Publications du gouvernement du Canada : à vos MARC… Prêts… Partez!

Un nouveau service de notices bibliographiques en format MARC 21 de Bibliothèque et Archives Canada pour les bibliothèques canadiennes

Chaque année, le gouvernement du Canada produit de nombreuses publications – notamment des rapports de recherche, des comptes rendus de conférences et plus encore. Beaucoup de ces publications sont disponibles au moyen du Programme des services de dépôt (PSD) du gouvernement du Canada, géré par Services publics et Approvisionnement Canada. Le PSD rassemble les publications du gouvernement fédéral et les distribue chaque année aux bibliothèques canadiennes depuis 1927. En raison de la transition des documents imprimés aux publications numériques, le PSD est maintenant un service en ligne centralisé de distribution hebdomadaire qui permet d’accéder aux publications électroniques du gouvernement.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le mandat législatif « d’être le dépositaire permanent des publications des institutions fédérales » (Loi sur la Bibliothèque et les Archives du Canada, L.C. 2004, chapitre 11). Nous acquérons des milliers de publications du gouvernement fédéral en différents formats par divers moyens, tels que le PSD, les dons et les cadeaux.

De plus en plus, les publications du gouvernement du Canada sont disponibles en format électronique. Par conséquent, leur catalogage efficace, précis et opportun est encore plus nécessaire qu’avant pour y avoir accès et les découvrir. Cela est vrai non seulement pour BAC et ses visiteurs, mais aussi pour les bibliothèques canadiennes et leurs usagers.

Photo en noir et blanc d’une jeune femme en uniforme donnant une grande pile de livres à un marin. Ils sont debout sur le pont d’un bateau et le havre figure en arrière-plan.

La membre principale du Service féminin de la Marine royale du Canada, Ruth Church, apportant des livres au matelot qualifié Bill Swetman du NCSM PETROLIA, à Londonderry, en Irlande du Nord, en novembre 1944 (MIKAN 3519918)

L’équipe de catalogage des Publications gouvernementales de BAC produit des notices bibliographiques de grande qualité pour des publications provenant des listes d’acquisitions hebdomadaires du PSD. Visitez la page Web sur les notices bibliographiques de BAC pour les publications du gouvernement du Canada en format MARC 21 afin d’avoir accès à ces notices.

Téléchargez les notices bibliographiques en format MARC 21 de BAC en trois étapes simples :

Une capture d'écran de la page Web sur les notices bibliographiques de BAC pour les publications du gouvernement du Canada en format MARC 21.

Capture d’écran de la page Web sur les notices bibliographiques de BAC pour les publications du gouvernement du Canada en format MARC 21.

À vos MARC…

Cliquez simplement sur l’année de votre choix et vous serez dirigé vers des liens hebdomadaires.

Capture d'écran d'une page Web intitulée « Notices bibliographiques de BAC en format MARC 21 ». En dessous, il y a des liens hebdomadaires : Semaine 1 (Le 6 janvier 2017), Semaine 2 (Le 13 janvier 2017), etc.

Capture d’écran d’une page présentant des liens aux lots de notices bibliographiques pour les listes de publications PSD de 2017.

Prêts…

Cliquez sur un lien pour ouvrir un document texte (.txt) comprenant des notices de lot aux publications gouvernementales choisies pour la semaine sélectionnée.

Partez!

Téléchargez et sauvegardez le document texte (.txt) dans votre éditeur MARC préféré!

Vous avez des questions concernant les notices bibliographiques de BAC en format MARC 21 pour les publications du gouvernement du Canada? N’hésitez pas à communiquer avec nous.

Conservatrice invitée : Isabelle Charron

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».

Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.

Carte géographique de la Nouvelle Franse faictte par le sieur de Champlain, 1612

Carte de la Nouvelle-France, qui décrit ce que Champlain connaissait du continent nord-américain en 1612, de la côte atlantique jusqu’à un grand lac à l’ouest. Plusieurs lacs, rivières, montagnes et forêts sont représentés. Des maisons longues, des personnages en canots, ainsi que les portraits de deux femmes et de deux hommes évoquent le mode de vie des Amérindiens. Un grand nombre de dessins tels des légumes, fruits et autres végétaux, des animaux, des poissons, des voiliers, une rose des vents et les armoiries royales de France ornent la carte. Une légende apparaît au bas de la carte.

Carte geographique de la Nouvelle Franse faictte par le sieur de Champlain, provenant de l’ouvrage intitulé Les voyages du sieur de Champlain […], 1613, gravée par David Pelletier en 1612. (MIKAN 3919638) (AMICUS 4700723)

Samuel de Champlain croyait à l’énorme potentiel du Canada. Il publia cette magnifique carte dans son livre pour en faire la promotion auprès des investisseurs. Les splendides dessins de plantes sont probablement son œuvre.


Parlez-nous de vous.

Je vais vous parler de moi en évoquant les documents dont je suis responsable et ce qu’ils m’inspirent. Les cartes anciennes constituent une mine de renseignements historiques. Elles sont également à mi-chemin entre la science et l’art. Il m’est impossible de les regarder « froidement », car elles révèlent tant de choses de leurs créateurs : leur perception du monde, leurs ambitions, leurs trajectoires de vie, leurs liens avec les autorités qui ont commandé leurs cartes ou commandité leurs voyages – s’ils étaient aussi explorateurs –, leur façon d’obtenir des informations inédites sur différents territoires… Il est en effet difficile de concevoir, aujourd’hui, à quel point l’obtention d’une nouvelle information géographique exigeait d’efforts humains et financiers. Des vies étaient perdues pour faire avancer la connaissance. Et les mains entre lesquelles ces documents exceptionnels sont passés constituent également un sujet passionnant… Il m’arrive d’ailleurs fréquemment de penser au film Violon rouge de François Girard, qui raconte le destin des individus, à travers trois siècles, qui ont possédé un violon exceptionnel. Un scénario semblable pourrait très bien mettre en scène le travail d’un cartographe du 16e siècle, de l’école dite de Dieppe par exemple, comme Pierre Desceliers, à l’affût des récentes découvertes sur le Nouveau Monde. Il existe une littérature assez abondante en histoire de la cartographie du Canada et de l’Amérique du Nord, mais il reste encore tant de choses à découvrir et d’autres qui, malheureusement, demeureront à jamais dans l’oubli. Et c’est là que l’imagination prend le relais… À ce chapitre, j’ai beaucoup apprécié la lecture du roman Du bon usage des étoiles, de Dominique Fortier, qui a créé tout un univers en s’inspirant de la dernière et malheureuse expédition de John Franklin. Avec les récentes découvertes des épaves du Terror et de l’Erebus, la réalité rejoint la fiction…

Les Canadiens devraient-ils savoir autre chose à ce sujet selon vous?

On peut dire tellement de choses de cette carte.

Elle est très rare. C’est l’unique exemplaire que possède BAC, toujours rattaché à la toute fin du livre Les voyages, publié par Champlain à Paris en 1613, dont la reliure est d’origine. Il se peut aussi qu’elle ait été diffusée séparément. Elle a été gravée par le graveur David Pelletier sur une plaque de cuivre, vraisemblablement en 1612, puis imprimée sur deux feuilles qui ont été jointes. Le papier a aussi son histoire : les filigranes, des dessins que l’on peut voir en transparence sur une table lumineuse, sont la marque du fabricant de papier. Ils peuvent contribuer à authentifier un document et, comme leur emplacement diffère d’un document à l’autre, ils ajoutent un côté unique à chacun d’entre eux. Dans le cas de cette carte, il y a des grappes de raisins et le monogramme du fabricant – « A.I.R. » -, que l’on ne peut identifier avec précision, dans un cartouche.

Il s’agit de la première grande carte de l’Amérique du Nord de Champlain. Destinée aux navigateurs, elle illustre ses explorations de 1603 à 1611. Elle porte aussi les armoiries royales de France. Champlain entretenait d’ailleurs une relation particulière avec le roi Henri IV, assassiné en 1610.

Champlain fait figure d’exception dans le monde des explorations et de la cartographie de son époque : il est l’un des rares cartographes à avoir lui-même sillonné une grande partie du territoire qu’il représente sur ses cartes. En effet, la majorité des cartographes de l’époque n’étaient pas explorateurs et travaillaient à partir de cartes ou de récits transmis par d’autres. Champlain a voyagé avec des Autochtones, qui ont été ses guides. Il reconnaissait leur compétence sur leur territoire, les questionnait sur la géographie, leur demandait de dessiner des cartes et intégrait ces informations à ses propres cartes. Il semble avoir été le premier Européen à avoir eu cette approche. Sur cette carte, par exemple, les représentations du lac Ontario et des chutes Niagara s’inspirent de renseignements obtenus d’Autochtones. Champlain ne verra d’ailleurs le lac Ontario qu’en 1615. Il a aussi inclus des informations provenant d’autres cartographes européens, notamment pour la représentation de Terre-Neuve. Champlain sera lui-même abondamment copié par la suite.

Détail de la carte représentant le lac Ontario et les chutes Niagara. Trois Amérindiens naviguent en canot sur le lac, qui est entouré de groupes de maisons longues.

Le lac Ontario et les chutes Niagara (« sault de eau ») (MIKAN 3919638)

Champlain est considéré comme le premier cartographe scientifique de l’Amérique du Nord. Ses cartes demeureront inégalées avant la seconde moitié du 17e siècle. D’ailleurs, de son vivant, il était conscient de l’importance de son œuvre : suite à la prise de Québec par les frères Kirke en 1629, par exemple, il invoque ses écrits et ses cartes comme preuves de la présence française sur le territoire et indique que celles-ci sont connues et ont été utilisées pour mettre à jour des cartes et des globes. On sait par ailleurs qu’il a entretenu une correspondance avec le mathématicien Guillaume de Nautonier. Hormis la représentation un peu maladroite, teintée par son époque, des deux couples d’Amérindiens, il n’y a rien de « fantaisiste » sur la carte de 1612 présentée ici : pas de « monstres » marins, comme sur les cartes de plusieurs de ses prédécesseurs, mais des poissons connus et prisés, comme la morue et l’esturgeon. Le poisson aux airs de crocodile dans le grand lac à l’ouest, que Champlain nomme un « chaousarou » est un lépisosté osseux, qui n’est présent qu’en Amérique du Nord.

Détail d’un grand poisson au bec allongé qui, avec ses nombreuses dents, ressemble à un crocodile.

« Chaousarou » (lépisosté osseux) (MIKAN 3919638)

On perçoit donc le côté observateur de Champlain, qui avait aussi pour mission de rendre compte des ressources de la Nouvelle-France. Ainsi, ce n’est pas par hasard qu’il représente une Amérindienne tenant un épi de maïs, une courge et, à côté, un plant de topinambours, trois plantes d’Amérique cultivées par les peuples sédentaires. Champlain aurait lui-même rapporté des racines de topinambours en France, où cette plante a proliféré par la suite.

Dessin d’une Amérindienne vêtue d’un pagne, qui porte dans ses mains une courge et un épi de maïs et se tient debout à côté d’un plant de topinambours.

Amérindienne tenant un épi de maïs, une courge et, à côté, un plant de topinambours (MIKAN 3919638)

On ne sait pas exactement combien de cartes Champlain a dressées. Certaines ont été perdues et vingt-deux sont parvenues jusqu’à nous. Une seule carte manuscrite de sa main subsiste : dessinée en 1607, elle représente la côte atlantique, de LaHave, aujourd’hui en Nouvelle-Écosse, à Nantucket Sound (elle est préservée à la Library of Congress, à Washington). La majorité des cartes de Champlain sont de petites cartes régionales, gravées et publiées dans Les voyages de 1613, qui présente aussi deux cartes générales de la Nouvelle-France : celle qui est exposée ici (1612) et une autre, plus petite, dont il existe deux versions (1612 et 1613).

Petite carte représentant les rapides de Lachine, le fleuve Saint-Laurent et plusieurs îles, bordés de terres boisées et de rivières. Des chasseurs apparaissent à plusieurs endroits. Il y a une scène représentant la noyade d’un Amérindien et d’un Français dans les rapides. Une légende apparaît au bas de la carte.

Un exemple de carte régionale de Champlain qui représente les rapides de Lachine (MIKAN 3919889)

Il avait commencé à travailler sur une autre carte générale en 1616, mais il ne l’a jamais terminée (un seul exemplaire de cette carte existe). Le cartographe Pierre Duval, qui avait acquis la plaque de cuivre originale de cette carte de 1616, en a refait graver une autre version en 1653 qu’il attribue à Champlain. Enfin, Champlain a publié sa dernière carte – une « carte-bilan » – en 1632, avec ses Voyages de la Nouvelle-France (cette carte existe également en deux versions).

La dernière carte de Champlain, publiée en 1632, qui représente ce qu’il connaissait du territoire nord-américain de la côte atlantique, jusqu’à une partie des Grands Lacs, à l’ouest. La baie d’Hudson ainsi que plusieurs cours d’eau, montagnes, forêts, nations amérindiennes et établissements européens y figurent. Elle est aussi ornée de plusieurs dessins de navires, animaux et poissons et comprend une échelle et une rose des vents.

La carte de 1632 de Champlain (MIKAN 165287)

Il revint définitivement à Québec au printemps de 1633 où il mourut, en 1635. Peut-être un jour découvrira-t-on une autre carte de Champlain? Qui sait?

Parlez-nous d’un élément connexe que vous aimeriez ajouter à l’exposition.

Détail de six Amérindiens naviguant dans deux canots.

Amérindiens naviguant dans leurs canots (détails de la carte de 1612; MIKAN 3919638)

Un canot! En effet, sans l’accueil des Autochtones, leur connaissance du territoire et leurs canots, l’œuvre de Champlain n’aurait certainement pas eu la même ampleur. Champlain représente d’ailleurs certains d’entre eux sur cette carte dans leurs canots. J’aurais très bien vu l’une de ces images dans l’exposition, agrandie sur un grand mur derrière la vitrine présentant Les voyages et la carte de 1612 de Champlain. Comme je l’ai mentionné plus haut, ce dernier a sans doute inauguré cette collaboration entre les explorateurs et les Autochtones. Il les a interrogés à plusieurs reprises sur leurs connaissances géographiques et leur a parfois demandé de dessiner des cartes, qui sont malheureusement perdues.

D’autres cartographes qui suivront ont également reconnu l’importance primordiale de ces relations, Jean-Baptiste Franquelin, par exemple, lui-même explorateur-cartographe de grand talent ou, plus tard, Pierre Gaultier de La Vérendrye qui a rendue célèbre la carte de l’un de ses guides, le cri Ochagach. Cette collaboration avec les Autochtones se poursuivra par la suite, bien au-delà du Régime français. Cette aquarelle réalisée vers 1785 par James Peachey, qui devait à l’origine être placée sur une carte qui n’a pas été retrouvée, pourrait aussi bien représenter l’apport des Amérindiens à la connaissance du territoire.

Aquarelle représentant quatre Amérindiens en canot : une femme, deux hommes et un enfant, possiblement à la chasse aux canards. Leurs vêtements et accessoires constituent un mélange d’éléments amérindiens et européens (textiles et bijoux notamment). La femme est assise à l’arrière et pagaie. Les deux hommes, debout, portent des fusils et ont des tatouages au visage. Il y a aussi un chien dans le canot.

Un plan de la partie habitée de la province de Québec, James Peachey, vers 1785 (MIKAN 2898254)

J’aimerais également, comme plusieurs l’ont fait avant moi, pouvoir montrer le visage de Champlain, cet homme si intrigant, ce leader aux multiples talents, probablement en très bonne santé physique puisqu’il a échappé aux maladies et aux malheurs qui ont emporté tant de ses comparses. Cependant, il n’existe aucun portrait de l’explorateur. Le « portrait » que l’on connaît de Champlain est un faux, créé de toutes pièces au 19e siècle. Pourquoi donc ne pas lui substituer un autre portrait imaginé? Celui incarné par le comédien québécois Maxime LeFlaguais, par exemple, dans la récente série télévisée Le rêve de Champlain.

La carte de 1612 de Champlain est un document d’une grande valeur historique, qui a été l’objet de plusieurs travaux de recherche et qui, j’en suis certaine, suscitera encore beaucoup d’intérêt dans l’avenir. Mais elle pourrait aussi être envisagée autrement : je serais très intéressée à visiter une installation artistique multimédia, par exemple, qui s’inspirerait de cette carte afin de révéler les points de vue d’artistes, autochtones en particulier, sur Champlain, son œuvre et son impact.

Biographie

Isabelle Charron œuvre au sein de Bibliothèque et Archives Canada depuis 2006, où elle est l’archiviste responsable de la collection de cartes géographiques anciennes. Elle a travaillé plusieurs années au Musée canadien des civilisations (désormais le Musée canadien de l’histoire) sur différents projets d’exposition. Elle s’intéresse en particulier à l’histoire de la cartographie sous le Régime français et au début du Régime britannique. Elle est détentrice d’une maîtrise en histoire de l’Université d’Ottawa.

Ressources connexes

  • Heidenreich, Conrad E., Explorations and Mapping of Samuel de Champlain, 1603-1632, Cartographica, Monograph no. 17, Toronto, University of Toronto Press, 1976. 140 p. (AMICUS 22100)
  • Heidenreich, Conrad E., Chapter 51: The Mapping of Samuel de Champlain, 1603-1635 (en anglais seulement), in David Woodward, ed., The History of Cartography, Volume Three (Part 2): Cartography in the European Renaissance, Chicago, The University of Chicago Press, 2007, p. 1538-1549
  • Litalien, Raymonde, Jean-François Palomino et Denis Vaugeois, La mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814, Sillery, Québec, Les éditions du Septentrion et Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, 299 p. Ouvrage préparé en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec (AMICUS 33372416)
  • Litalien, Raymonde et Denis Vaugeois, dir., Champlain. La naissance de l’Amérique française, Sillery, Québec, Les éditions du Septentrion et Paris, Nouveau Monde éditions, 2004, 399 p. En particulier Conrad E. Heidenreich et Edward H. Dahl, « La cartographie de Champlain (1603-1632) », p. 312-332 (AMICUS 30597940)
  • Trudel, Marcel, « CHAMPLAIN, SAMUEL DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003–, consulté le 19 déc. 2016 (http://www.biographi.ca/fr/bio/champlain_samuel_de_1F.html)

Pénitencier de la Colombie-Britannique sur l’île Goose : séparé par 20 km de toute aide ou par 9 à 17 heures à vol de pigeon

Par Caitlin Webster

Deux brèves notes dans les ressources documentaires de Bibliothèque et Archives Canada rattachées au pénitencier de la Colombie-Britannique illustrent bien les dangers liés à la supervision de groupes de travail en milieu carcéral dans des régions éloignées. À divers moments durant les 102 ans de présence à l’établissement de New Westminster, le pénitencier a exploité une prison agricole, ainsi qu’un atelier de menuiserie, de transformation des métaux et de maçonnerie. Mais, au début du 20e siècle, on a tenté de mener des opérations forestières et d’exploiter des carrières, hors site, à environ 20 km de l’administration centrale.

En 1903, le pénitencier a acquis l’île Goose par acte de cession à la suite d’un décret du Conseil. Aussi connue sous le nom de l’île Wright, de l’île du Pen et même de l’île des Convict (condamnés), cette propriété de 140 acres est située au centre du lac Pitt, du côté est de la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique.

Page rédigée à la main en anglais : « On a Memorandum, dated 21st January, 1903, from the Minister of the Interior, stating that application has been made by the Minister of Justice for the transfer to his Department, for the purposes of the British Columbia Penitentiary of Goose Island, situated about the center of Pitt Lake, in Section 25, Township 5, Range 5, west of the Seventh Meridian, in the Railway Belt in British Columbia, the said island being required for the quarrying of stone thereon for use in connection with the penitentiary. The Minister recommends, as the land is vacant in the records of the Department of the Interior, that, under Clause 31 of the Dominion Lands Act, it be transferred to the Department of Justice for the purposes of the British Columbia Penitentiary as above mentioned. The Committee submit the same for approval. »

Décret du Conseil attribuant l’île Goose au pénitencier de la Colombie-Britannique, approuvé le 4 février 1903 (en anglais seulement). Texte imprimé dans la Gazette du Canada (volume 36, numéro 34, le 21 février 1903, page 4) [en anglais seulement].

On envisageait alors d’ériger un camp de travail sur l’île afin d’en extraire du bois d’œuvre et des ressources minérales et, en juin 1906, deux gardiens et sept condamnés partent de l’établissement de New Westminster pour se rendre sur l’île. Le groupe, auquel s’ajouteront par la suite sept autres détenus, dégage des routes, construit des cabanes en bois rond et un appontement, coupe 200 cordes de bois et extrait 96,5 verges de granite. Au printemps et à l’été de 1907 et de 1908, d’autres équipes sont dépêchées sur l’île.

L’île Goose étant tellement isolée à l’époque, on envoie chaque semaine aux gardiens de la prison douze pigeons voyageurs pour échanger des missives. Chaque jour, un pigeon part de l’île en direction de l’établissement de New Westminster afin de livrer régulièrement un rapport de la situation. En cas de demande urgente, les gardiens doivent envoyer deux pigeons, l’un après l’autre rapidement et, en cas d’urgence, telle qu’une évasion, il faut alors déployer trois ou quatre pigeons à de courts intervalles.

Une page dactylographiée et ronéotée décrivant les modes de communication réguliers et urgents à employer avec les pigeons voyageurs entre l’île Goose et le pénitencier de New Westminster.

Page 2 des instructions provisoires du pénitencier de la Colombie-Britannique destinées aux agents responsables du groupe sur l’île Goose (MIKAN 4936751)

Le 27 mai 1908, une de ces urgences survient au camp. À 15 h 55, des gardiens envoient le premier d’au moins deux pigeons voyageurs, celui-ci arrive au pénitencier à 9 h le lendemain matin avec le message « murderous assault » (« assaut meurtrier ») perpétré par deux détenus. Puis, un message de suivi indiquant que les prisonniers ont été menottés et qu’il n’y a aucun blessé envoyé à 8 h 10 le 28 mai est reçu l’après-midi même à 16 h 30.

Note manuscrite collée sur une page dactylographiée avec une description du contenu de la note et intitulée « Message from Wright Island to the Penitentiary via Pigeon – May 28th, 1908 » (« Message envoyé de l’île Wright au pénitencier par l’entremise d’un pigeon – le 28 mai 1908 »).

Le message confié à un pigeon voyageur de l’île Goose à 8 h 10 le 28 mai 1908, arrivé au pénitencier de la Colombie-Britannique à 16 h 30 la même journée (MIKAN 4936749)

 

Outre cette attaque, d’autres évasions et tentatives d’évasion sont survenues au camp. Comme il fallait s’y attendre, les difficultés à surmonter pour superviser un groupe de travail composé de détenus dans un lieu aussi isolé étant tellement grandes, on en vient à cesser les activités sur l’île. En 1919, les cabanes en bois rond sont en piteux état, et le personnel du pénitencier installe des affiches interdisant l’accès à la propriété afin d’éviter le vandalisme. Malgré un certain intérêt occasionnel pour les pierres, le bois et le potentiel récréatif de l’île au cours des années qui suivent, il y aura peu d’activités sur le site jusqu’au moment de sa vente, en 1953.

Un article de journal intitulé « Pitt Lake’s ‘Pen’ Island Re-discovered » (« Redécouverte de l’île du Pen sur le lac Pitt ») accompagné de quatre photographies en noir et blanc du camp de travail en piteux état.

Des photographies prises par Charles Jennings accompagnant un article daté du 14 juin 1955, rédigé par Jimmie McPhee et publié dans le journal The British Columbian. (MIKAN 4936750)

Ressources connexes

Nouveaux ajouts à l’album sur les livres rares maintenant sur Flickr

Une photo en couleur montrant un livre ouvert montrant une image d'un homme habillé somptueusement sur la page verso et une frontispice somptueusement illustré sur le recto.

Bible polyglotte de l’évêque Walton, volume 1, 1654. À gauche : portrait gravé de Brian Walton. À droite : page de titre grave (AMICUS 940077)

La collection de livres rares à Bibliothèque et Archives Canada est l’une des plus importantes collections de livres rares canadiens  dans le monde. Nous définissons ouvrage canadien  comme suit : tout ouvrage publié au Canada, ou publié à l’étranger mais écrit ou illustré par des Canadiens, ou concernant le Canada.

Visitez l’album Flickr!

Du nouveau pour notre outil de recherche de documents de bibliothèque

Nous avons amélioré notre outil de recherche de documents de bibliothèque afin de faciliter vos recherches. Vous verrez : l’interface n’a presque pas changé, mais quelques améliorations ont été apportées pour accroître la fiabilité, la rapidité, la pertinence, la cohérence et l’exactitude des résultats. Ces changements touchent les recherches faites pour les documents publiés entièrement catalogués par Bibliothèque et Archives Canada et accessibles aux fins de consultation ou d’utilisation. Ils s’appliquent aux fonctions Recherche de base et Recherche avancée.

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez? Consultez le catalogue AMICUS ou remplissez le formulaire Posez-nous une question.

Aidez-nous à améliorer notre outil de recherche en nous transmettant vos commentaires et vos suggestions.

Bibliothèque et Archives Canada présente sa toute dernière émission de baladodiffusion, « William Topley : Pleins feux sur Ottawa »

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) présente sa toute dernière émission de baladodiffusion, « William Topley : Pleins feux sur Ottawa ».

La collection photographique de William James Topley est l’une des plus imposantes au chapitre des documents visuels du Canada. Les photographies réalisées par le Studio Topley s’imposent comme documentation étayant les changements politiques, sociaux, culturels, économiques, technologiques et architecturaux survenus durant les 50 années qui ont suivi la Confédération du Canada. La collection documente la vie dans la région d’Ottawa — ainsi que des gens et des événements dans d’autres régions du pays — entre 1868 et 1923.

Dans le présent épisode, nous nous entretenons avec une archiviste de Bibliothèque et Archives Canada (BAC), Emma Hamilton-Hobbs, au sujet de la collection Topley, qui figure parmi les sources les plus largement consultées en ce qui a trait aux photographies datant de la fin du 19e siècle jusqu’au début du 20e siècle sous la garde de BAC.

Pour voir les images associées à ce balado, voici un lien vers notre album Flickr.

Abonnez-vous à nos émissions de baladodiffusion sur notre fil RSS, iTunes ou Google Play, ou écoutez-les sur notre site Web à Balados – Découvrez Bibliothèque et Archives Canada : votre histoire, votre patrimoine documentaire.

Pour en savoir plus, écrivez-nous à bac.balados-podcasts.lac@canada.ca.

Conservatrice invitée : Vasanthi Pendakur

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».

Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.


Femme sauvage du Canada, 1784

 Gravure en couleur d’une femme au teint pâle et aux cheveux blonds portant une robe jaune bordée de vert, un tablier blanc, un collier, des collants roses et des chaussons bleus.

Femme sauvage du Canada, gravure tirée de Mœurs et coutumes des sauvages du Canada, 1784 (MIKAN 3025442)

Les images du Canada publiées dans des encyclopédies sérieuses sont souvent surprenantes. Cette Autochtone ressemble à une Européenne avec ses cheveux blonds. Lire la suite

Instruments de recherche récemment transcrits

Afin d’aider les utilisateurs à repérer plus facilement les documents qu’ils cherchent, Bibliothèque et Archives Canada a transcrit certains instruments de recherche qui, auparavant, ne pouvaient être consultés qu’en format papier à la salle de référence du 395, rue Wellington. Les instruments de recherche ci-dessous sont maintenant disponibles en ligne. Vous pourrez en apprendre davantage sur le sujet en consultant cette série en trois parties : Découvrez les instruments de recherche!

Documents administratifs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

  • Instrument de recherche 18-16—Volumes 2511 à 2647
    Ces documents, créés entre 1868 et 1878, portent sur les dépenses administratives de la police des frontières et du Dominion, et comprennent quelques demandes d’emploi pour la police à cheval proposée des Territoires du Nord-Ouest.
  • Instrument de recherche 18-29—Numéro d’acquisition 1985-86/574, boîtes 1 à 32
    Cet ensemble de documents se compose de registres produits par l’administration de la GRC de 1940 à 1970. Un groupe de dossiers concerne l’organisation, les procédures et les fonctions de la GRC, notamment les quartiers généraux, le Service divisionnaire des enquêtes criminelles, la Direction « S », les divisions de la marine et de l’aviation, ainsi que diverses autres divisions réparties au Canada. Un autre groupe de documents traite du système de communication, de l’utilisation de l’autoradio jusqu’au télex. D’autres sujets sont abordés, notamment le système de classification, la force de réserve de la GRC et les études de gestion. On y trouve aussi neuf dossiers de service concernant des gendarmes spéciaux et des membres réguliers de la GRC.
  • Instrument de recherche 18-30—Numéro d’acquisition 1985-86/612, boîtes 1 à 42
    Ces dossiers concernent le comité interministériel sur les recommandations de la Commission Marin, divers groupes d’étude sur les associations de policiers et le contrôle relatif à la souveraineté, le collège de la GRC, le musée, le service policier dans les provinces, les patrouilles nordiques, les monuments commémoratifs et les cairns, ainsi que l’aide aux éditeurs. La plupart de ces dossiers, créés de 1939 à 1980, traitent de questions administratives courantes, telles que le personnel, la formation, les cours, les fournitures et l’orchestre de la GRC.

Dossiers de la Cour suprême

  • Instrument de recherche 125-3—Volumes 3009 à 4067, 4294 à 4295
    Ces dossiers de cas regroupent les documents créés par les appelants, les intimés, le personnel de la Cour et les juges pour toutes les causes portées devant la Cour. L’instrument de recherche prend la forme d’une liste de dossiers indiquant le numéro du volume, le numéro de la cause, le nom de l’appelant, le nom de l’intimé et l’année durant laquelle la cause a été déposée en cour. Plus de 6 000 descriptions supplémentaires pour les dossiers de 1980 à 1990 ont été ajoutées à notre base de données.

Service hydrographique du Canada

  • Dossiers du système de classification—Instrument de recherche 139-1—Volumes 1 à 29
    Ces dossiers ont été créés de 1938 à 1965 et concernent les avis canadiens aux navigateurs. Le Service hydrographique du Canada relevait du ministère des Mines et des Ressources (1936–1948), puis du ministère des Mines et des Relevés techniques (1949–1966) à l’époque de la création de ces dossiers. Ces avis aux navigateurs comprennent les documents suivants : changements aux cartes marines; correspondance concernant les relevés effectués dans diverses régions du pays; rapports, comités, instruments et équipements hydrographiques ainsi que communications avec des organisations internationales sur des questions relatives à l’océanographie; rapports mensuels de divers navires du Service, documentation de la station marégraphique et relevés courants.
  • Journaux de bord—Instrument de recherche 139-1—Volumes 33 à 66 (MIKAN 181475)
    Ces dossiers concernent les journaux de bord de divers navires affectés aux opérations hydrographiques sous l’autorité de la direction de la Marine du ministère de la Marine et des Pêcheries (1905–1910, 1922–1936), du ministère de la Marine (1910–1922), du ministère des Mines et des Ressources (1936–1948), du ministère des Mines et des Relevés techniques (1949–1966) et du ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources (1966–1967). Les journaux rendent compte au quotidien des activités et observations à bord de ces navires. Les plus anciens journaux fournissent une brève description de quatre à huit lignes des conditions météorologiques et de l’entretien des bateaux. Les informations consignées dans les plus récents journaux, rédigés dans les années 1950 et 1960, portent sur la température, les activités de maintenance du bateau, l’itinéraire quotidien, le cap au compas, les positions périodiques exprimées en longitude et latitude, les conditions de houle et de vent, la pression barométrique, la température atmosphérique et la visibilité. Peu d’informations sur les travaux hydrographiques sont également consignées.

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de février 2017

À ce jour, 404 164 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Dossiers du Personnel de la Première Guerre mondiale. S’il vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

Bibliothèque et Archives Canada numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 6831. Dernier nom : McGee.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.

Conservatrice invitée : Sara Chatfield

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».

Canada : Qui sommes-nous?

Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.

Une page sur Joliette, au Québec – premier recensement du Canada, 1871

Vous avez remarqué l’entrée d’Adolphe Perrault? En 1871, être voyageur est un gagne-pain! Au fil du temps, les recensements sont devenus la base de la politique sociale et de nombreux programmes qui définissent l’identité canadienne. Lire la suite