Terry Fox, l’espoir en héritage

Par Kelly Anne Griffin

Terrance Stanley Fox est né le 28 juillet 1958 à Winnipeg, au Manitoba. En 1968, sa famille s’installe à Port Coquitlam, en Colombie-Britannique. Durant son enfance et son adolescence, il apparaît à sa famille et à ses amis comme quelqu’un de déterminé et compétitif, un passionné de sport qui excelle autant dans la course de fond qu’au basketball. Ils ne se doutaient pas qu’il deviendrait ce héros canadien qui a laissé derrière lui un monde plus beau.

En 1977, à l’âge de 18 ans, Terry Fox reçoit un diagnostic d’ostéosarcome, une forme de cancer des os, repéré dans sa jambe droite. Tragiquement, il doit être amputé juste au-dessus du genou. Il subit 16 mois de chimiothérapie, durant lesquels il est profondément éprouvé par la souffrance et les difficultés qu’il vit et qu’il observe chez les autres patients de l’hôpital qui sont, comme lui, en traitement pour cette horrible maladie. À l’époque, la recherche sur le cancer en est encore au stade embryonnaire, et Terry sait qu’il reste beaucoup à faire pour les personnes atteintes. Il lui vient donc l’idée de traverser le Canada à la course dans le cadre de ce qu’il nomme le « Marathon de l’espoir ». Son objectif? Sensibiliser la population au combat mené par les personnes atteintes d’un cancer et récolter des fonds pour la recherche d’un remède.

Dessin d’un homme avec une jambe artificielle qui court. Les mots Marathon de l’espoir, Terry Fox et le chiffre 30 y sont inscrits.

Le timbre émis par Postes Canada en 1982 en commémoration du Marathon de l’espoir de Terry Fox. (s003769k) Droit d’auteur : Société canadienne des postes

Le 12 avril 1980, Terry Fox plonge sa jambe artificielle dans l’océan Atlantique, donnant ainsi officiellement le coup d’envoi du Marathon de l’espoir. L’idée lui est venue après une lecture sur Dick Traum, un athlète amputé ayant participé au marathon de New York. Fox, qui est un grand sportif, se met en tête de courir d’un bout à l’autre du Canada pour faire de la sensibilisation et amasser des fonds pour la recherche sur le cancer.

Ce qui se passe pendant les 143 jours qui suivent est une véritable source d’inspiration. Si les médias y prêtent peu d’attention au départ, le vent change une fois que Fox atteint l’Ontario. À ce stade, la division de l’Ontario de la Société canadienne du cancer se met à suivre son parcours, tout comme la médiasphère et quelques éminents journalistes. Des événements sont organisés dans toute la province, et Fox rencontre le premier ministre Pierre Trudeau ainsi qu’une foule de célébrités. Armé d’une détermination inébranlable, l’athlète parcourt en moyenne 42 kilomètres par jour; son épopée rassemble et captive les Canadiennes et Canadiens d’une manière aussi extraordinaire qu’inégalée. Le 1er septembre 1980, le cancer s’étant répandu dans ses poumons, Fox est malheureusement contraint de mettre fin à sa traversée du pays sur une note impressionnante : 5 373 kilomètres au compteur, de Saint John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, à Thunder Bay, en Ontario.

Le 1er février 1981, même s’il ne peut plus courir, Terry Fox atteint l’objectif de récolter 1 $ par personne au Canada. Le 28 juin 1981, après un long et courageux combat, Terry Fox s’éteint. Le souvenir qu’il laisse est immortalisé dans tous les cœurs et les esprits. Le Marathon de l’espoir a tant ému le pays que de nombreuses personnes écrivent au gouvernement fédéral pour exprimer leur solidarité à l’égard de Terry Fox et lui demander de trouver des moyens de préserver sa mémoire.

L’héritage national de l’athlète perdure encore aujourd’hui. Depuis 1980, la course annuelle à l’occasion de la Journée Terry Fox, organisée par la Fondation Terry Fox, a permis de récolter plus de 850 millions de dollars. C’est un apport inestimable à la recherche sur le cancer au Canada et un gage d’espoir pour les millions de personnes touchées par cette maladie. Au fil des ans, le legs de Terry Fox a traversé les frontières : la course attire maintenant des millions de participants dans plus de 60 pays. Il s’agit de la plus importante activité de collecte de fonds d’un jour pour la recherche sur le cancer au monde.

Un rectangle dans lequel figure la photo d’un homme remettant une médaille enrubannée à un autre homme, dont la tête est penchée vers l’avant. Dans le coin supérieur droit figure un timbre tamponné comprenant le dessin d’un homme en train de courir ainsi qu’un cachet de la poste mentionnant « Day of issue, Jour d’émission, Ottawa Canada, 82-04-13. »

La couverture d’une enveloppe, émise par Postes Canada en avril 1982, sur laquelle on voit Terry Fox recevoir la médaille de Compagnon de l’Ordre du Canada. (e001218739) Droit d’auteur : Société canadienne des postes

Hissé au rang de héros national pour ses actions, Fox a également été nommé Compagnon de l’Ordre du Canada en 1980 pour son dévouement à la cause et pour avoir rassemblé le pays. Il est d’ailleurs la plus jeune personne à avoir reçu cette distinction honorifique. On lui attribue également le trophée Lou-Marsh de l’athlète canadien de l’année 1980 et le titre de Personnalité médiatique de l’année de la Presse canadienne en 1980 et en 1981. Partout au Canada, statues, sculptures et monuments lui rendent hommage, et des routes, des parcs et des bâtiments sont nommés en son honneur.

Autres ressources


Kelly Anne Griffin est archiviste adjointe pour l’équipe Médias spécialisés et description à la Division des archives gouvernementales de Bibliothèque et Archives Canada.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.