Le sergent Holmes, le major O’Kelly et le lieutenant-colonel Shankland, récipiendaires de la Croix de Victoria

Par Emily Monks-Leeson

Le sergent Thomas William Holmes est le plus jeune récipiendaire canadien de la Croix de Victoria. Né à Montréal le 14 octobre 1898, il ment sur son âge pour s’enrôler dans le 147e Bataillon du régiment Grey, détaché outre-mer : il affirme être plutôt né le 17 août 1897. Il sert au sein du Bataillon canadien de fusiliers à cheval et participe au premier assaut contre les forces allemandes à Passchendaele, il y a cent ans. Quand le flanc droit de l’armée canadienne est arrêté par les tirs de mitrailleuses et de fusils en provenance d’une casemate allemande, infligeant de lourdes pertes aux Canadiens, le sergent Holmes se lance à l’assaut plusieurs fois, bombardant seul les mitrailleurs allemands et finissant par capturer les 19 occupants de la casemate. Il survit à la guerre et rentre au Canada, où il meurt le 4 janvier 1950. Sa dépouille est enterrée au cimetière Greenwood d’Owen Sound, en Ontario.

Photo noir et blanc d’un jeune homme souriant, en uniforme, la casquette légèrement de travers.

Le soldat Thomas William Holmes, récipiendaire de la Croix de Victoria, janvier 1918 (MIKAN 3216873)

Le major Christopher Patrick John O’Kelly, né le 18 novembre 1895 à Winnipeg, au Manitoba, commence sa carrière militaire au sein du Corps expéditionnaire canadien comme sous-lieutenant. À 21 ans, il devient capitaine remplaçant du 52e Bataillon (96e Régiment du lac Supérieur), dirigeant ses hommes à l’assaut des défenses allemandes à l’éperon de Bellevue, près de la crête de Passchendaele. Sans soutien de l’artillerie, il mène son unité près d’un kilomètre derrière les lignes ennemies, et réussit à prendre les positions allemandes. Il organise et dirige ensuite les attaques contre les casemates allemandes, faisant 100 prisonniers et s’emparant de 10 mitrailleuses. Son grand leadership lui vaut la Croix de Victoria; il sera promu plus tard au rang de major. Il survit à la guerre, mais meurt quelques années plus tard dans un accident de bateau près de Red Lake, en Ontario, le 15 novembre 1922.

Photo noir et blanc d’un soldat couvert de boue, appuyé au mur d’une tranchée, tenant une cigarette et regardant le photographe.

Le major Christopher Patrick John O’Kelly (alors capitaine), récipiendaire de la Croix de Victoria et de la Croix militaire, décembre 1917 (MIKAN 3219566)

Page de texte serré où sont décrits soigneusement les événements du 26 octobre 1917. On y mentionne le capitaine O’Kelly et le lieutenant Shanklin [sic].

Page 19 du journal de guerre du 52e Bataillon d’infanterie canadien, 26 octobre 1917 (MIKAN 1883263)

Le lieutenant-colonel Robert Shankland est né à Ayr, en Écosse, en 1887. Il immigre au Canada en 1910 et s’installe à Winnipeg, au Manitoba. Il s’enrôle comme soldat dans le 43e Bataillon d’infanterie, où on lui décerne la Médaille de conduite distinguée pour son courage pendant la bataille du Bois du Sanctuaire en juin 1916. Promu au rang de lieutenant-colonel, Shankland, aidé de 40 hommes, prend l’éperon de Bellevue le 26 octobre 1917, malgré l’effondrement des lignes alliées et les tirs nourris des Allemands. Les deux flancs étant exposés, Shankland laisse le commandement de l’unité à un autre officier et se rend seul au quartier général du Bataillon, où il expose son plan pour la contre-attaque. Il revient ensuite avec des renforts pour mener la charge. Dans son numéro du 14 décembre 1917, le London Gazette relate ainsi l’exploit :

« S’étant emparé d’une position, il rassemble le reste de son peloton et des hommes d’autres compagnies, les dispose de manière à ce qu’ils puissent se rendre maître[s] du terrain devant, puis inflige[nt] des pertes importantes à l’ennemi en retraite. Plus tard, il disperse une contre-attaque et permet ainsi aux troupes de soutien d’avancer sans encombre. » [Traduction de la Défense nationale]

Liste tapée à la machine des événements du 26 octobre 1917, et en particulier, de ce qui est arrivé au 43e Bataillon d’infanterie canadien entre 10 h et 10 h 30.

Journal de guerre du 43e Bataillon d’infanterie canadien, octobre 1917, page 14 (MIKAN 1883254)

Le lieutenant-colonel Shankland survit à la guerre. Il servira à l’étranger pendant la Deuxième Guerre mondiale, à titre de commandant de camp au quartier général de l’Armée canadienne en Angleterre. Comme deux autres récipiendaires de la Croix de Victoria, Leo Clarke et Frederick William Hall, il a vécu sur la rue Pine, à Winnipeg. En leur honneur, cette rue est rebaptisée Valour Road en 1925.

Bibliothèque et Archives Canada possède les dossiers de service du sergent Holmes, du major O’Kelly et du lieutenant-colonel Shankland.


Emily Monks-Leeson est archiviste pour le service des Opérations numériques à Bibliothèque et Archives Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s