Les premières victimes canadiennes de la Première Guerre mondiale

C’est un fait bien connu que George Lawrence Price, tué par un tireur d’élite deux minutes avant l’Armistice, le 11 novembre 1918, est le dernier soldat canadien mort au combat pendant la Première Guerre mondiale. Mais qui est le premier?

La question est plus complexe qu’elle n’en a l’air. Le 4 août 1914, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne, ce qui déclenche l’entrée en guerre des dominions de l’Empire britannique, dont le Canada. Les membres du Corps expéditionnaire canadien n’arrivent sur les champs de bataille français et belge qu’au début de 1915. Toutefois, des Canadiens sont déjà en Europe lors du déclenchement des hostilités; certains s’engagent dans les forces britanniques et entrent en service plus tôt. Ainsi, des unités britanniques combattent en France et en Belgique dès le début d’août 1914. Les affrontements intenses qui font rage à Mons, dans la Marne et à Ypres ont déjà causé 500 000 pertes en octobre 1914.

Les Livres du Souvenir du Canada et le Mémorial virtuel de guerre du Canada fournissent les noms de plus de 118 000 combattants canadiens morts à la guerre depuis la Confédération. Les Livres du Souvenir s’intéressent surtout aux soldats tués au sein d’unités canadiennes, mais ils mentionnent aussi ceux qui sont morts en combattant dans des régiments britanniques. Sont également nommés les Canadiens morts en service à la suite d’une maladie, d’un accident ou d’une blessure, morts au combat, ou ayant succombé à des blessures subies au combat.

Mort en service, mais pas au combat

Le soldat Harry B. Little, du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, s’enrôle le 10 août 1914 à l’âge de 26 ans. Il meurt quatre jours plus tard des suites d’une insuffisance cardiaque pendant qu’il voyage à bord d’un train de troupes, en Alberta. Il est enterré au cimetière de Czar, en Alberta.

Mort au combat, mais pas sous le drapeau canadien

Le caporal Charles Raymond fait partie de l’infanterie britannique, plus précisément du 2e Bataillon du King’s Royal Rifle Corps. Né à Windsor, en Ontario, il meurt au combat le 14 septembre 1914, à 32 ans. Il est enterré au cimetière de La Ferté-sous‑Jouarre, en Seine‑et‑Marne (France).

Morts au combat sous les couleurs du pays

Les premiers Canadiens qui meurent en combattant au sein d’une unité canadienne pendant la Première Guerre mondiale sont Malcolm Cann, John Hatheway, William Palmer et Arthur Silver. Ils font partie de la première cohorte de diplômés du nouveau Royal Naval College of Canada. Commandés par le contre‑amiral britannique sir Christopher Cradock, à la base navale de l’Amérique du Nord et des Antilles de la Royal Navy, ils embarquent à bord du HMS Good Hope, qui fait partie de l’escadron de navires chargé de défendre les routes commerciales britanniques contre les attaques de la marine allemande dans l’est du Pacifique. Les quatre hommes participent à la bataille de Coronel, dans l’océan Pacifique, à environ 80 kilomètres au large des côtes du Chili. Le 1er novembre 1914, le combat s’engage contre un escadron allemand commandé par l’amiral Graf Maximilian von Spee, près de la côte chilienne. Au cours de ce qui allait s’avérer la pire défaite navale britannique depuis un siècle, plus de 1 600 marins alliés meurent au combat, y compris ces quatre aspirants de marine canadiens, dont le navire coule corps et biens.

Ressources connexes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s