Travail et parentalité? Ce n’est rien de nouveau, nous avons seulement perdu la main!

Par Krista Cooke

Photographie noir et blanc de deux femmes assises sur des bancs dans une cabane en bois rond. Elles travaillent à un grand métier à tisser, pendant qu’un jeune enfant s’occupe d’un bébé couché dans un berceau à leurs côtés.

Deux femmes travaillent sur un métier à tisser à côté d’un enfant qui amuse un bébé, Cap-à-l’Aigle (Québec), vers 1910. (a040744)

Partout dans le monde, la « parentalité en temps de pandémie » cause pour les familles un stress s’ajoutant à celui occasionné par la crise sanitaire mondiale. Cette période est difficile pour tout le monde, même pour ceux et celles qui ont la chance de pouvoir prendre congé ou d’avoir accès à des sources de revenu d’urgence. Le stress associé à la parentalité est considérable en ce moment pour les travailleurs des services d’urgence, les chefs de familles monoparentales, les personnes vivant dans des espaces restreints ou dans la pauvreté, ou les familles touchées par des problèmes de violence domestique ou de santé mentale. Pour d’autres familles, comme la mienne, les derniers mois ont aussi été corsés : il n’est pas toujours facile pour deux parents en télétravail de s’occuper de jeunes enfants, avec tout ce que ça implique d’attention, d’école à la maison, de ménage, de repas et de divertissement.

La blogosphère regorge de capsules vidéo maison et de réflexions personnelles — tour à tour hilarantes ou désolantes — à propos de la parentalité au temps de la COVID-19. En tant que mère, j’ai appris d’autres parents : j’ai adopté un nouveau quotidien, j’ai remercié la bonne étoile de notre famille et je me suis efforcée de prendre la vie une journée à la fois. En tant qu’historienne, j’ai saisi cette occasion pour analyser notre passé et étudier la vie des femmes figurant dans les photographies des collections de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Comment les familles s’y prenaient-elles autrefois? Comment en sommes-nous arrivés là? Qu’est-ce qui nous attend? Les statistiques colligées au début de la pandémie indiquent qu’au Canada, les pertes d’emploi s’additionnaient deux fois plus vite chez les femmes que chez les hommes (en anglais). Plus récemment, Statistique Canada a noté que la reprise de l’économie s’effectuait beaucoup plus rapidement dans les secteurs principalement masculins. Sur la toile, les hypothèses pullulent quant aux conséquences qu’aura cette pandémie sur la place des femmes dans le marché du travail. Comment aller « en avant toutes » (idée défendue par Sheryl Sandberg, auteure étatsunienne à succès) si nous ne pouvons compter sur les services de garde à l’enfance, à l’heure où la majorité d’entre nous passons nos journées à jouer à l’équilibriste, un portable dans une main et un cahier à colorier dans l’autre?

Les générations précédentes de Canadiennes ont très bien connu les nombreuses facettes de cette conciliation. Avant le développement industriel, la majorité des femmes conciliaient leurs responsabilités familiales et le travail à la maison (rémunéré ou non), contribuant comme elles pouvaient à l’économie du ménage. Chez les Autochtones, c’est toute la communauté qui s’occupait des enfants pendant que les jeunes mères confectionnaient des vêtements ou préparaient des aliments. Les pionnières, de leur côté, gagnaient de l’argent depuis la maison en offrant des produits frais ou artisanaux aux marchés, ou en proposant leurs services de couturière ou de buandière. Les pères de famille travaillaient de longues heures sur la terre ou dans des centres urbains en plein essor, ou occupaient des emplois saisonniers loin de la maison. Les mères de famille faisaient de leur mieux avec leurs enfants sur les bras. Il était de coutume de se marier jeune et de fonder une grande famille (les sondages de Statistique Canada indiquent qu’au milieu des années 1800, la famille canadienne moyenne comptait six enfants). On attendait des enfants qu’ils contribuent dès leur jeune âge aux travaux de la maison et de la ferme, qu’ils s’occupent de leurs jeunes frères et sœurs et qu’ils arrêtent l’école assez tôt dans leur vie pour soutenir financièrement leur famille.

: Photographie noir et blanc de quatre femmes travaillant sur la chaîne de production d’une conserverie de poisson. Deux d’entre elles ont leur bébé attaché sur leur dos dans une écharpe. Un enfant est assis dans une poussette derrière elles.

Des Japonaises travaillant dans une conserverie de poisson avec leur bébé Japonais Canadien   attaché sur leur dos, Steveston (Colombie-Britannique), 1913. (Vancouver Public Library, no 2071)

L’industrialisation donne naissance à la production en série et crée pour les femmes de nouvelles possibilités d’emploi. Les citadines de la classe ouvrière se joignent aux effectifs jusqu’alors masculins des usines, particulièrement dans les domaines du textile et de la transformation alimentaire. Au cours des années 1800, le nombre de femmes dans la population active augmente graduellement pour atteindre 13 % de la main-d’œuvre totale du pays en 1901. Les femmes dont la famille en ont les moyens ne travaillent pas en usine après leur mariage ou avant que leurs enfants grandissent; elles se consacrent plutôt à du travail à la maison pour gagner de l’argent, comme l’ouvrage à l’aiguille. Pour celles qui sont contraintes de garder leur emploi en manufacture, la garde des enfants est confiée à la famille élargie. De nombreuses mères confient ainsi leurs petits à leurs autres enfants plus âgés, ou encore à des aînés de leur famille. Celles qui n’ont d’autres choix emmènent leurs enfants au travail avec elles. Les Japonaises de la photo ci-dessus, issues de la première vague d’immigrants venus du Japon, ne pouvaient compter sur leur mère ou leurs tantes pour recevoir ce coup de main.

Photographie noir et blanc d’une mère saluant ses deux jeunes enfants, qui tiennent la main de leur éducatrice. La garderie semble être située sur un terrain clôturé, dans un quartier résidentiel. À l’arrière-plan figure un module avec des balançoires.

Mme Jack Wright, ouvrière aux munitions, dit au revoir à ses enfants, qu’elle laisse à la garderie, Toronto, 1943. (e000761764)

Les deux guerres mondiales (1914-1918 et 1939-1945) redéfinissent la présence féminine sur le marché du travail, les femmes de la classe moyenne se joignant alors aux travailleuses de la classe ouvrière dans des milieux jusque-là dominés par les hommes. La lutte pour le droit de vote des femmes et leur accession aux universités canadiennes au début du siècle dernier contribuent à accroître graduellement le nombre de femmes sur le marché du travail, une tendance qui s’accentue durant les années de guerre. Les postes d’enseignement, de soins infirmiers et de secrétariat sont donc vite principalement occupés par des femmes jeunes ou célibataires. Quelques-unes s’intègrent même aux domaines du journalisme, de la médecine et des sciences. La Deuxième Guerre mondiale provoque une pénurie criante de main-d’œuvre, tandis que les hommes s’engagent dans l’armée et que l’économie se prépare aux effets de la guerre. Les employeurs et les gouvernements n’ont d’autre choix que de régler le problème des garderies pour permettre aux femmes d’occuper les postes vacants et de participer en grand nombre à l’effort de guerre. Le nombre de travailleuses double de 1939 à 1942 et en vient à représenter le tiers de la main-d’œuvre du pays. Le gouvernement du Canada met donc en place un programme de garderie dans huit villes industrielles pour soutenir les mères à l’emploi. Le film de 1943 Before They Are Six (en anglais), conservé dans les archives de BAC et accessible sur le site Web de l’Office national du film, en fait la promotion. Selon l’historienne Lisa Pasolli, de 1942 à 1946, ce sont un peu plus de 4 000 enfants (en anglais) qui fréquentent ces garderies situées surtout en Ontario et au Québec, où se trouvent la majorité des grandes manufactures. Quelque 2 500 autres enfants sont inscrits à des programmes de dîners chauds et de service de garde en milieu scolaire. Madame Jack Wright, qui figure sur la photo ci-dessus et dans une série d’images produites par la Commission d’information en temps de guerre et conservées par BAC, est devenue la mère travailleuse en temps de guerre la plus connue du Canada. Ces photographies témoignent de l’équilibre — facilité par le programme de garderies — entre son travail et ses responsabilités familiales, soit nourrir et élever ses enfants. Par contre, la majorité des Canadiennes n’ont alors pas accès à ce service et doivent continuer à s’organiser de manière informelle ou à travailler de la maison.

Ce programme prend fin au terme de la Deuxième Guerre mondiale. Les journaux et les revues de l’époque exhortent les femmes de la classe moyenne à retourner à la maison pour préparer le retour de leur mari. Les circonstances exceptionnelles de la période de la guerre — au cours de laquelle les garderies sont une priorité pour le gouvernement fédéral — ont changé, et il faudra attendre des décennies avant de revoir des services de garde subventionnés offerts à grande échelle. Au cours des années 1950, les services de garde variaient d’une région à l’autre, et souvent aussi selon les classes sociales. Les recherches sur les garderies (en anglais) de l’historien Larry Prochner montrent que des éducatrices professionnelles s’occupent des enfants de familles aisées, tandis que de nombreuses garderies s’en tiennent au modèle classique et offrent un service de garde comme solution temporaire aux familles à faible revenu. Lancé en 1966, le Régime d’assistance publique du Canada ramène les garderies à l’attention du gouvernement fédéral, qui entreprend alors d’apporter un soutien constant à ce système vu l’augmentation rapide du nombre de femmes qui intègrent le marché du travail.

Un père fait manger son enfant, qui est assis dans une chaise haute, dans la cuisine. La bouche ouverte, il imite son enfant.

Photo publiée dans une revue montrant un père qui aide son enfant à manger, Star Weekly, 1960. (e010692838)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce aux mouvements de femmes des années 1960 (que certains appellent la seconde vague du féminisme), les femmes prennent une place grandissante sur le marché du travail. Le nombre de travailleuses avoisine alors celui enregistré en temps de guerre (en anglais). Étant donné l’augmentation du nombre de mères à l’emploi, les tâches ménagères et les responsabilités familiales sont désormais partagées entre les deux parents. Les pères, dont les tâches se résumaient auparavant à s’occuper du barbecue et à tondre la pelouse la fin de semaine, participent de plus en plus à l’éducation des enfants, à la préparation des repas et aux tâches ménagères. Si la photo du Star Weekly peut sembler exceptionnelle en 1960, la plupart des pères connaissent bien de nos jours les subtilités de la purée pour bébé. Même si les Canadiens consacrent encore en moyenne moins de temps aux tâches ménagères que les Canadiennes (Statistique Canada fait état d’une différence de 1,5 h par jour), les pères d’aujourd’hui sont beaucoup plus susceptibles que les pères des baby-boomers, par exemple, de participer à la vie familiale. Le modèle de la famille nucléaire des années 1950, où le mari travaille et où l’épouse reste au foyer, est maintenant assez rare. Selon ce même rapport de Statistique Canada, près de 60 % des familles du Canada peuvent aujourd’hui compter sur deux salaires, alors que cette proportion était inférieure à 40 % en 1976. Durant ce même intervalle, le nombre de ménages monoparentaux a presque doublé. Bon nombre de modèles familiaux (ménages monoparentaux, ceux où les deux adultes travaillent, coparentalité, etc.) reposent sur la fiabilité des services de garde. Dans la majorité des familles canadiennes, les deux parents travaillent à temps plein. Ainsi, les garderies, les écoles, les camps de jour et les services de garde en milieu scolaire sont devenus essentiels. Les photos du ministère de la Main-d’œuvre et de l’Immigration conservées par BAC, qui comprennent des dizaines d’images captées dans des garderies et des écoles maternelles, témoignent de l’importance grandissante accordée à l’éducation de la petite enfance. Dans le sillage de la pandémie de la COVID-19, il est probable que l’on assiste à de nouvelles discussions quant au rôle essentiel que jouent ces établissements dans l’économie du Canada.

Photographie couleur de deux jeunes enfants de dos, assis à une table dans un espace encombré. Ils jouent à travailler en tapant sur des « ordinateurs » bricolés en carton et en parlant dans un téléphone en plastique.

Deux jeunes enfants en plein « télétravail », Gatineau, Québec, mars 2020

Les familles qui trouvent interminable l’été sans camp de jour et qui s’inquiètent à l’idée d’une année scolaire marquée d’incertitudes, se demandent combien de temps la « parentalité en temps de pandémie » peut encore durer. Seul le temps nous dira si, à mesure qu’évolue la pandémie, l’écart entre l’emploi des femmes et des hommes continue de se creuser, et si les familles sont contraintes à choisir lequel des deux parents restera à la maison pour s’occuper des enfants. Dans un récent sondage de Statistique Canada, on a examiné les conséquences de la pandémie sur les familles afin de trouver des façons de soutenir les personnes qui en ont le plus besoin. Comme pour beaucoup d’autres choses dans le contexte actuel, il semble y avoir autant de solutions pour la garde d’enfants qu’il y a de circonstances familiales. Je n’apporte aujourd’hui aucune réponse, je souligne simplement que cette conciliation n’est pas nouvelle. La coparentalité communautaire des enfants, la mobilisation rapide d’un réseau de garderies que l’on a vu naître à l’époque de la guerre en raison d’une crise nationale, la participation de plus en plus importante des pères à la vie familiale, l’ouverture des employeurs aux horaires flexibles et l’existence de nouvelles technologies permettant le télétravail : voilà autant de modèles qui peuvent alimenter notre réflexion tout au long de l’été, et même après.


Krista Cooke est conservatrice dans l’équipe des expositions à Bibliothèque et Archives Canada.

L’épidémie de grippe espagnole de 1918

Par Marcelle Cinq-Mars

À la fin de la Première Guerre mondiale, au moment où les troupes canadiennes participent aux cent jours du Canada, un nouvel ennemi – encore plus coriace que l’Allemagne du kaiser – s’attaque aux soldats et aux civils, faisant fi des frontières.

En quelques mois à peine, l’épidémie de grippe de 1918 s’étend à pratiquement toute la planète, prenant ainsi les proportions d’une pandémie. On l’appelle « grippe espagnole » car les journaux espagnols, non restreints par la censure en temps de guerre, sont les premiers à rapporter publiquement les signes de l’épidémie en Europe.

Les historiens ne s’entendent pas sur le lieu d’origine exact de la grippe de 1918. Ils s’accordent cependant pour dire que la contagion fulgurante du fléau est alors amplifiée par la présence d’un très grand nombre de soldats dans les camps militaires, lieux qui deviennent ainsi des foyers par excellence d’incubation du virus. Le retour des soldats dans leur pays d’origine intensifie la propagation de la grippe.

Le Canada connaît ses premiers cas graves de grippe vers la fin de l’été 1918, alors que la Première Guerre mondiale fait encore rage. Les autorités portuaires d’Halifax et de Québec, où accostent les navires ramenant les blessés et les malades, notent les premiers cas et avertissent les autorités sanitaires fédérales de la situation.

Rapidement, les autorités fédérales procèdent à l’examen médical des passagers des navires en provenance d’Europe et imposent la quarantaine à ceux sur lesquels on trouvait des cas de grippe. En gros, ils prennent alors les mêmes mesures sanitaires que celles mises en place au 19e siècle lors des épidémies de choléra. Mais les navires à voile ont fait place aux transatlantiques remplis de milliers de soldats partant vers le front ou en revenant. Les quatre stations de quarantaine du Canada ne suffisent donc pas à freiner l’épidémie, malgré tous les efforts des médecins qui tentent de la contenir.

Dès l’automne 1918, la grippe se répand dans la population comme une traînée de poudre. Les hôpitaux débordent bientôt et peuvent difficilement recevoir plus de patients. Beaucoup de personnes sont donc soignées à la maison ou dans des installations de fortune, comme des hôpitaux militaires mobiles. Le personnel médical, débordé, est également touché par la grippe. Ainsi, ce sont souvent les
parents ou les amis qui doivent prendre soin des malades, ce qui n’aide pas à enrayer la contagion.

Croquis montrant les différentes composantes d’un hôpital mobile.

Plan d’un hôpital mobile proposé par la firme I. H. Bogart & Son de Boston, aux États-Unis. RG29 vol. 300 (e011165378-045)

Mais bientôt, le nombre de morts augmente si rapidement qu’il y a même une liste d’attente pour… les inhumations au cimetière. Partout au pays, les autorités sanitaires mettent en place des règlements pour tenter de freiner la propagation de la terrible grippe. Les écoles, les salles de spectacle et les cinémas, les bibliothèques, bref, presque tous les lieux publics – et parfois même les églises – ferment leurs portes. Beaucoup de personnes portent un masque pour tenter de se protéger, et ceux qui osent cracher sont vertement réprimandés. Car bien qu’on ne puisse stopper l’épidémie, on sait déjà que c’est une grippe et que le virus se propage dans l’air pour se transmettre d’un individu à un autre.

Photo noir et blanc montrant trois hommes portant des masques hygiéniques.

Hommes portant un masque durant l’épidémie de grippe espagnole. (a025025)

Foudroyante, la grippe s’attaque aux personnes dans la fleur de l’âge : elle provoque une importante poussée de fièvre qui affaiblit le système immunitaire et diminue les résistances naturelles du corps. La majorité des décès surviennent à la suite de complications, notamment la pneumonie.

Des soldats revenus au pays après la fin de la guerre trouvent leur famille décimée. C’est le cas du soldat Arthur-Joseph Lapointe, le père de Jean Lapointe, sénateur à la retraite. Dans ses mémoires intitulés Souvenirs et impressions de ma vie de soldat, 1916-1919, il raconte son retour à la maison, où son père, dont le visage s’est infiniment assombri, l’attend avec une bien triste nouvelle :

« Nous n’avons pas voulu te faire connaître toute l’étendue du malheur qui nous a frappés, car nous ignorions quand tu pourrais nous revenir et cela t’aurait rendu la vie trop pénible. La terrible épidémie de grippe t’a enlevé trois frères et deux sœurs dans l’espace de neuf jours. »

Après plusieurs mois tragiques, on dénombre les victimes : la grippe espagnole a fait plus de 20 millions de morts dans le monde, dont 50 000 au Canada – presque autant que pendant les quatre années de combat de la Première Guerre mondiale.

On reproche amplement aux autorités sanitaires fédérales l’application de mesures de quarantaine désuètes et inadéquates, ainsi que le manque de vision et de leadership. Après avoir dressé le bilan d’une intervention inefficace lors de la pandémie de grippe, le gouvernement fédéral crée le ministère de la Santé en 1919.

Des documents témoins de cette tragédie se trouvent à Bibliothèque et Archives Canada, qui s’en est inspiré pour créer un guide thématique consacré à l’épidémie de grippe espagnole.


Marcelle Cinq-Mars est archiviste principale des affaires militaires, Archives gouvernementales, Bibliothèque et Archives Canada.