Le soldat Thomas Ricketts, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement cent ans sur le champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le soldat Thomas Ricketts, de Terre-Neuve, pour la bravoure et l’altruisme dont il a fait preuve à Ledeghem, en Belgique.

Copie noir et blanc d’une coupure de journal, au haut de laquelle est inscrit le mot « Proclamation! » en grosses majuscules.

À la recherche de recrues pour le Régiment de Terre-Neuve, The Daily News, 22 août 1914. (Source : The Rooms [en anglais])

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, en 1914, Terre-Neuve est un dominion de l’Empire britannique. Afin d’appuyer l’armée britannique et de soutenir l’effort de guerre, elle recrute une armée de volontaires, rassemblant suffisamment d’hommes pour former un bataillon : le Régiment de Terre-Neuve. (Deux autres bataillons seront plus tard mis sur pied : le 2e Bataillon de réserve, principalement posté à Ayr, en Écosse, et le 3e Bataillon, responsable du recrutement et de l’entraînement à St. John’s.) En 1917, le roi George V décernera le préfixe « Royal » au Régiment de Terre-Neuve pour souligner les actes de courage et d’héroïsme posés par ses soldats lors des batailles d’Ypres et de Cambrai, en France.

Photo sépia d’un soldat en uniforme, la Croix de Victoria et la Croix de Guerre épinglées sur sa poitrine.

: Le soldat Thomas Ricketts, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. (Source : L’Encyclopédie canadienne)

Thomas Ricketts, fils de John Ricketts et d’Amelia Cassels, voit le jour le 15 avril 1901 à Middle Arm, White Bay, à Terre-Neuve. Il s’enrôle dans le 1er Bataillon du Régiment de Terre-Neuve le 2 septembre 1916, alors qu’il n’a que 15 ans. Afin d’être accepté, il inscrit « 18 ans » sur son formulaire d’engagement. Son mensonge passe inaperçu, et il joint les rangs du Corps expéditionnaire britannique. Envoyé en Angleterre, il reçoit une balle à la jambe en novembre 1917. Le temps de se remettre de sa blessure, il retrouve son régiment au printemps de l’année suivante.

Au matin du 14 octobre 1918, le 1er Bataillon est en Belgique, où il participe à l’avancée menée depuis Ledeghem (à l’est d’Ypres). Noyés sous la brume et la fumée, les soldats livrent bataille, tentant de repousser les Allemands et de s’emparer de leurs casemates et leurs armes. Lorsque la brume matinale se dissipe, ils découvrent devant eux un ruisseau, le Wulfdambeek, qu’ils doivent traverser en s’exposant aux tirs ennemis. Le régiment subit alors de lourdes pertes, avant de se retrouver cloué sur place par les bombardements ennemis. Incapable de riposter avec sa propre artillerie, il n’a d’autre choix que de neutraliser l’ennemi et de s’emparer de ses armes et de sa batterie.

Ricketts, armé d’une mitrailleuse Lewis, se porte volontaire pour s’élancer vers les Allemands en compagnie de son commandant de section. Leur objectif : contourner la batterie pour la déjouer et s’en emparer. Ils progressent lentement sous les tirs nourris des mitrailleuses, et se retrouvent rapidement à court de munitions. Ils sont alors à 300 mètres de la batterie. Les Allemands s’aperçoivent de leur vulnérabilité et déplacent leurs canonniers pour les neutraliser. Mais Ricketts détecte la manœuvre : il bat en retraite et, sous des tirs intenses, parcourt 100 mètres pour aller chercher d’autres munitions. À son retour, il manie habilement sa mitrailleuse et repousse l’ennemi jusqu’à une ferme voisine. Cette menace écartée, son peloton peut avancer sans subir de pertes : il capture quatre canons de campagne et quatre mitrailleuses, en plus de faire huit prisonniers. Une cinquième mitrailleuse sera interceptée et saisie plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, de profil.

: Le soldat Thomas Ricketts, sans date (Source : Défense nationale)

Comme le relate la London Gazette :

« Par sa présence d’esprit au moment d’anticiper les intentions de l’ennemi, et parce qu’il a fait fi de sa propre sécurité, le soldat Ricketts a pu se procurer les munitions qui ont directement contribué à ces importantes prises et, sans aucun doute, sauvé de nombreuses vies. »

(London Gazette, n° 31108, p. 309, 6 janvier 1919, en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Ricketts survit à la guerre et est démobilisé le 17 juin 1919. Le roi George V lui avait décerné la Croix de Victoria le 19 janvier de la même année, à Sandringham, en Angleterre. Ricketts n’avait alors que 17 ans, ce qui fait de lui le plus jeune combattant à obtenir cette distinction. Il rentre à Terre-Neuve en véritable héros. Chez lui, il reprend ses études et devient pharmacien. En plus de sa Croix de Victoria, Ricketts reçoit la Croix de Guerre française ornée d’une étoile d’or pour sa bravoure.

Il s’éteint à St. John’s, à Terre-Neuve, le 21 mars 1967.

La Croix de Victoria et la Croix de Guerre de Ricketts sont exposées au Musée canadien de la guerre à Ottawa, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du soldat Thomas Ricketts.

Étiquetez des photos et faites partie de l’histoire!

Vous pouvez étiqueter les photos de ce billet de blogue! Plongez dans les documents numérisés du Corps expéditionnaire canadien : transcrivez, étiquetez, traduisez et décrivez leur contenu. Chaque ajout à un document fournit de nouvelles métadonnées accessibles à la recherche dans les 24 heures suivantes. Jour après jour, les documents de Bibliothèque et Archives Canada sont ainsi plus faciles à repérer. Consultez le billet de blogue à ce sujet qui explique comment faire partie de l’histoire!


Ashley Dunk était adjointe de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public.

 

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes de bravoure posés il y a cent ans sur le champ de bataille par des récipiendaires de cette distinction. Aujourd’hui, nous rendons hommage au capitaine Coulson Norman Mitchell pour le courage dont il a fait preuve au canal de l’Escaut, en France, dans la nuit du 8 au 9 octobre 1918.

Photo noir et blanc d’un officier en uniforme.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, récipiendaire de la Croix de Victoria, vers 1918. (c001595)

le 11 décembre 1889 à Winnipeg, au Manitoba, Mitchell fait d’abord carrière comme ingénieur civil, avant de s’enrôler en tant que soldat dans le Canadian Railway Construction Corps (les troupes ferroviaires canadiennes) le 21 janvier 1915. L’année suivante, il devient lieutenant et se joint à la 1re Compagnie de sapeurs-mineurs du Corps de génie canadien. En 1917, sa bravoure devant l’ennemi lui vaut la Croix militaire (en anglais) ainsi qu’une promotion au grade de capitaine. Puis, en 1918, Mitchell est affecté au 4e Bataillon du Corps de génie canadien. C’est durant cette affectation qu’il accomplit un acte héroïque au canal de l’Escaut, au nord-est de Cambrai, en France, aidant ainsi les Alliés à y triompher.

Photo noir et blanc d’un canal à sec. On voit un pont tordu à l’arrière-plan. Au second plan, un cheval tire une charrette chargée de fournitures sur un autre pont. Un peu partout, des soldats se déplacent, certains transportant du matériel.

Des Canadiens construisent un pont pour transporter des effectifs et du matériel sur le canal du Nord, France, septembre 1918. (a003285)

Après la bataille du Canal-du-Nord, le 1er octobre 1918, les soldats alliés sont résolus à libérer Cambrai. Les attaques précédentes avaient dégagé des routes jusqu’à la ville; il faut maintenant que la 3e Division d’infanterie canadienne s’y rende. Les Allemands, postés au nord-est, résistent farouchement; les Canadiens espèrent néanmoins prendre Cambrai pour faire avancer le front. Durant les jours qui suivent, ils livrent bataille et réussissent à libérer certains villages français de la présence allemande.

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1918, Mitchell est en mission de reconnaissance près de Cambrai, dirigeant un détachement de sapeurs (des soldats chargés de la construction et de la réparation de routes et de ponts ainsi que du déminage). Leur objectif : aller inspecter, au-delà des lignes de front, les ponts que la 5e Brigade d’infanterie canadienne prévoit emprunter durant son attaque, et s’assurer qu’ils sont intacts. Or, Mitchell et ses hommes constatent qu’un premier pont a déjà été saccagé. Ils se rendent ensuite au suivant, qui traverse le canal de l’Escaut.

Photo noir et blanc d’un village où des bâtiments ont été endommagés. Au centre, on voit un imposant amas de pierres et de débris. Un soldat est agenouillé au sol, tout près. À gauche, un autre soldat se tient debout et l’observe.

Le corps de génie canadien à la recherche de mines à Cambrai, France, octobre 1918. (a003271)

Sous des tirs nourris, Mitchell s’élance sur le pont. L’obscurité l’empêche de savoir où se trouvent les soldats ennemis et combien ils sont. Mitchell découvre alors que les Allemands ont tout mis en place pour faire exploser le pont. Aidé d’un sous-officier, il coupe les fils du détonateur et retire la charge.

Mais les Allemands, réalisant la manœuvre, s’avancent pour actionner les détonateurs. Mitchell, tout en courant au secours de sa sentinelle blessée, tue néanmoins trois soldats allemands et en capture douze. Le pont est finalement sauvé, un exploit qui contribuera grandement au succès ultérieur de l’offensive de la 5e Brigade d’infanterie.

Les exploits de Mitchell sont relatés dans cet extrait de la London Gazette :

« Malgré les tirs fusant de toutes parts, il continua à couper les fils et à retirer les explosifs, sachant que l’ennemi pouvait les faire détoner à tout moment. Si ce pont crucial sur le canal n’a pas été détruit, c’est entièrement grâce à sa bravoure et à ses actions décisives. » [Traduction]

London Gazette, no 31155, 31 janvier 1919, pp. 1503-1504 (en anglais)

Photo noir et blanc d’un officier en uniforme.

Le capitaine Coulson Norman Mitchell, récipiendaire de la Croix de Victoria, vers 1918. (c001594)

Mitchell sert dans le Corps du génie canadien jusqu’au 28 avril 1919, jour de la démobilisation générale. Il rentre alors au Canada, où il reprend sa carrière d’ingénieur civil. Lorsque survient la Deuxième Guerre mondiale, il commande des unités de génie en Grande-Bretagne. Il revient au Canada en 1943 en tant que lieutenant-colonel responsable d’un centre de formation d’ingénieurs. À la fin des hostilités, il travaille à nouveau au civil.

Plusieurs endroits commémorent le service de Mitchell durant les deux guerres mondiales. Au Manitoba, un lac a été nommé en son honneur. À Montréal, une rue et une succursale de la Légion royale canadienne portent son nom, tout comme l’édifice principal de l’École du génie militaire des Forces canadiennes sur la base de l’Armée canadienne à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

Mitchell est décédé chez lui, à Montréal, le 17 novembre 1978.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du capitaine Coulson Norman Mitchell.

Donnez un coup de pouce à l’histoire en transcrivant les journaux de guerre ou en ajoutant des étiquettes aux photos!

Vous avez accès aux journaux de guerre du Corps de génie canadien pour transcrire, traduire ou décrire leur contenu, ou encore y ajouter des étiquettes. Chacun de vos ajouts deviendra une nouvelle métadonnée, qui sera intégrée au moteur de recherche dans les 24 heures et facilitera le repérage des dossiers de Bibliothèque et Archives Canada. Lisez notre billet de blogue pour savoir comment vous pouvez participer à l’avancement de l’histoire!


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Les lieutenants George Fraser Kerr et Graham Thomson Lyall, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes de bravoure de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous rendons hommage à deux récipiendaires de la Croix de Victoria pour les gestes héroïques accomplis le 27 septembre 1918 lors de la campagne du canal du Nord et du bois de Bourlon, en France.

Le Corps canadien passe à l’offensive dans la bataille de la Scarpe le 26 août 1918 et réussit enfin à enfoncer la ligne Drocourt-Quéant, solidement fortifiée, le 2 septembre. Les quelque huit kilomètres gagnés par le Corps se soldent par la mort de nombreux officiers et soldats. À la suite de cet assaut, la stratégie change : les Canadiens, avec l’aide d’autres bataillons alliés, tentent de capturer le canal du Nord et d’ouvrir les routes menant à Cambrai. Battant en retraite, les Allemands font sauter plusieurs ponts le long du canal, n’en conservant que quelques-uns fortement défendus pour leur propre usage. Les forces canadiennes n’ont aucune possibilité d’établir des avant-postes de l’autre côté du canal.

Après un mois de planification et de reconstruction des ponts, le Corps canadien est prêt à se lancer à la conquête de ses prochains objectifs : le canal du Nord et le bois de Bourlon.

C’est durant cette bataille du canal du Nord que deux soldats canadiens vont accomplir des actes héroïques pour lesquels ils recevront l’une des décorations militaires les plus prestigieuses.

Carte en noir et blanc montrant des frontières et l’emplacement de bâtiments et de structures.

Journal de guerre du 102e Bataillon d’infanterie du Canada décrivant les opérations du 1er et du 2 septembre 1918, p. 48 (en anglais) (e001123533)

Le lieutenant George Fraser Kerr

Né le 8 juin 1894 à Deseronto, en Ontario, George Fraser Kerr est chimiste avant la guerre. Le 22 septembre 1914, alors âgé de 20 ans, il s’enrôle à Valcartier, au Québec, et se joint au 3e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien comme soldat. Après avoir fait ses preuves à maintes reprises sur les champs de bataille, il est nommé officier le 1er juillet 1917 et obtiendra éventuellement le grade de capitaine.

Photo d’un soldat extraite d’un journal non identifié.

Le lieutenant George Fraser Kerr, VC, sans date (a007193)

Kerr est un militaire maintes fois décoré : la Médaille militaire le 23 août 1916 pour son intrépidité au mont Sorrel; la Croix militaire le 2 décembre 1918; et une barrette ajoutée à sa Croix militaire le 2 janvier 1919 pour la bravoure et l’esprit d’initiative dont il fait preuve pendant l’attaque menée sur la ligne Drocourt-Quéant le 2 et le 3 septembre 1918.

Le 27 septembre 1918, à 5 h 20, l’artillerie canadienne bombarde les positions allemandes en prévision de l’attaque sur le canal du Nord, dont l’objectif est de franchir la ligne allemande. À 6 h Kerr, au sein du 3e Bataillon, dirige la compagnie d’appui du flanc gauche. En route vers le bois de Bourlon et sous les tirs nourris des mitrailleuses, il use d’adresse pour contourner une mitrailleuse qui ralentissait son avancée.

Après avoir traversé le canal du Nord, la compagnie est arrêtée par une fortification allemande se trouvant près de la route Arras-Cambrai. Kerr, devançant ses hommes, se rue vers la position allemande. Seul, il capture 4 mitrailleuses et 31 prisonniers, permettant à sa compagnie de continuer sa marche avant d’être ralentie de nouveau derrière le bois de Bourlon.

Par deux fois, il est blessé sur le champ de bataille, et il tombe de son cheval après l’Armistice. Il obtiendra son congé de l’armée pour raisons médicales le 16 juillet 1919.

Kerr s’éteint le 8 décembre 1929. De nos jours, sa Croix de Victoria est exposée au Musée canadien de la guerre.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant George Fraser Kerr.

Le lieutenant Graham Thomson Lyall

Né à Manchester, en Angleterre, le 8 mars 1892, Lyall immigre au Canada et s’établit dans la région de Niagara, où il travaille comme mécanicien. Il se joint au 19e Régiment de la milice britannique avant de s’enrôler avec le 81e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien le 24 septembre 1915, à St. Catharines, en Ontario. Il est plus tard muté au 102e Bataillon d’infanterie du Canada.

Photo noir et blanc d’un soldat debout, la main droite dans la poche de son pantalon.

Le lieutenant Graham Thomson Lyall, VC, à sa sortie du palais de Buckingham le 15 mars 1919 (a006698)

Le jour même où George Fraser Kerr dirige sa compagnie vers le bois de Bourlon, Lyall commande son peloton du 102e Bataillon. La compagnie envoyée en éclaireur est arrêtée par un poste de résistance allemand, qui la mitraille sans arrêt. Avec l’aide de Kerr et de son peloton, Lyall et sa compagnie s’emparent de la position ennemie par un mouvement de débordement. Il demeure à l’arrière pour attaquer les forces ennemies là où leur défense est moindre. Grâce à cette manœuvre, il fait 13 prisonniers et saisit un canon de campagne et 4 mitrailleuses.

Affaibli par de nombreuses pertes, son peloton est arrêté un peu plus loin par des mitrailleuses se trouvant à l’extrémité sud du bois de Bourlon. Avec le reste de ses hommes, Lyall s’approche du poste de résistance. Se lançant seul à l’assaut de la position, il réussit à tuer l’officier responsable. Son geste de bravoure mène à la capture de 45 prisonniers et de 5 mitrailleuses.

Photo noir et blanc de quatre femmes et de quatre hommes vêtus de manteaux chauds et coiffés de chapeaux devant le palais de Buckingham. L’homme au centre porte un uniforme militaire et s’appuie sur une canne.

Le lieutenant Graham Thomson Lyall, VC, et sa famille devant le palais de Buckingham, le 15 mars 1919 (a006708)

Lyall, ayant réalisé son objectif et fait 47 autres prisonniers, reprend la position et protège le reste de la compagnie. Plus tard, le 1er octobre 1918, alors qu’il se trouve aux alentours de Belcourt à la tête de sa compagnie affaiblie, il capture une position fortement défendue. Il y fait 80 prisonniers et saisit 17 mitrailleuses.

Deux mois plus tard, la London Gazette résume ses hauts faits ainsi :

En deux jours d’opérations, le lieutenant Lyall s’est emparé au total de 3 officiers, 182 militaires de rang, 26 mitrailleuses et 1 canon de campagne, sans oublier les nombreuses pertes infligées. Tout au long de cette période, il a fait preuve d’une bravoure hors du commun et d’excellentes qualités de commandement. [traduction de Défense nationale et les Forces canadiennes]

London Gazette, no 31067, 13 décembre 1918 (en anglais)

Le Corps canadien réalise et même surpasse ses objectifs en ce 2 septembre 1918, connaissant une progression plus importante que prévu malgré les tirs nourris des mitrailleuses et les terribles pertes subies. À la fin de la journée, il avait repris le bois de Bourlon après en avoir capturé les lignes rouge, bleue et verte.

Après l’Armistice, Lyall retourne en Angleterre en 1919 pour s’enrôler dans l’armée britannique.

Il meurt le 28 novembre 1941, pendant la Deuxième Guerre mondiale, lors d’une opération menée en Égypte.

Une plaque commémore ses exploits de guerre dans le jardin commémoratif du Lincoln and Welland Regiment à St. Catharines, en Ontario.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant Graham Thomson Lyall.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Le soldat Walter Leigh Rayfield, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes de bravoure de soldats posés il y a 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous rendons hommage au valeureux soldat Walter Leigh Rayfield, récipiendaire de la Croix de Victoria.

Photo noir et blanc d’un soldat.

Le soldat Walter Leigh Rayfield, VC, sans date (a006711)

Né le 7 octobre 1881 à Richmond, en Angleterre, Rayfield immigre au Canada avant le déclenchement de la guerre. Il travaille comme bûcheron avant de s’enrôler à Victoria, en Colombie-Britannique, le 10 juillet 1917 et de se joindre au 7e Bataillon d’infanterie du Corps expéditionnaire canadien.

Au début de septembre 1918, le Corps canadien tente de percer la ligne de front Drocourt-Quéant, à l’est d’Arras, en France, longue de six kilomètres. Après s’être emparé du Nid-de-Corbeau – un centre de résistance ennemi – le 1er septembre 1918, le Corps doit lancer une attaque massive pour traverser les lignes allemandes et atteindre le canal du Nord.

Image noir et blanc d’un document textuel résumant les activités du 7e Bataillon d’infanterie du Canada le 2 septembre 1918.

Journal de guerre du 7e Bataillon d’infanterie du Canada donnant une description du déclenchement de l’attaque le 2 septembre 1918, page 4 (e001084295).

Image noir et blanc d’un document textuel résumant la suite, sur une deuxième page, des activités du 7e Bataillon d’infanterie du Canada le 2 septembre 1918.

Journal de guerre du 7e Bataillon d’infanterie du Canada avec une description de la conclusion de l’attaque du 2 septembre 1918, page 5 (e001084296).

Le 2 septembre 1918, à 5 h du matin, les tirs nourris de l’artillerie canadienne atteignent l’ennemi et permettent aux Canadiens d’avancer. Les chars d’assaut soutiennent l’attaque offensive et, à 7 h 30, les troupes arrivent à la ligne rouge et au village de Dury. Pendant cette progression, Rayfield se retrouve à l’avant de sa compagnie. Il s’élance vers une tranchée occupée par plusieurs soldats ennemis, en tue deux à la baïonnette et en capture dix.

Plus tard, il repère un tireur d’élite ayant fait de nombreux morts et se lance à son attaque, sous une pluie de coups de feu. Comme le mentionnera la London Gazette deux mois plus tard :

Il s’élance ensuite vers la section de la tranchée d’où opère le tireur embusqué; son audace et son sang-froid démoralisent à ce point les combattants ennemis que 30 d’entre eux se rendent [traduction].

London Gazette, n° 31067, le 14 décembre 1918 (en anglais seulement)

Photo noir et blanc de centaines de fusils et de mitrailleuses de diverses tailles reposant sur le sol. Un soldat, debout, regarde les armes tandis qu’un autre soldat se penche pour examiner la bandoulière d’un fusil.

Armes saisies par des Canadiens sur le front d’Arras, septembre 1918 (a003291)

Au mépris de sa sécurité personnelle, il se rue de nouveau à découvert sous les tirs nourris de mitrailleuses et transporte en lieu sûr un camarade gravement blessé. Rayfield est louangé pour le courage, la bravoure et l’esprit d’initiative dont il fait preuve pendant ces assauts. Malgré les attaques au gaz, les tirs intenses de mitrailleuses et les coups de feu ennemis dirigés sur lui, Rayfield participe courageusement et héroïquement à la bataille, inspirant ses camarades.

Il reçoit la Croix de Victoria pour les actes accomplis du 2 au 4 septembre 1918, à Arras.

Il survit à la guerre et est démobilisé le 25 avril 1919.

Rayfield s’éteint le 20 février 1949. Sa Croix de Victoria est exposée de nos jours au Musée canadien de la guerre.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du soldat Walter Leigh Rayfield.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public.

Hutcheson, Knight, Metcalf, Peck et Young, récipiendaires de la Croix de Victoria

Par Andrew Horrall

Bellenden Seymour Hutcheson

Bellenden Seymour Hutcheson naît à Mount Carmel, en Illinois, le 16 décembre 1883. Il devient médecin après des études à la Northwestern University, près de Chicago. Ses cheveux blancs et ses yeux d’un bleu perçant lui donnent une allure remarquable. Comme de nombreux autres Américains, Hutcheson décide de s’enrôler au Canada. Le 6 novembre 1915, il se joint au Corps de santé de l’Armée canadienne à Hamilton, en Ontario, et est affecté au 75e Bataillon.

Photo noir et blanc d’un soldat ayant des cheveux très pâles et regardant droit vers l’objectif.

Le capitaine B. S. Hutcheson, du Corps de santé de l’Armée canadienne, récipiendaire de la Croix de Victoria. Source : Direction de l’histoire et du patrimoine

Le 2 septembre 1918, près de Cagnicourt, en France, Hutcheson s’avance en terrain découvert avec son bataillon. « [S]ans hésitation et au mépris total de sa propre sécurité, il reste sur le champ de bataille jusqu’à ce que tous les soldats blessés aient reçu des soins. Il panse les blessures d’un officier grièvement blessé, sous les tirs intenses des mitrailleuses et des projectiles et, avec l’aide de prisonniers et de ses propres hommes, il réussit à l’évacuer en lieu sûr, même si les brancardiers subissent de lourdes pertes. Immédiatement après, il s’élance à nouveau, complètement à découvert et sous les tirs intenses de mitrailleuses et de fusils, pour s’occuper d’un sergent blessé. Après l’avoir installé dans un trou d’obus, il panse ses blessures. » (London Gazette, n° 31067, 14 décembre 1918,en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

En plus de la Croix de Victoria, Hutcheson reçoit la Croix militaire pour d’autres actes de bravoure.

Après la guerre, Hutcheson épouse une femme de la Nouvelle-Écosse et retourne pratiquer la médecine en Illinois. Au fil des ans, il visite souvent le Canada, notamment pour participer à des retrouvailles de son bataillon. Il parlera très rarement de son expérience de la guerre. Il meurt à Cairo, en Illinois, le 9 avril 1954. Sa Croix de Victoria est exposée au Musée du Toronto Scottish Regiment.

Sources

« VC from Illinois modestly declines to details exploits », The Globe and Mail, 6 mars 1930, p. 13 (en anglais)

« ’Six-bits’ reunion is first since war », The Globe and Mail, 13 avril 1931, p. 14 (en anglais)

 

Arthur George Knight

Arthur George Knight naît à Haywards Heath, en Angleterre, le 26 juin 1886. En 1911, il immigre au Canada et devient menuisier. Il s’enrôle dans le Corps expéditionnaire canadien en décembre 1914 et sert dans le 10e Bataillon. Il reçoit la Croix de guerre belge en novembre 1917.

Photo noir et blanc prise dans un studio et montrant un soldat en uniforme, debout, les mains derrière le dos.

Le sergent A. G. Knight, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. (a006724)

Le 2 septembre 1918, près de Cagnicourt, en France, Knight « prend la tête d’une section de bombardement et, s’avançant sous un feu nourri, engage avec l’ennemi un combat rapproché. Constatant que son détachement est toujours stoppé, il fonce seul en avant, passant à la baïonnette plusieurs mitrailleurs et servants de mortier ennemis, et obligeant le reste de la troupe à battre en retraite dans la confusion. » Alors que son peloton poursuit les Allemands en retraite, Knight « aperçoit une trentaine de soldats ennemis qui pénètrent dans un tunnel conduisant hors des tranchées. Il se rue tout seul sur eux et, après avoir abattu un officier et deux sous-officiers, il capture 20 militaires du rang. Plus tard, il met en déroute, sans aide, un autre détachement ennemi qui s’oppose à l’avance de son peloton. » (London Gazette, n° 31012, 15 novembre 1918, en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes]

Knight est grièvement blessé durant cette bataille et succombe à ses blessures le jour suivant. Sa Croix de Victoria est exposée au Musée Glenbow de Calgary.

 

William Henry Metcalf

Photo noir et blanc d’un soldat debout vêtu d’un kilt.

Le lieutenant-caporal W. H. Metcalf, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. (a006727)

William Henry Metcalf naît dans le canton de Waite, dans le Maine, le 29 janvier 1885. Barbier de profession, il se rend à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, pour s’enrôler dans le Corps expéditionnaire canadien le 15 août 1914. Il devient alors signaleur au sein du 16e Bataillon. Metcalf reçoit la Médaille militaire pour les gestes courageux qu’il pose pendant la bataille de la Somme, en septembre 1916. En effet, il se porte volontaire pour fournir de l’aide médicale à un camarade gravement blessé en zone neutre. Il lui sauve la vie puis, au péril de la sienne, il s’expose aux tirs nourris de l’ennemi pour réparer des fils téléphoniques. La citation pour sa médaille mentionne entre autres que « pendant ses vingt mois de service sur le terrain, il a toujours fait preuve de bravoure et de dévouement au devoir, et ce, avec enthousiasme. » [Traduction] (London Gazette, n° 29893, 6 janvier 1917, en anglais)

Metcalf reçoit la Médaille militaire une deuxième fois pour ses actes du 8 août 1918 pendant la bataille d’Amiens. Au début des premières attaques, il installe des fils téléphoniques en zone neutre puis demeure sous les tirs intenses d’obus pour s’assurer que ceux-ci ne sont pas endommagés. (London Gazette, n° 31142, 24 janvier 1919, en anglais)

Metcalf obtient ensuite la Croix de Victoria pour la bravoure dont il fait preuve le 2 septembre 1918 près de Cagnicourt, en France. Lorsque la progression de son bataillon ralentit, il « s’élance vers un char qui passe à sa gauche, sous le feu nourri d’une mitrailleuse. Brandissant un drapeau de signalisation, il marche à l’avant du char et le dirige le long de la tranchée [allemande], pour qu’il enfile des balles et des bombes. Les positions des mitrailleuses sont éliminées, de lourdes pertes sont infligées aux ennemis et il vient ainsi à bout d’une situation très critique. » (London Gazette, n° 31012, 15 novembre 1918, en anglais. Traduction : Défense nationale et Forces canadiennes)

Metcalf meurt le 8 août 1968 à Lewiston, dans le Maine. Sa Croix de Victoria est exposée au Musée du Canadian Scottish Regiment à Victoria, en Colombie-Britannique.

 

Cyrus Wesley Peck

Cyrus Wesley Peck naît à Hopewell Hill, au Nouveau-Brunswick, le 26 avril 1871. Malgré une formation de soldat, il ne réussit pas à s’enrôler pour la guerre d’Afrique du Sud. Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, Peck dirige une conserverie de saumon en Colombie-Britannique en plus de servir dans la milice. Le 8 novembre 1914, il s’enrôle en tant que major dans le 30e Bataillon. À la fin de 1916, il est promu lieutenant-colonel et chargé du commandement du 16e Bataillon (Canadian Scottish Regiment).

Photo noir et blanc d’un homme moustachu vêtu d’un pantalon écossais, d’une ceinture Sam Browne et d’une casquette, passant des grilles ornementales avec un bâton de marche. À sa droite, une foule regarde vers les grilles.

Le lieutenant-colonel Cyrus W. Peck, récipiendaire de la Croix de Victoria et de l’Ordre du service distingué, 16e Bataillon, à sa sortie du palais de Buckingham. (a006720)

Blessé par deux fois lors du conflit, Peck reçoit l’Ordre du service distingué ainsi que cinq mentions à l’ordre du jour. Lors des élections fédérales de décembre 1917, il est élu député de la circonscription de Skeena; baptisées « les élections kaki », ce sont les premières auxquelles des soldats en service actif peuvent participer. Son rôle n’empêche pas Peck de poursuivre sa carrière militaire en France.

Au premier abord, Peck n’a pas l’allure d’un héros. Malgré son impressionnante moustache qui lui donne un air militaire, il est plutôt âgé (47 ans) et petit (1,75 m), et pèse un bon 113 kg. Néanmoins, le 2 septembre 1918, près de Cagnicourt, en France, Peck s’aperçoit que la progression de son bataillon est freinée. Alors, « sous les tirs intenses des mitrailleuses et des tireurs embusqués, il effectue personnellement une reconnaissance sur une parcelle de terrain fortement balayée par les tirs. Une fois cette tâche accomplie, il revient sur ses pas, réorganise son bataillon et, fort des renseignements qu’il a obtenus, il pousse la progression de ses troupes et prend les mesures requises pour protéger ses flancs. Il sort ensuite, sous une pluie de tirs d’artillerie et de mitrailleuses, intercepte ses chars, leur donne les directives nécessaires, pointant du doigt l’endroit où ils doivent se diriger, et ouvre ainsi la voie à la progression d’un bataillon d’infanterie canadien. Par la suite, il procure à ce bataillon l’appui dont il a besoin. Ce remarquable courage dont il a fait preuve et ses grandes qualités de leader ont permis de poursuivre la progression, malgré les tirs intenses d’artillerie et de mitrailleuses, et ils ont largement contribué au succès de l’attaque menée par la brigade. » (London Gazette, n° 31012, 15 novembre 1918, en anglais. Traduction : Défense nationale et les Forces canadiennes)

Aux élections de 1921, Peck perd son siège à la Chambre des communes. Il siège à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique de 1924 à 1933 et meurt à Sidney, dans la même province, le 27 septembre 1956. Sa Croix de Victoria est exposée au Musée canadien de la guerre.

Sources

« Won VC in 1918 while a member of parliament », The Globe and Mail, 28 septembre 1956, p. 7 (en anglais)

 

John Francis Young

John Francis Young naît à Kidderminster, en Angleterre, le 14 janvier 1893, et immigre au Canada peu avant le déclenchement de la guerre. Le 20 octobre 1915, il s’enrôle à Montréal, en tant que brancardier dans le 87e Bataillon. En novembre de l’année suivante, il est blessé à la Somme.

Photo noir et blanc d’un soldat souriant, debout, les mains derrière le dos.

Le soldat J. F. Young, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date. Source : Direction de l’histoire et du patrimoine.

Young reçoit la Croix de Victoria pour ses actes du 2 septembre 1918 près de Dury, en France. Lorsque l’artillerie et les mitrailleuses allemandes fauchent sa compagnie, il passe plus d’une heure à soigner ses camarades blessés, au mépris du danger puisqu’il se trouve alors bien en vue de l’ennemi. Il retourne fréquemment aux lignes canadiennes pour s’approvisionner en fournitures médicales, mais n’abandonne jamais les hommes blessés. Young supervise ensuite les brancardiers qui transportent les blessés en lieu sûr. (London Gazette n° 31067, 14 décembre 1918, en anglais)

Young est gazé dans une bataille subséquente, et ses poumons subissent des dommages permanents et débilitants. Il meurt à Sainte-Agathe-des-Monts, au Québec, le 7 novembre 1929. Sa Croix de Victoria est exposée au Musée canadien de la guerre.

Sources

« John F. Young, VC, is dead in Quebec », The Globe and Mail, 8 novembre 1929, p. 1 (en anglais)

 

Bibliothèque et Archives Canada conserve les dossiers de service de Bellenden Seymour Hutcheson, Arthur George Knight, William Henry Metcalf, Cyrus Wesley Peck et John Francis Young.


Andrew Horrall est archiviste principal à la Division des archives privées de Bibliothèque et Archives Canada.

Claude Nunney, VC

Par Andrew Horrall

Lorsque Claude Joseph Patrick Nunney s’enrôle dans le 38e Bataillon le 8 mars 1915, il affirme être né à Dublin, en Irlande, le 24 décembre 1892. Il semble que ces renseignements ne soient pas exacts, quoiqu’on ignore pourquoi Nunney a voulu dissimuler ses origines. Selon certaines archives, Nunney serait bien né ce jour-là, mais à Hastings, en Angleterre, et son nom serait Stephen Sargent Claude Nunney. Il ne fait par contre aucun doute qu’il était un jeune orphelin quand il a été envoyé de l’autre côté de l’Atlantique, à Ottawa, pour y être adopté par Mme D. J. MacDonald, de North Lancaster, en Ontario. Au moment où il s’enrôle, il vit avec la famille Calder du comté de Glengarry, en Ontario, qu’il décrit comme ses plus proches parents et à qui il remettra une partie de sa solde chaque mois.

Nunney est un soldat exceptionnel qui recevra la Médaille de conduite distinguée pour les actes qu’il accomplit en avril 1917 lors de la bataille de la crête de Vimy : « […] malgré deux blessures et l’anéantissement de sa section, il poursuit son avancée, transportant son fusil et ses munitions, et il réussit seul à mettre fin à une attaque de plus de 200 ennemis. Il continue son devoir pendant trois jours en faisant preuve d’une audace incroyable et en effectuant un travail formidable. » [traduction] (London Gazette, n° 30234, 16 août 1917 – en anglais seulement) Peu après, il reçoit la Médaille militaire pour un autre acte de bravoure.

Photo noir et blanc d’un soldat assis tenant sa casquette et sa badine sur ses genoux.

Le soldat Claude Nunney, VC, du 38e Bataillon (a006859)

La promotion de Nunney au grade de sergent en juin 1917 témoigne de son leadership et de son courage sur les champs de bataille. Cependant, au mois d’avril suivant, il est traduit en cour martiale pour avoir frappé un officier supérieur. L’incident est décrit dans les documents de la cour martiale sur Nunney conservés par BAC. Les faits parlent d’eux-mêmes, quoique deux officiers témoignent pour sa défense, dont un qui affirme même que Nunney est l’un des meilleurs combattants de première ligne du bataillon. Nunney est condamné et rétrogradé au grade de soldat. Sa peine d’une année de travaux forcés est toutefois rapidement réduite en raison de « ses bons services rendus ».

Le soldat Nunney reçoit la Croix de Victoria de manière posthume pour ses actes du 1er et du 2 septembre 1918 pendant la bataille de la ligne Drocourt-Quéant, en France. Lors de l’attaque des Allemands, « Nunney, qui se trouvait alors au poste de commandement de sa compagnie, franchit le barrage et se rend jusqu’à la ligne d’avant-poste. Il se déplace d’une position à l’autre et encourage ses camarades en prêchant par son exemple d’intrépidité. L’ennemi est repoussé et la situation devient moins critique. Au cours de l’attaque du 2 septembre, il se retrouve continuellement devant ses camarades, grâce à sa rapidité. Son intrépidité exemplaire a sans aucun doute inspiré grandement sa compagnie dans la poursuite de ses objectifs. » [traduction de Défense nationale et les Forces canadiennes] (London Gazette, n° 31067, 14 décembre 1918 – en anglais seulement) 

Nunney est gravement blessé en posant ces actes de bravoure et il succombe à ses blessures le 18 septembre 1918. Il lègue tous ses effets personnels, y compris ses médailles, à la famille Calder. Lorsque les récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria se rassemblent à Toronto en 1938, Mme Calder, alors veuve, est trop âgée pour participer à l’événement. Elle demande à une amie d’Alexandria, qui milite en faveur du bien-être des anciens combattants, de porter les médailles de Nunney au rassemblement. L’orphelin irlandais avait été adopté par une communauté entière. Sa Croix de Victoria est exposée au manège militaire de Cornwall. Bibliothèque et Archives Canada détient son dossier de service.

Sources

« Spirit of war hero marches on in VC », The Globe and Mail, 2 août 1938, p. 5, en anglais seulement


Andrew Horrall est archiviste principal à la Division des archives privées de Bibliothèque et Archives Canada.

William Hew Clark-Kennedy, VC

Par Andrew Horrall

William Hew Clark-Kennedy naît à Dunskey, en Écosse, le 3 mars 1880, et obtient un emploi à la Compagnie d’assurance Standard Life à 16 ans. Il sert dans un régiment de la cavalerie britannique pendant la guerre d’Afrique du Sud avant de déménager au Canada en 1902 pour y travailler au bureau montréalais de la Standard Life. C’est là qu’il rencontre sa future épouse Katherine « Kate » Reford.

Le 23 septembre 1914, Clark-Kennedy s’enrôle dans le 13e Bataillon (Royal Highlanders of Canada) à Valcartier, au Québec. Il débarque en France au mois de février suivant. Le 24 avril 1915, un obus d’artillerie s’écrase près de lui et de deux autres hommes. Les compagnons de Clark-Kennedy sont tués sur le coup, et lui se retrouve enfoui sous la terre et la boue. Les autres soldats, croyant qu’il avait lui aussi péri et que son corps avait été désintégré ou enterré, le déclarent mort au combat. Mais Clark-Kennedy n’a subi que des blessures mineures et, à l’insu de tous, il réussit à se dégager du sol et à retourner sur le champ de bataille. Il a fallu quelques jours à l’armée pour corriger l’erreur et permettre à Clark-Kennedy d’envoyer un télégramme à sa famille pour la rassurer.

Photo noir et blanc d’un officier devant un bâtiment; il porte une casquette d’officier et tient un bâton de marche dans sa main droite.

Le lieutenant-colonel Clark-Kennedy, VC, OC, 24e Bataillon. Photo prise en janvier 1919 (a003909)

Clark-Kennedy reçoit la Croix de Victoria pour ses actes du 27 et du 28 août 1918 alors qu’il commande le 24e Bataillon pendant la bataille d’Arras. Un extrait de la London Gazette décrit sa bravoure exceptionnelle : « Dès le début, la brigade, au centre de laquelle se trouve le 24e Bataillon, est la cible d’intenses tirs d’artillerie et de mitrailleuses; les pertes sont nombreuses, surtout parmi les chefs. Les unités sont en partie désorganisées et l’avance est freinée. Reconnaissant à quel point il est important que le front de la brigade soit dirigé par le centre et nullement découragé par les tirs d’anéantissement, le Lcol Clark-Kennedy, grâce à sa personnalité et à son initiative, devient une source d’inspiration pour ses hommes et les fait avancer. À plusieurs reprises, il leur donne un exemple hors du commun en les menant tout droit vers les nids de mitrailleuses qui les empêchent d’avancer et surmonte ces obstacles. En contrôlant l’orientation des unités avoisinantes et en rassemblant les hommes qui n’ont plus de chef, il s’avère très utile pour le renforcement de la ligne et permet à tout le front de la brigade d’avancer. » [traduction de Défense nationale et les Forces canadiennes]

Le lendemain, Clark-Kennedy fait preuve d’autant de courage malgré la grave blessure par balle qu’il a subie au genou droit. Sa citation se termine par la déclaration suivante : « On ne saurait surestimer les résultats obtenus grâce à la bravoure et au leadership de cet officier. » London Gazette, n° 31067, 14 décembre 1918 (en anglais seulement)

En plus de la Croix de Victoria, Clark-Kennedy reçoit à quatre reprises une citation à l’ordre du jour et à deux reprises l’Ordre du service distingué. La France lui décerne également une Croix de Guerre, et il est nommé Compagnon de l’Ordre de Saint-Michel et Saint‑Georges.

Photo noir et blanc de deux officiers devant une voiture dans laquelle le conducteur est assis. Ils portent tous deux une casquette d’officier et un pardessus.

Le lieutenant-colonel W.H. Clark-Kennedy (à droite), VC, CMG, DSO et barrette de médaille, et le brigadier-général J.H. MacBrien, DSO et barrette de médaille, CB (a006743)

De retour au Canada après la guerre, Clark-Kennedy reprend son emploi à la Standard Life, où il accédera éventuellement au poste de directeur de l’entreprise. Il meurt à Montréal le 25 octobre 1961. La famille de Clark-Kennedy conserve toujours sa Croix de Victoria. Bibliothèque et Archives Canada détient son dossier de service.

Sources

« Officer, feared dead, continued to fight », The Globe and Mail, 27 octobre 1961, p. 31, en anglais seulement

« Lt.-Col.Clark-Kennedy VC, dies here in 83rd year », Montreal Gazette, 27 octobre 1961, p. 4, en anglais seulement


Andrew Horrall est archiviste principal à la Division des archives privées de Bibliothèque et Archives Canada.

Le lieutenant Thomas Dinesen

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria canadienne, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous rendons hommage au lieutenant Thomas Dinesen et à la bravoure dont il a fait preuve pendant la bataille d’Amiens, en France, le 12 août 1918.

Photo noir et blanc d’un soldat.

Le lieutenant Thomas Dinesen, sans date. Source : Wikimedia

Né le 9 août 1892 dans une riche famille d’aristocrates à Rungsted, au Danemark, Thomas Fasti Dinesen est ingénieur civil lorsqu’il essaie de s’enrôler dans l’armée de divers pays. Les armées française, britannique et américaine le refusent tour à tour. Ce n’est que le 26 juin 1917 qu’il réussit enfin à s’enrôler dans la 2e Compagnie de renfort du Corps expéditionnaire canadien. Dinesen sert dans le 20e Bataillon de réserve avant d’être muté au 42e Bataillon (Royal Highlanders of Canada), aussi connu sous le nom de Black Watch of Canada.

Dans la nuit du 11 au 12 août 1918, le 42e Bataillon est envoyé en renfort auprès de l’ancienne ligne de front britannique dans le secteur de Parvillers, en France. La progression des Alliés est bloquée à cet endroit par la présence de fils barbelés impénétrables séparant les anciennes lignes britanniques et allemandes. L’objectif est de s’emparer de Parvillers en pilonnant le secteur et en capturant la tranchée allemande âprement défendue. Le 12 août, vers 10 h du matin, des hommes sont envoyés deux par deux et à intervalles irréguliers au point de départ situé du côté nord de la route Rouvroy-Fouquescourt, pour ne pas alerter l’ennemi. L’attaque est déjà bien lancée lorsque les Allemands tentent de barrer la route aux Canadiens. Au milieu de l’après-midi, sur un signal donné, les soldats canadiens s’engouffrent dans les tranchées ennemies, où ils rencontrent de la résistance. Les Allemands subissent de nombreuses pertes et les Canadiens capturent plusieurs mitrailleuses.

Copie noir et blanc d’un document textuel comprenant quatre paragraphes ainsi que le chiffre « 2 » inscrit à la main en haut de la page.

Annexe du journal de guerre du 42e Bataillon d’infanterie canadien décrivant l’offensive du 11 et du 12 août 1918, p. 26 (en anglais) (e001110175).

Ce sont les faits d’armes du soldat Dinesen durant l’offensive des Alliés connue sous le nom de bataille d’Amiens qui lui valent sa Croix de Victoria. Le dernier jour de la bataille, il brave seul de violentes contre-attaques allemandes et réduit au silence des mitrailleuses hostiles. Armé de sa baïonnette et de grenades, Dinesen se livre à des combats corps à corps et tue 12 soldats ennemis. Ses vaillants efforts pendant plus de dix heures permettent de reprendre plus de 1,5 kilomètre de tranchées allemandes ardemment défendues à Parvillers.

En reconnaissance de ses actes de bravoure, le gouvernement français décerne la Croix de Guerre à Dinesen. En novembre 1918, il est nommé officier et il se hissera plus tard au grade de lieutenant.

Photo noir et blanc de six soldats portant un casque, assis dans un large trou creusé dans la boue. Certains mangent, d’autres tiennent leur fusil faisant dos au photographe.

Des Canadiens se reposant dans un trou d’obus créé par leur propre artillerie, août 1918 (a002859).

Dinesen meurt à Leerbaek, au Danemark, le 10 mars 1979. Sa Croix de Victoria est exposée dans la salle Ashcroft du Musée impérial de la guerre (en anglais seulement).

Après la guerre, Dinesen rédige et publie plusieurs livres en danois, dont ses mémoires relatant ses tentatives d’enrôlement et les événements qui lui ont valu sa Croix de Victoria, No Man’s Land : En Dansker Med Canadierne Ved Vestfronten. En 1930, l’ouvrage est traduit en anglais : Merry Hell! : A Dane with the Canadians. Une copie de cette traduction anglaise peut être consultée sur place à Bibliothèque et Archives Canada.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant Thomas Dinesen.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public.

James Edward Tait, VC

Par John Morden 

Aujourd’hui, nous rendons hommage dans notre blogue au lieutenant James Edward Tait, récipiendaire de la Croix de Victoria pour les gestes de bravoure qu’il a posés sur le champ de bataille français il y a 100 ans, en août 1918.

Photo noir et blanc d’un officier portant un ceinturon-baudrier, les mains derrière le dos.

Lieutenant James Edward Tait, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date (a006775)

Né le 27 mai 1888 à Dumfries, en Écosse, James Edward Tait immigre plus tard à Winnipeg, au Manitoba. Avant la guerre, il est ingénieur civil et fait partie de la milice du 100e Régiment (Winnipeg Grenadiers). Il a déjà servi cinq ans dans l’Imperial Yeomanry, quatre ans dans un régiment d’éclaireurs et un an dans un escadron anonyme. Le 22 janvier 1916, il s’enrôle auprès du 100e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien. À l’hiver 1917, on le transfère au 78e Bataillon. Il sera blessé trois fois : le 1er avril et le 16 septembre 1917, ainsi que le 21 avril 1918. Il recevra la Médaille militaire le 16 août 1917.

Photo noir et blanc d’un groupe de soldats entourant un combattant ennemi récemment capturé.

Prisonnier allemand capturé par le 78e Bataillon lors d’un raid nocturne, mai 1918 (a002628)

Description manuscrite des conditions météo et des événements de la journée.

Journal de guerre du 78e Bataillon d’infanterie du Canada : page du 18 août 1917 décrivant la capture d’un soldat allemand par James Edward Tait. Tait est également mentionné dans l’entrée du 17 septembre (MIKAN 1883274)

Tait se mérite la Croix de Victoria à titre posthume pour ses actes de bravoure du 11 août 1918. À cette date, les Alliés ont déjà commencé l’offensive des Cent-Jours, leur dernier effort en vue de percer le front occidental. Le 8 août, premier jour de la bataille d’Amiens, les forces britanniques et canadiennes font des avancées considérables; les commandants allemands qualifieront d’ailleurs ce moment de « jour de deuil de l’armée allemande ».

Les jours suivants, la résistance allemande s’intensifie. L’unité de Tait affronte des positions ennemies réorganisées et solidifiées dans la forêt de Beaucourt, en France. C’est là que le 78e Bataillon est ralenti par des tirs de mitrailleuses. Tait continue de faire avancer ses hommes malgré les tirs nourris. Une mitrailleuse allemande empêchant toujours leur progression, il s’élance en sa direction, abat le mitrailleur et réussit à rassembler ses hommes. Son geste héroïque figure dans la London Gazette de septembre 1918 :

« Pour un acte de bravoure remarquable et pour son initiative à l’assaut. La progression de sa compagnie étant arrêtée par les tirs nourris des mitrailleuses, le lieutenant Tait rassemble sa compagnie et la fait avancer avec grande habileté et beaucoup d’audace, malgré la pluie de projectiles. Toutefois, une mitrailleuse ennemie embusquée continue de causer de lourdes pertes. S’emparant d’un fusil et d’une baïonnette, le lieutenant Tait charge, seul, et tue l’artilleur ennemi. Inspirés par son exemple, ses hommes attaquent la position allemande, saisissent 12 mitrailleuses et font 20 prisonniers. Ce courageux fait d’armes ouvre la voie à son bataillon, qui peut ainsi poursuivre sa route. » [Traduction]

Malheureusement, plus tard ce jour-là, un obus allemand inflige une blessure mortelle à Tait, qui continuera néanmoins de diriger ses hommes jusqu’à son dernier souffle. Tait est enterré au cimetière britannique Fouquescourt, près de la Somme, en France. Sa Croix de Victoria est aujourd’hui exposée au Musée Glenbow, à Calgary.

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du lieutenant James Edward Tait.


John Morden est étudiant émérite en histoire à l’Université Carleton et stagiaire à la Division des expositions et du contenu en ligne de Bibliothèque et Archives Canada.

Le chemin vers la paix : les cent jours du Canada

Par Emily Monks-Leeson

Après des années de guerre de tranchées statique, les Alliés ont pu, grâce à leur offensive des cent derniers jours de la Première Guerre mondiale, traverser la ligne de tranchées pour forcer les belligérants à combattre en terrain découvert. Une rapide série de victoires des Alliés a enfin permis de repousser les Allemands hors de la France, derrière la Ligne Hindenburg, menant à l’armistice du 11 novembre 1918.

À la suite de sa victoire à la crête de Vimy, le Corps canadien ne perd aucune autre opération offensive importante durant la Première Guerre mondiale. Les soldats, ayant mérité leur réputation de « troupes de choc », sont envoyés dans les combats les plus difficiles. Comme le premier ministre britannique David Lloyd George l’écrit plus tard dans ses mémoires : « Les Allemands se préparaient au pire dès l’arrivée du Corps canadien. » De fait, entre le 8 août et le 11 novembre 1918, les quatre divisions canadiennes, composées d’environ 100 000 hommes, mènent à la défaite ou au retrait de 47 divisions allemandes, soit le quart des forces de combat de l’Allemagne au front occidental. Les Canadiens se battent à Amiens, à Arras, à la Ligne Hindenburg, au Canal du Nord, à Bois de Bourlon, à Cambrai, à Denain et à Valenciennes. Ces batailles, qui jouent un rôle central dans la défaite de l’armée allemande, seront connues sous le nom des « cent jours du Canada ». Pendant le dernier mois de la guerre, du 10 au 11 novembre 1918, les troupes canadiennes poursuivent les forces allemandes sur plus de 70 kilomètres dans une série de combats prenant fin à Mons, en Belgique. L’emplacement de cette dernière bataille est hautement symbolique pour les Alliés. En effet, c’est à Mons que les Anglais ont combattu les Allemands pour la première fois le 23 août 1914.

Photo noir et blanc montrant un large groupe de soldats allemands rassemblés entre un village et une rivière ou un canal. Les bâtiments à l’arrière-plan sont en bonne partie détruits.

Des prisonniers allemands capturés par les Canadiens à la suite de la bataille d’Amiens, août 1918 (a002858)

Bien que le succès des Canadiens ait été largement reconnu, il a mené à des pertes importantes : 20 % des hommes canadiens tombés au combat ont perdu la vie au cours de ces 100 derniers jours. Les décès et les victoires sur le champ de bataille des cent jours du Canada sont honorés aux monuments commémoratifs de Le Quesnel, de Dury et de Bois de Bourlon. La libération de Mons par le Canada est soulignée par une plaque installée à l’hôtel de ville de Mons.

Photo noir et blanc de brancardiers et de personnel médical s’occupant de soldats blessés alors que d’autres soldats sont debout en arrière-plan.

Des blessés arrivent à une infirmerie de campagne canadienne, bataille d’Amiens, août 1918 (a002930)

Pendant les cent jours du Canada, trente soldats canadiens obtiennent la Croix de Victoria, décoration militaire la plus prestigieuse du Commonwealth reconnaissant la bravoure devant l’ennemi. La série Centenaire de la Première Guerre mondiale – hommage aux récipiendaires canadiens de la Croix de Victoria du blogue de Bibliothèque et Archives Canada rend hommage aux récipiendaires de la Croix de Victoria. Chacun d’entre eux sera honoré au cours des 100 prochains jours, soit jusqu’au 11 novembre, jour de l’Armistice.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.