Des images de restaurants maintenant sur Flickr 

Photographie noir et blanc de l’extérieur d’un restaurant situé sur un chemin de terre dans une région éloignée.

Restaurant à Entrance (Alberta) [PA-100223]

L’essor des restaurants est directement relié à la croissance des villes. Alors que les routes commerciales s’étendent dans la Chine ancienne et l’Empire romain, les marchands ambulants qui se rendent dans les villes pour y vendre leurs produits font souvent halte dans des lieux de restauration publics, comme les auberges, pour se reposer et se restaurer. À l’intérieur des villes en pleine expansion, les tavernes et les auberges deviennent les principaux endroits où les gens peuvent trouver de quoi manger simplement, boire et se loger.

Photographie noir et blanc d’une femme sortant de la cuisine d’un restaurant en portant un plateau avec une théière et des tasses.

Une serveuse sortant de la cuisine du Diana Sweets et apportant un plateau avec une théière et des tasses, Toronto (Ontario) [PA-068091]

Photographie stéréoscopique noir et blanc montrant des dizaines de serveurs debout près de deux rangées de tables avec un lustre suspendu au plafond, Hôtel Windsor, Montréal (Québec).

Des dizaines de serveurs debout près de deux rangées de tables avec un lustre suspendu au plafond, Hôtel Windsor, Montréal (Québec) [e011093681]

Ce n’est qu’à partir du 18e siècle en France que l’on assiste à l’ouverture de restaurants de luxe ou spécialisés à l’intention de ceux qui en ont les moyens. Ces premiers restaurants proposent des menus composés d’un vaste choix de viandes, de légumes et de boissons, préparés selon des recettes plus élaborées. D’autres pays emboîtent le pas, et la culture de la restauration se répand partout en Europe et bien au-delà.

Photographie noir et blanc de l’extérieur du restaurant Nick's Chicken Barbecue. Une enseigne au néon dans la fenêtre annonce « Good Food » [bonne nourriture] et « Beer & Wine » [bière et vin].

Le restaurant Nick’s Chicken Barbecue, Québec (Québec) [PA-080674]

Aujourd’hui, les villes canadiennes offrent un vaste choix de restaurants servant des spécialités culinaires du monde entier dans une large gamme de prix.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Images de l’industrie sidérurgique (acier) maintenant sur Flickr

Photographie en noir et blanc d’ouvriers qui supervisent le coulage d’acier en fusion dans des moules.

Des ouvriers surveillent le coulage d’acier fondu à l’Atlas Steel Company, Welland (Ontario) [e000760732]

L’acier est un alliage composé principalement de minerai de fer et d’un peu de carbone. Sa production constitue une grande industrie au Canada, actuellement concentrée en Ontario et au Québec.

Photographie en noir et blanc de trois ouvrières du rail, portant des gants et de lourds vêtements de travail, et posant avec leurs pelles.

Portrait de trois ouvrières du rail posant avec leur pelle, Stelco Steel Company of Canada, Hamilton (Ontario) [e000762848]

Photographie en noir et blanc d’un ouvrier, debout à côté d’un four, qui dirige le coulage d’acier en fusion dans une poche de coulée.

Un ouvrier se tient à côté d’un four et oriente le coulage d’acier fondu dans une poche de coulée, Stelco Steel Company of Canada, Hamilton (Ontario) [e000760223]

L’acier est matériau polyvalent employé dans la fabrication d’un éventail de produits, comme des barils, des fermoirs, des structures, des électroménagers, des pièces automobiles et même des contenants alimentaires. Comme l’aluminium, l’acier se recycle facilement. Bon nombre d’aciéries canadiennes fabriquent leur acier à partir de ferraille.

Photographie en noir et blanc d’un ouvrier qui regarde dans un pyromètre pour mesurer la température de l’acier en fusion.

Un ouvrier mesure la température de l’acier fondu à l’aide d’un pyromètre à l’aciérie Sorel Steel (Québec) [e000760214]

Des brames (tôles), des bandes et des billettes d’acier semi-finies sont façonnées par laminage ou par forgeage pour la production commerciale ou industrielle. Au Canada, la production d’acier a commencé dans les années 1880. Au début des années 1900, des centres de fabrication étaient déjà établis à Hamilton et à Sault Ste. Marie, en Ontario, ainsi qu’à Sydney, en Nouvelle-Écosse. La production a augmenté pendant la Deuxième Guerre mondiale, puis a connu une croissance rapide après la guerre.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Les ingénieurs en aéronautique d’A. V. Roe Ltd.

 

Bannière avec les mots suivants : Première: Nouveautés à Bibliothèque et Archives Canadas. Et on aperçoit à droite une outre attrapant un poissonPar Andrew Elliott

En 1948, les tout premiers étudiants de l’école de génie aéronautique de l’Université de Toronto obtiennent leur diplôme; parmi eux, on retrouve Gerald Vincent Bull, Fred Matthews, Daisy Pon, William McCarter, William Kuzyk et Ralph Waechter. La plupart des diplômés de cette cohorte – et notamment la toute première femme ingénieure en aéronautique – occupent des postes au siège de la compagnie A. V. Roe Ltd., situé à Malton, en Ontario. Au cours des années 1950, ils y travaillent au développement d’aéronefs révolutionnaires, dont le célèbre (et infortuné) avion supersonique Avro Arrow.

Bibliothèque et Archives Canada a récemment acquis les fonds de deux de ces ingénieurs : William Kuzyk et Ralph Waechter.

Pour reprendre les termes du musée canadien de l’aéronautique (le Canadian Air and Space Museum, à Toronto), l’histoire d’A. V. Roe Ltd. en est une de triomphe et de tragédie pour l’aviation canadienne. En 1945, la compagnie lance deux grands projets : le Jetliner C-102, un avion de ligne, et le Canuck CF-100, un chasseur d’interception militaire à deux moteurs pouvant voler par tous les temps. Puis, en 1950, elle s’attaque à la conception de l’Avro Arrow : des équipes d’ingénieurs de l’Angleterre et du Canada unissent leurs efforts afin d’en concevoir la cellule et les turboréacteurs.

Mais revenons au Jetliner C-102, un avion révolutionnaire dans le milieu du transport commercial aérien. Il prend son envol pour la première fois en août 1949 et fracasse des records de vitesse lors de chaque vol subséquent. Malheureusement, sa production ne dépasse jamais le stade des modèles d’essai.

Photo noir et blanc d’un avion sur une piste, entouré de groupes d’hommes.

Le Jetliner C-102 (a092486)

Le Canuck CF-100, lui, est l’un des modèles d’A. V. Roe Ltd. ayant connu le plus de succès. Vous pouvez voir ci-dessous à quoi ressemblait ce chasseur d’interception qui pouvait braver toutes les conditions météo.

Illustration couleur d’un avion survolant des nuages; deux autres avions semblables volent en formation à l’arrière-plan.

Le Canuck CF-100 (a068257)

Quant à l’Avro Arrow CF-105, il présentait des caractéristiques techniques avancées : une aile delta d’une hauteur remarquable, une structure sans queue et d’autres éléments aérodynamiques de pointe. Ces détails sont bien visibles dans les plans d’origine :

Dessin noir et blanc de la coupe transversale d’un avion montrant le fuselage, l’aile et l’empennage vertical.

Dessin n° 7-0400-01, version n° 1 de l’Avro Arrow CF-105 (e011161348)

Esquisse du contour d’un avion à l’allure futuriste.

Esquisse de l’Avro Arrow (e011161340)

Le tournant des années 1950 est une période stimulante pour les ingénieurs en aéronautique, et de nombreux diplômés obtiennent immédiatement un emploi chez A. V. Roe Ltd.

C’est le cas de Ralph William Waechter (1926-2012), embauché comme ingénieur en aéronautique, ingénieur d’essai en vol et aérodynamicien après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Toronto en 1948, au terme de quatre ans d’études. Son collègue William Kuzyk (1922-1990) a lui aussi fréquenté l’Université de Toronto de 1943 à 1949; pendant ses études, il travaillait déjà chez A. V. Roe Ltd. en tant que contrôleur de modèles dans la division des turbines à gaz.

Au fil des ans, Waechter et Kuzyk occupent des postes dans divers départements de la compagnie. Ils sont entre autres ingénieurs au sein du département de la recherche sur les essais en vol, où ils sont principalement chargés de recueillir des données. Nombre de leurs rapports décrivent des problèmes techniques relatifs au vol à haute vitesse ainsi que les phénomènes connexes pouvant se produire. Il existe d’ailleurs un nombre considérable de données et de graphiques sur le sujet, en particulier sur la vitesse anémométrique et la performance à haute vitesse. Waechter et Kuzyk testent aussi la performance des diverses versions expérimentales de l’Avro Arrow, y compris celles ayant recours à la technologie de lancement de longueur zéro.

Texte optionnel : Dessin noir et blanc du profil, de l’avant et du dessus d’un avion

Lancement de longueur zéro à géométrie fusée, Avro Arrow CF-105 (e011161341)

Dessin technique détaillé d’un avion en position de lancement.

Position de lancement de l’Avro Arrow pour le lancement de longueur zéro (e011161347)

Dessin montrant deux avions au-dessus des nuages.

Photo d’un croquis de l’Avro Arrow CF-105 (a111546)

Jusqu’en 1958, la conception et le vol des prototypes sont couronnés de succès. Mais le climat politique national et international a raison de cet élan : le 20 février 1959, le gouvernement fédéral met fin à tous les travaux sur l’Avro Arrow, et la compagnie A. V. Roe licencie 14 000 employés. Comme plusieurs confrères dans la même situation, Waechter et Kuzyk déménagent alors aux États-Unis, où ils travaillent pour des entreprises de génie aéronautique. Alors que certains de leurs compatriotes ne reviendront jamais, ils rentrent au pays au début des années 1970 et y poursuivent de brillantes carrières.

L’annulation du projet de l’Avro Arrow s’accompagne d’une recommandation visant la destruction de tous les documents connexes. Nous sommes donc très chanceux que William Kuzyk et Ralph Waechter aient ignoré ces ordres! Grâce à eux, nous avons aujourd’hui un aperçu unique des travaux de recherche et de développement réalisés dans le secteur canadien de l’aéronautique au milieu du 20e siècle.

Pour en savoir plus

BAC possède divers fonds contenant des documents en lien avec l’Avro Arrow :

On trouve également des documents pertinents dans les fonds de certains députés et premiers ministres :

Enfin, quelques documents épars sur l’A. V. Roe et ses divers projets aéronautiques se trouvent dans des fonds gouvernementaux :


Andrew Elliott est archiviste responsable des archives privées à la Section des sciences, de l’économie et de l’environnement de la Direction générale des archives de Bibliothèque et Archives Canada.

Des images d’enregistrements pour enfants : disques 78 tours, 1918-1962 maintenant sur Flickr

Ces disques colorés et ludiques représentent quelques-uns des plus anciens enregistrements pour enfants au Canada. Certains sont tout simplement des enregistrements de comptines ou de chansons connues en anglais et en français.

Une image en couleur d’une étiquette de disque de la Canadian Music Corp., Ltd. La face 2 montre le contour du Canada avec en superposition le mot Dominion. Le titre de la chanson est « Ma mère m'envoit-au marché » suivi du nom des artistes Hélène Baillargeon, chant, et Gilbert Lacombe, guitare.

La mère Michel, Face 2 [Ma_Mere.jpg]

Certains de ces disques font partie d’un ensemble d’objets. Ainsi, la compagnie Dee & Cee qui a produit les disques « Pretty Baby » n’était pas une maison de disques, mais plutôt un fabricant de poupées. Dee & Cee a vraisemblablement ajouté des disques à certaines de ses poupées, sans doute dans le but d’augmenter les ventes.

Une image en couleur d’une étiquette de disque de la compagnie de jouets Dee & Cee. La face 1 montre une petite fille assise tenant un livre ouvert. Le nom de la compagnie et le titre de l’enregistrement « Pretty Baby » apparaissent sur la couverture du livre.

« Pretty Baby », face 1 [Pretty_Baby_1.jpg]

Ces magnifiques disques ont attiré l’attention et amusé de nombreux enfants au début du 20e siècle lorsqu’ils ont été lancés.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Des images de homards maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc d’un homme tenant un gros homard dans sa main gauche.

Dougal Doucette tient le premier gros homard de la saison, Miminegash (Île-du-Prince-Édouard) [MIKAN 4953614]

Saviez-vous que le terme « homard » désigne en fait une variété de crustacés? Ceux-ci comprennent le homard que l’on connaît, bien sûr, mais aussi la langouste, le homard récifal, la cigale de mer, le homard à fourrure et la galathée.

Photo noir et blanc d’un village côtier. On voit des homardiers à l’arrière-plan, des casiers à homard au centre, et des balises flottantes au premier plan.

Casiers à homard et balises flottantes sur le rivage, Sandford (comté de Yarmouth, Nouvelle-Écosse) [MIKAN 3629555]

Photo noir et blanc de deux hommes, deux femmes et un enfant en train d’examiner quelques homards autour de casiers.

Deux hommes, deux femmes et un enfant debout autour de casiers à homard, parc national Fundy (Nouveau-Brunswick) [MIKAN 4317581]

L’espèce de homard la plus connue des Canadiens – le Homarus americanus – vit le long des côtes de l’Atlantique et dans les eaux du plateau continental, du Labrador à la Caroline du Nord. C’est la seule espèce que l’on retrouve au Canada. Le plus gros spécimen répertorié ici a été capturé au large de la Nouvelle-Écosse en 1977; il pesait plus de 20 kilos!

Photo noir et blanc d’un homme aidant une fillette attablée devant son repas de homard.

Jane Petrie devant son repas de homard (Île-du-Prince-Édouard) [MIKAN 4949865]

Le homard est un mets recherché et un important produit d’exportation pour le Canada, qui l’expédie partout dans le monde, en particulier aux États-Unis, au Japon, en Chine et dans les pays de l’Union européenne.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Des images de l’industrie de l’aluminium maintenant sur Flickr

L’aluminium est l’un des métaux les plus largement utilisés et recyclés dans le monde, car il est léger, robuste, souple et non corrosif.

Une photographie noir et blanc d’une femme et de deux hommes manipulant et retirant des blocs d’aluminium de leurs moules à l’aide de chaînes.

À l’usine Alcan Aluminium Limitée, des ouvrier(e)s retirent des blocs d’aluminium des moules de la machine « CCP », Kingston (Ontario) [MIKAN 3625650]

L’industrie de l’aluminium commence au Canada au début du 20e siècle à Shawinigan (Québec), lorsque la compagnie Northern Aluminium y établit sa première fonderie.

Une photographie noir et blanc de trois femmes transportant ensemble au-dessus de leur tête une longue feuille d’aluminium vers la table d’inspection.

Des ouvrières, à l’Alcan Aluminium Limitée, transportent des feuilles d’aluminium à la table d’inspection, Kingston (Ontario) [MIKAN 3625672]

Une photographie noir et blanc de quatre femmes se coordonnant pour empiler des feuilles d’aluminium carrées sur une palette.

Des ouvrières à l’Aluminum Company of Canada (Alcan) empilent des tôles d’aluminium sur la plate-forme pour le four à recuit, Kingston (Ontario) [MIKAN 3627043]

Pendant les 50 années suivantes, on assiste à la mise en place d’un réseau de fonderies et de raffineries au Canada, ponctuée de changements de noms, de fusions et de partenariats. Selon Ressources naturelles Canada, il y a neuf fonderies au Québec et une à Kitimat, en Colombie-Britannique. La raffinerie est située au Saguenay (Québec).

Une photographie noir et blanc montrant une vue en plongée d’une forge d’aluminium produisant des hélices de bombardiers. Il y a plusieurs grandes palettes chargées d’hélices au premier plan.

Vue, depuis un pont roulant, d’une forge d’aluminium produisant des hélices de bombardier dans une usine de l’Aluminum Company of Canada, Kingston (Ontario) [MIKAN 3628256]

Le Canada est le troisième plus grand producteur mondial d’aluminium de première fusion, après la Chine et la Russie.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Des images du souper maintenant sur Flickr

Photo noir et blanc de deux femmes préparant le souper dans une cuisine. À gauche, l’une remue un plat qui cuit dans un chaudron posé sur un poêle à bois. À droite, l’autre tient une brassée de bois.

Deux femmes préparant le souper dans leur première maison, Saint-Jean-Baptiste (Manitoba) [MIKAN 3599459]

C’est au cours des 17e et 18e siècles que la journée de travail réglementée fait son apparition en Europe, puis au Canada. Les gens qui travaillent loin de leur foyer repoussent donc l’heure du souper plus tard en soirée.

Photo noir et blanc de trois femmes et d’un homme partageant un souper dans la salle à manger d’une maison.

Ouvrières chargées de fabriquer des munitions à l’usine de la Dominion Arsenals, soupant avec des amis, Québec (Québec) [MIKAN 3627139]

Photo noir et blanc de deux femmes dans un restaurant japonais, assises à une table couverte d’une variété de mets. La femme de droite explique à celle de gauche comment se servir de ses baguettes.

Colleen Watt se faisant expliquer par une serveuse comment utiliser ses baguettes dans un restaurant japonais, Tokyo (Japon) [MIKAN 4951567]

Pour les Canadiens et les Nord-Américains, le souper est le troisième repas de la journée. Consommé à la maison ou au restaurant, dans une ambiance décontractée ou plus formelle, il comporte une grande variété d’aliments présentés en un ou plusieurs services.

Photo noir et blanc de trois tables dressées pour un buffet officiel, avec un chef cuisinier portant une veste et une toque blanches.

Buffet froid du soir au Manoir Richelieu, Canada Steamship Lines, Pointe-au-Pic (Québec) [MIKAN 3553254]

Visitez l’album Flickr maintenant!

Images de dîner maintenant sur Flickr

Le dîner est le deuxième repas de la journée. Au Canada, on le mange généralement autour de midi ou au milieu de la journée de travail.

Photo noir et blanc de trois femmes prenant leur dîner dans une barque à côté de rames et d’une corde enroulée.

Des ouvrières mangent leur repas dans la barque d’un navire de la Victoire au chantier naval Burrard, Vancouver (Colombie-Britannique) [MIKAN 3628068]

Photo noir et blanc de deux hommes prenant leur dîner dans un tunnel; ils sont couverts de poussière et portent une tenue de mineur.

Les frères Cecil et Charlie Roberts mangent leur dîner à environ 4 km sous la surface de l’Atlantique et 245 mètres sous le plancher océanique [MIKAN 3704319]

Les heures de repas sont ancrées dans les habitudes et semblent s’inspirer d’une logique toute naturelle. Pourtant, aux XVIIe et XVIIIe siècles, on a instauré au Canada une journée de travail plus longue et plus réglementée. Par conséquent, les gens qui travaillaient loin de chez eux ont dû repousser l’heure du repas au soir, ce qui a espacé encore plus le déjeuner du souper. D’où l’arrivée du dîner pour combler cet écart entre les deux, une habitude toujours bien présente.

Photo noir et blanc d’une grande cafétéria dans une usine, où dînent des centaines de femmes en tenue d’ouvrière.

Cafétéria des femmes de l’usine British Munitions Supply Co. Ltd., Verdun (Québec) [MIKAN 3370956]

Photo noir et blanc de l’actrice Lucia Carroll et de deux membres de la distribution du film Les Chevaliers du ciel en train de dîner en plein air sur le lieu du tournage.

L’équipe de tournage et les acteurs du film Les Chevaliers du ciel mangent leur pique-nique, North Bay (Ontario) [MIKAN 4325596]

Pour le dîner, les Canadiens apportent généralement un lunch léger et facile à transporter.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Images de croisières maintenant sur Flickr

Une croisière est un voyage d’agrément effectué à bord d’un bateau ou d’un navire; elle peut inclure des arrêts touristiques dans des villes.

Photo noir et blanc de deux fillettes et de quatre garçons assis sur le pont avant du bateau à moteur Queen

Des enfants à bord du bateau à moteur Queen, croisière d’un jour de la jetée de Waskesiu au portage Kingsmere, parc national de Prince Albert (Saskatchewan) [MIKAN 3232476]

Les premières croisières sont organisées en Europe pendant les années 1840. La Peninsular & Oriental Steam Navigation Company (P&O) fait d’abord quelques arrêts dans la mer Méditerranée et au Royaume-Uni. P&O connaît une expansion rapide au cours de la deuxième moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle. L’entreprise commence alors à desservir de plus en plus de destinations un peu partout dans le monde.

Photo noir et blanc de l’intérieur du navire à vapeur Montreal montrant une grande salle d’attente recouverte de tapis avec de nombreux fauteuils rembourrés

Intérieur du navire à vapeur Montreal [MIKAN 3380611]

P&O est à l’avant-garde des compagnies de croisières modernes qui traversent les océans Atlantique et Pacifique et parcourent les côtes Est et Ouest du Canada et du reste de l’Amérique du Nord. De nos jours, les Canadiens ont non seulement accès à des destinations océaniques, mais aussi à des croisières dans plusieurs lacs et rivières.

A colour photograph of a boy playing shuffleboard, watched by a man and a woman on the Canadian Pacific Railway cruise ship Assiniboia.Photo couleur d’un garçon jouant aux galets sur le navire de croisière Assiniboia du Canadien Pacifique; un homme et une femme l’observent.

Des passagers jouent au jeu de galets sur le navire de croisière Assiniboia, baie Georgienne (Ontario) [MIKAN 4312407]

Visitez l’album Flickr maintenant!

Des images de déjeuner maintenant sur Flickr

Le déjeuner : premier repas de la journée. Et le plus important, selon beaucoup de gens, bien que cela ne fasse pas l’unanimité.

Tableau en couleur d’un groupe de familles assises en cercle s’apprêtant à déjeuner au lever du jour.

Déjeuner au lever du soleil [MIKAN 2895279]

Au moyen-âge, les Européens n’avaient pas l’habitude de déjeuner. Manger trop tôt dans la journée était considéré comme de la gourmandise et heurtait les croyances religieuses de l’époque. Cependant, au cours des 15e et 16e siècles, cette façon de penser évolua. Diverses denrées importées des quatre coins du monde, comme le thé, le café et le chocolat, commencèrent à être consommées de plus en plus fréquemment le matin. En outre, une organisation plus rigoureuse des journées de travail pour une main-d’œuvre en pleine croissance renforça le besoin de prendre un repas en début de journée.

Photographie en noir et blanc de trois hommes entamant leur déjeuner à l’extérieur. Les hommes se tiennent autour d’une caisse en bois sur laquelle est posée la nourriture.

L. Belanger, A. A. Cole et L. H. Cole prenant leur déjeuner à Moose River Crossing (Ontario) [MIKAN 3372757]

Aux 19e et 20e siècles, le Canada élabora ses propres coutumes concernant le déjeuner. Les aliments consommés traditionnellement au déjeuner comprennent de la saucisse de porc, du bacon, des pommes de terre rissolées, des œufs, des rôties, des céréales, du gruau, des crêpes et du sirop d’érable. Sans oublier le café et le thé! De nouveaux aliments à consommer au déjeuner ont été introduits par les immigrants arrivés récemment de pays autres que l’Europe, enrichissant ainsi notre expérience culinaire toujours plus diversifiée.

Photographie en noir et blanc d’une femme et de ses deux jeunes fils assis à une table en train de déjeuner.

Mme Jack Wright et ses deux fils, Ralph et David, prenant leur déjeuner, Toronto (Ontario) [MIKAN 3626137]

Photographie en noir et blanc d’une femme debout versant du café dans une tasse pour une autre femme assise à une table en train de déjeuner.

Une employée servant le déjeuner à une ouvrière des munitions dans une salle à manger [MIKAN 3626714]

Visitez l’album Flickr maintenant!