La Jamaican Canadian Association et les femmes

Par Christine Barrass

La Jamaican Canadian Association (JCA) [association jamaïcaine du Canada] a été fondée il y a 56 ans par des Jamaïcains qui habitaient à Toronto. En 1962, alors que la Jamaïque se prépare à obtenir son indépendance du Royaume-Uni, le groupe décide de se réunir pour manger, danser et célébrer. Cette activité organisée le 6 août, jour d’indépendance, connaît un succès retentissant. Les discussions tenues par la suite favorisent la création d’un organisme qui pourrait aider les immigrants des pays des Caraïbes à s’adapter à la vie à Toronto et défendre les citoyens canadiens d’origine caribéenne ou africaine de la ville. À cette fin, on met en place un comité constitutionnel composé de trois hommes et de trois femmes. Le 23 septembre 1962, les nombreux participants d’une réunion organisationnelle approuvent la composition de la JCA et élisent le premier comité de direction.

Vincent Conville, un membre de longue date de l’Association et président de 1977 à 1978, rédige sa thèse de doctorat sur la JCA. En 2008, il fait don à Bibliothèque et Archives Canada des documents qui composent maintenant le fonds de la Jamaican Canadian Association. On y trouve des transcriptions d’entrevues orales réalisées avec des membres fondateurs et influents du groupe ainsi que des copies du bulletin de nouvelles de la JCA, In Focus. Ces entrevues et articles du bulletin contiennent, entre autres, les commentaires sincères et pertinents de plusieurs femmes, dont Amy Nelson, Kamala-Jean Gopie et Erma Collins.

La JCA comptait davantage de femmes que d’hommes parmi ses membres, ce qui était inhabituel à l’époque. Ces femmes, soit un groupe diversifié d’universitaires, d’infirmières et de domestiques, s’étaient engagées dans l’Association puisqu’elles voulaient toutes aider d’autres membres de la communauté caribéenne de Toronto et du reste du Canada. Les femmes de la JCA ont joué divers rôles au fil des ans. Malgré leur grand nombre, elles n’ont occupé aucun poste de direction pendant les premières décennies de la JCA. Plutôt, elles ont agi à l’arrière-plan en organisant des collectes de fonds, en créant des comités et en appuyant l’objectif de l’association, soit offrir des services sociaux essentiels. Dans une entrevue réalisée par M. Conville, Amy Nelson, l’une des membres fondatrices de la JCA, reconnaît l’inégalité qui était présente dans l’organisation. Elle perçoit ce problème comme étant un produit de l’époque : les hommes se retrouvaient tout simplement plus souvent dans des rôles de direction, que ce soit dans la JCA ou dans la société en général.

La page principale d’un bulletin de nouvelles imprimé en noir et vert. Le titre principal est « …founder, Amy Nelson looking back on 40 years… » [...la fondatrice Amy Nelson revient sur les 40 dernières années…].

Bulletin de nouvelles In Focus, novembre 2002 (e011218459)

Kamala-Jean Gopie (auparavant Jean Gammage) est l’une des femmes ayant occupé un poste de direction à la JCA. Elle se joint à l’Association en 1974 et devient rapidement une membre très active. En 1974, elle occupe le poste de secrétaire administrative, puis, de 1978 à 1980, elle est la première femme à assurer la présidence de la JCA. Toutefois, malgré son rôle de leadership, elle affirme dans une entrevue du bulletin In Focus qu’elle a déjà assisté à une cérémonie de prix comme invitée plutôt qu’organisatrice. Plutôt inhabituel!

La page principale d’un bulletin de nouvelles imprimé. Le titre est : « Kamala-Jean Gopie: A woman with a mission » [Kamala-Jean Gopie : une femme investie d’une mission].

Bulletin de nouvelles In Focus, vol. 4, no 3, mai 1995 (e011218458)

Les contributions uniques des femmes de la JCA ont mené à la création de ce qui était le Groupe auxiliaire féminin, reformé plus tard sous le nom du Comité féminin. Mis sur pied au début des années 1970, le Groupe auxiliaire mettait l’accent sur les antécédents des femmes qui travaillaient dans les soins de santé pour appuyer certaines activités de la JCA. Cela change lors de sa renaissance sous le nom de Comité féminin. Erma Collins, première vice-présidente de l’association, et Pam Powell, ancienne membre du Conseil, se rappellent que ce comité comblait les lacunes liées aux programmes destinés aux femmes. Il s’occupait d’enjeux urgents, dont la santé des femmes; par exemple, il a organisé une foire de la santé pour les femmes noires de l’Ontario, en 1993. Le Comité a par la suite élargi son mandat pour aborder d’autres enjeux liés à l’égalité des sexes.

La page principale d’un bulletin de nouvelles imprimé. Le titre principal est : « JCA elects first female 1st Vice-President » [La JCA élit pour la première fois une femme comme première vice-présidente].

Bulletin de nouvelles In Focus, vol. 3, no 9, avril 1993 (e011218457)

C’est avec fierté que le Comité féminin poursuit ses activités encore de nos jours!


Christine Barrass est archiviste principale à la Division des archives privées sur la vie sociale et la culture, Direction générale des archives, à Bibliothèque et Archives Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.