« Le nouvel Eldorado » – Attirer les colons dans l’Ouest

Par Vasanthi Pendakur

Affiche sur laquelle apparaissent en majuscules les mots « Canada » et « Lecture » (conférence). La taille des autres mots varie, et ils sont tous imprimés en bleu sur un fond sépia.

Affiche annonçant une conférence à Glasgow, en Écosse, sur le Canada et les avantages de s’y établir (MIKAN 1437596)

« 160-ACRE FARMS IN WESTERN CANADA – FREE! » (FERMES DE 160 ACRES DANS L’OUEST DU CANADA – GRATUIT!) C’est ce que claironne l’une des nombreuses affiches imprimées par le ministère de l’Intérieur du Canada pour attirer les immigrants dans l’Ouest canadien. De 1886 au début des années 1930, le ministère de l’Intérieur mène une vaste campagne publicitaire pour inciter les familles immigrantes d’agriculteurs à s’établir dans les Prairies. Des expositions sont organisées et des affiches, des brochures et des dépliants sont distribués – tout cela en diverses langues – partout en Europe et aux États-Unis pour recruter le plus d’immigrants possible. La colonisation liée directement à cette campagne comprend 500 familles ukrainiennes qui sont arrivées à Dauphin, au Manitoba, en mai 1897, et la colonie de Barr, des colons anglais qui sont arrivés dans la ville actuelle de Lloydminster, en Alberta, en mai 1903.

Une petite carte en norvégien sur laquelle les caractères et le fond sont en alternance bleus ou sépia.

Une carte norvégienne annonçant des terres gratuites au Canada (MIKAN 2945660)

Comme gardien des documents du gouvernement, Bibliothèque et Archives Canada possède une grande collection de matériel promotionnel utilisé pendant cette campagne publicitaire. Le matériel visait à promouvoir une vision idéalisée de l’Ouest. Des images montrant des paysages présentant une verdure luxuriante, du bétail bien nourri et des récoltes de céréales dorées étaient souvent utilisées. Les aspects négatifs des Prairies, comme le temps froid et l’isolement, étaient minimisés.

Affiche aux couleurs vives sur laquelle figure un homme qui transporte un paquet de blé sous un bras et un garçon dans l’autre. Un panier de pommes de terre, de tomates et d’ail se trouve à ses pieds. En arrière-plan : des poules, des cochons, un troupeau de bétail et une maison.

« Canada – The New Homeland » (Canada – la nouvelle patrie) (MIKAN 2958967)

Des sociétés privées participaient aussi à la campagne. Les entreprises d’expédition et du domaine ferroviaire se servaient de ces mêmes images publiées par le gouvernement pour encourager les colons à venir s’établir au Canada.

Affiche colorée montrant un paysage montagneux divisé par une frontière internationale. Deux hommes représentant chaque pays se tiennent de chaque côté de la frontière. L’image est placée entre un slogan de recrutement et de l’information sur les déplacements d’un pays à l’autre.

« 40,000 Men Needed in Western Canada… » (Besoin de 40 000 hommes dans l’Ouest canadien…) (MIKAN 2897527)

Les stratégies de recrutement changent au fur et à mesure que les Prairies se développent et que les techniques d’impression s’améliorent. La plupart des premières affiches remontant aux années 1880 et 1890 (comme la première image) ne comprennent que du texte et de petites images. Ces affiches présentent de l’information sur l’Ouest et moussent les avantages des terres gratuites. Différentes couleurs et tailles de caractères ainsi que de petits symboles sont utilisés pour attirer l’attention des gens. Au fur et à mesure que les techniques d’impression s’améliorent, de grandes photos en couleur remplacent les mots. Pour certaines affiches, un mélange de texte et d’images est utilisé, et chaque section est encadrée pour créer un effet de mosaïque.

Affiche colorée montrant des scènes sur des fermes dans l’Ouest canadien avec, en toile de fond décorative, du blé doré et des feuilles d’érable. Les slogans entourant les images fournissent de l’information et des conseils.

Affiche annonçant une conférence à Glasgow, en Écosse, sur le Canada et les avantages de s’y établir (MIKAN 1437596)
« Western Canada: The New Eldorado » (L’Ouest canadien : le nouvel Eldorado) (MIKAN 2945432)

Pour d’autres affiches, surtout des exemples ultérieurs, on a recours à des photos aux couleurs vives accompagnées de courts slogans et du nom du ministère ou de l’entreprise.

Affiche aux couleurs vives au haut de laquelle figurent le mot « Canada » en gros caractères rouges, des oiseaux qui volent au-dessus de champs dorés dans un cercle ainsi qu’un slogan et, au bas, de l’espace pour indiquer où obtenir de l’information ou des documents.

« Build Your Nest in Western Canada » (Faites votre nid dans l’Ouest canadien) (MIKAN 1433941)

La campagne a fonctionné. L’immigration de colons ukrainiens et de Barr n’était qu’un début; des milliers d’autres colons se sont établis dans les Prairies, motivés par la promesse de terres gratuites et d’une nouvelle vie. Ils sont beaucoup à ne pas l’avoir réussie. Les nouveaux venus, attirés par la vision idéalisée de l’Ouest dépeinte dans le cadre de la campagne, n’étaient pas préparés à la réalité de leur nouvelle patrie. Cependant, les immigrants qui ont réussi leur nouvelle vie ont changé la société et contribué à façonner les Prairies pour en faire ce qu’elles sont aujourd’hui.

Ressources connexes


Vasanthi Pendakur est assistante aux expositions à la Division Expositions et contenu en ligne de Bibliothèque et Archives Canada.

Un document d’intérêt : une lettre de 1818 à propos du traitement d’immigrants irlandais atteints de la fièvre typhoïde

par Martin Lanthier

Au début du 19e siècle, l’arrivée de navires transportant des immigrants parfois atteints de maladies soulève la crainte de voir s’étendre au Bas-Canada des épidémies. L’élite de la colonie prend conscience de la situation et y va d’initiatives pour gérer ce problème.

La correspondance du secrétaire civil du gouverneur du Bas-Canada (RG4-A1, MIKAN 105377) renferme des documents qui témoignent de ces préoccupations et aussi des situations auxquelles devaient faire face les médecins de l’époque. Un exemple parmi d’autres est une lettre du docteur William Hacket du 29 juillet 1818 dans laquelle il décrit son intervention pour guérir des colons irlandais atteints de la fièvre typhoïde.

Ils arrivent à Québec le 21 juillet à bord du Royal Edward. Plusieurs d’entre eux sont malades et, après quelques jours, on décide de les soigner. Puisqu’aucun hôpital n’existe pour accueillir un si grand nombre de personnes (119) et que les conditions à bord sont insalubres, on ordonne la mise en quarantaine et le traitement des malades sur l’île au Ruau [ou île aux Ruaux], près de Grosse-Île dans le fleuve Saint-Laurent. On confie la tâche au docteur Hacket, assisté de deux confrères : les docteurs Wright et Holmes.

Dans sa lettre, écrite six jours après l’arrivée des passagers sur l’île, il explique d’abord la difficulté qu’il a eue pour les convaincre de quitter le navire — certains affirmaient qu’on ne pourrait les en faire débarquer que par la force. Il s’étend ensuite sur le fait que sans l’aide des militaires, qui ont installé un camp, il n’aurait pu les accueillir et les traiter.

Première page d’une lettre manuscrite, à l’encre noire sur papier blanc.

Lettre du docteur William Hacket à A. W. Cochrane, secrétaire civil, Québec, 29 juillet 1818 (RG4-A1, volume 180 MIKAN 126122) e011181012.

Lire la suite

Jour des petits immigrés britanniques : l’apport de plus de 100 000 enfants anglais à la population du Canada

Il y a cinq ans, Jim Brownell, alors député provincial de Stormont‑Dundas‑South Glengarry, a déposé le projet de loi 185 visant à proclamer le 28 septembre « Jour des petits immigrés britanniques ».

Brownell est un proche parent de deux petites immigrées anglaises: sa grand-mère paternelle et sa grand-tante. Les sœurs d’origine écossaise sont toutes deux arrivées au Canada par l’entremise du mouvement d’immigration d’enfants. De 1869 à la fin des années 1930, plus de 100 000 enfants ont été emmenés des îles Britanniques au Canada.

La grand-mère de M. Brownell, Mary Scott Pearson, est née en Écosse et est arrivée au Canada le 28 septembre 1891 à bord du navire SS Hibernian. Le foyer d’accueil Fairknowe, à Brockville (Ontario), a été sa première résidence en sol canadien.

Peut-être avez-vous découvert les traces d’un jeune immigré en provenance des îles britanniques au cours de recherches sur l’histoire de votre famille. Il semblerait que onze pour cent de la population canadienne comptent un petit immigré anglais parmi leurs ancêtres.

Par où dois-je entreprendre mes recherches pour retrouver mes ancêtres?

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) détient de nombreux documents susceptibles d’être utiles lors de vos recherches sur les petits immigrés anglais. Entre autres documents, il y a des listes de passagers, des dossiers de correspondance de la direction de l’immigration et des rapports d’inspection, des collections non gouvernementales et des fonds privés (comme le fonds Middlemore), ainsi que des index de quelques documents conservés au Royaume-Uni. Consultez la rubrique Les documents pour obtenir des conseils relativement aux recherches et des explications sur les documents gardés à BAC.

Les listes de passagers et autres documents liés à l’immigration sont souvent les premières sources consultées. Outre la liste de noms des enfants, il y a le nom du navire, les dates de départ et d’arrivée, le nom de l’organisation qui a envoyé l’enfant en partance des îles Britanniques et la destination de l’enfant au Canada. Tous ces détails sont des éléments clés pour retrouver nos ancêtres qui ont immigré au Canada.

Image en noir et blanc d’une maison entourée de neige fondante. Devant la maison, il y a deux traîneaux à chevaux et des personnes autour.

« Marchmont », la maison d’accueil située à Belleville (Ontario), où a habité Mlle Macpherson (résidence hébergeant des enfants immigrants de la Grande-Bretagne) (MIKAN 3591133)

Dans le Guide des organismes qui ont envoyé des enfants et des maisons d’accueil se trouve une liste et une description de lieux, de sociétés et d’institutions associés à l’organisme, au Royaume-Uni et en Irlande, et les lieux et maisons d’accueil associés à l’organisme, au Canada. Une quatrième colonne renferme le nom des personnes associées aux organismes souvent mentionnés dans les listes de passagers. Par exemple, Thomas Barnardo et John Hobday étaient associés aux Barnardo’s Homes. Agnes Burges et William et Mary Quarrier étaient associés aux Quarrier’s Orphan Homes of Scotland, dont le foyer d’accueil Fairknowe était sis à Brockville (Ontario). Les enfants qui avaient été baptisés dans la foi catholique étaient habituellement placés dans des familles ou des congrégations religieuses catholiques, souvent au Québec.

Sources militaires et états de recensement

Bon nombre de petits immigrés anglais ont grandi et se sont enrôlés dans les Forces canadiennes, tant durant la Première que la Seconde Guerre mondiale; certains ont décidé de rester au Royaume-Uni à la fin de la guerre. Consultez notre page sur le Patrimoine militaire pour effectuer des recherches dans les dossiers de service militaire et d’autres ressources militaires.

Si vous désirez vous renseigner sur le lieu de résidence d’un enfant, consultez les Recensements couvrant la période visée. Précisons que l’on peut faire des recherches sur les petits immigrés anglais en employant le même nom de famille que celui inscrit dans la liste de passagers. La plupart de ces enfants ont gardé leur nom d’origine et n’ont pas été officiellement adoptés par les familles chez qui ils ont résidé.

Si vous souhaitez nous poser une question, passez nous voir au comptoir de généalogie au 395, rue Wellington, à Ottawa, ou envoyez-nous un courriel au moyen du formulaire de demande d’aide en généalogie.

En dernier lieu, n’oubliez pas de lire les articles précédemment publiés sur les petits immigrés anglais : Introduction, Edward Brignall, Harold Mornington, Wallace Ford et l’honorable James Murdock.

Autres sources

Les petits immigrés anglais : guide des organismes qui ont envoyé des enfants et des maisons d’accueil

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le plaisir d’annoncer le lancement du Guide des organismes qui ont envoyé des enfants et des maisons d’accueil.

Ce guide est un point de départ essentiel pour effectuer une recherche dans les documents sur les petits immigrés anglais qui sont venus au Canada en provenance des îles britanniques entre 1869 et 1932. Grâce à ce guide, vous pouvez découvrir les documents qui sont conservés à BAC et dans d’autres institutions au Canada et dans les îles britanniques. Ce guide contient aussi des renseignements historiques sur les différents organismes et des liens utiles vers des sites Web pour de la recherche sur les petits immigrés anglais. Ce guide a été compilé sur une période de plusieurs années par le personnel de généalogie de BAC.

Commencez à consulter le guide maintenant!

Lancement de la base de données « Carleton Papers – Loyalistes et soldats britanniques, 1772-1784 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données accessible en ligne : Carleton Papers – Loyalistes et soldats britanniques, 1772-1784.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 54 000 loyalistes et soldats britanniques. Les noms sont tirés des British Headquarters Papers, New York, aussi connus comme les Carleton Papers, qui contiennent une variété de documents au sujet des soldats et des réfugiés civils loyalistes ainsi que des soldats britanniques et allemands qui se sont établis au Canada après la Révolution américaine (1776-1783).

Commencez vos recherches sur les loyalistes et les soldats britanniques maintenant!

Nouvelle version de la base de données « Documents sur les petits immigrés anglais »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle version de sa base de données en ligne « Documents sur les petits immigrés anglais ».

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 245 000 enfants britanniques envoyés au Canada entre 1869 et 1932. Les noms sont tirés d’une variété de sources comme les documents d’organismes qui ont envoyé des enfants, des publications ainsi que des documents gouvernementaux et privés.

Commencez vos recherches dans les documents sur les petits immigrés anglais maintenant!

Lancement de la base de données « Immigrants ukrainiens, 1891-1930 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données en ligne : Immigrants ukrainiens, 1891-1930.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 14 700 Ukrainiens arrivés au Canada et aux États-Unis entre 1891 et 1930. Les noms sont tirés des listes de passagers conservées à Bibliothèque et Archives Canada pour les ports canadiens et américains suivants :

  • Halifax (Nouvelle-Écosse)
  • Montréal et Québec (Québec)
  • Saint John (Nouveau-Brunswick)
  • New York (New York)
  • Portland (Maine)

Certains noms proviennent des notes colligées par Vladimir Julian Kaye (1896-1976) sur les premiers colons et les premières familles d’Ukraine venus s’établir au Canada.

Commencez vos recherches sur les immigrants ukrainiens maintenant!

Lancement de la base de données « Immigrants pour le Canada, Porteurs et Domestiques, 1899-1949 »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle base de données en ligne : Immigrants pour le Canada, Porteurs et Domestiques, 1899-1949.

Les chercheurs auront maintenant accès à des données sur plus de 8 600 individus arrivés au Canada en tant que porteurs ou domestiques entre 1899 et 1949. Les noms sont tirés des listes contenues dans les dossiers du Service central de la Direction de l’immigration (RG 76 B1a) et d’autres dossiers conservés à Bibliothèque et Archives Canada.

Commencez vos recherches sur les porteurs et domestiques maintenant!

« La Pointe »

Photographie stéréoscopique en noir et blanc montrant la construction d’un pont.

Photographie stéréoscopique de la construction en cours du pont Victoria depuis la Pointe-Saint-Charles (MIKAN 3357662)

Le paysage et la population de Pointe-Saint-Charles ont changé de façon spectaculaire une fois la construction du canal de Lachine terminée en 1848 et davantage encore avec la nouvelle infrastructure ferroviaire et la construction du pont Victoria, qui relie Montréal à la Rive-Sud. Plusieurs entreprises ont été attirées vers cette région; de nouveaux emplois ont été créés, et la terre précédemment donnée à l’agriculture a été rachetée pour y construire des logements résidentiels. Selon Héritage Montréal, au début du 20e siècle, Pointe-Saint-Charles était devenue le plus grand secteur industriel, non seulement de Montréal, mais de tout le Canada. C’est à cette époque que La Pointe est également devenue l’exemple par excellence d’un creuset ethnique. Peuplée principalement par des Canadiens anglais (75 %) et des Canadiens français (25 %), La Pointe a ensuite accueilli de plus en plus de groupes ethniques différents. Lire la suite

Lancement d’une nouvelle version de la base de données Immigrants de la Chine

Mai est le Mois du patrimoine asiatique au Canada durant lequel nous reconnaissons la longue et riche histoire des Canadiens d’origine asiatique ainsi que leurs contributions au Canada. Le Mois du patrimoine asiatique donne aussi aux Canadiens l’occasion de réfléchir aux contributions des Canadiens d’origine asiatique à la croissance et à la prospérité du Canada ainsi que de célébrer leur apport.

Pour souligner la culture asiatique, Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer l’ajout de plus de 35 000 références dans sa base de données Immigrants de la Chine. On y retrouve maintenant des références aux certificats C.I.9 délivrés aux personnes d’origine chinoise nées en dehors du Canada et désirant quitter le Canada pour une période de temps limitée sans perdre leur statut au Canada. Les documents originaux fournissent des renseignements tels que le nom de la personne, son âge, son lieu de naissance et une photographie ainsi que le port, la date d’embarquement et le nom du navire.