Documents compris dans un dossier de service militaire canadien

Comme vous le savez peut-être déjà, les dossiers de service militaire renferment une mine de renseignements sur les soldats, les infirmières militaires et les aumôniers. Les dossiers relatifs à la Première Guerre mondiale ont fait l’objet d’un examen et ils comptent en moyenne de 50 à 70 pages. Toutefois, les dossiers constitués ultérieurement, comme ceux traitant des militaires morts au combat durant la Seconde Guerre mondiale, n’ont pas été examinés par l’Unité des documents du personnel. Il se pourrait qu’ils contiennent de multiples copies des mêmes documents, ce qui explique pourquoi ces dossiers sont plus volumineux et recèlent parfois jusqu’à 400 pages.

Voulez-vous vraiment revoir les 400 pages, y compris des duplicatas?

Probablement pas. Voilà pourquoi Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a créé le « paquet généalogique » qui permet de sélectionner les documents les plus pertinents d’un dossier afin de reconstituer l’histoire d’une personne durant son service militaire.

Pour obtenir de plus amples renseignements afin de commander un paquet généalogique, consultez notre article en ligne intitulé Comment commander des dossiers de service militaire auprès de l’Unité des documents du personnel. Cependant, si vous vous interrogez sur les types de documents composant un paquet généalogique, nous avons dressé la liste ci-après des documents que l’on retrouve le plus souvent dans un dossier de l’Armée de terre, de la Force aérienne ou de la Marine.

Armée de terre

Attestation, fiche dentaire, certificat de démobilisation, counselling du ministère des Anciens Combattants Canada, rapport d’entrevue, carte de services médicaux, fiche médicale, formulaire sur les antécédents professionnels, ordres quotidiens – partie II, renseignements familiaux, documents liés à la solde, dossier de sélection du personnel, carte de qualification du soldat, correspondance traitant d’obligations de guerre.

Force aérienne

Fiche dentaire, certificat de démobilisation, counselling du ministère des Anciens Combattants Canada, rapport d’entrevue, formulaire d’enrôlement, carte de services médicaux, fiche médicale, formulaire sur les antécédents professionnels, renseignements familiaux, documents liés à la solde, dossier de sélection du personnel, carte de l’Aviation royale canadienne/de service militaire, correspondance traitant d’obligations de guerre.

Marine

Fiche dentaire, counselling du ministère des Anciens Combattants Canada, rapport d’entrevue, formulaire d’enrôlement, carte de services médicaux, fiche médicale, formulaire sur les antécédents professionnels, renseignements familiaux, documents liés à la solde, dossier de sélection du personnel, registre des états de service, certificat de service formel, formulaire de vérification (médailles), correspondance traitant d’obligations de guerre.

Avez-vous l’intention de commander un dossier de service militaire? Saviez-vous que vous pouvez contribuer à diversifier la collection de BAC mise à la disposition des autres? Pour ce faire, il suffit de choisir le format PDF (soit le lien URL par courriel soit le CD) lorsque vous commandez un dossier complet, par exemple, le dossier d’un soldat qui a combattu durant la Première Guerre mondiale. Les images que vous demandez peuvent ensuite être transformées en vue d’être versées dans le site Web de BAC, dans la mesure où cela est permis. Aidez-nous à constituer la collection numérique de BAC. De plus, le recours au lien URL fera économiser les frais d’expédition.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

 

Dans les coulisses de BAC : le Centre de préservation de pellicule de nitrate

Notre dernier article portait sur le Centre de préservation de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Nous aimerions aujourd’hui discuter du Centre de préservation de pellicule de nitrate de BAC.

Photographie en couleur d’un immeuble. À l’avant-plan : stationnement; à l’arrière-plan : entrée principale de l’immeuble.

Le Centre de préservation de pellicule de nitrate de BAC

Saviez-vous qu’une partie de la collection de pellicules et de négatifs photographiques de BAC comprend des matériaux à base de nitrate? Elle est constituée de 5 575 bobines de pellicule, dont certaines datent même de 1912, et de près de 600 000 négatifs photographiques. Comme l’inflammation des pellicules à base de nitrate de cellulose peut se produire si la température d’entreposage est trop élevée, les responsables de BAC ont décidé de conserver ces objets dans des installations qui constituent un milieu stable, froid et sec, soit des conditions essentielles pour en assurer la préservation adéquate.

Photographie en couleur de tables lumineuses sur une table. Des négatifs de nitrate sont disposés sur les tables lumineuses. À l’arrière-plan : trois personnes se tiennent près de la table.

Présentation de négatifs de nitrate sur des tables lumineuses, dont certains qui montrent des signes évidents de détérioration

La collection témoigne de certains des plus importants évènements de l’histoire canadienne, jusqu’aux années 1950, lorsque ce support est devenu désuet. Les œuvres préservées au Centre comprennent, entre autres, le film Back to God’s Country, un des premiers longs métrages canadiens, ainsi que des productions de l’Office national du film du Canada et des négatifs photographiques de Yousuf Karsh.

Photographie en couleur d’employés travaillant à un poste de travail où des négatifs de nitrate sont traités. À l’avant plan : une employée manipule un négatif de nitrate; à l’arrière plan : des personnes discutent de l’état ou du traitement d’un autre négatif de nitrate.

Poste de travail au Centre de préservation de pellicule de nitrate

Le Centre de préservation de pellicule de nitrate, qui a ouvert ses portes en 2011, est un bâtiment écologique comportant plusieurs caractéristiques durables, notamment un toit « vert », des murs bien isolés pour réduire la consommation d’énergie, des systèmes mécaniques à haute efficacité pour récupérer l’énergie, et une technologie permettant de réduire la consommation d’eau.

De plus, le bâtiment ultramoderne présente diverses innovations techniques qui répondent aux normes actuelles pour les milieux de préservation et à des normes strictes en matière de sécurité et de protection contre les incendies. Les installations comprennent également 22 chambres fortes distinctes, des dispositifs de surveillance perfectionnés et une zone tampon extérieure pour accroître la sécurité.

Pour voir d’autres photographies conservées au Centre de préservation de pellicule de nitrate, veuillez consulter le site Flickr!

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais jusqu’au 30 septembre 2013

  • Un usager voulait savoir si le centre serait ouvert au public pour des visites guidées? BAC a eu le regret de l’informer qu’il n’y avait pas de visites guidées pour ce centre mais que cela était possible pour le Centre de préservation situé à Gatineau.

Dans les coulisses de BAC : le Centre de préservation à Gatineau

Carte de la région de la capitale nationale indiquant l’emplacement des édifices de BAC

Carte de la région de la capitale nationale indiquant l’emplacement des édifices de BAC

BAC fournit des services au public dans son immeuble situé au 395 de la rue Wellington, au centre‑ville d’Ottawa, où la plupart des  microformes et des documents publiés sont conservés. Une tâche importante dans la prestation de nos services au public est le transport de documents d’archives depuis cinq entrepôts pour consultation à Ottawa, dans les délais impartis. La meilleure solution pour assurer l’accessibilité de vos documents en temps voulu est de bien planifier votre visite et de commander vos documents à l’avance.

Saviez-vous que BAC possède d’autres installations au Canada? Certaines abritent des bureaux pour le personnel, alors que d’autres servent à la gestion et à la préservation des ressources documentaires de BAC . Commençons par explorer le Centre de préservation, situé à environ 25 km du centre‑ville d’Ottawa.

Inauguré en 1997, le Centre de préservation de BAC à Gatineau, au Québec, est « un édifice dans un édifice ». Sa structure extérieure de verre et d’acier crée une zone tampon qui protège la structure intérieure de béton, où se trouvent les chambres fortes, les laboratoires de préservation et d’autres services. Les installations mécaniques sont séparées des laboratoires et de l’aire d’entreposage, ce qui assure la protection de ces zones en cas d’incident.

Les laboratoires sont disposés à la manière d’un village, directement au‑dessus de la structure de trois étages contenant les chambres fortes. Tous les spécialistes de BAC en préservation, soit environ 70 personnes,  travaillent ainsi ensemble sous le même toit.

Photographie en couleur de l’antichambre de la chambre forte froide où sont entreposées les pellicules en couleurs et en noir et blanc. Devant : les portes de la chambre forte. En arrière : Un homme debout avec son dos tourné.

Antichambre de la chambre d’entreposage frigorifique pour les documents cinématographiques couleur et noir et blanc, où la température est de -18 degrés Celsius (+/- 2 oC) et l’humidité relative de 25 % (+/- 5 %).

Quarante-huit chambres fortes d’environ 350 mètres carrés chacune servent à l’entreposage et à la manutention des documents d’archives. Elles offrent quatre conditions ambiantes différentes et abritent une variété de documents d’archives. Chacune d’elle est conçue pour protéger les documents grâce à l’élimination de menaces potentielles,  à la présence d’un système sophistiqué de détection et d’extinction des incendies, et à un contrôle rigoureux de tous les matériaux utilisés à l’intérieur afin d’ éviter la présence de contaminants.

Photographie de l’intérieur de la chambre forte où les peintures et autres œuvres d’art sont entreposées.

Les peintures sont entreposées dans des penderies mobiles à une température de 18 degrés Celsius (+/- 2 °C) et à une humidité relative de 50 % (+/- 5 %).

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Comment trouver des photos en ligne

Saviez‑vous que Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède une collection impressionnante de photos? Vous pouvez notamment y trouver :

  • plus de 25 millions de photos sur la vie et la culture canadiennes
  • 500 000 photos accompagnées d’une description, qui peuvent faire l’objet d’une recherche
  • 80 000 photos numérisées disponibles en ligne
  • des albums de photos classés par thèmes sur Flickr

Suivez ces étapes faciles pour commencer :

  1. Allez sur le site Recherche de fonds d’archives.
  2. Entrez vos mots clés dans la boîte de recherche.
  3. Dans le menu déroulant Genre de documents, choisissez Documents photographiques, puis cliquez sur Soumettre. Vous obtiendrez alors les résultats de votre recherche.
  4. Choisissez les titres soulignés pour avoir accès aux descriptions complètes de chaque photo. Des fiches descriptives montrent des images de photos numérisées.

Conseils

Astuce

Notre section Photographie offre un vaste choix d’outils et de ressources qui vous aideront à découvrir la collection de photos de BAC.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

La collection de conservation d’ouvrages publiés canadiens sera inaccessible jusqu’en 2013

La collection de conservation a été créée en 1988. Elle se compose des exemplaires originaux de tous les ouvrages canadiens qui sont conservés à Bibliothèque et Archives Canada. Elle sera protégée aussi longtemps qu’il sera possible de le faire, en en limitant la consultation et en adoptant des mesures telles que la désacidification et la conservation dans un milieu distinct à atmosphère contrôlée.

La préparation de la collection de conservation pour son entreposage dans de nouvelles installations est en cours. D’ici l’ouverture de l’entrepôt, prévue en 2013, la collection ne sera pas disponible.

Renseignez-vous au sujet des nouveautés à BAC, visitez notre section «Nouvelles».

Mise à jour de la base de données « Demandes de terres du Haut-Canada »

Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer une importante mise à jour de sa base de données en ligne « Demandes de terres du Haut-Canada ».

  • On y a intégré toutes les suggestions de corrections formulées par les usagers depuis son lancement, en septembre 2010.
  • On y a ajouté plus de 5 000 références aux demandes de terres contenues dans les documents des Upper Canada Sundries.

Ainsi, les chercheurs peuvent accéder à plus de 82 000 références pour les demandes de concession ou de location de terres faites entre 1763 et 1865 par les personnes ayant vécu dans la province actuelle de l’Ontario.

De plus, Bibliothèque et Archives Canada a le plaisir d’annoncer l’ajout, sur son site Web, de 357 831 nouvelles images numérisées des demandes de terres du Haut-Canada provenant de 326 bobines de microfilm. On peut les parcourir page par page à l’aide de l’outil de recherche « Numérisation de microformes ».

Renseignez-vous au sujet des nouveautés à BAC, visitez notre section «Nouvelles».

Comment utiliser les pages de Généalogie et histoire familiale

Vous pouvez accéder aux pages de Généalogie et histoire familiale de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) par notre site Web Découvrez la collection. Vous n’avez qu’à sélectionner l’onglet Généalogie et histoire familiale sous le deuxième titre de la colonne du centre de la page.

Si vous n’avez jamais fait de généalogie, commencez par les sections suivantes (qui se retrouvent sur le menu de gauche).

Comment débuter

La généalogie pique votre curiosité? Vous voulez savoir de quoi il s’agit et par où commencer? Si c’est le cas, la section Quoi faire en premier est pour vous.

Sujets

Primordiale dans la découverte de votre histoire familiale, la section Sujets offre l’information sur les ressources dont vous aurez besoin pour construire votre arbre généalogique. On y trouve tous les sujets touchant la généalogie et même des sous-sujets pour vous guider dans votre recherche.

Lieux

Pour trouver des ressources généalogiques spécifiques aux provinces et aux territoires, consultez Lieux. Dans cette section, vous trouverez pour chaque province et territoire un bref survol historique, des conseils de recherche ainsi que des sites Web connexes.

Voici quelques trucs importants à savoir avant d’entreprendre votre généalogie :

  • Gardez un carnet pour y inscrire les différentes recherches que vous effectuez (p. ex., livres, sites Web). Cela vous évitera de répéter les mêmes recherches.
  • Assurez-vous que vos sources sont fiables (tel que les informations provenant de recensements, dossiers d’immigration ou autres documents officiels) avant de récupérer une information sur le Web. L’information qu’on retrouve en matière de généalogie sur le Web n’est pas toujours exacte.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais jusqu’au 30 septembre 2013

  • Une question a été posée à savoir si les services de généalogie allaient déménager au 2e étage du 395 Wellington. BAC a répondu que les services de généalogie demeuraient au 3e étage jusqu’à avis contraire. Advenant le cas où il y aurait un déménagement, les clients seraient informés à l’avance.

Comment trouver un journal canadien sur microfilm

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède plus de 2 300 journaux canadiens remontant au milieu des années 1700, auxquels vous pouvez accéder sur des bobines de microfilm ou des microfiches. Débutez votre recherche par notre Liste géographique, qui fournit les titres des journaux communautaires conservés à BAC pour une période donnée.

Par exemple, pour trouver la couverture de la tournée de la reine Elizabeth II à Rimouski (Québec), en novembre 1951, lors de sa première visite royale au Canada en tant que princesse Elizabeth, vous devez suivre les étapes suivantes :

  1. Allez à la Liste géographique et choisissez Québec.
  2. Vous verrez alors une liste de localités pour le Québec. Choisissez ensuite Rimouski – Sweetsburg. Vous obtiendrez une liste de 14 journaux pour Rimouski (Québec), dont les titres sont inscrits en rouge. Chaque titre est suivi d’une cote topographique (p. ex. NJ.FM.2006), d’un intervalle de dates* (p. ex. ja 2001 – nov 2004) et d’un numéro AMICUS (p. ex. AN 9745700).
  3. Le quatrième titre, L’Écho du Bas St-Laurent, montre l’intervalle des dates « 3 mr 1933 – 29 av 1970 ». Cela veut dire que BAC a détenu ce journal sur microfilm du 3 mars 1933 au 29 avril 1970.
  4. Maintenant que vous avez trouvé un journal qui a probablement couvert l’événement en 1951, écrivez le numéro AMICUS, en l’occurrence AN 7419576. Vous en aurez besoin pour commander la bobine de microfilm aux fins de consultation.

Entre‑temps, si vous voulez obtenir plus de renseignements sur la façon d’utiliser la Liste géographique ou de lire une entrée, visitez notre page sur les Fonds sur microforme.

* Les intervalles de dates font référence aux journaux conservés à BAC et non à la période pendant laquelle ils ont été imprimés.

Vous avez des questions ou des commentaires? N’hésitez pas à communiquer avec nous!

Résumé des commentaires reçus en anglais jusqu’au 30 septembre 2013

  • Un usager a suggéré d’inclure les dates extrêmes pour chaque microfilm disponible. BAC a répondu que les descriptions ne pouvaient être aussi détaillées en raison du contenu des bobines qui n’est pas standard d’une bobine à l’autre.
Résumé des commentaires reçus en anglais entre le 1er janvier 2014 et le 31 mars 2014

  • Un usager remarque que Google a une liste de journaux numérisés très importante et qu’il est possible de chercher pour une date spécifique, mais qu’une recherche pour un mot en particulier est très aléatoire : http://news.google.com/newspapers.