Né pour servir : Georges P. Vanier

Né à Montréal le 23 avril 1888, Georges Vanier ressentira l’influence de ses parents bilingues tout au long de sa vie. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il étudie au Collège Loyola, puis à l’Université Laval où il obtient un diplôme en droit en 1911. Il commence à exercer le droit peu de temps après, bien qu’il ait aussi envisagé la prêtrise. C’est le déclenchement de la Première Guerre mondiale qui attire finalement son attention et il s’enrôle dans l’armée canadienne. Ce fut un excellent recruteur et il joue un rôle important dans la création du 22e bataillon canadien-français. C’est également pendant la guerre qu’il est blessé et doit se faire amputer de la jambe droite.

Photographie en noir et blanc montrant un homme tout sourire dans un uniforme d'officier avec une casquette.

Le major Georges P. Vanier du 22e bataillon, juin 1918 (MIKAN 3192070)

Après la guerre, le major Vanier revient au Canada. Il reste dans l’armée et participe à plusieurs missions diplomatiques. Au cours des quelque 20 années suivantes, il est nommé aide de camp par intérim de deux gouverneurs généraux, devient lieutenant-colonel du Royal 22e Régiment à La Citadelle et est nommé à la délégation militaire du Canada pour le désarmement auprès de la Société des Nations et au Haut-commissariat du Canada à Londres. En 1939, il devient envoyé extraordinaire du roi et ministre plénipotentiaire en France.

Photographie en noir et blanc de deux hommes et une femme. Les hommes se serrent la main, et la femme regarde l'un des hommes.

Visite du brigadier Georges P. Vanier. Les Vanier sont accueillis par le général McNaughton à Paris (France), 1940 (MIKAN 3526747)

Lire la suite

Images du 22e Bataillon (canadien français) du Corps expéditionnaire canadien maintenant sur Flickr

En 1914, au début de la Première Guerre mondiale, les volontaires canadiens français étaient dispersés dans plusieurs bataillons du Corps expéditionnaire canadien (CEC).

Le 100e anniversaire du Royal 22e Régiment

L’entrée en guerre du Canada le 4 août 1914 est rapidement suivie des premières mesures de mobilisation des volontaires. Sam Hughes, alors ministre responsable de la Milice et de la Défense, instaure un programme de recrutement direct de volontaires qui seront envoyés dans un grand camp d’instruction, le premier étant Valcartier au nord-ouest de la ville de Québec. Les volontaires seront alors redistribués dans de nouvelles unités numérotées, en ne tenant pas compte des traditions et des origines géographiques de ceux-ci. Le premier contingent canadien envoyé en Grande-Bretagne en octobre 1914 compte plus de 30 000 hommes, dont 1 250 Canadiens français.

Dès le début de septembre 1914, on voit apparaître dans l’élite francophone la volonté de créer un bataillon composé entièrement de Canadiens français. Grâce à l’appui financier du Dr Arthur Mignault qui fournit une somme de 50 000 $, le gouvernement du Canada autorise le 15 octobre 1914 la formation d’un tel bataillon qui sera sous le commandement du colonel Frédéric Mondelet Gaudet, un officier de la Milice permanente, diplômé du Collège militaire royal du Canada.

Photographie noir et blanc de trois hommes (deux officiers et un soldat), un cheval et un chien. Le soldat donne un seau de grain au cheval.

Des officiers du 22e Bataillon nourrissent un cheval durant la Première Guerre mondiale (MIKAN 3517227)

Le 22e Bataillon, composé de 36 officiers et de 1 097 soldats, quitte Halifax à destination de l’Angleterre le 20 mai 1915 à bord du RMS Saxonia, un navire à passagers lancé en 1899. Le 15 septembre 1915, après quelques mois d’entraînement en Angleterre, il débarque en France et participe aux différentes batailles durant 38 mois de combats. Il recevra les honneurs pour 18 faits d’armes, le plus célèbre étant la bataille de Flers-Courcelette en septembre 1916. Le bataillon est démantelé le 15 septembre 1920, suivant la fin de la Première Guerre mondiale.

Avec la conclusion de la guerre, il faut maintenant réorganiser le système de défense du Canada et c’est ainsi que renaît la seule unité militaire francophone du Canada. Le fameux 22e Bataillon, maintenant le « 22e Régiment », est logé à la Citadelle de Québec. Le 1er juin 1921, le régiment reçoit la distinction de « Royal », accordée par les souverains britanniques aux unités méritantes. Au fil des ans, des traditions s’instaurent comme ses couleurs, sa mascotte régimentaire « Batisse » le bouc, sa musique. Notons que le Royal 22e Régiment a été très actif durant la Seconde Guerre mondiale, participant à l’opération Husky en Sicile, à la campagne d’Italie et à la libération des Pays-Bas.

Photographie noir et blanc de quatre hommes autour d’une table étudiant des documents; trois sont assis et un se tient debout, chacun une cigarette à la main. Une bouteille de vin et plusieurs fruits reposent sur la table.

Des officiers non identifiés du Royal 22e Régiment étudient des plans lors de l’avancée sur Busso, en Italie, Octobre 1943 (MIKAN 3521116)

Rechercher des documents sur le 22e Bataillon et le Royal 22e Régiment à Bibliothèque et Archives Canada

Bibliothèque et Archives Canada possède de nombreux documents sur le 22e Bataillon (canadien-français). Consultez les pages 115 à 121 du Guide des sources pour les unités du Corps expéditionnaire canadien – Bataillons d’infanterie pour obtenir une liste de documents relatifs au 22e Bataillon (canadien-français) pour la Première Guerre mondiale. Les journaux de guerre du 22e Bataillon (canadien-français) sont aussi en ligne.

Pour repérer des documents relatifs au Royal 22e Régiment, effectuez une recherche avancée dans Recherche de fonds d’archives et dans la première boîte saisissez « RG24 » et dans la deuxième, saisissez « 22e Régiment ». Regarder l’album Flickr – 22e Bataillon (canadien-français).

Pour en savoir plus, consultez le site Web du Royal 22e Régiment.