L’armée de zombies du Canada

Par Andrew Horrall

Le 24 octobre 1944 en matinée, une semaine avant l’Halloween, le premier ministre Mackenzie King rêve à des amis proches. Fasciné par le spiritisme, il croit y voir une signification précise : « Des personnes intéressées par des questions qui me touchent souhaitent me faire ressentir leur présence. » [Traduction du journal de William Lyon Mackenzie King, p. 1]. La journée passe, et King remarque d’autres signes lui faisant croire qu’il est guidé par l’autre monde.

À l’époque, King tente de résoudre un problème qui divise non seulement son gouvernement, mais le Canada tout entier. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, en septembre 1939, il avait promis de ne pas imposer la conscription. Toutefois, cinq années ont passé, et l’armée canadienne a désespérément besoin de renforts en Europe. L’après-midi du 24 octobre 1944, King préside une discussion animée du Cabinet sur l’enrôlement obligatoire. Il devient particulièrement irrité lorsque Thomas Crerar, ministre des Mines et des Ressources, insiste pour que « les zombies soient envoyés à l’étranger » pour tenter de mettre un terme à la guerre. [Traduction du journal de William Lyon Mackenzie King, p. 8]

Affiche couleur d’un soldat souriant, avec la légende « Come On, pal … ENLIST! » [Allez, mon ami... ENRÔLE-TOI!].

Affiche de recrutement : « Come On, pal … ENLIST! » [Allez, mon ami… ENRÔLE-TOI!], vers 1942. (c087427k)

Vous vous demandez sans doute pourquoi le gouvernement parlait d’envoyer au front des morts-vivants cannibales! Mais la discussion du Cabinet reflète une toute autre réalité : le terme « zombie » était alors populaire au Canada, et la guerre lui avait donné un tout nouveau sens.

Bien que les zombies apparaissent aujourd’hui dans de nombreux films, livres et émissions télévisées, ils étaient beaucoup moins connus dans les années 1940, et faisaient surtout partie du folklore haïtien. Le terme désigne un automate sans cervelle et sans voix, ressuscité des morts pour effectuer des tâches manuelles.

La plupart des Nord-Américains découvrent les zombies pour la première fois dans L’Île magique : Les mystères du vaudou, un succès de librairie de 1929 dans lequel l’auteur affirme avoir rencontré de véritables zombies en Haïti. Trois ans plus tard, Hollywood adapte ce roman pour en faire un film intitulé Les Morts-vivants. Les barmans de l’époque, suivant la tendance, concotent des « zombies » : des cocktails à base de rhum, qui rendent les buveurs aussi confus que ces créatures d’outre-tombe.

L’histoire des zombies dans l’armée canadienne est plus complexe. Comme nous le disions, King avait promis en 1939 de ne pas imposer la conscription, un enjeu qui avait déjà divisé le pays en 1917, lors de la Première Guerre mondiale. Son gouvernement commence donc par recruter des volontaires pour combattre outre-mer.

En 1940, cependant, l’adoption de la Loi sur la mobilisation des ressources nationales permet d’imposer la conscription, mais seulement pour servir au Canada. Les soldats enrôlés peuvent alors demander, s’ils le souhaitent, de faire partie du service général et d’aller combattre en Europe.

Dans les camps d’entraînement militaires partout au Canada, les tensions entre les hommes du service général et les autres deviennent rapidement apparentes. Ceux qui refusent de servir à l’étranger sont ridiculisés, et surnommés « les merveilles de la feuille d’érable » (les Maple Leaf Wonders) puisqu’ils refusent de faire face au danger : ils s’occupent plutôt de tâches administratives et de la protection des côtes canadiennes.

Photo couleur de trois hommes franchissant une palissade en bois, vêtus de casques, de chemises à manches courtes, de culottes courtes, de longues chaussettes et de bottes, et portant des fusils.

Des troupes à l’entraînement, parc Lansdowne, Ottawa. (e010778708)

Les tensions politiques, sociales et militaires entourant la conscription mènent à un référendum national sur la question en avril 1942. Les Canadiens anglais votent pour, alors que les Canadiens français s’y opposent en aussi grand nombre. King, percevant cette profonde division, essaie de trouver un terrain d’entente avec le slogan « La conscription si nécessaire, mais pas nécessairement la conscription ».

Photo noir et blanc d’un homme debout derrière un lutrin, devant une foule de travailleurs. Le lutrin est recouvert d’un drapeau de l’Union royale. Des policiers font face à la foule.

James S. Duncan, président-directeur général de l’entreprise Massey-Harris, incite les travailleurs à voter en faveur de la conscription lors du référendum national, en 1942. (a164429)

Et c’est ici que nous revenons à nos morts-vivants. Au début de 1943, le terme « zombie » prend un tout nouveau sens : les hommes du service général, les femmes en uniforme et la population en général l’utilisent pour se moquer des hommes qui refusent d’aller se battre à l’étranger. On les fait passer pour des personnes lâches, passives et incapables de penser par elles-mêmes. L’image est reprise par les journaux et les magazines canadiens-anglais, qui publient des articles et des blagues sur les zombies en les associant aux éléments prétendument subversifs de la société canadienne, et qui affirment que les femmes refusent de sortir avec eux.

Une photo publiée dans le Toronto Star en janvier 1943 montre toutefois un groupe de soudeurs, sur un chantier naval, qui ont peint des visages de zombie sur leurs masques. Leur geste suggère que certains assumaient avec fierté leur décision de ne pas aller au front, et qu’ils avaient fait leur ce terme dégradant. (« Shots behind scenes in Canada’s war factories » [Photos des coulisses de l’industrie canadienne de la guerre], Toronto Star, 13 janvier 1943, p. 17).

Au Canada, les zombies s’inscrivent dans l’imaginaire collectif en juillet 1943, lorsqu’éclate une émeute sur une base militaire de Calgary. Des hommes du service général se moquent alors d’eux avec la chanson « Salute to a Zombie » [Remerciements à un zombie], une rengaine populaire dans tout le Canada. Les esprits s’échauffent, et une bataille s’ensuit. Bibliothèque et Archives Canada conserve la copie de la chanson envoyée au colonel J. L. Ralston, ministre de la Défense nationale (qui, pour sa part, recommandait vivement d’envoyer les zombies outre-mer).

Poème dactylographié, avec l’empreinte d’un timbre de caoutchouc sur le côté et du texte manuscrit au bas.

Salute to a Zombie » [Remerciements à un zombie], RG24, vol. 2197, dossier AC 54-27-63-38.

Au moment où King préside la réunion du Cabinet, une semaine avant l’Halloween de 1944, il fait face à d’intenses pressions de la part des ministres, des commandants militaires et d’une grande partie de la population. Tous veulent qu’il envoie les zombies au combat, puisque les volontaires ne suffisent pas à remplacer les soldats tombés. King résiste jusqu’en novembre, puis décide d’envoyer outre-mer 17 000 zombies. Sa décision entraîne une désertion massive, de même qu’une courte mutinerie en Colombie-Britannique. Au bout du compte, environ 2 500 zombies seront envoyés en Europe, et 69 d’entre eux y perdront la vie.

Pour toute une génération de Canadiens, surtout au Canada anglais, les zombies sont associés à une amère division sociale causée par la Deuxième Guerre mondiale. La signification moderne du terme et la présence de la créature dans la culture populaire ne feront leur apparition qu’en 1968, à la sortie du film La Nuit des morts-vivants.


Andrew Horrall est archiviste principal à la Division des archives privées de Bibliothèque et Archives Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.