Le chemin vers la paix : les cent jours du Canada

Par Emily Monks-Leeson

Après des années de guerre de tranchées statique, les Alliés ont pu, grâce à leur offensive des cent derniers jours de la Première Guerre mondiale, traverser la ligne de tranchées pour forcer les belligérants à combattre en terrain découvert. Une rapide série de victoires des Alliés a enfin permis de repousser les Allemands hors de la France, derrière la Ligne Hindenburg, menant à l’armistice du 11 novembre 1918.

À la suite de sa victoire à la crête de Vimy, le Corps canadien ne perd aucune autre opération offensive importante durant la Première Guerre mondiale. Les soldats, ayant mérité leur réputation de « troupes de choc », sont envoyés dans les combats les plus difficiles. Comme le premier ministre britannique David Lloyd George l’écrit plus tard dans ses mémoires : « Les Allemands se préparaient au pire dès l’arrivée du Corps canadien. » De fait, entre le 8 août et le 11 novembre 1918, les quatre divisions canadiennes, composées d’environ 100 000 hommes, mènent à la défaite ou au retrait de 47 divisions allemandes, soit le quart des forces de combat de l’Allemagne au front occidental. Les Canadiens se battent à Amiens, à Arras, à la Ligne Hindenburg, au Canal du Nord, à Bois de Bourlon, à Cambrai, à Denain et à Valenciennes. Ces batailles, qui jouent un rôle central dans la défaite de l’armée allemande, seront connues sous le nom des « cent jours du Canada ». Pendant le dernier mois de la guerre, du 10 au 11 novembre 1918, les troupes canadiennes poursuivent les forces allemandes sur plus de 70 kilomètres dans une série de combats prenant fin à Mons, en Belgique. L’emplacement de cette dernière bataille est hautement symbolique pour les Alliés. En effet, c’est à Mons que les Anglais ont combattu les Allemands pour la première fois le 23 août 1914.

Photo noir et blanc montrant un large groupe de soldats allemands rassemblés entre un village et une rivière ou un canal. Les bâtiments à l’arrière-plan sont en bonne partie détruits.

Des prisonniers allemands capturés par les Canadiens à la suite de la bataille d’Amiens, août 1918 (a002858)

Bien que le succès des Canadiens ait été largement reconnu, il a mené à des pertes importantes : 20 % des hommes canadiens tombés au combat ont perdu la vie au cours de ces 100 derniers jours. Les décès et les victoires sur le champ de bataille des cent jours du Canada sont honorés aux monuments commémoratifs de Le Quesnel, de Dury et de Bois de Bourlon. La libération de Mons par le Canada est soulignée par une plaque installée à l’hôtel de ville de Mons.

Photo noir et blanc de brancardiers et de personnel médical s’occupant de soldats blessés alors que d’autres soldats sont debout en arrière-plan.

Des blessés arrivent à une infirmerie de campagne canadienne, bataille d’Amiens, août 1918 (a002930)

Pendant les cent jours du Canada, trente soldats canadiens obtiennent la Croix de Victoria, décoration militaire la plus prestigieuse du Commonwealth reconnaissant la bravoure devant l’ennemi. La série Centenaire de la Première Guerre mondiale – hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria du blogue de Bibliothèque et Archives Canada rend hommage aux récipiendaires de la Croix de Victoria. Chacun d’entre eux sera honoré au cours des 100 prochains jours, soit jusqu’au 11 novembre, jour de l’Armistice.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.

Le mystère de l’expédition Franklin

Par Catherine Butler

L’expédition perdue

L’histoire de la tragique expédition Franklin est bien connue de nombreux Canadiens. Menée par sir John Franklin, l’expédition à laquelle participent 24 officiers et 110 hommes quitte le port de Greenhithe, en Angleterre, au mois de mai 1845 à la recherche du passage du Nord-Ouest. À bord du NSM Terror et du NSM Erebus, le voyage débute assez bien.

L’équipage aborde aux îles Whale Fish, au large de la côte du Groenland, pour se ravitailler, puis atteint la baie de Baffin en juillet 1845. Là, les capitaines de deux baleiniers, le Prince of Wales et l’Enterprise, rapportent avoir vu les membres de l’équipage attendre des conditions favorables pour traverser le détroit de Lancaster. On ne le reverra plus jamais.

Ce qui suivra relève autant de l’horreur que de la légende. Les équipages de l’Erebus et du Terror passent l’hiver 1845-1846 sur l’île Beechey, où trois des hommes meurent et sont enterrés. Dès lors, les choses vont de mal en pis. Au mois de septembre 1846, les navires sont emprisonnés dans les glaces au large de l’île King William; ils passeront ainsi tout l’hiver et le printemps de 1847. En juin 1847, sir John Franklin rend l’âme. Le reste de l’équipage, avec à sa tête Francis Crozier, passe le reste de l’année 1847 toujours prisonnier des glaces, incapable de poursuivre sa route.

Lorsqu’arrive avril 1848, l’équipage abandonne l’Erebus et le Terror et tente de regagner le continent à pied. Tous les hommes périront, et plusieurs années s’écouleront avant que l’on découvre leur triste sort.

Percer le mystère

Devant l’absence de nouvelles, le gouvernement britannique tente de localiser l’expédition dans les années suivant son départ, offrant une récompense pour tout renseignement sur son itinéraire ou sa découverte. La première mission envoyée à la recherche de l’expédition Franklin lève les voiles en 1848, mais échoue. Nulle trace des disparus n’est relevée jusqu’en 1850, lorsque l’on découvre les vestiges de leur campement hivernal au cap Riley ainsi que les tombes des hommes morts durant le premier hiver passé sur l’île Beechey.

Affiche offrant une récompense de 20 000 £ à qui retrouvera l’expédition Franklin.

Récompense de 20 000 £ promise à qui retrouvera l’expédition Franklin, portée disparue; 7 mars 1850 (e010754422) (en anglais seulement)

Membre de l’opération de recherche de 1854 financée par la Compagnie de la Baie d’Hudson, John Rae rencontre, dans la péninsule de Boothia, un Inuit qui lui raconte qu’un groupe d’hommes blancs sont morts de faim, quelques années plus tôt, à l’embouchure d’une grande rivière. En parlant à de nombreux autres Inuit de la région, John Rae déduit qu’il s’agit probablement de la rivière Back. Pendant son périple, il parvient à retrouver plusieurs articles de l’expédition perdue, notamment de l’argenterie gravée.

Dessin de divers objets trouvés lors des opérations de recherche orchestrées par le gouvernement britannique pour retrouver l’expédition perdue de Franklin. On y voit entre autres de l’argenterie, des lames, des montres de poche, des couteaux et une flasque.

Vestiges de l’expédition Franklin, vers 1845 (e010958396)

Au fil des ans, les expéditions se sont succédé pour retrouver la trace des navires disparus et les dépouilles des membres de l’équipage. Des patrouilles de la Gendarmerie royale du Canada, des explorateurs intrépides et des archéologues ont cherché à découvrir le sort réservé à ces hommes et à localiser les vaisseaux abandonnés. Des tombes, des crânes et une multitude d’artefacts ont été retrouvés, mais le mystère des navires restait intact. Malgré tous les équipages lancés à leur recherche, les navires ne seront découverts que près de 170 ans plus tard.

Photographie en noir et blanc montrant cinq crânes déposés sur des rochers sombres. Ils furent découverts en 1945 pendant une expédition menée par William Skinner et Paddy Gibson.

Crânes de membres de l’expédition Franklin découverts puis enterrés par William Skinner et Paddy Gibson en 1945 (a147732)

Enfin retrouvés

En 2008, le gouvernement canadien lance de nouvelles recherches pour localiser l’épave des navires abandonnés de l’expédition Franklin. Grâce à l’étroite collaboration d’historiens inuits et de collectivités de la région, l’expédition est couronnée de succès. En septembre 2014, le NSM Erebus est découvert non loin de l’île King William, dans la baie de la Reine-Maud. Retrouver le navire, qui avait échappé aux recherches de tant d’experts depuis si longtemps, a été possible en grande partie grâce aux récits transmis oralement que connaissait l’historien inuit Louie Kamookak.

Presque deux ans plus tard jour pour jour, l’épave du NSM Terror est repérée, grâce surtout à Sammy Kogvik, un chasseur et Ranger canadien inuit qui s’est joint à l’équipe de l’Arctic Research Foundation dirigeant les activités de recherche et de sauvetage. Sans la collaboration et le savoir des communautés inuites de la région, il y a fort à parier que les navires abandonnés n’auraient jamais été retrouvés.

Pour en savoir plus

Bibliothèque et Archives Canada possède plusieurs documents d’archives sur les opérations de recherche de l’expédition perdue, dont les journaux de Francis McClintock tenus durant ses quatre missions en Arctique à la recherche de sir John Franklin, entre 1848 et 1859.

Pour en savoir plus sur l’importance des histoires orales et du savoir des Inuit, lisez Unravelling the Franklin Mystery: Inuit Testimony, de David Woodman (AMICUS 43188964), un ouvrage très complet sur le sujet.

Pour une plongée interactive au cœur du tourment vécu par les membres de l’expédition Franklin et pour une idée du rôle important qu’ont joué les collectivités inuites dans la découverte des épaves, visitez l’exposition Périr dans les glaces – Le mystère de l’expédition Franklin, présentée par le Musée canadien de l’histoire jusqu’au 30 septembre 2018.


Catherine Butler est une archiviste de référence à la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le patrimoine journalistique du Canada à BAC

À consulter les numéros du Ha-Shilth-Sa et du Windspeaker – deux journaux autochtones nouvellement numérisés lancés respectivement en 1974 et de 1986 –, on ne peut manquer d’être attiré par l’actualité des nouvelles sociales et politiques, des éditoriaux et des courriers des lecteurs, qui côtoient des nouvelles sportives locales, l’annonce de concerts communautaires et d’activités culturelles, les avis de naissance ou de décès, les innombrables photos ainsi que les publicités qui illustrent des décennies de changements de mode, de style de commerce et de tendances sociales. Cet amalgame d’information utile et d’éléments rétro fait des journaux une source d’information historique abondante et essentielle.

La première page d’un journal imprimé en couleur titré: Wind Speaker avec le sous-titre AMMSA, l’éditeur canadien avec le plus de nouvelle autochtone [AMMSA, Canada’s largest publisher of Aboriginal news]. Les manchettes principales : Des noces traditionnelle le point culminant du powwow [Traditional wedding highlight of powwow] et la cour québécoise juge en faveur des Cris [Quebec court rules in favor of Crees].

Windspeaker, Volume 17 – No. 9 (2000-01-01) (AMICUS 6341213)

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) travaille sur de nombreux fronts pour appuyer l’acquisition et la préservation du patrimoine journalistique du Canada, tant à l’échelle locale que nationale, et en offrir l’accès. Par exemple, la numérisation du Ha-Shilth-Sa et du Windspeaker découle d’un partenariat créé dans le contexte de la Stratégie de numérisation du patrimoine documentaire, une initiative des institutions de mémoire du Canada vouée à la coordination des activités de numérisation. Ce groupe, dont BAC fait partie, a obtenu un financement de la fondation Salamander pour mener un projet de numérisation de journaux, en réponse à des clients et d’autres organismes culturels selon qui la numérisation de la collection de journaux de BAC constituait une priorité.

Un journal jauni titré Ha-Shilth-Sa avec le sous-titre : Nootka pour nouvelles intéressantes [Nootka for “interesting” news]. La manchette principale : Les Indiens de la C-B. demande de l’action du gouvernement provincial [B.C. Indians demand action provincial government].

Ha-Shilth-Sa, Volume 1 – No. 9 (1974-07-15) (AMICUS 4316697)

Cette collection, qui rassemble de grands quotidiens ainsi que des périodiques communautaires, régionaux et multiculturels, de même que des journaux étudiants et autochtones, comprend plus de 2 300 titres canadiens, environ 200 000 bobines de microfilm et 110 titres numériques. Cette vaste collection ne cesse de s’enrichir alors que BAC capte les nouvelles tendances qui influencent la fréquence, la diversité et le format des journaux actuellement produits au pays. Par exemple, BAC est à se forger une expertise en matière d’acquisition de contenu journalistique numérique et il met à l’essai de nouveaux modèles d’acquisition, en collaboration avec le Winnipeg Free Press, L’Acadie Nouvelle et les Northern News Services Online.

Parallèlement, BAC soutient les efforts continus déployés par Canadiana.org pour numériser environ 230 titres de journaux sur microfilm faisant partie de sa collection et en offrir l’accès en ligne. Qu’il s’agisse du Saskatchewan Labor’s Realm, du Toronto Patriot, du Canadian Farmer-Labor Advocate ou du Western Clarion, la numérisation de ces titres constituera une source précieuse d’information qui ne manquera pas de fasciner les Canadiens.

BAC travaille également à actualiser sa stratégie visant sa collection de journaux. Restez à l’affût!

Lisez notre blogue pour en apprendre davantage sur les journaux de la collection de BAC, dont Les journaux locaux au cœur de la vie canadienne, un billet rédigé par la bibliothécaire aux acquisitions Annie Wolfe, ou consultez la section Collection de journaux de notre site Web.

Louis St-Laurent, initiateur d’une politique canadienne internationale

Par Bruno Sauvagnat

Le 25 juillet 2018 marquait le 45e anniversaire du décès de Louis St-Laurent, douzième premier ministre du Canada (1948-1957) et acteur très présent sur la scène internationale.

Louis St-Laurent naît le 1er février 1882 dans le petit village de Compton, au Québec, où il est élevé par ses parents Jean-Baptiste Moīse St-Laurent et Mary Ann Broderick. Durant sa jeunesse, il est initié à la politique par son père, candidat libéral défait aux élections provinciales. Mais il s’intéresse peu à ce domaine et préfère se consacrer au droit. En 1905, il termine ses études à l’Université Laval et entame une prestigieuse carrière d’avocat, qu’il poursuivra jusqu’en 1941.

Cette même année, à la demande du premier ministre canadien Mackenzie King, Louis St-Laurent accepte de quitter sa lucrative position pour devenir ministre de la Justice au sein du gouvernement libéral. Il participe alors de près à l’élaboration de plusieurs politiques pour appuyer l’effort de guerre durant la Deuxième Guerre mondiale. Il joue notamment un rôle crucial dans la mise en place de la Loi sur la mobilisation des ressources nationales, qui rend obligatoire l’enrôlement afin de répondre aux besoins en personnel de l’armée canadienne.

En 1946, il devient ministre aux Affaires extérieures, un mandat au cours duquel il se distingue notamment par son discours intitulé The Foundations of Canadian Policy in World Affairs (les fondements de la politique étrangère du Canada). Présenté aux élèves et aux professeurs de l’Université de Toronto, ce discours, s’il n’a rien de très révolutionnaire, est toutefois le premier qui articule clairement les politiques canadiennes sur la scène internationale.

Photo noir et blanc montrant Louis St-Laurent assis sur un canapé, lisant un journal à deux fillettes assises de chaque côté de lui.

Louis St-Laurent faisant la lecture à des enfants, 1947. Les photos comme celle-ci permettaient de renforcer son image d’homme aimable et accessible. Source : a125907

Deux ans plus tard, Louis St-Laurent succède au premier ministre Mackenzie King à la tête du pays. Il doit en partie sa réussite à un changement d’image : de l’avocat discret qu’il était, il est devenu un homme abordable, près du peuple canadien. C’est d’ailleurs durant cette période qu’il acquiert le surnom d’« Uncle Louis » (oncle Louis) dans les médias anglophones.

Photo noir et blanc de Louis St-Laurent entouré de militaires. Deux soldats sud-coréens se tiennent à sa gauche, et deux autres à sa droite. À l’arrière-plan, on distingue deux soldats canadiens. Au premier plan, à gauche, on aperçoit le profil partiel d’un soldat canadien portant des lunettes et un képi.

Le premier ministre Louis St-Laurent visite les troupes canadiennes du 3e Bataillon du Régiment Royal du Canada dans un champ de tir en Corée, mars 1954. Source : e011185001

Une fois au pouvoir, Louis St-Laurent s’emploie à faire du Canada un acteur important sur la scène internationale, décidant notamment d’appuyer les forces de l’Organisation des Nations Unies qui interviennent en Corée. C’est aussi durant son gouvernement que les Casques bleus verront le jour pour résoudre la crise politique dans le canal de Suez.

Louis St-Laurent n’hésite pas à faire appel aux institutions internationales capables de soutenir ses initiatives. Mais si ses décisions en matière de politique étrangère semblent parfois fondées sur une vision humanitaire, elles reposent plutôt sur une approche pragmatique. En effet, le Canada bénéficie économiquement et politiquement d’un monde plus stable, prêt à acheter ses surplus.

Louis St-Laurent a également à cœur de maintenir l’unité du pays. C’est durant son mandat que Terre-Neuve-et-Labrador rejoint la Confédération. Il cherche aussi à apaiser les tensions entre les communautés anglophones et francophones, très apparentes depuis la conscription.

En 1957, fatigué et âgé de 75 ans, Louis St-Laurent est défait aux élections par le conservateur John Diefenbaker. Il lègue aux Canadiens une nation capable de faire face aux défis de la guerre froide. Il prend alors sa retraite de la politique, mais renoue avec sa carrière d’avocat. Il rend l’âme en 1973.

Si vous désirez en apprendre plus sur Louis St-Laurent, vous pouvez consulter le fonds qui porte son nom à Bibliothèque et Archives Canada.

Sources :


Bruno Sauvagnat est étudiant archiviste à la Division des archives privées du monde de la science et de la gouvernance à Bibliothèque et Archives Canada.

Une découverte en or!

Par Roddy McFall

« En août 1896, la découverte du Klondike ébranle le monde entier. » C’est ce qu’écrit William Ogilvie dans ses mémoires Early Days on the Yukon & the Story of its Gold Finds [Les premiers jours sur le Yukon et le récit de la découverte de l’or]. Avant de devenir le deuxième commissaire du territoire du Yukon en 1898, Ogilvie était un éminent arpenteur des terres fédérales dans l’Ouest canadien et le Nord. En 1895, il est chargé d’arpenter tous les lotissements urbains, concessions minières et gisements minéraux du Yukon. Il avait déjà arpenté le fleuve Yukon en 1887-1888 et calculé l’emplacement approximatif du 141e méridien ouest, soit la frontière actuelle entre l’Alaska et les territoires du Canada.

En 2015, la Direction de l’arpenteur général de Ressources naturelles Canada (RNCan) se renseigne auprès de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) sur le transfert possible de quelque 80 000 documents de la collection des Archives d’arpentage des terres du Canada – un total de 1,5 km d’archives. Au début 2017, BAC termine le transfert de cette acquisition importante à ses fonds permanents.

La collection comprend les levés textuels officiels ainsi que les documents connexes portant sur les terres du Canada (réserves des Premières Nations, terres des parcs nationaux, terres de la Couronne et terres territoriales) depuis 1769. Elle inclut les cartes originales, les fichiers d’arpentage, les plans d’arpentage et les carnets d’observation créés par Ogilvie durant la ruée vers l’or du Klondike, dans lesquels est documentée la découverte de dépôts aurifères dans les ruisseaux Bonanza et Eldorado, deux affluents de la rivière Klondike.

Les 80 000 documents ont été traités, décrits, classés et diffusés publiquement au moyen d’instruments de recherche en ligne et d’expositions, ainsi que dans la base de données en ligne de RNCan. Cette acquisition vient compléter la collection de BAC en la matière, qui contenait déjà 1 034 plans d’arpentage officiels de réserves indiennes et de terres de pensionnats indiens du Canada lui ayant été transférés en 1959 par la Division des services juridiques du ministère de l’époque. BAC est à numériser ces quelque 1 000 plans d’arpentage officiels, prouvant de nouveau son engagement à rendre les documents historiques disponibles en ligne.

La collection des Archives d’arpentage des terres du Canada relate d’innombrables récits, et parmi les plus intéressants, l’on note la cartographie des concessions découvertes durant la ruée vers l’or du Klondike et le rôle qu’y ont joué certains Autochtones.

Le Plan des concessions d’exploitation de gisements d’or sur une partie du ruisseau Bonanza situé dans le district minier du Klondike, au Yukon, qui figure ci-dessous a été tracé dans les carnets d’arpentage d’Ogilvie. Il documente les concessions découvertes par Jim (Kèsh) Mason, de la Première Nation de Tagish Khwáan (aussi connu comme « Skookum » Jim, mot qui qui signifie « fort », et désigné par le nom « Tagish Jim » sur le plan), son beau-frère américain George Carmack et sa sœur Shaaw Tláa (aussi connue sous le nom de Kate Carmack). Le trio a découvert la première pépite d’or dans le ruisseau Bonanza, un événement qui a déclenché la ruée vers l’or du Klondike. Ce plan d’arpentage et le carnet qui l’accompagne montrent l’importance du rôle qu’ont joué Ogilvie, le couple Carmack ainsi que Mason dans la ruée vers l’or. Ces documents sont d’autant plus remarquables qu’à l’époque, les autorités minières acceptaient rarement les concessions découvertes par des prospecteurs autochtones.

Un plan détaillé montrant trois sections du ruisseau Bonanza avec le nom des concessions données.

Plan des concessions d’exploitation de gisements d’or sur une partie du ruisseau Bonanza dans le district minier du Klondike du territoire du Yukon, Bibliothèque et Archives Canada, R214, vol. 2089 (8284 YT CLSR), e011202237

Grâce à ses documents, Ogilvie a fait de prospecteurs autochtones comme « Skookum » Jim Mason des figures centrales de l’histoire. Mason occupe une place importante dans les mémoires d’Ogilvie; le chapitre Discovery of the Klondike [Découverte du Klondike] comprend d’ailleurs une section qui lui est entièrement consacrée. Mason est décrit comme étant un vieil ami d’Ogilvie; il utilise même le surnom « Tagish Jim » dans ses plans d’arpentage et ses carnets d’observation. Ogilvie raconte qu’il embauchait Jim pour diverses tâches et qu’il le trouvait toujours fiable, honnête et compétent, peu importe le travail qu’il lui confiait. Après avoir travaillé avec lui sur la concession du ruisseau Bonanza, il avoue que cette expérience était venue confirmer la haute opinion qu’il avait de Jim.

Photo noir et blanc d’un homme ayant une main placée sur la hanche tandis que l’autre tient une pioche de prospecteur. Il regarde droit vers l’appareil photo. Derrière lui se trouve une brouette remplie de pierraille.

« Skookum » Jim Mason, pionnier du Yukon. Source : Canada. Ministère de l’Intérieur/Bibliothèque et Archives Canada, a044683

Ces archives méconnues aident à documenter certains aspects de l’histoire et de la culture autochtones du Canada, comme la répartition géographique des groupes linguistiques, les droits issus de traités, l’emplacement de pensionnats indiens et de réserves indiennes ainsi que l’utilisation et l’occupation des terres autochtones. Ces documents nous permettent de retracer l’histoire et l’évolution des réserves indiennes, des parcs nationaux, des bases militaires, des chemins de fer, du commerce des fourrures et du développement de l’Arctique et de remonter à la source d’événements marquants, comme cette description stupéfiante que fait Ogilvie de la ruée vers l’or du Klondike.

Deux pages manuscrites provenant du carnet d’un arpenteur des terres fédérales qui décrivent les petits détails journaliers des moyens de transport, de l’emplacement de la nourriture, etc.

Carnet de l’arpenteur William Ogilvie, Bibliothèque et Archives Canada, carnet d’arpentage n° FB6192 CLSR YT, R214, vol. 4044, MIKAN 5012291. Base de données de RNCan: FB6192CLSRYT.PDF


Roddy McFall est archiviste principal à la Section des finances, de l’industrie, du droit, de l’environnement et des sciences de la Division des archives gouvernementales de Bibliothèque et Archives Canada.

Images de la Première Force de Service spécial (la Brigade du diable) maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc d’une douzaine de soldats portant un équipement de parachutiste, faisant la queue pour monter à bord d’un Douglas C-47 pour un entraînement.

Membres de la Première Force de Service spécial montant à bord d’un avion Douglas C-47 pour s’entraîner au saut en parachute, Fort William Henry Harrison, Helena, Montana (États-Unis) [MIKAN 3378674]

La Première Force de Service spécial, surnommée la Brigade du diable, était un commando de la Deuxième Guerre mondiale formé de soldats canadiens et américains. Ses membres, cantonnés à Fort Harrison, près d’Helena, au Montana (États-Unis), recevaient un entraînement intensif dans plusieurs domaines : ski, tactiques de camouflage, combat rapproché, utilisation d’explosifs, saut en parachute, opérations amphibies, escalade et techniques de guerre en montagne.

Photo noir et blanc d’un soldat portant une combinaison d’hiver blanche, accroupi pour ajuster ses fixations de ski. Un parachute est déployé derrière lui.

Membre de la Première Force de Service spécial lors d’un entraînement hivernal, Blossburg, Montana (États-Unis) [MIKAN 3378683]

En 1943-1944, la Force participa à d’importantes missions de combat en Italie et dans le sud de la France. Elle avait la réputation de toujours atteindre ses objectifs. Dissoute le 5 décembre 1944, elle est l’ancêtre des forces spéciales contemporaines du Canada et des États-Unis, dont la Joint Task Force 2 (JTF2), les Bérets verts et les Navy SEALS de l’armée américaine.

Photo noir et blanc de trois soldats, le visage enduit de cirage noir en guise de camouflage, se préparant à effectuer une patrouille de soirée.

Membres de la Première Force de Service spécial se préparant à effectuer une patrouille de soirée, tête de pont (zone sécurisée) d’Anzio (Italie) [MIKAN 3378968]

Photo noir et blanc d’environ vingt-cinq soldats, assis devant une énorme meule de foin, recevant des instructions avant d’effectuer une patrouille.

Membres de la Première Force de Service spécial recevant des instructions avant d’effectuer une patrouille, tête de pont (zone sécurisée) d’Anzio (Italie) [MIKAN 3396066]

Visitez l’album Flickr maintenant!

 

Documents récemment numérisés au Numéri-Lab

Par Karine Gélinas

Saviez-vous qu’au Canada, les livres destinés aux lecteurs ayant une déficience visuelle peuvent être envoyés gratuitement par la poste? Il en est de même depuis plus de 100 ans! C’est l’une des nombreuses choses fascinantes que j’ai apprises en aidant un chercheur au Numéri-Lab.

L’an dernier, un projet collaboratif avec l’Institut national canadien pour les aveugles (INCA) a été réalisé au Numéri-Lab. À l’occasion de son 100e anniversaire célébré en 2018, l’INCA a décidé de monter l’exposition en ligne Afin que tous puissent lire. Vous trouverez ci-dessous des renseignements sur certains des documents textuels que l’INCA a numérisés et auxquels vous avez maintenant accès en effectuant une Recherche de fonds d’archives de Bibliothèque et Archives Canada (BAC).

Voici, par exemple, des pages extraites d’un dépliant décrivant le « Readophone », l’invention d’Edward R. Harris, un ingénieur du son d’Hollywood.

Un dépliant ouvert montrant sur la page de gauche deux images et, sur la page de droite, du texte dactylographié. L’image du haut montre une boîte carrée ouverte dans laquelle se trouve une platine tourne-disque contrôlée par des boutons placés à l’avant de la boîte. L’image du bas montre la boîte fermée, ressemblant alors à un livre.

Pages d’un dépliant décrivant le « Readophone », janvier 1935 (e999901526-u)

La technologie facilite aux personnes ayant une déficience visuelle l’accès à la lecture. Des lecteurs Optelec ont récemment été installés dans nos salles de consultation du 395, rue Wellington. Ces outils permettent de convertir des imprimés en synthèse vocale, d’agrandir un texte ou de modifier la couleur de l’arrière-plan pour faciliter la lecture à l’écran.

Photo couleur d’un appareil d’aide à la lecture comportant un plateau mobile doté de boutons de contrôle, sur lequel est déposé un livre. Le texte agrandi est affiché sur un écran en gros caractères noirs sur fond jaune.

Un lecteur Optelec au 395, rue Wellington.

Documents textuels provenant du fonds de l’INCA

Liens connexes

Le Numéri-Lab vous intéresse?

Si vous avez une idée de projet, envoyez un courriel au Numéri-Lab. Donnez-nous un aperçu de votre projet, les références complètes du matériel que vous souhaitez numériser et toute autre information pertinente sur la collection. Le matériel doit être exempt de restriction et de droit d’auteur.

Après nous être assurés que le matériel peut être numérisé en toute sécurité, nous vous réserverons du temps au Numéri-Lab. Nous vous montrerons comment manipuler le matériel et utiliser l’équipement. Vous vous occuperez par la suite de numériser les documents et d’ajouter des métadonnées simples.

Au plaisir de communiquer bientôt avec vous!


Karine Gélinas est gestionnaire de projet à la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de juillet 2018

À ce jour, 608 399 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Dossiers du Personnel de la Première Guerre mondiale. S’il vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

Bibliothèque et Archives Canada numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 10449. Dernier nom : Wilson.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.

Des images de déjeuner maintenant sur Flickr

Le déjeuner : premier repas de la journée. Et le plus important, selon beaucoup de gens, bien que cela ne fasse pas l’unanimité.

Tableau en couleur d’un groupe de familles assises en cercle s’apprêtant à déjeuner au lever du jour.

Déjeuner au lever du soleil [MIKAN 2895279]

Au moyen-âge, les Européens n’avaient pas l’habitude de déjeuner. Manger trop tôt dans la journée était considéré comme de la gourmandise et heurtait les croyances religieuses de l’époque. Cependant, au cours des 15e et 16e siècles, cette façon de penser évolua. Diverses denrées importées des quatre coins du monde, comme le thé, le café et le chocolat, commencèrent à être consommées de plus en plus fréquemment le matin. En outre, une organisation plus rigoureuse des journées de travail pour une main-d’œuvre en pleine croissance renforça le besoin de prendre un repas en début de journée.

Photographie en noir et blanc de trois hommes entamant leur déjeuner à l’extérieur. Les hommes se tiennent autour d’une caisse en bois sur laquelle est posée la nourriture.

L. Belanger, A. A. Cole et L. H. Cole prenant leur déjeuner à Moose River Crossing (Ontario) [MIKAN 3372757]

Aux 19e et 20e siècles, le Canada élabora ses propres coutumes concernant le déjeuner. Les aliments consommés traditionnellement au déjeuner comprennent de la saucisse de porc, du bacon, des pommes de terre rissolées, des œufs, des rôties, des céréales, du gruau, des crêpes et du sirop d’érable. Sans oublier le café et le thé! De nouveaux aliments à consommer au déjeuner ont été introduits par les immigrants arrivés récemment de pays autres que l’Europe, enrichissant ainsi notre expérience culinaire toujours plus diversifiée.

Photographie en noir et blanc d’une femme et de ses deux jeunes fils assis à une table en train de déjeuner.

Mme Jack Wright et ses deux fils, Ralph et David, prenant leur déjeuner, Toronto (Ontario) [MIKAN 3626137]

Photographie en noir et blanc d’une femme debout versant du café dans une tasse pour une autre femme assise à une table en train de déjeuner.

Une employée servant le déjeuner à une ouvrière des munitions dans une salle à manger [MIKAN 3626714]

Visitez l’album Flickr maintenant!

Imaginer le Canada – Metsia’at ha-Arets ha-Hadashah

Bannière avec les mots suivants : Première: Nouveautés à Bibliothèque et Archives Canadas. Et on aperçoit à droite une outre attrapant un poissonPar Michael Kent

J’ai récemment eu le plaisir de faire partie des bibliothécaires devant sélectionner un article pour Première, l’exposition sur les nouvelles acquisitions de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Cela m’a permis de réfléchir au travail d’acquisition que j’ai effectué pour BAC, en particulier pour la collection Jacob-M.-Lowy de rares judaïca, dont je suis le conservateur. Ce travail me confère l’extrême privilège de raconter l’histoire de la communauté juive du Canada par l’entremise de son patrimoine publié. Une grande partie de ma sélection porte sur des ouvrages imprimés au Canada. Cependant, je suis parfois en mesure de remonter plus loin dans le temps pour documenter ce qui a amené la communauté juive au Canada.

Un tel exemple est mon choix de l’ouvrage Metsia’at ha-Arets ha-Hadashah, publié vers 1806, pour l’exposition Première. Il s’agit du premier livre sur la découverte des Amériques écrit en hébreu. C’est avec un grand plaisir que j’ai pu ajouter cet ouvrage, dont le titre traduit est « La découverte du Nouveau Monde », à la collection Jacob-M.-Lowy.

Photo couleur d’un livre ouvert avec du texte en hébreu et une mappemonde.

Le Metsia’at ha-Arets ha-Hadashah ouvert à la première page de l’introduction, avec une carte des Amériques (AMICUS 44961986).

L’ouvrage original en allemand, Die Entdeckung von Amerika, de Joachim Heinrich Campe, était un livre pour enfants. Le traducteur hébreu, Moses Frankfurt Mendelsohn, l’a adapté en transformant ce qui était initialement un dialogue entre un père et ses enfants en une narration historique classique. Sa motivation à écrire un tel livre résidait dans le vif intérêt que suscitait alors l’explorateur italien Christophe Colomb chez les Juifs européens, qui le soupçonnaient fortement d’être un Juif.

Outre cet intérêt initial, il faut mentionner que l’ouvrage a été publié durant une période importante pour les personnes qui formeraient plus tard la communauté juive du Canada. L’existence des Juifs européens a connu de nombreux changements lors du XIXe siècle. L’émancipation, les pogroms et les possibilités d’émigration en Amérique du Nord ont radicalement transformé ce peuple et ont contribué à la naissance de la communauté juive au Canada.

En parcourant cet ouvrage, je ne vois pas qu’un livre sur Colomb. J’y vois une œuvre représentant probablement la première source d’information sur les Amériques à laquelle ont eu accès de nombreux Juifs d’Europe. Et en examinant la carte incluse, j’observe ce qui a dû être, aux yeux d’un grand nombre de Juifs, la première représentation des terres appelées à former le Canada. Bref, à mon avis, ce livre constituait un outil crucial pour faire connaître les Amériques et permettre aux Juifs d’imaginer une nouvelle vie au Canada.

Le Canada est une mosaïque de communautés immigrantes. L’acquisition de Metsia’at ha-Arets ha-Hadashah me rend fier de pouvoir raconter l’histoire d’une de ces communautés et de remonter au début du parcours des Juifs pour se forger une identité canadienne, contribuant ainsi à façonner le Canada d’aujourd’hui.


Michael Kent est le conservateur de la collection Jacob-M.-Lowy à Bibliothèque et Archives Canada.