Coup d’œil dans les archives de l’ancienne gouverneure générale Adrienne Clarkson

Par Thora Gustafsson et Rebecca Sykes

La très honorable Adrienne Clarkson est surtout connue pour avoir été gouverneure générale du Canada de 1999 à 2005, mais sa vie entière est jalonnée de grandes réalisations. Arrivée au pays en tant que réfugiée, elle devient une personnalité de la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et la première déléguée générale de l’Ontario en France, influençant la vie des Canadiens bien avant son entrée à Rideau Hall.

Adrienne Clarkson (née Poy) voit le jour à Hong Kong en 1939. Après la capitulation de la ville devant les forces japonaises, le jour de Noël 1941, la famille Poy connaît des temps difficiles; les denrées se font rares sous l’occupation. Le père d’Adrienne, William Poy (Ng Ying Choi), est un ancien courrier de la milice volontaire pour la Grande-Bretagne. Pour tenter de faire évacuer sa famille, il joue de ses contacts et envoie une lettre aux délégués commerciaux du Canada. L’entreprise porte ses fruits : William, sa femme Ethel Lam (Lam May Ngo), Adrienne et son grand frère Neville se retrouvent sur une liste de la Croix-Rouge, aux côtés de citoyens canadiens à rapatrier.

La famille Poy a seulement dix heures de préavis avant de s’embarquer pour l’Amérique du Nord; chaque personne ne peut emporter qu’une valise. On peut voir dans le fonds Adrienne L. Clarkson une photographie publicitaire d’Adrienne, âgée de quelques années à peine, en train de manger un cornet de crème glacée à son arrivée en sol canadien, à Montréal. Dans son autobiographie Le Cœur au poing, publiée en 2009, Mme Clarkson raconte qu’elle n’oubliera jamais le moment où sa famille a appris qu’elle allait être évacuée, un épisode marquant de sa vie.

Jeune fille sur un canapé en train de lire un livre.

Adrienne Poy en train de lire. (R12308, vol. 189, fichier 1)

Enfant, Adrienne Clarkson est déjà une lectrice insatiable. Elle a souvent dit en entrevue qu’être privée de lecture serait pour elle l’équivalent de l’enfer, et qu’elle pouvait lire plus de sept livres par semaine. « Je lis comme d’autres se rongent les ongles, voracement et compulsivement. » (R12308, vol. 159, dossier 13)

À neuf ans, elle reçoit en cadeau un exemplaire d’Anne, la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery, qui devient l’un de ses livres préférés. Comme beaucoup d’immigrants, elle s’y réfère pour comprendre le Canada et son peuple. Plus tard, elle fait sa maîtrise en littérature anglaise à l’Université de Toronto, où elle enseigne par la suite au département d’anglais.

La littérature lui ouvre les portes de la télévision : embauchée par la CBC en 1965 comme critique littéraire à l’émission Take 30, Adrienne Clarkson est rapidement promue coanimatrice. À l’écran, elle discute avec Paul Soles d’une panoplie de sujets, des livres à la maternité en passant par la cuisine et les enjeux sociaux du moment, comme l’avortement et la consommation de drogues. Elle aborde également des thèmes qui lui tiennent encore à cœur aujourd’hui, comme les premières écoles d’immersion française et l’expérience des immigrants au Canada.

En parcourant les archives d’Adrienne Clarkson, on constate le lien profond qui l’unissait à son public. Dans un article du Winnipeg Free Press paru en 1966, elle écrit qu’elle voit souvent le fameux téléspectateur moyen comme « un troisième interlocuteur, une personne qu’on rencontrerait dans une soirée et qui serait avenante et intéressée ». Et le courant passe des deux côtés, comme en témoigne la collection de lettres envoyées par les téléspectateurs. Une dame qui écrit en son nom et en celui de son mari affirme que regarder Take 30, c’est comme « recevoir une amie dans sa demeure ». Par ailleurs, plusieurs épisodes traitant de la maternité sont enregistrés à l’époque où la coanimatrice attend elle-même un enfant. Les adeptes de l’émission comptant de nombreuses mères, beaucoup des lettres adressées à Mme Clarkson contiennent des conseils et des suggestions de lecture à ce sujet.

En 1982, l’animatrice met un terme à une carrière télévisuelle de 17 ans à la CBC pour devenir déléguée générale de l’Ontario en France. Adrienne Clarkson étant une francophile de longue date, son fonds contient des photographies de sa famille en compagnie de voisins francophones, ainsi que des photographies de ses voyages en France, à l’époque de sa jeunesse. Elle a aussi étudié le français, qu’elle a appris à parler couramment durant ses études supérieures à la Sorbonne, à Paris, en 1962.

En tant que déléguée générale, Mme Clarkson est chargée de défendre les intérêts économiques et culturels de l’Ontario en France et dans d’autres pays européens. L’une de ses plus grandes fiertés est la sélection du Canadien Carlos Ott pour la construction de la nouvelle salle de l’Opéra de Paris. Cet architecte émergent, établi à Toronto et originaire de l’Uruguay, est choisi au terme d’un concours international mené en 1983. Mme Clarkson avait réussi à obtenir le budget nécessaire pour recevoir les juges du concours à Toronto, afin de changer leur perception du Canada anglo-saxon et de leur montrer la ville dans toute sa splendeur et sa diversité.

Groupe de personnes en train d’observer la maquette d’un bâtiment.

Adrienne Clarkson (au centre) derrière une maquette de l’opéra Bastille, Paris. (R12308, vol. 190, dossier 5)

En 1999, Adrienne Clarkson devient la 26e gouverneure générale du Canada. Elle est la deuxième femme, mais aussi la première immigrante et la première personne de couleur à occuper cette fonction. Reconnue pour avoir modernisé le poste, elle continue dans ses fonctions de tisser des liens avec les Canadiens, voyageant d’un bout à l’autre du pays pour discuter avec eux, aussi bien en français qu’en anglais.

Les archives du fonds Adrienne L. Clarkson couvrent sa jeunesse, sa carrière télévisuelle, son travail en tant que déléguée générale de l’Ontario en France ainsi que ses années à titre de gouverneure générale. Elles font foi de la constance dont Mme Clarkson a fait preuve toute sa vie dans les domaines qui lui tenaient à cœur.

Comme immigrante, animatrice, déléguée générale de l’Ontario, gouverneure générale et cofondatrice de l’Institut pour la citoyenneté canadienne (le legs de son mandat de gouverneure générale), elle a mûrement réfléchi aux questions d’identité et d’appartenance au pays. Les recherches qu’elle a effectuées pour l’émission Take 30 ont clairement influencé son travail et les causes qu’elle allait défendre plus tard dans sa vie. Quant à son amour indéfectible pour la langue française, il lui a permis de se rapprocher des Canadiens pendant sa carrière dans la fonction publique.

Les archives d’Adrienne Clarkson conservées à Bibliothèque et Archives Canada sont une riche source d’information qui font la chronique d’une vie remplie de passion et d’aventure.


Thora Gustafsson et Rebecca Sykes sont archivistes à la Section de la gouvernance, des affaires militaires et des affaires politiques de la Direction générale des archives à Bibliothèque et Archives Canada.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.