Accéder aux plans et aux profils des chemins de fer grâce à l’Index sur les chemins de fer

Par Rebecca Murray

Plus tôt cette année, j’ai répondu à une demande d’un chercheur qui m’a obligée à passer beaucoup de temps de qualité en compagnie de l’acquisition RG12M 77803/17 – Index sur les chemins de fer. Il s’agit d’une série de 30 000 fiches offrant des listes détaillées et individuelles des plans et des profils des chemins de fer de l’ensemble du Canada, pour la période allant de 1866 à 1937. Bien que je travaille quotidiennement avec des acquisitions de documents cartographiques et leurs instruments de recherche, cette demande représentait un défi particulier. Elle révèle bien à quel point il peut être difficile d’organiser et de comprendre des séries de documents aussi vastes.

Pourquoi m’aventurer dans de telles recherches, me demanderez-vous? Pourquoi ne pas se fier à des sources publiées? Je prône toujours le recours aux sources primaires pour faire des recherches. En consultant les documents originaux et leur classement parmi les autres documents, vous pouvez tirer vos propres conclusions. Le plan que vous cherchez pourrait laisser transparaître un moment particulier qui échapperait à une source secondaire. Ou encore, vous pourriez étudier l’évolution d’une section précise d’un chemin de fer. Peu importe la raison, il est temps d’enfiler des gants blancs et de plonger dans nos archives!

Étape 1

D’abord, il faut consulter les fiches qui se trouvent sur des microfilms numérisés. Les fiches sont classées par ordre alphabétique, par compagnie de chemin de fer et par endroit.

Lorsque vous trouvez des plans intéressants, notez leur numéro. Par exemple, si vous vous intéressez au « Plan & profile showing the approach of the Bridge in the city of Montreal P.Q. as located », qui est énuméré sur la fiche ci-dessous, notez le numéro de plan 7457.

Fiche lignée avec du texte noir.

Extrait d’une fiche alphabétique d’une compagnie de chemin de fer tirée de la bobine C 6823 du fonds RG12.

Étape 2

Lorsque vous travaillez au 395, rue Wellington, à Ottawa (Ontario), vous pouvez consulter une série de fiches papier dans la salle de référence. Une fois que vous avez trouvé les numéros des plans que vous voulez consulter ou copier, utilisez une autre série de fiches. Celles-ci se trouvent avec les autres instruments de recherche liés aux cartes et aux plans et sont classées par numéro de plan. Vous pourrez ainsi découvrir le numéro d’article de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) pour chacun des plans. Un membre de l’équipe de la salle de référence peut vous aider avec ces étapes, au besoin.

Photo couleur des tiroirs en métal contenant les fiches de l’acquisition RG12M 77803/17.

Photo des tiroirs contenant les fiches sur les chemins de fer de l’acquisition RG12M 77803/17, dans l’annexe de la salle de référence.

Photo couleur d’un tiroir de fiches; la fiche du plan 7457 est sortie.

Photo d’un tiroir de fiches montrant la fiche du plan 7457.

Photo couleur d’une fiche dont les numéros d’article sont encerclés en rouge.

Photo d’une fiche comprenant tous les renseignements de référence (dont les numéros d’article) pour le plan 7457.

Étape 3

Si vous n’êtes pas sur place, vous pouvez nous écrire au moyen de notre formulaire en ligne et nous demander de trouver les références relatives à chaque article. Par exemple, vous pourriez mentionner le plan 7457 de l’acquisition RG12M 77803/17 et nous demander de trouver le numéro d’article afin de compléter la référence. Un membre de notre équipe consultera alors les fiches pour confirmer le numéro d’article, puis trouvera le code à barres du contenant afin de simplifier votre demande de consultation ou de reproduction.

Bon nombre de ces articles se trouvent aussi sur microfiche, ce qui en facilite la consultation. Si vous êtes sur place, vous pouvez vous rendre directement à la salle de consultation des microformes, au troisième étage. Demandez de l’aide au personnel de BAC (pendant les heures de service) ou utilisez le tiroir de microfiches libre-service étiqueté RG12M 77803/17. N’oubliez pas de mettre des gants!

Saviez-vous que la salle de consultation des microformes contient de nouveaux numériseurs à plat qui produisent des copies de microfiches de grande qualité? Apportez votre clé USB!

Ce type d’instruments de recherche peut être intimidant, car il faut recueillir des renseignements à plusieurs endroits. Il est impossible de trouver toute l’information pertinente dans une seule ligne de texte. Il s’agit d’un bon défi pour les chercheurs (ou archivistes!) expérimentés, et la courbe d’apprentissage est abrupte pour les nouveaux chercheurs. N’hésitez surtout pas à demander de l’aide à notre équipe pour des recherches de ce type ou de toute autre nature. Nous sommes là pour vous aider à naviguer dans les fonds de BAC et notre passion consiste à faire des découvertes tous les jours!


Rebecca Murray est archiviste à la Division des services de référence de Bibliothèque et Archives Canada.

Des images de restaurants maintenant sur Flickr 

Photographie noir et blanc de l’extérieur d’un restaurant situé sur un chemin de terre dans une région éloignée.

Restaurant à Entrance (Alberta) [PA-100223]

L’essor des restaurants est directement relié à la croissance des villes. Alors que les routes commerciales s’étendent dans la Chine ancienne et l’Empire romain, les marchands ambulants qui se rendent dans les villes pour y vendre leurs produits font souvent halte dans des lieux de restauration publics, comme les auberges, pour se reposer et se restaurer. À l’intérieur des villes en pleine expansion, les tavernes et les auberges deviennent les principaux endroits où les gens peuvent trouver de quoi manger simplement, boire et se loger.

Photographie noir et blanc d’une femme sortant de la cuisine d’un restaurant en portant un plateau avec une théière et des tasses.

Une serveuse sortant de la cuisine du Diana Sweets et apportant un plateau avec une théière et des tasses, Toronto (Ontario) [PA-068091]

Photographie stéréoscopique noir et blanc montrant des dizaines de serveurs debout près de deux rangées de tables avec un lustre suspendu au plafond, Hôtel Windsor, Montréal (Québec).

Des dizaines de serveurs debout près de deux rangées de tables avec un lustre suspendu au plafond, Hôtel Windsor, Montréal (Québec) [e011093681]

Ce n’est qu’à partir du 18e siècle en France que l’on assiste à l’ouverture de restaurants de luxe ou spécialisés à l’intention de ceux qui en ont les moyens. Ces premiers restaurants proposent des menus composés d’un vaste choix de viandes, de légumes et de boissons, préparés selon des recettes plus élaborées. D’autres pays emboîtent le pas, et la culture de la restauration se répand partout en Europe et bien au-delà.

Photographie noir et blanc de l’extérieur du restaurant Nick's Chicken Barbecue. Une enseigne au néon dans la fenêtre annonce « Good Food » [bonne nourriture] et « Beer & Wine » [bière et vin].

Le restaurant Nick’s Chicken Barbecue, Québec (Québec) [PA-080674]

Aujourd’hui, les villes canadiennes offrent un vaste choix de restaurants servant des spécialités culinaires du monde entier dans une large gamme de prix.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Le sergent Hugh Cairns, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le sergent Hugh Cairns, dernier soldat canadien de la Première Guerre mondiale à avoir reçu la Croix de Victoria, pour la bravoure dont il a fait preuve à Valenciennes, en France.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, assis.

Le sergent Hugh Cairns, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date (a006735)

Hugh Cairns naît à Ashington, une banlieue de Newcastle-upon-Tyne, en Angleterre, le 4 décembre 1896. Sa famille immigre au Canada et s’installe à Saskatoon, en Saskatchewan. Il est plombier lorsque la guerre éclate. Le 2 août 2015, il s’enrôle à Saskatoon, suivi neuf jours plus tard par son frère aîné Albert. Tous deux se joignent au 65e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien, lequel est intégré au 46e Bataillon le 30 juin 1916. Deux ans plus tard, soit le 10 septembre 1918, Albert succombe aux blessures qu’un obus lui a infligées à la tête.

Hugh Cairns sert en France, prouvant à plusieurs occasions sa détermination et sa résilience. Il est soldat quand il reçoit la Médaille de conduite distinguée le 25 août 1917. Il sera promu caporal à l’été 1918, puis sergent trois mois plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, dos à l’appareil photo, se tenant au milieu des décombres devant un bâtiment détruit. On aperçoit à gauche une charrette avec une grosse roue.

Un poste canadien à Valenciennes, novembre 1918 (a003355)

D’octobre à novembre 1918, les Canadiens poursuivent leur assaut sur les lignes allemandes. Malgré les efforts tenaces déployés par les Allemands pour protéger leurs lignes de retraite, les Alliés leur infligent de lourdes pertes, capturant des milliers de prisonniers et progressant de plusieurs dizaines de kilomètres. Le 1er novembre 1918, les Allemands s’accrochent à la ville de Valenciennes et conservent leur position de force près de Marly, une commune voisine.

L’attaque menée par la Compagnie A du 46e Bataillon afin de reprendre Valenciennes mise sur un assaut mené par un front de deux pelotons, avec l’appui d’un peloton de soutien dirigé par Cairns. Le barrage canadien est lancé à 5 h 15. Les pelotons avancent vers leur objectif, mais après 500 mètres, ils sont assaillis par les tirs nourris de mitrailleuses sur leur flanc gauche. Ils poursuivent néanmoins leur avancée, écrasant la résistance des mitrailleuses allemandes, faisant des prisonniers et capturant des armes.

Photo noir et blanc de bâtiments en ruines dont les murs sont criblés de trous. Le sol est couvert de débris, de boue et de roches. Quatre soldats, de dos, s’éloignent de l’objectif après avoir traversé un pont improvisé fait de débris.

Des Canadiens pénètrent Valenciennes en franchissant un pont improvisé, novembre 1918 (a003376)

Alors que la Compagnie progresse pas à pas, elle est soudainement immobilisée par les tirs intenses d’une mitrailleuse. Bravant le feu ennemi, Cairns et d’autres soldats la contournent. Ils rampent jusqu’à la batterie, protégés par leurs propres mitrailleurs, et capturent trois canons de campagne, un mortier de tranchée, sept mitrailleuses et plus de 50 prisonniers. Cairns et ses hommes se dirigent ensuite vers la voie ferrée pour s’en emparer et y établir une position.

Cairns part ensuite inspecter une usine située à proximité. Un soldat allemand, armé d’un fusil automatique, ouvre alors le feu en sa direction. Cairns riposte avec sa mitrailleuse Lewis : il s’élance vers l’ennemi et tire, tuant et blessant de nombreux Allemands qui se dirigeaient vers une cour avoisinante.

Photo noir et blanc d’une gare à l’architecture ouvragée, mais maintenant affaissée, avec des fenêtres brisées et des murs manquants. Le sol, séparé diagonalement par des rails, inondé et encombré de planches et de débris.

La gare inondée de Valenciennes, novembre 1918 (a003452)

Puis, en patrouille dans Marly, Cairns et un autre soldat débusquent 50 Allemands dans une cour et les font prisonniers. Alors qu’ils leur confisquent leurs armes, un officier allemand s’empare de son pistolet et tire sur Cairns, l’atteignant en plein ventre. Cairns ouvre le feu à son tour, tuant ou blessant une trentaine d’Allemands. La riposte ne se fait pas attendre : les autres soldats s’élancent vers Cairns en ouvrant le feu. Cairns est atteint au poignet, mais continue malgré tout à manier sa mitrailleuse Lewis. Une autre balle lui arrache presque la main et détruit son arme. Cairns lance alors sa mitrailleuse, maintenant inutile, au visage d’un soldat allemand qui tirait sur lui, le faisant tomber. Avec le peu de force qui lui reste, il titube jusqu’à une entrée, où il s’effondre avant d’être transporté en lieu sûr par ses

Photo noir et blanc d’un groupe de personnes se tenant devant un bâtiment dont la porte est ouverte. Des femmes portant de grandes coiffes blanches serrent la main de soldats en uniforme. De chaque côté, des groupes d’hommes et de femmes en habits civils sourient en regardant l’objectif. À l’arrière, quelqu’un tient un drapeau de la France.

Des religieuses et des civils français de Valenciennes accueillent les premiers Canadiens qui entrent dans la ville, novembre 1918 (a003578)

L’héroïsme et l’abnégation dont Cairns a fait preuve sont relatés à de multiples reprises dans les journaux de guerre du 46e Bataillon de novembre 1918 (pp. 21, 22, 23). Cairns fait partie des nombreux hommes dont les actes courageux posés à Valenciennes ont été reconnus. Grâce à lui, sa Compagnie a pu atteindre ses objectifs : au terme de cette journée de combats, le Corps canadien a capturé environ 1800 soldats allemands et en a tué plus de 800. Les pertes du côté des Canadiens se chiffrent à 80 hommes décédés (dont Cairns) et à environ 300 soldats blessés.

Photo noir et blanc d’une femme vêtue d’un chemisier blanc, embrassant sur la joue un soldat en uniforme qu’elle tient dans ses bras.

Femme française embrassant un soldat canadien après que les troupes aient chassé les Allemands de Valenciennes, novembre 1918 (a003451)

Cairns succombe à ses blessures le 2 novembre 1918 et reçoit la Croix de Victoria à titre posthume. Il est enterré au cimetière britannique d’Auberchicourt, dans le nord de la France.

L’histoire a retenu le nom et la bravoure de Cairns. En son honneur, la ville de Valenciennes a rebaptisé l’une de ses rues principales « avenue du Sergent Cairns », organisant une cérémonie civile le 25 juillet 1936, cérémonie à laquelle les parents de Cairns ont assisté. On retrouve également à Saskatoon l’école primaire Hugh Cairns V.C., ainsi que le manège militaire Sergeant Hugh Cairns VC (le manège du 35e Régiment du génie de combat).

La Croix de Victoria décernée à Hugh Cairns est exposée au Musée canadien de la guerre, à Ottawa (Ontario).

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du sergent Hugh Cairns.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

L’armée de zombies du Canada

Par Andrew Horrall

Le 24 octobre 1944 en matinée, une semaine avant l’Halloween, le premier ministre Mackenzie King rêve à des amis proches. Fasciné par le spiritisme, il croit y voir une signification précise : « Des personnes intéressées par des questions qui me touchent souhaitent me faire ressentir leur présence. » [Traduction du journal de William Lyon Mackenzie King, p. 1]. La journée passe, et King remarque d’autres signes lui faisant croire qu’il est guidé par l’autre monde.

À l’époque, King tente de résoudre un problème qui divise non seulement son gouvernement, mais le Canada tout entier. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, en septembre 1939, il avait promis de ne pas imposer la conscription. Toutefois, cinq années ont passé, et l’armée canadienne a désespérément besoin de renforts en Europe. L’après-midi du 24 octobre 1944, King préside une discussion animée du Cabinet sur l’enrôlement obligatoire. Il devient particulièrement irrité lorsque Thomas Crerar, ministre des Mines et des Ressources, insiste pour que « les zombies soient envoyés à l’étranger » pour tenter de mettre un terme à la guerre. [Traduction du journal de William Lyon Mackenzie King, p. 8]

Affiche couleur d’un soldat souriant, avec la légende « Come On, pal … ENLIST! » [Allez, mon ami... ENRÔLE-TOI!].

Affiche de recrutement : « Come On, pal … ENLIST! » [Allez, mon ami… ENRÔLE-TOI!], vers 1942. (c087427k)

Vous vous demandez sans doute pourquoi le gouvernement parlait d’envoyer au front des morts-vivants cannibales! Mais la discussion du Cabinet reflète une toute autre réalité : le terme « zombie » était alors populaire au Canada, et la guerre lui avait donné un tout nouveau sens.

Bien que les zombies apparaissent aujourd’hui dans de nombreux films, livres et émissions télévisées, ils étaient beaucoup moins connus dans les années 1940, et faisaient surtout partie du folklore haïtien. Le terme désigne un automate sans cervelle et sans voix, ressuscité des morts pour effectuer des tâches manuelles.

La plupart des Nord-Américains découvrent les zombies pour la première fois dans L’Île magique : Les mystères du vaudou, un succès de librairie de 1929 dans lequel l’auteur affirme avoir rencontré de véritables zombies en Haïti. Trois ans plus tard, Hollywood adapte ce roman pour en faire un film intitulé Les Morts-vivants. Les barmans de l’époque, suivant la tendance, concotent des « zombies » : des cocktails à base de rhum, qui rendent les buveurs aussi confus que ces créatures d’outre-tombe.

L’histoire des zombies dans l’armée canadienne est plus complexe. Comme nous le disions, King avait promis en 1939 de ne pas imposer la conscription, un enjeu qui avait déjà divisé le pays en 1917, lors de la Première Guerre mondiale. Son gouvernement commence donc par recruter des volontaires pour combattre outre-mer.

En 1940, cependant, l’adoption de la Loi sur la mobilisation des ressources nationales permet d’imposer la conscription, mais seulement pour servir au Canada. Les soldats enrôlés peuvent alors demander, s’ils le souhaitent, de faire partie du service général et d’aller combattre en Europe.

Dans les camps d’entraînement militaires partout au Canada, les tensions entre les hommes du service général et les autres deviennent rapidement apparentes. Ceux qui refusent de servir à l’étranger sont ridiculisés, et surnommés « les merveilles de la feuille d’érable » (les Maple Leaf Wonders) puisqu’ils refusent de faire face au danger : ils s’occupent plutôt de tâches administratives et de la protection des côtes canadiennes.

Photo couleur de trois hommes franchissant une palissade en bois, vêtus de casques, de chemises à manches courtes, de culottes courtes, de longues chaussettes et de bottes, et portant des fusils.

Des troupes à l’entraînement, parc Lansdowne, Ottawa. (e010778708)

Les tensions politiques, sociales et militaires entourant la conscription mènent à un référendum national sur la question en avril 1942. Les Canadiens anglais votent pour, alors que les Canadiens français s’y opposent en aussi grand nombre. King, percevant cette profonde division, essaie de trouver un terrain d’entente avec le slogan « La conscription si nécessaire, mais pas nécessairement la conscription ».

Photo noir et blanc d’un homme debout derrière un lutrin, devant une foule de travailleurs. Le lutrin est recouvert d’un drapeau de l’Union royale. Des policiers font face à la foule.

James S. Duncan, président-directeur général de l’entreprise Massey-Harris, incite les travailleurs à voter en faveur de la conscription lors du référendum national, en 1942. (a164429)

Et c’est ici que nous revenons à nos morts-vivants. Au début de 1943, le terme « zombie » prend un tout nouveau sens : les hommes du service général, les femmes en uniforme et la population en général l’utilisent pour se moquer des hommes qui refusent d’aller se battre à l’étranger. On les fait passer pour des personnes lâches, passives et incapables de penser par elles-mêmes. L’image est reprise par les journaux et les magazines canadiens-anglais, qui publient des articles et des blagues sur les zombies en les associant aux éléments prétendument subversifs de la société canadienne, et qui affirment que les femmes refusent de sortir avec eux.

Une photo publiée dans le Toronto Star en janvier 1943 montre toutefois un groupe de soudeurs, sur un chantier naval, qui ont peint des visages de zombie sur leurs masques. Leur geste suggère que certains assumaient avec fierté leur décision de ne pas aller au front, et qu’ils avaient fait leur ce terme dégradant. (« Shots behind scenes in Canada’s war factories » [Photos des coulisses de l’industrie canadienne de la guerre], Toronto Star, 13 janvier 1943, p. 17).

Au Canada, les zombies s’inscrivent dans l’imaginaire collectif en juillet 1943, lorsqu’éclate une émeute sur une base militaire de Calgary. Des hommes du service général se moquent alors d’eux avec la chanson « Salute to a Zombie » [Remerciements à un zombie], une rengaine populaire dans tout le Canada. Les esprits s’échauffent, et une bataille s’ensuit. Bibliothèque et Archives Canada conserve la copie de la chanson envoyée au colonel J. L. Ralston, ministre de la Défense nationale (qui, pour sa part, recommandait vivement d’envoyer les zombies outre-mer).

Poème dactylographié, avec l’empreinte d’un timbre de caoutchouc sur le côté et du texte manuscrit au bas.

Salute to a Zombie » [Remerciements à un zombie], RG24, vol. 2197, dossier AC 54-27-63-38.

Au moment où King préside la réunion du Cabinet, une semaine avant l’Halloween de 1944, il fait face à d’intenses pressions de la part des ministres, des commandants militaires et d’une grande partie de la population. Tous veulent qu’il envoie les zombies au combat, puisque les volontaires ne suffisent pas à remplacer les soldats tombés. King résiste jusqu’en novembre, puis décide d’envoyer outre-mer 17 000 zombies. Sa décision entraîne une désertion massive, de même qu’une courte mutinerie en Colombie-Britannique. Au bout du compte, environ 2 500 zombies seront envoyés en Europe, et 69 d’entre eux y perdront la vie.

Pour toute une génération de Canadiens, surtout au Canada anglais, les zombies sont associés à une amère division sociale causée par la Deuxième Guerre mondiale. La signification moderne du terme et la présence de la créature dans la culture populaire ne feront leur apparition qu’en 1968, à la sortie du film La Nuit des morts-vivants.


Andrew Horrall est archiviste principal à la Division des archives privées de Bibliothèque et Archives Canada.

Nominations de conseillers de la reine ou du roi au Canada

Par Rebecca Murray

« Être nommé [conseiller de la reine] est une marque de reconnaissance visant à rendre hommage aux avocats ayant fait preuve d’un service exemplaire à l’égard de la société canadienne grâce à leur dévouement envers le droit et notre système de justice. » (Cahier d’information à l’intention de la ministre de la Justice du Canada)

Les membres du barreau qui sont ainsi nommés disent parfois, en anglais, qu’ils « prennent alors la soie [taking silk] ». En effet, ils peuvent porter une toge de soie dont la coupe est différente de celle de la toge noire régulière.

De nos jours, les nominations fédérales sont limitées aux fonctionnaires. Toutefois, avant la Confédération, les nominations étaient accordées par lettres patentes; celles-ci se trouvent aujourd’hui dans le sous-fonds du registraire général (RG68) de Bibliothèque et Archives Canada.

Pour trouver ces nominations par lettres patentes, suivez les étapes suivantes :


Étape 1

Trouvez l’index général (General Index) pertinent. Pour la période précédant la Confédération, consultez l’un des deux index suivants :

Étape 2

Trouvez l’entrée dans la table des matières alphabétique :

Étape 3

Rendez-vous à la page correspondante du General Index. Par exemple, vous trouverez l’index des nominations pour les documents antérieurs à 1841, pour le Haut-Canada et le Bas-Canada, aux pages 539 et 540. Les index visant la période suivant 1841 se trouvent aux pages 316 à 318 pour le Bas-Canada et aux pages 318 à 320 pour le Haut-Canada.

Étape 4

Regardons un exemple : à la page 540 des volumes 894 et 895, RG68, « General Index », C-2883, nous pouvons examiner une liste de noms et choisir ceux qui nous intéressent. Choisissons Alexander Buchanan pour l’instant. La lettre patente lui accordant la désignation de conseiller du roi (c. r.) a été émise le 19 juin 1835. Elle se trouve dans le registre (liber) 14, à la page (folio) 279.

PIC

Étape 5

Pour trouver le registre en question (dans le fonds RG68), utilisez la Recherche dans la collection et suivez les directives qui suivent. Les première et deuxième saisies d’écran montrent l’écran de recherche et les termes utilisés. La troisième montre les résultats.

Saisie d’écran en couleur des résultats d’une recherche; le titre de la page est « Recherche dans la collection (bêta) ».

Saisie d’écran montrant les termes de recherche et la première page de résultats dans la fonction Recherche dans la collection (bêta).

Saisie d’écran en couleur des résultats d’une recherche; le titre de la page est « Recherche dans la collection (bêta) ».

Saisie d’écran montrant les résultats triés par date.

Saisie d’écran en couleur des données se trouvant sur la page « Collections et fonds – 1336219 ».

Saisie d’écran montrant les résultats d’une notice individuelle.

Étape 6

Sur la page des résultats, nous voyons que le document peut être consulté sur microfilm (et, dans ce cas précis, sur microfilm numérisé).

Nous pouvons alors parcourir la bobine de microfilm jusqu’à ce que nous trouvions le document et la page qui nous intéressent.

Page en noir et blanc d’un texte manuscrit dans un carnet ligné.

Extrait du texte de la commission ayant nommé Alexander Buchanan à titre de conseiller du roi, dans le volume 110 du fonds RG68, registre 14, page 179, trouvé à l’image 514 de la bobine de microfilm numérisé C-3926.

Alexander Buchanan reçoit la désignation de conseiller du roi en 1835, quelques années seulement avant l’arrivée de la reine Victoria sur le trône britannique. S’il avait continué d’être un membre en règle jusqu’au moment de son couronnement, Buchanan serait alors devenu un conseiller de la reine. (De façon semblable, les conseillers actuels de la reine du Canada actuels deviendront des conseillers du roi lors du prochain couronnement d’un roi.

Bibliothèque et Archives Canada possède également les fonds privés de nombreux conseillers du roi ou de la reine, dont le fonds Ramon J. Hnatyshyn (R10945) et le fonds John Duggan (MG29-E88). Nous avons un défi pour les lecteurs : pouvez-vous identifier la lettre patente accordant le titre de c. r. à Duggan en 1858?

Si l’histoire de ces nominations vous intéresse, je vous invite à consulter nos fonds pour trouver des documents connexes, et à faire des recherches pour découvrir comment les nominations sont aujourd’hui accordées dans votre province ou votre territoire.


Rebecca Murray est archiviste à la Division des services de référence de Bibliothèque et Archives Canada.

 

 

Images de l’industrie sidérurgique (acier) maintenant sur Flickr

Photographie en noir et blanc d’ouvriers qui supervisent le coulage d’acier en fusion dans des moules.

Des ouvriers surveillent le coulage d’acier fondu à l’Atlas Steel Company, Welland (Ontario) [e000760732]

L’acier est un alliage composé principalement de minerai de fer et d’un peu de carbone. Sa production constitue une grande industrie au Canada, actuellement concentrée en Ontario et au Québec.

Photographie en noir et blanc de trois ouvrières du rail, portant des gants et de lourds vêtements de travail, et posant avec leurs pelles.

Portrait de trois ouvrières du rail posant avec leur pelle, Stelco Steel Company of Canada, Hamilton (Ontario) [e000762848]

Photographie en noir et blanc d’un ouvrier, debout à côté d’un four, qui dirige le coulage d’acier en fusion dans une poche de coulée.

Un ouvrier se tient à côté d’un four et oriente le coulage d’acier fondu dans une poche de coulée, Stelco Steel Company of Canada, Hamilton (Ontario) [e000760223]

L’acier est matériau polyvalent employé dans la fabrication d’un éventail de produits, comme des barils, des fermoirs, des structures, des électroménagers, des pièces automobiles et même des contenants alimentaires. Comme l’aluminium, l’acier se recycle facilement. Bon nombre d’aciéries canadiennes fabriquent leur acier à partir de ferraille.

Photographie en noir et blanc d’un ouvrier qui regarde dans un pyromètre pour mesurer la température de l’acier en fusion.

Un ouvrier mesure la température de l’acier fondu à l’aide d’un pyromètre à l’aciérie Sorel Steel (Québec) [e000760214]

Des brames (tôles), des bandes et des billettes d’acier semi-finies sont façonnées par laminage ou par forgeage pour la production commerciale ou industrielle. Au Canada, la production d’acier a commencé dans les années 1880. Au début des années 1900, des centres de fabrication étaient déjà établis à Hamilton et à Sault Ste. Marie, en Ontario, ainsi qu’à Sydney, en Nouvelle-Écosse. La production a augmenté pendant la Deuxième Guerre mondiale, puis a connu une croissance rapide après la guerre.

Visitez l’album Flickr maintenant!

Le fonds George Ayoub : une passion pour les bateaux

Par Kelly Anne Griffin

De nombreuses personnes aiment observer les oiseaux ou les étoiles. George Ayoub, quant à lui, se passionnait pour les bateaux. Et il n’est pas le seul : un grand nombre de Canadiens partagent cette fascination. Pas étonnant quand on sait que notre pays possède plus de 200 000 kilomètres de littoral et près de 800 000 kilomètres de rives intérieures!

George Ayoub est né en 1916 à Sault-Sainte-Marie, en Ontario. Âgé d’à peine 14 ans, il devient matelot et se découvre une passion pour l’histoire maritime qui l’animera toute sa vie. Sa collection, conservée à Bibliothèque et Archives Canada, témoigne du passé nautique du Canada et des voies navigables qui ont contribué à façonner notre pays et à développer notre économie.

Le fonds Georges Ayoub comprend plus de 20 000 photographies prises entre 1940 et 1990. Celles-ci portent en particulier sur la voie maritime du Saint-Laurent, les Grands Lacs, la rivière des Outaouais et le canal Rideau, et nous offrent un remarquable aperçu de l’évolution du transport maritime et de la navigation de plaisance. Le fonds renferme également des documents textuels qui retracent l’histoire de l’industrie du transport maritime et celle de certains bateaux.

La voie maritime du Saint-Laurent

Inaugurée en 1959, la voie maritime du Saint-Laurent révolutionne l’industrie du transport en permettant aux navires de voyager des Grands Lacs jusqu’à l’Atlantique. Dès cette année-là, George Ayoub commence à rassembler une importante collection de documents sur l’histoire des navires qui sillonnent ces eaux au cours du 20e siècle. Il en photographie lui-même plusieurs.

Aujourd’hui, la voie maritime du Saint-Laurent est l’une des plus importantes routes navigables au monde. Les marchandises y transitent du cœur de l’Amérique du Nord vers le reste du monde, et vice-versa. Le fonds George Ayoub contient de nombreuses photos illustrant la diversité des navires qui empruntent cette voie.

Photo noir et blanc d’un remorqueur à quai. L’équipage est sur le pont.

Le Jean-T sur la voie maritime du Saint-Laurent, Iroquois (Ontario), 28 septembre 1975. Source : George Ayoub/Bibliothèque et Archives Canada/fonds George Ayoub/e011213397. Droits d’auteur : Les droits d’auteur ont été transférés à Bibliothèque et Archives Canada par la succession de George Ayoub.

Photo noir et blanc d’un grand navire franchissant un canal.

Le Kingdoc sur la voie maritime du Saint-Laurent, Iroquois (Ontario), 5 septembre 1965. Source : George Ayoub/Bibliothèque et Archives Canada/fonds George Ayoub /e011213399. Droits d’auteur : Les droits d’auteur ont été transférés à Bibliothèque et Archives Canada par la succession de George Ayoub.

Le canal Rideau et la rivière des Outaouais

Le canal Rideau est le plus ancien canal d’Amérique du Nord qui fonctionne sans interruption depuis son inauguration, en 1832. C’est en fait un long réseau composé de plusieurs canaux reliés. Il a été construit après la guerre de 1812, qui avait mis en lumière la nécessité de disposer d’une voie navigable entre le lac Ontario et la rivière des Outaouais afin de protéger des attaques la circulation transitant normalement par le Saint-Laurent. Sa construction, une énorme entreprise, a ainsi ouvert une voie d’approvisionnement sécuritaire entre Montréal et Kingston.

Les écluses du canal Rideau offrent de merveilleux points de vue : on y voit souvent des passants, fascinés par le spectacle des bateaux qui franchissent le canal grâce à ces ouvrages. Le fonds George Ayoub comprend plusieurs excellentes photos de ce genre, prises au fil des ans.

Photo noir et blanc d’un bateau de plaisance amarré le long d’un canal à proximité d’un imposant édifice.

Le Korab devant le Centre national des arts, canal Rideau, Ottawa, 14 juin 1971. Source : George Ayoub/Bibliothèque et Archives Canada/fonds George Ayoub /e011213400. Droits d’auteur : Les droits d’auteur ont été transférés à Bibliothèque et Archives Canada par la succession de George Ayoub.

Photo noir et blanc d’un petit bateau-pompe amarré sur la rive boisée d’un cours d’eau.

Le bateau-pompe St. John’s, de la Gatineau Boom Company, amarré à un quai près de Hull (Québec), 19 novembre 1967. Source : George Ayoub/Bibliothèque et Archives Canada/fonds George Ayoub /e011213403. Droits d’auteur : Les droits d’auteur ont été transférés à Bibliothèque et Archives Canada par la succession de George Ayoub.

Photo noir et blanc d’un remorqueur tirant un voilier sur l’eau.

Le voilier Wild Harp tiré par le remorqueur TANAC V-222, 10 septembre 1972. Source : George Ayoub/Bibliothèque et Archives Canada/fonds George Ayoub /e011213404. Droits d’auteur : Les droits d’auteur ont été transférés à Bibliothèque et Archives Canada par la succession de George Ayoub.

Photo noir et blanc d’un bateau de taille moyenne franchissant une écluse.

Le Templeton dans une des écluses du canal Rideau, Ottawa, 17 avril 1964. Source : George Ayoub/Bibliothèque et Archives Canada/fonds George Ayoub /e011213405. Droits d’auteur : Les droits d’auteur ont été transférés à Bibliothèque et Archives Canada par la succession de George Ayoub.

L’immensité et la splendeur du littoral canadien expliquent le lien intime qui nous unit à l’eau. L’observation des bateaux demeure une attraction touristique majeure pour de nombreuses collectivités situées le long des voies navigables au Canada. Qu’il s’agisse de routes maritimes très fréquentées ou de lacs calmes et paisibles, celles-ci nous permettent de sillonner le pays, fidèles à notre devise : A mari usque ad mare, « D’un océan à l’autre ».

Ressources connexes


Kelly Anne Griffin est adjointe en archivistique à la Division des archives privées du monde de la science et de la gouvernance, Direction générale des archives, à Bibliothèque et Archives Canada.

Tiré de la collection Lowy : la bible de Rebecca

Par Michael Kent

J’adore travailler avec des livres rares, notamment parce que ces ouvrages me permettent souvent d’explorer des volets de l’histoire allant au-delà de l’imprimé. Le Lévitique, publié par Lion Soesmans en 1786, en est un bon exemple. En effet, l’exemplaire de cet ouvrage qui se trouve aujourd’hui dans la collection Jacob M. Lowy est unique, en raison de la signature apposée par l’une de ses anciennes propriétaires : Rebecca Gratz (1781-1869).

Photo couleur de la page titre d’une bible, montrant le troisième livre de Moïse.

La bible de Rebecca (AMICUS 45161685)

Peut-être n’avez-vous jamais entendu parler de Rebecca Gratz. Toutefois, vous connaissez probablement le célèbre personnage fictif Rebecca de York, héroïne du roman de 1819 de Walter Scott, Ivanhoé. Ouvrage de fiction historique, ce roman a inspiré les illustrations populaires de Robin des Bois, du frère Tuck, du roi Richard et du prince Jean. Rebecca, une beauté aux cheveux foncés et le personnage féminin principal du roman, est guérisseuse. Convoitée par les hommes, kidnappée, puis accusée de sorcellerie, elle réussit à s’enfuir d’Angleterre. Dans le monde de la fiction, Rebecca de York demeure une inspiration pour les femmes juives.

Selon bon nombre de spécialistes, bien que cela ne fasse pas l’unanimité, Rebecca Gratz aurait été une source d’inspiration pour Scott lorsqu’il a créé son héroïne fictive Rebecca de York. Selon la légende, Scott aurait entendu parler de Gratz alors qu’il visitait son ami, l’auteur américain Washington Irving, à sa résidence d’Abbotsford, en Écosse, en 1817. Irving avait apparemment beaucoup d’admiration pour Gratz et il aurait transmis cette information à Scott.

Le personnage fictif de Rebecca, sans aucun doute inspirant, n’est rien en comparaison de la vraie Rebecca. Née en 1781 à Lancaster, en Pennsylvanie, Rebecca Gratz déménage à Philadelphie pendant son enfance avec sa famille qui se taille une place de choix dans cette ville, tant au sein de la communauté juive que de la société en général.

Dès son jeune âge, Rebecca devient une figure de proue des activités philanthropiques et communautaires. À l’âge de 20 ans, elle participe à la fondation d’une organisation féminine charitable non sectaire visant à soulager les femmes et les enfants défavorisés. En 1815, elle contribue à la mise sur pied d’un orphelinat à Philadelphie, le Philadelphia Orphan Asylum; ce sera l’une de ses grandes initiatives dans la lutte à la pauvreté.

Peinture noir et blanc d’une jeune femme portant des vêtements d’époque à la mode.

Portrait de Rebecca Gratz, par Thomas Sully. Avec l’aimable autorisation de The Jacob Rader Marcus Center of the American Jewish Archives.

Rebecca Gratz participe activement aux activités d’organismes de bienfaisance juifs. En 1819, elle prend part à l’organisation de la Female Hebrew Benevolent Society, actuellement l’organisme de bienfaisance juif à fonctionnement continu le plus ancien des États-Unis. L’organisme avait pour but d’aider les femmes juives défavorisées. Tout en demeurant indépendant des synagogues, il tentait également de contrer les efforts déployés par des organismes chrétiens en vue de convertir les Juives dans le besoin. En 1855, Gratz poursuit sa quête dans la lutte à la pauvreté alors qu’elle participe à la mise sur pied de la Jewish Foster Home and Orphan Asylum, un foyer d’accueil et orphelinat pour Juifs. Cet organisme deviendra un modèle pour les foyers d’accueil aux États-Unis. Rebecca Gratz joue aussi un rôle dans l’United Hebrew Beneficent Fuel Society et la Hebrew Ladies’ Sewing Society.

L’une de ses plus importantes réalisations dans la communauté juive est sans aucun doute liée au secteur de l’éducation. En 1838, elle fonde la Hebrew Sunday School Society grâce à l’aide financière de la Female Hebrew Benevolent Society. S’inspirant des écoles du dimanche, Gratz offre gratuitement dans son école une éducation juive aux enfants juifs de Philadelphie. L’école permet aussi aux filles d’obtenir une éducation juive, une première aux États-Unis. Le modèle de Gratz existe toujours aujourd’hui dans les écoles juives facultatives du Canada et des États-Unis.

Ce qui est peut-être encore plus impressionnant, c’est que Gratz a accompli toutes ces activités de bienfaisance en élevant l’enfant orphelin de sa sœur Rachel.

Lorsqu’on connaît sa vie, il n’est pas étonnant d’apprendre que Rebecca Gratz a été comparée à Mère Teresa.

Que Gratz ait vraiment inspiré Scott ou non, ces deux femmes inspirantes – l’une réelle et l’autre fictive – ont fait preuve d’un engagement extraordinaire à servir leur communauté. Dans le roman Ivanhoé de Scott, le personnage fictif de Rebecca exprime cette opinion avant de fuir l’Angleterre, parlant d’elle à la troisième personne : « […] depuis le temps d’Abraham jusqu’à nos jours, il y a eu des femmes qui ont voué leurs pensées au Ciel et leurs actions aux œuvres de charité, soignant les malades, nourrissant les pauvres et soulageant les malheureux. C’est parmi elles que l’on comptera Rebecca » [traduction].

Je ne peux m’empêcher d’être ému en manipulant cette bible historique et en pensant à son ancienne propriétaire ainsi qu’à son legs, absolument remarquable.

Lien connexe


Michael Kent est conservateur de la collection Jacob M. Lowy à Bibliothèque et Archives Canada.

Le soldat Thomas Ricketts, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement cent ans sur le champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le soldat Thomas Ricketts, de Terre-Neuve, pour la bravoure et l’altruisme dont il a fait preuve à Ledeghem, en Belgique.

Copie noir et blanc d’une coupure de journal, au haut de laquelle est inscrit le mot « Proclamation! » en grosses majuscules.

À la recherche de recrues pour le Régiment de Terre-Neuve, The Daily News, 22 août 1914. (Source : The Rooms [en anglais])

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en 1914, Terre-Neuve est un dominion de l’Empire britannique. Afin d’appuyer l’armée britannique et de soutenir l’effort de guerre, elle recrute une armée de volontaires, rassemblant suffisamment d’hommes pour former un bataillon : le Régiment de Terre-Neuve. (Deux autres bataillons seront plus tard mis sur pied : le 2e Bataillon de réserve, principalement posté à Ayr, en Écosse, et le 3e Bataillon, responsable du recrutement et de l’entraînement à St. John’s.) En 1917, le roi George V décernera le préfixe « Royal » au Régiment de Terre-Neuve pour souligner les actes de courage et d’héroïsme posés par ses soldats lors des batailles d’Ypres et de Cambrai, en France.

Photo sépia d’un soldat en uniforme, la Croix de Victoria et la Croix de Guerre épinglées sur sa poitrine.

: Le soldat Thomas Ricketts, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. (Source : L’Encyclopédie canadienne)

Thomas Ricketts, fils de John Ricketts et d’Amelia Cassels, voit le jour le 15 avril 1901 à Middle Arm, White Bay, à Terre-Neuve. Il s’enrôle dans le 1er Bataillon du Régiment de Terre-Neuve le 2 septembre 1916, alors qu’il n’a que 15 ans. Afin d’être accepté, il inscrit « 18 ans » sur son formulaire d’engagement. Son mensonge passe inaperçu, et il joint les rangs du Corps expéditionnaire britannique. Envoyé en Angleterre, il reçoit une balle à la jambe en novembre 1917. Le temps de se remettre de sa blessure, il retrouve son régiment au printemps de l’année suivante.

Au matin du 14 octobre 1918, le 1er Bataillon est en Belgique, où il participe à l’avancée menée depuis Ledeghem (à l’est d’Ypres). Noyés sous la brume et la fumée, les soldats livrent bataille, tentant de repousser les Allemands et de s’emparer de leurs casemates et leurs armes. Lorsque la brume matinale se dissipe, ils découvrent devant eux un ruisseau, le Wulfdambeek, qu’ils doivent traverser en s’exposant aux tirs ennemis. Le régiment subit alors de lourdes pertes, avant de se retrouver cloué sur place par les bombardements ennemis. Incapable de riposter avec sa propre artillerie, il n’a d’autre choix que de neutraliser l’ennemi et de s’emparer de ses armes et de sa batterie.

Ricketts, armé d’une mitrailleuse Lewis, se porte volontaire pour s’élancer vers les Allemands en compagnie de son commandant de section. Leur objectif : contourner la batterie pour la déjouer et s’en emparer. Ils progressent lentement sous les tirs nourris des mitrailleuses, et se retrouvent rapidement à court de munitions. Ils sont alors à 300 mètres de la batterie. Les Allemands s’aperçoivent de leur vulnérabilité et déplacent leurs canonniers pour les neutraliser. Mais Ricketts détecte la manœuvre : il bat en retraite et, sous des tirs intenses, parcourt 100 mètres pour aller chercher d’autres munitions. À son retour, il manie habilement sa mitrailleuse et repousse l’ennemi jusqu’à une ferme voisine. Cette menace écartée, son peloton peut avancer sans subir de pertes : il capture quatre canons de campagne et quatre mitrailleuses, en plus de faire huit prisonniers. Une cinquième mitrailleuse sera interceptée et saisie plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, de profil.

: Le soldat Thomas Ricketts, sans date (Source : Défense nationale)

Comme le relate la London Gazette :

« Par sa présence d’esprit au moment d’anticiper les intentions de l’ennemi, et parce qu’il a fait fi de sa propre sécurité, le soldat Ricketts a pu se procurer les munitions qui ont directement contribué à ces importantes prises et, sans aucun doute, sauvé de nombreuses vies. »

(London Gazette, n° 31108, p. 309, 6 janvier 1919, en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Ricketts survit à la guerre et est démobilisé le 17 juin 1919. Le roi George V lui avait décerné la Croix de Victoria le 19 janvier de la même année, à Sandringham, en Angleterre. Ricketts n’avait alors que 17 ans, ce qui fait de lui le plus jeune combattant à obtenir cette distinction. Il rentre à Terre-Neuve en véritable héros. Chez lui, il reprend ses études et devient pharmacien. En plus de sa Croix de Victoria, Ricketts reçoit la Croix de Guerre française ornée d’une étoile d’or pour sa bravoure.

Il s’éteint à St. John’s, à Terre-Neuve, le 21 mars 1967.

La Croix de Victoria et la Croix de Guerre de Ricketts sont exposées au Musée canadien de la guerre à Ottawa, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du soldat Thomas Ricketts.

Étiquetez des photos et faites partie de l’histoire!

Vous pouvez étiqueter les photos de ce billet de blogue! Plongez dans les documents numérisés du Corps expéditionnaire canadien : transcrivez, étiquetez, traduisez et décrivez leur contenu. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées accessibles à la recherche dans les 24 heures suivantes. Jour après jour, les documents de Bibliothèque et Archives Canada sont ainsi plus faciles à repérer. Consultez le billet de blogue à ce sujet qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public.

 

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie, VC

Par Emily Monks-Leeson

En ce jour, en 1918, le lieutenant Wallace Lloyd Algie tombe au combat au nord-est de Cambrai, en France. Les gestes qu’il a posés ce jour-là lui vaudront une Croix de Victoria posthume.

Fils de James et Rachel Algie de Toronto, Wallace Lloyd Algie naît le 10 juin 1891 à Alton, en Ontario. Il obtient son diplôme du Collège militaire royal du Canada et s’enrôle dans la milice active auprès des Queen’s Own Rifles of Canada puis du 40e Régiment, où il sert comme lieutenant.

Photo noir et blanc d’un officier portant une casquette

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie, sans date. Source : Direction de l’histoire et du patrimoine (Défense nationale et Forces canadiennes)

Algie est commis de banque à Toronto lorsqu’il s’enrôle comme officier du Corps expéditionnaire canadien le 19 avril 1916. Il s’embarque à bord du navire à vapeur Laconia le 25 septembre 1916 pour aller rejoindre le 95e Bataillon dès son arrivée à Seaford, en Angleterre. Le 26 mai 1917, il est envoyé sur le théâtre européen avec le 20e Bataillon d’infanterie du Canada. Il suit plusieurs formations pour officiers, dont une sur le fusil-mitrailleur Lewis.

Le 11 octobre 1918, le lieutenant de 27 ans dirige ses troupes du 20e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien près du village de Cambrai, en France, lorsqu’elles se retrouvent sous d’intenses tirs de mitrailleuse provenant d’un village voisin. Sa citation dans la London Gazette du 28 janvier 1919 (traduite ci-dessous) évoque les faits ayant mené à son décès et à l’attribution de la Croix de Victoria :

« Pour un acte de bravoure et d’abnégation de soi très remarquable, le 11 octobre 1918, au nord-est de Cambrai, alors que les troupes offensives essuyaient d’intenses tirs de mitrailleuse en enfilade en provenance d’un village voisin. Après s’être élancé avec neuf volontaires, il met hors de combat le détachement d’une mitrailleuse ennemie puis, retournant celle-ci contre l’ennemi, il permet à sa troupe d’atteindre le village. Il se rue ensuite sur une autre mitrailleuse, capture un officier et 10 soldats ennemis, dégageant ainsi l’extrémité du village. Une fois son groupe bien établi, le Lt Algie part à la recherche de renforts, mais il se fait tuer au retour. Le courage et l’esprit d’initiative dont il a fait preuve devant des tirs nourris ont permis de sauver de nombreuses vies et de tenir la position. »

Le lieutenant Wallace Lloyd Algie est enterré au cimetière de Niagara à Iwuy, en France (en anglais seulement).

Page dactylographiée décrivant ce qui s’est passé du 10 au 11 octobre 1918.

Le journal de guerre du 20e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant les actes de bravoure du lieutenant Algie (e000960948)

Bibliothèque et Archives Canada possède le dossier de service du Corps expéditionnaire canadien du lieutenant Wallace Lloyd Algie.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour la Direction générale des opérations numériques et de la préservation à Bibliothèque et Archives Canada.