Exposition des trésors de Bibliothèque et Archives Canada sur Sir John A. Macdonald. Deuxième partie : Les emplettes de Sir John

Dans le cadre des célébrations entourant le 200e anniversaire de naissance de Sir John A. Macdonald, le premier des premiers ministres du Canada, Bibliothèque et Archives Canada présente une exposition à la Villa-Bellevue — un lieu historique national de Parcs Canada situé à Kingston, en Ontario, et consacré à Macdonald.

Les visiteurs pourront y voir de véritables trésors, comme cette page d’une version préliminaire de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique qui a – supposément rédigé de la main même de Sir John A. Macdonald.

Page écrite à la main à l’encre très pâle.

Première page de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (MIKAN 456819)

L’exposition met aussi en vedette d’autres documents moins connus mais tout aussi captivants, dont plusieurs reçus pour des achats effectués par Macdonald tout au long de sa vie. Bien que modestes, ces documents, pour la plupart écrits à la main et ornés d’élégantes fioritures typiques du 19e siècle, apportent un éclairage inédit sur la vie privée de Macdonald. Ils témoignent souvent d’achats à la fois amusants et touchants.

Par exemple, le 23 décembre 1862, Macdonald a acheté un traîneau de la célèbre entreprise montréalaise John Henderson & Company (« spécialisée dans l’importation, la confection et la vente de chapeaux, fourrures, mocassins indiens, raquettes, etc. »). Peut-être voulait-il l’offrir en cadeau à son jeune fils Hugh John pour Noël? Ou peut-être a-t-il lui-même cédé à l’engouement pour la glissade, une activité hivernale en vogue dans les milieux aisés au 19e siècle?

Reçu écrit à la main du marchand de fourrures montréalais John Henderson & Company décrivant les achats effectués à différentes dates par Sir John A. Macdonald, notamment un traîneau acheté le 23 décembre 1862.

Les historiens se sont aussi interrogés sur la dispendieuse cravache pour dames achetée à la boutique spécialisée Swaine Adeney de Londres par un jeune Macdonald veuf, en voyage en Grande-Bretagne. Bien qu’il y fût à titre officiel pour promouvoir des projets de son gouvernement, il a pris le temps de se procurer ce présent de luxe. L’identité de la dame à qui il était destiné demeure un mystère.

Les reçus de Macdonald témoignent de sa fascination durable pour les beaux vêtements et les accessoires élégants. Ainsi, au cours d’un autre voyage, il rendit visite à des parents en Écosse et en profita pour s’acheter une tenue vestimentaire complète du clan Macdonald (un clan des Highlands) : un kilt, des bas et le veston en velours de soie généralement porté par les gentilshommes. La   où il a acheté ces articles lui a fourni un étui hermétique pour les entreposer, ainsi que des instructions sur la bonne manière de les porter.

Image d’un reçu détaillé pour l’achat d’un ensemble complet de vêtements et d’accessoires du clan Macdonald (des Highlands), incluant un kilt et un veston Par ailleurs, Macdonald a souffert pendant des années de problèmes de santé dus en partie à son alcoolisme. La collection de Bibliothèque et Archives Canada comporte plusieurs reçus intrigants concernant des ordonnances ainsi que des remèdes en usage au 19e siècle. Ainsi, cette ordonnance pour « Le fortifiant ferrugineux » témoigne d’une croyance générale de l’époque, à savoir que la teinture de fer pouvait améliorer le fonctionnement du système digestif. Macdonald aurait terriblement souffert de fréquentes indigestions, et on lui a prescrit cette mixture durant les dix dernières années de sa vie.

Image d’une ordonnance de 1883 du « chimiste et pharmacien » d’Ottawa John Roberts, pour un fortifiant visant à soulager les problèmes gastriques de Sir John A. Macdonald.Venez voir les reçus personnels de Sir John A. Macdonald au lieu historique national de la Villa-Bellevue du 16 mai au 12 octobre 2015.

Exposition des trésors de Bibliothèque et Archives Canada sur sir John A. Macdonald. Première partie : célèbres épreuves rejetées

Bibliothèque et Archives Canada (BAC) possède la collection canadienne la plus exhaustive de documents sur le premier des premiers ministres du pays, sir John A. Macdonald. En cette année de commémoration du bicentenaire de la naissance de Macdonald, BAC présente une exposition à la Villa‑Bellevue de Kingston (Ontario), lieu historique national de Parcs Canada consacré à Macdonald.

Les Canadiens pourront y admirer des trésors rares, comme un cahier d’écolier de Macdonald et le premier portrait connu de lui :

Image d’un cahier d’écolier de sir John A. Macdonald; le cahier est ouvert à une page d’exercices de géométrie.

Cahier d’exercices de sir John A. Macdonald (MIKAN 122162)

Image du premier portrait connu de sir John A. Macdonald, un portrait à l’huile de style romantique.

Premier portrait à l’huile de sir John A. Macdonald, vers 1842 1843 (MIKAN 2837236)

L’exposition présente aussi des articles moins connus, mais particulièrement intéressants. La collection de BAC comprend la plupart des négatifs sur plaque de verre d’origine produits par le célèbre photographe William James Topley (1845‑1930) au cours d’une séance de photos réalisée à la demande de Macdonald. En voici quelques exemples :

Images de sir John A. Macdonald, debout, portant un pardessus. Il adopte plusieurs poses dans un décor des studios Topley, tenant parfois un chapeau et une canne. Images de sir John A. Macdonald, debout, portant un pardessus. Il adopte plusieurs poses dans un décor des studios Topley, tenant parfois un chapeau et une canne.

 Images de sir John A. Macdonald, debout, portant un pardessus. Il adopte plusieurs poses dans un décor des studios Topley, tenant parfois un chapeau et une canne.

Épreuves rejetées de photos de sir John A. Macdonald prises par William Topley, vers 1875 (MIKAN 3218747, MIKAN 3499179, MIKAN 3499181)

Topley était l’un des portraitistes les plus reconnus de son époque; des citoyens connus et inconnus de partout au pays lui demandaient de les photographier. Son studio, toujours situé près de la colline du Parlement, attirait bon nombre des premiers députés du nouveau Dominion. Topley avait même été nommé photographe officiel de la cour pour le gouverneur général du Canada, le marquis de Lorne (1845‑1914).

Les photos de Macdonald prises au studio Topley n’ont pas toutes survécu, mais la plupart des négatifs de chaque séance sont parvenus jusqu’à nous. On y trouve souvent des images rejetées qui s’avèrent fascinantes et surprenantes. Produites sur de minces plaques de verre (la technologie du XIXe siècle qui a précédé le développement de films photographiques), elles sont fragiles et encombrantes, et ne fournissent que des images négatives. Pour faciliter la consultation, des reproductions positives sont généralement tirées de ces négatifs, comme c’est le cas pour cette exposition.

Plusieurs prises rejetées et une épreuve produites pendant la séance chez Topley sont montrées une à la suite de l’autre. Ces photos inédites ne sont pas aussi formelles que les portraits développés produits dans un studio, mais elles donnent une idée du déroulement des séances de photographie au XIXe siècle. Prises dans leur ensemble, elles donnent une impression de mouvement et semblent ramener Macdonald à la vie.

BAC est le seul dépôt d’archives au Canada qui possède les documents officiels du studio Topley, dont les albums de comptoir d’origine, des épreuves photographiques et des négatifs. Les épreuves photographiques de Macdonald, comme tant d’autres documents, prouvent que la collection compte parmi les plus importantes documentations visuelles sur le Canada des cinquante premières années de la Confédération.

Image d’un reçu remis à sir John A. Macdonald après une séance de photographie chez William James Topley, en juin 1885.

Reçu d’une séance de photographie chez Topley (MIKAN 122162)

Venez voir les épreuves rejetées de Macdonald au lieu historique national de la Villa‑Bellevue, entre le 16 mai et le 12 octobre 2015.