Un casier pour tout tout tout

Vous visiterez bientôt Bibliothèque et Archives Canada au 395, rue Wellington à Ottawa pour faire des recherches? On vous demandera peut-être – et plus d’une fois– si vous avez besoin d’un casier. Voyons voir pourquoi.

À votre arrivée, au rez-de-chaussée, le commissionnaire au bureau de la sécurité vous demandera si vous voulez un casier pour ranger vos effets personnels : manteau, chapeau, sac, parapluie… Vous vous en doutez bien, tous ces articles sont interdits dans les salles de référence ou de consultation, pour protéger la collection contre les dommages et les pertes. On vous offrira donc de les ranger pour la journée dans un casier situé au rez-de-chaussée. Vous devrez laisser la clé de votre casier au bureau de la sécurité chaque fois que vous quittez l’édifice (que ce soit pour un moment ou à la fin de la journée), même si vous prévoyez revenir.

Vous pourriez aussi avoir besoin d’autres casiers au 3e étage pour y entreposer temporairement des documents d’archives, des documents publiés ou des documents à accès restreint. Ces trois types de casiers peuvent être réservés pour des périodes allant jusqu’à un mois, et la réservation est renouvelable.

Le premier type de casier au 3e étage – le plus commun – sert à entreposer des documents d’archives dont l’accès est ouvert; il est possible d’en réserver jusqu’à trois. Vous pouvez en faire la demande si vous prévoyez venir sur place pour faire vos recherches; vous pouvez aussi en réserver auprès du personnel des Services de consultation lorsque vous soumettez une demande anticipée de retrait de documents. Le bureau de la sécurité du rez-de-chaussée conserve les clés de ces casiers; vous devez les y laisser dès que vous quittez l’édifice, que ce soit pour un moment ou à la fin de la journée.

Le deuxième type de casier au 3e étage – plus petit – sert à entreposer temporairement les documents publiés que vous avez demandés, lorsqu’ils sont peu volumineux. La procédure de réservation est la même que celle expliquée précédemment.

Le troisième type de casier est réservé aux documents à accès restreint (code 32). Encore une fois, vous pouvez en réserver un de la même façon. Cependant, les clés ne vous sont pas données automatiquement : le commissionnaire posté dans le foyer du 3e étage vérifie d’abord si vous avez le droit d’utiliser ce type de casier.

Enfin, lorsque vous réservez un casier au 3e étage, n’oubliez pas ceci :

  • Rangez-y seulement le matériel de Bibliothèque et Archives Canada (pas d’effets personnels)
  • N’y rangez pas de microfilms d’archives ni de microfilms en libre-service
  • Notez que les périodes de prêt pour les casiers et le matériel sont souvent différentes
  • Renouvelez le prêt de votre casier et de vos documents pour éviter que ceux-ci ne soient retournés en entreposage avant la fin de vos travaux
  • Tout article en retard peut être retiré de votre casier et retourné en entreposage, même si la période d’emprunt du casier n’est pas expirée
  • Pour prolonger la période de prêt de votre casier ou de vos documents en dehors des heures normales, faites-en la demande par courriel à consultationtext@bac-lac.gc.ca, en fournissant tous les détails pertinents

Dans les coulisses de BAC : les services offerts au public à Ottawa

Photographie de rayons en couleur. Il y a une allée au centre et des rangées de rayons de chaque côté.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède de nombreux édifices partout au Canada. Nous vous avons présenté deux d’entre eux dans les articles Dans les coulisses de BAC : le Centre de préservation à Gatineau et Dans les coulisses de BAC : le Centre de préservation de pellicule de nitrate.

Un autre édifice de BAC, situé au 395, rue Wellington au centre‑ville d’Ottawa, est une destination prisée des chercheurs qui viennent régulièrement consulter les archives et les collections publiées. Des services de gestion des collections, de description et de catalogage, des services au public et des fonctions administratives y sont offerts. Les divers étages de l’édifice regorgent de rayons de documents publiés, mais seuls le hall principal et les deuxième, troisième et cinquième étages sont ouverts au public.

L’accès aux salles de recherche est réservé aux chercheurs inscrits. Les collections sont si vastes que ceux‑ci doivent demander les documents dont ils ont besoin avant leur visite pour donner le temps au personnel de BAC de trouver ces ressources*.

Vous demandez‑vous pourquoi les chercheurs ne peuvent pas parcourir eux‑mêmes les innombrables rayons de documents publiés? Cette précaution vise à assurer
la sécurité des chercheurs et des collections. De plus, le volume considérable de documents fait en sorte qu’il est pratiquement impossible de trouver ce que l’on cherche sans une bonne compréhension des collections et de la façon dont elles sont organisées.

L’édifice du 395, rue Wellington est situé près de la colline du Parlement et de la Cour suprême du Canada. Il a ouvert ses portes le 20 juin 1967 et sa construction a coûté environ 13 millions de dollars. Il comprend des revêtements de granit et de marbre ainsi qu’une série de piliers dorés dans le hall principal. On peut également y admirer une gamme d’œuvres d’art, comme une sculpture représentant le poète italien Dante Alighieri réalisée par Angelo Biancini et une statue de bronze sculptée par Henry Moore et intitulée « Three Way Piece-Points », qui se trouve près de l’escalier en marbre principal. Le gouvernement britannique a donné cette sculpture et 10 000 livres au peuple canadien pour souligner le centenaire du pays en 1967.

Les panneaux de verre gravé de l’artiste John Hutton sont visibles partout dans l’édifice. Ils représentent cinq thèmes : la parole écrite, la parole orale, de grands auteurs, Apollon et les muses et la naissance du Canada. Vous pouvez aussi les admirer sur notre page Facebook!

Une série de murales ornent les salles de recherche du deuxième étage. La fresque de Comfort comprend deux œuvres intitulées « Héritage » et « Legs ». Charles Fraser Comfort, ancien directeur du Musée des beaux‑arts du Canada, les a commandées il y a plus de 25 ans. La fresque de Pellan a été produite par l’artiste québécois Alfred Pellan en 1968. Chacun de ces tableaux abstraits représente un kaléidoscope de couleurs constituant une fresque. Le tableau « Les Alphabets » est affiché sur le mur ouest tandis que « La Connaissance » est exposé sur le mur est.

L’enregistrement sonore d’archives numériques de la CBC intitulée 1967: The National Library of Canada opens new HQ (en anglais seulement) raconte l’historique de cet édifice du gouvernement du Canada.

* Veuillez noter que nos services essentiels sont offerts de 9 h à 17 h du lundi au vendredi. Pour en savoir plus sur nos services, consultez l’article précédent : « 
Que pouvez‑vous faire au 395, rue Wellington avant votre rendez‑vous?
»

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Conseils sur l’utilisation des microlecteurs

De nombreux documents de la collection de Bibliothèque et Archives Canada ont été versés sur microfilm et microfiche (certains sont accessibles par AMICUS, alors que d’autres peuvent être consultés en libre-service au 395, rue Wellington, à Ottawa). L’équipement nécessaire au visionnement des microfilms et des microfiches peut parfois dérouter légèrement les chercheurs débutants.

Par conséquent, nous avons préparé une courte liste de choses à faire et à ne pas faire afin de vous aider à utiliser ces appareils de façon adéquate et, ainsi, à tirer le maximum de vos recherches.

CHOSES À FAIRE :

  • Préparez votre visite et commandez les documents à l’avance, au besoin. Pour en apprendre davantage sur le processus de commande, consultez notre ancien article : « Les cinq choses que vous devez savoir avant votre visite ».
  • Récupérez votre microfilm dans la bibliothèque de la salle de consultation et de lecture. Les rayons sont organisés en fonction de la première lettre du nom de famille des utilisateurs. Si vous n’avez pas utilisé le service de commande, récupérez votre microfilm dans les tiroirs à microfilms de la salle de consultation et de lecture.
  • Inscrivez-vous auprès du personnel de consultation de la salle de lecture des microfilms pour avoir accès à un microlecteur.
  • Demandez de l’aide au personnel de consultation si vous avez du mal à insérer le microfilm dans le microlecteur.
  • Apportez votre propre clé USB, CD ou DVD si vous désirez effectuer des copies numériques du document. Vous pouvez imprimer des copies papier en vous procurant une carte de photocopie, en vente au bureau de consultation.
  • Si vous souhaitez numériser des données sur microfilm, veuillez remplir le formulaire de « permission de photo » (utilisé principalement à des fins statistiques).
  • Veuillez noter qu’il est seulement possible d’effectuer des copies de microfilm (sous forme papier ou numérique) pendant les heures d’ouverture.
  • Placez la bobine de microfilm sur le rayon réservé au retour de documents situé derrière le bureau du personnel de consultation (dans la salle de consultation de microfilms) lorsque vous avez terminé.
  • Si vous avez commandé le microfilm grâce à AMICUS, remettez le microfilm publié sur le rayon réservé au retour de documents publiés près du bureau de consultation.
  • Consultez le personnel des Collections spéciales pour avoir accès à la microfiche de la Collection nationale de cartes et plans.

CHOSES À NE PAS FAIRE :

  • Ne placez pas la bobine de microfilm dans votre casier. Lorsque les bobines en libre-service ne sont pas utilisées, elles doivent être mises à la disposition des autres usagers.
  • N’enfreignez pas la Loi sur le droit d’auteur en effectuant des copies numériques de journaux qui ont moins de 100 ans. Pour obtenir davantage de renseignements, consultez les règles affichées près de chaque photocopieur.
  • Ne laissez pas les bobines de microfilm à votre poste de travail ou sur le dessus des classeurs.

Notre personnel de consultation se fera un plaisir de vous fournir des renseignements additionnels et de répondre à vos questions.

Bonne recherche!

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Les cinq choses que vous devez savoir avant votre visite

Vous comptez venir à Ottawa pour entreprendre des recherches à Bibliothèque et Archives Canada? Avant votre arrivée, vous devez savoir cinq choses :

1. Tous les chercheurs doivent avoir  une carte d’usager.
Pour obtenir une carte d’usager, vous pouvez vous inscrire de deux façons : en personne, en vous présentant au comptoir d’inscription, ou en ligne, en remplissant le Formulaire d’inscription pour la carte d’usager.
Au comptoir d’inscription, vous devez présenter une carte d’identité avec photo pour obtenir votre carte d’usager.
Vous devez lire et accepter les conditions énoncées dans l’Entente d’utilisation avant que la carte d’usager vous soit remise. 

2. Il y a une différence entre les heures de service et les heures d’ouverture.
Nos points de service, y compris le comptoir d’inscription, sont ouverts uniquement pendant les heures de service, c’est-à-dire lorsque des employés sont sur place pour vous aider. L’édifice est accessible durant les heures d’ouverture, mais le personnel n’est alors pas disponible. Les heures de service et d’ouverture sont affichées sur la page Visitez-nous de notre site Web et dans l’édifice.

3. Vous pouvez réserver les documents de recherche à l’avance.
Vous pouvez commander jusqu’à dix documents d’archives, au moins cinq jours ouvrables avant votre arrivée, en utilisant notre Formulaire de demande de retrait des documents en ligne.
Vous pouvez commander jusqu’à cinq documents publiés en suivant la même procédure ou par téléphone, 613-996-5115 ou 1-866-578-7777 (sans frais au Canada et aux États-Unis), en sélectionnant l’option 8 dans le menu du répondeur automatisé.

4. Prenez rendez-vous avec les services de référence, au besoin.
Nous appliquons une nouvelle approche de prestation de services. Les services d’accueil et de généalogie sont offerts sans rendez-vous du lundi au vendredi, de 10 h à 15 h.

Vous devez toutefois prendre rendez-vous si vous voulez consulter un expert des services de référence ou un spécialiste en généalogie. Consultez la page Contactez-nous de notre site Web pour en savoir plus à ce sujet.

5.  Par où commencer votre recherche en ligne?
Vous avez le choix entre plusieurs bases de données. Nous vous invitons à regarder ce tutoriel de 90 secondes, qui vous aidera à déterminer «Comment commencer votre recherche en ligne. »

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais jusqu’au 30 septembre 2013

  • BAC a ajouté une information supplémentaire à l’effet qu’il n’est pas nécessaire de prendre rendez-vous pour des services de base en généalogie. Ces services sont offerts de 10 h 00 à 15 h 00, du lundi au vendredi. Toutefois, il faut prendre rendez-vous avec un spécialiste en généalogie en dehors de ces heures.

Attention, fragile : comment manipuler adéquatement les boîtes d’archives

Nous avons tous transporté une boîte ou deux à un moment ou à un autre de notre vie. Certaines boîtes nécessitent plus de précautions, comme celles contenant la vaisselle en porcelaine de notre grand‑mère, et d’autres, beaucoup moins, comme celles dans lesquelles nous rangeons nos vêtements d’hiver. Les boîtes d’archives sont comme les boîtes renfermant la vaisselle en porcelaine de votre grand‑mère. La boîte de dossiers qui vous a été confiée à des fins de consultation peut contenir des documents uniques et vieux de plusieurs centaines d’années. Pour nous aider à continuer à préserver et à protéger ces documents, notre personnel de consultation a établi une courte liste de choses à faire et à ne pas faire en ce qui a trait à la manipulation des boîtes d’archives et de leur contenu.

À faire :

  • Se servir des deux mains pour tenir la boîte, en plaçant une main sous la boîte.
  • Garder la boîte près de son corps au moment de la transférer d’une surface à une autre. Si la boîte semble contenir des moisissures, l’apporter immédiatement au personnel de consultation.
  • Ne sortir qu’un dossier à la fois de la boîte.
  • Fermer le couvercle une fois le dossier sorti.
  • Veiller à ce que tout le dossier repose sur la surface de la table et qu’aucune partie ne dépasse de ses extrémités.
  • Aviser le personnel de consultation si la boîte semble endommagée, de sorte que celui‑ci puisse faire le nécessaire pour remplacer la boîte.
  • N’utiliser que des crayons à mine lorsque des documents d’archives se trouvent à proximité.
  • Utiliser les drapeaux bleus fournis dans les aires de recherche pour marquer une page.
  • Utiliser les chariots fournis pour transporter la boîte de la table au chariot de retour ou aux casiers, ou encore pour rapporter la boîte au personnel de consultation.

À ne pas faire :

  • Placer la boîte sur le plancher.
  • Changer l’ordre des documents dans le dossier ou la boîte.
  • Utiliser de la crème ou du désinfectant pour les mains pendant qu’on manipule la boîte ou son contenu.
  • Utiliser des pinces ou trombones en métal ou apposer des feuillets autoadhésifs sur les documents.
  • Utiliser les poignées de la boîte (cela pourrait endommager la boîte et le matériel qui s’y trouve).
  • S’appuyer sur les documents.

Si des questions vous viennent à l’esprit au moment de consulter des documents d’archives, n’hésitez pas à vous adresser aux employés du comptoir de consultation, qui se feront un plaisir de vous aider.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Dans les coulisses de BAC : le Centre de préservation à Gatineau

Carte de la région de la capitale nationale indiquant l’emplacement des édifices de BAC

Carte de la région de la capitale nationale indiquant l’emplacement des édifices de BAC

BAC fournit des services au public dans son immeuble situé au 395 de la rue Wellington, au centre‑ville d’Ottawa, où la plupart des  microformes et des documents publiés sont conservés. Une tâche importante dans la prestation de nos services au public est le transport de documents d’archives depuis cinq entrepôts pour consultation à Ottawa, dans les délais impartis. La meilleure solution pour assurer l’accessibilité de vos documents en temps voulu est de bien planifier votre visite et de commander vos documents à l’avance.

Saviez-vous que BAC possède d’autres installations au Canada? Certaines abritent des bureaux pour le personnel, alors que d’autres servent à la gestion et à la préservation des ressources documentaires de BAC . Commençons par explorer le Centre de préservation, situé à environ 25 km du centre‑ville d’Ottawa.

Inauguré en 1997, le Centre de préservation de BAC à Gatineau, au Québec, est « un édifice dans un édifice ». Sa structure extérieure de verre et d’acier crée une zone tampon qui protège la structure intérieure de béton, où se trouvent les chambres fortes, les laboratoires de préservation et d’autres services. Les installations mécaniques sont séparées des laboratoires et de l’aire d’entreposage, ce qui assure la protection de ces zones en cas d’incident.

Les laboratoires sont disposés à la manière d’un village, directement au‑dessus de la structure de trois étages contenant les chambres fortes. Tous les spécialistes de BAC en préservation, soit environ 70 personnes,  travaillent ainsi ensemble sous le même toit.

Photographie en couleur de l’antichambre de la chambre forte froide où sont entreposées les pellicules en couleurs et en noir et blanc. Devant : les portes de la chambre forte. En arrière : Un homme debout avec son dos tourné.

Antichambre de la chambre d’entreposage frigorifique pour les documents cinématographiques couleur et noir et blanc, où la température est de -18 degrés Celsius (+/- 2 oC) et l’humidité relative de 25 % (+/- 5 %).

Quarante-huit chambres fortes d’environ 350 mètres carrés chacune servent à l’entreposage et à la manutention des documents d’archives. Elles offrent quatre conditions ambiantes différentes et abritent une variété de documents d’archives. Chacune d’elle est conçue pour protéger les documents grâce à l’élimination de menaces potentielles,  à la présence d’un système sophistiqué de détection et d’extinction des incendies, et à un contrôle rigoureux de tous les matériaux utilisés à l’intérieur afin d’ éviter la présence de contaminants.

Photographie de l’intérieur de la chambre forte où les peintures et autres œuvres d’art sont entreposées.

Les peintures sont entreposées dans des penderies mobiles à une température de 18 degrés Celsius (+/- 2 °C) et à une humidité relative de 50 % (+/- 5 %).

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Une brève introduction à la recherche de documents d’archives et de documents publiés

Les documents d’archives

Recherche de fonds d’archives donne des renseignements généraux sur le contenu de tous nos documents  archivistiques, tels que les cartes, la correspondance, les photographies, les journaux personnels et la documentation audiovisuelle. Par contre, certaines de nos ressources documentaires sont aussi décrites individuellement en détail (soit à la pièce).

En voici un exemple : les documents de la collection de Transports Canada sont décrits en grandes lignes dans cette base de données, ce qui inclut certains rapports d’accidents d’avion qui sont décrits en détail. Mais dans la plupart des cas, vous trouverez surtout des références très générales pour les rapports d’accidents.

Les documents publiés

Recherche de documents de bibliothèques fonctionne comme la Recherche de fonds d’archives. Elle donne une description générale des documents publiés, tels que les journaux, livres, ou revues, qui se trouvent dans nos ressources documentaires.

Dans le cas des revues, vous obtiendrez les renseignements généraux sur la publication (titre, éditeur, etc.), mais vous n’y trouverez pas la liste complète de toutes les années que nous possédons. De plus, la description ne vous fournit pas les titres des articles publiés dans la revue.

Il se peut également qu’une recherche soit infructueuse si les mots clés utilisés ne sont pas reconnus par le moteur de recherche. Essayez alors d’effectuer une recherche en utilisant un synonyme ou une orthographe différente d’un mot clé. 

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais jusqu’au 30 septembre 2013

  • Un usager a demandé comment localiser des sources primaires d’information au sujet de la guerre de 1812 dans le cadre d’une activité de reconstitution historique. Puisque cet usager avait des références précises et qu’il avait planifié une visite, BAC lui a été suggéré de commander les documents à l’avance. Un autre usager l’a par la suite informé que plusieurs des documents avaient été publiés et qu’il pouvait les emprunter par le prêt entre bibliothèques.