Louis Riel à Ottawa : un séjour difficile

À la gauche de l’image, Tatânga Mânî (le chef Walking Buffalo, aussi appelé George McLean) est à cheval dans une tenue cérémonielle traditionnelle. Au centre, Iggi et une fillette font un kunik, une salutation traditionnelle dans la culture inuite. À droite, le guide métis Maxime Marion se tient debout, un fusil à la main. À l’arrière-plan, on aperçoit une carte du Haut et du Bas-Canada et du texte provenant de la collection de la colonie de la Rivière-rouge.Par Anna Heffernan

De son vivant, Louis David Riel était un personnage controversé. Chef de deux rébellions, il était perçu soit comme un héros, soit comme un traître. De nos jours, il est reconnu pour sa contribution au développement de la Nation métisse, du Manitoba et du Canada. En 1992, il est désigné comme l’un des fondateurs du Manitoba. Près de 25 ans plus tard, en 2016, il est reconnu comme le premier dirigeant de la province. En 2008, le troisième lundi de février devient le jour de Louis Riel au Manitoba.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède une vaste gamme de documents concernant Louis Riel et les mouvements qu’il dirige. Dans le cadre du projet Nous sommes là : Voici nos histoires, qui vise à numériser les documents relatifs aux Autochtones dans les collections de BAC, une de nos priorités consiste à numériser l’héritage documentaire de Riel pour que les communautés de la Nation métisse et les chercheurs y aient accès plus facilement.

Bien que Riel soit l’un des plus célèbres personnages de l’histoire du Canada, certaines facettes de sa vie sont peu connues. La plupart des Canadiens savent que Louis Riel dirige la résistance de la rivière Rouge en 1869-1870. La Compagnie de la Baie d’Hudson vient de vendre ses droits sur la Terre de Rupert au Dominion du Canada, droits qui lui ont été octroyés par la Couronne britannique. Mais la Nation métisse et les Premières Nations qui habitent cette région ne reconnaissent pas les droits de la Compagnie de la Baie d’Hudson sur ce territoire et considèrent la vente de leurs terres ancestrales comme illégitime. Louis Riel et ses compatriotes réagissent en mettant sur pied un gouvernement provisoire dont les membres sont représentés dans la photo ci-dessous, prise à Fort Garry.

Une photographie noir et blanc de 14 hommes disposés en trois rangées (assis dans les deux premières et debout dans la dernière). Louis Riel est assis au centre.

Louis Riel (au centre) avec les membres du gouvernement provisoire en 1870 (a012854)

Cependant, le gouvernement provisoire de Riel ne fait pas l’unanimité. Ses forces capturent un groupe de colons ontariens qui se prépare à attaquer Fort Garry. Un des membres du groupe, Thomas Scott, est exécuté pour insubordination le 4 mars 1870. Malgré cet incident, les pourparlers avec le Canada se poursuivent, et Riel négocie avec succès les conditions de l’entrée du Manitoba dans la Confédération. Une fois les négociations terminées, une expédition militaire est lancée à partir de l’Ontario pour renforcer le contrôle du Canada sur le Manitoba. Après l’exécution de Thomas Scott, nombreux sont les Ontariens qui voient en Riel un traître et un assassin. Craignant pour sa vie, Riel se réfugie à Saint Paul, au Minnesota.

Un événement moins connu de la vie de Louis Riel est son séjour difficile à Ottawa. Riel est élu député de Provencher (Manitoba) à la Chambre des communes en 1873, puis réélu à deux reprises en 1874. Il se rend à Ottawa pour occuper son siège, mais son passage en politique fédérale sera de courte durée. Notre collection contient des documents intéressants sur l’aventure de Riel à la Chambre des communes. Le premier est un registre que tout député doit signer lors de son assermentation; il porte la signature de Louis Riel (voir l’image ci-dessous).

Page avec six colonnes de signatures. La signature de Louis Riel est visible en bas à droite.

Image de la page d’un registre d’assermentation de la Chambre des communes signée par Louis Riel (e010771238)

Riel court d’énormes risques en se rendant en Ontario à ce moment-là. L’exécution de Thomas Scott a provoqué la colère des Ontariens, surtout des protestants, car Scott était membre de la fraternité protestante de l’ordre d’Orange. Le premier ministre de l’Ontario offre 5 000 $ de récompense pour la capture de Riel, et un mandat d’arrêt est lancé contre lui. Au Parlement, l’orangiste ontarien Mackenzie Bowell présente une motion visant à expulser Riel. Celle-ci est adoptée et Riel ne reviendra pas à la Chambre des communes, bien qu’il soit réélu une troisième fois. Le document ci-dessous témoigne du passage de Riel dans la capitale. Avant de partir précipitamment, il se fait prendre en photo à Ottawa; la photographie porte l’inscription « Louis Riel, MP » (c’est-à-dire Louis Riel, député fédéral).

Photographie de couleur sépia montrant Louis Riel face à l’objectif; elle porte l’inscription manuscrite « Louis Riel, MP ».

Portrait réalisé en studio à Ottawa après l’élection de Riel comme député de Provencher (Manitoba) (e003895129)

En 1875, Riel s’exile aux États-Unis. À partir de 1879, il vit dans le territoire du Montana, où il épouse Marguerite Monet, dite Bellehumeur, en 1881. Le couple aura trois enfants. Riel chasse le bison et exerce divers métiers : agent, marchand, bûcheron, puis instituteur. Il retourne au Canada, à Batoche, dans l’actuelle Saskatchewan, en juillet 1884.

Le registre d’assermentation et la photographie de Riel prise à Ottawa le montrent bien : même des documents en apparence anodins peuvent en dire long sur certains épisodes de l’histoire canadienne. L’exploration et la numérisation du patrimoine documentaire autochtone conservé dans nos collections visent à faire connaître l’histoire de personnages célèbres comme Louis Riel, mais aussi celle de nombreux Autochtones au Canada.

Ce blogue fait partie d’une série portant sur les Initiatives du patrimoine documentaire autochtone. Apprenez-en plus sur la façon dont Bibliothèque et Archives Canada (BAC) améliore l’accès aux collections en lien avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis. Voyez aussi comment BAC appuie les communautés en matière de préservation d’enregistrements de langue autochtone.


Anna Heffernan est archiviste et recherchiste du projet Nous sommes là : voici nos histoires, qui consiste à numériser le contenu relatif aux Autochtones à Bibliothèque et Archives Canada.

Stony Mountain Penitentiary

Par Anne Brazeau

Le Manitoba a obtenu le statut de province en 1870 et le Manitoba Penitentiary and Asylum, aujourd’hui connu sous le nom d’Établissement de Stony Mountain, a été fondé en 1871. Le pénitencier a été présent pendant toute l’histoire du Manitoba. Construit par la Compagnie de la Baie d’Hudson, il se trouvait à l’origine dans le Lower Fort Garry. De nombreux personnages historiques importants y ont été incarcérés dont Poundmaker et Big Bear, qui ont pris part à la Rébellion du Nord-Ouest en 1885, ainsi que plusieurs des dirigeants de la grève générale de Winnipeg de 1919.

Les archives

Bibliothèque et Archives Canada – Winnipeg abrite une collection de plus de deux cents documents d’archives portant sur le Stony Mountain Penitentiary qui remontent jusqu’à 1871. Parmi ceux-ci se trouvent des dossiers médicaux, des registres des présences, des dossiers d’admission et d’antécédents des détenus, des lettres administratives et des journaux personnels. Ces documents, dont certains sont à diffusion restreinte, font la lumière sur les circonstances entourant les intervenants du système correctionnel de la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle.

Une photo signalétique en noir et blanc montrant un homme avec un peu de calvitie et une moustache vue de profile et de l’avant. Il tient une affiche avec le numéro 1567.

Détenu No. 1567 (MIKAN 4976280)

Une photo signalétique en noir et blanc montrant un très jeune homme vu de profile et de l’avant. Il tient une affiche avec le numéro 1585.

Détenu No. 1585 (MIKAN 4976280)

Les dossiers médicaux dressent la liste des affections dont souffraient les détenus, ainsi que les remèdes qui leur ont été donnés. Certaines des maladies nous paraissent tout droit sorties du passé, comme les écrouelles (un type de tuberculose) et la dyspepsie (trouble digestif), sans compter plusieurs des antidotes qui font vieille école : couches de moutarde, cigarettes et alcool.

Les registres de bibliothèque de la fin des années 1800 dressent la liste des ouvrages que pouvaient emprunter les détenus, ce qui nous donne un aperçu du type de livres qui plaisaient aux criminels à la fin du siècle dernier (des livres à suspense, ce qui n’est guère surprenant, mais aussi des livres militaires et des ouvrages sur l’histoire naturelle). Chaque détenu recevait deux pages blanches qu’il pouvait remplir de titres qu’il désirait emprunter.

Cours, bonne conduite et zèle au travail

Toutefois, certains détenus étaient analphabètes et ne pouvaient pas prendre des ouvrages de la bibliothèque; ils s’inscrivaient plutôt à des cours. Parmi les ouvrages que l’on remettait aux détenus qui suivaient des cours se trouvaient des dictionnaires, des livres de rédaction en anglais et des livres de géographie. Les cours étaient donnés presque tous les jours (sauf les jours fériés et ceux où l’enseignant n’était pas disponible) et les présences étaient consignées dans un registre. Des commentaires étaient aussi inscrits en marge du crochet indiquant la présence des détenus. Ces commentaires révèlent des écarts énormes en ce qui a trait aux compétences des détenus de Stony Mountain. En effet, certains étaient complètement analphabètes tandis que d’autres avaient déjà fait des études en algèbre. On y indique aussi que plusieurs détenus ne savaient que lire et écrire dans leur langue maternelle.

La collection compte plusieurs volumes de registres de bonne conduite et de zèle au travail, soit des livres dans lesquels étaient consignés les inconduites des détenus et les châtiments qui leur étaient infligés. On trouve dans la liste des inconduites le fait de parler tout en prenant son bain et de faire de la danse traditionnelle dans sa cellule. Certaines inconduites qui sont clairement inacceptables, comme d’avoir un couteau en sa possession, n’étaient suivies que d’une faible punition, dans le cas présent une simple réprimande. Cependant, un autre détenu qui a quitté son poste de travail sans permission et qui a parlé alors que ce n’était pas son tour a été condamné à 21 jours consécutifs n’ayant pour seule nourriture que du pain et de l’eau et a été confiné à sa cellule les mains liées aux barreaux de la prison. Un autre, qui a tenté de s’évader a reçu le même traitement en plus d’être mis au fer.

Antécédents des détenus

Les éléments principaux des dossiers du Stony Mountain Penitentiary sont les antécédents des détenus. On y indique le nom, la religion, la profession, l’état civil, le crime et la sentence des détenus. Les rares femmes à y être incarcérées avaient toutes la mention « femelle » comme profession. Un jeune prisonnier anglais d’origine juive condamné à l’emprisonnement à perpétuité pour tentative de meurtre est décrit comme étant un cowboy.

Même si les registres des antécédents des détenus débutent dans les années 1870, ceux qui ont été préparés à compter des années 1920 fournissent tous les mêmes renseignements, ainsi que des descriptions physiques et des photos signalétiques. De telles images nous rappellent de manière saisissante à quel point la plupart de ces personnes étaient jeunes au début de leur peine (généralement entre 18 et 22 ans). Les antécédents plus récents et les photos qui les accompagnent renferment des renseignements pertinents pour diverses personnes qui pourraient être toujours en vie, qui sont décédées il y a moins de vingt ans, ou qui sont nées il y a moins de cent dix ans. Pour protéger la vie privée de ces personnes, ces dossiers sont interdits au public.

L’établissement est tissé dans l’histoire du Manitoba et ses dossiers pourraient facilement être utilisés dans l’étude du système correctionnel et peut-être dans le cadre de la réforme du système carcéral. Ils sont un excellent exemple des documents archivistiques exceptionnels entreposés à Bibliothèque et Archives Canada – Winnipeg.

Liens connexes


Anne Brazeau est une étudiante participant au PFETE qui travaille à Bibliothèque et Archives Canada – Winnipeg.

Les chercheurs ont maintenant accès au recensement du Canada de 1921 

Le Recensement du Manitoba (1870) ─ maintenant en ligne

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer que les Canadiens peuvent maintenant accéder en ligne aux données du Recensement du Manitoba (1870). Ce recensement a eu lieu peu après l’entrée du Manitoba au sein de la Confédération.

On retrouve dans ce recensement les noms de plus de 12 200 personnes vivant au Manitoba à cette époque. Il fournit également des renseignements comme l’âge, l’état civil, le lieu de naissance, la religion, la race et le nom du père.

Lancement d’une nouvelle version de la base de données du Recensement des provinces des prairies (1916)

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle version de la base de données pour le Recensement des provinces des prairies (1916). En 1916, le gouvernement du Canada énumère, pour la seconde fois, les provinces des Prairies (le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta) afin de suivre la croissance rapide de la population dans l’Ouest canadien.

Auparavant, les usagers pouvaient effectuer seulement une recherche selon des critères géographiques comme la province, le district ou le sous-district; il est maintenant aussi possible de faire une recherche selon des critères nominatifs comme le nom, le ou les prénoms et l’âge d’une personne.

Lancement d’une nouvelle version de la base de données du Recensement des provinces du Nord-Ouest (1906)

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle version de la base de données du Recensement des provinces du Nord-Ouest (1906). En 1906, le gouvernement du Canada entreprit un recensement spécial des Prairies (le Manitoba et les nouvelles provinces de la Saskatchewan et de l’ Alberta) afin de suivre la croissance rapide de la population dans l’Ouest canadien.

Auparavant, les usagers pouvaient effectuer seulement une recherche selon des critères géographiques commela province, le district ou le sous-district. Il est maintenant aussi possible de faire une recherche selon des critères nominatifs comme le nom, le ou les prénoms et l’âge d’une personne.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!