Un nouveau départ : 150 ans d’infrastructures fédérales en Colombie-Britannique – Côte nord : Le phare de Dryad Point

Par Caitlin Webster

La Colombie-Britannique s’est jointe au Canada en 1871, il y a 150 ans. Dans les années qui ont suivi, les infrastructures fédérales se sont répandues dans toute la province. Ce processus est bien documenté dans les collections de Bibliothèque et Archives Canada. La présente série de huit blogues met en lumière des bâtiments, des services et des programmes, ainsi que leur impact sur les diverses régions de la Colombie-Britannique.

Le Canada comprend de longues côtes et d’innombrables lacs navigables. Les phares sont donc présents au pays depuis des siècles. Après l’entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération, en 1871, un système étendu d’aides à la navigation sur la côte ouest, souvent dangereuse, devient de plus en plus nécessaire. Le nouveau ministère fédéral de la Marine et des Pêcheries entreprend alors un ambitieux programme de construction. En 1914, le nombre de phares au Canada a triplé.

La plupart des nouveaux phares sont en bois, comme celui de Dryad Point, construit en 1899. Celui-ci comprend un logement pour le gardien relié à une tour carrée en bois. Reconstruit en 1919, le phare actuel est une tour en béton armé de plus de 7 m de hauteur.

Photographie en noir et blanc d’une tour de phare et de la maison attenante. Il y a quelques petites cabanes rudimentaires au premier plan et l’océan à l’arrière-plan.

Tour et habitation du phare, Dryad Point, Colombie-Britannique, 1929 (a148037-v8)

En 1930, un nouveau logement et un hangar à bateaux sont construits. Le phare comprend actuellement un certain nombre de bâtiments annexes : logements, serres, entrepôts de carburant et hangars pour le matériel.

Photographie en noir et blanc montrant un phare, une résidence, un hangar à bateaux et d’autres bâtiments, avec le rivage au premier plan.

Phare à Dryad Point, 1935 (a149341-v8)

Situé à l’angle nord-est de l’île Campbell, près de Bella Bella, le phare se trouve sur le territoire traditionnel de la nation Heiltsuk. Son premier gardien fut le capitaine Richard Carpenter (1841-1931). Le chef Heiltsuk, à la fois artiste et constructeur de bateaux, occupe ce poste jusqu’en 1930.

Depuis sa construction, le phare guide les navires dans les virages serrés et les terres basses, potentiellement périlleux, du passage principal et du chenal Seaforth. En 2015, Dryad Point reçoit la désignation de phare patrimonial pour que son cachet particulier et son environnement exceptionnel soient préservés.

Pour en savoir plus sur les phares et leurs gardiens en Colombie-Britannique, consultez les ressources suivantes :


Caitlin Webster est archiviste principale à la Division des services de référence au bureau de Vancouver de Bibliothèque et Archives Canada.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.