Premiers ministres et grands lecteurs

Par Meaghan Scanlon

L’exposition Les premiers ministres et l’art : créateurs, collectionneurs et muses présentée par Bibliothèque et Archives Canada explore les liens que nos premiers ministres ont entretenus avec les arts, notamment à titre de collectionneurs et d’amateurs. On peut entre autres y découvrir la correspondance échangée entre sir Wilfrid Laurier et le peintre Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté, admirer un tableau tiré de la collection personnelle de William Lyon Mackenzie King et lire une missive élogieuse adressée à l’artiste Alma Duncan par nul autre que John Diefenbaker.

L’exposition fait aussi une grande place aux bibliothèques personnelles des premiers ministres canadiens. Si vous avez lu quelques-unes de leurs biographies, vous aurez remarqué que ceux-ci ont un point en commun : leur passion pour la lecture. Une biographie d’Alexander Mackenzie (no OCLC 20920624) nous apprend que l’homme était un insatiable lecteur, et que les membres de sa famille passaient les soirées d’hiver :

« (…) assis autour du feu qui crépitait dans l’âtre, lisant et discutant joyeusement de sujets littéraires et d’auteurs, surtout de Shakespeare et Byron. La stimulation et la vie intellectuelle qu’on y retrouvait furent une excellente préparation à ses fonctions d’homme d’État. Tous ceux qui ont pu entendre M. Mackenzie ont remarqué qu’il pouvait facilement citer des poètes et des auteurs contemporains. Ses discours étaient de la haute voltige; ils supposaient toujours que ses auditeurs étaient bien instruits. » [Traduction]

Selon ses biographes, sir John A. Macdonald était lui aussi connu pour citer de grands auteurs dans ses discours. Joseph Pope (no OCLC 2886256) affirme qu’il était un lecteur « omnivore », lisant de tout, mais ayant une préférence pour les mémoires d’hommes politiques.

Sir Robert Borden, quant à lui, avait étudié les langues classiques. La Bibliothèque de livres rares Thomas-Fisher de l’Université de Toronto conserve quelques anciens ouvrages grecs et latins lui ayant appartenu et comportant son ex-libris. On y retrouve notamment une édition des écrits de Cicéron publiée en 1725 et prêtée à Bibliothèque et Archives Canada pour l’exposition.

Mackenzie King, pour sa part, commentait régulièrement ses nombreuses lectures dans son journal intime. Nous conservons une bonne partie de sa bibliothèque personnelle dans notre collection; on peut également en admirer une partie dans son bureau de la maison Laurier.

Bien entendu, chaque premier ministre avait des livres et des auteurs préférés. Macdonald était un fervent amateur des romans d’Anthony Trollope, et Mackenzie King admirait Matthew Arnold au point de se procurer les mêmes livres que ce poète.

Livre ouvert montrant l’intérieur de la page couverture. Collé sur le côté gauche, on aperçoit l’ex-libris de Matthew Arnold. La page de droite est vierge et retenue par un poids.

Ex-libris de Matthew Arnold à l’intérieur de la page couverture de la Sainte Bible (Oxford, Clarendon Press, 1828) conservée dans la collection de livres de la bibliothèque de William Lyon Mackenzie King (no OCLC 1007776528). Source : Bibliothèque et Archives Canada

Arthur Meighen était particulièrement attaché à l’œuvre de William Shakespeare, pouvant en réciter de longs passages de mémoire. En 1934, alors qu’il naviguait vers l’Australie, il composa un discours sur le célèbre écrivain, intitulé « The Greatest Englishman of History » (Le plus grand Anglais de tous les temps). Il l’apprit par cœur et le prononça à quelques reprises, notamment au Canadian Club de Toronto, en février 1936, où sa prestation fut enregistrée. L’allocution fut ensuite offerte sur disque vinyle (no OCLC 981934627), faisant de Meighen le premier premier ministre canadien à lancer un album.

Disque vinyle noir de 12 pouces (30 cm) avec étiquette jaune.

Photo du disque vinyle d’Arthur Meighen, « The Greatest Englishman of History » (Le plus grand Anglais de tous les temps). (OCLC 270719760) Source : Bibliothèque et Archives Canada

Vous pouvez entendre un extrait de ce discours dans le balado de Bibliothèque et Archives Canada intitulé « Les premiers ministres et l’art ».

L’exposition Les premiers ministres et l’art : créateurs, collectionneurs et muses est à l’affiche au 395, rue Wellington, à Ottawa, jusqu’au 3 décembre 2019.


Meaghan Scanlon est bibliothécaire principale des collections spéciales à la Direction générale du patrimoine publié de Bibliothèque et Archives Canada.

Dave Heath : sexualité, mort et autres démons

Par Lisandra Cortina de la Noval

 « Ses thèmes de prédilection sont l’éros et Dieu, ou les mystères de la femme et de la mort. »

Cynthia Ozick

Séquence de deux photographies du visage de l’artiste Dave Heath portant des lunettes.

Diptyque de Dave Heath, 2005, par Michael Schreier (e008299923)

Qui est Dave Heath?

Le regretté David Martin Heath est né le 27 juin 1931 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Abandonné par ses parents à l’âge de 4 ans et rejeté par le reste de sa famille, Heath grandit dans divers foyers d’accueil juifs avant d’être placé dans un orphelinat à l’âge de 12 ans. Trois ans plus tard, il commence à s’adonner à la photographie pour tromper l’ennui, amorçant une longue et brillante carrière qui fera de lui une figure marquante de la photographie moderne. En 1970, il immigre au Canada et s’installe à Toronto.

Un autodidacte en bonne partie, Heath a été photographe, graveur, écrivain, critique, éditeur et professeur. Surtout connu pour son livre A Dialogue with Solitude [Un dialogue avec la solitude] publié en 1965, il a expérimenté avec différentes formes d’expression artistique : la traditionnelle chambre noire, les diaporamas, la technologie Polaroid, la photographie couleur numérique et les journaux artistiques. Les journaux de Heath, échelonnés de 1974 à 2016, font maintenant partie de la collection de Bibliothèque et Archives Canada.

Marchant dans les traces de Walker Evans et Robert Frank, Heath considère la séquence photographique comme une forme d’art et place la relation entre les mots et les images au centre de son œuvre. Dans l’un de ses journaux, Heath compare la photographie à de la « poésie sans mots ». Bien qu’extrêmement personnel, son art demeure une exploration de la condition humaine.

Une âme douce mais tourmentée

D’une nature solitaire, Heath mènera sa vie comme un perpétuel combat. L’abandon vécu durant sa prime enfance, par sa mère en particulier, ouvre en lui une brèche qu’il sera incapable de combler, même à l’âge adulte. Adopter le prénom « Dave » a été pour lui une façon de se redonner la place, la présence et l’identité si essentielles qu’on lui a refusées lorsqu’il était enfant. Ce prénom deviendra son nom d’artiste.

Malgré ses blessures liées à l’abandon et son incapacité à communiquer avec les autres ou à entretenir des relations durables, Heath témoigne dans son art de son amour pour les femmes. Dans un de ses journaux, il se demande : « Cet intérêt récurrent pour la femme dans mon œuvre serait-il un moyen de fuir le traumatisme originel en cherchant à comprendre la femme, à dévoiler son mystère afin qu’elle devienne rassurante plutôt que dangereuse, la transformant ainsi en quelque chose de gratifiant en soi, une œuvre d’art? » Cette interrogation pourrait expliquer sa fascination pour le corps de la femme, les seins en particulier, perçus non seulement comme objets sexuels, mais aussi comme « source de chaleur aimante et cœur d’une femme — indulgents, réconfortants, consolants et vivifiants » (auto-entrevue par le peintre Paul Matthews, 26 septembre 2006, citée dans un de ses journaux). La sexualité est pour lui une étincelle artistique. Il crée et rassemble au fil des ans une impressionnante collection d’images érotiques. Son dernier livre, Eros and the Wounded Self [Éros et l’ego blessé], réunit une sélection de ses photos Polaroid de femmes.

Être solitaire, Heath compte très peu d’amis, qu’il aime toutefois profondément. Ses journaux laissent transparaître une âme douce, un homme qui n’hésite jamais à aider ses amis et collègues artistes, financièrement et psychologiquement. Comme il l’a écrit dans l’un de ses journaux, « il faut persévérer sans aucune garantie de reconnaissance, de célébrité, de fortune ou de postérité. Tel est le fardeau de celui qui est un véritable artiste et non une imitation trompeuse. »

“Waiting for the end, boys, waiting for the end” [« Attendre la fin, les gars, attendre la fin »]

(tiré de « Just A Smack At Auden », poème de William Empson cité dans un journal de Dave Heath)

« On vit, on meurt. La mort et l’oubli sont notre véritable destinée. »

Dave Heath

La mort est largement représentée dans l’œuvre de Heath, mais pas sous la forme traditionnelle de « la crainte de mourir ». Il avoue penser à la mort depuis l’âge de sept ans, voire de quatre ans, quand sa mère l’a abandonné. Son œuvre, fondée sur un sentiment de perte immense, explore le caractère inéluctable de la mort. Nous sommes tous voués à la mort, mais ce qui importe réellement pour Heath, c’est ce que nous faisons avant de mourir, ce que nous sommes capables d’accomplir durant notre vie : un legs pour déjouer l’oubli.

Les dernières années de Heath sont une véritable course contre la mort, alors qu’il travaille sans relâche pour achever ses dernières œuvres, son chant du cygne. Malgré quelques problèmes de santé, il réussit à terminer et à publier ses deux derniers livres : Dave Heath’s Art Show [L’exposition visuelle de Dave Heath] (2007), montrant une sélection de ses photographies numériques, et Eros and the Wounded Self (2010).

Heath est mort le 27 juin 2016, le jour de son 85e anniversaire, dans sa résidence de Toronto. Toute sa vie, il a voulu effacer la souillure du rejet grâce à la création artistique. « Cela a toujours été mon souhait, mon intention, mon désir, mon ambition, que mon œuvre soit la trace de mon passage sur terre, le véritable mémorial de ma venue ici-bas », a-t-il écrit dans l’un de ses journaux.

Si vous passez dans la région de la capitale nationale cet été et que vous souhaitez voir son œuvre, visitez l’exposition Multitude, Solitude. Les photographies de Dave Heath au Musée des beaux-arts du Canada, présentée jusqu’au 2 septembre 2019.


Lisandra Cortina de la Noval est archiviste en photographie à la Division des archives privées de la vie sociale et de la culture à Bibliothèque et Archives Canada.

Nouveau balado! Écoutez notre plus récente émission, « Les premiers ministres et l’art »

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) présente sa toute dernière émission de baladodiffusion, « Les premiers ministres et l’art ».

Image en couleur d’un buste en tissu qui ressemble au premier ministre John Diefenbaker.

Bibliothèque et Archives Canada est le principal service d’archives pour tous les documents en lien avec les premiers ministres du Canada. En plus de leurs archives politiques, BAC possède plusieurs objets intrigants et insolites, de nature moins officielle.

L’exposition intitulée Les premiers ministres et l’art : créateurs, collectionneurs et muses, mise sur pied par Meaghan Scanlon, invitée pour la cinquième fois à notre balado, et Madeleine Trudeau, elle aussi employée de BAC, rassemble des œuvres d’art, des artefacts, des documents, des objets, des portraits et des photographies qui révèlent une facette peu connue, mais fascinante, de nos anciens premiers ministres.

L’exposition est en cours au 395, rue Wellington, à Ottawa, jusqu’au 3 décembre 2019.

Abonnez-vous à nos émissions de baladodiffusion sur notre fil RSS, iTunes ou Google Play, ou écoutez-les sur notre site Web à Balados – Découvrez Bibliothèque et Archives Canada : votre histoire, votre patrimoine documentaire.

Liens connexes :

Découvrez la collection : Art

Découvrez la collection : Biographies et gens

Découvrez la collection : Politique et gouvernement

Pour en savoir plus, écrivez-nous à bac.balados-podcasts.lac@canada.ca.

Les procès de la grève générale de Winnipeg : un nouveau défi Co-Lab

Par David Cuthbert

Cette année, nous soulignons le 100e anniversaire de la grève générale de Winnipeg, qui marqua un tournant dans l’histoire des droits des travailleurs au Canada et ailleurs dans le monde. Dans un billet de blogue récent, ma collègue Kelly Anne Griffin a décrit la lutte de ces quelque 30 000 hommes et femmes de divers horizons qui, pendant six semaines, ont uni leurs voix afin de réclamer le droit à la négociation collective, des salaires décents et davantage de pouvoir pour la classe ouvrière.

L’histoire retient aussi de cette grève le rôle qu’a joué le gouvernement fédéral pour la réprimer, ainsi que les expulsions et poursuites pénales qu’il a ordonnées contre certains chefs de grève à la suite d’accusations fallacieuses. Parmi les nombreux documents liés à la grève générale de Winnipeg que possède Bibliothèque et Archives Canada (BAC), un volumineux dossier en deux volumes du ministère de la Justice apporte des preuves tangibles de l’implication du gouvernement dans cette grève et des réactions populaires face aux arrestations et aux procès des chefs syndicaux. Ce dossier est appelé RG 13 (ministère de la Justice), 1987-88/103, boîte 36, 9-A-1688, « William Ivens and Robert Russell the King Vs. the A/M Regarding the Winnipeg Strike [William Ivens et Robert Russell, le Roi c. A. M. concernant la grève de Winnipeg] ».

Une série de documents numérisés du premier volume sont maintenant disponibles aux fins du plus récent défi Co-Lab de BAC. Co-Lab est un outil de production participative qui invite le public à améliorer la description et la découvrabilité d’archives particulières. En participant à un défi Co-Lab pour ajouter des transcriptions, des traductions, des étiquettes et des descriptions, le public contribue à l’amélioration des outils de recherche de BAC et enrichit l’expérience de tous ceux qui consultent des documents historiques.

Télégramme daté du 29 août 1919 de la Women’s Labor League d’Elmwood, à Winnipeg, au ministre de la Justice condamnant les gestes du gouvernement à l’égard des chefs de grève et demandant leur libération.

Télégramme de la Women’s Labor League [ligue ouvrière féminine] d’Elmwood, à Winnipeg, au ministre de la Justice, 29 août 1919 (e011201449)

Arthur Meighen et Alfred J. Andrews

Le dossier 9-A-1688 du ministère de la Justice a acquis une certaine notoriété parmi les historiens étudiant la grève générale de Winnipeg à la suite de la publication, en 2010, de l’ouvrage de Reinhold Kramer et Tom Mitchell, When the State Trembled: How A.J. Andrews and the Citizens’ Committee Broke the Winnipeg General Strike [Lorsque l’État a tremblé : comment A. J. Andrews et le Citizens’ Committee ont mis fin à la grève générale de Winnipeg]. MM. Kramer et Mitchell ont épluché la correspondance du deuxième volume du dossier et démontré à quel point les interventions du gouvernement fédéral en réponse à la grève avaient été largement orientées par des représentants du Citizens’ Committee of One Thousand [le Comité des 1 000 citoyens], un groupe privé mis sur pied par l’élite commerçante et dirigeante de Winnipeg dans le but de casser la grève.

La figure d’A. J. Andrews, éminent avocat local et ancien maire de Winnipeg, émerge comme principal stratège du Comité des 1 000. Après avoir convaincu le ministre de la Justice par intérim Arthur Meighen de le nommer représentant non officiel du ministère fédéral de la Justice, M. Andrews envoie de fréquents rapports au ministre Meighen sur ce qui se passe à Winnipeg. Il soutient que des révolutionnaires étrangers sont à l’origine de la grève et il presse le gouvernement fédéral de prendre des mesures fermes. Il perçoit la grève comme une occasion politique de vaincre le mouvement ouvrier et il tente de contrecarrer toute négociation avec le Comité central de grève.

Meighen se montre tout d’abord réticent à l’idée d’empiéter sur les champs de compétence des autorités municipales et provinciales en intervenant dans le conflit. Encouragé en ce sens par M. Andrews, le ministre Meighen apporte néanmoins des modifications à la Loi sur l’immigration pour autoriser l’expulsion d’immigrants natifs du Royaume-Uni soupçonnés d’activités subversives. Ces modifications permettent au gouvernement de cibler quelques chefs éminents de la grève, nombre d’entre eux étant des syndicalistes britanniques, qui jouissaient auparavant des mêmes droits que les citoyens canadiens.

Arrestations en pleine nuit

Au petit matin du 17 juin, M. Andrews ordonne à la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest et à une brigade de « constables spéciaux » recrutés par le Comité des 1 000 citoyens de faire une descente dans le quartier général du Comité central de grève et les résidences de plusieurs chefs. Les policiers saisissent des documents et des ouvrages comme éléments de preuve et procèdent à l’arrestation des leaders de grève Robert Boyd (R. B.) Russell, William Ivens, George Armstrong, Roger E. Bray, Abraham Albert Heaps, John Queen, Max Charitonoff, Oscar Schoppelrei et Moses Almazoff. D’autres arrestations de personnes perçues comme étant des chefs de grève suivront dans les prochains jours, dont William Pritchard, James Shaver (J. S.) Woodsworth, Samuel Blumenberg et Fred Dixon. Richard J. Johns sera quant à lui arrêté dès son retour en ville.

La première page d’un document tapuscrit énumérant et résumant les documents saisis dans la salle 30 de l’Ukrainian Labour Temple. Les descriptions comprennent des résumés de procès-verbaux de réunions du Comité central de grève.

Une liste de documents confisqués à l’Ukrainian Labour Temple, qui abrite le quartier général du Comité central de grève, après la descente menée par la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest au petit matin du 17 juin 1919 (e011201486)

L’arrestation des chefs par l’État suscite immédiatement l’indignation des sympathisants à la cause des travailleurs. Un groupe d’anciens combattants organise une manifestation silencieuse afin de protester contre les arrestations. Cette marche mènera à l’énorme rassemblement sur la rue Main du 21 juin, qui sera le théâtre des événements violents du « samedi sanglant ». Un autre groupe d’anciens combattants soumet une pétition au ministre de la Justice pour réclamer leur propre expulsion du Canada, jugeant que « ce pays n’est plus gouverné selon les valeurs démocratiques pour lesquelles nous nous sommes battus ».

Une pétition datée du 24 juin 1919, s’ouvrant sur une déclaration tapuscrite suivie de colonnes pour la signature, l’adresse et le nombre de personnes dans la famille. Les signatures, adresses et noms des membres de la famille listés sous la déclaration sont manuscrits.

Une pétition signée par d’anciens combattants réclame leur propre expulsion du pays au motif que le Canada n’est plus « gouverné selon les valeurs démocratiques pour lesquelles nous nous sommes battus ». (e011201484)

Une « conspiration séditieuse »

Peu après la détention des chefs de grève, M. Meighen est surpris d’apprendre que M. Andrews souhaite porter des accusations en vertu du Code criminel, et non de la Loi sur l’immigration, contre certains de ces hommes. Aussi longtemps que possible, M. Meighen refuse d’emprunter cette voie. Cependant, la situation change au début juillet avec le retour d’Europe de Charles Doherty, le ministre de la Justice que remplaçait Meighen, en qui M. Andrews trouve une oreille plus réceptive. En fin de compte, seuls les quatre chefs de grève détenus ayant des racines en Europe de l’Est — Blumenberg, Charitonoff, Schoppelrei et Almazoff — seront convoqués à une audience en matière d’immigration, et tous, à l’exception d’Almazoff, seront expulsés.

L’intention d’Andrews de criminaliser la grève devient apparente aux auditions préliminaires de Russell, d’Ivens, d’Armstrong, de Bray, de Heaps, de Queen, de Pritchard et de Johns (les procès de Woodsworth et de Dixon auront lieu plus tard). Chaque homme fait face à six chefs d’accusation pour participation à une conspiration séditieuse et à un chef d’accusation pour nuisance publique. Plus important encore, les accusations ne visent pas uniquement les actes posés par les hommes pendant la grève, mais aussi les idées qu’ils embrassent et les déclarations publiques qu’ils ont faites durant la dernière année. La Couronne, qui nomme M. Andrews comme procureur principal, affirme que les hommes ont contribué à la grève en attisant des conflits entre les classes sociales et en prônant le renversement du gouvernement canadien. Comme Andrews le dira pendant l’audition préliminaire, « ils ont allumé un feu qui brûle toujours ».

Qui plus est, les juges présidant l’audition préliminaire se rangent aux arguments de M. Andrews selon lesquels les huit hommes ne pourront s’empêcher de faire des déclarations publiques et de militer pour leur cause. Dans une décision révoltante, ils refusent de libérer sous caution les chefs syndicaux en attendant leur procès. Même si un appel viendra annuler cette décision un mois plus tard, l’injustice subie par les chefs emprisonnés inspirera un autre mouvement de protestation, lequel est richement documenté dans les fichiers rendus disponibles pour le défi Co-Lab.

Lettre manuscrite sur papier jauni datée du 26 août 1919.

Lettre adressée au ministre de la Justice Charles Doherty par William G. Irwin de Winnipeg (e011201451)

Peu avant le début du procès, prévu pour novembre 1919, la partie plaignante décide de traiter le cas de R. B. Russell séparément des sept autres chefs accusés, en partie pour faciliter la nomination d’un jury plus enclin à le condamner. Il est effectivement déclaré coupable de tous les chefs d’accusation retenus contre lui et condamné à deux ans d’emprisonnement au pénitencier de Stony Mountain. Le procès des sept autres chefs se déroule en janvier 1920, et tous, sauf Heaps, seront condamnés.

La Cour d’appel du Manitoba confirme le verdict de culpabilité de M. Russell. Puisqu’il n’y a aucune opinion divergente à la Cour d’appel provinciale, l’affaire ne peut être portée à la Cour suprême du Canada. Malgré tout, les sympathisants de Robert Russell décident de soumettre son cas au Comité judiciaire du Conseil privé en Grande-Bretagne. Ce dernier hésite à s’immiscer dans une affaire pénale étrangère et de fait, rejettera la pétition pour un nouvel appel même si les documents soumis à l’appui décrivent en détail les accusations et les preuves fournies contre M. Russell et les autres chefs. Ils comprenaient également de longs extraits de la transcription du procès ainsi qu’un résumé de quelques indiscrétions juridiques qui, selon les pétitionnaires, avaient contribué à la condamnation injustifiée de Russell.

Une page tapuscrite avec une note manuscrite dans la marge gauche, au haut de la page.

Première page de la demande pour une autorisation spéciale d’appel (e011201487)

Selon la secrétaire de longue date de Robert Russell, Mary V. Jordan, le juge ayant présidé le premier procès de celui-ci, peut-être rongé par quelque remords quant à l’issue du procès, a demandé à lui parler sur son lit de mort. Russell a refusé de se présenter.

Un appel à la collaboration

Le plus récent défi Co-Lab de BAC offre l’occasion aux participants d’examiner en détail certaines des réactions publiques et juridiques en lien avec la grève générale de Winnipeg. Comme il est mentionné plus haut, l’essai de Kramer et Mitchell When the State Trembled analyse longuement les tractations menées en coulisses par A. J. Andrews pour briser la grève, qui sont documentées dans le deuxième volume du dossier 9-A-1688 du ministère de la Justice. En s’attardant au contenu du premier volume de ce dossier, ce défi Co-Lab met en lumière quelques-unes des manifestations du soutien public à l’égard des chefs de grève et invite les participants à reconsidérer les verdicts prononcés lors des procès de la grève générale de Winnipeg.


David Cuthbert est archiviste à la Division des services de référence de la Direction générale des services au public du bureau de Winnipeg de Bibliothèque et Archives Canada.