Nouer des relations, enrichir la collection

Par Michael Kent

Les participants à mes ateliers sont souvent impressionnés quand ils découvrent l’ampleur du mandat d’acquisition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Saviez-vous que BAC s’efforce d’obtenir toutes les publications canadiennes existantes, qu’elles soient destinées à la vente ou non? Cela comprend les ouvrages publiés au Canada, rédigés par des Canadiens ou qui portent sur le Canada.

BAC acquiert les publications canadiennes au moyen du dépôt légal, un programme en vertu duquel les éditeurs doivent lui remettre deux exemplaires de chacune de leurs publications. Pour les documents publiés à l’extérieur du pays, c’est plus compliqué : BAC doit les rechercher de façon active. Et souvent, le plus grand défi, c’est tout simplement de savoir qu’ils existent! Ce n’est pas une mince tâche lorsqu’on sait que les auteurs canadiens écrivent sur tous les sujets, dans plusieurs langues, et sont publiés partout dans le monde. Et parfois, je découvre leurs œuvres grâce à des rencontres informelles.

Par exemple, j’ai récemment assisté à une conférence sur la littérature yiddish au Canada. Pendant le souper, j’ai entamé une conversation avec la femme assise en face de moi. Quelle agréable surprise de découvrir qu’il s’agissait de Goldie Morgentaler! Professeure de littérature à l’Université de Lethbridge et fille de l’auteure canadienne yiddish bien connue Chava Rosenfarb (une survivante de l’Holocauste établie à Montréal), Mme Morgentaler est aussi une éminente traductrice de littérature yiddish.

Chava Rosenfarb (à gauche) est assise près de sa fille Goldie Morgentaler, qui lui entoure les épaules de son bras.

Chava Rosenfarb (à gauche) et sa fille, Goldie Morgentaler. Photo : Gracieuseté de Goldie Morgentaler

Quand je lui ai parlé de mon travail à BAC, elle m’a demandé si nous conservions les livres de sa mère. J’ai répondu que nous avions probablement tous ceux qui avaient été publiés au Canada (car ils sont assujettis au dépôt légal); mais il se pouvait que nous n’ayons pas certains livres publiés à l’extérieur du pays. Or, Goldie Morgentaler tenait vraiment à ce que nous conservions l’œuvre intégrale de sa mère. Nous avons donc décidé de fouiller la question.

Après avoir échangé par courriel, nous avons ciblé certains livres de Chava Rosenfarb qui ne faisaient pas partie de la collection de BAC (notamment des traductions publiées aux États-Unis, en Pologne et en Espagne). Ces traductions d’ouvrages canadiens publiées à l’étranger sont précieuses, car elles témoignent de l’influence de la culture canadienne et montrent comment les Canadiens sont perçus à l’étranger.

En plus des œuvres de sa mère, Goldie Morgentaler a offert à BAC quelques périodiques yiddish publiés à l’étranger mais mettant en vedette des auteurs canadiens, comme des numéros de Di Pen et de Yiddishe Kulture. Ces écrits, publiés à l’étranger dans des langues autres que le français et l’anglais, aident à mieux comprendre la diversité culturelle du Canada.

Et ce n’est pas tout : Goldie Morgentaler nous a aussi fourni des renseignements bibliographiques importants sur ces périodiques. Elle avait collé sur chaque numéro un papillon adhésif précisant les pages ayant du contenu canadien et mentionnant la ville d’origine des auteurs.

Douze périodiques déposés sur une table. Chaque numéro comporte un papillon adhésif sur lequel Goldie Morgentaler a identifié le contenu canadien.

Quelques-uns des périodiques yiddish donnés par Goldie Morgentaler. Elle a inscrit sur des papillons adhésifs des renseignements bibliographiques pertinents pour BAC. Photo : Michael Kent

Bien sûr, même si je suis un bibliothécaire spécialisé en littérature judaïque, je ne connais pas tous les auteurs juifs. Ma rencontre avec Goldie Morgentaler m’a permis de découvrir de nouveaux auteurs et de nouvelles publications, et d’ajouter à notre collection nationale des documents rédigés dans d’autres langues que le français et l’anglais. Je suis toujours reconnaissant envers les personnes qui, comme elle, sont passionnées d’histoire et de culture canadiennes. Nouer des liens avec des gens de l’extérieur est essentiel pour enrichir la collection de BAC et les connaissances du public sur le Canada.

Ce fut un honneur pour moi de collaborer avec Goldie Morgentaler. Et j’ai déjà hâte à ma prochaine rencontre avec un étranger!


Michael Kent est le conservateur de la collection Jacob-M.-Lowy à Bibliothèque et Archives Canada.

Les journaux locaux au cœur de la vie canadienne

Par Annie Wolfe

La collection de journaux de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) regorge de petites et grandes histoires! Ces histoires vraies forment la trame du Canada, de la politique à l’économie en passant par les arts et les sports, sans oublier les fameuses notices nécrologiques qui constituent une mine d’or pour les généalogistes.

Les journaux locaux en particulier sont la voix des régions, des villes, des villages, des quartiers. L’information qu’ils livrent est d’autant plus importante qu’elle provient directement de ceux et celles qui bâtissent les collectivités du Canada. Les journaux locaux offrent une fenêtre sur les débats et les événements qui affectent directement la vie des citoyens. Grâce aux journaux locaux, les collectivités acquièrent une autorité sur les nouvelles qui les touchent de près. C’est ainsi qu’ils deviennent une source incroyable de faits historiques.

Voici deux exemples de journaux locaux qui renferment de précieuses informations pour tout chercheur ou curieux.

Fort McMurray Today

Le journal Fort McMurray Today, fondé en 1974, couvre l’information pour les collectivités de Fort McMurray et de Wood Buffalo, en Alberta. Au printemps 2016, des feux de forêt font rage et forcent l’évacuation de la région. Les ravages sont considérables, et les conséquences sur l’économie canadienne, telles que la réduction de la production de pétrole, sont désastreuses.

En 2016, le Fort McMurray Today a gagné le prix Nouvelle de dernière heure, partagé avec l’Edmonton Journal et l’Edmonton Sun, pour leur couverture des feux de forêt. (Source : – http://nna-ccj.ca/fr/archives-prix/liste-des-gagnants-depuis-1949/#2)

Les microfilms de journaux couvrant les années 2015 à 2017 ont été acquis pour la collection nationale afin de documenter l’histoire de la collectivité avant, pendant et après la tragédie des feux de forêt.

L’Écho de Frontenac

L’hebdomadaire L’Écho de Frontenac, fondé en 1929, couvre la région de Lac-Mégantic, au Québec. À l’été 2013, un accident ferroviaire provoque une explosion et un incendie qui détruit une partie de la ville. Les conséquences économiques, environnementales et surtout humaines de cette tragédie sont nombreuses pour la collectivité, qui prendra plusieurs années à s’en relever. Encore aujourd’hui, en 2018, les instances judiciaires cherchent toujours à comprendre ce qui s’est réellement passé.

Mentionnons que la bibliothèque publique de la ville a été reconstruite à la suite de l’incendie et rebaptisée Nelly Arcan, du nom de l’auteure célèbre originaire de Lac-Mégantic.

Les microfilms de journaux couvrant les années 2012 à 2016 ont été acquis pour la collection nationale afin de documenter les événements liés à la tragédie, mais surtout pour témoigner de la forte résilience de cette collectivité.

Les journaux locaux, en étant au cœur de la vie canadienne, sont une source extraordinaire d’information sur ce qui se passe vraiment dans les collectivités d’un bout à l’autre du Canada. Ils témoignent et attestent d’événements tant tragiques qu’heureux. L’histoire du Canada s’écrit dans les journaux.

Les deux titres mentionnés dans cet article, Fort McMurray Today et L’Écho de Frontenac, ne sont que quelques exemples parmi d’autres d’acquisitions de microfilms de journaux pour la collection nationale. Ces microfilms sont sujets au prêt entre bibliothèques. Pour plus d’information, veuillez consulter la page Prêts à d’autres institutions de BAC ou consultez votre bibliothèque publique.

Photo noir et blanc d’une grande église dans un petit village. On peut voir des voies de chemin de fer dans l’avant plan.

L’église à Lac-Mégantic avant l’accident ferroviaire qui a causé une explosion majeure au centre du village en 2013. Photo datée 1925 (MIKAN 3323453)


Annie Wolfe est bibliothécaire aux acquisitions au sein de la Direction générale du patrimoine publié à Bibliothèque et Archives Canada.

Quelque chose à déclarer ? Oui, c’est d’intérêt canadien

Par Louise Tousignant

Dans le cadre de son mandat, Bibliothèque et Archives Canada (BAC) acquiert des documents publiés dits canadiens et d’intérêt canadien, afin de développer la collection nationale Canadiana qui se veut la plus exhaustive possible. Les premiers sont ceux publiés au Canada et reçus en vertu du dépôt légal, alors que ceux d’intérêt canadien représentent des publications parues dans d’autres pays, mais dont le créateur ou le sujet est canadien. Le créateur inclut l’auteur, l’illustrateur, le traducteur ou l’artiste. Ces œuvres, publiées à l’étranger, sont acquises par don ou par achat ciblé.

Parmi ces titres d’intérêt canadien, récemment reçus, on retrouve des études et des analyses portant sur le Canada : Canada/États-Unis : les enjeux d’une frontière, Comparative North American Studies: Transnational Approaches to American and Canadian Literature and Culture, et Canadian Perspectives on Immigration in Small Cities.

Quant aux titres relatifs au Canada, Negotiations in the Indigenous World: Aboriginal Peoples and the Extractive Industry in Australia and Canada et Indian Agents: Rulers of the Reserves, ils témoignent de la recherche sur les affaires autochtones.

Des personnalités canadiennes ont aussi fait l’objet de recherches : le peintre Alex Colville avec le livre The Mystery of the Real: Letters of the Canadian Artist Alex Colville and Biographer Jeffrey Meyers, la biographie de la journaliste et auteure Jane Jacobs reflétée dans Becoming Jane Jacobs, et l’analyse du travail de la chanteuse et musicienne Alanis Morissette documentée dans The Words and Music of Alanis Morissette. La carrière des Canadiens exilés à Hollywood passe également par la parution de livres. Pensons entre autres au Montréalais de naissance et ambassadeur des fêtes du 375e de Montréal, William Shatner, bien connu pour son rôle du capitaine James T. Kirk dans la série télévisée Star Trek, et son plus récent livre Leonard: My Fifty-Year Friendship with a Remarkable Man, et au réputé acteur Martin Short, né à Hamilton, et connu pour son travail au sein de l’émission Saturday Night Live, avec ses mémoires I Must Say: My Life as a Humble Comedy Legend.

Une photo en noir et blanc d’une femme avec des cheveux long debout devant une clôture en fer forgé.

Portrait d’Alanis Morissette par Bryan Adams. Photographie signée par Alanis Morissette. 1999 (MIKAN 3614421)

Plus près de nous, des Canadiens d’ici font également leur marque par la parution d’œuvres publiées à l’extérieur du Canada : le Québécois Guy Delisle avec sa bande dessinée S’enfuir : récit d’un otage parue chez Dargaud, l’illustrateur Yanick Paquette, l’homme derrière Wonder Woman, avec la bande dessinée Wonder Woman, Earth One. Volume 1, et Louise Penny chez Minotaur Books avec The Long Way Home, qui s’est classé numéro 1 au palmarès du New York Times.

Enfin, certains titres d’intérêt canadien présents dans la collection nationale sont en lien direct avec des fonds d’archives de BAC; ils permettent une étude plus approfondie de l’auteur et de son rayonnement à l’étranger, et de soutenir la recherche en littérature canadienne. C’est le cas, par exemple, des traductions de l’auteure et illustratrice de littérature jeunesse Marie-Louise Gay, et du cinéaste, poète et romancier canadien d’origine srilankaise Michael Ondaatje. Mentionnons au sujet de Marie-Louise Gay, une traduction en espagnol du titre Un million de questions!, ¿Alguna pregunta?, parue au Mexique en 2015, un titre en néerlandais, Angela en de ijsbeer pour Angèle et l’ours polaire, ou encore, Bolle-Bertils sirkus pour Le cirque de Charlie Chou en norvégien. Quant à Michael Ondaatje, BAC possède pas moins de 20 traductions de son œuvre la plus connue, Le patient anglais, dont celles en bulgare, en japonais, et en italien. Faut-il le rappeler, le livre a remporté en 1992 les prix littéraires du Booker Prize et du Gouverneur général alors que le film s’est vu décerner neuf Oscars aux Academy Awards de 1997.

Photo en couleur d’une femme assise et souriante. On aperçoit dans l’avant plan des crayons de couleurs flou.

Marie-Louise Gay. Auteure et illustratrice canadienne de littérature jeunesse. @Groundwood Books

Photo en couleur d’un livre ouvert à la page titre écrit en bulgare.

Le patient anglais publié en bulgare par Delfi, en 2000 (AMICUS 32172817)

Photo en couleur d’un livre ouvert à la page titre écrit en japonais

Le patient anglais publié en japonais par Shinch⁻osha, en 1996 (AMICUS 15875585)

Photo en couleur d’un livre ouvert à la page titre : Michael Ondaatje Il Paziente Inglese.

Le patient anglais publié en italien par Garzanti, en 2004 (AMICUS 32785464)

Ce bref tour d’horizon ne représente qu’un échantillon de publications de toutes sortes relatives au Canada et d’intérêt canadien. Le travail de dépistage minutieux se poursuit afin d’assurer l’enrichissement du patrimoine documentaire canadien et le développement des collections pour faire en sorte que la collection nationale Canadiana soit la plus importante au monde.


Louise Tousignant est bibliothécaire aux acquisitions à la Direction générale du patrimoine publié à Bibliothèque et Archives Canada