Nouveaux ajouts au Gramophone virtuel – Comédie

Margaret Ashburner

Les sketchs et les chansons humoristiques étaient très populaires auprès des Canadiens dans les années 1920 et 1930. Plusieurs maisons de disque ont produit ce type d’enregistrements. Cette collection met en vedette plusieurs comédiens canadiens populaires.

Interprètes en vedette

Juliette Béliveau

Photographie en noir et blanc d’une jeune femme.

Juliette Béliveau. Source : Denyse Martineau, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1970.

Juliette Béliveau débute sa carrière à l’âge de 10 ans. Artiste en demande, elle se spécialise dans les sketchs humoristiques au théâtre, sur disque et plus tard à la télévision.

Fannie Tremblay

Photo en noir et blanc d’une jeune femme portant un chapeau très large.

Fannie Tremblay. Source : Montréal qui chante; Montréal, Guénette et Senécal (etc.), ISSN 0702-102X.

Comme Juliette Béliveau, Fannie Tremblay est célèbre pour ses numéros humoristiques. Dans cet enregistrement, on peut l’entendre avec son époux, Joseph Robert Tremblay.

Fannie Tremblay et Juliette Béliveau ont joué ensemble au Théâtre national, en France.


Margaret Ashburner est bibliothécaire des collections spéciales de musique à Bibliothèque et Archives Canada.

Images de cowboys maintenant sur Flickr

Cowboys. Bouviers. Vachers. Tous ces noms désignent les gens qui déplacent le bétail des pâturages jusqu’aux marchés en Amérique du Nord. L’origine de ce métier remonte au XVIe siècle au Mexique, alors que des gens de l’endroit ont été embauchés par des conquistadors espagnols pour s’occuper du bétail et mener les troupeaux à cheval. Dans les années 1830, les ranchs et les cowboys sont devenus une pierre angulaire de l’économie et de l’identité du sud-ouest des États-Unis. Vers 1880, les grands élevages de bétail se sont déplacés vers le nord et ont gagné l’ouest du Canada. Une culture des cowboys est alors née dans notre pays, et elle s’y trouve encore aujourd’hui.

Un photo en noir et blanc d’un cowboy portant un chapeau noir, un bandana, des gants et des jambières de fourrure. Il est debout devant une tente, la main droite posée sur un pistolet dans son étui.

Cowboy devant une tente, Hazelton (Colombie-Britannique) (MIKAN 3643972)

Un photo en noir et blanc d’une cowgirl portant un chapeau, un bandana, des gants ornés d’une feuille d’érable brodée et une jupe. Elle est debout devant une tente, la main gauche posée sur un pistolet dans son étui, sur sa hanche gauche.

Femme en tenue de cowgirl, la main sur un fusil dans son étui, debout devant une tente à Prince Rupert (Colombie-Britannique) (MIKAN 3521147)

Visitez l’album Flickr maintenant!

Conservatrice invitée : Anne Maheux

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.


 Mary Miles Minter dans Anne of Green Gables … tiré des quatre célèbres livres « Anne », Realart Pictures, 1919

Épreuve colorée d’Anne portant une tenue habillée contre un fond vert. Elle tient un parasol rouge et jaune, et porte des bottes noires, une jupe rouge sous une superbe jupe de dessus blanche et un châle marron. Le logo de Realart Pictures est situé dans le coin supérieur gauche, avec le nom de l’actrice et le titre du film en bas.

Une affiche de lithographie en couleurs de l’actrice Mary Miles Minter dans Anne of Green Gables de Realart Pictures, 1919 (AMICUS 27641454). « Anne of Green Gables » est une marque déposée et une marque officielle canadienne de Anne of Green Gables Licensing Authority Inc.

Avez-vous reconnu l’héroïne rousse de Lucy Maud Montgomery sur cette affiche d’un film américain? C’est l’une des premières images d’Anne imprimées en série. La célèbre fillette est depuis devenue un symbole réglementé du Canada.


Parlez-nous de vous.

Ma curiosité à l’égard des matériaux et des techniques des artistes a été l’objet de mes recherches sur de nombreux sujets, depuis les pastels d’Edgar Degas et d’autres artistes du XIXsiècle jusqu’aux techniques d’impression complexes de l’artiste canadienne Betty Goodwin. Je pratique la conservation du papier depuis plus de 30 ans, appliquant le traitement sur tout, des dessins des vieux maîtres jusqu’aux énormes dessins contemporains. De plus, j’ai un amour particulier pour le tissage, le violoncelle et les artefacts surdimensionnés, qui présentent de grands défis pour ce qui est du traitement et du montage.

Les Canadiens devraient-ils savoir autre chose à ce sujet selon vous?

Notre affiche d’Anne of Green Gables est rare. Comme les journaux, les affiches de films sont des objets éphémères qui ne sont pas destinés à durer longtemps. Ces types d’objets sont généralement imprimés sur des papiers de mauvaise qualité qui n’ont jamais été conçus pour résister aux ravages du temps, ce qui rend la survie de notre affiche d’Anne of Green Gables tellement spéciale.

Trois sections distinctes de l’affiche ci-dessus. La première section montre la moitié supérieure du corps d’Anne; la seconde, la moitié inférieure de son corps; et la troisième, le nom de l’actrice et le titre du film.

Trois sections distinctes de l’affiche d’Anne of Green Gables (AMICUS 27641454). « Anne of Green Gables » est une marque déposée et une marque officielle canadienne de Anne of Green Gables Licensing Authority Inc.

Cette affiche de 1919 a été réalisée avec un procédé appelé lithographie, une méthode d’impression commune utilisée au tournant du siècle dernier pour produire en masse des produits commerciaux tels que des affiches, des cartes, des publicités et des emballages. La lithographie a été inventée en 1799 par Alois Senefelder et tire son nom de la surface d’impression sur pierre calcaire, du mot grec lithos, qui signifie « pierre ». Cette technique est devenue un moyen populaire et peu coûteux de créer des images colorées et lumineuses à la fin du XIXsiècle. Contrairement à d’autres procédés d’impression, la lithographie est basée sur un principe chimique : l’huile et l’eau ne se mélangent pas. Pour fabriquer une plaque lithographique, l’artiste dessine directement sur la surface de pierre spécialement traitée. Un procédé chimique rend le dessin graisseux réceptif à l’encre d’impression graisseuse, tandis que les zones en dehors de l’image restent humides pour repousser l’encre.

En raison de sa taille, notre affiche a été dessinée sur trois pierres distinctes, puis imprimée sur trois morceaux de papier (figure 1). Si l’on regarde les côtés de l’image, on peut voir les bords irréguliers des pierres lithographiques (figure 2). Les fines lignes blanches sur toute l’image sont des plis d’impression. La minceur et la taille du papier rendent le placement des feuilles sur la pierre difficile, d’où les rides fines qui s’ouvrent une fois que l’encre est sèche, laissant ces marques blanches caractéristiques (figure 3). Dans ce détail, nous pouvons voir que l’artiste a utilisé un crayon gras pour dessiner l’image sur la pierre lithographique, et a également appliqué l’encre grasse en fine pulvérisation. Les couleurs sont ajoutées en utilisant des pierres supplémentaires qui sont imprimées dans des encres transparentes superposées (figure 4). Les traits de coupe spéciaux aident à guider l’imprimante pour l’impression de chaque pierre consécutive (figure 5).

Seulement quatre couleurs superposées (rouge, jaune, bleu et noir) ont été utilisées pour produire cette image colorée d’Anne of Green Gables!

Un gros plan de la bordure montrant la ligne flou de la pierre lithographique

Figure 2. Détail du bord inégal de la pierre lithographique

Un gros plan des trois lignes blanches causé par le plis de l’imprimante.

Figure 3. Détail des plis de l’imprimante

Un détail des couleurs transparentes utilisé dans l'affiche.

Figure 4. Détail des couleurs transparentes et superposées

Gros plan des du coin droit de l'affiche montrant les répères pour les différentes couleurs.

Figure 5. Détail des marques d’impressions.

Parlez-nous d’un élément connexe que vous aimeriez ajouter à l’exposition.

Les quintuplées Dionne viennent à l’esprit comme un autre exemple d’icônes canadiennes célèbres (figures 6 et 7). En 1934, les « quintuplées » sont devenues des célébrités internationales, étant en fait les premiers nouveau-nés de naissance multiple survivants qui ont été documentés. Dans leurs premières années, elles ont fait l’objet de trois longs métrages et attiré des foules de touristes dans leur petite ville du nord de l’Ontario. Les quintuplées ont fourni des appuis lucratifs pour de nombreux produits, comme Quaker Oats, figurant sur cette affiche.

Comme l’affiche d’Anne of Green Gables, cette image des quintuplées (« Quins » sur l’affiche) a été produite en série en utilisant la méthode d’impression lithographique. L’affiche était destinée à être utilisée comme présentoir autoportant en trois dimensions et elle s’est usée en raison de la manipulation physique. Elle a été conservée récemment pour une exposition, et le traitement a été maintenu à un minimum pour préserver la preuve de son utilisation. L’affiche a été stabilisée en réparant les fissures et en remplaçant le support en carton abîmé par un matériau d’archives plus robuste. Les dommages causés par l’abrasion et l’utilisation ont été réduits par un virage soigneux avec de l’aquarelle pour rendre l’image plus lisible (figures 8 et 9).

Publicité plissée et déchirée représentant des estampes découpées en noir et blanc des petites filles portant des salopettes et des chemises blanches sur un fond rouge. Le logo se trouve sur le dessus des jambes de chaque fillette, avec le nom de l’entreprise en bas de l’affiche.

Figure 6. Publicité de Quaker Oats [Les quintuplées Dionne] Today our healthy Dionne Quins had Quaker Oats (Aujourd’hui nos quintuplées Dionne en bonne santé ont mangé des céréales Quaker)
Image complète, avant traitement (MIKAN 4169312)

La même affiche après le traitement, sans la plupart des fissures et des plis.

Figure 7. Today our healthy Dionne Quins had Quaker Oats (Aujourd’hui nos quintuplées Dionne en bonne santé ont mangé des céréales Quaker)
Image complète, après traitement (MIKAN 4169312)

La figure 8 (à gauche) est une vue de détail de la tête d’Émilie avec des trous et des plis. La figure 9 (à droite) est la même vue de détail après traitement, sans les trous ni les plis.

Figure 8. Détail d’Émilie, avant traitement.
Figure 9. Détail d’Émilie, après traitement.

Biographie

Photo noir et blanc d'une femme avec des cheveux foncé .Anne F. Maheux est titulaire d’un baccalauréat ès arts de l’Université de Guelph et d’une maîtrise en conservation de l’art de l’Université Queen’s ainsi que d’un certificat de conservation d’œuvres d’art sur papier au Centre de conservation et d’études techniques de Harvard University Art Museums. Elle est lauréate du prix de préservation et de conservation du patrimoine de l’Académie américaine de Rome. Elle est également membre accréditée de l’Association canadienne des conservateurs professionnels. Elle a été conservatrice des estampes et dessins au Musée des beaux-arts du Canada pendant plus de 25 années, et elle est maintenant chef de la conservation des œuvres sur papier, des cartes et des manuscrits à BAC. Elle s’intéresse particulièrement à la peinture pastel du XIXsiècle, en particulier les œuvres d’Edgar Degas et de Giuseppe De Nittis. Elle a publié de nombreux ouvrages sur les pastels et sur les techniques et les traitements de conservation novateurs.

Sergent Filip Konowal, VC

Par Emily Monks-Leeson

Le dernier soldat ayant participé à la bataille de la côte 70 que nous présentons dans le cadre de la série Centenaire de la Première Guerre mondiale : hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria est le sergent Filip Konowal, un canado-ukrainien très décoré qui est né le 15 septembre 1888, à Kutkivtsi, en Ukraine.

Photographie en noir et blanc d’un soldat portant un couvre-chef à visière orné d’une feuille d’érable. Il se tient au garde-à-vous devant une grande barrière menant au terrain du palais.

Le caporal Filip Konowal au palais de Buckingham pour la remise de la Croix de Victoria (MIKAN 3217851)

Filip Konowal sert dans l’armée impériale russe avant d’immigrer au Canada, en 1913. Formé pour enseigner le maniement de la baïonnette, il se joint au Corps expéditionnaire canadien en 1915 et sert avec le 47e Bataillon (Colombie-Britannique), au sein duquel il est promu caporal. Filip Konowal se trouve avec son bataillon à la côte 70, près de Lens, en France, lorsque sa bravoure et sa détermination pendant les trois jours de la bataille, du 22 au 24 août, lui font obtenir la Croix de Victoria.

Alors qu’il dirige sa section à travers les défenses allemandes en liquidant les caves, les cratères et les emplacements de mitrailleuse, le caporal Konowal protège ses hommes et se bat avec un certain nombre de soldats allemands. Ses efforts ne s’arrêtent pas là. Selon sa citation :

[Traduction libre]

« Arrivé à l’un de ses objectifs, le caporal Konowal constate qu’une mitrailleuse tient en échec le flanc droit et cause de nombreuses pertes. Il s’élance et envahit cet emplacement; il tue les soldats du détachement et ramène la mitrailleuse ennemie jusqu’à nos lignes.

Le lendemain, il attaque, seul, un autre emplacement et tue trois combattants; il détruit la mitrailleuse et l’emplacement avec des explosifs.

Ce sous-officier a éliminé à lui seul au moins 16 ennemis et, au cours des deux jours de combats […], il a poursuivi son travail jusqu’à ce qu’il soit grièvement blessé. »

London Gazette, no 30400, 26 novembre 1917 (en anglais)

George V remet la Croix de Victoria à Filip Konowal, qui est promu sergent. Une fois remis de ses blessures, il sert comme attaché militaire à l’ambassade de Russie à Londres. Plus tard, il s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien de Sibérie.

Le sergent Filip Konowal meurt à Hull, au Québec, en 1959. Il est enterré au cimetière Notre-Dame-de- Lourdes, à Ottawa.

Bibliothèque et Archives Canada possède le dossier de service de Filip Konowal.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.

Lieutenant Robert Hill Hanna, VC

Par Emily Monks-Leeson

Aujourd’hui, dans la série de blogues Centenaire de la Première Guerre mondiale : hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria, nous soulignons l’anniversaire de la bataille de la côte 70, victoire décisive pour le Corps canadien et lieu de deuil pour des milliers de familles canadiennes et allemandes. Six Canadiens ont reçu la Croix de Victoria pour les actes de bravoure qu’ils ont accomplis pendant la bataille de la côte 70, ou peu de temps après. L’un d’eux est Robert Hill Hanna, né à Kilkeel, en Irlande, le 6 août 1887, et ayant émigré au Canada en 1905.

Photographie en noir et blanc d’un jeune homme en uniforme, debout sur un balcon à l’extérieur, les mains derrière le dos.

Le cadet R. Hanna, VC, date inconnue (MIKAN 3216531)

Hanna s’enrôle dans le 29e Bataillon (British Columbia Regiment). Le 21 août 1917, à l’âge de 30 ans, il est promu sergent-major de compagnie. Lors d’une bataille pour capturer une position fortifiée allemande hautement protégée près de la côte 70 à Lens, en France, sa compagnie subit de lourdes pertes; tous les officiers haut gradés de Hanna y perdent la vie. Face à cette situation, Hanna rassemble un groupe d’hommes et les mène dans une attaque contre la position allemande, se précipitant à travers les barbelés et tuant les soldats allemands qui manœuvrent une mitrailleuse.

Description détaillée des événements qui ont valu à Hanna la Croix de Victoria.

Deuxième page de l’annexe 6 du rapport sur les opérations décrivant les actions du sergent-major Hanna. (MIKAN 1883249)

Voici sa citation dans The London Gazette :

Cette action extrêmement courageuse, soit la démonstration d’un héroïsme et d’une bravoure personnelle du plus haut niveau au moment le plus critique de l’attaque, a donné lieu à la capture d’une position tactique très importante. Sans son intervention audacieuse et la détermination dont il a fait preuve lors d’une situation désespérée, l’attaque n’aurait pu réussir et la position tactique n’aurait pu être capturée. [traduction]

The London Gazette, no 30372, le 8 novembre 1917

Hanna a plus tard été promu au grade de lieutenant. Il a survécu à la guerre et a pu rentrer au Canada. Le lieutenant Robert Hill Hanna est décédé à Mount Lehman, en Colombie-Britannique, le 15 juin 1967.

Bibliothèque et Archives Canada détient le dossier de service du lieutenant Robert Hill Hanna, du Corps expéditionnaire canadien.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.

Le raid sur Dieppe (France), le 19 août 1942

Par Alex Comber

Avertissement : Cet article contient des images qui pourraient heurter la sensibilité de certains lecteurs; nous préférons vous en avertir.

Il y a exactement 75 ans aujourd’hui, des soldats canadiens débarquaient en France, sur des côtes hostiles, afin de mener une opération de reconnaissance en force. Malgré une préparation minutieuse, une importante flotte de soutien et l’appui d’escadrons aériens, le débarquement fut un échec.

Photo noir et blanc de cadavres de soldats, d’une péniche de débarquement en feu et de chars d’assaut Churchill endommagés sur une plage de galets.

Cadavres de soldats canadiens gisant près d’une péniche de débarquement endommagée et de chars d’assaut Churchill du Régiment de Calgary, après l’opération Jubilee, 19 août 1942 (MIKAN 3628496)

Opération Jubilee : tel était le nom de code adopté pour le raid sur la ville de Dieppe, un port de mer occupé par l’ennemi près du Havre, en France. Le plan était le suivant : une imposante flotte, composée de péniches de débarquement et d’autres navires, devait quitter l’Angleterre en pleine nuit et naviguer jusqu’à Dieppe pour y débarquer des soldats sur les côtes, au petit matin du 19 août. En détruisant les fortifications du port, on voulait évaluer la solidité des défenses sur le mur de l’Atlantique imaginé par Hitler. L’opération visait aussi d’autres objectifs, dont l’attaque d’une station radar et d’un terrain d’aviation allemands à proximité, et la capture de prisonniers pour les interroger. Les troupes retourneraient ensuite vers les péniches de débarquement et quitteraient la France.

Photo noir et blanc d’un exercice de débarquement montrant des soldats quittant une péniche de débarquement et marchant sur la plage en groupes ordonnés.

Fantassins canadiens sortant d’une péniche de débarquement en Angleterre durant un exercice préparatoire en vue de l’opération Jubilee (le raid sur Dieppe), France, août 1942 (MIKAN 3628508)

L’attaque principale est menée par les unités de la 2e Division d’infanterie canadienne. Elles sont accompagnées des British Royal Marines et de commandos chargés de missions spéciales, telles que neutraliser l’artillerie allemande pour l’empêcher de tirer sur les unités navales et les péniches de débarquement.

Photo couleur du major général J. H. Roberts en uniforme, examinant des documents sur le capot d’une voiture d’état-major.

Le major général J. H. Roberts, qui commandait la 2e Division d’infanterie canadienne au moment de l’opération Jubilee. La censure militaire a effacé de cette photo tous les signes pouvant permettre d’identifier une unité. (MIKAN 4232358)

Pour aider à vaincre les défenses allemandes et soutenir les bataillons d’infanterie dans l’accomplissement de leur mission, le plan comptait sur l’appui des chars d’assaut Churchill du 14Régiment blindé (Régiment de Calgary), transportés par plusieurs des nouvelles péniches de débarquement. Des escadrilles d’avions de chasse et de bombardiers, accompagnés d’une imposante flotte de plus de 230 navires, viendraient aussi en renfort. Ensemble, les attaques aériennes et les bombardements navals devaient mettre en déroute les Allemands.

Photo noir et blanc d’un groupe d’officiers de la force aérienne posant devant un avion de chasse Hawker Hurricane.

Groupe de pilotes avant le raid sur Dieppe (MIKAN 3592320)

Mais la mission éprouve des problèmes dès que les péniches s’approchent de la plage. Les formidables défenses allemandes n’ont pas été détruites par les bombardements préparatoires, et l’ennemi a été averti par ses services de renseignement de se préparer à une attaque. Dans les casemates, les mitrailleuses balaient la plage de leurs tirs dévastateurs; quelques rares unités canadiennes réussissent à progresser à l’intérieur des terres, au-delà des falaises, dans la ville ou vers d’autres objectifs. Les soldats s’abritent comme ils le peuvent en attendant d’être évacués. Les coûts matériels du raid sur Dieppe s’élèvent à 29 chars d’assaut détruits, 33 péniches de débarquement abandonnées ou détruites, un destroyer britannique coulé et plus d’une centaine d’avions de la Royal Air Force et de l’Aviation royale canadienne descendus, dont plusieurs membres d’équipage sont tués.

Photo noir et blanc de soldats, dont certains sont blessés ou portent des uniformes déchirés.

Soldats ayant participé à l’opération Jubilee (le raid sur Dieppe) de retour en Angleterre, 19 août 1942 (MIKAN 3628504)

Les historiens ne s’entendent toujours pas sur les raisons qui ont motivé le haut commandement allié à approuver cette entreprise à haut risque. L’échec de l’attaque, imputable à diverses raisons, a eu de dures répercussions partout au Canada. Sur près de 5 000 soldats canadiens, on compte plus de 900 morts, près de 2 000 prisonniers et plusieurs blessés. Le 19 août 1942 demeure le jour le plus meurtrier pour l’armée canadienne au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Photo noir et blanc de soldats canadiens capturés, marchant en rang dans une ville sous la surveillance de soldats allemands.

Soldats canadiens capturés (MIKAN 3628516)

Les nouvelles à propos du raid sur Dieppe se propagent rapidement. Le ministère de la Défense nationale avertit les proches parents des soldats qui ne sont pas revenus avec la force navale. À mesure que les survivants font circuler l’information sur les soldats manquants, les familles attendent avec impatience des nouvelles des leurs. Les nombreuses demandes adressées au comité international de la Croix-Rouge amènent l’organisme à dresser des listes de soldats décédés dont les corps ont été retrouvés et enterrés, et des listes de prisonniers dans les camps allemands. Un exemple poignant témoigne de cette tragédie : la mort des fils jumeaux d’Alice Montgomery, Arthur et Ralph, de Brighton, en Ontario. Les deux frères servaient dans le 1er Bataillon du Régiment royal du Canada. Le jour du raid, Arthur a été tué sur la Plage bleue, du village de Puys. Deux jours plus tard, Ralph a succombé à ses blessures en Angleterre.

Photo couleur d’un groupe assistant à une cérémonie au cimetière militaire canadien de Dieppe, en France; à l’avant-plan, des rangées de croix temporaires marquent les sépultures.

Cimetière militaire canadien de Dieppe, septembre 1944 (MIKAN 4233242)

La plupart des soldats canadiens morts le 19 août 1942 sont inhumés au cimetière militaire canadien de Dieppe, à Hautot-sur-Mer. Le lieu est unique, car la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth (la Commonwealth War Graves Commission) y a conservé l’aménagement typique des cimetières de guerre allemands, avec ses pierres tombales placées dos à dos en doubles rangées. Cette photo montre le cimetière au début de septembre 1944, après la libération de la région. On y voit des unités de la 2e Division d’infanterie canadienne, décimée durant le raid sur Dieppe, y tenir une cérémonie à la mémoire des camarades tombés au combat.

Sources relatives au raid sur Dieppe conservées à Bibliothèque et Archives Canada

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède de nombreux documents concernant le raid sur Dieppe. Outre les photos du ministère de la Défense nationale et de collections privées, on y trouve les journaux de guerre des unités militaires qui ont participé au raid, notamment l’Essex Scottish, le Régiment royal du Canada, le Royal Hamilton Light Infantry, le 14e Régiment blindé (Régiment de Calgary), les Fusiliers Mont-Royal, le South Saskatchewan Regiment et le Queen’s Own Cameron Highlanders of Canada. BAC conserve aussi les dossiers de tout le personnel des Forces armées canadiennes durant la Deuxième Guerre mondiale, incluant ceux qui sont morts en service.

BAC possède aussi une petite collection de photos acquises de manière inhabituelle, et qui constitue une source d’information très intéressante et peu connue sur Dieppe. Madame Delabarre, une veuve résidente du Havre, en France, a conservé quelques photos de Dieppe que son employeur lui avait données. Ces images montrent des équipements abandonnés et des préparatifs pour enterrer des soldats canadiens. À l’occasion des commémorations du 25e anniversaire du débarquement, en 1967, madame Delabarre a décidé d’en faire don pour aider à raconter l’histoire de Dieppe aux Canadiens. Elle les a envoyées à un représentant de l’armée canadienne, le major général Roger Rowley, qui les a confiées à la Direction de l’histoire du ministère de la Défense nationale. Des années plus tard, les photos ont été transférées aux Archives nationales et font maintenant partie de la collection de BAC. Comparativement aux photos de l’armée allemande, ces images (dont deux apparaissent ci-dessous) offrent un point de vue différent pour documenter l’échec de l’opération.

La première photo montre Buttercup, un char d’assaut Churchill Mk. 3 de l’escadron B du 14e Régiment blindé (Régiment de Calgary), abandonné sur la plage.

Photo noir et blanc de chars d’assaut neutralisés ou abandonnés sur la plage à Dieppe. Un des chars porte l’inscription Buttercup peinte sur le côté, parmi d’autres marques d’identification.

Chars d’assaut Churchill, dont le Buttercup, abandonnés sur la plage à Dieppe, août 1942 (MIKAN 4969643)

Certaines des photos de madame Delabarre, comme d’autres prises par les photographes de l’armée allemande, montrent des soldats canadiens morts sur la plage, au pied des falaises et dans les navires échoués. Bien que difficiles à regarder, elles constituent d’importants documents d’archives qui témoignent de l’événement. Par exemple, cette deuxième photo documente une réalité peu connue des conséquences du raid sur Dieppe. Au lieu de montrer des militaires allemands inspectant les véhicules et les péniches de débarquement abandonnés ou regardant des soldats alliés blessés ou tués, elle montre des groupes de civils déplaçant et préparant des corps pour les enterrer, s’acquittant de cette macabre tâche dans une péniche de débarquement.

Photo noir et blanc de civils s’occupant des dépouilles de soldats morts dans une péniche de débarquement échouée sur la plage.

Civils s’employant à récupérer les corps de soldats tués durant le raid sur Dieppe et à les préparer pour leur enterrement (MIKAN 4969646)


Alex Comber est archiviste (archives militaires) à la Division des archives gouvernementales de Bibliothèque et Archives Canada.

Sergent Frederick Hobson et major Okill Massey Learmonth, VC

Par Emily Monks-Leeson

Dans le blogue d’aujourd’hui de la série Centenaire de la Première Guerre mondiale – hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria, nous soulignons les actes de bravoure de deux soldats canadiens lors de la bataille de la côte 70, près de Lens, en France, le 18 août 1917.

Le sergent Frederick Hobson, VC, un ancien combattant de la guerre des Boers, en Afrique du Sud (1899-1902), vit à Galt, en Ontario, lorsque le recrutement commence pour le Corps expéditionnaire canadien. Né en 1873, le sergent Hobson déclare plutôt 1875 comme son année de naissance pour pouvoir s’enrôler.

Le 18 août 1917, la compagnie du 20e bataillon du sergent Hobson refoule une forte contre-attaque allemande sur la côte 70. Après que l’explosion d’un obus d’artillerie a enseveli une mitrailleuse Lewis dans un poste avancé et tué la majorité des membres de son détachement, le sergent Hobson quitte sa tranchée, déterre la mitrailleuse et la retourne contre l’infanterie allemande qui s’avance vers son poste. Sa citation pour la Croix de Victoria indique que lorsque la mitrailleuse s’enraye, le sergent Hobson, blessé, « laisse à l’artilleur le soin de régler le problème et s’avance seul vers l’ennemi, malgré ses blessures. Avec sa baïonnette et la crosse de son fusil, il parvient à tenir les attaquants à distance jusqu’à ce qu’il soit tué par une balle de fusil. Entre-temps, la mitrailleuse a été remise en marche et, peu après, l’arrivée de renforts permet de repousser l’ennemi ». (The London Gazette, no 30338, 17 octobre 1917)

Description dactylographiée des événements de la journée, y compris une description des actions du sergent Frederick Hobson.

Journal de guerre du 20e bataillon d’infanterie du Canada, daté du 18 août 1917, page 20 (MIKAN 205918)

Le corps du soldat Frederick Hobson n’a jamais été retrouvé. On lui rend hommage, ainsi qu’aux autres 11 000 soldats canadiens, au Monument de Vimy, en France.

Le major Okill Massey Learmonth, VC, naît à Québec en 1894. Le 18 août 1917, il sert en tant que major intérimaire avec le 2e bataillon (Eastern Ontario Regiment) sur la côte 70, près de Lens, en France. Après qu’une contre-attaque allemande lancée contre leurs positions nouvellement consolidées a surpris la compagnie du major Learmonth, ce dernier lance l’attaque et, selon sa citation dans The London Gazette, élimine personnellement les attaquants. Essuyant des bombardements intensifs et malgré une blessure grave, le major Learmonth se tient debout sur le parapet de sa tranchée et lance des grenades contre l’avancée des Allemands tout en dirigeant la défense de la position de ses hommes. La citation du major Learmonth pour la Croix de Victoria indique qu’il « se saisit des grenades qui lui sont lancées et les renvoie à l’ennemi », et qu’il « refuse d’être transporté derrière les lignes » après avoir été blessé. Il meurt plus tard le même jour dans un hôpital de campagne.

Une photographie en noir et blanc de deux jeunes hommes assis dans un camp qui consultent des cartes. Derrière eux, on voit plusieurs tentes.

Le major Okill Massey Learmonth (à droite), en compagnie d’un soldat non identifié (MIKAN 3191993)

Description dactylographiée des événements de la journée. Elle indique que le major Learmonth et un autre officier sont décédés des suites de leurs blessures.

Journal de guerre du 2e bataillon d’infanterie du Canada, daté du 18 août 1917, page 7 (MIKAN 2005884)

Le major Okill Massey Learmonth est enterré au cimetière communal de Nœux-les-Mines, en France. La rue Learmonth dans sa ville natale de Québec est nommée en son honneur.

Bibliothèque et Archives Canada détient les dossiers de service du sergent Frederick Hobson et du major Okill Massey Learmonth.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.

Images de la reine Élisabeth, la Reine mère maintenant sur Flickr

Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon (4 août 1900–30 mars 2002) épouse le prince Albert, duc d’York, le 26 avril 1923, et devient ainsi la duchesse d’York. Après le décès du roi George V, le 20 janvier 1936, le frère aîné d’Albert succède à son père sur le trône. Cependant, Édouard VIII abdiquera le 11 décembre 1936 pour épouser Wallis Simpson, une Américaine divorcée. Albert succède alors à son frère, sous le nom de George VI.

Le 12 mai 1937, le jour du couronnement de George VI, la duchesse d’York devient la reine Élisabeth du Royaume-Uni et des dominions, et l’impératrice des Indes. Albert et Élisabeth ne s’attendaient aucunement à devenir roi et reine; pourtant, ils ont assumé leurs nouvelles responsabilités avec dévouement et empathie. À cette époque, leurs deux filles, les princesses Élisabeth et Margaret, avaient respectivement 10 et 6 ans.

Une photographie noir et blanc du roi George VI saluant la foule à côté de la reine Élisabeth devant les édifices du parlement du Canada.

Le roi George VI et la reine Élisabeth devant les édifices du Parlement, Ottawa (Ontario) 1939 (MIKAN 3624767)

Lors de la visite du couple royal au Canada en 1939, la reine Élisabeth démontre sa capacité à mettre les gens à l’aise, ce qui contribue à sa popularité et l’aide grandement à soutenir son mari dans ses fonctions royales. C’est durant cette visite au Canada qu’a lieu le premier « bain de foule royal », alors que le roi George VI et la reine Élisabeth engagent spontanément la conversation avec un groupe de vétérans de la Première Guerre mondiale après le dévoilement du Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa.

Une photographie noir et blanc du roi George VI et de la reine Élisabeth à l’arrière du train royal.

Le roi George VI et la reine Élisabeth à l’arrière du train royal, Hope (Colombie-Britannique) 1939 (MIKAN 3624769)

La famille royale demeure à Londres durant toute la Seconde Guerre mondiale, échappant de peu aux blessures lorsque le palais de Buckingham est bombardé lors du blitz allemand de 1940–1941. La popularité du couple royal atteint de nouveaux sommets à cette époque, alors qu’il s’astreint comme le reste de la population à respecter le rationnement sur la nourriture, l’eau et le chauffage. Tout au long de la guerre, la reine Élisabeth fait preuve de beaucoup de courage et de détermination, sans jamais perdre son petit côté pince-sans-rire. Elle continuera à servir la monarchie bien après le décès de son mari le 6 février 1952. Sa fille aînée succède à George VI sous le titre de reine Élisabeth II du Royaume-Uni, du Canada et des autres pays du Commonwealth. Pour éviter toute confusion, la mère de la nouvelle reine sera appelée la reine Élisabeth, la Reine mère.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Soldat Harry W. Brown, VC

Par Emily Monks-Leeson

Dans sa série de blogues Centenaire de la Première Guerre mondiale : hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada se souvient aujourd’hui du soldat Harry Brown, décoré de la Croix de Victoria pour ses actes de bravoure pendant la bataille de la côte 70, près de Lens, en France, le 16 août 1917.

Né le 10 mai 1898, Harry Brown était fermier à Gananoque, en Ontario. Le 18 août 1916, il s’enrôle à London, en Ontario, dans le régiment de dépôt des Fusiliers canadiens à cheval au sein du Corps expéditionnaire canadien. À son arrivée en Angleterre, Brown est transféré au 10e bataillon. Le 16 août 1917, il sert dans ce bataillon ayant pris position à proximité de la côte 70 près de Lens, en France, où son unité se bat pour repousser les contrattaques répétées des Allemands. Toutes les communications avec les positions arrières ont été coupées, et le flanc droit de la compagnie est exposé. Brown et un autre soldat sont chargés de traverser les lignes ennemies pour rejoindre le quartier général du bataillon et apporter un message réclamant désespérément des renforts. Progressant sous un intense barrage d’artillerie et de tirs de fusils, Brown est grièvement blessé au bras et son compagnon d’armes est tué. Malgré cela, comme le raconte sa citation dans The London Gazette, Brown :

… poursuivit sa route sous un tir de barrage intense jusqu’à ce qu’il atteigne les troupes de soutien et trouve un officier. Il était tellement épuisé qu’il déboula les marches de la tranchée, mais demeura conscient assez longtemps pour remettre son message, en disant : « Message important ». Il perdit ensuite connaissance et mourut dans le poste de secours quelques heures plus tard. [traduction]

The London Gazette, no 30338, 17 octobre 1917

Une liste dactylographiée d’hommes ayant joué un rôle important dans la bataille de la côte 70.

Une page du journal de guerre du 10e bataillon d’infanterie canadien décrivant les hommes qui ont rendu un service important et exceptionnel, y compris le soldat Harry W. Brown; extrait de l’annexe 29, page 5 (MIKAN 2005896)

Grâce à son courage et à sa détermination, Brown a livré son message et des renforts ont été envoyés. Il est reconnu pour avoir sauvé à la fois la position de son unité sur la côte 70 et la vie d’un grand nombre de ses compagnons d’armes. Le soldat Harry Brown a été décoré de la Croix de Victoria à titre posthume. Il est inhumé en France, dans le cimetière communal de Nœux-les-Mines, près des villes de Lens et de Béthune.

Bibliothèque et Archives Canada détient le dossier de service du soldat Harry Brown.

Ressources connexes


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour d’août 2017

À ce jour, 476 752 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Dossiers du Personnel de la Première Guerre mondiale. S’il vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

Bibliothèque et Archives Canada numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 8101. Dernier nom : Rasmess.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.