Nouveaux ajouts à l’album sur Terre-Neuve et Labrador maintenant sur Flickr

Photographie noir et blanc montrant quatres hommes dans des kayaks avec un grand rocher au lointain.

Quatre hommes en kayak, Turnavik (Labrador) (MIKAN 3377220)

Une terre est aperçue en juin 1497, après un peu plus d’un mois de navigation. Jean Cabot est considéré comme le second découvreur de l’Amérique du Nord et de Terre Neuve. De nos jours, cette province célèbre le jour de la Découverte pour commémorer l’événement.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Images du Nouveau-Brunswick maintenant sur Flickr

Le Nouveau-Brunswick est l’une des trois provinces maritimes du Canada. Il possède une frontière commune avec le Québec au nord, la Nouvelle-Écosse au sud-ouest, les États-Unis à l’ouest et l’Île du Prince-Édouard au large de sa côte est. Les Premières Nations du Nouveau-Brunswick (les Micmacs, les Malécites et les Passamaquoddys) sont les descendants des premiers peuples qui habitaient la région il y a environ 9 000 ans. À l’arrivée des Français en 1604, les Micmacs les accueillirent et leur enseignèrent comment survivre dans ce nouvel environnement. Les Français prirent finalement possession de toutes les Maritimes et baptisèrent cette colonie « l’Acadie ».

Une photo en noir et blanc de trois femmes et deux enfants dans un champs de pommes de terre

Trois femmes des Premières Nations, une jeune fille et un bébé dans un champ de pommes de terre, Woodstock (Nouveau-Brunswick) (MIKAN 3425858)

Au cours du 18e siècle, les Français perdirent peu à peu leur colonie aux mains des Britanniques. Les Acadiens, descendants des premiers colons français, refusèrent de prêter allégeance à la Couronne britannique, préférant demeurer neutres. En conséquence, des milliers d’Acadiens furent déportés en 1755 et en 1758. Pendant le 19e siècle, la population du Nouveau-Brunswick connut une forte croissance démographique, accueillant des immigrants des Îles britanniques, des loyalistes des États-Unis et un certain nombre d’Acadiens revenant d’exil. Plus tard, le Nouveau-Brunswick fut l’une des quatre provinces d’origine à former la Confédération canadienne, en 1867, avec Fredericton comme capitale.

Le saviez-vous?

  • Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne officiellement bilingue. La majeure partie de la population ede langue anglaise, mais les francophones représentent 33 % de la population totale.
  • La foresterie constitue depuis longtemps le principal moteur de l’économie du Nouveau-Brunswick, environ 83 % du territoire étant recouvert de forêts. Ce secteur industriel est associé à la construction navale et à l’industrie papetière.

Visitez l’album Flickr maintenant !

Images du Manitoba maintenant sur Flickr

Le Manitoba est la province des Prairies située le plus à l’est, donc plus ou moins au centre du Canada; elle est bornée à l’ouest par la Saskatchewan et à l’est par l’Ontario. Des membres des Premières Nations y habitent depuis plus de 10 000 ans.

La Compagnie de la Baie d’Hudson a contrôlé la région de 1670 à 1869, jusqu’à ce qu’elle vende le territoire au Canada, sans égard pour ceux qui y habitaient. Cette vente, l’exclusion de ses habitants lors de la création d’un gouvernement local et la mise sur pied de divers projets d’infrastructures sans consulter la population expliquent les rébellions de 1869-1870 et de 1885 dans le secteur de la rivière Rouge; ces révoltes étaient menées par le Métis Louis Riel et tous ceux qui soutenaient la Nation métisse.

En réponse à la première rébellion, la Loi du Manitoba de 1870 constitua ce territoire en province canadienne et promit des terres aux Métis. Malheureusement, cette promesse ne fut pas tenue et les Métis ont été refoulés vers l’ouest à l’arrivée d’un nombre grandissant de colons blancs.

Durant cette période trouble, la toute nouvelle province comprenait essentiellement la vallée de la rivière Rouge. Cependant, l’immigration et l’établissement dans la région de nombreux colons se déplaçant vers l’ouest favorisèrent le développement de villages et rehaussèrent l’importance du Manitoba au sein de la Confédération canadienne.

Une photo en noir et blanc montrant une femme enceinte, deux enfants et un homme en train de récolter des patates.

Récolte de pommes de terre au Manitoba (MIKAN 336735)

Le saviez-vous?

  • Le Manitoba est considéré comme la patrie de la Nation métisse; en effet, le commerce des fourrures a eu pour conséquence de nombreuses unions entre les membres des Premières Nations et les Européens.
  • Winnipeg connut une forte période de croissance au tournant du 20e siècle, mais celle-ci fut de courte durée et suivie par des décennies de dépression, de sècheresses, de conflits ouvriers, ainsi que par deux guerres mondiales.
  • En janvier 1916, le Manitoba fut la première province du Canada à accorder aux femmes le droit de voter et de se faire élire au gouvernement provincial… à l’exclusion des femmes des Premières Nations et des Canadiennes d’origine asiatique.

Visitez l’album Flickr maintenant !

Au-delà de Vimy : La montée de la puissance aérienne, 1re partie

Bannière avec deux photos: une montrant une photo de la bataille de la crête de Vimy qui transitione vers une image plus contemporaine montrant le mémorial de Vimy

Bibliothèque et Archives Canada présente sa toute dernière émission de baladodiffusion, « Au-delà de Vimy : La montée de la puissance aérienne, 1re partie ».

Avril 2017 marque le 100e anniversaire de l’attaque et de la prise de la crête de Vimy, alors que les quatre divisions du Corps expéditionnaire canadien travaillaient ensemble pour la première fois. Au cours de la Première Guerre mondiale, plus de 25 000 Canadiens ont servi dans les services aériens britanniques à titre de pilotes, d’observateurs et de mécaniciens. Même si la bataille de la crête de Vimy est surtout connue comme une offensive terrestre, une grande partie des préparatifs en vue de l’assaut sur Vimy se sont déroulés dans les airs. Pour la première partie de cette émission, nous sommes en compagnie de Bill Rawling, historien et auteur du livre Survivre aux tranchées, et de Hugh Halliday, auteur et conservateur retraité du Musée canadien de la guerre. Ensemble, nous discuterons du rôle que le Canada et ses alliés ont joué dans les airs lors des batailles de Vimy et d’Arras en avril 1917, un mois surnommé « avril sanglant ».

Une photo en noir et blanc montrant un avion biplan avec deux aviateurs dans le cockpit: un qui pilote et l'autre sur la mitrailleuse.

Un avion Curtiss JN-4 doté d’une mitrailleuse intégrée, artillerie du pilote, Royal Flying Corps [corps royal d’aviation], Canada, School of Aerial Gunnery [école d’artillerie aérienne], Camp Borden (Ontario), 1917 (MIKAN 3404272)

Pour voir les images associées à ce balado, voici un lien vers notre album Flickr.

Abonnez-vous à notre fil RSS, iTunes ou Google Play afin de recevoir des nouvelles émissions.

Images de la Colombie-Britannique maintenant sur Flickr

La Colombie-Britannique est la province la plus à l’ouest du Canada; c’est une région montagneuse bordée par l’océan Pacifique, dont la population est surtout regroupée dans le coin sud-ouest. Le nom de cette province a été choisi en 1858, et New Westminster, un village situé dans la partie continentale de la province, en est devenu la capitale. Lorsque les colonies établies sur le continent et sur les îles se sont réunies en 1866, l’île-cité de Victoria a été désignée comme nouvelle capitale. La Colombie-Britannique a joint la Confédération canadienne en 1871, devenant ainsi la 6e province du pays.

Photographie en noir et blanc d'une classe d'enfants du jardin de la petite enfance avec les enseignants dans le dernier rang.

Cérémonie de graduation d’une classe de maternelle, Église japonaise de l’Ascension, Vancouver (Colombie-Britannique) (MIKAN 3648578)

Le saviez-vous?

  • Les majestueux paysages et les fascinantes formations géologiques de la Colombie-Britannique sont dus à l’épaisse couche de glace qui recouvrait la province à l’âge glaciaire.
  • Les Paléoaméricains sont arrivés dans le nord-ouest du Pacifique il y a 12 000 à 20 000 ans, et depuis, les communautés autochtones se sont implantées sur la côte et dans le riche et vaste territoire intérieur de la province.
  • L’introduction de la traite des fourrures au début du 19e siècle et la découverte de gisements d’or dans le cours inférieur du fleuve Fraser en 1858 ont entraîné une augmentation du nombre de colons et la construction de villes permanentes. Le 20e siècle apporta l’industrialisation et une exploitation intensive des ressources naturelles. Par conséquent, la préservation de l’environnement et des ressources naturelles est devenue une priorité pour la province dans la période de l’après-guerre.
  • La Colombie-Britannique est l’une des provinces les plus diversifiées au point de vue ethnique, avec le plus haut pourcentage de minorités visibles, principalement originaires d’Asie et d’Asie du Sud-Est.

Visitez l’album Flickr maintenant !

Des images de clowns maintenant sur Flickr

Une carte postale en couleur montrant un clown chez le barbier avec deux autres clowns qui lui coupent les cheveux et lui rasent la barbe.

Puissiez-vous garder bon moral pendant cette période des fêtes, malgré les épreuves de la vie (MIKAN 4428002)

Que vous les aimiez ou non, les clowns existent depuis des siècles sous différentes formes et tailles. Déjà présents dans le burlesque grec antique, les spectacles romains et les cours impériales chinoises, ils ont continué d’évoluer au fil des ans. Au Moyen Âge, en Europe, le clown prit la forme du bouffon ou fou du roi. Engagé pour distraire la cour et les nobles, on lui pardonnait ses impertinences, pourvu que le maître les trouvât amusantes. Affublés de pompons, de glands, de cloches, de chapeaux pointus, de vêtements colorés et brandissant un faux sceptre, les bouffons et les fous du roi commentaient la société et faisaient rire.

Plus tard, le clown revint aux spectacles sur scène en Occident. En Angleterre, en France, en Italie et en Allemagne, le clown ajoutait une dimension supplémentaire à tout spectacle. Se tenant en marge de l’intrigue principale, il y allait de ses commentaires et provoquait les spectateurs. De petites différences culturelles apparurent : en Angleterre, le clown servait de faire-valoir et d’exutoire par le rire; en France, c’était un personnage romantique, plutôt triste; en Italie, le clown était une figure tragique au cœur brisé, mais qui semait la joie; enfin, en Allemagne, le clown portait des vêtements aux couleurs vives avec d’énormes chaussures et arborait un visage blanc, impassible. Ça vous dit quelque chose?

À la renaissance des spectacles et des cirques itinérants aux 18e et 19e siècles, on retrouva le vénérable clown bien intégré à la troupe, provoquant les rires et distrayant les spectateurs entre les numéros. Lorsque le cirque arriva en Amérique du Nord, le clown en faisait toujours partie; il affirma rapidement sa présence dans la société canadienne et dans le monde du divertissement. Au début du 20e siècle, de nombreux cirques ambulants sillonnaient le Canada de ville en village pour divertir le public avec leurs artistes, leurs acrobates et leurs spectacles d’animaux, les clowns intervenant entre les numéros avec leurs pitreries pour amuser les foules et susciter les rires.

Visitez l’album Flickr

Images de l’Alberta maintenant sur Flickr 

L’Alberta est la province des Prairies canadiennes située le plus à l’ouest. Elle partage une frontière avec la Colombie-Britannique à l’ouest et avec la Saskatchewan à l’est. Les Paléoaméricains se sont tout d’abord établis dans cette région il y a au moins 10 000 ans. Ils se sont différenciés au fil du temps pour devenir des groupes des Premières Nations. La Compagnie de la Baie d’Hudson a contrôlé la région de 1670 à 1870, année où le territoire a été acquis par le gouvernement canadien nouvellement créé. En 1905, l’Alberta est la neuvième province à se joindre à la Confédération canadienne.

Photographie noir et blanc montrant une femme et une petite fille marchant sur le long d'un quai en bois.

Gens marchant le long du quai à la gare de Ponoka (Alberta) (MIKAN 3303597)

L’Ouest canadien a connu une croissance importante pendant le 20e siècle. Les colons venaient d’autres provinces et d’Europe pour cultiver les terres des Prairies et peupler ses villes. L’Alberta accueillait des colons ayant beaucoup d’antécédents différents et elle est devenue la troisième province la plus diversifiée. L’explosion démographique a contribué à stimuler l’économie, mais la Crise de 1929 et la grande sécheresse ont ralenti sa progression… au moins jusqu’à la découverte du pétrole, en 1947.

Le saviez-vous?

  • Il y a environ 100 millions d’années, l’Alberta faisait non seulement partie de la mer intérieure occidentale, mais des dinosaures y vivaient! Des spécimens d’au moins 38 types de dinosaures ont été découverts dans la province.
  • La rivalité existe depuis longtemps entre les deux villes importantes de l’Alberta, Edmonton (la capitale) et Calgary (la plus grande des deux). Il y a de nombreux points de désaccord, mais vous le devinez, les sports sont de loin le plus important de nos jours!

Visitez l’album Flickr!

Nouveaux ajouts à l’album sur les livres rares maintenant sur Flickr

Une photo en couleur montrant un livre ouvert montrant une image d'un homme habillé somptueusement sur la page verso et une frontispice somptueusement illustré sur le recto.

Bible polyglotte de l’évêque Walton, volume 1, 1654. À gauche : portrait gravé de Brian Walton. À droite : page de titre grave (AMICUS 940077)

La collection de livres rares à Bibliothèque et Archives Canada est l’une des plus importantes collections de livres rares canadiens  dans le monde. Nous définissons ouvrage canadien  comme suit : tout ouvrage publié au Canada, ou publié à l’étranger mais écrit ou illustré par des Canadiens, ou concernant le Canada.

Visitez l’album Flickr!

Images de la baladodiffusion sur Glenn Gould maintenant sur Flickr

Photographie en couleur montrant une chaise en bois très usée

La chaise de piano pliante de Glenn Gould (MIKAN 4111968)

Trente-quatre ans après la mort de Glenn Gould, les amateurs de musique à travers le monde se sentent toujours aussi interpellés par son vaste répertoire d’enregistrements et par la vision artistique audacieuse de l’artiste. Les interprétations irrévérencieuses des œuvres du répertoire pour piano et les singularités étonnantes de Gould sont devenues légendaires.

Visitez l’album Flickr!

Les femmes inuites et les phoques : une relation unique maintenant sur Flickr

Les phoques occupent une place centrale dans la vie des Inuits et constituent une source d’alimentation locale essentielle. De nombreuses traditions, coutumes, croyances et histoires transmises oralement concernent les phoques. Les Inuits ont toujours eu une relation importante et directe avec cet animal. Les chasseurs respectent énormément l’esprit du phoque, un animal dont ils dépendent grandement.

A black and white photograph of a woman standing in front of a tent and hanging seal boots on a a clothesline.

Inuit woman “Aasivak Evic” hangs kamiits (sealskin boots) to dry, Pangnirtuuq (Pangnirtung), Nunavut. George Hunter. Canada. National Film Board of Canada. Photothèque (MIKAN 3198727)

Chaque partie du phoque est utilisée, car l’exploitation doit être durable, respectueuse et réalisée sans cruauté. Plus important encore, le climat froid et rigoureux de l’Arctique oblige les habitants de la région à avoir un bon abri et de bons vêtements pour rester au chaud et au sec. La peau, la fourrure et l’huile des phoques répondent à ce besoin.

Les femmes inuites ont développé des techniques très perfectionnées pour traiter et utiliser les parties du phoque de diverses manières au fil des saisons. Après avoir enlevé la graisse avec un ulu (le couteau traditionnel des femmes à lame en forme de croissant).

Visitez l’album Flickr!