Notre bloc de données fait peau neuve!

Par Tyler Ostapyk

En feuilletant un livre, avez-vous déjà remarqué, au verso de la page de titre, un bloc de texte commençant par « Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada »? C’est ce que nous appelons, à Bibliothèque et Archives Canada, le bloc de données CIP (de l’anglais Cataloguing in Publication, ou catalogage avant publication).

Notre bloc de données CIP a désormais un nouveau format! Voyez en quoi consiste exactement ce bloc, et ce que les changements signifient.

Qu’est-ce que le bloc de données CIP?

Avant l’avènement des catalogues en ligne, des bases de données électroniques et des métadonnées intégrées, comment les usagers pouvaient-ils trouver les titres qu’ils cherchaient? Grâce aux fiches catalographiques que consignaient les bibliothèques, et qui contenaient pour chaque ouvrage des renseignements détaillés.

Fiche catalographique (notice bibliographique originale)

Fiche catalographique d’un mémoire préparé par l’Université de Moncton, présentant des renseignements détaillés sur l’ouvrage. Le nom de l’université figure au haut de la fiche, suivi du titre du mémoire et d’autres informations (dont la date de publication). Plus bas, on peut lire les vedettes-matières pertinentes. La cote de l’ouvrage apparaît dans le coin supérieur gauche de la fiche.

Fiche catalographique d’un mémoire préparé par l’Université de Moncton.

Pour aider les bibliothèques à consigner ces renseignements, le Programme de CIP de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) produit des blocs de données CIP, qui apparaissent dans les publications canadiennes, au verso de la page de titre. Ces notices bibliographiques sont créées avant même la publication d’un ouvrage. En demandant aux éditeurs de les inclure dans leurs livres, BAC s’assure qu’elles se trouvent littéralement entre les mains de toute personne accédant à l’ouvrage dès sa publication.

Catalogue sur fiches (base de données bibliographiques originale)

Catalogue sur fiches en bois brun, dont l’un des tiroirs est ouvert. Le tiroir contient plusieurs fiches catalographiques. Sur l’une d’elles, on peut lire le nom et l’année de naissance d’un auteur (Bishun, Cyril, 1922–).

Tiroir d’un des nombreux catalogues sur fiches de Bibliothèque et Archives Canada.

De nos jours, le bloc de données CIP sert toujours de marqueur visuel signalant l’existence d’une notice bibliographique à BAC. Les bibliothèques se basent sur celui-ci pour reproduire les informations dans leur propre catalogue.

Ainsi, le bloc de données CIP continue d’aider les bibliothèques à classer et à cataloguer rapidement leurs documents, puis à les rendre accessibles aux usagers dans de brefs délais.

Pourquoi modifier le bloc de données?

Depuis que les bibliothèques ont délaissé les catalogues sur fiches au profit des bases de données électroniques, le bloc de données n’avait pas changé, conservant le format original des fiches catalographiques.

Ancien bloc de données CIP (fort semblable à la fiche catalographique ci-dessus, non?)

Verso de la page de titre de l’ouvrage Les fondements de la culture, le pouvoir de l’art, présentant de nombreux renseignements sur l’ouvrage, dont sa date de publication et son numéro ISBN. Les commanditaires du livre (dont le Conseil des arts du Canada) y sont nommés, et quelques mots de reconnaissance leur sont adressés. Au bas, on voit le bloc de données CIP disposé selon l’ancien format, commençant par « Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada ». Juste au-dessous, on retrouve le nom de l’auteur et son titre. Encore plus bas apparaissent des notes et deux numéros ISBN, le tout suivi d’un paragraphe contenant quatre vedettes-matières. La dernière ligne met en évidence les indices de classification LC et Dewey, de même que deux numéros de contrôle Canadiana.

Bloc de données CIP tel qu’il apparaît au verso de la page de titre de l’ouvrage Les fondements de la culture, le pouvoir de l’art.

Pour s’adapter aux nouvelles réalités technologiques, BAC a donc emboîté le pas à la Bibliothèque du Congrès en concevant un bloc de données qui convient mieux à l’environnement documentaire d’aujourd’hui.

À quoi ressemble le nouveau bloc de données?

Comme la Bibliothèque du Congrès, BAC a opté pour une présentation avec étiquettes, plus conviviale. Les renseignements y sont regroupés par catégories, d’une façon qui est familière au public et qui ressemble à celle utilisée par les ressources documentaires populaires en ligne.

Nouveau bloc de données CIP

Bloc de données CIP présenté selon le nouveau format, et reprenant les données de catalogage créées pour l’ouvrage Les fondements de la culture, le pouvoir de l’art. La mention « Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada » figure au haut. En dessous, chaque section du bloc de données est identifiée par une étiquette accompagnée de renseignements précis sur l’ouvrage. Les étiquettes sont présentées dans l’ordre suivant : Titre, Noms, Description, Identifiants, Vedettes-matière et Classification.

Bloc de données CIP présenté selon le nouveau format.

L’équipe du Programme de CIP de Bibliothèque et Archives Canada a bien hâte de faire découvrir ce nouveau bloc de données aux lecteurs et aux bibliothèques du monde entier. Gardez l’œil ouvert : il fera bientôt son apparition dans vos livres!

Vous voulez en savoir plus?

Lisez la description détaillée du nouveau bloc de données dans la section Catalogage avant publication du site Web de BAC.

Vous voulez en voir plus?

Vous avez des questions?


Tyler Ostapyk est bibliothécaire au catalogage à Bibliothèque et Archives Canada.

Coup d’œil au travail accompli en coulisses par le bibliothécaire au catalogage

Arouce Wasty

Octobre, le Mois des bibliothèques, est une occasion de célébrer celles-ci et le travail accompli par les bibliothécaires, les bibliotechniciens et les autres employés afin que tout le monde puisse accéder aux connaissances et aux ressources documentaires qui s’y trouvent. Dans l’esprit de ce mois, penchons-nous sur un aspect des bibliothèques que les usagers et le personnel ne voient habituellement pas : le travail effectué en coulisses par le bibliothécaire au catalogage.

Photographie en noir et blanc de deux femmes dans une bibliothèque. L’une examine un catalogue sur fiches et l’autre tient un livre et regarde l’autre femme travailler.

Image de bibliothécaires s’occupant de livres, mars 1941. (MIKAN 3571070)

Vous verrez rarement, voire jamais, un bibliothécaire au catalogage au service de référence de votre bibliothèque locale. Souvent, il travaille dans un autre immeuble, un endroit où il y a autant de livres, sinon plus, qu’à la bibliothèque! Avec l’aide de techniciens au catalogage, il prépare les diverses ressources (livres, CD, DVD, jeux vidéo) à placer à la bibliothèque principale. De plus, le bibliothécaire et les techniciens au catalogage entrent les renseignements bibliographiques de ces articles dans le système informatique de la bibliothèque. Le catalogage vise principalement à saisir des renseignements bibliographiques exacts sur un article, ce qui le rend facile à trouver dans le catalogue de la bibliothèque.

Cela semble assez simple, pas vrai? En réalité, le catalogage peut s’avérer plutôt complexe. Il se compose essentiellement de deux étapes : le catalogage descriptif et l’analyse documentaire.

Le catalogage descriptif consiste à trouver et à entrer les renseignements décrivant l’article conformément aux normes de catalogage. Les données descriptives comprennent des renseignements comme le nom de l’auteur, le titre, le nom de l’éditeur, le nombre de pages et le type de fichier. Ces renseignements sont entrés dans la notice bibliographique de l’article.

Vient ensuite l’analyse documentaire de l’article. Le bibliothécaire au catalogage établit alors le sujet principal de l’article. C’est là que les choses deviennent assez compliquées. Même si le bibliothécaire au catalogage établit le sujet de l’article, il doit se servir d’outils comme les vedettes-matières de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress Subject Headings ou LCSH) ou les vedettes-matières canadiennes (Canadian Subject Headings) pour trouver les termes ou les vedettes-matière appropriés qui sont liés au sujet. Par exemple, pour un livre sur les voitures, la vedette-matière appropriée, selon la LCSH, serait « automobiles » et non « voitures ». Il arrive parfois que des termes multiples soient groupés pour créer une vedette-matière. Par exemple, la vedette-matière d’un livre sur les conditions sociales dans les pays africains, dans les années 1990, serait probablement « Afrique – conditions sociales – 20e siècle ». Certains articles ont de multiples vedettes-matières pour couvrir la gamme des sujets principaux touchés ou tous les aspects du sujet.

Un autre élément de l’analyse documentaire est l’assignation d’une cote à l’article. Une cote regroupe l’article avec d’autres sur le même sujet. Il se peut que vous connaissiez le système décimal Dewey utilisé dans les bibliothèques publiques; les bibliothèques universitaires utilisent le système de classification de la Bibliothèque du Congrès. Un bibliothécaire au catalogage assigne un de ces types de cotes ou les deux à un article. Les cotes et les vedettes-matières sont aussi entrées dans la notice bibliographique.

Copie écran en couleurs d’une entrée de catalogue fournissant les données descriptives et les données analytiques.

Figure 1 : Exemple de notice bibliographique

Rappelez-vous que le catalogage ne concerne pas seulement la description d’un article ou l’établissement de son sujet. Il vise principalement à permettre aux usagers de la bibliothèque de trouver des articles dans le catalogue de la bibliothèque et d’y accéder. Grâce au catalogage descriptif, les usagers les trouvent en cherchant par mot-clé et en utilisant les options de recherche avancée, comme le titre et l’auteur. L’analyse documentaire permet aux usagers de trouver des articles sur un sujet précis en cherchant par sujet dans le catalogue de leur bibliothèque locale. Et, bien sûr, grâce aux cotes, les usagers trouvent les articles sur les tablettes de la bibliothèque.

Il s’agit juste d’un aperçu du travail accompli par les bibliothécaires et les techniciens au catalogage. Même si vous ne les rencontrerez peut-être jamais, le travail qu’ils effectuent a une grande incidence sur le fonctionnement d’une bibliothèque et l’expérience des usagers de celle-ci.


Arouce Wasty est bibliothécaire au catalogage, Division de la description, Direction générale du patrimoine publié.

Publications du gouvernement du Canada : à vos MARC… Prêts… Partez!

Un nouveau service de notices bibliographiques en format MARC 21 de Bibliothèque et Archives Canada pour les bibliothèques canadiennes

Chaque année, le gouvernement du Canada produit de nombreuses publications – notamment des rapports de recherche, des comptes rendus de conférences et plus encore. Beaucoup de ces publications sont disponibles au moyen du Programme des services de dépôt (PSD) du gouvernement du Canada, géré par Services publics et Approvisionnement Canada. Le PSD rassemble les publications du gouvernement fédéral et les distribue chaque année aux bibliothèques canadiennes depuis 1927. En raison de la transition des documents imprimés aux publications numériques, le PSD est maintenant un service en ligne centralisé de distribution hebdomadaire qui permet d’accéder aux publications électroniques du gouvernement.

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le mandat législatif « d’être le dépositaire permanent des publications des institutions fédérales » (Loi sur la Bibliothèque et les Archives du Canada, L.C. 2004, chapitre 11). Nous acquérons des milliers de publications du gouvernement fédéral en différents formats par divers moyens, tels que le PSD, les dons et les cadeaux.

De plus en plus, les publications du gouvernement du Canada sont disponibles en format électronique. Par conséquent, leur catalogage efficace, précis et opportun est encore plus nécessaire qu’avant pour y avoir accès et les découvrir. Cela est vrai non seulement pour BAC et ses visiteurs, mais aussi pour les bibliothèques canadiennes et leurs usagers.

Photo en noir et blanc d’une jeune femme en uniforme donnant une grande pile de livres à un marin. Ils sont debout sur le pont d’un bateau et le havre figure en arrière-plan.

La membre principale du Service féminin de la Marine royale du Canada, Ruth Church, apportant des livres au matelot qualifié Bill Swetman du NCSM PETROLIA, à Londonderry, en Irlande du Nord, en novembre 1944 (MIKAN 3519918)

L’équipe de catalogage des Publications gouvernementales de BAC produit des notices bibliographiques de grande qualité pour des publications provenant des listes d’acquisitions hebdomadaires du PSD. Visitez la page Web sur les notices bibliographiques de BAC pour les publications du gouvernement du Canada en format MARC 21 afin d’avoir accès à ces notices.

Téléchargez les notices bibliographiques en format MARC 21 de BAC en trois étapes simples :

Une capture d'écran de la page Web sur les notices bibliographiques de BAC pour les publications du gouvernement du Canada en format MARC 21.

Capture d’écran de la page Web sur les notices bibliographiques de BAC pour les publications du gouvernement du Canada en format MARC 21.

À vos MARC…

Cliquez simplement sur l’année de votre choix et vous serez dirigé vers des liens hebdomadaires.

Capture d'écran d'une page Web intitulée « Notices bibliographiques de BAC en format MARC 21 ». En dessous, il y a des liens hebdomadaires : Semaine 1 (Le 6 janvier 2017), Semaine 2 (Le 13 janvier 2017), etc.

Capture d’écran d’une page présentant des liens aux lots de notices bibliographiques pour les listes de publications PSD de 2017.

Prêts…

Cliquez sur un lien pour ouvrir un document texte (.txt) comprenant des notices de lot aux publications gouvernementales choisies pour la semaine sélectionnée.

Partez!

Téléchargez et sauvegardez le document texte (.txt) dans votre éditeur MARC préféré!

Vous avez des questions concernant les notices bibliographiques de BAC en format MARC 21 pour les publications du gouvernement du Canada? N’hésitez pas à communiquer avec nous.

Bibliothèque et Archives Canada publie deux tables de classification révisées

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) a le plaisir de vous annoncer la publication de deux tables de classification revues et corrigées : Classe FC : une classification pour l’histoire du Canada, 3e édition, et PS8000 : cadre de classification de la littérature canadienne, 4e édition.

Ces deux classifications sont conformes à la U.S. Library of Congress Classification* utilisée par plusieurs bibliothèques, et elles permettent par la même occasion un traitement plus précis et plus détaillé des sujets de l’histoire du Canada et de la littérature canadienne. En d’autres termes, ces classifications peuvent être utilisées par les bibliothèques ayant des collections riches sur l’histoire du Canada et sur la littérature canadienne afin d’améliorer l’accès à leurs collections et de mieux répondre aux besoins de leurs communautés d’utilisateurs.

La révision et la republication des tables de classification sont une réalisation importante pour Bibliothèque et Archives Canada – et beaucoup de travail! Quelles sont quelques-unes des différences entre les nouvelles éditions de la classe FC et de la classe PS8000 et de leurs éditions précédentes? Les bibliothécaires révisent les systèmes de classification pour les mettre à jour avec le présent, ajoutant de nouveaux concepts et de nouveaux exemples pour des sujets biographiques et autres. Par exemple, la classe FC comprend un nouvel indice de classification pour l’histoire du Canada au 21e siècle et une place pour le territoire du Nunavut qui n’existait pas au moment de l’édition de 1994.

En quoi la classe PS8000 diffère-t-elle des autres classifications pour la littérature? Alors que certaines classifications regroupent la littérature par langue, PS8000 réunit la littérature écrite par des auteurs canadiens en anglais, en français et dans d’autres langues et les place côte à côte sur les rayons de bibliothèque. Elle conserve également les romans ensemble avec d’autres formes littéraires.

Comme tout chercheur sait, entreprendre de classifier le monde est une entreprise difficile et complexe! Les classifications des bibliothèques doivent aussi être en constante évolution afin de s’adapter aux nouvelles idées et aux nouveaux types de connaissances. Pour la première fois, BAC a publié les nouvelles éditions de la classe FC et de la classe PS8000 exclusivement en format électronique, ce qui lui permettra de les modifier plus souvent. BAC vous invite à faire des suggestions et des commentaires sur ces deux tables en envoyant un courriel à BAC.NormesdecatalogageCataloguingstandards.LAC@canada.ca.

La norme RDA: une révolution dans le monde du catalogage !

On vit une véritable révolution dans le domaine du catalogage! Depuis 2010, la norme RDA (Ressources : Description et accès) est la nouvelle norme internationale en matière de description. Des institutions comme Bibliothèque et Archives Canada (BAC), la Bibliothèque du Congrès, les bibliothèques nationales britannique et allemande et d’autres comités nationaux et internationaux (des employés de BAC font partie du Comité canadien de catalogage, par exemple) ont travaillé conjointement à son élaboration pendant plusieurs années. BAC a commencé à mettre en œuvre la RDA à la fin de 2012, et toute la section du catalogage poursuit ses efforts. Des centaines d’heures de travail ont été investies dans des formations, des réunions, des recherches et des lectures individuelles, ainsi que des discussions et des consultations informelles en équipe. En effet, nous devons repenser bon nombre de nos politiques et de nos pratiques pour nous adapter aux nouvelles philosophies et règles de description de la RDA.

En quoi la RDA est‑elle si différente?

Il y a toujours eu des normes et des règles pour régir la description, certes, mais celles que nous utilisions avaient été établies avant l’apparition de la multitude de formats que les bibliothèques modernes recueillent et mettent maintenant à notre disposition. Les catalogueurs devaient donc traiter tous les documents comme s’ils étaient des livres imprimés. Vous imaginez la frustration par moments! En plus, les anciennes règles visaient à faire rentrer toute l’information essentielle sur des fiches de 3 po par 5 po qui étaient classées dans des tiroirs. Il fallait donc utiliser des abréviations, omettre l’information non essentielle et prendre des décisions en fonction de l’emplacement de l’information sur la fiche. Maintenant que nous avons des catalogues en ligne, des données liées et des bases de données internationales au bout des doigts, nous devons revoir notre façon de faire. Une partie de la solution consiste à modifier la présentation physique de l’information dans les fiches des catalogues (à titre d’exemple, la RDA élimine toutes les abréviations qui n’apparaissent pas sur le document lui‑même). Parfois, nous devons envisager sous un nouvel angle les relations entre le contenu, le contenant (ce que nous appelons le « support ») et leur créateur.

Qu’est‑ce qui n’a pas changé?

Comme toujours, les notices bibliographiques servent à décrire de façon précise et exhaustive les documents physiques et leur contenu pour que les utilisateurs de notre catalogue puissent mieux consulter nos collections. Les employés de notre section du catalogage s’emploient à créer des métadonnées utiles, exactes et crédibles qui seront utilisées dans les bibliothèques du pays et les bases de données internationales. La RDA change peut‑être les méthodes de catalogage, mais pas la raison d’être!

Liens utiles :