Le soldat Thomas Ricketts, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement cent ans sur le champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le soldat Thomas Ricketts, de Terre-Neuve, pour la bravoure et l’altruisme dont il a fait preuve à Ledeghem, en Belgique.

Copie noir et blanc d’une coupure de journal, au haut de laquelle est inscrit le mot « Proclamation! » en grosses majuscules.

À la recherche de recrues pour le Régiment de Terre-Neuve, The Daily News, 22 août 1914. (Source : The Rooms [en anglais])

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en 1914, Terre-Neuve est un dominion de l’Empire britannique. Afin d’appuyer l’armée britannique et de soutenir l’effort de guerre, elle recrute une armée de volontaires, rassemblant suffisamment d’hommes pour former un bataillon : le Régiment de Terre-Neuve. (Deux autres bataillons seront plus tard mis sur pied : le 2e Bataillon de réserve, principalement posté à Ayr, en Écosse, et le 3e Bataillon, responsable du recrutement et de l’entraînement à St. John’s.) En 1917, le roi George V décernera le préfixe « Royal » au Régiment de Terre-Neuve pour souligner les actes de courage et d’héroïsme posés par ses soldats lors des batailles d’Ypres et de Cambrai, en France.

Photo sépia d’un soldat en uniforme, la Croix de Victoria et la Croix de Guerre épinglées sur sa poitrine.

: Le soldat Thomas Ricketts, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. (Source : L’Encyclopédie canadienne)

Thomas Ricketts, fils de John Ricketts et d’Amelia Cassels, voit le jour le 15 avril 1901 à Middle Arm, White Bay, à Terre-Neuve. Il s’enrôle dans le 1er Bataillon du Régiment de Terre-Neuve le 2 septembre 1916, alors qu’il n’a que 15 ans. Afin d’être accepté, il inscrit « 18 ans » sur son formulaire d’engagement. Son mensonge passe inaperçu, et il joint les rangs du Corps expéditionnaire britannique. Envoyé en Angleterre, il reçoit une balle à la jambe en novembre 1917. Le temps de se remettre de sa blessure, il retrouve son régiment au printemps de l’année suivante.

Au matin du 14 octobre 1918, le 1er Bataillon est en Belgique, où il participe à l’avancée menée depuis Ledeghem (à l’est d’Ypres). Noyés sous la brume et la fumée, les soldats livrent bataille, tentant de repousser les Allemands et de s’emparer de leurs casemates et leurs armes. Lorsque la brume matinale se dissipe, ils découvrent devant eux un ruisseau, le Wulfdambeek, qu’ils doivent traverser en s’exposant aux tirs ennemis. Le régiment subit alors de lourdes pertes, avant de se retrouver cloué sur place par les bombardements ennemis. Incapable de riposter avec sa propre artillerie, il n’a d’autre choix que de neutraliser l’ennemi et de s’emparer de ses armes et de sa batterie.

Ricketts, armé d’une mitrailleuse Lewis, se porte volontaire pour s’élancer vers les Allemands en compagnie de son commandant de section. Leur objectif : contourner la batterie pour la déjouer et s’en emparer. Ils progressent lentement sous les tirs nourris des mitrailleuses, et se retrouvent rapidement à court de munitions. Ils sont alors à 300 mètres de la batterie. Les Allemands s’aperçoivent de leur vulnérabilité et déplacent leurs canonniers pour les neutraliser. Mais Ricketts détecte la manœuvre : il bat en retraite et, sous des tirs intenses, parcourt 100 mètres pour aller chercher d’autres munitions. À son retour, il manie habilement sa mitrailleuse et repousse l’ennemi jusqu’à une ferme voisine. Cette menace écartée, son peloton peut avancer sans subir de pertes : il capture quatre canons de campagne et quatre mitrailleuses, en plus de faire huit prisonniers. Une cinquième mitrailleuse sera interceptée et saisie plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, de profil.

: Le soldat Thomas Ricketts, sans date (Source : Défense nationale)

Comme le relate la London Gazette :

« Par sa présence d’esprit au moment d’anticiper les intentions de l’ennemi, et parce qu’il a fait fi de sa propre sécurité, le soldat Ricketts a pu se procurer les munitions qui ont directement contribué à ces importantes prises et, sans aucun doute, sauvé de nombreuses vies. »

(London Gazette, n° 31108, p. 309, 6 janvier 1919, en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Ricketts survit à la guerre et est démobilisé le 17 juin 1919. Le roi George V lui avait décerné la Croix de Victoria le 19 janvier de la même année, à Sandringham, en Angleterre. Ricketts n’avait alors que 17 ans, ce qui fait de lui le plus jeune combattant à obtenir cette distinction. Il rentre à Terre-Neuve en véritable héros. Chez lui, il reprend ses études et devient pharmacien. En plus de sa Croix de Victoria, Ricketts reçoit la Croix de Guerre française ornée d’une étoile d’or pour sa bravoure.

Il s’éteint à St. John’s, à Terre-Neuve, le 21 mars 1967.

La Croix de Victoria et la Croix de Guerre de Ricketts sont exposées au Musée canadien de la guerre à Ottawa, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du soldat Thomas Ricketts.

Étiquetez des photos et faites partie de l’histoire!

Vous pouvez étiqueter les photos de ce billet de blogue! Plongez dans les documents numérisés du Corps expéditionnaire canadien : transcrivez, étiquetez, traduisez et décrivez leur contenu. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées accessibles à la recherche dans les 24 heures suivantes. Jour après jour, les documents de Bibliothèque et Archives Canada sont ainsi plus faciles à repérer. Consultez le billet de blogue à ce sujet qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public.

 

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie, VC

Par Emily Monks-Leeson

En ce jour, en 1918, le lieutenant Wallace Lloyd Algie tombe au combat au nord-est de Cambrai, en France. Les gestes qu’il a posés ce jour-là lui vaudront une Croix de Victoria posthume.

Fils de James et Rachel Algie de Toronto, Wallace Lloyd Algie naît le 10 juin 1891 à Alton, en Ontario. Il obtient son diplôme du Collège militaire royal du Canada et s’enrôle dans la milice active auprès des Queen’s Own Rifles of Canada puis du 40e Régiment, où il sert comme lieutenant.

Photo noir et blanc d’un officier portant une casquette

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie, sans date. Source : Direction de l’histoire et du patrimoine (Défense nationale et Forces canadiennes)

Algie est commis de banque à Toronto lorsqu’il s’enrôle comme officier du Corps expéditionnaire canadien le 19 avril 1916. Il s’embarque à bord du navire à vapeur Laconia le 25 septembre 1916 pour aller rejoindre le 95e Bataillon dès son arrivée à Seaford, en Angleterre. Le 26 mai 1917, il est envoyé sur le théâtre européen avec le 20e Bataillon d’infanterie du Canada. Il suit plusieurs formations pour officiers, dont une sur le fusil-mitrailleur Lewis.

Le 11 octobre 1918, le lieutenant de 27 ans dirige ses troupes du 20e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien près du village de Cambrai, en France, lorsqu’elles se retrouvent sous d’intenses tirs de mitrailleuse provenant d’un village voisin. Sa citation dans la London Gazette du 28 janvier 1919 (traduite ci-dessous) évoque les faits ayant mené à son décès et à l’attribution de la Croix de Victoria :

« Pour un acte de bravoure et d’abnégation de soi très remarquable, le 11 octobre 1918, au nord-est de Cambrai, alors que les troupes offensives essuyaient d’intenses tirs de mitrailleuse en enfilade en provenance d’un village voisin. Après s’être élancé avec neuf volontaires, il met hors de combat le détachement d’une mitrailleuse ennemie puis, retournant celle-ci contre l’ennemi, il permet à sa troupe d’atteindre le village. Il se rue ensuite sur une autre mitrailleuse, capture un officier et 10 soldats ennemis, dégageant ainsi l’extrémité du village. Une fois son groupe bien établi, le Lt Algie part à la recherche de renforts, mais il se fait tuer au retour. Le courage et l’esprit d’initiative dont il a fait preuve devant des tirs nourris ont permis de sauver de nombreuses vies et de tenir la position. »

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie est enterré au cimetière de Niagara à Iwuy, en France (en anglais seulement).

Page dactylographiée décrivant ce qui s’est passé du 10 au 11 octobre 1918.

Le journal de guerre du 20e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant les actes de bravoure du lieutenant Algie (e000960948)

Bibliothèque et Archives Canada possède le dossier de service du Corps expéditionnaire canadien du lieutenant Wallace Lloyd Algie.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour la Direction générale des opérations numériques et de la préservation à Bibliothèque et Archives Canada.

Les ingénieurs en aéronautique d’A. V. Roe Ltd.

 

Bannière avec les mots suivants : Première: Nouveautés à Bibliothèque et Archives Canadas. Et on aperçoit à droite une outre attrapant un poissonPar Andrew Elliott

En 1948, les tout premiers étudiants de l’école de génie aéronautique de l’Université de Toronto obtiennent leur diplôme; parmi eux, on retrouve Gerald Vincent Bull, Fred Matthews, Daisy Pon, William McCarter, William Kuzyk et Ralph Waechter. La plupart des diplômés de cette cohorte – et notamment la toute première femme ingénieure en aéronautique – occupent des postes au siège de la compagnie A. V. Roe Ltd., situé à Malton, en Ontario. Au cours des années 1950, ils y travaillent au développement d’aéronefs révolutionnaires, dont le célèbre (et infortuné) avion supersonique Avro Arrow.

Bibliothèque et Archives Canada a récemment acquis les fonds de deux de ces ingénieurs : William Kuzyk et Ralph Waechter.

Pour reprendre les termes du musée canadien de l’aéronautique (le Canadian Air and Space Museum, à Toronto), l’histoire d’A. V. Roe Ltd. en est une de triomphe et de tragédie pour l’aviation canadienne. En 1945, la compagnie lance deux grands projets : le Jetliner C-102, un avion de ligne, et le Canuck CF-100, un chasseur d’interception militaire à deux moteurs pouvant voler par tous les temps. Puis, en 1950, elle s’attaque à la conception de l’Avro Arrow : des équipes d’ingénieurs de l’Angleterre et du Canada unissent leurs efforts afin d’en concevoir la cellule et les turboréacteurs.

Mais revenons au Jetliner C-102, un avion révolutionnaire dans le milieu du transport commercial aérien. Il prend son envol pour la première fois en août 1949 et fracasse des records de vitesse lors de chaque vol subséquent. Malheureusement, sa production ne dépasse jamais le stade des modèles d’essai.

Photo noir et blanc d’un avion sur une piste, entouré de groupes d’hommes.

Le Jetliner C-102 (a092486)

Le Canuck CF-100, lui, est l’un des modèles d’A. V. Roe Ltd. ayant connu le plus de succès. Vous pouvez voir ci-dessous à quoi ressemblait ce chasseur d’interception qui pouvait braver toutes les conditions météo.

Illustration couleur d’un avion survolant des nuages; deux autres avions semblables volent en formation à l’arrière-plan.

Le Canuck CF-100 (a068257)

Quant à l’Avro Arrow CF-105, il présentait des caractéristiques techniques avancées : une aile delta d’une hauteur remarquable, une structure sans queue et d’autres éléments aérodynamiques de pointe. Ces détails sont bien visibles dans les plans d’origine :

Dessin noir et blanc de la coupe transversale d’un avion montrant le fuselage, l’aile et l’empennage vertical.

Dessin n° 7-0400-01, version n° 1 de l’Avro Arrow CF-105 (e011161348)

Esquisse du contour d’un avion à l’allure futuriste.

Esquisse de l’Avro Arrow (e011161340)

Le tournant des années 1950 est une période stimulante pour les ingénieurs en aéronautique, et de nombreux diplômés obtiennent immédiatement un emploi chez A. V. Roe Ltd.

C’est le cas de Ralph William Waechter (1926-2012), embauché comme ingénieur en aéronautique, ingénieur d’essai en vol et aérodynamicien après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Toronto en 1948, au terme de quatre ans d’études. Son collègue William Kuzyk (1922-1990) a lui aussi fréquenté l’Université de Toronto de 1943 à 1949; pendant ses études, il travaillait déjà chez A. V. Roe Ltd. en tant que contrôleur de modèles dans la division des turbines à gaz.

Au fil des ans, Waechter et Kuzyk occupent des postes dans divers départements de la compagnie. Ils sont entre autres ingénieurs au sein du département de la recherche sur les essais en vol, où ils sont principalement chargés de recueillir des données. Nombre de leurs rapports décrivent des problèmes techniques relatifs au vol à haute vitesse ainsi que les phénomènes connexes pouvant se produire. Il existe d’ailleurs un nombre considérable de données et de graphiques sur le sujet, en particulier sur la vitesse anémométrique et la performance à haute vitesse. Waechter et Kuzyk testent aussi la performance des diverses versions expérimentales de l’Avro Arrow, y compris celles ayant recours à la technologie de lancement de longueur zéro.

Texte optionnel : Dessin noir et blanc du profil, de l’avant et du dessus d’un avion

Lancement de longueur zéro à géométrie fusée, Avro Arrow CF-105 (e011161341)

Dessin technique détaillé d’un avion en position de lancement.

Position de lancement de l’Avro Arrow pour le lancement de longueur zéro (e011161347)

Dessin montrant deux avions au-dessus des nuages.

Photo d’un croquis de l’Avro Arrow CF-105 (a111546)

Jusqu’en 1958, la conception et le vol des prototypes sont couronnés de succès. Mais le climat politique national et international a raison de cet élan : le 20 février 1959, le gouvernement fédéral met fin à tous les travaux sur l’Avro Arrow, et la compagnie A. V. Roe licencie 14 000 employés. Comme plusieurs confrères dans la même situation, Waechter et Kuzyk déménagent alors aux États-Unis, où ils travaillent pour des entreprises de génie aéronautique. Alors que certains de leurs compatriotes ne reviendront jamais, ils rentrent au pays au début des années 1970 et y poursuivent de brillantes carrières.

L’annulation du projet de l’Avro Arrow s’accompagne d’une recommandation visant la destruction de tous les documents connexes. Nous sommes donc très chanceux que William Kuzyk et Ralph Waechter aient ignoré ces ordres! Grâce à eux, nous avons aujourd’hui un aperçu unique des travaux de recherche et de développement réalisés dans le secteur canadien de l’aéronautique au milieu du 20e siècle.

Pour en savoir plus

BAC possède divers fonds contenant des documents en lien avec l’Avro Arrow :

On trouve également des documents pertinents dans les fonds de certains députés et premiers ministres :

Enfin, quelques documents épars sur l’A. V. Roe et ses divers projets aéronautiques se trouvent dans des fonds gouvernementaux :


Andrew Elliott est archiviste responsable des archives privées à la Section des sciences, de l’économie et de l’environnement de la Direction générale des archives de Bibliothèque et Archives Canada.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes de bravoure posés il y a cent ans sur le champ de bataille par des récipiendaires de cette distinction. Aujourd’hui, nous rendons hommage au capitaine Coulson Norman Mitchell pour le courage dont il a fait preuve au canal de l’Escaut, en France, dans la nuit du 8 au 9 octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un officier en uniforme.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, récipiendaire de la Croix de Victoria, vers 1918. (c001595)

le 11 décembre 1889 à Winnipeg, au Manitoba, Mitchell fait d’abord carrière comme ingénieur civil, avant de s’enrôler en tant que soldat dans le Canadian Railway Construction Corps (les troupes ferroviaires canadiennes) le 21 janvier 1915. L’année suivante, il devient lieutenant et se joint à la 1re Compagnie de sapeurs-mineurs du Corps de génie canadien. En 1917, sa bravoure devant l’ennemi lui vaut la Croix militaire (en anglais) ainsi qu’une promotion au grade de capitaine. Puis, en 1918, Mitchell est affecté au 4e Bataillon du Corps de génie canadien. C’est durant cette affectation qu’il accomplit un acte héroïque au canal de l’Escaut, au nord-est de Cambrai, en France, aidant ainsi les Alliés à y triompher.

Photo noir et blanc d’un canal à sec. On voit un pont tordu à l’arrière-plan. Au second plan, un cheval tire une charrette chargée de fournitures sur un autre pont. Un peu partout, des soldats se déplacent, certains transportant du matériel.

Des Canadiens construisent un pont pour transporter des effectifs et du matériel sur le canal du Nord, France, septembre 1918. (a003285)

Après la bataille du Canal-du-Nord, le 1er octobre 1918, les soldats alliés sont résolus à libérer Cambrai. Les attaques précédentes avaient dégagé des routes jusqu’à la ville; il faut maintenant que la 3e Division d’infanterie canadienne s’y rende. Les Allemands, postés au nord-est, résistent farouchement; les Canadiens espèrent néanmoins prendre Cambrai pour faire avancer le front. Durant les jours qui suivent, ils livrent bataille et réussissent à libérer certains villages français de la présence allemande.

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1918, Mitchell est en mission de reconnaissance près de Cambrai, dirigeant un détachement de sapeurs (des soldats chargés de la construction et de la réparation de routes et de ponts ainsi que du déminage). Leur objectif : aller inspecter, au-delà des lignes de front, les ponts que la 5e Brigade d’infanterie canadienne prévoit emprunter durant son attaque, et s’assurer qu’ils sont intacts. Or, Mitchell et ses hommes constatent qu’un premier pont a déjà été saccagé. Ils se rendent ensuite au suivant, qui traverse le canal de l’Escaut.

Photo noir et blanc d’un village où des bâtiments ont été endommagés. Au centre, on voit un imposant amas de pierres et de débris. Un soldat est agenouillé au sol, tout près. À gauche, un autre soldat se tient debout et l’observe.

Le corps de génie canadien à la recherche de mines à Cambrai, France, octobre 1918. (a003271)

Sous des tirs nourris, Mitchell s’élance sur le pont. L’obscurité l’empêche de savoir où se trouvent les soldats ennemis et combien ils sont. Mitchell découvre alors que les Allemands ont tout mis en place pour faire exploser le pont. Aidé d’un sous-officier, il coupe les fils du détonateur et retire la charge.

Mais les Allemands, réalisant la manœuvre, s’avancent pour actionner les détonateurs. Mitchell, tout en courant au secours de sa sentinelle blessée, tue néanmoins trois soldats allemands et en capture douze. Le pont est finalement sauvé, un exploit qui contribuera grandement au succès ultérieur de l’offensive de la 5e Brigade d’infanterie.

Les exploits de Mitchell sont relatés dans cet extrait de la London Gazette :

« Malgré les tirs fusant de toutes parts, il continua à couper les fils et à retirer les explosifs, sachant que l’ennemi pouvait les faire détoner à tout moment. Si ce pont crucial sur le canal n’a pas été détruit, c’est entièrement grâce à sa bravoure et à ses actions décisives. » [Traduction]

London Gazette, no 31155, 31 janvier 1919, pp. 1503-1504 (en anglais)

Photo noir et blanc d’un officier en uniforme.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, récipiendaire de la Croix de Victoria, vers 1918. (c001594)

Mitchell sert dans le Corps du génie canadien jusqu’au 28 avril 1919, jour de la démobilisation générale. Il rentre alors au Canada, où il reprend sa carrière d’ingénieur civil. Lorsque survient la Deuxième Guerre mondiale, il commande des unités de génie en Grande-Bretagne. Il revient au Canada en 1943 en tant que lieutenant-colonel responsable d’un centre de formation d’ingénieurs. À la fin des hostilités, il travaille à nouveau au civil.

Plusieurs endroits commémorent le service de Mitchell durant les deux guerres mondiales. Au Manitoba, un lac a été nommé en son honneur. À Montréal, une rue et une succursale de la Légion royale canadienne portent son nom, tout comme l’édifice principal de l’École du génie militaire des Forces canadiennes sur la base de l’Armée canadienne à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

Mitchell est décédé chez lui, à Montréal, le 17 novembre 1978.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du capitaine Coulson Norman Mitchell.

Donnez un coup de pouce à l’histoire en transcrivant les journaux de guerre ou en ajoutant des étiquettes aux photos!

Vous avez accès aux journaux de guerre du Corps de génie canadien pour transcrire, traduire ou décrire leur contenu, ou encore y ajouter des étiquettes. Chacun de vos ajouts deviendra une nouvelle métadonnée, qui sera intégrée au moteur de recherche dans les 24 heures et facilitera le repérage des dossiers de Bibliothèque et Archives Canada. Lisez notre billet de blogue pour savoir comment vous pouvez participer à l’avancement de l’histoire!


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le sergent William Merrifield, VC

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le sergent William Merrifield pour la bravoure dont il a fait preuve près d’Abancourt, en France, le 1er octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme.

Le sergent William Merrifield, VC, sans date. Source : Défense nationale et les Forces canadiennes.

Né à Brentwood, Essex, en Angleterre, le 9 octobre 1890, Merrifield est pompier avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Il s’enrôle le 23 septembre 1914 à Valcartier, au Québec, dans le 2e Bataillon canadien de fusiliers à cheval du Corps expéditionnaire canadien. En 1917, il est muté au 4e Bataillon d’infanterie du Canada. Merrifield reçoit la Médaille militaire pour ses actes d’héroïsme posés en novembre 1917 durant la bataille de Passchendaele.

À la fin de septembre 1918, la bataille du canal du Nord, en France, est presque terminée. Les Canadiens basés autour du champ de bataille participent à des patrouilles régulières et à des missions de reconnaissance. L’artillerie des Alliés, notamment les canons de 6 pouces et de 60 livres, tire continuellement. Les obus parviennent toutefois rarement à atteindre leurs cibles parmi les tranchées allemandes. À un moment, les Alliés détruisent même accidentellement l’une de leurs propres mitrailleuses Lewis, tuant quelques-uns de leurs soldats. Les Allemands défendent leurs tranchées avec obstination, ce qui complique considérablement l’objectif des Canadiens visant à franchir les lignes ennemies.

Le 1er octobre 1918, près d’Abancourt, Merrifield et ses hommes essuient les tirs de deux positions ennemies de mitrailleuses. Incapable d’avancer davantage, Merrifield décide d’attaquer seul les deux positions allemandes pour les éliminer. Se précipitant d’un trou d’obus à un autre, il tue les soldats ennemis de la première position et se blesse. En dépit de cela, il continue vers la deuxième position, tuant ses occupants à l’aide d’une grenade à main. Il reste sur le champ de bataille et dirige son peloton jusqu’à ce qu’il soit gravement blessé.

Une copie noir et blanc d’un document textuel dactylographié; des signatures manuscrites se trouvent à droite de la page.

Les journaux de guerre du 4e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant certains des événements survenus le 1er octobre 1918, page 4 (e001078521)

Merrifield survit à la guerre et est visé par la démobilisation générale du 24 avril 1919. Il déménage à Sault Ste. Marie, en Ontario, et s’éteint à Toronto le 8 août 1943.

Une école primaire de Sault Ste. Marie a été nommée en l’honneur de Merrifield : les portes de l’école publique William Merrifield V.C., du conseil scolaire de district Algoma, sont ouvertes de 1946 à juin 2015. De plus, la patinoire extérieure Merrifield est située à l’intersection de l’avenue Henriette et de la rue Patrick à Sault Ste. Marie.

Le 56e Régiment d’artillerie de campagne de Brantford, en Ontario, lui a également dédié son manège militaire (manège militaire Sgt William Merrifield VC).

Sa Croix de Victoria a fait l’objet d’un don au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du sergent William Merrifield.

Souhaitez-vous en savoir plus sur la vie pendant la guerre?

Les journaux de guerre du 4e Bataillon d’infanterie du Canada ont besoin d’être transcrits, étiquetés, traduits et décrits. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées qu’il est possible de chercher dans les 24 heures suivantes. Cela permet, jour après jour, de trouver plus facilement les documents de Bibliothèque et Archives Canada. Consultez le billet de blogue qui explique comment faire partie de l’histoire!

Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le capitaine John MacGregor, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le capitaine John MacGregor pour la bravoure dont il a fait preuve pendant la bataille du canal du Nord près de Cambrai, en France, entre le 29 septembre et le 3 octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un soldat souriant en tenue de service.

Le capitaine John MacGregor, VC, avril 1919 (a004598-v8)

Né près de Nairn, en Écosse, le 11 février 1888, John MacGregor arrive au Canada en 1909. Il est menuisier avant de s’enrôler dans le 11e bataillon canadien de fusiliers à cheval du Corps expéditionnaire canadien le 26 mars 1915. MacGregor a déjà servi pendant trois ans au sein de l’artillerie de garnison de Nairn. Pendant la Première Guerre mondiale, il reçoit plusieurs décorations militaires, dont la Médaille de conduite distinguée pour les actes qu’il a posés lors de la bataille de la crête de Vimy, la Croix militaire et une barrette ajoutée à sa Croix militaire.

MacGregor gravit rapidement les échelons du Corps expéditionnaire canadien, passant de sergent en 1916 à lieutenant en 1917 et à capitaine en 1918. Il est blessé par deux fois au cours de son service et doit s’arrêter pendant un moment pour combattre une grippe. En septembre 1918, il est muté au 2e bataillon canadien de fusiliers à cheval, en France. Il participe aux opérations du Corps canadien en vue de traverser le canal du Nord et de s’emparer des routes menant à Cambrai.

Photo noir et blanc de quatre personnes debout, regardant vers l’appareil photo.

Le capitaine John MacGregor, VC, entre deux femmes non identifiées, avec le lieutenant R. Darcus, MC (a006914-v8).

Pendant la bataille du canal du Nord, MacGregor dirige la compagnie C du bataillon. Celle-ci subit des pressions intenses de la part des défenses allemandes et sa progression est ralentie par des tirs de mitrailleuses débilitants. MacGregor s’avance vers l’ennemi pour repérer les armes en question, malgré les blessures reçues pendant la bataille. En plein jour, il s’élance, armé d’un fusil et d’une baïonnette, sous les tirs intenses provenant de toutes les directions, et réussit, seul, à mettre ces forces ennemies hors de combat. Sa bravoure mène à la mort de quatre soldats allemands et à la capture de huit prisonniers. La vivacité d’esprit et l’initiative dont fait preuve MacGregor permettent à ses hommes d’écarter le danger et de poursuivre leur avancée.

Par la suite, il réorganise son commandement alors que la bataille fait toujours rage et offre son appui aux troupes environnantes. Tandis que les lignes allemandes résistent toujours, il s’avance bravement le long des lignes de front. De nombreux autres officiers sont blessés ou tués sur le champ de bataille. MacGregor prend donc les rênes de certains pelotons, organise des vagues de soldats et encourage la progression de ses hommes.

Lors d’une reconnaissance de jour effectuée sous des tirs de suppression, MacGregor positionne sa compagnie à Neuville-St.-Remy, ce qui contribue considérablement à l’avancée vers Tilloy. MacGregor fait preuve d’un leadership solide et d’une bravoure au combat tout au long de l’opération réalisée le long du canal du Nord en direction de Cambrai.

Photo noir et blanc d’un soldat vêtu de sa tenue de service, légèrement de profil, plissant les yeux en raison du soleil.

Le capitaine John MacGregor, VC, date inconnue (a007507-v8)

MacGregor survit à la guerre et est rayé de l’effectif dans le cadre de la démobilisation générale du 9 avril 1919. Plus tard, il participe à la Deuxième Guerre mondiale, atteignant le grade de lieutenant-colonel. Il dirige le Canadian Scottish Regiment (Princess Mary’s), un régiment d’infanterie de réserve de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Il meurt le 9 juin 1952 et est enterré au cimetière du lac Cranberry à Powell River, en Colombie-Britannique.

Une copie noir et blanc d’un document textuel dactylographié; les titres sont soulignés et une partie du texte est séparé en colonnes.

Les journaux de guerre du 2e bataillon canadien de fusiliers à cheval; le nom de McGregor est inscrit sous la compagnie C, septembre 1918, p. 26 (e001126713)

La Croix de Victoria et les autres médailles de MacGregor sont exposées au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du capitaine John MacGregor.

Souhaitez-vous en savoir plus sur la vie militaire pendant la Première Guerre mondiale?

Les journaux de guerre du 2e bataillon canadien de fusiliers à cheval ont besoin d’être transcrits, étiquetés, traduits et décrits. Chaque jout à un document fournit de nouvelles métadonnées qu’il est possible de chercher dans les 24 heures suivantes. Cela permet, jour après jour, de trouver plus facilement les documents de Bibliothèque et Archives Canada. Consultez le billet de blogue qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk est adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Samuel Lewis Honey, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes héroïques posés il y a exactement 100 ans par des soldats sur les champs de bataille de la Grande Guerre. Aujourd’hui, nous honorons le lieutenant Samuel Lewis Honey pour la bravoure dont il a fait preuve pendant les opérations du bois de Bourlon, menées entre le 27 et le 30 septembre 1918.

Affiche couleur sur laquelle on peut lire « Fall in the Grenadiers » [Faites partie des Grenadiers] en grosses majuscules rouges. D’autres phrases y sont imprimées en rouge et en noir. Sur le côté droit, une illustration montre un soldat en uniforme au garde-à-vous; il porte un haut chapeau noir, un manteau rouge et un fusil à l’épaule.

Affiche d’une campagne de recrutement pour le 78e Bataillon, sans date. (e010697069)

Né à Conn, en Ontario, le 9 février 1894, Samuel Lewis Honey est enseignant lorsqu’il s’enrôle comme soldat le 22 janvier 1915. Il se joint au 34e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien. Soldat accompli, il reçoit la Médaille de conduite distinguée ainsi que la Médaille militaire. Il est nommé officier le 2 juillet 1917. À l’automne 1918, on le retrouve lieutenant dans le 78e Bataillon d’infanterie en France.

Le 27 septembre de cette année-là, Honey combat auprès de milliers d’autres soldats canadiens dans le bois de Bourlon, où ils sont assaillis par les tirs nourris des mitrailleuses allemandes. L’opération vise à atteindre le canal du Nord, puis à capturer le bois et le village de Bourlon, une étape essentielle afin d’ouvrir la voie menant à Cambrai. Lorsque le commandant et les officiers de sa compagnie succombent aux attaques, Honey prend les rênes de l’opération. Il réorganise et dirige ses camarades, et poursuit l’avancée.

Photo noir et blanc d’un soldat portant une casquette et une ceinture Sam Browne, deux éléments caractéristiques de l’uniforme d’officier.

Le lieutenant Samuel Lewis Honey, sans date. Source : Défense nationale et Forces canadiennes.

Sous son leadership, la capture du bois de Bourlon réussit, malgré de lourdes pertes, surtout causées par les mitrailleuses allemandes. Honey réussit à repérer les mitrailleuses en question et s’élance seul vers cette position, saisissant les armes et faisant dix prisonniers.

À la suite de cet exploit, Honey parvient à résister à quatre contre-attaques ennemies. Plus tard, il part seul, en pleine noirceur, à la recherche d’un poste allemand. Il le découvre, puis y retourne accompagné d’un groupe de soldats, s’emparant du poste ainsi que de trois autres mitrailleuses.

On peut lire à son sujet dans la London Gazette :

« Le 29 septembre, il conduisit à nouveau sa compagnie contre une forte position ennemie avec une grande habileté et beaucoup d’audace, et dans les jours qui suivent, il continua à incarner le même exemple édifiant de bravoure et d’abnégation. »

London Gazette, n° 31108, 6 janvier 1919, en anglais.
(Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Photo noir et blanc de trois soldats penchés, cueillant des mûres près des arbres et dans les buissons.

Des soldats canadiens cueillent des mûres dans le bois de Bourlon, après s’être emparés de cette position, France, octobre 1918. (a003275)

Hélas, Honey est gravement blessé pendant l’attaque. Il succombe à ses blessures le 30 septembre 1918, à la 12e Division canadienne d’ambulance de campagne. Inhumé au cimetière communal de Quéant, au Pas-de-Calais, en France, il reçoit la Croix de Victoria à titre posthume.

La Croix de Victoria de Samuel Lewis Honey est exposée au Musée canadien de la guerre, à Ottawa. On peut également voir une plaque en son honneur à Mount Forest, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant Samuel Lewis Honey.

Étiquetez des photos et faites partie de l’histoire!

Les images de ce billet de blogue sont prêtes à étiqueter! Plongez dans les dossiers numérisés du Corps expéditionnaire canadien : transcrivez, étiquetez, traduisez et décrivez leur contenu. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées accessibles à la recherche dans les 24 heures suivantes. Ainsi, jour après jour, on peut trouver plus facilement les documents de Bibliothèque et Archives Canada. Consultez le billet de blogue qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk était assistante de projet à la Division du contenu en ligne (Direction générale des services au public) de Bibliothèque et Archives Canada.

Le lieutenant Milton Fowler Gregg, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le lieutenant Milton Fowler Gregg pour la bravoure dont il fait preuve pendant la bataille du canal du Nord le 28 septembre 1918.

Né le 10 avril 1892 à Mountain Dale, dans le comté Kings, au Nouveau-Brunswick, Milton Fowler Gregg est étudiant lorsqu’il s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien le 5 novembre 1914. Gregg reçoit la Croix militaire en 1917 ainsi que l’ajout d’une barrette à sa Croix pour ses actes de bravoure posés en 1918. Soldat décoré, Gregg est lieutenant au sein du Royal Canadian Regiment en septembre 1918.

Photo noir et blanc d’un soldat.

Le lieutenant Milton Fowler Gregg, VC, sans date (a006811)

Du 28 au 30 septembre 1918, le Royal Canadian Regiment se déplace en compagnie de la 3e Division de l’infanterie canadienne dans le cadre des opérations visant à traverser le canal du Nord, à capturer le bois et le village de Bourlon, puis à se rendre à Cambrai, en France. Comme l’objectif final consiste à ouvrir la voie vers Cambrai, il est essentiel que le régiment progresse et conserve sa position. L’attaque du Royal Canadian Regiment débute à 5 h 40. Les soldats rencontrent peu d’opposition avant d’être assaillis par les tirs de mitrailleuses ennemis se trouvant dans les bâtiments environnants. Trois chars d’assaut arrivent en renfort; les tirs persistants des mitrailleuses et les canons antichars réussissent toutefois à les mettre hors combat.

Pendant la bataille du canal du Nord, comme lors des opérations précédentes, Gregg agit avec héroïsme. Le 28 septembre 1918, les deux flancs de la brigade sont ralentis par les tirs ennemis nourris, les rafales de mitrailleuse, ainsi que les barbelés torsadés. Gregg, s’avançant seul en rampant, réussit enfin à trouver un petit trou dans les barbelés. Il montre la voie à ses hommes et s’introduit de force dans la tranchée ennemie.

Photo noir et blanc de gros mortiers pointant vers le ciel; un soldat regarde dans l’un des canons, penché.

Les mortiers de tranchée, appelés « minenwerfers », étaient utilisés par les armées allemandes lors de l’avancée des Canadiens dans le canal du Nord, à l’est d’Arras, septembre 1918 (a003200).

Une violente contre-attaque des soldats allemands mène à de lourdes pertes et à une baisse considérable du nombre de bombes disponibles, ce qui laisse la brigade vulnérable. Gregg, blessé pendant la progression, se replie pour aller chercher d’autres grenades. Il rejoint son groupe avec les explosifs tant espérés, mais subit une deuxième blessure. Malgré cela, il réorganise ses hommes et dirige leur avancée vers les tranchées ennemies. Sous son leadership, ils capturent la tranchée et s’installent dans la ligne Marcoing.

Une copie noir et blanc d’une page sur laquelle se trouvent des paragraphes de texte dactylographié à l’encre noire.

Des journaux de guerre du Royal Canadian Regiment décrivant des opérations, septembre 1918, page 28 (e001072260)

Extrait de la London Gazette :

Il tue personnellement 11 ennemis et fait 25 prisonniers, puis il s’empare de 12 mitrailleuses dans la tranchée. Ses blessures ne l’empêchent pas de rester avec sa compagnie et, le 30 septembre, il mène une nouvelle attaque, avec ses hommes, jusqu’à ce que de graves blessures ne l’arrêtent. Le courage exceptionnel de cet officier a épargné de nombreuses vies et permis de poursuivre l’avancée.

(London Gazette, n° 31108, 6 janvier 1919, en anglais.
Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Gregg survit à la guerre, assume divers postes en politique et sert à l’étranger pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il s’éteint le 13 mars 1978 à 85 ans. Sa Croix de Victoria est exposée au Musée du Royal Canadian Regiment à London, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service du lieutenant Milton Fowler Gregg; il n’a pas encore été numérisé.

Souhaitez-vous en savoir plus sur la vie pendant la guerre?

Les journaux de guerre du Royal Canadian Regiment ont besoin d’être transcrits, étiquetés, traduits et décrits. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées qu’il est possible de chercher dans les 24 heures suivantes. Cela permet, jour après jour, de trouver plus facilement les documents de Bibliothèque et Archives Canada. Consultez le billet de blogue qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Les lieutenants George Fraser Kerr et Graham Thomson Lyall, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes de bravoure de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous rendons hommage à deux récipiendaires de la Croix de Victoria pour les gestes héroïques accomplis le 27 septembre 1918 lors de la campagne du canal du Nord et du bois de Bourlon, en France.

Le Corps canadien passe à l’offensive dans la bataille de la Scarpe le 26 août 1918 et réussit enfin à enfoncer la ligne Drocourt-Quéant, solidement fortifiée, le 2 septembre. Les quelque huit kilomètres gagnés par le Corps se soldent par la mort de nombreux officiers et soldats. À la suite de cet assaut, la stratégie change : les Canadiens, avec l’aide d’autres bataillons alliés, tentent de capturer le canal du Nord et d’ouvrir les routes menant à Cambrai. Battant en retraite, les Allemands font sauter plusieurs ponts le long du canal, n’en conservant que quelques-uns fortement défendus pour leur propre usage. Les forces canadiennes n’ont aucune possibilité d’établir des avant-postes de l’autre côté du canal.

Après un mois de planification et de reconstruction des ponts, le Corps canadien est prêt à se lancer à la conquête de ses prochains objectifs : le canal du Nord et le bois de Bourlon.

C’est durant cette bataille du canal du Nord que deux soldats canadiens vont accomplir des actes héroïques pour lesquels ils recevront l’une des décorations militaires les plus prestigieuses.

Carte en noir et blanc montrant des frontières et l’emplacement de bâtiments et de structures.

Journal de guerre du 102e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant les opérations du 1er et du 2 septembre 1918, p. 48 (en anglais) (e001123533)

Le lieutenant George Fraser Kerr

Né le 8 juin 1894 à Deseronto, en Ontario, George Fraser Kerr est chimiste avant la guerre. Le 22 septembre 1914, alors âgé de 20 ans, il s’enrôle à Valcartier, au Québec, et se joint au 3e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien comme soldat. Après avoir fait ses preuves à maintes reprises sur les champs de bataille, il est nommé officier le 1er juillet 1917 et obtiendra éventuellement le grade de capitaine.

Photo d’un soldat extraite d’un journal non identifié.

Le lieutenant George Fraser Kerr, VC, sans date (a007193)

Kerr est un militaire maintes fois décoré : la Médaille militaire le 23 août 1916 pour son intrépidité au mont Sorrel; la Croix militaire le 2 décembre 1918; et une barrette ajoutée à sa Croix militaire le 2 janvier 1919 pour la bravoure et l’esprit d’initiative dont il fait preuve pendant l’attaque menée sur la ligne Drocourt-Quéant le 2 et le 3 septembre 1918.

Le 27 septembre 1918, à 5 h 20, l’artillerie canadienne bombarde les positions allemandes en prévision de l’attaque sur le canal du Nord, dont l’objectif est de franchir la ligne allemande. À 6 h Kerr, au sein du 3e Bataillon, dirige la compagnie d’appui du flanc gauche. En route vers le bois de Bourlon et sous les tirs nourris des mitrailleuses, il use d’adresse pour contourner une mitrailleuse qui ralentissait son avancée.

Après avoir traversé le canal du Nord, la compagnie est arrêtée par une fortification allemande se trouvant près de la route Arras-Cambrai. Kerr, devançant ses hommes, se rue vers la position allemande. Seul, il capture 4 mitrailleuses et 31 prisonniers, permettant à sa compagnie de continuer sa marche avant d’être ralentie de nouveau derrière le bois de Bourlon.

Par deux fois, il est blessé sur le champ de bataille, et il tombe de son cheval après l’Armistice. Il obtiendra son congé de l’armée pour raisons médicales le 16 juillet 1919.

Kerr s’éteint le 8 décembre 1929. De nos jours, sa Croix de Victoria est exposée au Musée canadien de la guerre.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant George Fraser Kerr.

Le lieutenant Graham Thomson Lyall

Né à Manchester, en Angleterre, le 8 mars 1892, Lyall immigre au Canada et s’établit dans la région de Niagara, où il travaille comme mécanicien. Il se joint au 19e Régiment de la milice britannique avant de s’enrôler avec le 81e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien le 24 septembre 1915, à St. Catharines, en Ontario. Il est plus tard muté au 102e Bataillon d’infanterie du Canada.

Photo noir et blanc d’un soldat debout, la main droite dans la poche de son pantalon.

Le lieutenant Graham Thomson Lyall, VC, à sa sortie du palais de Buckingham le 15 mars 1919 (a006698)

Le jour même où George Fraser Kerr dirige sa compagnie vers le bois de Bourlon, Lyall commande son peloton du 102e Bataillon. La compagnie envoyée en éclaireur est arrêtée par un poste de résistance allemand, qui la mitraille sans arrêt. Avec l’aide de Kerr et de son peloton, Lyall et sa compagnie s’emparent de la position ennemie par un mouvement de débordement. Il demeure à l’arrière pour attaquer les forces ennemies là où leur défense est moindre. Grâce à cette manœuvre, il fait 13 prisonniers et saisit un canon de campagne et 4 mitrailleuses.

Affaibli par de nombreuses pertes, son peloton est arrêté un peu plus loin par des mitrailleuses se trouvant à l’extrémité sud du bois de Bourlon. Avec le reste de ses hommes, Lyall s’approche du poste de résistance. Se lançant seul à l’assaut de la position, il réussit à tuer l’officier responsable. Son geste de bravoure mène à la capture de 45 prisonniers et de 5 mitrailleuses.

Photo noir et blanc de quatre femmes et de quatre hommes vêtus de manteaux chauds et coiffés de chapeaux devant le palais de Buckingham. L’homme au centre porte un uniforme militaire et s’appuie sur une canne.

Le lieutenant Graham Thomson Lyall, VC, et sa famille devant le palais de Buckingham, le 15 mars 1919 (a006708)

Lyall, ayant réalisé son objectif et fait 47 autres prisonniers, reprend la position et protège le reste de la compagnie. Plus tard, le 1er octobre 1918, alors qu’il se trouve aux alentours de Belcourt à la tête de sa compagnie affaiblie, il capture une position fortement défendue. Il y fait 80 prisonniers et saisit 17 mitrailleuses.

Deux mois plus tard, la London Gazette résume ses hauts faits ainsi :

En deux jours d’opérations, le lieutenant Lyall s’est emparé au total de 3 officiers, 182 militaires de rang, 26 mitrailleuses et 1 canon de campagne, sans oublier les nombreuses pertes infligées. Tout au long de cette période, il a fait preuve d’une bravoure hors du commun et d’excellentes qualités de commandement. [traduction de Défense nationale et les Forces canadiennes]

London Gazette, no 31067, 13 décembre 1918 (en anglais)

Le Corps canadien réalise et même surpasse ses objectifs en ce 2 septembre 1918, connaissant une progression plus importante que prévu malgré les tirs nourris des mitrailleuses et les terribles pertes subies. À la fin de la journée, il avait repris le bois de Bourlon après en avoir capturé les lignes rouge, bleue et verte.

Après l’Armistice, Lyall retourne en Angleterre en 1919 pour s’enrôler dans l’armée britannique.

Il meurt le 28 novembre 1941, pendant la Deuxième Guerre mondiale, lors d’une opération menée en Égypte.

Une plaque commémore ses exploits de guerre dans le jardin commémoratif du Lincoln and Welland Regiment à St. Catharines, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant Graham Thomson Lyall.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

La première déclaration de guerre du Canada

Par J. Andrew Ross

Les documents signés par les souverains du Canada sont parmi les archives les plus rares conservées à Bibliothèque et Archives Canada, et témoignent de certains moments clés de l’histoire du pays. Dans le cadre de notre programme de numérisation, nous avons récemment traité l’un de ces documents, tiré du fonds Ernest Lapointe : une simple feuille de papier qui marque l’entrée du Canada dans la Deuxième Guerre mondiale.

Document dactylographié d’une page, daté du 10 septembre 1939 et demandant au roi d’autoriser le Canada à émettre une proclamation pour déclarer la guerre au Reich allemand.

Lettre demandant l’approbation du roi pour émettre une proclamation déclarant l’état de guerre avec le Reich allemand, 10 septembre 1939. (Fonds Ernest Lapointe, e011202191)

Le premier ministre William Lyon Mackenzie King y demande au roi l’autorisation d’émettre une proclamation afin que le Canada déclare la guerre au Reich allemand. On peut voir, directement sur la lettre, la réponse du roi : il a inscrit de sa main le mot “ Approved  » (Approuvé), puis signé “ George R[ex]. I[mperator]  ».

Malgré la simplicité du document, sa date – le 10 septembre 1939 – pose cependant problème : c’est bien celle où le Canada a déclaré la guerre à l’Allemagne, mais comme l’observait Lester Pearson, alors en poste au haut-commissariat du Canada à Londres : “ Certains historiens du futur se demanderont comment George VI et Mackenzie King pouvaient être ensemble le 10 septembre 1939.  » [Traduction, d’après Lester B. Pearson, Memoirs, p. 139]

En effet, à cette époque qui ne connaissait ni les vols transatlantiques en avion supersonique, ni la transmission sans fil, il était impossible pour Mackenzie King (alors à Ottawa) et le roi George VI (à Londres) de signer le même document le même jour!

La réponse à cette énigme se trouve dans les collections de Bibliothèque et Archives Canada : une recherche plus poussée révèle que la lettre fait partie d’une série de documents qui ont dû être créés pour résoudre une situation jusque-là inédite pour les fonctionnaires canadiens, soit déclarer la guerre.

En 1939, la perspective de voir l’Allemagne envahir ses voisins se dessine. Le Canada s’attend à jouer un rôle dans le conflit qui en résultera. Le pays peut maintenant prendre ses propres décisions, ce qui n’était pas le cas lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale : les dominions britanniques –dont le Canada – s’étaient alors retrouvés automatiquement inclus dans la déclaration de guerre faite par l’Angleterre aux Empires centraux. La situation change en 1926, la Déclaration Balfour établissant l’autonomie des dominions du Royaume-Uni en matière de questions internes et externes. (Cette autonomie sera par la suite officiellement enchâssée dans le Statut de Westminster de 1931.)

Mais revenons au mois de septembre 1939. Le blitzkrieg déferle sur la Pologne, poussant le Royaume-Uni à déclarer la guerre au Reich allemand le 3 septembre. Le Canada doit maintenant prendre sa propre décision : participer au conflit ou rester neutre. La plupart des Canadiens comprennent que leur pays jouera un rôle dans ce conflit, sinon sur le plan militaire, du moins sur le plan économique. Cependant, le premier ministre William Lyon Mackenzie King souhaite que le Parlement entérine officiellement la décision d’entrer en guerre. Ce sera chose faite le samedi 9 septembre.

Les décisions politiques d’une telle importance exigent l’émission d’une proclamation officielle par le gouverneur général. Mais ce dernier doit d’abord recevoir une requête du Cabinet du Canada, elle aussi officielle et signée par un ministre. Or, dans le cas qui nous intéresse ici, deux obstacles se posent.

Tout d’abord, malgré l’autonomie dont jouit le Canada depuis le Statut de Westminster, il s’avère que le gouverneur général n’a pas le pouvoir d’autoriser la déclaration de guerre : le gouvernement doit obtenir l’accord de George VI, souverain du Canada. Après le vote à la Chambre des Communes, le 9 septembre, le ministère des Affaires extérieures demande donc à Vincent Massey, haut-commissaire du Canada pour la Grande-Bretagne, de solliciter une audience auprès du roi afin d’obtenir sa signature pour approuver l’émission de la proclamation annonçant l’entrée en guerre du Canada.

Le matin du 10 septembre, Massey prend place dans la voiture sport de son fils Hart et va rencontrer George VI au Royal Lodge, sa maison de campagne dans le parc du château de Windsor. Il y obtient la signature royale et transmet la nouvelle par télégramme à Ottawa, où Mackenzie King attend la réponse avec impatience, craignant que l’ennemi n’ait détruit le câble transatlantique permettant les communications entre le Canada et l’Angleterre. (Source : Journal de William Lyon Mackenzie King)

Se pose ensuite un autre obstacle : le document de deux pages approuvé par le roi est une transcription manuscrite d’un télégramme. Il n’est donc pas signé par un ministre, comme l’exige la procédure. Par conséquent, le ministère des Affaires extérieures le considère comme un document officieux seulement. Il promet toutefois de faire suivre rapidement la version officielle signée.

Par ailleurs, une déclaration avait déjà été rédigée et signée par le gouverneur général lord Tweedsmuir au nom du roi, ainsi que par le premier ministre Mackenzie King et le ministre de la Justice, Ernest Lapointe, avant même que le roi n’ait retourné le document approuvé et signé de sa main.

Proclamation portant le Grand sceau du Canada, annonçant que le Canada est en guerre contre le Reich allemand.

Déclaration de guerre au Reich allemand, 10 septembre 1939. Le jour (“ tenth », soit le dixième jour) y est écrit à la main. (Sous-fonds du Registraire général, e011202192)

L’imprimerie du gouvernement a quant à elle publié une proclamation dans une édition spéciale de la Gazette du Canada, l’organe officiel de diffusion des annonces gouvernementales. Pour garantir le secret, un huis clos complet a été imposé au personnel, qui a travaillé le samedi 9 et le dimanche 10 septembre et n’a été libéré qu’une fois la Gazette livrée aux bureaux des Affaires extérieures (alors situés dans l’édifice de l’Est, sur la colline du Parlement). Cette livraison ayant été effectuée à 12 h 35, heure normale de l’Est (une autre source indique 12 h 40), ce moment est considéré comme celui où le Canada est officiellement entré en guerre contre le Reich allemand.

Mais est-ce bien le cas?

Déclaration de guerre au Reich allemand, imprimée et bilingue, avec trois signatures manuscrites.

Édition spéciale de la Gazette du Canada, 10 septembre 1939 (version publiée de la déclaration de guerre au Reich allemand). Fait étrange, cet exemplaire porte les signatures de Tweedsmuir, Lapointe et Mackenzie King. (Fonds Arnold Danford Patrick Heeney, e011198135)

Le 24 octobre, soit six semaines plus tard, la lettre officielle signée par un ministre se fait toujours attendre. Massey envoie donc un télégramme aux Affaires extérieures pour savoir quand elle arrivera. Le secrétaire particulier du roi, sir Alexander Harding, lui avait déjà confié sa crainte que le document signé par le roi et basé sur des déclarations télégraphiées n’ait aucune validité constitutionnelle parce qu’il ne portait pas – et ne pouvait pas porter – la signature du ministre. La question se posait : techniquement, le Canada était-il en guerre ou non?

Pour remédier à la situation, les Affaires extérieures expédient un document signé par le premier ministre, avec effet rétroactif à la date du 10 septembre. Le roi George VI le signe le 27 novembre et le renvoie au Canada. Il aura fallu attendre deux mois et demi après l’entrée en guerre du Canada pour que les documents officiels reflètent la réalité!

Au bout du compte, il existe quatre documents importants qui témoignent de cette première déclaration de guerre du Canada : l’approbation non officielle rédigée à partir d’un télégramme et signée par le roi George VI; la proclamation émise par le gouverneur général; l’édition spéciale de la Gazette du Canada; et la demande officielle à effet rétroactif signée par Mackenzie King et le roi. Trois de ces documents sont conservés dans les collections de Bibliothèque et Archives Canada et sont reproduits ci-dessus. On ignore toutefois ce qui est advenu du premier (l’approbation non officielle du roi.) Mais un indice subsiste : nous savons qu’au cours de l’automne 1939 et de l’hiver 1940, Massey a refusé plusieurs fois de renvoyer le document au Canada, répondant que le Palais de Buckingham ne voulait pas qu’il soit “ intégré dans les documents du gouvernement canadien  » en raison de sa validité constitutionnelle incertaine (Lester B. Pearson, Memoirs, p. 140). Pearson, alors numéro deux après Massey, écrira plus tard qu’il avait compris que le document était demeuré à Londres, “ entre les mains de Sa Majesté ou du haut-commissaire canadien, je ne l’ai jamais su  ». [Traduction, ibid.]


Par J. Andrew Ross, archiviste à la Division des archives gouvernementales, avec la contribution de Geneviève Couture, adjointe en archivistique à la Direction générale des archives privées, Bibliothèque et Archives Canada.