a recours à des photos aux couleurs vives accompagnées de courts slogans et du nom du ministère ou de l’entreprise.

Affiche aux couleurs vives au haut de laquelle figurent le mot « Canada » en gros caractères rouges, des oiseaux qui volent au-dessus de champs dorés dans un cercle ainsi qu’un slogan et, au bas, de l’espace pour indiquer où obtenir de l’information ou des documents.

« Build Your Nest in Western Canada » (Faites votre nid dans l’Ouest canadien) (MIKAN 1433941)

La campagne a fonctionné. L’immigration de colons ukrainiens et de Barr n’était qu’un début; des milliers d’autres colons se sont établis dans les Prairies, motivés par la promesse de terres gratuites et d’une nouvelle vie. Ils sont beaucoup à ne pas l’avoir réussie. Les nouveaux venus, attirés par la vision idéalisée de l’Ouest dépeinte dans le cadre de la campagne, n’étaient pas préparés à la réalité de leur nouvelle patrie. Cependant, les immigrants qui ont réussi leur nouvelle vie ont changé la société et contribué à façonner les Prairies pour en faire ce qu’elles sont aujourd’hui.

Ressources connexes


Vasanthi Pendakur est assistante aux expositions à la Division Expositions et contenu en ligne de Bibliothèque et Archives Canada.

Jour des petits immigrés britanniques : l’apport de plus de 100 000 enfants anglais à la population du Canada

Il y a cinq ans, Jim Brownell, alors député provincial de Stormont‑Dundas‑South Glengarry, a déposé le projet de loi 185 visant à proclamer le 28 septembre « Jour des petits immigrés britanniques ».

Brownell est un proche parent de deux petites immigrées anglaises: sa grand-mère paternelle et sa grand-tante. Les sœurs d’origine écossaise sont toutes deux arrivées au Canada par l’entremise du mouvement d’immigration d’enfants. De 1869 à la fin des années 1930, plus de 100 000 enfants ont été emmenés des îles Britanniques au Canada.

La grand-mère de M. Brownell, Mary Scott Pearson, est née en Écosse et est arrivée au Canada le 28 septembre 1891 à bord du navire SS Hibernian. Le foyer d’accueil Fairknowe, à Brockville (Ontario), a été sa première résidence en sol canadien.

Peut-être avez-vous découvert les traces d’un jeune immigré en provenance des îles britanniques au cours de recherches sur l’histoire de votre famille. Il semblerait que onze pour cent de la population canadienne comptent un petit immigré anglais parmi leurs ancêtres.

Par où dois-je entreprendre mes recherches pour retrouver mes ancêtres?

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) détient de nombreux documents susceptibles d’être utiles lors de vos recherches sur les petits immigrés anglais. Entre autres documents, il y a des listes de passagers, des dossiers de correspondance de la direction de l’immigration et des rapports d’inspection, des collections non gouvernementales et des fonds privés (comme le fonds Middlemore), ainsi que des index de quelques documents conservés au Royaume-Uni. Consultez la rubrique Les documents pour obtenir des conseils relativement aux recherches et des explications sur les documents gardés à BAC.

Les listes de passagers et autres documents liés à l’immigration sont souvent les premières sources consultées. Outre la liste de noms des enfants, il y a le nom du navire, les dates de départ et d’arrivée, le nom de l’organisation qui a envoyé l’enfant en partance des îles Britanniques et la destination de l’enfant au Canada. Tous ces détails sont des éléments clés pour retrouver nos ancêtres qui ont immigré au Canada.

Image en noir et blanc d’une maison entourée de neige fondante. Devant la maison, il y a deux traîneaux à chevaux et des personnes autour.

« Marchmont », la maison d’accueil située à Belleville (Ontario), où a habité Mlle Macpherson (résidence hébergeant des enfants immigrants de la Grande-Bretagne) (MIKAN 3591133)

Dans le Guide des organismes qui ont envoyé des enfants et des maisons d’accueil se trouve une liste et une description de lieux, de sociétés et d’institutions associés à l’organisme, au Royaume-Uni et en Irlande, et les lieux et maisons d’accueil associés à l’organisme, au Canada. Une quatrième colonne renferme le nom des personnes associées aux organismes souvent mentionnés dans les listes de passagers. Par exemple, Thomas Barnardo et John Hobday étaient associés aux Barnardo’s Homes. Agnes Burges et William et Mary Quarrier étaient associés aux Quarrier’s Orphan Homes of Scotland, dont le foyer d’accueil Fairknowe était sis à Brockville (Ontario). Les enfants qui avaient été baptisés dans la foi catholique étaient habituellement placés dans des familles ou des congrégations religieuses catholiques, souvent au Québec.

Sources militaires et états de recensement

Bon nombre de petits immigrés anglais ont grandi et se sont enrôlés dans les Forces canadiennes, tant durant la Première que la Seconde Guerre mondiale; certains ont décidé de rester au Royaume-Uni à la fin de la guerre. Consultez notre page sur le Patrimoine militaire pour effectuer des recherches dans les dossiers de service militaire et d’autres ressources militaires.

Si vous désirez vous renseigner sur le lieu de résidence d’un enfant, consultez les Recensements couvrant la période visée. Précisons que l’on peut faire des recherches sur les petits immigrés anglais en employant le même nom de famille que celui inscrit dans la liste de passagers. La plupart de ces enfants ont gardé leur nom d’origine et n’ont pas été officiellement adoptés par les familles chez qui ils ont résidé.

Si vous souhaitez nous poser une question, passez nous voir au comptoir de généalogie au 395, rue Wellington, à Ottawa, ou envoyez-nous un courriel au moyen du formulaire de demande d’aide en généalogie.

En dernier lieu, n’oubliez pas de lire les articles précédemment publiés sur les petits immigrés anglais : Introduction, Edward Brignall, Harold Mornington, Wallace Ford et l’honorable James Murdock.

Autres sources

Qui agira en bon père de famille? Les documents relatifs au développement territorial des chemins de fer nationaux du Canada et les prédécesseurs de l’entreprise

Les chemins de fer ont longtemps joué un rôle prépondérant dans les histoires relatant l’émergence du Canada en tant que nation. La construction des lignes de chemin de fer était, à l’époque, perçue comme un élément déterminant dans la formation d’une identité nationale cohérente et se voulait un gage que les déplacements et les échanges commerciaux dans le vaste territoire du Canada allaient être simplifiés.

Les compagnies de chemin de fer ont également participé à la colonisation de l’Ouest canadien en agissant comme promoteurs et courtiers en immeuble pour les terres concédées par le gouvernement fédéral. Après la cession de la Terre de Rupert au Canada en 1870, les concessions de biens-fonds ferroviaires constituaient un important volet du plan gouvernemental visant à accroître la population des régions de l’Ouest déjà occupées par des communautés autochtones, des établissements métis et des postes avancés de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Même au début du vingtième siècle, on concédait des terres afin d’encourager les compagnies de chemin de fer à prolonger leurs rails partout sur le continent, et la construction du chemin de fer était partiellement financée par la location et la vente de ces terres.

Le bureau de Winnipeg des Services régionaux garde un précieux assortiment de documents à l’appui de la vente et de la location de terres agricoles et de terres en zones urbaines dans l’Ouest canadien par les Chemins de fer nationaux du Canada et les prédécesseurs de l’entreprise. Ces documents, provenant des diverses sociétés filiales vouées à l’immobilier rattachées aux Chemins de fer nationaux du Canada, le Chemin de fer Canadien du Nord et la Grand Trunk Pacific Railway, brossent un portrait vivant des colons établis dans l’Ouest canadien et présentent certains des nombreux défis qu’ils ont dû relever au début et au milieu du vingtième siècle.

Les dossiers liés à la vente et à la location de terres agricoles procurent des comptes rendus particulièrement intéressants sur les colons de l’Ouest canadien et leurs expériences. En général, on retrouve dans ces dossiers un formulaire de demande standard, décrivant brièvement les antécédents personnels du demandeur, ainsi qu’une évaluation de la demande rédigée par un représentant de l’entreprise, dont la tâche consistait à déterminer si le demandeur était susceptible d’agir en bon père de famille (« likely to make good »). Les demandes et évaluations procurent des profils détaillés de fermiers venus peupler les provinces des Prairies et la Colombie-Britannique.

Formulaire imprimé intitulé Applicant's Statement (bilan du demandeur) sur lequel apparaissent, écrites à la main, les réponses à des énoncés et à des questions visant à recueillir de l'information sur le demandeur. Le formulaire sert à colliger de l'information, telle que le nom, l'âge, l'état matrimonial et le lieu de naissance du demandeur; le nom de trois hommes d'affaires, d'un banquier et d'un membre du clergé (three businessmen, one banker, and one clergyman), qui pourraient servir de références pour le demandeur, et des précisions quant aux actifs et aux dettes du demandeu

« Applicant’s Statement » (bilan du demandeur) au nom de Charles Deffey, acquéreur éventuel de SW-17-28-26 W4 (MIKAN 1557331)

Formulaire imprimé intitulé Appraiser's Report sur lequel apparaissent des notes manuscrites ajoutées par un évaluateur concernant l'acquéreur éventuel d'une terre agricole. Dans les notes de l'évaluateur se trouvent une évaluation de la réputation de l'acquéreur, l'état de toute terre agricole que l'acquéreur pourrait déjà posséder et l'avis de l'évaluateur à savoir s'il croit que le demandeur est un acquéreur susceptible d'agir en bon père de famille (a purchaser who is likely to make good).

« Appraiser’s Report » (rapport d’évaluation) au nom de Charles Deffey, acquéreur éventuel de SW-17-28-26 W4 (MIKAN 1557331)

Naturellement, la majorité des autres documents qui se trouvent dans les dossiers servant à appuyer la vente d’une terre agricole sont de la correspondance portant sur les paiements à effectuer afin d’acheter la terre. Bien que ces échanges de courrier soient, en général, de nature courante, il arrive aussi qu’on y découvre des plaidoiries bien senties d’acquéreurs qui imploraient la clémence pour avoir omis d’effectuer un versement ou pour l’avoir remis en retard, plus particulièrement durant les années 1930. Parmi les explications souvent invoquées dans les lettres pour justifier les manquements, mentionnons les récoltes décevantes ou les épreuves subies par l’expéditeur pris en défaut et sa famille. Dans la lettre reproduite ci-dessous, par exemple, l’auteur renonce à sa demande d’obtenir un lopin de terre agricole en Saskatchewan après s’être cassé une jambe et avoir perdu la récolte annuelle à cause d’une tempête de grêle.

Lettre manuscrite adressée au commissaire des terres, aux Chemins de fer nationaux du Canada, et provenant de Charles Deffey qui fait part de son intention de renoncer à un lopin de terre agricole pour lequel il avait effectué des paiements. M. Deffey fournit une brève description de certains obstacles qu'il a rencontrés lors de ses travaux sur la terre et il informe le commissaire des terres qu'il enverra un acte de renonciation (quit claim) officiel dès qu'il aura assez d'argent pour payer un juge de paix (J.P.).

Lettre de Charles Deffey au commissaire des terres, Chemins de fer nationaux du Canada (MIKAN 1557331)

Recherche de documents relatifs aux terres

On peut consulter les documents relatifs au développement territorial des Chemins de fer nationaux du Canada et des prédécesseurs de l’entreprise, des archives fort susceptibles de susciter un immense intérêt auprès des chercheurs en généalogie et de ceux qui se penchent sur des sujets comme l’agriculture, l’immigration et l’histoire locale, à partir de la page Recherche de fonds d’archives améliorée du site Web de Bibliothèque et Archives Canada. D’abord, il faut sélectionner « No d’instr. de recherche » dans le menu déroulant, puis saisir « 30-130 » dans l’encadré à droite. Ensuite, on peut préciser la recherche en ajoutant un nom de famille comme « Nom (mot-clé) » dans les encadrés en dessous ou en saisissant les coordonnées d’arpentage des terres fédérales à côté de l’option « Tout mot-clé » afin de trouver de l’information sur un lopin de terre donné.

Précisons toutefois que ces documents ne constituent pas un dossier exhaustif des activités de développement territorial menées par les Chemins de fer nationaux du Canada, les prédécesseurs de l’entreprise et leurs sociétés filiales. Les dossiers et registres, actuellement gardés au bureau de Winnipeg des Services régionaux de Bibliothèque et Archives Canada, ont été récupérés des entrepôts des Chemins de fer nationaux du Canada lorsque le quartier de Winnipeg maintenant connu sous le nom de The Forks devait faire l’objet d’une rénovation urbaine vers la fin des années 1980. Fort heureusement, nous avons pu récupérer suffisamment de registres et de dossiers pour avoir un riche aperçu de la colonisation dans l’Ouest canadien au début et au milieu du vingtième siècle.

Les petits immigrés anglais : guide des organismes qui ont envoyé des enfants et des maisons d’accueil

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le plaisir d’annoncer le lancement du Guide des organismes qui ont envoyé des enfants et des maisons d’accueil.

Ce guide est un point de départ essentiel pour effectuer une recherche dans les documents sur les petits immigrés anglais qui sont venus au Canada en provenance des îles britanniques entre 1869 et 1932. Grâce à ce guide, vous pouvez découvrir les documents qui sont conservés à BAC et dans d’autres institutions au Canada et dans les îles britanniques. Ce guide contient aussi des renseignements historiques sur les différents organismes et des liens utiles vers des sites Web pour de la recherche sur les petits immigrés anglais. Ce guide a été compilé sur une période de plusieurs années par le personnel de généalogie de BAC.

Commencez à consulter le guide maintenant!

Lancement de la base de données « Carleton Papers – Book of Negroes, 1783 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données accessible en ligne : Carleton Papers – Book of Negroes, 1783.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur près de 3 000 loyalistes de race noire. Les noms sont tirés du Book of Negroes, un registre comportant une description détaillée des loyalistes de race noire évacués du port de New York à la fin de la Révolution américaine (1776-1783); leur destination finale était la Nouvelle-Écosse.

Commencez vos recherches sur les loyalistes de race noire maintenant!

Lancement de la base de données « Carleton Papers – Loyalistes et soldats britanniques, 1772-1784 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données accessible en ligne : Carleton Papers – Loyalistes et soldats britanniques, 1772-1784.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 54 000 loyalistes et soldats britanniques. Les noms sont tirés des British Headquarters Papers, New York, aussi connus comme les Carleton Papers, qui contiennent une variété de documents au sujet des soldats et des réfugiés civils loyalistes ainsi que des soldats britanniques et allemands qui se sont établis au Canada après la Révolution américaine (1776-1783).

Commencez vos recherches sur les loyalistes et les soldats britanniques maintenant!

Nouvelle version de la base de données « Documents sur les petits immigrés anglais »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle version de sa base de données en ligne « Documents sur les petits immigrés anglais ».

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 245 000 enfants britanniques envoyés au Canada entre 1869 et 1932. Les noms sont tirés d’une variété de sources comme les documents d’organismes qui ont envoyé des enfants, des publications ainsi que des documents gouvernementaux et privés.

Commencez vos recherches dans les documents sur les petits immigrés anglais maintenant!

Lancement de la base de données « Immigrants ukrainiens, 1891-1930 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données en ligne : Immigrants ukrainiens, 1891-1930.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 14 700 Ukrainiens arrivés au Canada et aux États-Unis entre 1891 et 1930. Les noms sont tirés des listes de passagers conservées à Bibliothèque et Archives Canada pour les ports canadiens et américains suivants :

  • Halifax (Nouvelle-Écosse)
  • Montréal et Québec (Québec)
  • Saint John (Nouveau-Brunswick)
  • New York (New York)
  • Portland (Maine)

Certains noms proviennent des notes colligées par Vladimir Julian Kaye (1896-1976) sur les premiers colons et les premières familles d’Ukraine venus s’établir au Canada.

Commencez vos recherches sur les immigrants ukrainiens maintenant!

Contextes multiples : Bibliothèque et Archives Canada au Musée canadien de l’immigration du Quai 21

Cinq pièces provenant de la riche collection de Bibliothèque et Archives Canada font actuellement partie d’une nouvelle exposition présentée au Musée canadien de l’immigration du Quai 21, à Halifax (Nouvelle-Écosse). Il s’agit notamment d’une médaille commémorative, de timbres, d’une carte et d’un traité concernant des terres. Ces objets nous aident à mieux comprendre la complexe expérience d’immigration qui continue de façonner le passé et le présent du Canada.

Les documents d’attestation — des documents d’information témoignant d’une facette de l’histoire du Canada

Une des pièces de la collection de Bibliothèque et Archives Canada faisant partie de l’exposition au Quai 21 s’appelle un document d’attestation. Il s’agit d’un formulaire que les recrues devaient remplir et signer, afin de confirmer leur acceptation de servir outremer au sein du Corps expéditionnaire canadien (CEC) lors de la Première Guerre mondiale. La collection de Bibliothèque et Archives Canada comprend actuellement 620 000 documents d’attestation, qui sont tous numérisés et accessibles en ligne.

Une image en noir et blanc d’un formulaire dactylographié fournissant des renseignements personnels sur Joseph Wilder, incluant sa condition physique. Le document est signé par celui-ci et contresigné par un médecin militaire.

Document d’attestation de Joseph Wilder (MIKAN 46114, boîte 10355-39, 312833)

Les informations contenues dans ces formulaires permettent d’en apprendre beaucoup à propos des soldats. Par exemple, on y trouve des précisions relatives à leur apparence physique, comme la taille, la couleur des yeux et le tour de poitrine. Les recrues devaient également indiquer, entre autres, leur métier ou gagne-pain, leur lieu de naissance, leurs plus proches parents et leur lieu de résidence. Quand il s’agit de trouver des informations concernant des personnes qui ont laissé peu de documents (ou même aucun!), ces documents d’attestation peuvent être extrêmement utiles pour commencer à rassembler les éléments d’une histoire personnelle.

Joseph Wilder — Sergent du corps médical et pharmacien

Le document d’attestation intégré dans l’exposition du Quai 21 concerne un nommé Joseph Wilder. On y apprend qu’il demeurait au 140 avenue Alfred, à Winnipeg (Manitoba), qu’il était né en Roumanie et qu’il gagnait sa vie comme pharmacien. De telles informations peuvent être utiles à ses descendants, à des membres de la communauté locale de Winnipeg et, d’une manière générale, pour témoigner de l’histoire du Canada. Ces informations viennent aussi compléter ce qu’on peut lire dans les deux publications de Joseph Wilder : Read All About It: Reminiscences of an Immigrant Newsboy et Lotions, Potions and Liniments Pure: A Look at the Drug Trade in Winnipeg in the 1900’s.

Vous pourrez trouver d’autres informations en consultant la base de données sur les soldats de la Première Guerre mondiale et la page du projet de numérisation à grande échelle visant à rendre ces documents accessibles en ligne.

Lancement de la base de données « Immigrants pour le Canada, Porteurs et Domestiques, 1899-1949 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données en ligne : Immigrants pour le Canada, Porteurs et Domestiques, 1899-1949.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 8 600 individus arrivés au Canada en tant que porteurs ou domestiques entre 1899 et 1949. Les noms sont tirés des listes contenues dans les dossiers du Service central de la Direction de l’immigration (RG 76 B1a) et d’autres dossiers conservés à Bibliothèque et Archives Canada.

Commencez vos recherches sur les porteurs et domestiques maintenant!