Kimutset Labradorimi

À gauche, Tatânga Mânî [chef Walking Buffalo] [George McLean] monte à cheval et porte son costume traditionnel des Premières Nations. Au centre, Iggi et une fille échangent un « kunik », un baiser traditionnel dans la culture inuit. À droite, le guide métis Maxime Marion tient un fusil. À l’arrière-plan, il y a une carte du Haut et du Bas-Canada, ainsi qu’un texte de la collection Red River Settlement [colonie de la rivière Rouge].Ce blogue fait partie de notre programme « Nations to Nations » : Voix autochtones à Bibliothèque et Archives Canada. Pour lire ce billet de blogue en Inuttut, visitez le livrel.

De Nations à Nations : voix autochtones à Bibliothèque et Archives Canada est gratuit et peut être téléchargé sur Apple Books (format iBooks) ou sur le site Web de BAC (format EPUB). On peut aussi consulter une version en ligne au moyen d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un navigateur Web mobile; aucun module d’extension n’est requis.

par Jennelle Doyle

Depuis des temps immémoriaux, les traîneaux à chiens jouent un rôle central dans les communautés inuit. Le talent historique qu’ont les Inuit pour se déplacer sur la nuna (terre) leur vient en partie de l’utilisation des traîneaux et des attelages de chiens. Les Inuit ont appris à lire le paysage au fil du temps, se servant de leurs Kimutset (attelages de chiens) pour voyager sur de longues distances, chasser, ramasser du bois de chauffage et mener de nombreuses autres tâches essentielles à la vie quotidienne au Labrador. Les Kimutset étaient nos ambulances, nos moyens de transporter marchandises et nourriture, et nos véhicules. Sans eux, en hiver, on n’avait plus que nos pieds.

Un Kimutsik (attelage de chiens) peut comporter de deux à douze Kimmet (huskies) ou même plus, selon ce qu’il faut tirer. Les Kimmet sont attelés à un Kamutik (traîneau) au moyen d’un anuk (harnais), la plupart du temps fait d’anuksak (habituellement de la peau de phoque transformée en harnais). De nos jours, on tend à remplacer l’anuksak par des cordes.

Photo noir et blanc d’un groupe de chiens de traîneau assis sur un amas de neige entassée contre une bâtisse. Des lattes en bois horizontales obstruent une fenêtre. Dans le coin inférieur droit de la photo, un chien se tient seul, à l’écart du groupe.

Kimmet, Nain, Nunatsiavut (Labrador), [1920–1922]. (e011369232-023_s1)

Sur la glace de mer, on utilise l’anuk en forme d’éventail pour que le Kamutik se déplace plus en douceur sur la surface inégale. On attelle parfois les Kimmet à la queue leu leu, habituellement dans les secteurs plus boisés. Comme vous pouvez l’imaginer, par le passé, se débrouiller sans Kimutsik était très difficile et pouvait même être dangereux puisque cela limitait l’accès à la nuna/nunak, et donc, aux fournitures ou à la chasse.

Si de nombreux conducteurs de traîneaux donnent aujourd’hui à leur Kimutsik des commandements en anglais, d’autres utilisent toujours l’inuttut. Les commandements dans cette langue font d’ailleurs un retour dans certaines communautés, alors que les Inuit redécouvrent l’importance de parler leur langue ancestrale au quotidien. On peut entendre des conducteurs crier â! (arrête!), au/auk (à droite), ha’ra (à gauche), hau (viens), huit! (allez!) et kimmik (au pied). Remarquez l’importante distinction entre le K majuscule et le k minuscule dans l’orthographe en alphabet latin des mots en inuttut (dialecte du Labrador) : Kimmik signifie « chien », mais kimmik signifie « un talon » (d’où le commandement « au pied »). Les deux mots ne sont d’ailleurs pas prononcés de la même façon : le son initial du premier mot est plutôt semblable à un « h ».

Les Kimmet vivent généralement à l’extérieur toute l’année. Quand mon arrière-grand-mère était enfant, on voyait souvent des chiens de traîneau dormir sur le toit d’une illuk/illusuak (hutte de terre) en aujak (été). De nos jours, les chiens de traîneau sont dans des enclos ou près de la glace de mer. On les nourrit de KimmiKutitsiak/KimmiKautitsak (nourriture pour chiens), principalement composée de restes d’aliments traditionnels comme du caribou et de l’omble chevalier. L’utsuk (gras de phoque) procure aux Kimmet l’énergie dont ils ont besoin pour rester bien au chaud pendant les froids mois d’ukiuk (hiver) et donne une belle apparence à leur fourrure.

Hier et aujourd’hui

Les pionniers du Labrador ont assuré leur survie grâce aux Inuit, autant les guides en traîneaux à chiens que les résidents locaux. Fondée à la fin du 19e siècle par le Dr Wilfred Grenfell, la mission Grenfell était un organisme philanthropique qui fournissait des services médicaux et sociaux au Labrador. Elle n’aurait jamais pu joindre la majorité des communautés du Labrador et certaines autres du nord de Terre-Neuve sans des guides inuit et leurs Kimutset. Cette dépendance est évidente dans les nombreux journaux de la mission, bien que le Dr Grenfell ait fini par en apprendre suffisamment sur les chiens de traîneau pour se doter de son propre attelage.

Les Inuit continuent de s’adapter à un milieu en constante évolution. L’arrivée de la motoneige a sans conteste entraîné une baisse du nombre d’attelages de chiens, mais on peut toujours apercevoir des Kimutset traverser le Nunaat/Nunangat des Inuit. Le traîneau à chiens est devenu principalement un loisir, de même qu’une activité très prisée des touristes qui visitent le Nord. C’est une bonne nouvelle : le tourisme aide à faire vivre les conducteurs de traîneaux inuit, et donc à soutenir les familles, contribuant ainsi à la préservation des pratiques culturelles des Inuits. Des courses patrimoniales sont également tenues chaque année dans certaines communautés. Les Jeux d’hiver du Labrador ont également lieu tous les trois ans à Happy Valley–Goose Bay; toutes les communautés du Labrador peuvent y participer.

Photo noir et blanc montrant deux hommes se tenant de part et d’autre d’un traîneau chargé (milieu de la photo). Plus loin, on aperçoit un groupe de chiens harnachés tirant le traîneau vers la gauche. Dans le coin inférieur droit de la photo, on voit un garçon qui marche. À l’horizon, on voit une grande colline avec de la neige éparse.

Deux hommes inok/inuuk partant avec un Kimutsik depuis la baie, un garçon Inuk marchant à l’avant-plan, Nain, Nunatsiavut (Labrador), [1920-1922]. (e011369232-027_s2)

Vocabulaire

  • Anuk – harnais
  • Anuksak – harnais fait de peau de phoque
  • Kamutik – traîneau
  • Kimmet – huskies (chiens de traîneau)
  • Kimmik – husky (chien de traîneau)
  • kimmik – au pied (commandement donné aux chiens)
  • KimmiKutitsiak/KimmiKautitsak – nourriture pour chiens
  • Kimutset – attelages de chiens
  • Kimutsik – attelage de chiens
  • Utsuk – gras de phoque

Dictionnaire d’inuttut du Labrador


Jennelle Doyle était archiviste pour l’initiative Écoutez pour entendre nos voix de Bibliothèque et Archives Canada. Elle a grandi à Churchill Falls, au Labrador. Sa famille vient de la côte sud du Labrador et de l’île de Terre-Neuve

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.