Les débuts de la poste aérienne

Le 25 décembre 1927, un avion Fairchild survolait la rive nord du Saint-Laurent, de La Malbaie à Sept-Îles (Québec). Chaque fois que l’avion s’approchait d’une collectivité, le pilote faisait descendre son avion et laissait tomber un paquet rempli de courrier attaché à un parachute. Le maître de poste récupérait le parachute et le courrier postal pendant que le pilote poursuivait son vol vers la municipalité suivante.

Il s’agissait de la première livraison officielle par poste aérienne effectuée par le ministère des Postes afin de desservir les collectivités sises le long de la rive nord du Québec. En hiver, ces municipalités — comme bien d’autres ailleurs au Canada — étaient auparavant isolées et recevaient le courrier sur une base irrégulière, après un transport plutôt lent par bateau ou traîneau à chiens.

Une photographie en noir et blanc d’un groupe d’hommes debout devant un avion monomoteur. Les hommes sont placés en demi-cercle autour de nombreux sacs de courrier empilés sur le sol.

Pilote renomé Roméo Vachon devant les portes de l’avion Fairchild FC-2W de la Canadian Transcontinental Airways Ltd. lors de l’inauguration du service postal aérien entre Montréal et Rimouski (Québec), le 5 mai 1928. À Rimouski, le courrier était transféré des navires transatlantiques à bord d’un avion qui s’envolait pour Montréal, puis vers Toronto. Ainsi, la livraison se faisait 24 heures plus vite. (MIKAN 3390347)

À l’époque, la poste était le principal moyen de recevoir du courrier personnel et commercial, des journaux, des transferts d’argent, des colis et des cadeaux de Noël. Le Canada était le lieu par excellence où amorcer la livraison par poste aérienne en raison de la grande étendue du pays, de son territoire peu peuplé, du manque de liens de communication et des longs hivers.

Le premier vol officiel assurant le service de poste aérienne au Canada a eu lieu en 1918. Toutefois, de 1918 à 1927, la majorité de la poste aérienne était transportée à bord d’avions de façon non officielle. La livraison se faisait grâce à des avions de voltige, à des démonstrations aériennes ou à des entreprises privées (généralement des sociétés minières) qui livraient le courrier destiné à leurs propres services. En 1927, le ministère des Postes commence à attribuer plus de contrats visant le transport de la poste par avion et jette les bases d’un réseau d’itinéraires en ce sens. On peut dire que vers la fin de 1927 – y compris le vol effectué par M. Vachon –, on assiste à la fin de la première année de la poste aérienne officielle au Canada.

Un timbre-poste-avion illustrant un biplan monomoteur survolant un lac et des forêts. On peut lire : « Patricia Airways and Exploration Limited, Canada. Lark. Special delivery: Sioux Lookout to Pine Ridge and Red Lake ». (Lark étant le modèle de l’avion représenté. Livraison par exprès : de Sioux Lookout à Pine Ridge et à Red Lake.) Le timbre-poste est jaune, l’avion est de couleur rouille et les arbres, le lac et le contour sont verts.

Un exemple parmi les timbres-postes-avions non officiels émis par des entreprises privées aux fins de la livraison par poste aérienne, en 1926. Patricia Airways and Exploration assurait des vols et des services entre Sioux Lookout, Pine Ridge et Red Lake (Ontario). (MIKAN 3854727)

Les premiers contrats officiels visant le transport de la poste par voie aérienne ont été attribués par le ministère des Postes à des compagnies aériennes privées. Au printemps 1930, des routes aériennes étaient tracées pour desservir les régions du Nord (p. ex., Chibougamau [Québec]; Red Lake [Ontario]), les îles (p. ex., Île-du-Prince-Édouard; île Pelée [Ontario]; Îles-de-la-Madeleine [Québec]) et des villes et des villages partout au Canada.

Une photographie en noir et blanc illustrant un groupe d’hommes vêtus de manteaux d’hiver et de chapeaux devant un avion monomoteur. Les hommes sont debout, en demi-cercle, et font face à l’appareil-photo. Des sacs de courrier-avion reposent sur le sol.

Le vol inaugural de la livraison par poste aérienne d’Edmonton (Alberta) vers Saskatoon (Saskatchewan) à bord d’un avion Fokker F. XIV, de la Western Canada Airways Ltd. (compagnie qui deviendra par la suite la Canadian Airways), à Saskatoon, le 3 mars 1930. (MIKAN 3390448)

Edmonton, la « Porte du Nord », était le point de départ de la poste aérienne destinée aux Territoires du Nord-Ouest. Auparavant, le courrier était transporté par bateau en été et par traîneau à chiens en hiver dans les collectivités sises le long du fleuve Mackenzie. La poste aérienne a réduit le délai de livraison, qui ne se comptait plus en semaines, mais en jours. Après que C.H. « Punch » Dickins de la Western Canada Airways ait effectué les premières livraisons de la poste aérienne dans l’Arctique en janvier 1929, le contrat du ministère des Postes a été attribué à la Commercial Airways. La première livraison officielle de la poste aérienne dans l’Arctique a été effectuée par Wilfrid « Wop » May et Idris Glyn-Roberts à la fin de décembre 1930.

Une photographie en noir et blanc illustrant des hommes qui se tiennent debout sous l’aile d’un avion, à côté d’un traîneau à chiens chargé de sacs de courrier-avion. La plupart des hommes prennent la pose, faisant face à la caméra. On peut voir des chiens attelés à un traîneau.

Transfert du courrier de l’avion vers un traîneau à chiens après une livraison à Aklavik (Territoires du Nord-Ouest), en 1930. Sur la photographie, on peut voir les pilotes, Wilfrid « Wop » May et Idris Glyn-Roberts, à côté de leur Bellanca Pacemaker, propriété de la Commercial Airways. (MIKAN 3383375)

À l’époque, la majorité des pilotes étaient d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale. Au Canada, ils parcouraient des centaines de kilomètres sans carte, ni radio, ni cabine chauffée. Ils traversaient des tempêtes de neige et des bancs de brouillard, ils atterrissaient et décollaient à même l’eau et la glace et toutes sortes de surfaces improvisées. Les ingénieurs et les mécaniciens étaient tout aussi héroïques, bien qu’aujourd’hui ils soient, pour la plupart, tombés dans l’oubli. Ils entretenaient les avions dans des conditions hivernales extrêmes. Souvent, ils devaient réchauffer l’huile moteur le matin sur un brûleur de manière à pouvoir démarrer le moteur. La collection de Bibliothèque et Archives Canada sur le ministère des Postes renferme un rapport selon lequel un ingénieur a dû, en plein vol, sortir de la cabine pour rajuster un ski.

Au début des années 1930, les avantages de la poste aérienne sont devenus évidents. Le service assurait une livraison plus rapide et économique, des communications et des échanges commerciaux bonifiés. De plus, les régions et les collectivités isolées se sentaient plus près du reste du pays.

Une photographie en noir et blanc illustrant un homme costumé en père Noël qui sort de l’avion par la porte latérale en transportant un sac de courrier-avion. Il se tient sur un marchepied portatif, prêt à fouler le sol. Un homme en uniforme tient la porte ouverte.

Le premier dépôt de courrier-avion effectué par les Lignes aériennes Trans-Canada à Winnipeg (Manitoba), en 1939. (MIKAN 3649847)

Sources connexes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s