Les femmes inuites et les phoques : une relation unique

Par Julie Dobbin

Les phoques occupent une place centrale dans la vie des Inuits et constituent une source d’alimentation locale essentielle. De nombreuses traditions, coutumes, croyances et histoires transmises oralement concernent les phoques. Les Inuits ont toujours eu une relation importante et directe avec cet animal. Les chasseurs respectent énormément l’esprit du phoque, un animal dont ils dépendent grandement. Chaque partie du phoque est utilisée, car l’exploitation doit être durable, respectueuse et réalisée sans cruauté. Plus important encore, le climat froid et rigoureux de l’Arctique oblige les habitants de la région à avoir un bon abri et de bons vêtements pour rester au chaud et au sec. La peau, la fourrure et l’huile des phoques répondent à ce besoin.

Photo noir et blanc d’une femme inuite dans un igloo qui porte une parka à motif floral et manipule une lampe à l’huile de phoque. Un jeune inuit portant une parka en fourrure se trouve près d’elle.

Femme manipulant une lampe à l’huile de phoque dans un igloo, dans l’ouest de l’Arctique, probablement au Nunavut, en 1949 (MIKAN 3202745)

Les femmes inuites ont développé des techniques très perfectionnées pour traiter et utiliser les parties du phoque de diverses manières au fil des saisons. Après avoir enlevé la graisse avec un ulu (le couteau traditionnel des femmes à lame en forme de croissant), elles étirent et sèchent les peaux, comme le fait Taktu sur cette photo.

Photo en couleurs d’une femme inuite portant un manteau rouge. Elle est accroupie sur un littoral rocheux et retire la graisse de la peau d’un phoque avec un ulu (le couteau des femmes).

Taktu retirant la graisse de la peau d’un phoque, Kinngait (Cape Dorset), Nunavut, été 1960 (MIKAN 4324655)

Photo en couleurs d’une femme inuite portant une parka en laine blanche et un foulard jaune. Elle se trouve près du littoral et étend une peau de phoque sur un cadre en bois.

Nepachee étendant une peau de phoque sur un cadre, Kinngait (Cape Dorset), Nunavut, été 1960 (MIKAN 4424951)

Rosemary Gilliat, qui a pris cette photo de Nepachee étirant la peau d’un phoque, mentionne dans sa description que son modèle est l’une des meilleures brodeuses de Kinngait. La photographe illustre non seulement la relation de Nepachee avec le phoque, mais aussi celle des femmes inuites qui travaillent depuis longtemps avec cet animal si essentiel pour leur peuple.

Même si les femmes jouent un plus grand rôle dans le traitement des peaux, les hommes peuvent les remplacer au besoin — tout comme les femmes peuvent chasser le phoque. Les peaux étaient entièrement traitées à la main. Elles étaient mâchées pour être assouplies, comme le montrent ces photos de Josie et de deux filles inuites :

Photo noir et blanc d’une femme inuite assise sur le sol, avec un bébé dans son amauti (parka). Elle mâche un gros morceau de peau de phoque.

Josie mâchant de la peau de phoque afin de l’assouplir pour la fabrication de kamiit (bottes), Kinngait (Cape Dorset), Nunavut, juillet 1951 (MIKAN 3377915)

Photo noir et blanc de deux filles inuites, une debout et l’autre assise, devant une maison en bois. Elles mâchent des pièces de peau de phoque en forme de bottes.

Deux filles inuites mâchant de la peau de phoque afin de l’assouplir pour la fabrication de kamiit (bottes), date et lieu inconnus (MIKAN 3842281)

Le traitement de la peau et de la fourrure de phoque pouvait prendre des jours. Les peaux utilisées pour les tentes nécessitaient un traitement moins minutieux, mais il fallait mâcher et gratter davantage celles des vêtements, qui devaient être beaucoup plus souples.

Photo noir et blanc d’une femme inuite qui porte une parka en peau et une jupe longue. Elle se tient debout sur une caisse en bois, dos à la caméra, et gratte une peau de phoque fixée à un mur de bardeaux.

Femme inuite grattant une peau de phoque, Kinngait (Cape Dorset), Nunavut, 1934 (MIKAN 4317790)

Pour les Inuits, les phoques représentent bien plus que de la nourriture ou la protection contre les éléments; ils font partie intégrante de leur culture, de leur vie et de leur cosmologie. Selon l’aînée Ulayok Kaviok d’Arviat, au Nunavut :

« Au cours du processus de fabrication des bottes en peau, les aînés transmettent la tradition orale aux jeunes couturières qui s’intéressent aux rituels traditionnels et aux systèmes d’échanges entre nos cultures. La première paire de bottes en peau cousue par une fillette symbolise son attachement au mode de vie traditionnel, ainsi que l’importance de la transmission des cultures inuite et inuvialuite. » (Musée virtuel du Canada, 2005)

L’utilisation du phoque dépasse l’aspect pratique; il s’agit d’une façon d’établir des relations et de transmettre la culture. Elle représente tout un système de croyances et un mode de vie. Malgré la création de certains établissements et l’apparition, au cours des dernières décennies, de nouveaux tissus comme le coton et la laine dans la production de vêtements, les femmes inuites ont su s’adapter et conserver leurs compétences traditionnelles ainsi que les connaissances liées aux peaux et à la fourrure de phoque. Encore de nos jours, elles transmettent ces compétences aux jeunes générations.


Julie Dobbin fait sa maîtrise ès arts en études autochtones et canadiennes à l’Université Carleton. Elle a écrit cet article pendant un stage à la Division des expositions et du contenu en lignede Bibliothèque et Archives Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s