Coup d’œil au travail accompli en coulisses par le bibliothécaire au catalogage

Arouce Wasty

Octobre, le Mois des bibliothèques, est une occasion de célébrer celles-ci et le travail accompli par les bibliothécaires, les bibliotechniciens et les autres employés afin que tout le monde puisse accéder aux connaissances et aux ressources documentaires qui s’y trouvent. Dans l’esprit de ce mois, penchons-nous sur un aspect des bibliothèques que les usagers et le personnel ne voient habituellement pas : le travail effectué en coulisses par le bibliothécaire au catalogage.

Photographie en noir et blanc de deux femmes dans une bibliothèque. L’une examine un catalogue sur fiches et l’autre tient un livre et regarde l’autre femme travailler.

Image de bibliothécaires s’occupant de livres, mars 1941. (MIKAN 3571070)

Vous verrez rarement, voire jamais, un bibliothécaire au catalogage au service de référence de votre bibliothèque locale. Souvent, il travaille dans un autre immeuble, un endroit où il y a autant de livres, sinon plus, qu’à la bibliothèque! Avec l’aide de techniciens au catalogage, il prépare les diverses ressources (livres, CD, DVD, jeux vidéo) à placer à la bibliothèque principale. De plus, le bibliothécaire et les techniciens au catalogage entrent les renseignements bibliographiques de ces articles dans le système informatique de la bibliothèque. Le catalogage vise principalement à saisir des renseignements bibliographiques exacts sur un article, ce qui le rend facile à trouver dans le catalogue de la bibliothèque.

Cela semble assez simple, pas vrai? En réalité, le catalogage peut s’avérer plutôt complexe. Il se compose essentiellement de deux étapes : le catalogage descriptif et l’analyse documentaire.

Le catalogage descriptif consiste à trouver et à entrer les renseignements décrivant l’article conformément aux normes de catalogage. Les données descriptives comprennent des renseignements comme le nom de l’auteur, le titre, le nom de l’éditeur, le nombre de pages et le type de fichier. Ces renseignements sont entrés dans la notice bibliographique de l’article.

Vient ensuite l’analyse documentaire de l’article. Le bibliothécaire au catalogage établit alors le sujet principal de l’article. C’est là que les choses deviennent assez compliquées. Même si le bibliothécaire au catalogage établit le sujet de l’article, il doit se servir d’outils comme les vedettes-matières de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress Subject Headings ou LCSH) ou les vedettes-matières canadiennes (Canadian Subject Headings) pour trouver les termes ou les vedettes-matière appropriés qui sont liés au sujet. Par exemple, pour un livre sur les voitures, la vedette-matière appropriée, selon la LCSH, serait « automobiles » et non « voitures ». Il arrive parfois que des termes multiples soient groupés pour créer une vedette-matière. Par exemple, la vedette-matière d’un livre sur les conditions sociales dans les pays africains, dans les années 1990, serait probablement « Afrique – conditions sociales – 20e siècle ». Certains articles ont de multiples vedettes-matières pour couvrir la gamme des sujets principaux touchés ou tous les aspects du sujet.

Un autre élément de l’analyse documentaire est l’assignation d’une cote à l’article. Une cote regroupe l’article avec d’autres sur le même sujet. Il se peut que vous connaissiez le système décimal Dewey utilisé dans les bibliothèques publiques; les bibliothèques universitaires utilisent le système de classification de la Bibliothèque du Congrès. Un bibliothécaire au catalogage assigne un de ces types de cotes ou les deux à un article. Les cotes et les vedettes-matières sont aussi entrées dans la notice bibliographique.

Copie écran en couleurs d’une entrée de catalogue fournissant les données descriptives et les données analytiques.

Figure 1 : Exemple de notice bibliographique

Rappelez-vous que le catalogage ne concerne pas seulement la description d’un article ou l’établissement de son sujet. Il vise principalement à permettre aux usagers de la bibliothèque de trouver des articles dans le catalogue de la bibliothèque et d’y accéder. Grâce au catalogage descriptif, les usagers les trouvent en cherchant par mot-clé et en utilisant les options de recherche avancée, comme le titre et l’auteur. L’analyse documentaire permet aux usagers de trouver des articles sur un sujet précis en cherchant par sujet dans le catalogue de leur bibliothèque locale. Et, bien sûr, grâce aux cotes, les usagers trouvent les articles sur les tablettes de la bibliothèque.

Il s’agit juste d’un aperçu du travail accompli par les bibliothécaires et les techniciens au catalogage. Même si vous ne les rencontrerez peut-être jamais, le travail qu’ils effectuent a une grande incidence sur le fonctionnement d’une bibliothèque et l’expérience des usagers de celle-ci.


Arouce Wasty est bibliothécaire au catalogage, Division de la description, Direction générale du patrimoine publié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s