Henry Ash, et pourquoi Internet transite encore par des câbles sous-marins

Par Vasanthi Pendakur

Carte des pôles Nord et Sud montrant des lignes télégraphiques traversant l’Atlantique et les continents.

Carte des pôles montrant les câbles sous-marins et, en rouge, les principales lignes télégraphiques, 1883. (e011211770)

Sur la planète, la majeure partie d’Internet est sous l’eau. En effet, malgré l’avènement des communications par satellite et de la technologie sans fil, l’essentiel des connexions passe par des câbles sous-marins. Ceux-ci, très longs, s’entrecroisent sur terre et au fond des mers pour transmettre les signaux permettant à Internet d’atteindre vos appareils.

La plupart des câbles actuels ont été installés par des entreprises de télécommunications. Plus récemment, les géants de la technologie ont aussi commencé à déployer leurs propres lignes.

La pose est très coûteuse, mais moins que le recours aux satellites. Planifier l’installation prend du temps : le tracé doit tenir compte des obstacles, des marées et des formations instables. En outre, les intempéries peuvent compliquer le processus.

Les câbles sous-marins sont conçus à l’aide de machines spéciales qui en maintiennent la tension. On fabrique d’abord un mince fil, qu’on recouvre ensuite de plusieurs couches protectrices faites de cuivre, de plastique, d’acier ou de goudron. Le tout doit pouvoir résister aux tremblements de terre, au passage des navires – qui pourraient accidentellement briser un câble – ou à l’appétit des animaux marins. (C’est bien connu, les requins raffolent d’Internet!)

On charge ensuite les câbles sur des navires spéciaux, en prenant bien soin de ne pas les plier. Puis, une fois au large, on les dépose lentement le long du tracé choisi. La pose complète peut prendre des semaines, surtout si les conditions météorologiques sont mauvaises.

Les tout premiers essais avec des câbles télégraphiques sous-marins remontent aux années 1850. Divers inventeurs mènent alors une série d’expériences pour trouver la meilleure façon d’immerger ces câbles au fond de l’océan. Parmi ceux-ci, on retrouve Samuel Morse et Charles Wheatstone, deux pionniers de la télégraphie, et Michael Faraday, pionnier de l’électromagnétisme.

Ces essais démontrent que le meilleur câble se compose d’un fil de cuivre gainée de plusieurs couches de fer, de caoutchouc naturel et de gutta-percha (une sève utilisée comme isolant thermoplastique).

Forts des résultats de leurs expériences, Samuel Morse, l’homme d’affaires Cyrus West Field et l’océanographe Matthew Maury s’associent pour créer l’Atlantic Telegraph Company. L’objectif : commander et poser un câble télégraphique qui traversera l’Atlantique.

Un essai réalisé en 1856 permet d’installer avec succès un câble sous-marin reliant la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve. La compagnie entame alors la pose de son premier câble transatlantique, entre Telegraph Field (en Irlande) et Heart’s Content (à Terre-Neuve).

Plusieurs tempêtes et des bris de matériel retardent le projet. Le câble est finalement connecté en août 1858. La reine Victoria l’inaugure pour acheminer un télégramme de félicitations à la compagnie. Le message atteint sa destination en 16 heures, une amélioration considérable quand on sait qu’à l’époque, les messages livrés par bateau prenaient dix jours à arriver.

Hélas, le câble se brise trois semaines plus tard, sans doute à cause de mauvaises manipulations et d’un entreposage inadéquat. Il faudra attendre 1866 pour que le navire SS Great Eastern installe avec succès un autre câble translatlantique.

Photo noir et blanc d’un grand navire vu de la rive.

Le SS Great Eastern termine la pose du deuxième câble télégraphique transatlantique, 1866. (c004484)

Couverture d’un album souvenir relatant l’installation du câble transatlantique de la société Mackay-Bennett, en 1894.

Couverture d’un album souvenir relatant l’installation d’un câble sous-marin en 1894. (e004414208)

Au fil des ans, de nombreuses expéditions ont lieu pour installer des câbles sous-marins. Le succès de 1866 stimule la production d’objets souvenirs, dont plusieurs sont conservés par Bibliothèque et Archives Canada (BAC) dans le Collection Henry Ash.

Artiste amateur, dessinateur et concepteur, Henry Ash est originaire de Londres, en Angleterre. À l’occasion, il se joint à l’équipage du câblier Faraday comme aide-ingénieur. Lors des sorties en mer, il réalise de nombreux dessins au crayon, dont certains se retrouvent dans l’album souvenir montré plus haut. BAC conserve certaines des œuvres qu’il a exécutées lors de ses voyages.

Croquis de Bull Rock et de son phare, au large de la côte sud-ouest de l’Irlande, avec des bateaux pêchant le maquereau.

Vue de la côte irlandaise au départ d’une expédition. (e004414185)

Le croquis ci-dessus, exécuté de sa main, représente un paysage côtier dans des teintes de gris, esquissé d’un trait précis et finement ombré. L’artiste y a clairement indiqué le lieu de l’expédition. Durant ce voyage, Henry Ash a aussi dessiné des routes, des littoraux et des scènes en haute mer, montrant souvent le navire au milieu de l’océan, entouré d’éléments naturels. Plus tard, il rassemblera les croquis d’une expédition ultérieure pour en faire un album souvenir destiné au public.

Bref, la collection de BAC témoigne des avancées qui ont mené à Internet, ainsi que d’un procédé – la pose de câbles sous-marins – qui, malgré sa simplicité, est demeuré à peu près inchangé.

Visitez l’album Flickr sur les croquis d’Henry Ash.

Croquis de l’entrée du port de St. John’s.

Vue de l’entrée du port de St. John’s (Terre-Neuve). (e004414154)

Autres sources :


Vasanthi Pendakur est gestionnaire de projet au sein de l’équipe du Contenu en ligne à Bibliothèque et Archives Canada.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.