Le Canada en couleur

Par Samantha Shields

Les débuts de la photographie couleur

La photographie couleur voit le jour au 19e siècle. Toutefois, il faut attendre le milieu des années 1930 avant que la technologie ne se perfectionne suffisamment pour devenir accessible aux amateurs. Avec la production en série de photographies sur pellicules diapositives en couleur (comme le film inversible couleur Kodachrome), on obtient facilement des images impressionnantes aux couleurs vives. Même s’il faut un projecteur ou une autre source de lumière pour visionner les diapositives, celles-ci gagnent vite en popularité, l’impression couleur demeurant hors de portée pour le photographe amateur moyen.

Au milieu du 20e siècle, les procédés d’impression couleur demeurent complexes et demandent temps et argent. Ils requièrent également une précision technique et des connaissances en chimie plus poussées que pour le noir et blanc ou les diapositives couleur. Et malgré tous leurs efforts, les adeptes de cette nouvelle technique sont souvent déçus. Couleurs trop vives qui détonnent, plage chromatique restreinte… le résultat est souvent décrit comme irréaliste et criard.

L’impression couleur met donc du temps à s’imposer. Ce sont d’abord les amateurs bien nantis et les expérimentateurs curieux qui l’adoptent, ainsi que les imprimeurs de magazines, de publicités et de documents commerciaux.

Un homme en chemise et cravate est assis auprès d’une fillette en robe à carreaux; il sourit en regardant une photo. Le nom de la marque (Kodak) figure dans le coin supérieur gauche de l’image.

Épreuve d’une publicité de Kodak, 1946. Photo : Yousuf Karsh/Kodak (a215007k)

Le procédé d’impression couleur

À l’aube de la photographie couleur, les fabricants du monde entier déploient de grands efforts pour mettre au point des produits qui simplifieront et amélioreront le procédé. Durant cette période d’innovation, l’une des méthodes les plus prisées consiste à imprimer à partir de « négatifs de sélection » distincts.

En termes simples, l’image (provenant d’une prise de vue ou d’une diapositive) est séparée en trois négatifs, chacun ne montrant qu’une couleur : rouge, vert ou bleu. Le photographe peut obtenir ces négatifs l’un après l’autre – mais il court alors le risque que le sujet ou l’appareil bouge entre les poses –, ou encore utiliser un appareil trichrome à prise unique (one-shot) qui réfléchit l’image pour que plusieurs plaques soient exposées au même moment.

Les négatifs ainsi obtenus servent à créer des positifs en relief (appelés matrices) sur lesquelles sont appliquées les teintes correspondantes : cyan, magenta et jaune. Les matrices sont ensuite pressées ou roulées l’une après l’autre sur le papier photo, dans un alignement parfait qu’on nomme « coïncidence des couleurs ». On obtient ainsi une impression polychrome.

Photo couleur d’une mallette accompagnée de trois négatifs identiques, le premier de couleur magenta, le deuxième de couleur cyan et le troisième de couleur jaune.

Publicité pour une mallette : impression finale accompagnée des trois matrices couleur. Photo : Brodie Macpherson (e011310465-e011310468)

Au début des années 1940, d’autres options d’impression couleur sont mises à la disposition des photographes, comme le procédé d’impression en trichromie, l’oléobromie, le procédé de blanchiment et le procédé de transfert hydrotypique de colorants. Ce dernier, créé au milieu des années 1930, est d’abord commercialisé par la société Eastman Kodak sous le nom de « procédé de reproduction par contact pour le relief » (ou procédé wash-off), et attire rapidement l’attention. Il est éventuellement remplacé par le transfert de colorant (1946), où l’assemblage des impressions n’est pas sans rappeler la lithographie couleur. Ce dernier procédé facilite la création de copies et l’impression par lots, tout en permettant davantage de manipulations à diverses étapes de l’impression. En outre, les matériaux requis sont moins sensibles à la température et à l’humidité.

Difficultés techniques et logistiques

Des années 1930 aux années 1960, quiconque veut imprimer des photos couleur au Canada doit surmonter tout un lot d’obstacles relatifs à la géographie, au financement et aux procédés chimiques.

Photo noir et blanc d’un ancien appareil photo, 1943.

Appareil photo couleur automatique. Photo : Ministère de la Défense nationale (a064809)

Photo noir et blanc de l’appareil photo de Brodie Macpherson.

Appareil photo trichrome à prise unique de marque Devin ayant appartenu à Brodie Macpherson. Source : e011312590

À l’époque, le Canada compte parmi les pays qui adoptent rapidement les nouveaux procédés photo. Mais s’il possède le savoir-faire, on ne peut en dire autant du matériel. Comme ce dernier provient surtout de l’étranger, le transport est lent et imprévisible, et l’approvisionnement, peu fiable. Cette situation force de nombreux photographes et imprimeurs à collaborer pour trouver des solutions novatrices.

Eastman Kodak est une pionnière de la photo par transfert hydrotypique, tant en ce qui concerne le matériel que l’impression. Mais comme son siège social et son usine se trouvent à Rochester, dans l’État de New York, la distribution au Canada s’en trouve restreinte. Le centre du pays fait exception : il peut compter sur la présence à Toronto de la Canadian Kodak Co. (établie en 1899 et devenue plus tard Kodak Canada Inc.), dotée d’une usine et d’un centre de distribution. Mais les installations canadiennes n’ont pas de tout en stock, et on n’y produit pas de matériel couleur avant la fin des années 1960.

Ailleurs au pays, les photographes ont accès aux installations de Kodak en 1961, année où l’entreprise établit un laboratoire de traitement de film couleur à North Vancouver pour desservir l’Ouest du Canada. Mais la plupart des Canadiens qui souhaitent se procurer du matériel couleur de Kodak doivent se tourner vers leurs fournisseurs locaux.

Or, les marchands du coin s’approvisionnent auprès de fabricants étrangers ou de centres de distribution. Les commandes s’accompagnent donc inévitablement de certains défis, dont :

  • des retards : il faut souvent compter cinq semaines ou plus pour la livraison. Par conséquent, les imprimeurs de photos couleur se prêtent ou s’échangent souvent du matériel afin de pouvoir respecter leurs échéances;
  • une certaine dépendance : la pénurie de matériel et l’irrégularité des livraisons (allant parfois jusqu’à plusieurs semaines) empêchent les laboratoires d’honorer des commandes ou d’en accepter de nouvelles ou de trop grosses;
  • d’éventuels déplacements de l’autre côté de la frontière : en effet, les commandes passées ou reçues aux États-Unis arrivent souvent beaucoup plus vite (environ cinq jours).
Page montrant, en cinq exemplaires, une photo sur laquelle on voit un minuscule piano bleu avec un banc, à l’intérieur d’une boîte rouge et jaune couverte de notes de musique. Sur la page, on peut lire « 200 reproductions directes de photographies couleur coûtent moins cher qu’une gravure en quatre couleurs! »

Publicité pour les services de Brodie Macpherson, avec liste des prix. Photo : Brodie Macpherson (e011310469)

Difficultés financières

Comparativement au noir et blanc, l’impression couleur coûte beaucoup plus cher, tant pour l’imprimeur que pour le client. Or, les particuliers et les entreprises hésitent à engager les sommes requises, de crainte que les images soient ratées en raison de l’effet peu naturel des couleurs. Les imprimeurs ont donc avantage à produire de belles impressions de haute qualité, au plus bas prix raisonnable. Pour y parvenir :

  • Ils limitent les petites commandes, qui exigent beaucoup de travail et coûtent cher. (Les produits chimiques, une fois ouverts, peuvent devenir périmés entre deux commandes.)
  • Ils font de plus grands tirages pour étaler les coûts associés au perfectionnement de la première impression. De plus, les images peuvent être commandées à nouveau, même des années plus tard.
  • Ils visent les entreprises publicitaires et commerciales : attirées par les couleurs vives qui retiennent l’attention, celles-ci ont les moyens de faire de grosses commandes et demandent des réimpressions.
  • Par l’intermédiaire de clubs et de bulletins d’information, ils collaborent pour recommander des imitations moins coûteuses de produits chimiques, de même que pour échanger sur la façon d’améliorer les procédés et la qualité d’impression.
  • Ils s’adonnent à l’importation privée. Le matériel acheté au Canada coûte souvent plus cher, même en tenant compte des frais d’importation. Ceux qui ont la chance d’habiter à proximité de la frontière canado-américaine reçoivent leur commande plus vite en la passant auprès d’un fournisseur américain; ils traversent aussi la frontière pour acheter du matériel moins cher et plus récent.
Impression couleur de huit emballages de biscuits vendus par Purity Factories Ltd.

Publicité pour les biscuits de Purity Factories Ltd. Photo : Brodie Macpherson (e011312592)

Comme les petites commandes irrégulières compliquent le travail d’impression pour la plupart des entreprises, beaucoup de studios n’offrent pas de photos couleur. Les autres, au lieu de transformer leur chambre noire, envoient souvent leur pellicule dans des laboratoires externes qui développent et impriment les photos. Le coût exorbitant des petits tirages est alors absorbé par le client.

Pour toutes ces raisons, le portrait photo en noir et blanc perdure longtemps malgré les progrès de la couleur. On note toutefois quelques exceptions : on produit des photos couleur pour les portraits de mariage et de groupe ainsi que pour les cartes des Fêtes, car les clients en demandent plus de copies, ce qui permet d’offrir un prix plus raisonnable.

Portrait couleur d’une femme portant une robe fleurie, le visage éclairé, assise dans une chaise à appuie-bras en bois.

C309 – Femme inconnue. Photo : Brodie Macpherson (e011310460)

Trois versions détaillées de l’image précédente, en noir et blanc, identiques à une exception près : la densité de l’exposition varie en fonction de la couleur filtrée (A = rouge, B = vert, C = bleu).

Épreuves d’impression des négatifs de sélection pour la photo C309 – Femme inconnue. Photo : Brodie Macpherson (e011310461-e011310463)

Avec l’amélioration de l’impression couleur et la popularité croissante des publicités couleur, les imprimeurs reçoivent parfois de grosses commandes de différents clients. Pour pouvoir livrer un produit de qualité sans délai, certains forment alors de petits réseaux avec des partenaires de confiance vers qui ils dirigent leurs clients au besoin.

Par ailleurs, l’aménagement d’une chambre noire pour le traitement des couleurs entraîne des dépenses considérables. Il en va de même pour l’apprentissage des techniques, qui se fait en grande partie par essais et erreurs. Ces coûts élevés (et le niveau de difficulté du procédé) rebutent les simples amateurs, mais d’autres se tournent vers leur club de photographie pour expérimenter cette nouvelle technique.

Difficultés liées aux procédés chimiques

Comme c’est souvent le cas en photographie, l’impression couleur, à ses débuts, est à la fois une science et un art. Ceux qui s’y essaient se trouvent souvent démunis devant la précision exigée par cette technique : en effet, il faut en gérer toutes les variables – temps, température, eau et tension électrique – pour obtenir la même qualité du début à la fin.

Les produits chimiques apportent aussi leur lot de restrictions. Outre leur coût exorbitant, ils se dégradent au fil du temps, et encore plus rapidement une fois ouverts. Ils donnent alors des résultats inégaux, brisant tout espoir de qualité et rendant impossible la constance du tirage. Si l’on ajoute le temps requis pour les faire venir au Canada, leur durée de conservation est encore moindre. Accumuler des surplus devient donc risqué; c’est pourquoi on encourage les commandes en gros et l’impression en lots.

Douze grilles de couleurs, sur quatre colonnes et trois rangées.

Matrice de couleurs. Photo : Brodie Macpherson (e011310470)

Bien sûr, les fabricants indiquent pour chaque produit la durée de conservation, la quantité et les additifs recommandés. Mais en raison de toutes les variables, ces renseignements sont rarement parfaits pour tous les utilisateurs. En effet, plusieurs facteurs dépendent en grande partie de l’emplacement de l’imprimeur : dans une grande ville ou un petit village, avec des températures froides ou élevées, un climat stable ou changeant, etc.

Eau

  • Comme les sources d’eau varient (ainsi que la façon dont l’eau est traitée), on remarque des différences chimiques au fil du temps et selon les régions. Par exemple, dans le procédé d’impression en trichromie, les imprimeurs doivent contrebalancer la présence de chaux ou de sels de durcissement dans leur eau, car ces substances réagissent avec le bromure d’argent.

Température

  • Les variations de température durant le transport jusqu’au Canada altèrent certains types de papier couché.
  • Comme les imprimeurs canadiens sont parfois soumis à de grands écarts de température au cours d’une année, ils doivent réussir à maintenir une température constante dans leur chambre noire. L’imprimeur torontois de photos couleur Brodie Macpherson proposait d’utiliser un élément chauffant isolé à l’amiante, placé sous un plateau à balancement déphasé, comme solution pour réchauffer un révélateur.

Jeune garçon assis dans un grand traîneau sur la neige. Photo : Rosemary Gilliat Eaton (e010980928)

Tension électrique

  • À peine quelques volts de différence suffisent à modifier l’intensité de la lumière des agrandisseurs. L’inconstance de l’exposition fait varier la densité des négatifs de sélection et, par conséquent, le résultat de l’impression couleur. Il est donc d’usage d’employer un régulateur et de vérifier la tension.
  • Certains imprimeurs cherchent à se procurer une « lampe froide ». De fabrication américaine, ce tube fluorescent à cathode en forme de U élimine les « points chauds » des agrandisseurs. On peut ainsi imprimer de plus grandes photos, augmenter la durée de vie du matériel et réduire l’incidence des variations de tension électrique. Mais le Canada en interdit l’importation; les imprimeurs motivés commandent donc des pièces pour la fabriquer eux-mêmes.
Photo noir et blanc d’une femme en uniforme militaire manipulant un agrandisseur.

Vue d’ensemble d’un agrandisseur. Photo : Photographe inconnu /ministère de la Défense nationale (a064866)

Photo noir et blanc d’un homme appuyé sur un bureau à côté d’un agrandisseur.

Jack Marsters avec un agrandisseur horizontal dans la chambre noire de la Montreal Gazette. Photo : Richard Arless (a114447)

En définitive, le succès de l’impression couleur découle des essais et erreurs que font les imprimeurs avec les différentes variables pour obtenir des conditions d’impression optimales selon leur environnement et leurs préférences. Dans leurs réussites comme dans leurs échecs, les clubs de photographie et les publications sur le sujet (dont Canadian Photography et Photographic Canadiana) servent souvent de source de conseils aux photographes, ainsi que de tribune pour leurs découvertes.

Photo noir et blanc de membres du club de photographie de Toronto, à l’extérieur avec leurs appareils photo.

Membres du club de photographie de Toronto au travail. Photo : T. Cannon (a132365)

La vue d’ensemble

Malgré les difficultés, l’impression couleur se pratique encore au Canada dans les années suivant la Deuxième Guerre mondiale.

La survie du procédé et son succès commercial reposent surtout sur les premiers imprimeurs de photos couleur. Ceux-ci s’entraident pour régler leurs problèmes, échangent des connaissances dans les clubs de photographie, des conférences et des sommets internationaux, et publient leur travail dans des revues nationales et internationales et des bulletins de clubs. Leur grand dévouement – leur envie d’expérimenter, de se perfectionner et de faire de la photo couleur un moyen d’expression viable – jette les bases du succès de cette discipline.

Photo couleur de la longue file devant le pavillon de Kodak lors de l’Expo 67.

Pavillon de Kodak à l’Expo 67 de Montréal, vu de l’extérieur avec la foule. Photo : Photographe inconnu/BAC (e011199279)

Représentante de Kodak à l’extérieur du pavillon de l’entreprise lors de l’Expo 67.

Pavillon de Kodak à l’Expo 67 de Montréal (plan extérieur rapproché montrant une représentante de Kodak). Photo : Photographe inconnu/BAC (e011199282)

On aperçoit au premier plan une représentante de Kodak et un homme. On voit derrière eux des diapositives couleur rétroéclairées montrant des vues aériennes.

Intérieur du pavillon de Kodak à l’Expo 67 de Montréal. Photo : Photographe inconnu/BAC (e011199283)


Samantha Shields est archiviste en photographie à la Division des supports spécialisés privés de Bibliothèque et Archives Canada.

Conservatrice invitée : Jill Delaney

Bannière pour la série Conservateurs invités. À gauche, on lit CANADA 150 en rouge et le texte « Canada: Qui sommes-nous? » et en dessous de ce texte « Série Conservateurs invités ».Canada : Qui sommes-nous? est une nouvelle exposition de Bibliothèque et Archives Canada (BAC) qui marque le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Une série de blogues est publiée à son sujet tout au long de l’année.

Joignez-vous à nous chaque mois de 2017! Des experts de BAC, de tout le Canada et d’ailleurs donnent des renseignements additionnels sur l’exposition. Chaque « conservateur invité » traite d’un article particulier et en ajoute un nouveau — virtuellement.

Ne manquez pas l’exposition Canada : Qui sommes-nous? présentée au 395, rue Wellington à Ottawa, du 5 juin 2017 au 1er mars 2018. L’entrée est gratuite.


Temples of Today, John Vanderpant, vers 1934

Photographie noir et blanc d’un silo à grains; de hautes tours circulaires se dressent devant un immeuble rectangulaire encore plus haut.

Temples of Today, John Vanderpant, 1934. (MIKAN 3784205)

Pour le photographe John Vanderpant, les silos à grains du Canada n’étaient rien de moins que des temples. Ils s’inscrivaient dans sa vision utopique du pays, dont l’avenir reposait sur le commerce et l’industrie.


Parlez‑nous de vous.

Je travaille à BAC depuis presque 20 ans! Mon travail à la Section de la photographie est aussi diversifié que les collections elles‑mêmes, et le temps a filé incroyablement vite depuis mon arrivée.

J’ai une formation en histoire de l’art, mais je me suis toujours intéressée au contexte de l’œuvre, et non seulement à ses qualités esthétiques. En étudiant le contexte social, culturel et historique d’une photo, on peut saisir sa raison d’être. Pourquoi telle photo a-t-elle été prise? Qui l’a demandée?  Comment a-t-elle été diffusée par la suite? Toutes ces questions me fascinent. J’imagine que ça explique pourquoi je suis devenue archiviste : parce que les notions de contexte et de provenance sont à la base de toute collection d’archives.

Les photos anciennes de notre collection m’obligent à jouer au détective, ce que j’adore, tout comme ma collaboration avec des photographes contemporains pour trouver les motivations derrière la création d’une œuvre.

J’ai écrit et j’ai fait des exposés sur plusieurs photographes et collections de BAC. J’ai entre autres étudié les photos prises par John Vanderpant et Yousuf Karsh lors de leurs voyages au Canada, dans les années 1930 et au début des années 1950. Ces voyages m’intriguent vraiment. Encore aujourd’hui, ils me font penser à un rite de passage canadien; ils sont aussi très représentatifs de la notion toujours changeante d’identité canadienne.

Y a‑t‑il autre chose que, selon vous, les Canadiens devraient savoir à propos de cet élément?

L’œuvre de John Vanderpant, étudiée par plusieurs historiens de l’art depuis 30 ou 40 ans, a gagné en prestige. Et maintenant, le fonds John Vanderpant est l’un des plus importants fonds photographiques de BAC. Sa photo « Temples of Today » a été prise vers 1934 dans le secteur du port de Vancouver. Vanderpant était l’un des grands photographes pictorialistes du Canada; il pratiquait ce qu’on appelle la photographie pure (c’est-à-dire sans retouches). Sa série de photos sur des silos à grains de Vancouver est devenue emblématique.

John Vanderpant a quitté la Hollande pour s’établir au Canada en 1911. À ses yeux comme à ceux des autres Européens d’alors, notre pays était une vaste étendue sauvage. À l’époque où il a pris la photo « Temples of Today », en 1934, il croyait que l’énorme potentiel du Canada et toutes ses ressources inexploitées en feraient une grande puissance industrielle. Et il n’était pas le seul à penser ainsi : l’entre‑deux‑guerres a été marqué par une forte expansion urbaine et industrielle au pays.

Au fil du temps, Vanderpant a délaissé les effets de peinture et le flou artistique propres au pictorialisme au profit de la photographie pure, non retouchée. La photo « Temples of Today » en est un exemple éloquent. Le style de l’œuvre reflète une esthétique moderne et dépouillée; et, tout aussi important, le sujet devient représentatif d’une profonde conviction, celle que l’avenir serait dominé par la vie urbaine et industrielle.

« Temples of Today » met délibérément de côté la beauté, et insiste plutôt sur le caractère imposant des silos émergeant de l’ombre vers la pleine lumière. Au premier plan, les poteaux électriques viennent rappeler le concept des industries. La photo illustre à merveille l’émergence d’une philosophie populaire selon laquelle l’industrialisation permet la progression naturelle de l’humanité. Vanderpant souscrivait fermement à cette idée, et a écrit des articles et donné maintes conférences sur la question.

Mais Vanderpant, comme tant d’autres Canadiens à l’époque, envisageait le futur en faisant complètement abstraction des peuples autochtones. Il voyait le Canada comme une sorte de terra nullius, une terre inoccupée prête à être exploitée et mise en valeur au gré de la colonisation. Ses photos sont aujourd’hui reconnues, car elles témoignent à merveille d’un aspect de la vie canadienne jusqu’alors jugé inintéressant. Toutefois, elles ignorent complètement l’importance des premiers habitants du pays.

Parlez‑nous d’un élément connexe que vous aimeriez ajouter à l’exposition.

C’est très intéressant de comparer les idées que Vanderpant se faisait du Canada à celles du photographe allemand Felix Man, qui a visité notre pays au moment où la photo « Temples of Today » a été prise.

Man est un pionnier du photojournalisme et de l’essai photographique. En 1933, il a parcouru le Canada pendant six mois à la demande du magazine allemand Berliner Illustrirte. Sa mission : visiter le Canada et en photographier les choses les plus importantes. En 1985, BAC a acquis environ 200 photos de Felix Man pour documenter la façon dont les Européens percevaient le Canada pendant l’entre‑deux‑guerres. Tout comme Vanderpant, Man a été renversé et inspiré par l’étendue du pays. Il l’a sillonné de long en large, particulièrement charmé par les Prairies et les régions du Nord, allant jusqu’à Churchill (au Manitoba) et au Grand lac de l’Ours, dans les Territoires du Nord‑Ouest.

Toutefois, à bien des égards, la perception qu’avait Man du Canada différait beaucoup de celle de Vanderpant, même si les deux hommes partageaient une perspective romantique de notre pays.

Ainsi, Vanderpant dépeignait de façon romancée un futur Canada industrialisé et urbain, alors que Man, d’une façon typiquement européenne, voyait plutôt un Canada figé dans un passé idéalisé. Il faut dire que Man avait été très influencé par son compatriote allemand Karl May, un auteur connu pour n’avoir visité l’Amérique du Nord qu’après la publication de ses livres, et dont les récits fantaisistes et idéalisés à propos des « nobles Sauvages » sont encore populaires de nos jours, tant en Europe centrale que de l’Ouest. Les photos de Man dépeignent clairement cette vision du Canada.

De plus, alors que les œuvres de Vanderpant mettent l’accent sur le développement du Canada, celles de Man, comme l’a souligné l’historienne de la photographie Joan Schwartz, font largement abstraction du Canada urbain. Sa caméra s’est plutôt attardée ailleurs, par exemple sur les immenses étendues de neige et de glace autour de Churchill, en hiver; ou encore sur les « Banff Indian Days », une populaire attraction touristique lors de laquelle les Autochtones, moyennant rétribution, portaient des costumes traditionnels, construisaient des wigwams et démontraient leurs talents de chasseur et de cavalier.

Femme à cheval, tenant une petite fille à ses côtés. La femme porte une tunique unie avec une ceinture à motif; ses cheveux tressés sont ornés d’une coiffe de plumes.

« Une femme et un enfant indiens » [traduction de la légende originale], Felix Man; photo prise pendant les « Banff Indian Days, Banff (Alberta), 1933. (MIKAN 3333566)

Nous en avons un excellent exemple avec sa photo d’une femme et d’une fillette autochtones à cheval. La femme, qui porte une coiffe de plumes élaborée (très rarement utilisée dans les faits), se penche pour enlacer la jeune enfant. L’œuvre, au fini granuleux, symbolise la Madone et l’enfant : toutes les qualités sont réunies pour construire un récit stéréotypé et généralisé, laissant croire que les peuples autochtones du XXe siècle avaient encore un mode de vie traditionnel. Il faut savoir que les images des « Banff Indian Days » étaient très populaires auprès de la presse européenne.

Cette exclusion des Autochtones – ignorés dans l’œuvre de Vanderpant sur le Canada industrialisé et urbain, relégués à un passé mythique dans l’œuvre de Felix Man – trouve un écho dans d’autres photos de l’exposition Canada : Qui sommes-nous? : celles du photographe iroquois Jeff Thomas.

À l’aide de figurines photographiées dans divers décors (ici, devant les édifices du Parlement, ou devant un wagon de chemin de fer arborant le mot « Canada »), Thomas cherche à réintroduire les peuples autochtones dans la trame du Canada contemporain et passé. Ses photos soulèvent d’importantes interrogations sur le rôle que les peuples autochtones ont joué dans la construction du chemin de fer et de la nation‑État qu’est le Canada. Quant à ses figurines, elles jouent sur les stéréotypes perpétués par des photographes comme Man, et témoignent de l’omission des peuples autochtones dans les récits sur le Canada d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

À première vue, il n’existe pas de lien entre la photo de Vanderpant et celle de Man présentées plus haut. Mais chacune reflète une vision stéréotypée du Canada, et lorsqu’on s’intéresse à leur contexte historique et à celui de leur création, on peut mieux les comprendre et comprendre le passé et le présent de notre pays.

Figurine d’un membre des Premières Nations placée devant un train. On voit l’inscription « Canada » et des graffitis sur le côté d’un wagon à grains.

Fête du Canada 2005, Brandon (Manitoba), au Canada, tiré de la série « The Delegate on Tour » (le « délégué » en tournée) par Jeff Thomas (MIKAN 4171016) ©Jeff Thomas

Figurine d’Autochtone sur la rive opposée à la Colline du Parlement.

Colline parlementaire, Ottawa (Ontario), 2007. Photo tirée de la série « The Delegate on Tour » (le « délégué » en tournée), Jeff Thomas. (MIKAN 3932081) ©Jeff Thomas

Biographie

L’archiviste Jill Delaney travaille à la Direction générale des archives privées, où elle est chargée de l’acquisition des photographies à la Section des archives visuelles, sonores et du paysage. Elle a également œuvré à la Section des documents sur l’architecture. Titulaire d’une maîtrise en études canadiennes de l’Université Carleton (1991) et d’un doctorat en histoire et en théorie de l’art et de l’architecture de la State University of New York à Binghamton (1997), elle s’est jointe à BAC en 1998 à titre d’archiviste des documents photographiques.