« Si mon travail a un peu suscité l’intérêt envers l’histoire de notre pays, il a déjà trouvé sa récompense. » Charles William Jefferys

Charles William Jefferys (25 août 1869 – 8 octobre 1951) considérait que le Canada avait besoin d’une histoire visuelle et d’une mythologie nationale. Il a donc entrepris de représenter les découvertes, les exemples de courage, les conflits militaires et les grands projets d’édification de la nation. Ses images donnent une importance presque mythique aux événements historiques de notre pays.

Au début du XXe siècle, les Canadiens ont du mal à se définir en tant que pays et à exprimer leur sentiment de nationalisme qui est en train de naître. Les œuvres de Jefferys témoignent de cet état d’esprit, car ses dessins historiques manifestent un nationalisme grandissant. Elles représentent les valeurs de l’époque, qui ne correspondent pas nécessairement à celles d’aujourd’hui.

Dessin noir et blanc réalisé à la plume représentant quatre hommes debout. Une vignette comprend les bustes de quatre autres hommes vêtus d’un chapeau.

Prisonniers métis – Résistance du Nord-Ouest, 1885 (MIKAN 2834663)

Certaines de ses illustrations sont des reproductions fidèles de photos ou de portraits. D’autres sont le fruit de recherches historiques rigoureuses sur les costumes d’une certaine époque. Dans tous les cas, Jefferys cherche à représenter fidèlement tous les aspects de la vie canadienne de son époque. Lire la suite

Frederick Horsman Varley (janvier 1881 – 8 septembre 1969)

Fils d’un lithographe publicitaire, Frederick Horsman Varley est né et a grandi dans la ville de l’acier de Sheffield, en Angleterre. Le talent d’artiste de M. Varley est vite reconnu lorsque, à l’âge de 11 ans, il est accepté à l’école des arts de Sheffield. À 21 ans, M. Varley a déjà étudié pendant trois ans les beaux-arts à l’Académie royale des beaux-arts à Antwerp, en Belgique. Avant d’immigrer au Canada en 1912, M. Varley travaille comme artiste publicitaire à Londres, en Angleterre, ainsi que comme professeur d’art dans sa ville natale de Sheffield.

Photographie en noir et blanc montrant un homme, debout, tenant une de la peinture et des pinceaux dans une main avec le regard un peu à l’écart.

Frederick Horsman Varley, probablement à la School of Decorative & Applied Arts de Vancouver, vers 1927, par le photographe John Vanderpant (MIKAN 3509585)

Lire la suite

Frederick Bourchier Taylor

Artiste canadien aux talents et aux intérêts multiples, Frederick Bourchier Taylor (1906–1987) est né à Ottawa, où il a grandi pendant quelques années avant d’habiter brièvement à Londres, en Angleterre, de 1916 à 1918, après que son père y ait été envoyé pendant la Première Guerre mondiale. Il est ensuite retourné à Ottawa, où il a obtenu son diplôme du Lisgar Collegiate Institute en 1918, et il a étudié à l’Université McGill en 1925 après que ses parents aient soutenu qu’il devait terminer ses études universitaires avant d’entreprendre une carrière artistique. Pendant ses études à McGill, M. Taylor s’est intéressé à l’architecture et a développé un intérêt marqué pour le ski et la boxe. Il a d’ailleurs remporté le prix Anglin Norcross de l’Université McGill en 1927 pour ses dessins d’architecture, en plus de devenir le champion de boxe de l’université dans la catégorie poids lourds, démontrant ainsi ses nombreux talents.

Après avoir obtenu son diplôme en 1930, M. Taylor a étudié et a travaillé en Grande-Bretagne ainsi qu’au Canada, s’installant finalement à Montréal en 1937. Au cours de cette période, il a gagné son pain en enseignant le dessin à l’École d’architecture de McGill et en peignant des portraits.

Lorsque la guerre a éclaté en 1939, M. Taylor a exercé des pressions sur le gouvernement canadien afin qu’il mette sur pied un programme d’art militaire officiel, mais celles-ci se sont avérées infructueuses. Il ne s’est toutefois pas découragé par le refus du gouvernement et a alors utilisé son talent artistique ainsi que ses liens familiaux (son frère était E.P. Taylor, un homme d’affaires canadien millionnaire) afin d’avoir accès aux usines Angus du chemin de fer Canadien Pacifique de Montréal, à plusieurs chantiers navals canadiens ainsi que d’autres usines militaires, et de les documenter.

Illustration en couleurs montrant des ouvriers qui déchargent de la marchandise et utilisent des filets et des plates-formes sur un quai très encombré, avec un navire en arrière-plan.

Empire Builders de Frederick Taylor pour l’Empire Marketing Board (MIKAN 2897675)

Au cours de cette période, M. Taylor a peint plus de 200 œuvres documentant le travail effectué par les travailleurs d’usines canadiennes, qui était varié et ardu, et souvent non reconnu et sous-apprécié. Bibliothèque et Archives Canada détient certains de ces tableaux parmi sa collection d’œuvres d’art. Ces peintures comptent dix-neuf œuvres de petit format ainsi que huit œuvres finies de plus grand format documentant les travailleurs d’usine de l’industrie de la fourrure et du vêtement de Montréal dans les années 1940. Dans ces œuvres, M. Taylor a utilisé une palette subtile de bruns, de gris et de verts industriels. Il avait le talent extraordinaire de reproduire non seulement l’atmosphère industrielle et l’éclairage vif et fluorescent des usines, mais aussi le regard intense des ouvriers concentrés sur leur travail.

  1. Taylor a poursuivi sa carrière artistique après la Deuxième Guerre mondiale, en exposant ses œuvres et en participant à des expositions, surtout au Québec et en Ontario. En 1960, il a déménagé au Mexique, où il a pratiqué la sculpture et la sérigraphie. Frederick Taylor s’est enlevé la vie au Mexique, en 1987.

Ressources

William Redver Stark : La restauration des cahiers

Différentes approches ont été privilégiées au cours des années pour la conservation des cahiers de dessins ou des œuvres reliées. Pendant longtemps, on détachait simplement les œuvres pour se débarrasser de la reliure. Maintenant, la valeur historique et archivistique de la reliure est largement reconnue. Bibliothèque et Archives Canada (BAC) ne fait pas exception, et les traitements de conservation visent désormais à préserver l’intégrité des œuvres, incluant leur reliure.

Dans un article précédent, nous vous avons présenté l’œuvre du soldat William Redver Stark. Les cahiers faisant partie du fonds William Redver Stark n’avaient jamais été réparés ou préservés, et commençaient à montrer des signes d’usure :

  • Déchirures et trous
  • Pages détachées, manquantes ou dans le mauvais ordre
  • Fils de reliure brisés
  • Couvertures pas solidement reliées aux pages ou carrément détachées

Les cahiers font donc l’objet de différents traitements de conservation, entrepris par une équipe de conservateurs hautement spécialisés œuvrant dans le domaine de la conservation et de la restauration de livres, au sein de BAC. Ces conservateurs ont travaillé de concert avec les gestionnaires de collections et les archivistes pour respecter l’intégrité de l’œuvre de Stark, et lui rendre pleinement ses heures de gloire.

Quant aux dessins et aux aquarelles de ce fonds, ils sont en très bon état. Dans certains cas, on croirait mêmes qu’ils ont été réalisés il y a quelques jours à peine. Il faut dire que les cahiers sont restés fermés pendant pratiquement cent ans, et que les pages ont rarement été exposées à l’air ou à la lumière. Ainsi, contempler une œuvre de Stark, c’est faire un voyage dans le temps qui permet de voir le travail d’un artiste tel qu’il a été fait il y a cent ans, au cours d’une des guerres les plus meurtrières et cruciales de notre temps.

En somme, le travail de restauration de l’équipe de Conservation et de restauration de BAC permettra de stabiliser l’état des cahiers afin de s’assurer qu’ils traverseront avec succès l’épreuve du temps, et permettront aux générations futures d’avoir accès à une importante partie de notre histoire.

Exemple d’un traitement de restauration requis : le ruban adhésif doit être retiré.

Exemple d’un traitement de restauration requis : le ruban adhésif doit être retiré.
© Bibliothèque et Archives Canada

Autre exemple de traitement de restauration requis : la couverture doit être recousue.

Autre exemple de traitement de restauration requis : la couverture doit être recousue.
© Bibliothèque et Archives Canada

Voir aussi :

William Redver Stark, artiste soldat

À partir de 1916, des artistes embauchés officiellement, comme A.Y. Jackson et David Milne, documentent l’expérience du Canada durant la Première Guerre mondiale, grâce au Fonds de souvenirs de guerre canadiens. Toutefois, de nombreux autres artistes, amateurs ou professionnels, racontent leur expérience de la guerre lors du combat, de la construction de routes, du transport de biens ou des soins prodigués à d’autres, trouvant le temps de créer des images saisissantes du monde qui les entoure.

Le fonds William Redver Stark, conservé par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), fait partie des rares dossiers qui documentent la vie d’un artiste non officiel de l’Armée. Quatorze cahiers de dessins et d’aquarelles particulièrement bien préservés nous font découvrir la vie d’un soldat qui a vu l’action de beaucoup plus près que les artistes officiels, et qui donne une idée plus spontanée et intime de la vie quotidienne dans ce contexte.

Les cahiers de croquis présentent des images de soldats en pleine action ou au repos, des pièces d’artillerie et des soldats allemands capturés, des paysages traversés par les bataillons, et même des attractions du zoo de Londres, où Stark s’est rendu pendant une permission. Les illustrations complètent admirablement bien le dossier militaire de l’artiste, l’historique de son bataillon et notre compréhension visuelle de la vie d’un militaire durant la Première Guerre mondiale.

William Redver Stark avec un chat.

Bibliothèque et Archives Canada a reçu le fonds William Redver Stark en 2005, à titre de don de la part de son neveu, Douglas Mackenzie Davies, et de sa famille : son épouse, Sheila Margaret Whittemore Davies, et leurs deux fils, Kenneth Gordon Davies et Ian Whittemore Davies.

Comment faire des recherches dans les cahiers de croquis

Les pièces des 14 cahiers de croquis du fonds William Redver Stark ont été décrites et numérisées pour faciliter la recherche par sujet ou par type de paysage. Par exemple, vous pouvez chercher toutes les images du fonds qui représentent des ponts ou des constructions.

Pour faire une recherche dans les cahiers de croquis, allez sur le site des recherches avancées de fonds d’archives. Dans le menu déroulant, choisissez « Tout mot clé » et entrez le numéro de référence archivistique (R11307) ou le numéro MIKAN (616998). Pour préciser votre recherche, ajoutez un mot clé comme « ponts » dans le deuxième champ.

Documents connexes

Ne manquez pas l’article William Redver Stark : La restauration des cahiers pour en savoir plus sur le travail réalisé par les restaurateurs de BAC.

Mary Riter Hamilton, première peintre militaire non officielle du Canada

Quatre‑vingt‑dix ans ont passé depuis que Mary Riter Hamilton a fait don de ses œuvres aux Archives publiques du Canada (maintenant Bibliothèque et Archives Canada) : 180 peintures à l’huile et des dizaines de dessins réalisés à la craie, au pastel et au crayon qui représentent la dévastation en Europe après la Première Guerre mondiale. Les œuvres de Riter Hamilton ne sont pas joyeuses; elles traitent presque toutes de la destruction engendrée par la guerre. Elles montrent des tranchées boueuses, des paysages dévastés, des tombes, des cimetières, et des églises et des villages détruits par des bombardements.

Monument commémoratif de la Deuxième division canadienne dans un cratère de mine près de Neuville Saint Vaast.

Monument commémoratif de la Deuxième division canadienne dans un cratère de mine près de Neuville Saint Vaast (MIKAN 2836007)

Mary Riter Hamilton voit le jour en 1873 à Teeswater (Ontario) et grandit à Clearwater (Manitoba), où sa famille s’est établie pour exploiter une ferme. Elle marie Charles W. Hamilton à 18 ans et devient veuve à 23 ans. Peu avant la mort de son époux, Mary commence à suivre des cours d’art à Toronto. La plupart de ses enseignants formés en Europe remarquent son talent et l’encouragent vivement à poursuivre ses études à Paris. Mary étudie d’abord en Allemagne, puis elle déménage à Paris, où elle vivra et étudiera pendant huit ans. Mary retourne s’installer au Manitoba pendant un an en 1906, puis elle s’y établit de nouveau en 1911 et y habite pendant huit ans. Pendant cette période, les œuvres de Mary sont présentées dans des musées de Montréal, Ottawa, Toronto, Winnipeg et Calgary.

Peinture montrant une route avec des arbres détruit aux abors.

La mélancolie de la Somme (MIKAN 2835991)

Toujours désireuse de retourner en Europe, Mary obtient sa chance en 1919, alors qu’elle vit et travaille sur la côte Ouest du Canada. L’Amputation Club de la Colombie‑Britannique lui demande de créer des œuvres pour The Gold Stripe, un magazine destiné aux anciens combattants. Mary part immédiatement « peindre les endroits où d’innombrables Canadiens courageux ont combattu et donné leur vie ». [traduction] Pendant trois ans, Riter Hamilton travaille sans arrêt en France et en Belgique d’après‑guerre, où elle peint des champs de bataille comme la crête de Vimy, la Somme, Ypres et Passchendaele. Les conditions sont difficiles : elle travaille dans des abris de fortune et doit endurer le mauvais temps et les maigres rations, si bien qu’elle revient au Canada dans un état d’épuisement physique et émotionnel. Riter Hamilton refuse de vendre ses tableaux et choisit plutôt de les donner aux Archives publiques du Canada. Elle meurt, pauvre et atteinte de cécité, en 1954.

À l’aube du centenaire de la Première Guerre mondiale, ces œuvres deviennent encore plus touchantes. Mary Riter Hamilton n’a jamais été une « peintre de guerre » officielle, mais son courage, son talent, sa détermination inébranlable, la sombre beauté et l’aspect lugubre de sa collection forment un récit durable des ravages causés par la guerre.

Peinture montrant un crat`re rempli de fleurs de pavots.

Tranchées sur la Somme (MIKAN 2894917)

Pour en savoir plus sur Mary Riter Hamilton, admirer ses œuvres ou voir les documents de la collection de BAC, vous pouvez consulter les sites suivants :

Résumé des commentaires reçus en anglais entre le 1er avril 2014 et le 30 juin 2014

  • Un client commente que Mary Riter Hamilton était vraiment une personne extraordinaire à une époque où les femmes n’allaient pas au front. Elle a documenté les séquelles de l’enfer et fait figure de pionnière.