Instruments de recherche récemment transcrits

Afin d’aider les utilisateurs à repérer plus facilement les documents qu’ils cherchent, Bibliothèque et Archives Canada a transcrit certains instruments de recherche qui, auparavant, ne pouvaient être consultés qu’en format papier à la salle de référence du 395, rue Wellington. Les instruments de recherche ci-dessous sont maintenant disponibles en ligne. Vous pourrez en apprendre davantage sur le sujet en consultant cette série en trois parties : Découvrez les instruments de recherche!

Documents administratifs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

  • Instrument de recherche 18-16—Volumes 2511 à 2647
    Ces documents, créés entre 1868 et 1878, portent sur les dépenses administratives de la police des frontières et du Dominion, et comprennent quelques demandes d’emploi pour la police à cheval proposée des Territoires du Nord-Ouest.
  • Instrument de recherche 18-29—Numéro d’acquisition 1985-86/574, boîtes 1 à 32
    Cet ensemble de documents se compose de registres produits par l’administration de la GRC de 1940 à 1970. Un groupe de dossiers concerne l’organisation, les procédures et les fonctions de la GRC, notamment les quartiers généraux, le Service divisionnaire des enquêtes criminelles, la Direction « S », les divisions de la marine et de l’aviation, ainsi que diverses autres divisions réparties au Canada. Un autre groupe de documents traite du système de communication, de l’utilisation de l’autoradio jusqu’au télex. D’autres sujets sont abordés, notamment le système de classification, la force de réserve de la GRC et les études de gestion. On y trouve aussi neuf dossiers de service concernant des gendarmes spéciaux et des membres réguliers de la GRC.
  • Instrument de recherche 18-30—Numéro d’acquisition 1985-86/612, boîtes 1 à 42
    Ces dossiers concernent le comité interministériel sur les recommandations de la Commission Marin, divers groupes d’étude sur les associations de policiers et le contrôle relatif à la souveraineté, le collège de la GRC, le musée, le service policier dans les provinces, les patrouilles nordiques, les monuments commémoratifs et les cairns, ainsi que l’aide aux éditeurs. La plupart de ces dossiers, créés de 1939 à 1980, traitent de questions administratives courantes, telles que le personnel, la formation, les cours, les fournitures et l’orchestre de la GRC.

Dossiers de la Cour suprême

  • Instrument de recherche 125-3—Volumes 3009 à 4067, 4294 à 4295
    Ces dossiers de cas regroupent les documents créés par les appelants, les intimés, le personnel de la Cour et les juges pour toutes les causes portées devant la Cour. L’instrument de recherche prend la forme d’une liste de dossiers indiquant le numéro du volume, le numéro de la cause, le nom de l’appelant, le nom de l’intimé et l’année durant laquelle la cause a été déposée en cour. Plus de 6 000 descriptions supplémentaires pour les dossiers de 1980 à 1990 ont été ajoutées à notre base de données.

Service hydrographique du Canada

  • Dossiers du système de classification—Instrument de recherche 139-1—Volumes 1 à 29
    Ces dossiers ont été créés de 1938 à 1965 et concernent les avis canadiens aux navigateurs. Le Service hydrographique du Canada relevait du ministère des Mines et des Ressources (1936–1948), puis du ministère des Mines et des Relevés techniques (1949–1966) à l’époque de la création de ces dossiers. Ces avis aux navigateurs comprennent les documents suivants : changements aux cartes marines; correspondance concernant les relevés effectués dans diverses régions du pays; rapports, comités, instruments et équipements hydrographiques ainsi que communications avec des organisations internationales sur des questions relatives à l’océanographie; rapports mensuels de divers navires du Service, documentation de la station marégraphique et relevés courants.
  • Journaux de bord—Instrument de recherche 139-1—Volumes 33 à 66 (MIKAN 181475)
    Ces dossiers concernent les journaux de bord de divers navires affectés aux opérations hydrographiques sous l’autorité de la direction de la Marine du ministère de la Marine et des Pêcheries (1905–1910, 1922–1936), du ministère de la Marine (1910–1922), du ministère des Mines et des Ressources (1936–1948), du ministère des Mines et des Relevés techniques (1949–1966) et du ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources (1966–1967). Les journaux rendent compte au quotidien des activités et observations à bord de ces navires. Les plus anciens journaux fournissent une brève description de quatre à huit lignes des conditions météorologiques et de l’entretien des bateaux. Les informations consignées dans les plus récents journaux, rédigés dans les années 1950 et 1960, portent sur la température, les activités de maintenance du bateau, l’itinéraire quotidien, le cap au compas, les positions périodiques exprimées en longitude et latitude, les conditions de houle et de vent, la pression barométrique, la température atmosphérique et la visibilité. Peu d’informations sur les travaux hydrographiques sont également consignées.

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de février 2017

À ce jour, 404 164 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Dossiers du Personnel de la Première Guerre mondiale. S’il-vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

Bibliothèque et Archives Canada numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 6831. Dernier nom : McGee.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.

Conservatrice invitée : Sara Chatfield

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».

Canada : Qui sommes-nous?

Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.

Une page sur Joliette, au Québec – premier recensement du Canada, 1871

Vous avez remarqué l’entrée d’Adolphe Perrault? En 1871, être voyageur est un gagne-pain! Au fil du temps, les recensements sont devenus la base de la politique sociale et de nombreux programmes qui définissent l’identité canadienne. Lire la suite

Ajouts au portail Données ouvertes

Bibliothèque et Archives Canada (BAC), certaines études réalisées par des ministères fédéraux sont conservées sur des dispositifs désuets. Pour assurer la préservation de ces fichiers, BAC procède à leur extraction et les publie sur le portail Données ouvertes. Les études portent sur une variété de sujets comme l’environnement, la santé et l’immigration. (Pour en savoir plus sur la structure des données, lisez notre billet de blogue intitulé Données ouvertes : rendre accessibles les anciennes études du gouvernement du Canada.)

En voici un aperçu :

Fichiers de la Commission des prix et des revenus

Projet Thirsk

Ce fichier contient des séries chronologiques composées de données générales sur la population active, le chômage et les postes vacants. Elles ont été recueillies pour appuyer une étude de la Commission sur les caractéristiques régionales de l’inflation et du chômage. Elles couvrent la période allant de 1949 à 1971.

Projet Lewis

Ce fichier contient des séries chronologiques composées de données économétriques (mensuelles pour la plupart) recueillies pour appuyer les études de la Commission sur la validité des théories économiques relatives aux salaires et à la répartition de la main-d’œuvre. Elles couvrent la période allant de 1935 à 1971.

Projet Lazar

Ce fichier contient des séries chronologiques composées de données économétriques générales et de statistiques sociales concernant la situation de la population active du Canada. Elles couvrent la période allant de 1950 à 1970.

Projet Scharfe

Ce fichier contient des séries chronologiques composées de données économétriques générales recueillies pour appuyer une étude de la Commission sur l’inflation dans l’économie canadienne. Elles couvrent la période allant de 1961 à 1969.

Mouvements itinérants – 1971, 1972, 1973, 1974 et 1975

Ces fichiers contiennent des statistiques annuelles relatives aux mouvements d’aéronefs au Canada. Il s’agit de mouvements pour lesquels on sait que l’aéronef décollant ou atterrissant quitte la zone de la tour de contrôle de l’aéroport ou y entre.

Organisation de l’industrie canadienne

Les données contiennent des variables liées à la structure, au fonctionnement et au rendement des industries manufacturières au Canada, ainsi que des industries américaines équivalant aux industries canadiennes de l’échantillon. Elles couvrent les années 1975 et 1976.

L’expansion de la Montreal Rolling Mills Co.

Par Lucie Paquet, archiviste séniore

En 1900, Montréal est une ville industrialisée. On y aperçoit de nombreux bâtiments logeant des complexes industriels. Parmi les plus importants, il y a la Dominion Bridge Company (R5607) qui élabore de superstructures de ponts et chaussées. La Montreal Rolling Mills Co. quant à elle, transforme le fer et l’acier en de multiples produits de construction. Chacun de ses ateliers possède sa propre fonction. Les mécanismes de fonctionnement des machineries à l’intérieur des usines sont de plus en plus ingénieux, plus puissants et plus rapides. De l’artisan-forgeron, l’ouvrier salarié s’installe au service de la machine. À l’aide d’immenses moteurs équipés de courroies à transmission hydraulique, les ouvriers s’activent aux commandes des fournaises, déplacent les chaudières, chauffent et coulent le fer brûlant dans des moules, le modèlent, le martèlent et le coupent. Tout cela avec la chaleur intense, la fumée, le bruit, la poussière et les gaz dégagés par les machines.

Dessin noir et blanc montrant un complexe industriel en 1900.

Dessin de la Montreal Rolling Mills Co. provenant d’un entête de lettre, 1900, vol. 278, dossier 1 (MIKAN 4932178)

Les ouvriers produisent des clous, des vis, des boulons, des scies, des haches, des tuyaux, des fers à cheval, des rails de chemins de fer et diverses structures pour les besoins en agriculture, en transport et en construction.

Images couleur montrant la couverture et deux pages du catalogue des produits en 1908.

Couverture du catalogue et liste des produits, 1908, vol. 252, dossier 3 (MIKAN 4932171)

Lire la suite

La Montreal Rolling Mills Co. : l’enracinement de l’industrie de l’acier

Par Lucie Paquet, archiviste séniore

Au tournant de la seconde moitié du XIXe siècle, le Québec amorce une ère de croissance industrielle. Située à l’intérieur de l’un des plus importants réseaux de canalisation en Amérique du Nord, Montréal devient un centre industriel stratégique. L’expansion de son port de mer, l’élargissement du canal Lachine et l’exploitation de l’énergie hydraulique attirent de nombreux investisseurs. Les hommes d’affaires saisissent l’occasion d’y fonder une multitude de manufactures de transformation de matières premières, comme des fonderies. La Montreal Rolling Mills Co., spécialisée dans la transformation de produits en acier, devient l’une des entreprises les plus prospères de la métropole.

Dessin noir et blanc montrant un complexe industriel en 1868.

Dessin de la Montreal Rolling Mills Co. provenant d’un en-tête de lettre, 1868, vol. 274, dossier 14 (MIKAN 4932176)

Bibliothèque et Archives Canada possède 7 mètres de documents produits par la Montreal Rolling Mills Co. Les documents sont conservés dans les archives de la Steel Company of Canada Limited (R15513). Le bureau corporatif de cette compagnie, fondé par la fusion de cinq grandes compagnies d’acier (la Montreal Rolling Mills Co., la Hamilton Steel and Iron Company, la Canada Screw Company, la Canada Bolt and Nut Co. et la Dominion Wire Manufacturing Co.), s’installe en 1910 à Hamilton, en Ontario. Les titres de propriétés, les contrats de vente, les contrats d’assurance, les états financiers et autres documents servant à l’administration et aux affaires courantes ont été archivés dans cette ville jusqu’à leur transfert à Bibliothèque et Archives Canada en 2006. La majorité comprend des documents textuels et des dessins techniques. On retrouve peu de photographies, mais leur absence peut être compensée par les archives de la Dominion Bridge Company elles aussi conservées à Bibliothèque et Archives Canada.

Parmi les documents les plus importants de la Montreal Rolling Mills Co., il y a les livres de comptes, les listes et transactions des actionnaires, les comptes rendus de leurs réunions, la correspondance entre marchands, les états financiers, et les contrats d’achat de terrains et de bâtiments situés près du canal Lachine. Ils permettent d’analyser en détail le changement industriel qui s’opère à Montréal au XIXe et au début du XXe siècles.

Le 8 mai 1868, l’année suivant la Confédération, plusieurs marchands quincailliers de la ville de Montréal se rencontrent dans les bureaux de la Morland, Watson & Company dans le but de former une nouvelle compagnie : la Montreal Rolling Mills Co.

Image couleur montrant la couverture du livre des procès-verbaux des réunions des directeurs et deux pages du texte d’une rencontre tenue en 1870.

Page couverture d’un registre de procès-verbaux et texte d’une rencontre tenue en 1870 par les directeurs et les actionnaires de la compagnie, vol. 101, dossier 1 (MIKAN 4932158)

Lire la suite

Astuces pour la recherche sur les accidents d’avion, partie 2

Par Mathieu Sabourin

Dans notre blogue précédent sur les accidents d’avions civils, nous avons couvert les grands principes de recherche vous permettant de trouver les dossiers à ce sujet dans nos archives. Nous avons entre autres établi que la documentation se trouve généralement dans quatre fonds d’archives :

  • le fonds du ministère de la Défense nationale : R112 (1923-1936)
  • le fonds du ministère des Transports : R184 (1936-1984)
  • le fonds du Bureau canadien de la sécurité aérienne : R13086 (1984-1989)
  • le fonds du Bureau de la sécurité des transports du Canada : R1009 (de 1990 à aujourd’hui)

Explorons les particularités des deux premiers fonds afin d’aiguiller davantage vos recherches.

Fonds du ministère de la Défense nationale

Après la Première Guerre mondiale, l’Aviation royale canadienne joue le rôle de compagnie aérienne civile pour le gouvernement. Elle est donc responsable des enquêtes sur les accidents impliquant un aéronef. La « Civil Aviation Branch » (la Direction de l’aviation civile) est créée à cette fin en 1923.

À l’époque, le ministère utilisait un système numérique de classification par bloc-sujet. Ainsi, les blocs 1021 et 1100 (c’est-à-dire tous les dossiers commençant par ces nombres) étaient réservés aux documents portant sur les accidents aériens. En voici un exemple :

Copie d’écran montrant les résultats d’une recherche de fonds d’archives. Une grande flèche rouge montre où se trouve la référence au bloc 1021.

Exemple d’un dossier du bloc 1021.

Lire la suite

Images de la baladodiffusion sur Glenn Gould maintenant sur Flickr

Photographie en couleur montrant une chaise en bois très usée

La chaise de piano pliante de Glenn Gould (MIKAN 4111968)

Trente-quatre ans après la mort de Glenn Gould, les amateurs de musique à travers le monde se sentent toujours aussi interpellés par son vaste répertoire d’enregistrements et par la vision artistique audacieuse de l’artiste. Les interprétations irrévérencieuses des œuvres du répertoire pour piano et les singularités étonnantes de Gould sont devenues légendaires.

Visitez l’album Flickr!

Les femmes inuites et les phoques : une relation unique maintenant sur Flickr

Les phoques occupent une place centrale dans la vie des Inuits et constituent une source d’alimentation locale essentielle. De nombreuses traditions, coutumes, croyances et histoires transmises oralement concernent les phoques. Les Inuits ont toujours eu une relation importante et directe avec cet animal. Les chasseurs respectent énormément l’esprit du phoque, un animal dont ils dépendent grandement.

A black and white photograph of a woman standing in front of a tent and hanging seal boots on a a clothesline.

Inuit woman “Aasivak Evic” hangs kamiits (sealskin boots) to dry, Pangnirtuuq (Pangnirtung), Nunavut. George Hunter. Canada. National Film Board of Canada. Photothèque (MIKAN 3198727)

Chaque partie du phoque est utilisée, car l’exploitation doit être durable, respectueuse et réalisée sans cruauté. Plus important encore, le climat froid et rigoureux de l’Arctique oblige les habitants de la région à avoir un bon abri et de bons vêtements pour rester au chaud et au sec. La peau, la fourrure et l’huile des phoques répondent à ce besoin.

Les femmes inuites ont développé des techniques très perfectionnées pour traiter et utiliser les parties du phoque de diverses manières au fil des saisons. Après avoir enlevé la graisse avec un ulu (le couteau traditionnel des femmes à lame en forme de croissant).

Visitez l’album Flickr!

Sir Sandford Fleming : un grand Canadien

Par Andrew Elliott

L’année 2017 marque le 190e anniversaire de naissance de sir Sandford Fleming (1827-1915). Né à Kirkcaldy, en Écosse, Fleming est devenu un très grand Canadien ainsi qu’un arpenteur, dessinateur et ingénieur de renom. Parmi ses nombreuses réalisations, il dessine l’un des premiers timbres-poste canadiens, contribue à relier les Canadiens entre eux en dirigeant la construction du chemin de fer Canadien Pacifique et crée le système des fuseaux horaires, qui sera adopté partout dans le monde.

Portrait à l’huile d’un vieil homme à barbe blanche, portant un complet foncé, une cravate rouge et un manteau de fourrure brun.

Portrait de sir Sandford Fleming peint par John Wycliffe Lowes Forester, 1892 (MIKAN 2895065)

Comme Charles Dickens, son contemporain britannique, Fleming était doué d’une énergie et d’une productivité hors du commun, même selon les critères du 21e siècle. Fleming a soigneusement documenté tous les aspects de sa vie; c’était aussi un avide collectionneur. Il a rassemblé une magnifique collection de livres, et les murs de sa maison étaient couverts d’œuvres d’art européennes. Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a la chance de posséder la vaste majorité des documents sur la vie de Fleming. BAC conserve cette riche collection de textes, de photographies et d’œuvres d’art depuis 1915.

Après avoir étudié à Kennoway et Kirkcaldy avec l’ingénieur et arpenteur écossais John Sang, Fleming immigre au Canada en 1845. Pour compléter son certificat d’ingénieur, il prépare les cartes de Peterborough, Hamilton, Cobourg et Toronto en 1849. Sa carrière est sur le point de décoller.

La même année, à Toronto, Fleming participe à la fondation de l’Institut royal canadien (en anglais seulement), un regroupement professionnel d’architectes, d’arpenteurs et d’ingénieurs. En 1857, il est promu ingénieur en chef de l’Ontario Northern Railway alors qu’il a à peine 30 ans.

Six ans plus tard, en 1863, le gouvernement canadien le nomme arpenteur en chef et responsable du tracé du chemin de fer Intercolonial devant relier le Haut et le Bas-Canada aux colonies maritimes. Il deviendra plus tard l’ingénieur en chef de ce grand projet.

Photographie de studio noir et blanc d’un groupe d’hommes dans diverses postures, chacun regardant dans une direction différente.

Les artisans du chemin de fer Intercolonial avec sir Sandford Fleming, assis à droite. Photo de William James Topley, mars 1870 (MIKAN 3378651)

Lire la suite