Le sergent Hugh Cairns, VC

Par Ashley Dunk

Dans sa série de blogues sur les récipiendaires de la Croix de Victoria, Bibliothèque et Archives Canada souligne les actes d’héroïsme de soldats canadiens posés il y a exactement 100 ans sur un champ de bataille. Aujourd’hui, nous honorons le sergent Hugh Cairns, dernier soldat canadien de la Première Guerre mondiale à avoir reçu la Croix de Victoria, pour la bravoure dont il a fait preuve à Valenciennes, en France.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, assis.

Le sergent Hugh Cairns, récipiendaire de la Croix de Victoria, sans date (a006735)

Hugh Cairns naît à Ashington, une banlieue de Newcastle-upon-Tyne, en Angleterre, le 4 décembre 1896. Sa famille immigre au Canada et s’installe à Saskatoon, en Saskatchewan. Il est plombier lorsque la guerre éclate. Le 2 août 2015, il s’enrôle à Saskatoon, suivi neuf jours plus tard par son frère aîné Albert. Tous deux se joignent au 65e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien, lequel est intégré au 46e Bataillon le 30 juin 1916. Deux ans plus tard, soit le 10 septembre 1918, Albert succombe aux blessures qu’un obus lui a infligées à la tête.

Hugh Cairns sert en France, prouvant à plusieurs occasions sa détermination et sa résilience. Il est soldat quand il reçoit la Médaille de conduite distinguée le 25 août 1917. Il sera promu caporal à l’été 1918, puis sergent trois mois plus tard.

Photo noir et blanc d’un soldat en uniforme, dos à l’appareil photo, se tenant au milieu des décombres devant un bâtiment détruit. On aperçoit à gauche une charrette avec une grosse roue.

Un poste canadien à Valenciennes, novembre 1918 (a003355)

D’octobre à novembre 1918, les Canadiens poursuivent leur assaut sur les lignes allemandes. Malgré les efforts tenaces déployés par les Allemands pour protéger leurs lignes de retraite, les Alliés leur infligent de lourdes pertes, capturant des milliers de prisonniers et progressant de plusieurs dizaines de kilomètres. Le 1er novembre 1918, les Allemands s’accrochent à la ville de Valenciennes et conservent leur position de force près de Marly, une commune voisine.

L’attaque menée par la Compagnie A du 46e Bataillon afin de reprendre Valenciennes mise sur un assaut mené par un front de deux pelotons, avec l’appui d’un peloton de soutien dirigé par Cairns. Le barrage canadien est lancé à 5 h 15. Les pelotons avancent vers leur objectif, mais après 500 mètres, ils sont assaillis par les tirs nourris de mitrailleuses sur leur flanc gauche. Ils poursuivent néanmoins leur avancée, écrasant la résistance des mitrailleuses allemandes, faisant des prisonniers et capturant des armes.

Photo noir et blanc de bâtiments en ruines dont les murs sont criblés de trous. Le sol est couvert de débris, de boue et de roches. Quatre soldats, de dos, s’éloignent de l’objectif après avoir traversé un pont improvisé fait de débris.

Des Canadiens pénètrent Valenciennes en franchissant un pont improvisé, novembre 1918 (a003376)

Alors que la Compagnie progresse pas à pas, elle est soudainement immobilisée par les tirs intenses d’une mitrailleuse. Bravant le feu ennemi, Cairns et d’autres soldats la contournent. Ils rampent jusqu’à la batterie, protégés par leurs propres mitrailleurs, et capturent trois canons de campagne, un mortier de tranchée, sept mitrailleuses et plus de 50 prisonniers. Cairns et ses hommes se dirigent ensuite vers la voie ferrée pour s’en emparer et y établir une position.

Cairns part ensuite inspecter une usine située à proximité. Un soldat allemand, armé d’un fusil automatique, ouvre alors le feu en sa direction. Cairns riposte avec sa mitrailleuse Lewis : il s’élance vers l’ennemi et tire, tuant et blessant de nombreux Allemands qui se dirigeaient vers une cour avoisinante.

Photo noir et blanc d’une gare à l’architecture ouvragée, mais maintenant affaissée, avec des fenêtres brisées et des murs manquants. Le sol, séparé diagonalement par des rails, inondé et encombré de planches et de débris.

La gare inondée de Valenciennes, novembre 1918 (a003452)

Puis, en patrouille dans Marly, Cairns et un autre soldat débusquent 50 Allemands dans une cour et les font prisonniers. Alors qu’ils leur confisquent leurs armes, un officier allemand s’empare de son pistolet et tire sur Cairns, l’atteignant en plein ventre. Cairns ouvre le feu à son tour, tuant ou blessant une trentaine d’Allemands. La riposte ne se fait pas attendre : les autres soldats s’élancent vers Cairns en ouvrant le feu. Cairns est atteint au poignet, mais continue malgré tout à manier sa mitrailleuse Lewis. Une autre balle lui arrache presque la main et détruit son arme. Cairns lance alors sa mitrailleuse, maintenant inutile, au visage d’un soldat allemand qui tirait sur lui, le faisant tomber. Avec le peu de force qui lui reste, il titube jusqu’à une entrée, où il s’effondre avant d’être transporté en lieu sûr par ses

Photo noir et blanc d’un groupe de personnes se tenant devant un bâtiment dont la porte est ouverte. Des femmes portant de grandes coiffes blanches serrent la main de soldats en uniforme. De chaque côté, des groupes d’hommes et de femmes en habits civils sourient en regardant l’objectif. À l’arrière, quelqu’un tient un drapeau de la France.

Des religieuses et des civils français de Valenciennes accueillent les premiers Canadiens qui entrent dans la ville, novembre 1918 (a003578)

L’héroïsme et l’abnégation dont Cairns a fait preuve sont relatés à de multiples reprises dans les journaux de guerre du 46e Bataillon de novembre 1918 (pp. 21, 22, 23). Cairns fait partie des nombreux hommes dont les actes courageux posés à Valenciennes ont été reconnus. Grâce à lui, sa Compagnie a pu atteindre ses objectifs : au terme de cette journée de combats, le Corps canadien a capturé environ 1800 soldats allemands et en a tué plus de 800. Les pertes du côté des Canadiens se chiffrent à 80 hommes décédés (dont Cairns) et à environ 300 soldats blessés.

Photo noir et blanc d’une femme vêtue d’un chemisier blanc, embrassant sur la joue un soldat en uniforme qu’elle tient dans ses bras.

Femme française embrassant un soldat canadien après que les troupes aient chassé les Allemands de Valenciennes, novembre 1918 (a003451)

Cairns succombe à ses blessures le 2 novembre 1918 et reçoit la Croix de Victoria à titre posthume. Il est enterré au cimetière britannique d’Auberchicourt, dans le nord de la France.

L’histoire a retenu le nom et la bravoure de Cairns. En son honneur, la ville de Valenciennes a rebaptisé l’une de ses rues principales « avenue du Sergent Cairns », organisant une cérémonie civile le 25 juillet 1936, cérémonie à laquelle les parents de Cairns ont assisté. On retrouve également à Saskatoon l’école primaire Hugh Cairns V.C., ainsi que le manège militaire Sergeant Hugh Cairns VC (le manège du 35e Régiment du génie de combat).

La Croix de Victoria décernée à Hugh Cairns est exposée au Musée canadien de la guerre, à Ottawa (Ontario).

Bibliothèque et Archives Canada conserve le dossier de service numérisé du sergent Hugh Cairns.


Ashley Dunk est assistante de projet à la Division du contenu en ligne de la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.