Du nouveau pour notre outil de recherche de documents de bibliothèque

Nous avons amélioré notre outil de recherche de documents de bibliothèque afin de faciliter vos recherches. Vous verrez : l’interface n’a presque pas changé, mais quelques améliorations ont été apportées pour accroître la fiabilité, la rapidité, la pertinence, la cohérence et l’exactitude des résultats. Ces changements touchent les recherches faites pour les documents publiés entièrement catalogués par Bibliothèque et Archives Canada et accessibles aux fins de consultation ou d’utilisation. Ils s’appliquent aux fonctions Recherche de base et Recherche avancée.

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez? Consultez le catalogue AMICUS ou remplissez le formulaire Posez-nous une question.

Aidez-nous à améliorer notre outil de recherche en nous transmettant vos commentaires et vos suggestions.

Instruments de recherche récemment transcrits

Afin d’aider les utilisateurs à repérer plus facilement les documents qu’ils cherchent, Bibliothèque et Archives Canada a transcrit certains instruments de recherche qui, auparavant, ne pouvaient être consultés qu’en format papier à la salle de référence du 395, rue Wellington. Les instruments de recherche ci-dessous sont maintenant disponibles en ligne. Vous pourrez en apprendre davantage sur le sujet en consultant cette série en trois parties : Découvrez les instruments de recherche!

Documents administratifs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

  • Instrument de recherche 18-16—Volumes 2511 à 2647
    Ces documents, créés entre 1868 et 1878, portent sur les dépenses administratives de la police des frontières et du Dominion, et comprennent quelques demandes d’emploi pour la police à cheval proposée des Territoires du Nord-Ouest.
  • Instrument de recherche 18-29—Numéro d’acquisition 1985-86/574, boîtes 1 à 32
    Cet ensemble de documents se compose de registres produits par l’administration de la GRC de 1940 à 1970. Un groupe de dossiers concerne l’organisation, les procédures et les fonctions de la GRC, notamment les quartiers généraux, le Service divisionnaire des enquêtes criminelles, la Direction « S », les divisions de la marine et de l’aviation, ainsi que diverses autres divisions réparties au Canada. Un autre groupe de documents traite du système de communication, de l’utilisation de l’autoradio jusqu’au télex. D’autres sujets sont abordés, notamment le système de classification, la force de réserve de la GRC et les études de gestion. On y trouve aussi neuf dossiers de service concernant des gendarmes spéciaux et des membres réguliers de la GRC.
  • Instrument de recherche 18-30—Numéro d’acquisition 1985-86/612, boîtes 1 à 42
    Ces dossiers concernent le comité interministériel sur les recommandations de la Commission Marin, divers groupes d’étude sur les associations de policiers et le contrôle relatif à la souveraineté, le collège de la GRC, le musée, le service policier dans les provinces, les patrouilles nordiques, les monuments commémoratifs et les cairns, ainsi que l’aide aux éditeurs. La plupart de ces dossiers, créés de 1939 à 1980, traitent de questions administratives courantes, telles que le personnel, la formation, les cours, les fournitures et l’orchestre de la GRC.

Dossiers de la Cour suprême

  • Instrument de recherche 125-3—Volumes 3009 à 4067, 4294 à 4295
    Ces dossiers de cas regroupent les documents créés par les appelants, les intimés, le personnel de la Cour et les juges pour toutes les causes portées devant la Cour. L’instrument de recherche prend la forme d’une liste de dossiers indiquant le numéro du volume, le numéro de la cause, le nom de l’appelant, le nom de l’intimé et l’année durant laquelle la cause a été déposée en cour. Plus de 6 000 descriptions supplémentaires pour les dossiers de 1980 à 1990 ont été ajoutées à notre base de données.

Service hydrographique du Canada

  • Dossiers du système de classification—Instrument de recherche 139-1—Volumes 1 à 29
    Ces dossiers ont été créés de 1938 à 1965 et concernent les avis canadiens aux navigateurs. Le Service hydrographique du Canada relevait du ministère des Mines et des Ressources (1936–1948), puis du ministère des Mines et des Relevés techniques (1949–1966) à l’époque de la création de ces dossiers. Ces avis aux navigateurs comprennent les documents suivants : changements aux cartes marines; correspondance concernant les relevés effectués dans diverses régions du pays; rapports, comités, instruments et équipements hydrographiques ainsi que communications avec des organisations internationales sur des questions relatives à l’océanographie; rapports mensuels de divers navires du Service, documentation de la station marégraphique et relevés courants.
  • Journaux de bord—Instrument de recherche 139-1—Volumes 33 à 66 (MIKAN 181475)
    Ces dossiers concernent les journaux de bord de divers navires affectés aux opérations hydrographiques sous l’autorité de la direction de la Marine du ministère de la Marine et des Pêcheries (1905–1910, 1922–1936), du ministère de la Marine (1910–1922), du ministère des Mines et des Ressources (1936–1948), du ministère des Mines et des Relevés techniques (1949–1966) et du ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources (1966–1967). Les journaux rendent compte au quotidien des activités et observations à bord de ces navires. Les plus anciens journaux fournissent une brève description de quatre à huit lignes des conditions météorologiques et de l’entretien des bateaux. Les informations consignées dans les plus récents journaux, rédigés dans les années 1950 et 1960, portent sur la température, les activités de maintenance du bateau, l’itinéraire quotidien, le cap au compas, les positions périodiques exprimées en longitude et latitude, les conditions de houle et de vent, la pression barométrique, la température atmosphérique et la visibilité. Peu d’informations sur les travaux hydrographiques sont également consignées.

Comment citer les sources archivistiques

Citer un document d’archives dans un travail scolaire ou une publication représente souvent un défi. Un ensemble de références complet doit contenir tous les renseignements à propos de chacune des sources utilisées dans une recherche, afin de pouvoir localiser la source et l’examiner dans son contexte descriptif. Ce n’est pas toujours aussi simple qu’il y paraît quand il s’agit de documents d’archives.

Le guide de rédaction recommandé par votre professeur, votre directeur de publication ou votre éditeur constitue un bon point de départ. Plusieurs guides de rédaction offrent des conseils utiles sur la manière de citer un manuscrit ou un document d’archives. La plupart des questions qui nous sont posées à propos des styles de citation concernent les normes de l’American Psychological Association ou APA et du Chicago Manual of Style (sites en anglais seulement).

Si ces guides ne vous sont pas utiles, demandez conseil à un bibliothécaire de référence dans une bibliothèque universitaire ou consultez le site Web de cette bibliothèque; vous y trouverez probablement un guide de rédaction abrégé, comme il en existe sur la plupart des sites de bibliothèques universitaires. Les bibliothèques municipales possèdent aussi des guides de rédaction en format papier ou accessibles en ligne sur leur site Web; n’hésitez pas à consulter leur catalogue ou à vous informer auprès du personnel de référence.

Si vous avez d’autres questions concernant la citation de documents de la collection de BAC, nous vous invitons à consulter la page Web Comment citer les sources archivistiques, qui propose des exemples de notes de bas de page et de mentions de sources pour divers types de documents d’archives.

Il faut toujours garder à l’esprit que la référence a essentiellement pour but de laisser une trace qui guidera les futurs chercheurs vers la source utilisée dans la recherche. Si vous ne savez pas exactement quelles informations indiquer dans votre référence, rappelez-vous qu’il vaut mieux en mettre trop que pas assez. Il est beaucoup plus facile de trier parmi un grand nombre de renseignements que de combler les vides!

Sources publiées concernant les rapports d’accidents d’avion

Par Megan Butcher

Dans notre précédent blogue traitant de la recherche sur les accidents d’avion, vous avez appris qu’il vous fallait posséder certaines informations de base avant de commencer votre recherche :

  • le modèle de l’avion
  • la date et l’endroit de l’accident
  • le numéro d’enregistrement de l’appareil
  • le type d’avion (civil ou militaire)

Ces informations constituent un excellent point de départ. Mais qu’en est-il, si vous ne les avez pas? Il existe quelques autres façons de trouver ce que vous cherchez.

Commencez par les deux bases de données suivantes. Ce sont les sources les plus largement accessibles; sans être exhaustives, elles contiennent des renseignements sur un grand nombre d’accidents d’avions canadiens, incluant le premier accident mortel en 1913.

Les journaux locaux peuvent aussi constituer une précieuse ressource pour dénicher quelques renseignements précis. Vous pourriez commencer votre recherche ici à Bibliothèque et Archives Canada (BAC) en consultant nos fonds de journaux sur microforme. Si vous ne pouvez vous rendre à Ottawa, communiquez avec votre bibliothèque municipale afin de savoir si elle peut emprunter les bobines dont vous avez besoin, de nous ou d’une autre bibliothèque.

S’il vous manque encore quelques renseignements importants, vous aurez peut-être de la chance en consultant les rapports annuels du Bureau canadien de la sécurité aérienne et les synopsis d’accidents d’aviation civile au Canada. La plupart des descriptions sont très brèves, mais on y trouve à l’occasion une quantité étonnante d’informations, parfois bouleversantes :

Un document tapé à la machine sur du papier blanc, contenant des informations sur un accident d’avion qui s’est produit le 8 septembre 1978.

Synopsis d’un accident d’avion tiré d’une publication du Bureau canadien de la sécurité aérienne sur les accidents d’avion au Canada, 1980, numéro 5, p. 56 (AMICUS 2828768)

Notre collection contient plusieurs numéros des années suivantes :

  • 1967 : Accidents to Canadian registered aircraft. Administration canadienne des transports aériens. Division des enquêtes sur la sécurité aérienne. AMICUS 3236225
  • 1968-1974 : Accidents d’avion. Administration canadienne des transports aériens. Division des enquêtes sur la sécurité aérienne. AMICUS 11371
  • 1975-1984 : Synopsis des accidents d’avion; aviation civile au Canada. AMICUS 2828768
  • 1984-1989 : Rapport annuel. Bureau canadien de la sécurité aérienne.  AMICUS 5348822

Il existe deux autres publications que nous ne possédons pas, mais que votre bibliothécaire pourrait vous aider à trouver. En voici les références :

  • 1947-1958: Canada. Civil Aviation Division. Annual report on aircraft accidents: 1947-1958. — [Ottawa], Dept. of Transport, Air Services Branch, Civil Aviation Division
  • 1960-1963: Canada. Civil Aviation Branch. A survey of accidents to aircraft of Canadian registry, 1959-1962. — Ottawa, [1960-1963]

Si vous repérez dans notre collection un document que vous aimeriez consulter, vous pouvez le faire sur place, demander une reproduction ou vous informer auprès de votre bibliothèque locale s’il y a possibilité de l’emprunter par l’intermédiaire de notre programme de prêts à d’autres institutions.

Et comme toujours, si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas, posez-nous une question!


Megan Butcher est bibliothécaire de référence à la Division des services de référence de Bibliothèque et Archives Canada.

Comment trouver des communiqués du gouvernement du Canada

Par Emily Dingwall

Les communiqués du gouvernement du Canada annoncent aux médias les plus récentes nouvelles concernant les ministères. Bibliothèque et Archives Canada (BAC) conserve de nombreux communiqués, certains en copie papier dans ses archives, d’autres dans sa collection de documents publiés. La collection de BAC constitue un excellent point de départ pour chercher d’anciens communiqués qui ne sont pas en ligne. La collection est toutefois incomplète, car les communiqués n’ont pas toujours été recueillis de manière systématique. Le présent billet ne porte que sur les communiqués disponibles dans la collection de documents publiés, qui ont généralement été diffusés entre 1945 et 2004. Il explique également comment trouver des communiqués plus récents dans les sites Web de chacun des ministères et les Archives du Web du gouvernement fédéral.

Les communiqués conservés dans la collection publiée sont accessibles par le catalogue de bibliothèque AMICUS. Puisque les communiqués sont catalogués par ministère et en ordre chronologique, il est très utile de connaître le ministère visé et le moment de la publication. Voici un exemple d’une série de communiqués sauvegardés dans notre collection et provenant de l’ancien ministère des Communications. Pour d’autres conseils facilitant la recherche, vous pouvez nous poser une question ou nous rendre visite sur place. Il y a aussi une page d’aide à la recherche dans AMICUS.

Pour trouver des communiqués plus récents, comme ceux datant de la fin des années 1990, effectuez des recherches dans les Archives du Web, qui permettent d’accéder à des documents recueillis sur d’anciens sites Web du gouvernement du Canada. On peut lancer des recherches dans les archives à partir d’un mot-clé, du nom d’un ministère ou d’une adresse URL. Les recherches par ministère sont particulièrement efficaces (voir l’option dans le menu rouge, à gauche). Il suffit de faire défiler la liste et de cliquer sur les ministères qui présentent un certain intérêt. Ce faisant, vous aurez accès à des versions antérieures des sites de ces ministères, d’où vous pourrez naviguer jusqu’à la section des nouvelles pour consulter leurs communiqués. Précisons que les Archives du Web est un site archivé; il se pourrait que certains liens ne soient pas fonctionnels, et son contenu n’est plus mis à jour.

Image en couleur illustrant des captures d’écran de deux pages Web du gouvernement du Canada, présentées côte à côte.

Captures d’écran de la page d’introduction des Archives du Web du gouvernement fédéral (à gauche) et de la page où s’affiche la liste des ministères (à droite).

Pour ce qui est des communiqués plus récents, ceux des dernières années (la durée varie d’un ministère à l’autre) sont généralement accessibles à partir des sites Web de chaque ministère ou société d’État, ou encore du site du Cabinet du premier ministre. Par exemple, Innovation, Sciences et Développement économique Canada (autrefois Industrie Canada) affiche sur son site Web des communiqués archivés qui remontent à 2012.

De plus, un site Web pour les communiqués de presse du gouvernement du Canada compile les plus récents communiqués publiés par tous les ministères fédéraux.

N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous avez des questions sur les communiqués publiés par le gouvernement du Canada!


Emily Dingwall est bibliothécaire de référence au sein de la Division des services de référence à Bibliothèque et Archives Canada.

Manque-t-il de l’information dans les documents historiques portant sur Oronhyatekha?

Par Richie Allen

Quand on effectue des recherches dans des documents archivistiques, on fait parfois des découvertes inattendues.

Dans le cadre de mes fonctions d’archiviste de référence à Bibliothèque et Archives Canada, j’effectue souvent des recherches à la demande de chercheurs. Alors que je vérifiais si une personne donnée avait effectivement suivi une formation militaire officielle en 1865 à la School of Military Instruction de Toronto, j’ai consulté la base de données en ligne de Bibliothèque et Archives Canada, Recherche de fonds d’archives. À partir de mots-clés, j’ai trouvé le premier Register of Candidates énumérant les candidats admis à la School of Military Instruction, dans le Haut-Canada (Toronto), de 1865 à 1867, dans le groupe de documents liés au ministère de la Milice et de la Défense (RG9), no de volume : 7. Quand j’ai consulté le registre de l’école, le nom que je cherchais n’y figurait pas, mais un autre nom a immédiatement attiré mon attention. En lettres cursives d’une autre époque et parmi une énumération de noms présentés dans le format alors en vigueur en Europe (prénom, second prénom et nom de famille), le nom mohawk « Oronhyatekha » tranchait avec le reste.

Photographie en couleur d’un livre ouvert, à gauche, et d’un gros plan du nom apparaissant sur la page du livre, à droite.

Register of Candidates énumérant les candidats admis à la School of Military Instruction, Haut-Canada, de 1865 à 1867. On a encerclé en bleu le nom « Oronhyatekha » pour le mettre en relief. (R180-124-1-E, MIKAN 195106)

Le registre renferme de nombreuses colonnes de renseignements. Tout particulièrement, à la page 9, on peut lire qu’Oronhyatekha avait 23 ans et venait de Shannonvillle, mais qu’il vivait à Toronto. Plus loin, dans d’autres listes, il est écrit qu’il a été admis à l’école de Toronto le 6 mai 1865. Le 29 juillet 1865, on a noté que le candidat a été autorisé à rester à l’école dans le but de se qualifier pour l’obtention d’un certificat de première classe (« candidate permitted to remain in school for purpose of qualifying for 1st class certificate »), un honneur rarement accordé.

Image en couleur du gros plan d’une page tirée d’un livre.

Passage dans le registre indiquant qu’Oronhyatekha a été autorisé à rester à l’école dans le but de se qualifier pour l’obtention d’un certificat de première classe (MIKAN 195106)

On trouve d’autres informations concernant Oronhyatekha, aussi connu sous le nom de Peter Martin, né en 1841, dans le Dictionnaire biographique du Canada, un ouvrage qui répertorie les biographies de certains Canadiens notoires. En lisant l’entrée à son sujet, on remarque qu’il n’y a aucune mention selon laquelle Oronhyatekha aurait fréquenté la School of Military Instruction. En conséquence, il semble que le document historique soit lacunaire et nous nous demandons si ce renseignement devrait être ajouté à sa biographie. N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous disposez d’information supplémentaire au sujet de cet homme important.


Richie Allen est un archiviste de référence au sein de la Division des services de référence à Bibliothèque et Archives Canada.

Annuaires d’entreprises canadiennes conservés à Bibliothèque et Archives Canada

Il y a plus d’un million d’entreprises au Canada. Ce sont, notamment, des banques, des épiceries, des pharmacies et de grands magasins, et nous interagissons avec ces entreprises sur une base quotidienne. Si vous cherchez de l’information sur les origines d’une entreprise ou sur sa structure à différentes époques, la collection de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) comprend des ressources publiées qui pourraient vous être utiles. Compte tenu des renseignements récents actuellement à la disposition des clients et souvent accessibles dans des annuaires et des documents des entreprises affichés en ligne, vous trouverez probablement que les ressources de BAC sont plus pratiques pour les recherches historiques. Le présent blogue est surtout axé sur les annuaires, une importante source de renseignements sur les entreprises.

Les annuaires d’entreprises, dont le titre peut changer souvent au cours de leur existence, fournissent des renseignements précis et accessibles au public et sont publiés chaque année à l’intérieur d’une seule ressource documentaire. Le contenu et l’exhaustivité peuvent aussi varier d’un annuaire à l’autre. Les annuaires sur papier couvrent habituellement une plus longue période de temps que les autres formats, tels que les ressources en ligne ou les microformes.

Parmi les annuaires réputés, mentionnons les pages blanches que les compagnies de téléphone publient. Les pages jaunes peuvent servir à localiser les entreprises par le nom ou le secteur d’activité. BAC, par ailleurs, a une collection historique d’annuaires téléphoniques sur microfilm, dont certains remontent au 19e siècle. Le microfilm comprend un index. On peut aussi consulter un index imprimé dans la salle de référence au deuxième étage de notre établissement situé au 395, rue Wellington.

La série des annuaires du Financial Post publiés par MacLean-Hunter Limited depuis la fin du 19e siècle constitue une autre ressource importante. Le FP Survey of Predecessor & Defunct Companies renferme de l’information sur la situation des entreprises, y compris la constitution en personne morale, les faillites et les dissolutions, ainsi que les dates et les territoires de compétence.

Autres annuaires publiés par le même éditeur :

Aussi dans cette collection, on retrouve le Financial Post, dont le nom a ensuite été changé pour National Post, un important journal canadien spécialisé. Un index de la première moitié du 20e siècle a été publié séparément.

Des annuaires de villes rassemblent des quantités imposantes de renseignements sur les entreprises et permettent d’effectuer des recherches selon l’adresse de l’entreprise, le nom et le secteur d’activité. Il s’y trouve aussi parfois le nom des directeurs des entreprises. Bon nombre des annuaires de villes renferment des sections où figurent des listes d’entreprises et des publicités. La bibliographie qui suit peut servir lorsqu’on effectue des recherches rétrospectives. BAC possède une collection bien garnie d’annuaires de villes que l’on peut consulter sur place. D’autres renseignements sur cette collection sont affichés sur le site Web de BAC.

Entre autres annuaires susceptibles d’être utiles, mentionnons la série d’annuaires de Dun & Bradstreet of Canada, les Scott’s Directories (divers titres portant sur le secteur manufacturier, les industries, etc.) et le Canadian Trade Index. En outre, l’ensemble de microfiches Annual reports and financial statements of Canadian companies (rapports annuels et états financiers d’entreprises canadiennes) renferme de l’information sur les entreprises, tant publiques que privées.

Si vous désirez poursuivre vos recherches en ligne sur une entreprise, voici quelques outils pratiques :

De plus, les registres provinciaux des sociétés, dont les données sont conservées dans la base de données des entreprises d’Innovation, Sciences et Développement économique (anciennement Industrie Canada), sont utiles pour trouver de l’information sur des entreprises difficiles à localiser.

Veuillez noter que beaucoup de sociétés de services financiers ont adapté leurs ressources à la réalité de l’électronique et ont numérisé leurs documents imprimés. Les rapports historiques sur les entreprises sont aussi conservés et ils sont disponibles, que ce soit en format numérique ou papier.

Si vous avez d’autres questions sur les entreprises canadiennes, nous serons heureux de vous aider dans vos recherches!

Qu’est-ce que MIKAN?

L’article de blogue intitulé « Commander des documents : de quels numéros ai-je besoin? » nous aide à trouver le bon numéro de référence parmi les choix dans une notice descriptive. Mais qu’en est-il du numéro MIKAN? De quoi s’agit-il au juste?

MIKAN est un système informatique qui permet de chercher, de créer et de modifier de l’information sur les documents d’archives. Le mot mikan vient de la langue algonquine et signifie chemin, sentier ou découverte.

Le numéro MIKAN est un numéro de notice unique attribué à une notice par le système MIKAN à tous les niveaux de description (fonds, série, acquisition, dossier, item). Puisqu’il s’agit d’un champ obligatoire dans le système, le numéro apparaît sur chaque page de description – tout au bas – dans notre base de données Recherche de fonds d’archives. Voir l’exemple ci-dessous.

Exemple d'un numéro MIKAN

Bien qu’il puisse être utilisé afin de localiser et commander des documents, il ne s’agit pas d’un numéro archivistique en soi et ne figure donc pas sur notre page exemples de numéros de référence. Il est donc préférable de toujours inclure la référence archivistique complète et non pas seulement le numéro MIKAN.

Demandes de brevet d’invention à Bibliothèque et Archives Canada

Une demande de brevet d’invention est un document qui comprend habituellement « un abrégé, un mémoire descriptif [et] des dessins ». Cette demande est importante, car une fois approuvée, elle devient souvent le document officialisant l’octroi du brevet. La nature et l’ordre des renseignements à fournir dans chaque demande sont strictement réglementés, tout comme l’ensemble du processus d’attribution des brevets. Voici un aperçu des demandes de brevets conservées à Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Dans un prochain blogue, nous décrirons les étapes à suivre pour rechercher une demande de brevet.

Le fonds de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada est l’un des premiers ensembles documentaires à explorer pour avoir une bonne idée de ce que BAC possède concernant les brevets. Vous trouverez des documents pertinents à l’intérieur de ce fonds, dans les séries Bureau des brevets et Dessins industriels. Ces deux séries couvrent les périodes précédant et suivant la Confédération, et comprennent des documents montrant les différentes étapes du processus de demande de brevet. Veuillez noter que plusieurs de ces documents peuvent être consultés dans la base de données Brevets canadiens, 1869-1919. Lire la suite

Comment accéder aux décrets du Conseil privé conservés à Bibliothèque et Archives Canada?

L’article « Comment repérer les décrets du Conseil privé à Bibliothèque et Archives Canada? » expliquait comment trouver les références complètes de ces décrets. Mais ensuite, comment accéder aux décrets qui vous intéressent?

Plusieurs choix s’offrent à vous : consulter les originaux sur place, chercher dans la Gazette du Canada, consulter les décrets sur microfilms ou faire une demande de reproduction.

Pour les décrets repérables et accessibles en ligne, voyez l’article « Les décrets du Conseil accessibles en ligne ». Lire la suite