Nouveaux instruments de recherche disponibles en ligne

Bibliothèque et Archives Canada a mis en œuvre un projet de numérisation et de transcription de plusieurs instruments de recherche importants. La diffusion en ligne de ces instruments permettra aux utilisateurs de repérer les documents beaucoup plus facilement. Nous ajouterons d’autres instruments de recherche au cours de l’année; à ce jour, les instruments de recherche suivants ont été transcrits :

Instrument de recherche 15-25 : Certificats d’argent des sociétés de colonisation
Après que la Compagnie de la Baie d’Hudson ait transféré la Terre de Rupert et les Territoires du Nord-Ouest au Dominion du Canada, quelques entreprises privées ont été autorisées à acheter des terres afin de les revendre dans le cadre de projets d’établissement parrainés.

Instrument de recherche 15-33 : Mandats des terres des primes militaires, rébellion de Riel
Les officiers et les soldats qui ont servi au Manitoba durant la rébellion menée par Louis Riel se sont vu offrir des concessions de terre gratuites dans les territoires du Nord-Ouest nouvellement ouverts à la colonisation. Au lieu d’une concession de terre, les militaires pouvaient recevoir un certificat d’argent de même valeur.

Instrument de recherche 9-8 : Documents pré-confédération du ministère de la Milice et de la Défense – Bureau de l’adjudant général, correspondance du Canada-Uni
Lettres reçues au Bureau de l’adjudant général du Haut-Canada. La correspondance traite de la nomination, de l’avancement et de la retraite des officiers, ainsi que de l’organisation des unités.

Instrument de recherche 9-4 : Ministère de la Milice et de la Défense – Bureau de l’adjudant général, correspondance du Canada-Uni
Lettres reçues par les adjudants généraux adjoints du Canada-Ouest, du Canada-Est et du Canada-Uni, entre 1846 et 1869. Ces lettres concernent la milice active et la milice sédentaire. Certaines lettres ont été reçues par Sir Allan MacNab, premier ministre de la Province du Canada de 1854 à 1856.

Comment trouver les références

  1. Allez à l’écran Recherche de fonds d’archives ̶ Recherche avancée.
  2. Dans le menu déroulant, sélectionnez « No d’instr. de recherche » et dans la case, inscrivez 15-24.
  3. À la ligne suivante, sélectionnez « Tout mot-clé » et inscrivez un nom de famille, un nom de lieu ou un sujet.
  4. Cliquez sur le bouton « Soumettre ».

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Les Loyalistes de l’Empire-Uni – Découvrons leurs dossiers

Le terme « Loyalistes de l’Empire-Uni » désigne les colons américains qui sont demeurés loyaux envers la Couronne britannique durant la Révolution américaine, dont un grand nombre ont porté les armes du côté britannique durant le conflit. Ils ont fui les États-Unis et se sont établis dans les régions qui sont devenues les provinces de la Nouvelle‑Écosse, du Nouveau‑Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, de Québec et de l’Ontario. Tous les dépôts d’archives de ces provinces conservent des dossiers relatifs aux Loyalistes, et certains sont accessibles en ligne.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) détient les dossiers suivants :

Loyalistes dans les Maritimes — Ward Chipman Muster Master’s Office, 1777‒1785
Ces références comprennent des documents commerciaux ainsi que des documents relatifs aux Loyalistes et aux commissions chargées de régler le différend territorial.

Documents sur les terres
Bon nombre de Loyalistes et de leurs descendants ont présenté des demandes de terres en échange d’un service militaire rendu durant la guerre ou en guise de compensation pour des terres perdues durant la Révolution américaine. On peut chercher de l’information sur les demandes de terres et les références concernant des individus dans les bases de données traitant des sujets suivants :

Fonds Frederick Haldimand
Le fonds renferme des listes de ravitaillement et des rôles d’appel concernant surtout des Loyalistes et des soldats démobilisés et leur famille habitant la province de Québec. Il comprend un index nominatif.

Réfugiés loyalistes de race noire, 1782-1807 ‒ Port Roseway Associates
Beaucoup de loyalistes de race noire en service ont été touchés par l’évacuation de l’État de New York, ce qui a entraîné leur migration vers Port Roseway, renommé Shelburne, en Nouvelle Écosse.

Documents du quartier général britannique
Les documents que l’on désigne comme les dossiers de Carleton ou les manuscrits américains renferment des listes de réfugiés de l’État de New York, des listes de personnes qui évacuèrent l’État de New York, des listes de réfugiés du Massachusetts et de Rhode Island qui ont migré à partir du port de New York et de nombreuses mentions de Port Roseway, en Nouvelle Écosse.

Série sur l’armée et la marine britanniques
Ces documents couvrent la période allant de la Révolution américaine jusqu’au milieu des années 1800. L’index par nom et par sujet fournit une brève description du document, la date, le numéro de volume de la série C et un numéro de page.

À découvrir :

Résumé des commentaires reçus en anglais entre le 1er avril 2014 et le 30 juin 2014

  • Un client nous informe qu’il rencontre des problèmes d’affichage avec certains fureteurs mais que l’apparence et la structure du blog est superbe.

Vos ancêtres viennent-ils d’Irlande?

Le blogue de Bibliothèque et Archives Canada

Vous aimeriez savoir qui était votre premier ancêtre irlandais, et quand il ou elle a quitté l’Irlande et est arrivé au Canada? Êtes-vous curieux de connaître vos origines irlandaises?

Si oui, le site Web de BAC est un endroit idéal pour commencer votre recherche. Vous y trouverez une page consacrée à la recherche généalogique sur les Irlandais.  Cette page vous offre de l’information historique, du matériel publié et des documents d’archives préservés à BAC, ainsi que des liens vers d’autres sites Web et organismes.

Si votre ancêtre irlandais est venu au Canada avant 1865, la consultation des trois bases de données suivantes constitue un bon point de départ :

Si votre ancêtre est arrivé entre 1865 et 1935, vous trouverez peut-être son nom dans les listes de passagers.

Astuce :

Retracer vos ancêtres irlandais…

Voir l’article original 132 mots de plus

Certification de l’arrivée de vos ancêtres au Canada avant 1865

Vous avez cherché les dossiers d’immigration avant 1865 et vous ne trouvez toujours rien sur l’arrivée de vos ancêtres avant 1865? Si c’est le cas, Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a d’autres ressources en matière de généalogie qui pourraient vous aider à confirmer leur arrivée au Canada.

À quel endroit votre ancêtre s’est-il installé?
Le nom de votre ancêtre apparaît-il dans les résultats de recensement? La collection de bases de données de recensements de BAC, laquelle peut être utilisée en y tapant le nom d’une personne, peut confirmer la présence de celle-ci, et ce, dès 1825. Une référence concernant l’un des parents (inscrit comme chef de famille) ou un frère ou une sœur pourrait s’y retrouver.

Beaucoup de premiers colons ont présenté des demandes pour obtenir des terres afin de s’installer avec leur famille dans le Haut-Canada ou le Bas-Canada. Les bases de données de BAC offrent des références pour des transactions foncières qui comprennent les noms des personnes, les dates des demandes et les comtés ou les villages d’une province particulière.

Peut-être a-t-il servi dans l’armée?
Les feuilles d’appel, les listes de paie et divers registres peuvent fournir des renseignements utiles pour trouver un ancien membre du personnel militaire. Consultez la page Militaire pour des outils de recherche permettant de trouver des renseignements avec le nom d’une personne. Par exemple, le RG 8, la série C (Archives sur l’armée et la marine britanniques) comprennent des archives relatives aux régiments loyalistes, à la Guerre de 1812, et à la Milice du Canada. Les documents pour le RG 8, la série C ont été numérisés et il est possible de les consulter, en effectuant une recherche par nom, sur notre site Web. Référez-vous à la page Aide pour des explications concernant les archives.

Évènements marquants enregistrés
On peut estimer la date d’arrivée d’une personne au Canada en examinant les actes de naissance, de mariage et de décès pour les premiers évènements de la vie, tels que la naissance d’un enfant, et ce, pour confirmer la présence de la famille dans un endroit précis. Consultez notre dernier blogue pour apprendre comment trouver des actes de naissance, de mariage et de décès.

Publications
Vous pouvez effectuer une recherche sur AMICUS, le catalogue en ligne de BAC, pour des histoires de famille, des atlas historiques et d’autres publications. Votre ancêtre a peut-être vécu dans un endroit ayant publié un annuaire de villes.

Société de généalogie
Beaucoup de sociétés de généalogie ont des ressources précises sur l’endroit où vos ancêtres se sont installés. Trouver des outils qui décrivent un lieu est important pour retrouver vos ancêtres.

Bonnes découvertes!

Nouvelle version de la base de données registres de naturalisation, 1915-1951

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le plaisir d’annoncer le lancement d’une nouvelle version de la base de données en ligne Registres de naturalisation, 1915-1951. L’index nominatif a été enrichi de plus de 93 000 noms et couvre maintenant les années 1915 à 1939 inclusivement. Le travail se poursuit afin de le prolonger jusqu’en 1951, et l’aide de bénévoles à cet égard est la bienvenue. Les personnes intéressées peuvent écrire à Cdn-Nat-Coord@jgs-montreal.org.
La base de données Naturalisation canadienne est l’une des rares ressources généalogiques canadiennes spécialement conçue pour aider les chercheurs ayant des racines autres que britanniques. On peut se servir des numéros de référence indiqués dans la base de données pour commander des copies des dossiers originaux de naturalisation, qui sont conservés par Citoyenneté et Immigration Canada.
Bibliothèque et Archives Canada tient à remercier la Jewish Genealogical Society of Montreal et ses bénévoles, sans qui ce projet n’aurait pas vu le jour.
Résumé des commentaires reçus en anglais entre le 1er octobre 2013 et le 31 décembre 2013

Vos ancêtres viennent-ils de la Finlande?

Vous aimeriez savoir qui était votre premier ancêtre finlandais, et quand il a quitté l’a Finlande et est arrivé au Canada? Êtes-vous curieux de connaître vos origines finlandaises?

Si oui, notre site Web est un endroit idéal pour commencer votre recherche. Vous y trouverez une page consacrée à la recherche généalogique sur les Finlandais. Cette page vous offre de l’information historique, du matériel publié et des documents d’archives préservés à Bibliothèque et Archives Canada, ainsi que des liens vers d’autres sites Web et organismes.

Si votre ancêtre est arrivé entre 1865 et 1935, vous trouverez peut-être son nom dans les listes de passagers.

Vos ancêtres viennent-ils de l’Ukraine?

Le blogue de Bibliothèque et Archives Canada

Vous aimeriez savoir qui était votre premier ancêtre ukrainien, et quand il ou elle a quitté la l’Ukraine et est arrivé au Canada? Êtes-vous curieux d’en
savoir plus sur vos origines ukrainiennes?

Si oui, notre site Webest un endroit idéal pour commencer votre recherche. Vous y trouverez une page consacrée à la recherche généalogique sur les Ukrainiens. Cette page vous offre de l’information historique, du matériel publié et des documents d’archives préservés à Bibliothèque et Archives Canada, ainsi que des liens vers d’autres sites Web et organismes.

Si votre ancêtre est arrivé entre 1865 et 1935, vous trouverez peut-être son nom dans les listes de passagers.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Voir l’article original

Vos ancêtres viennent-ils de l’Acadie?

Le blogue de Bibliothèque et Archives Canada

Vous aimeriez savoir qui était votre premier ancêtre acadien, et quand il ou elle est arrivé en Acadie? Êtes-vous curieux de connaître vos origines acadiennes?

Si oui, notre site Web est un endroit idéal pour commencer votre recherche. Vous y trouverez une page consacrée à la recherche généalogique sur les Acadiens. Cette page vous offre de l’information historique, du matériel publié et des documents d’archives préservés à Bibliothèque et Archives Canada, ainsi que des liens vers d’autres sites Web et organismes.

Vous pouvez consulter le fonds Registres paroissiaux, qui comprend des transcriptions de registres de l’état civil de certaines paroisses de l’Acadie et de la Gaspésie.

De plus, vous pouvez consulter les biographies des trente-sept familles hôtesses, telles que les familles « Surette » et « Poirier »,  du site Web de l’Université de Moncton. 

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires…

Voir l’article original 44 mots de plus

Les Registres nationaux de 1940

Êtes-vous à la recherche d’un ancêtre canadien ou de quelqu’un qui habitait au Canada pendant la Seconde Guerre mondiale? Les Registres nationaux de 1940 sont le résultat de La Loi sur la mobilisation des ressources nationales de 1940, qui a permis au gouvernement d’identifier les ressources militaires et de travail qui pourraient être mobilisés pour l’effort de guerre.

La plupart des sources qui remontent à cette période font encore l’objet de restrictions liées à l’accès à l’information ou à la protection des renseignements personnels en vertu des lois canadiennes. Par conséquent, si vous ne pouvez consulter les données de recensement, vous pouvez vous tourner vers les Registres nationaux de 1940 de Statistique Canada pour obtenir quelques réponses. Source de renseignements très précieuse pour les généalogistes et les historiens, ils sont le résultat de l’enregistrement obligatoire de toutes les personnes âgées de 16 ans et plus, durant la période allant de 1940 à 1946.

Si la personne recherchée est décédée depuis plus de 20 ans, et que vous pouvez fournir la preuve de son décès, vous pouvez demander que l’on fasse une recherche dans ces registres de Statistique Canada. Veuillez noter que des frais s’appliquent à ce type de recherche.

Si vous ne pouvez pas fournir de copie du certificat de décès, sachez que d’autres types de documents qui donnent la date de décès sont également acceptés; comme les notices nécrologiques publiées dans les journaux.

Les registres font état de toutes les personnes âgées de 16 ans et plus, sauf les membres des forces armées et d’ordres religieux, ainsi que les personnes internées dans des établissements. À noter que, dans le cas d’une personne décédée entre 1940 et 1946, il est possible que le questionnaire ait été détruit. Par ailleurs, des formulaires différents étaient utilisés selon que la personne était un homme ou une femme.

Le questionnaire contient divers renseignements, par exemple, l’adresse, l’âge, la date et le lieu de naissance, l’état de santé général et la profession. Dans le cas des immigrants, on y trouve également certaines précisions, comme l’année d’arrivée au Canada et le pays natal de leurs parents.

Les formulaires comprenaient les renseignements suivants :

  • nom
  • adresse
  • âge
  • date de naissance
  • état civil
  • nombre de personnes à charge
  • lieu et pays de naissance de la personne et de ses parents
  • nationalité
  • année d’arrivée au Canada (pour les immigrants)
  • origine ethnique
  • langues parlées
  • niveau de scolarité
  • état de santé général
  • occupation, états de service, compétences en agriculture ou en mécanique
  • service militaire antérieur.

Les formulaires sont différents pour les hommes et les femmes en ce qui a trait aux questions sur l’occupation, les antécédents de travail et le service militaire. Les documents sont classés par district électoral; il existe toutefois un index Soundex.

Image d'un formulaire vierge

Exemple d’un formulaire pour hommes. Courtoisie de Statistique Canada.

Image d'un formulaire vierge

Exemple d’un formulaire pour femmes. Courtoisie de Statistique Canada.

Un exercice d’enregistrement semblable a été mené en juin 1918, pendant la Première Guerre mondiale, mais les registres n’existent plus.

Et si le nom de la personne recherchée ne figure pas dans les registres de 1940?

Comme cela a déjà été mentionné, peut-être que cette personne a servi dans la Marine royale canadienne, l’Aviation royale canadienne ou l’Armée canadienne. Veuillez donc consulter l’article intitulé De l’enrôlement au registre de sépulture, partie II : Les Forces canadiennes de la Seconde Guerre mondiale, qui explique comment faire une recherche pour retrouver une personne ayant servi dans les Forces canadiennes.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais entre le 1er avril 2014 et le 30 juin 2014

  • Un client nous demande à combien se montent les frais de recherche par heure.

Les Filles du roi (1663-1673)

L’été 2013 marque le 350e anniversaire de l’arrivée du premier contingent en Nouvelle-France des Filles du roi, ancêtres de nombreuses familles canadiennes-françaises. Plusieurs célébrations sont prévues un peu partout au Québec, le point culminant étant les « Fêtes de la Nouvelle-France » qui se tiendront du 7 au 11 août 2013 à Québec.

De 1663 à 1673, le roi Louis XIV a soutenu l’établissement de femmes, jeunes et souvent orphelines, en assumant leurs frais de voyage, en leur fournissant une dot d’un montant moyen de 50 livres et un petit coffre appelé « cassette » contenant des vêtements et articles de couture. En échange, ces femmes s’engageaient à se marier dès leur arrivée en Nouvelle-France, à fonder une famille et à soutenir leurs époux dans les travaux de la terre. Grâce à elles, la colonie de la Nouvelle-France et sa population se sont développées.

En 1663, le premier contingent était constitué de 36 jeunes femmes; sur une période de dix ans, soit de 1663 à 1673, on estime que près de 800 autres femmes sont venues en Nouvelle-France.

Afin de savoir si l’une de vos ancêtres était une Fille du roi, vous pouvez consulter de nombreuses publications ou revues généalogiques. Par contre, l’ouvrage de référence clé, qui comprend des notices biographiques, demeure Les Filles du roi au XVIIe siècle, orphelines en France, pionnières au Canada, par Yves Landry et publié en 1992 (AMICUS 11402134). Vous pouvez aussi consulter le site de la Société d’histoire des Filles du Roy.

Dans la collection de Bibliothèque et Archives Canada, on retrouve plusieurs documents historiques, notamment la correspondance échangée entre le gouverneur Louis de Buade, comte de Frontenac, l’intendant Jean Talon et le ministre de la Marine Jean-Baptiste Colbert, qui contiennent des renseignements sur ce mouvement d’immigration, notamment une lettre en date du 27 octobre 1667 (MIKAN 3037238) et un mémoire rédigé le 10 novembre 1670 (MIKAN 3037252).

Toile représentant l'arrivée de femmes destinées à marier les cultivateurs canadiens-français, à Québec, en 1667.

L’arrivée des Filles du roi. Source