Ça, c’est personnel : coup d’œil sur les archives personnelles à Bibliothèque et Archives Canada

Par Stephen Danilovich

Imaginez que vos archives aient été données à Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Pensez à ce qui pourrait faire partie de votre collection : un journal intime de l’époque du secondaire, des reçus d’épicerie du mois courant ou votre plus récent message sur les médias sociaux, par exemple.

Maintenant, mettez-vous à la place d’un archiviste qui traiterait vos archives. Comment classeriez-vous tous ces documents par catégorie? À quels documents restreindriez-vous l’accès, et pourquoi? Choisiriez-vous de décrire fidèlement les documents ou de les mettre en ordre?

Voilà quelques-unes des questions à se poser avant de traiter des archives personnelles (des archives produites par des particuliers plutôt que par des organismes ou des entreprises). Évidemment, les archives personnelles, ça peut devenir très… personnel. Plus que dans les autres types d’archives, la protection de la vie privée, le respect du classement original des documents, les relations avec les donateurs et d’autres considérations archivistiques y sont intimement associées à la vie quotidienne.

Ces archives ont la particularité d’agir comme un miroir. L’archiviste qui les traite réfléchit aux traces qu’il a soi-même laissées et à la manière dont d’autres archivistes essaieraient de reconstituer sa vie. Il repense aussi à tout ce qui n’a pas été consigné.

Comme tout archiviste vous le dira, une grande partie du travail s’effectue dans les zones d’ombre. Il faut établir des liens entre les documents afin de créer un classement cohérent qui guidera les futurs chercheurs. Alors, que se passe-t-il quand l’archiviste essaie de reconstituer logiquement la vie d’une personne à partir des documents et des traces qu’elle a laissés?

Deux images noir et blanc, côte à côte, d’une femme aux cheveux foncés, de profil. L’image de gauche est le négatif, et celle de droite, la photo finale.

Deux façons de voir : le négatif et le positif. Photo de Mlle Ethel Hand prise le 10 novembre 1934 par Yousuf Karsh. (e010680101)

Pour répondre à ces questions, j’ai discuté avec des archivistes de la Division des archives privées sur la vie sociale et la culture, qui conserve notamment des collections de romanciers célèbres comme Carol Shields, Michael Ondaatje, Daphne Marlatt et bien d’autres. Ces questions sont encore plus importantes pour les auteurs qui sont encore vivants.

« Cela met votre propre vie en perspective, m’a confié l’archiviste Christine Waltham, qui a traité le fonds Thomas King. C’est comme si quelqu’un nous donnait sa vie. »

« Vous avez vraiment l’impression de connaître ces personnes, ajoute Christine Barrass, une archiviste qui a découvert les archives personnelles en traitant le fonds Doris Anderson. Ça ressemble à une simple transaction, mais quand on commence à aller au fonds des choses, ça devient un véritable honneur et un grand privilège. »

Photographie noir et blanc d’une femme de profil aux cheveux gris portant un collier foncé.

Photo de Doris Anderson prise le 10 octobre 1989 par Barbara Woodley. (e010973512)

Parmi les difficultés que présente le traitement d’archives personnelles, la plus inattendue est sans doute l’attachement émotif que l’archiviste peut commencer à éprouver pour les archives et leur créateur.

« Les émotions qu’elles provoquent, et que vous ne ressentez pas avec les archives institutionnelles, peuvent être difficiles à gérer, selon Christine Waltham. Comment décrire les archives de manière respectueuse? »

« Ça peut devenir un poids si ce n’est pas une chose que vous voulez dans votre vie quotidienne », explique Christine Barrass, qui croit que les aspects positifs et négatifs des archives personnelles représentent les deux côtés d’une même médaille : la grande intimité qui se développe.

L’archiviste est souvent la première personne, après l’auteur, à voir les documents. Une relation de confiance implicite est donc essentielle. Ce regard privilégié sur la vie d’une personne s’accompagne d’un profond sentiment de responsabilité, entraînant ce que l’archiviste littéraire Catherine Hobbs appelle une « paranoïa archivistique ».

« On a l’impression de ne jamais pouvoir en faire assez, dit Hobbs, ce qui est le propre de tout archiviste consciencieux. »

Traiter les archives d’une personne, c’est marcher constamment sur une corde raide entre la vie privée et la vie publique du créateur. N’importe quel document peut révéler une liaison clandestine, une querelle tenue secrète ou une facette inconnue de la personne. Pour ajouter à la difficulté, il est impossible de prévoir ce qui sera utile aux futurs chercheurs.

Il faut donc établir un savant équilibre entre la vie privée du donateur et l’accès accordé aux futurs chercheurs, tout en respectant le mandat de BAC.

« Nous devons trouver un compromis entre nos rôles de gardien et d’aide à la recherche », dit Hobbs.

C’est ce mélange d’intimité et de détachement qui rend si spécial le traitement des archives personnelles.

Photographie noir et blanc d’une femme aux longs cheveux noirs vêtue d’une robe blanche flottante. La femme est assise devant un miroir ovale et regarde en direction de l’appareil photo.

Entre miroir et lentille : « The Mob », Festival national d’art dramatique, 24 avril 1934, photo prise par Yousuf Karsh. (e010679016)

Pour ma toute première expérience de travail en archivistique, dans le cadre d’un emploi d’été étudiant, j’espérais apprendre les meilleures méthodes pour traiter les archives personnelles. Mais j’ai vite découvert que ces archives sont aussi diversifiées et nuancées que leurs créateurs.

Selon Waltham, « Les archives personnelles témoignent du désordre de la vie. C’est ce qui les rend si spéciales. »

Et ce désordre requiert une approche particulière. Puisque chaque collection est unique, tant du point de vue de son organisation que de son contenu, les procédures et le dogmatisme ne constituent pas la meilleure manière de créer un classement cohérent. En effet, ce caractère unique risque de disparaître si l’archiviste adopte une approche trop mécanique.

« L’apparence des documents ou les conditions dans lesquelles ils ont été conservés en disent déjà beaucoup sur la personne », ajoute Waltham. Une méthode de traitement exagérément prescriptive risquerait d’éliminer certaines particularités. On peut même dire que les archives personnelles dépassent le domaine des sciences sociales pour atteindre quelque chose qui s’apparente à l’art — et même à une sorte d’osmose entre archiviste et créateur.

Hobbs soutient que l’archivistique va au-delà de la science : elle engage la responsabilité de l’archiviste, qui doit surtout faire preuve d’empathie et d’honnêteté dans sa démarche et comprendre le rare degré d’intimité qui est atteint quand une personne donne ainsi accès à une partie de sa vie privée.

En définitive, ce que les archives personnelles exigent, c’est peut-être une petite prise de conscience de la part des archivistes – une compréhension de leur rôle dans cette communion entre la vie quotidienne, la gestion des documents et la recherche. Mettre de l’ordre dans les documents d’un tiers est un travail intrinsèquement personnel. Les archivistes qui traitent des archives personnelles doivent être particulièrement sensibles au fait que nous contribuons tous à ce que Hobbs appelle « l’aventure humaine ». Essayer de donner un sens à la vie d’un être humain dépasse largement le catalogage : c’est un processus de cocréation.

Confrontés aux défis et aux émotions qui accompagnent les archives personnelles, les archivistes de BAC font de leur mieux. L’objectif ultime, comme l’exprime Catherine Hobbs, c’est de laisser les archives en meilleur état que nous les avons trouvées.


Stephen Danilovich est archiviste étudiant à la Division des archives privées sur la vie sociale et la culture de Bibliothèque et Archives Canada.

Une réflexion au sujet de « Ça, c’est personnel : coup d’œil sur les archives personnelles à Bibliothèque et Archives Canada »

  1. Ping : Ça, c’est personnel : coup d’œil sur les archives personnelles à Bibliothèque et Archives Canada – Veille patrimoniale

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.