Nouvelles images numérisées de la construction du 395, rue Wellington

Par Andrew Elliott

Surplombant la rivière des Outaouais, l’édifice de Bibliothèque et Archives Canada qu’on surnomme « le 395, rue Wellington » est reconnaissable entre tous. Bien visible des deux côtés de la rivière, il abritait autrefois les Archives et la Bibliothèque nationales, d’où son ancienne appellation de PANL (de l’anglais Public Archives National Library). Il incarne la mémoire collective de notre pays, constituée de toutes les ressources documentaires que nous recueillons, préservons et diffusons.

Mais connaissez-vous la fascinante histoire entourant la conception et la construction de ce lieu patrimonial? En novembre 1952, un site est d’abord choisi près de l’intersection des rues Bank et Wellington. Cependant, à la Commission du district fédéral (l’ancêtre de la Commission de la capitale nationale), le comité chargé de la planification donne plutôt le feu vert pour le 395, rue Wellington. Les dés sont jetés : c’est à cet endroit que s’élèvera le nouvel édifice de la Bibliothèque et des Archives nationales.

Suivant une suggestion de Louis Saint-Laurent, premier ministre de l’époque, le Cabinet retient les services de la prestigieuse firme d’architectes Mathers & Haldenby, du nom de ses deux fondateurs : Alvan Sherlock Mathers (1895-1965), originaire d’Aberfoyle, en Ontario, et Eric Wilson Haldenby (1893-1971, originaire de Toronto. [Liens en anglais seulement] La firme aura pignon sur rue de 1921 à 1991.

Toutefois, la construction de l’édifice est reportée pendant presque une décennie : il faut d’abord démolir un bâtiment temporaire érigé sur le terrain. En 1958, nouveau délai : une gigantesque explosion due à une fuite de gaz détruit un édifice gouvernemental rue Slater, entraînant le déménagement de centaines de fonctionnaires dans les locaux restants du bâtiment temporaire.

En 1960, le contrat pour la construction de l’édifice est alloué à l’entreprise Ellis-Don. À l’automne 1963, les travaux commencent enfin; ils se prolongeront jusqu’en 1967. Le studio de photographie Van, basé à Ottawa, en immortalisera toutes les étapes.

BAC vient tout juste de numériser une remarquable série de photos illustrant ce chantier. Vous pouvez les voir dans les acquisitions du ministère des Travaux publics. En voici quelques-unes :

Photographie en noir et blanc d’un vaste chantier de construction avec de la machinerie lourde. On aperçoit au loin des arbres et des bâtiments.

Travaux d’excavation sur le chantier, 4 septembre 1963 (MIKAN 3600820)

Photographie en noir et blanc de la façade d’un édifice de dix étages en construction. On voit des panneaux de construction à la hauteur du rez-de-chaussée, des automobiles (y compris une Coccinelle de Volkswagen!) et des piétons.

Vue du côté nord de l’édifice en construction, 15 juillet 1965 (MIKAN 3600860)

Photographie en noir et blanc d’un édifice complètement entouré d’échafaudages.

Vue du côté sud-est de l’édifice en construction, 16 août 1965 (MIKAN 3600863)

Photographie en noir et blanc d’un édifice en construction.

Légende : Vue du côté nord-est de l’édifice, 26 novembre 1965 (MIKAN 3600869)

Photographie en noir et blanc d’une salle au plafond bas, avec des rangées de rayonnages superposés en cours d’aménagement.

Vue intérieure de l’édifice avec des rayonnages partiellement aménagés, 21 novembre 1966 (MIKAN 3600895)

Photographie en noir et blanc d’une grande salle avec un échafaudage et des matériaux de construction.

Salle de lecture partiellement aménagée et dotée de plafonds vitrés, 24 février 1967 (MIKAN 3600901)

Photographie noir et blanc d’une vaste salle partiellement aménagée, aux murs recouverts de marbre de Carrare (un marbre blanc aux nervures prononcées).

Magnifiques colonnes et murs de marbre dans l’entrée de l’édifice, 27 juin 1966
(MIKAN 3600882)

Le 10 mai 1965, le gouverneur général Georges Vanier pose la première pierre officielle du 395, rue Wellington. À l’intérieur de celle-ci, il a fait insérer un élégant coffret de cuivre renfermant des images et des descriptions de l’édifice, ainsi qu’un exemplaire des plus récentes publications de la Bibliothèque et des Archives nationales. L’inauguration a lieu le 20 juin 1967, juste à temps pour les célébrations du centenaire du Canada. Vous pouvez écouter ici les cérémonies d’ouverture :

Le 395, rue Wellington allie de façon unique fonctionnalité et esthétisme, comme en témoigne le rapport no 04-027 du Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine : « C’est une réalisation de très grande qualité […] Sur le plan esthétique, le bâtiment amalgame avec élégance et raffinement le modernisme classique canadien et le nouveau modernisme, ce qui lui confère une apparence moderne, fonctionnelle et bien pensée […] Sur le plan pratique, il répond à une gamme variée d’usages, comme en témoigne la disposition des espaces publics, des services et des rayonnages». [traduction] Pour en savoir plus, consultez cette fiche sur les lieux patrimoniaux du Canada consacrée à l’édifice.

Bref, ni les efforts ni les investissements n’ont été ménagés dans la conception du 395, rue Wellington, un édifice qui demeure encore aujourd’hui un symbole au cœur d’Ottawa.


Andrew Elliott est archiviste à la Division Science, gouvernance et politique de Bibliothèque et Archives Canada.

Comment commander des journaux sur microfilm grâce au service de prêt entre bibliothèques (Archivé)

Note importante: BAC n’offre pas de service de prêts entre bibliothèque. Veuillez visiter notre site Web pour des méthodes alternatives de consultation.

Si vous avez lu notre article Comment trouver un journal canadien sur microfilm, vous savez déjà quels journaux nous avons! Maintenant, vous vous demandez peut-être : « Comment puis-je les consulter? »

C’est facile! Vous pouvez emprunter n’importe quel journal de notre collection, sur microfilm, grâce au service de prêt entre bibliothèques (PEB).

Par exemple, pour consulter tous les numéros du quotidien Journal parus à Montréal en juin 1904, suivez simplement ces quelques étapes :

  • Allez à la section Fonds sur microforme qui présente une liste de localités par province. Ensuite, sélectionnez Montréal pour trouver le Journal.
  • Notez les renseignements donnés pour ce quotidien, soit : Journal.NJ.FM.1147 16 dé 1899-7 mr 1905 AN 7046754.
  • Rendez-vous à votre bibliothèque locale et demandez à un bibliothécaire de commander les numéros qui vous intéressent. Les renseignements que vous aurez notés lui serviront à les repérer.
  • Titre : Journal
  • Lieu de publication : Montréal (pour éviter toute confusion avec un autre quotidien portant le même nom)
  • Numéro AMICUS : AN 7046754
  • Dates demandées : Juin 1904

Les renseignements suivants ne sont pas requis :

  • Numéro de bobine de microfilm (exigé seulement pour les documents d’archives sur microfilm, pas pour les journaux)
  • Cote topographique (p. ex., NJ.FM.1147)
  • Intervalle de dates (p. ex., 16 dé 1899-7 mr 1905)

Le saviez-vous?

  • La durée du prêt est de quatre semaines (huit semaines au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut et à l’extérieur du Canada), incluant le temps nécessaire pour expédier le document d’un endroit à l’autre.
  • Chaque personne peut emprunter jusqu’à 12 bobines par titre à la fois.
  • Si les dates qui vous intéressent couvrent plus de 12 bobines, vous devez commander les bobines excédentaires une fois que le premier ensemble de bobines a été retourné et vérifié.
  • Les prêts ne sont pas renouvelables.
  • Si vous cherchez des journaux couvrant une vaste période, demandez d’abord six bobines, puis commandez un autre ensemble de six bobines environ deux semaines plus tard. Cela vous laissera suffisamment de temps pour consulter les premières bobines avant de recevoir les suivantes.

Bonne lecture!

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais jusqu’au 30 septembre 2013

  • Au mois de janvier 2013, un usager indique que sa bibliothèque locale l’a informé qu’il n’y avait plus de prêt pour les journaux sur microfilm. Il demande comment avoir accès aux journaux sur microfilm. BAC a confirmé l’information i.e. que le service n’était plus offert depuis décembre 2012. Nous avons lui suggéré de communiquer avec nos services de référence en fournissant des détails comme le titre du journal, les dates etc. Les services de référence seront en mesure de fournir des solutions de rechange.