Lieutenant Robert Grierson Combe, VC

Aujourd’hui, dans le cadre de la série Centenaire de la Première Guerre mondiale – hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria, nous nous souvenons du lieutenant Robert Grierson Combe, du 27e bataillon, Corps expéditionnaire canadien (CEC). Dans cette série, nous présentons le profil de chaque récipiendaire 100 ans après le jour de l’exploit pour lequel ils ont reçu cette prestigieuse médaille militaire.

Né le 5 août 1880 à Aberdeen, en Écosse, Combe s’est enrôlé dans le CEC en tant que lieutenant, un grade qu’il a repris à sa propre demande, bien qu’il se soit qualifié en tant que major.

image en noir et blanc (fondu de photographie et esquisse) d’un soldat aux cheveux coupés ras et portant une moustache.

Le lieutenant Robert Grierson Combe, VC, non daté (MIKAN 3645669)

Les Divisions canadiennes ayant réussi à reprendre la crête de Vimy, les forces britanniques et du Commonwealth continuaient de pousser contre les lignes germaniques pour faire diversion, afin d’éloigner l’armée allemande du secteur de l’Aisne et d’ainsi permettre à l’armée française de passer. Le 3 mai 1917, à Acheville, en France, le lieutenant Combe dirigeait sa compagnie contre un barrage intensif d’artillerie ennemie. Après avoir atteint la position des Allemands avec seulement cinq hommes, Combe a infligé de lourdes pertes à l’ennemi, puis, rassemblant de petits groupes d’hommes, a réussi à capturer son objectif et à faire quatre-vingts prisonniers. Sa citation dans The London Gazette, n30154, du mercredi 27 juin 1917, indique :

….Il est régulièrement reparti à la charge de l’ennemi, en le poussant devant lui. Et c’est alors qu’il dirigeait personnellement ses grenadiers qu’il a été tué par un tireur embusqué. Sa conduite a inspiré tous les grades, et c’est entièrement grâce à son magnifique courage que la position a été prise, conquise et maintenue. [traduction]

Le lieutenant Robert Grierson Combe a reçu la Croix de Victoria à titre posthume pour son leadership et son courage sous les tirs ennemis. Il est enterré près d’Acheville, en France. Les combats incessants dans cette région ont entraîné la destruction du cimetière militaire et la perte de sa tombe. C’est pour cette raison que son nom figure sur le monument commémoratif de Vimy aux côtés de celui des 11 000 autres soldats canadiens qui n’ont pas de tombe connue.

Bibliothèque et Archives Canada détient le dossier de service du lieutenant Robert Grierson Combe.

Ressources connexes

« Le nouvel Eldorado » – Attirer les colons dans l’Ouest

Par Vasanthi Pendakur

Affiche sur laquelle apparaissent en majuscules les mots « Canada » et « Lecture » (conférence). La taille des autres mots varie, et ils sont tous imprimés en bleu sur un fond sépia.

Affiche annonçant une conférence à Glasgow, en Écosse, sur le Canada et les avantages de s’y établir (MIKAN 1437596)

« 160-ACRE FARMS IN WESTERN CANADA – FREE! » (FERMES DE 160 ACRES DANS L’OUEST DU CANADA – GRATUIT!) C’est ce que claironne l’une des nombreuses affiches imprimées par le ministère de l’Intérieur du Canada pour attirer les immigrants dans l’Ouest canadien. De 1886 au début des années 1930, le ministère de l’Intérieur mène une vaste campagne publicitaire pour inciter les familles immigrantes d’agriculteurs à s’établir dans les Prairies. Des expositions sont organisées et des affiches, des brochures et des dépliants sont distribués – tout cela en diverses langues – partout en Europe et aux États-Unis pour recruter le plus d’immigrants possible. La colonisation liée directement à cette campagne comprend 500 familles ukrainiennes qui sont arrivées à Dauphin, au Manitoba, en mai 1897, et la colonie de Barr, des colons anglais qui sont arrivés dans la ville actuelle de Lloydminster, en Alberta, en mai 1903.

Une petite carte en norvégien sur laquelle les caractères et le fond sont en alternance bleus ou sépia.

Une carte norvégienne annonçant des terres gratuites au Canada (MIKAN 2945660)

Comme gardien des documents du gouvernement, Bibliothèque et Archives Canada possède une grande collection de matériel promotionnel utilisé pendant cette campagne publicitaire. Le matériel visait à promouvoir une vision idéalisée de l’Ouest. Des images montrant des paysages présentant une verdure luxuriante, du bétail bien nourri et des récoltes de céréales dorées étaient souvent utilisées. Les aspects négatifs des Prairies, comme le temps froid et l’isolement, étaient minimisés.

Affiche aux couleurs vives sur laquelle figure un homme qui transporte un paquet de blé sous un bras et un garçon dans l’autre. Un panier de pommes de terre, de tomates et d’ail se trouve à ses pieds. En arrière-plan : des poules, des cochons, un troupeau de bétail et une maison.

« Canada – The New Homeland » (Canada – la nouvelle patrie) (MIKAN 2958967)

Des sociétés privées participaient aussi à la campagne. Les entreprises d’expédition et du domaine ferroviaire se servaient de ces mêmes images publiées par le gouvernement pour encourager les colons à venir s’établir au Canada.

Affiche colorée montrant un paysage montagneux divisé par une frontière internationale. Deux hommes représentant chaque pays se tiennent de chaque côté de la frontière. L’image est placée entre un slogan de recrutement et de l’information sur les déplacements d’un pays à l’autre.

« 40,000 Men Needed in Western Canada… » (Besoin de 40 000 hommes dans l’Ouest canadien…) (MIKAN 2897527)

Les stratégies de recrutement changent au fur et à mesure que les Prairies se développent et que les techniques d’impression s’améliorent. La plupart des premières affiches remontant aux années 1880 et 1890 (comme la première image) ne comprennent que du texte et de petites images. Ces affiches présentent de l’information sur l’Ouest et moussent les avantages des terres gratuites. Différentes couleurs et tailles de caractères ainsi que de petits symboles sont utilisés pour attirer l’attention des gens. Au fur et à mesure que les techniques d’impression s’améliorent, de grandes photos en couleur remplacent les mots. Pour certaines affiches, un mélange de texte et d’images est utilisé, et chaque section est encadrée pour créer un effet de mosaïque.

Affiche colorée montrant des scènes sur des fermes dans l’Ouest canadien avec, en toile de fond décorative, du blé doré et des feuilles d’érable. Les slogans entourant les images fournissent de l’information et des conseils.

Affiche annonçant une conférence à Glasgow, en Écosse, sur le Canada et les avantages de s’y établir (MIKAN 1437596)
« Western Canada: The New Eldorado » (L’Ouest canadien : le nouvel Eldorado) (MIKAN 2945432)

Pour d’autres affiches, surtout des exemples ultérieurs, on a recours à des photos aux couleurs vives accompagnées de courts slogans et du nom du ministère ou de l’entreprise.

Affiche aux couleurs vives au haut de laquelle figurent le mot « Canada » en gros caractères rouges, des oiseaux qui volent au-dessus de champs dorés dans un cercle ainsi qu’un slogan et, au bas, de l’espace pour indiquer où obtenir de l’information ou des documents.

« Build Your Nest in Western Canada » (Faites votre nid dans l’Ouest canadien) (MIKAN 1433941)

La campagne a fonctionné. L’immigration de colons ukrainiens et de Barr n’était qu’un début; des milliers d’autres colons se sont établis dans les Prairies, motivés par la promesse de terres gratuites et d’une nouvelle vie. Ils sont beaucoup à ne pas l’avoir réussie. Les nouveaux venus, attirés par la vision idéalisée de l’Ouest dépeinte dans le cadre de la campagne, n’étaient pas préparés à la réalité de leur nouvelle patrie. Cependant, les immigrants qui ont réussi leur nouvelle vie ont changé la société et contribué à façonner les Prairies pour en faire ce qu’elles sont aujourd’hui.

Ressources connexes


Vasanthi Pendakur est assistante aux expositions à la Division Expositions et contenu en ligne de Bibliothèque et Archives Canada.

Images des Territoires du Nord-Ouest maintenant sur Flickr

Les Territoires du Nord-Ouest sont l’un des trois territoires situés dans le Nord canadien. Ils sont délimités par le Yukon à l’ouest, le Nunavut à l’est, ainsi que l’Alberta, la Saskatchewan et une partie de la Colombie-Britannique au sud. Le nord des territoires fait partie de l’archipel Arctique, habituellement couvert de glace. Beaucoup d’Inuits et de membres des Premières Nations vivaient dans cette région lorsque les explorateurs et les colons européens sont arrivés, à partir de la fin du 16e siècle. Le commerce européen prend son essor au 18e siècle; il est alors dominé par la Compagnie de la Baie d’Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest.

Une photo noir et blanc de six hommes dans une région boisée. Trois sont à cheval et trois autres tiennent leurs cheval par les rennes.

Patrouille chargée de la protection des bisons près d’un poste se trouvant au sud de Fort Smith (Territoires du Nord-Ouest) (MIKAN 3362561)

Les Territoires du Nord-Ouest se joignent à la Confédération en 1870, après que le Canada a acheté les terres à la Compagnie de la Baie d’Hudson. Toutefois, la Grande-Bretagne ne transfère l’archipel Arctique au Canada qu’en 1880. Les limites des Territoires du Nord-Ouest changent au cours du siècle suivant, alors que différentes provinces et territoires sont créés ou s’agrandissent. Elles deviennent enfin fixes en 1999, année de la création du Nunavut.

Le saviez-vous?

  • « Territoires du Nord-Ouest » vient de la période coloniale, lorsque les Britanniques utilisaient le terme pour désigner l’ensemble des terres se trouvant au nord-ouest de la Terre de Rupert.
  • Il y a onze langues officielles aux Territoires du Nord-Ouest : l’anglais, le français, le cri, le chippewyan, le gwich’in, l’inuinnaqtun, l’inuktitut, l’inuvialuktun, le slavey du Nord, le slavey du Sud et le tlicho.

Visitez l’album Flickr maintenant!

De l’eau au moulin : Poèmes sur la guerre, le travail et le progrès social

Par Kelly Anne Griffin

Connaissez-vous Alex Gibson? Cet immigrant, employé d’usine et vétéran de la Première Guerre mondiale, était aussi poète. Il a raconté ses expériences dans un recueil intitulé Grist for the Mill (De l’eau au moulin), publié à compte d’auteur en 1959, et dont un exemplaire a été découvert lors du traitement du fonds d’archives du Syndicat canadien des travailleurs du papier.

Né en Écosse en 1893, Alex Gibson immigre au Canada vers 1913. Engagé dans le Corps expéditionnaire canadien lors de la Première Guerre mondiale, il est affecté au 10e Bataillon des ambulanciers de campagne. Rentré au pays, il devient ouvrier dans une usine de pâtes et papier. Plusieurs poèmes de son recueil évoquent ses difficultés à s’adapter à ce travail routinier après avoir survécu aux horreurs de la guerre, un problème qu’éprouvaient bien d’autres soldats canadiens à leur retour d’Europe.

Dans son poème « What Shall It Be » (Qu’est-ce qui nous attend?), Gibson évoque ainsi le désarroi des soldats rapatriés :

Que ferons-nous après la victoire

Simplement rentrer chez nous

Reprendre la routine comme avant

Les vies gâchées et les rêves brisés

Dans un désert à arpenter?

[…]

Répondez-moi, travailleurs du rail et des usines

De la mer et des postes, des moulins et des mines

Car la réponse ne viendra pas d’ailleurs.

(p. 90 à 92) [traduction libre]

Photo noir et blanc montrant une scène de guerre : des soldats blessés sont étendus sur des civières; autour deux, plusieurs soldats se tiennent debout devant des bâtiments en ruines.

10e Bataillon des ambulanciers de campagne à Amiens, en août 1918. Alex Gibson soignait les blessés au front. Cette expérience dévastatrice transparaît dans sa poésie. (MIKAN 3397051)

Alex Gibson travaille dans l’industrie des pâtes et papiers pendant plus de 38 ans, se passionnant pour tout ce qui concerne les relations de travail. Il occupera plusieurs postes importants au Syndicat canadien des travailleurs du papier, tentant même de se faire élire au Parlement canadien dans la circonscription de Port Arthur en 1935 et en 1940, sous la bannière de la Fédération du Commonwealth coopératif. Ce parti, le précurseur du Nouveau Parti démocratique, se faisait le champion du progrès social et des revendications syndicales.

Les convictions socialistes de Gibson transparaissent dans presque tous ses poèmes, et nous offrent un témoignage de première main sur les luttes de la classe ouvrière à cette époque. Les conditions lamentables des travailleurs et la nécessité de se réunir au sein d’une grande fraternité sont des thèmes récurrents dans les écrits de Gibson. Dans son ouvrage Hoboes and Heroes (Clochards et héros), il décrit ainsi ce qu’on pourrait appeler « le travailleur pauvre » :

Il disait que partout où il allait,

Ils étaient des milliers comme lui, il se reconnaissait

Leur maigre pécule déjà dépensé,

Contraints à demander la charité

[…]

À l’entendre, j’ai senti l’amertume d’un sombre désespoir

Ne pouvant plus y croire, il avait perdu tout espoir

(p. 77 à 80) [traduction libre]

Après plus de 30 ans de travail en usine et un engagement actif au sein du mouvement syndical, Gibson connaissait parfaitement les difficultés et les luttes qui existent dans une usine de pâtes et papiers. Ces enjeux apparaissent fréquemment dans ses écrits. Les journées étaient longues, les salaires, peu élevés, et les conditions de travail, moins réglementées qu’aujourd’hui. Gibson s’efforça constamment d’améliorer cette situation par son engagement syndical. Dans son œuvre, il dresse un portrait saisissant des conditions de vie de ses compagnons de travail, où transparaît son empathie à leur égard. Voici quelques lignes tirées de la dédicace de son livre :

Vous qui peinez dans le noir

Vous qui dérivez sans espoir

Vous arrachant le cœur

À empiler les heures

Je vous connais très bien,

Menant la même vie, comme vous n’ayant rien

Voici mon cadeau, il est pour vous,

C’est tout ce que j’ai à offrir.

(p. 3) [Traduction libre]

Photo noir et blanc d’un homme tenant une planche de bois, penché au-dessus d’un défibreur.

Ouvrier manipulant un défibreur dans une usine de pâtes et papier. La poésie de Gibson décrit souvent les conditions de travail monotones et dangereuses qui régnaient dans ces usines, ainsi que leurs conséquences sur les travailleurs. Source : Harry Foster (MIKAN 3196845)

La plupart des poèmes d’Alex Gibson concernent le monde du travail et les injustices sociales au Canada, mais certains rappellent d’importants événements historiques. « A Constitutional Crisis » (Une crise constitutionnelle) raconte le scandale provoqué par l’abdication d’Édouard VIII et son mariage avec Wallis Simpson, une femme deux fois divorcée. « A Note to the Hon. Minister of Justice » (Un message à l’honorable ministre de la Justice) évoque l’emprisonnement de Tim Buck, un des leaders du mouvement syndical. L’incarcération de Buck à la prison de Kingston souleva un tollé général dans la population, en particulier parmi les travailleurs comme Gibson.

Bien que les poèmes du recueil s’inspirent surtout des conflits personnels de Gibson et des luttes des travailleurs, ils véhiculent un message d’espoir; plusieurs sont encore d’actualité pour les Canadiens aujourd’hui. Voilà pourquoi Grist in the Mill constitue un véritable trésor dans la collection de Bibliothèque et Archives Canada.

Conservateurs invités : Michael Smith et J. Andrew Ross

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».

Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.


Signature de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982 mettant en vigueur la Charte des droits et libertés, par Robert Cooper, 1982

Photographie de la signature de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982, par Robert Cooper. (MIKAN 3206003) © Gouvernement du Canada

Photographie de la signature de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982, par Robert Cooper. (MIKAN 3206003) © Gouvernement du Canada

Signature de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982, photographiée par Robert Cooper en 1982.


Parlez-nous de vous.

Michael Smith a piloté un projet visant à concevoir et fabriquer des caissons d’entreposage sur mesure pour préserver deux des plus prestigieux documents de BAC, à savoir les deux exemplaires de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982. J. Andrew Ross est chargé des documents du registraire général (RG68), l’entrepôt de toutes les proclamations du gouvernement du Canada.

Les Canadiens devraient-ils savoir autre chose à ce sujet selon vous?

Document blanc-jaune pâle, rédigé à l’encre noire et rouge, orné des armoiries du Canada dans le haut.

Proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982. (MIKAN 3782519) © Gouvernement du Canada

La proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982 a été signée sur les marches du Parlement, à Ottawa, le 17 avril 1982 par la reine Elizabeth II, le premier ministre Pierre Trudeau, le procureur général (ministre de la Justice) Jean Chrétien et le registraire général (ministre de la Consommation et des Corporations) André Ouellet. La proclamation, seul document fondateur canadien signé par la reine, a permis l’entrée en vigueur de la Loi constitutionnelle de 1982 en modifiant la constitution canadienne et en adoptant la Charte canadienne des droits et libertés. La signature faisait suite à plusieurs années de négociations constitutionnelles au Canada qui ont abouti au rapatriement de la Constitution, c’est-à-dire la transmission des pleins pouvoirs de modification constitutionnelle du Royaume-Uni au Canada.

Il existe en fait deux exemplaires de la proclamation : celui signé à l’extérieur, qui a été endommagé par la pluie (voir plus haut) et est devenu ce qu’on appelle l’exemplaire « mouillé », et celui qui a été signé plus tard à l’intérieur du Parlement. Au départ intact, ce dernier a été abîmé par de la peinture rouge par un manifestant, en 1983, et on l’appelle dorénavant l’exemplaire « taché ». Les deux exemplaires de la proclamation sont conservés par BAC et ont très souvent été exposés depuis 1982. L’exemplaire mouillé a récemment été exposé au Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg, et BAC l’a récupéré au début du mois de septembre. En 2017, il sera exposé à la Bibliothèque du Parlement à Ottawa.

Exemplaire de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982 avec une grande tache rouge au milieu.

Exemplaire taché de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982. © Gouvernement du Canada. (MIKAN 3782551)

Parlez-nous d’un élément connexe que vous aimeriez ajouter à l’exposition.

BAC possède également les deux stylos utilisés pour signer la proclamation mouillée. Le premier ministre Jean Chrétien, qui entretenait un lien particulier avec ces stylos, en a fait don en 2000 aux Archives nationales du Canada. Plus tard, il a raconté ses échanges pleins d’humour avec la reine au moment de la signature :

« J’ai pris le stylo pour signer. Il ne fonctionnait pas, j’ai dit “merde” tout bas, et elle a éclaté de rire, relate-t-il. Tout le monde m’a demandé ce que j’avais bien pu lui raconter pour qu’elle se mette si spontanément à rire, mais j’ai gardé la raison pour moi pendant de nombreuses années. » (Source)

Vous pouvez voir le moment de la signature et la réaction de la reine ici, sur CBC (après 7 min 45 s), ou ici, sur Radio‑Canada (environ 0 min 47 s).

Deux stylos noir et or debout sur un socle noir et or posé sur un bloc en velours et présenté dans un coffret en bois.

Stylos utilisés par la reine Elizabeth II et les signataires de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982. © Gouvernement du Canada. (MIKAN 4105375)

Bien que les stylos aient été achetés chez Birks, bijouterie haut de gamme d’Ottawa, on n’a apparemment pas pensé à la durabilité de l’encre, et les expositions fréquentes des proclamations à la lumière font craindre que les signatures pâlissent au fil du temps. On a estimé de façon prudente qu’il était possible d’exposer chaque document à des sources de lumière d’intensité et de sources variées pendant environ 4 000 heures. En 2011, le test de microvieillissement à la lumière effectué sur l’encre des signatures par l’Institut canadien de conservation a indiqué que les colorants synthétiques utilisés dans l’encre pouvaient pâlir et qu’ils avaient probablement pâli depuis 1982.

L’encre d’importantes signatures a pâli sur plusieurs documents historiques détenus par BAC, mais alors que certains restent très peu exposés, les deux exemplaires de la proclamation sont très importants. Il a donc fallu fabriquer un caisson d’entreposage sur mesure pour leur conservation ainsi qu’une vitrine sécurisée pour les expositions afin de prévenir toute dégradation ultérieure des documents.

On a décidé de concevoir et de construire deux caissons d’entreposage permanents, un pour chaque exemplaire de la proclamation. De plus, une vitrine sécurisée serait fabriquée pour les expositions (on a prévu qu’un seul exemplaire de la proclamation serait exposé à la fois). Les caissons d’entreposage peuvent être scellés de façon hermétique lorsque l’environnement est faible en oxygène (dispositif qui pourrait être ajouté à l’avenir pour ralentir le pâlissement de l’encre), et sont vitrés à l’aide de verre antireflet comportant des filtres UV. En plus des dispositifs de sécurité, la vitrine comprend également des éléments qui limitent et surveillent les niveaux d’exposition à la lumière. Avec ces nouvelles vitrines, les Canadiens pourront voir les proclamations en montre pendant de nombreuses années.

Proclamation dans son caisson monté sur quatre pieds et doté d’une vitrine en verre.

Caisson d’entreposage d’un exemplaire de la proclamation fabriqué en vue de sa préservation. © Gouvernement du Canada.

Gros plan du caisson de préservation exposant un exemplaire de la proclamation, sous verre dans un cadre noir.

Gros plan sur le caisson de préservation. © Gouvernement du Canada.

Le cas de la proclamation a également incité BAC à revoir son approche en ce qui concerne la préservation des signatures. Bien que bon nombre de documents du gouvernement du Canada soient dorénavant signés de façon numérique, la plupart des documents de prestige sont encore signés à l’encre. Les préoccupations relatives à la pérennité de ces signatures ont amené Guy Berthiaume, bibliothécaire et archiviste du Canada, à rédiger un courriel daté du 14 avril 2016 dans lequel il conseille aux ministères d’utiliser des stylos à encre pigmentée, indélébile et résistant à la lumière, pour signer les documents officiels et de prestige. Il a mentionné le cas de la proclamation de la Loi constitutionnelle de 1982 comme un parfait exemple du risque de pâlissement de l’encre, et conseillé d’être particulièrement méticuleux quant au choix des stylos utilisés pour signer les documents officiels, « surtout les documents d’importance nationale destinés à nos archives […] afin de s’assurer que les documents placés sous notre responsabilité restent lisibles pour les prochaines générations. »

Biographies


Michael Smith est le gestionnaire des collections textuelles et cartographiques (non reliées) de Bibliothèque et Archives Canada. J. Andrew Ross est un archiviste des Documents gouvernementaux à Bibliothèque et Archives Canada.

Ressources connexes

Un visage, un nom : célébration du passé et regard vers l’avenir

Par Julie Dobbin

Depuis ses débuts, en 2012, le projet Un visage, un nom, axé sur les Inuits, a été étendu afin que l’ensemble des Autochtones participent à l’identification des photographies de la collection de Bibliothèque et Archives Canada (BAC).

La majorité des personnes sur les images faisant partie de la collection n’ont jamais été identifiées; elles sont anonymes. De plus, les descriptions archivistiques liées aux événements et aux activités sont absentes ou doivent être mises à jour (noms de lieux, noms de bandes ou terminologie). L’information est fondée sur les légendes et les inscriptions originales se trouvant dans les dossiers, elle reflète donc les préjugés et les attitudes des non-Autochtones de l’époque. Depuis 2002, environ 10 000 images ont été numérisées, et approximativement 2 500 activités, lieux et Inuits (principalement) ont été identifiés.

Pour souligner le 15e anniversaire du projet, un événement a eu lieu pendant trois jours en mars 2017. Il a été tenu à BAC et à l’Université Carleton, à Ottawa, et des Inuits, des membres des Premières Nations, des Métis ainsi que le grand public y ont participé.

L’événement soulignant le 15e anniversaire d’Un visage, un nom ne visait pas seulement à célébrer l’identification des personnes et les partenariats avec les communautés inuites, mais il se voulait aussi une célébration des cultures autochtones ainsi qu’une occasion de jeter un regard sur le passé pour bâtir un avenir meilleur. Pendant les trois jours, les aînés inuits, métis et des Premières Nations ont fait part de leurs connaissances et formulé des recommandations importantes sur l’orientation future d’Un visage, un nom et sur l’avenir d’un pays où les Autochtones ont désormais une identité, peuvent s’exprimer et ne sont plus oubliés.

Photographie en couleurs d’un homme de la Nation métisse portant une veste ornée de broderies et se tenant sur un podium.

Clément Chartier, président du Ralliement national des Métis, à @visage_nom sur Twitter pour l’événement soulignant le 15e anniversaire d’Un visage, un nom, le 3 mars 2017.

Même si Un visage, un nom a fait de grands pas pour corriger les erreurs du passé, il reste encore bien du travail à accomplir. Pour souligner le 15e anniversaire du projet, de nouvelles pages officielles ont été lancées sur Facebook et sur Twitter. Cette plus grande présence dans les médias sociaux fournit une nouvelle plateforme aux peuples autochtones et aux Canadiens non autochtones pour relater leurs récits, raconter leur histoire et continuer le travail important entrepris par Un visage, un nom.

Photographie en couleurs de deux femmes inuites regardant attentivement une photographie. La femme la plus âgée tient la photographie alors que la plus jeune prend une photo de celle-ci avec son téléphone. Derrière elles, des gens parlent et des tables sont couvertes de photos.

Manitok Thompson (à gauche) et Kathleen Ivaluarjuk Merrit (à droite) identifiant des photographies à la galerie d’art de l’Université Carleton, à Ottawa, le 2 mars 2017.

« Voir ces photographies, c’est comme rentrer à la maison », a déclaré l’aîné inuit Piita Irniq pendant l’événement. Sa déclaration montre tout le pouvoir d’une photographie. Par conséquent, le projet Un visage, un nom ne consiste pas simplement à identifier des personnes, des lieux et des objets; il aide à regagner ce qui était perdu, à se retrouver et à rentrer chez soi. L’événement a permis bien plus que trouver des noms. Il a permis de faire part de connaissances, qu’elles concernent les vêtements, les traits physiques, la chasse, la pêche, le trappage, les familles ou les modes de vie traditionnels. Surtout, chaque photographie donnait la possibilité de faire part d’un récit ou d’un souvenir.

Photographie en couleurs d’un aîné inuit qui porte une veste traditionnelle inuite, se tient devant un moniteur et pointe une image à l’écran. Deux jeunes inuits regardent et écoutent attentivement.

L’aîné Piita Irniq (à droite) et les étudiants du collège Nunavut Sivuniksavut Gabe Klengenberg (à gauche) et Aislyn Gizelle (au centre) lors d’une séance tenue à BAC pour le 15e anniversaire d’Un visage, un nom, le 1er mars 2017.

Je ne peux pas parler pour les autres, mais j’ai l’impression que les personnes qui ont participé à l’événement sont reparties avec plus de connaissances qu’à leur arrivée. C’était véritablement trois journées d’enseignement, un enseignement dont chaque Canadien tirerait parti, et un enseignement qu’Un visage, un nom a l’intention de favoriser. Chaque fois qu’un visage était identifié lors de l’événement, cela était ressenti comme une victoire et faisait une différence, car une identité était rendue. Avoir la chance de regarder les aînés identifier des personnes et des lieux était remarquable. Le plus incroyable, c’était l’énergie dans l’air, le sentiment de collaboration, de respect et de réconciliation. Un visage, un nom continuera le travail significatif accompli au cours des 15 dernières années; grâce aux nouveaux partenariats établis avec les Inuits, les membres des Premières Nations et les Métis, une différence positive continuera à être faite. Les personnes qui ne connaissent pas Un visage, un nom et ne savent pas comment aider sont invitées à visiter la page Web du projet et ses comptes dans les médias sociaux, à « aimer » la page, à publier les photographies et à contribuer à rendre le Canada meilleur, à en faire un pays où l’identité des personnes ne sera pas effacée, où elle sera plutôt célébrée et honorée.

Pour promouvoir Un visage, un nom et en savoir plus sur ce projet :

Photographie en couleurs d’un jeune Inuit regardant plusieurs grandes photographies sur des chevalets.

Curtis Kuumuaq Konek à BAC lors de l’événement soulignant le 15e anniversaire d’Un visage, un nom.


Julie Dobbin fait sa maîtrise ès arts en études autochtones et canadiennes à l’Université Carleton. Elle a écrit cet article pendant un stage à la Division sur les expositions et le contenu en ligne de Bibliothèque et Archives Canada.

Nouveaux ajouts à l’album sur Terre-Neuve et Labrador maintenant sur Flickr

Photographie noir et blanc montrant quatres hommes dans des kayaks avec un grand rocher au lointain.

Quatre hommes en kayak, Turnavik (Labrador) (MIKAN 3377220)

Une terre est aperçue en juin 1497, après un peu plus d’un mois de navigation. Jean Cabot est considéré comme le second découvreur de l’Amérique du Nord et de Terre Neuve. De nos jours, cette province célèbre le jour de la Découverte pour commémorer l’événement.

Visitez l’album Flickr maintenant!

La bataille de la crête de Vimy – artistes de guerre

Bannière avec deux photos: une montrant une photo de la bataille de la crête de Vimy qui transitione vers une image plus contemporaine montrant le mémorial de VimyPar Katie Cholette
La bataille de la crête de Vimy a frappé l’imagination de nombreux artistes, tant professionnels qu’amateurs. Certains de ces artistes étaient des soldats et participèrent à la bataille. D’autres, qui n’étaient pas présents sur les lieux, ont peint les champs de bataille après l’événement ou les ont imaginés. Des artistes canadiens et d’origine britannique, masculins et féminins, ont représenté dans un large éventail de styles et de médias, de nombreuses facettes de la bataille : l’héroïsme des soldats, le nombre incroyable de morts et de blessés, la destruction massive des bâtiments et la dévastation des paysages.

Une lithographie en couleur d’un paysage dévasté montrant un large cratère au milieu duquel se trouve une croix dessinée avec des pierres blanches. En haut et en bas du cratère, il y a deux autres croix de pierre : une catholique et une celtique. Des fils barbelés encerclent le cratère et des chicots d’arbres calcinés se profilent au loin.

Un cratère de mine – Un cimetière dans le vieux « no man’s land » sur la crête de Vimy, 1917, une lithographie de Frederick Thwaites Bush (Bibliothèque et Archives Canada – MIKAN 4014020)

Le soldat canadien Frederick Thwaites Bush, natif de Grande-Bretagne, a créé quelques-unes des images les plus évocatrices de la bataille. Architecte de formation avant la guerre, Bush servit comme lieutenant dans le 29e bataillon et avec les ingénieurs canadiens. Alors qu’il était en Belgique et en France, il dessina plusieurs des sites de combat, notamment Ypres, Passchendaele et la crête de Vimy. Réalisée à partir d’un dessin au crayon esquissé sur les lieux, cette lithographie couleur d’un cratère de mine et cimetière placé au milieu d’un paysage dévasté dégage une impression de désolation et de perte.

Une gravure représentant un groupe de soldats entourant un canon tiré par deux chevaux devant les ruines d’une maison de ferme.

La ferme Berthonval par le lieutenant C. H. Barraud, vers 1917-1918 (Bibliothèque et Archives Canada – MIKAN 4936627)

Le lieutenant Cyril Henry Barraud travaillait comme artiste et graphiste avant la Première Guerre mondiale. Né en Angleterre, Barraud émigra au Canada en 1913. Quand la guerre éclata, il s’enrôla dans les Grenadiers de Winnipeg. Il fut envoyé outremer en août 1915 avec le 43e bataillon, et en novembre 1917, il fut engagé officiellement comme artiste de guerre. Alors qu’il était en France et en Belgique, Barraud réalisa des dessins sur la ligne de front. À partir de ces dessins, il exécuta plus tard de nombreuses gravures pour le Fond de souvenirs de guerre canadiens. Des images telles que La ferme de Berthonval sont représentatives de son style, caractérisé par une composition soignée, associant des bâtiments détruits par la guerre à des paysages romantiques. Cette œuvre d’art a été présentée à Londres en 1919, lors de la Canadian War Memorials Exhibition.

Une aquarelle représentant un mur de briques et de ciment dont les débris jonchent une petite colline, avec à l’arrière-plan des arbres brisés et des avions volant au-dessus.

Position allemande détruite durant la bataille de Vimy, 1917 par Reuben Alvin Jukes, 1917 (Bibliothèque et Archives Canada – MIKAN 3838519)

Reuben Alvin Jukes (Jucksch) est né à Hanover, en Ontario. Il s’enrôla dans le 20e bataillon canadien en 1914, indiquant comme profession qu’il était artiste. Il fut transporté en Angleterre pour s’y entraîner et envoyé au front en janvier 1916. Même s’il n’était pas officiellement artiste de guerre, un commandant compréhensif lui accorda du temps pour peindre des scènes alors qu’il était au front. En raison d’un épisode de ce qu’on appelait alors un traumatisme dû aux bombardements, Jukes n’a pu participer à la bataille de la crête de Vimy; cependant, il reprit du service en mai 1917. Plus tard, il peignit plusieurs aquarelles extrêmement détaillées, presque surréalistes, telles que Position allemande détruite durant la bataille de Vimy, 1917, représentant les lendemains de la bataille.

Une peinture en couleur de quelques croix ornées de fleurs au milieu d’un trou dans un mur de pierre écroulé. À l’arrière, il y a une structure brune; le ciel est bleu avec des nuages blancs.

Emplacements de canons, bois de Farbus, crête de Vimy par Mary Riter Hamilton, 1919 (Bibliothèque et Archives Canada – MIKAN 2836031)

Certaines des peintures les plus expressives de la crête de Vimy ont été réalisées par Mary Riter Hamilton, une artiste professionnelle née au Canada. Bien qu’elle n’ait pas réussi à se faire engager officiellement comme artiste de guerre, l’Association des amputés de guerre de Colombie-Britannique lui a commandé des illustrations pour le magazine The Gold Stripe, destiné aux vétérans. Mary Riter Hamilton avait hâte de peindre les sites où tant d’hommes étaient morts, avant que ne soient entrepris les travaux de reconstruction. Elle se rendit donc en Europe peu après la fin de la guerre pour y peindre. De 1919 à 1922, elle réalisa plus de 300 tableaux, notamment Emplacements de canons, bois de Farbus, crête de Vimy et Petit Vimy et le village de Vimy vus de la route entre Lens et Arras. Dans ces deux œuvres, le style spontané et léger de l’artiste, et une palette de couleurs claires témoignent d’un certain optimisme malgré les circonstances. Hamilton refusa de vendre ses peintures de guerre. Elle les exposa plusieurs fois lors d’activités de financement organisées pour venir en aide aux hommes qui ont combattu, et à leurs familles. En 1926, elle offrit 227 peintures, dessins et gravures aux Archives publiques du Canada (maintenant Bibliothèque et Archives Canada).

Une peinture en couleur d’une route bordée d’arbres cassés, descendant vers une petite ville. Au loin, on aperçoit d’autres villages et des collines.

Petit Vimy et le village de Vimy vus de la route entre Lens et Arras par Mary Riter Hamilton, 1919 (Bibliothèque et Archives Canada – MIKAN 2836011)

Une peinture en couleur représentant un groupe de soldats donnant l’assaut en lançant des grenades dans diverses postures. Quelques soldats s’avancent armés de fusils et de baïonnettes, alors que d’autres sont étendus au sol, morts. Le tableau se décline en couleurs pastel très douces et les soldats sont peints avec beaucoup de délicatesse.

Cede Nullis, les grenadiers du 8e bataillon d’infanterie du Canada sur la crête de Vimy, 9 avril 1917 par Lady Elizabeth Southerden Butler, 1918 (Bibliothèque Archives Canada – MIKAN 2883480)

La bataille de la crête de Vimy a capté l’imagination d’une autre artiste professionnelle, Lady Elizabeth Southerden Butler. Lady Butler (née Elizabeth Thompson) était une artiste anglaise diplômée en art, spécialiste de la peinture réaliste des champs de bataille. À la fin du 19e siècle, elle jouit d’une grande popularité grâce à ses représentations romantiques et héroïques de la guerre de Crimée et des guerres napoléoniennes. Semblable à ses œuvres antérieures, au point de vue du style, Les grenadiers du 8e bataillon d’infanterie du Canada sur la crête de Vimy, 9 avril 1917 représente le 8e bataillon de la 3e division d’infanterie du Canada le jour où les Canadiens se sont emparés de la crête. L’aquarelle a été peinte alors que l’artiste vivait en Irlande; elle fut exposée en mai 1919 à Londres. L’œuvre fut achetée lors d’une vente aux enchères en 1989.

La victoire à la bataille de la crête de Vimy est l’un des événements les plus marquants de l’histoire canadienne. Immortalisés par des œuvres d’art, le courage des soldats et les sacrifices consentis lors de cette bataille font partie intégrante de notre mythologie nationale.

Biographie

Katie Cholette détient un baccalauréat en histoire de l’art, une maîtrise en histoire de l’art canadien et un doctorat en études canadiennes. Elle a travaillé auparavant comme conservatrice des acquisitions et chercheuse au Musée du portrait du Canada; elle a obtenu deux bourses de recherche en art canadien au Musée des beaux-arts du Canada et enseigne en histoire de l’art, en études canadiennes et en lettres et sciences humaines depuis 14 ans à l’Université Carleton. Elle a aussi réalisé plusieurs projets de conservation et de recherche en tant que travailleuse autonome, et elle siège au comité de rédaction de la revue Underhill Review.

Ce blogue a été créé dans le cadre d’une entente de collaboration entre The National Archives et Bibliothèque et Archives Canada.

La bataille de la crête de Vimy – la commémoration

Bannière avec deux photos: une montrant une photo de la bataille de la crête de Vimy qui transitione vers une image plus contemporaine montrant le mémorial de VimyPar Andrew Horrall

Dans les jours suivant la bataille de la crête de Vimy, les journaux des pays alliés annoncent en manchettes que les soldats canadiens se sont emparés d’un objectif qui semblait pourtant inatteignable. Les familles de militaires qui apprennent la nouvelle sont aussi soulagées qu’inquiètes; comme l’écrit un père à son fils qui a combattu à Vimy : « La presse louange les Canadiens. Ils méritent sans l’ombre d’un doute cet honneur, mais si l’on se fie aux pertes, ils en ont payé le prix. » [Traduction] En effet, plus de 10 000 Canadiens ont perdu la vie ou ont été blessés à Vimy.

Cette victoire des forces canadiennes suscite un immense sentiment de fierté chez les combattants, les membres de leur famille et les civils. Presque instantanément, la bataille de la crête de Vimy devient le symbole d’un nouveau nationalisme canadien. On en souligne le premier anniversaire en lançant des collectes de fonds. Plusieurs Canadiens croient aussi que la France léguera la crête de Vimy au Canada en signe de reconnaissance. Au fil des ans, banquets, concerts et offices religieux commémorent ce qu’on appelle « le dimanche de la crête de Vimy ». Pour que le souvenir des exploits accomplis par les Canadiens demeure gravé à jamais, le nom de Vimy est aussi donné à des villes, des rues, des parcs, des entreprises et des lacs partout au pays, ainsi qu’à une montagne et même à quelques nouveau-nés!

Photographie couleur d’un groupe de personnes à cheval, près d’une rivière. L’un des cavaliers, habillé en cow-boy, semble guider une famille sur un sentier. On voit un pic montagneux en arrière-plan.

Le pic Vimy, en Alberta, 1961. (Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4314396)

Carte intitulée « Canadian Battle Exploit, Memorial Site. Hill 145 » (Site du mémorial soulignant les exploits militaires canadiens. Colline 145)

Carte du site proposé pour le Mémorial de Vimy, sans date (The Nationals Archives, WO 32-5861)

Dans la foulée de ces commémorations, le gouvernement fédéral retient en octobre 1921 les services du sculpteur torontois Walter Allward pour concevoir le Mémorial national du Canada à Vimy, sur le terrain que la France a bel et bien cédé au Canada. Pendant les 15 années suivantes, le terrain est aménagé après avoir été nettoyé des bombes, des grenades et des obus non explosés. Un réseau de tranchées est préservé et, bien sûr, on y érige finalement le Mémorial, qui trône au sommet de la crête.

Photographie noir et blanc d’une imposante sculpture du Mémorial de Vimy, représentant un homme endeuillé dont le pied repose sur une épée. En arrière-plan, on voit des panneaux où sont inscrits les noms des Canadiens morts au champ d’honneur.

Une des statues du Mémorial de Vimy. (Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 3329415)

Lettre dactylographiée se lisant comme suit [traduction] :

Lettre confirmant la cession de la crête de Vimy au gouvernement canadien par la France, 30 juin 1927 (The National Archives, FO 371/12638)

Dès la fin des années 1920, des regroupements d’anciens combattants avaient commencé à planifier un pèlerinage à Vimy en vue du dévoilement du Mémorial. Le grand jour arrive finalement : l’inauguration est fixée au 23 juillet 1936. C’est ainsi qu’à Montréal, plus de 6000 militaires et leurs proches montent à bord de cinq navires de ligne affrétés pour l’occasion. On leur remet des bérets et des insignes, et on leur annonce qu’ils seront des ambassadeurs du Canada pendant leur séjour en Europe. Plusieurs militaires étant nés en Grande-Bretagne, ce voyage leur permet de visiter leurs familles. Ce sont d’ailleurs leurs racines britanniques qui avaient incité certains d’entre eux à se joindre au Corps expéditionnaire canadien, 20 ans plus tôt.

Parmi les personnes ayant fait la traversée, on trouve Charlotte Wood, qui avait quitté Chatham (dans le Kent, en Angleterre) pour immigrer en Alberta en 1904. Onze de ses fils et de ses gendres ont servi lors de la Première Guerre mondiale. Cinq d’entre eux y ont trouvé la mort, dont Peter Percy Wood, décédé non loin de la crête de Vimy, peu de temps après la bataille. Il fait partie des 11 000 Canadiens portés disparus et présumés morts en France, et dont les noms sont inscrits sur le Mémorial. Mme Wood est la première Mère de la Croix d’argent, un titre décerné chaque année à une femme qui représente toutes les mères canadiennes ayant perdu un enfant enrôlé dans l’armée. Deux représentants de la communauté des Canadiens d’origine japonaise assistent aussi à l’inauguration, au nom de leurs semblables ayant servi durant la guerre.

Photographie en noir et blanc d’une femme faisant le salut militaire. Elle est vêtue d’un béret et d’un manteau sur lequel sont épinglées de nombreuses médailles.

Charlotte Wood au Mémorial de la crête de Vimy, 26 juillet 1936. (Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 3224323)

Les voyageurs avaient d’abord débarqué à Anvers, en Belgique, d’où des autobus les mènent sur la crête de Vimy, en passant par les champs de bataille et les cimetières de la Première Guerre mondiale. Le Mémorial est dévoilé par le roi Édouard VIII le 26 juillet 1936, devant une immense foule composée d’anciens combattants de différentes nations, de personnel militaire, de dignitaires et de nombreuses personnes s’étant déplacées pour l’occasion. Édouard VIII était très populaire au Canada à l’époque; il possédait même un ranch en Alberta. Les anciens combattants canadiens se rendent ensuite à Londres pour déposer des couronnes de fleurs au Cénotaphe de Whitehall. Ils séjournent dans la capitale britannique à titre d’ambassadeurs du Canada, fiers représentants d’un pays qui, depuis la guerre, a acquis une grande autonomie. Leur pèlerinage prend fin à Paris, où ils déposent des couronnes sur la tombe du Soldat inconnu.

Photographie noir et blanc d’une grande foule sur un trottoir, lors d’une cérémonie. Elle entoure des soldats placés en formation devant un imposant cénotaphe blanc.

La délégation canadienne arrivant de Vimy, devant le Cénotaphe de Whitehall, Londres, 29 juillet 1936. (Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4939444)

Les années passent. Au début de la Première Guerre mondiale, en 1940, le préposé canadien chargé de veiller à l’entretien du Mémorial de Vimy est capturé par les forces allemandes alors qu’elles envahissent le nord-est de la France. Tout au long de la guerre, les rumeurs laissent entendre que le Mémorial a été endommagé, voire détruit. Le 11 septembre 1944, le lieutenant-général Harry Crerar, alors aux commandes de la Première armée canadienne, se rend sur le site récemment libéré. Crerar avait lui-même pris part à la bataille de la crête de Vimy, et sa visite sur la crête est largement médiatisée. Les photos permettent de constater qu’étonnamment, le Mémorial est en bon état, en grande partie grâce aux bons soins de Paul et Alice Piroson, un couple belge qui a vu à son entretien
pendant la guerre.

Photographie couleur d’un homme en uniforme, debout devant une imposante structure de pierres. À gauche, on voit deux personnes; la première, en uniforme, est à peine visible, alors que la deuxième, en arrière-plan, porte une veste, un chandail et un béret.

Le lieutenant-général H. D. G. Crerar et Paul Piroson au Mémorial de Vimy, 11 septembre 1944. (Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4233251)

Paul Piroson continue de travailler à Vimy après la guerre. Lorsqu’il prend sa retraite en 1965, le premier ministre Lester B. Pearson l’invite personnellement au Canada avec sa femme. En 1967, le couple foule pour la première fois le sol canadien et parcourt le pays. Il sera honoré lors d’événements soulignant le 50e anniversaire de la bataille.

Photographie couleur d’un clairon vêtu d’un uniforme écossais, posant devant le monument sur la crête de Vimy.

Vue du Mémorial de Vimy, sans date. (Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 4234839)

Les hommes qui se sont battus sur la crête de Vimy croyaient qu’ils étaient devenus de véritables Canadiens à ce moment précis, et que la bataille avait marqué la naissance de notre pays. Cette vision est demeurée au fil des ans; aujourd’hui, la bataille de la crête de Vimy symbolise l’engagement et le sacrifice des militaires canadiens, peu importe le conflit auquel ils ont pris part. Le terme « Vimy » apparaît d’ailleurs dans plusieurs projets commémoratifs militaires. Et chaque année, des milliers de visiteurs du Canada et d’ailleurs vont se recueillir devant le Mémorial, en souvenir du sacrifice accompli par les Canadiens en 1917.

Notice biographique

Andrew Horrall est archiviste responsable des documents militaires et historien spécialisé dans le music-hall britannique. Il détient un doctorat en histoire de l’Université de Cambridge.

Ce blogue a été créé dans le cadre d’une entente de collaboration entre The National Archives et Bibliothèque et Archives Canada.

Images du Nouveau-Brunswick maintenant sur Flickr

Le Nouveau-Brunswick est l’une des trois provinces maritimes du Canada. Il possède une frontière commune avec le Québec au nord, la Nouvelle-Écosse au sud-ouest, les États-Unis à l’ouest et l’Île du Prince-Édouard au large de sa côte est. Les Premières Nations du Nouveau-Brunswick (les Micmacs, les Malécites et les Passamaquoddys) sont les descendants des premiers peuples qui habitaient la région il y a environ 9 000 ans. À l’arrivée des Français en 1604, les Micmacs les accueillirent et leur enseignèrent comment survivre dans ce nouvel environnement. Les Français prirent finalement possession de toutes les Maritimes et baptisèrent cette colonie « l’Acadie ».

Une photo en noir et blanc de trois femmes et deux enfants dans un champs de pommes de terre

Trois femmes des Premières Nations, une jeune fille et un bébé dans un champ de pommes de terre, Woodstock (Nouveau-Brunswick) (MIKAN 3425858)

Au cours du 18e siècle, les Français perdirent peu à peu leur colonie aux mains des Britanniques. Les Acadiens, descendants des premiers colons français, refusèrent de prêter allégeance à la Couronne britannique, préférant demeurer neutres. En conséquence, des milliers d’Acadiens furent déportés en 1755 et en 1758. Pendant le 19e siècle, la population du Nouveau-Brunswick connut une forte croissance démographique, accueillant des immigrants des Îles britanniques, des loyalistes des États-Unis et un certain nombre d’Acadiens revenant d’exil. Plus tard, le Nouveau-Brunswick fut l’une des quatre provinces d’origine à former la Confédération canadienne, en 1867, avec Fredericton comme capitale.

Le saviez-vous?

  • Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne officiellement bilingue. La majeure partie de la population ede langue anglaise, mais les francophones représentent 33 % de la population totale.
  • La foresterie constitue depuis longtemps le principal moteur de l’économie du Nouveau-Brunswick, environ 83 % du territoire étant recouvert de forêts. Ce secteur industriel est associé à la construction navale et à l’industrie papetière.

Visitez l’album Flickr maintenant !