La naissance du Canada à travers les yeux de lady Susan Macdonald

Par Ayla Maud

Comme le dit le vieil adage, « derrière chaque grand homme, il y a une grande femme ». Mais quand avons-nous la chance de connaître ces grandes femmes? Nous les voyons, debout à côté de leurs illustres époux, mais savons-nous vraiment quelle a été leur contribution à l’ombre des regards? Cet été, Bibliothèque et Archives Canada nous a proposé de découvrir les pensées intimes de l’une de ces grandes dames : lady Susan Agnes Macdonald (née Susan Agnes Bernard).

Susan Bernard épouse en 1867 sir John Alexander Macdonald, le premier titulaire du poste de premier ministre du Canada (ou Dominion du Canada, comme le pays s’appelait à l’époque). Cinq jours après l’entrée en fonction de sir John Macdonald, son épouse entreprend de documenter leur nouvelle vie. Le journal manuscrit de Susan Macdonald a été entièrement numérisé cet été pour souligner le 150e anniversaire du Canada et mis en ligne aux fins de transcription par le grand public. En plus d’offrir un regard inédit sur l’arrivée d’une nouvelle venue dans la haute société de l’époque, lady Susan Macdonald livre ses réflexions concernant la formation du Dominion du Canada. Elle apporte un témoignage de première main sur de grands moments de l’histoire que plusieurs d’entre nous avons étudiés à l’école.

Page d’un journal intime écrite à l’encre en lettres cursives.

Une page manuscrite montrant le premier texte écrit par lady Susan Macdonald dans son journal, daté du vendredi 5 juillet 1867 (MIKAN 129069)

Ce qui frappe d’abord à la lecture des premières réflexions et expériences de lady Macdonald, c’est l’amour qu’elle voue à son mari. À de nombreuses occasions, elle parle avec enthousiasme de la patience de sir John, de son amour et de sa capacité à toujours donner le meilleur de lui-même. Susan Macdonald est une alliée indéfectible de son mari, autant dans sa carrière que dans sa vie personnelle. Par amour, elle n’hésite pas à l’accompagner dans ses nombreux voyages, missions de travail pour
l’édification de la confédération, activités sociales et autres événements.

Une photographie en noir et blanc d’une femme qui regarde légèrement vers la gauche. Ses cheveux sont séparés par une raie au milieu et attachés derrière la nuque; elle porte une robe du soir dégageant les épaules.

Macdonald of Earnscliffe, Agnes Macdonald, baronne. Photographiée par William Topley, septembre 1873 (MIKAN 3624847)

Parce qu’elle s’intéresse vivement à la carrière politique de son mari, Susan Macdonald est en mesure de témoigner d’une multitude d’événements considérés comme des moments charnières dans la plupart des cours d’histoire aujourd’hui. Ainsi, on trouve dans son journal plusieurs passages rédigés après l’assassinat de Thomas D’Arcy McGee, un des Pères de la Confédération, et le procès qui a suivi. Lady Susan y note plusieurs informations précises concernant la mort de McGee (par exemple, qu’il a été tué alors qu’il déverrouillait la porte de sa maison en rentrant chez lui un soir), les opinions qui circulaient dans la population à l’époque et les méthodes utilisées pour recueillir des preuves contre Patrick Whelan, le présumé assassin.

Le journal de Susan Agnes Macdonald offre aux lecteurs la chance de remonter dans le temps jusqu’à la fin des années 1860 et de découvrir (bien qu’il s’agisse du point de vue d’une personne en particulier) tout un pan de la société canadienne d’autrefois. Ce n’est pas seulement en faisant connaître l’opinion du public sur certains événements que lady Macdonald brosse un tableau de sa vie à l’intention des générations futures, c’est aussi dans sa manière de décrire Ottawa à chaque époque de l’année, nous permettant de comparer la ville d’alors avec ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Susan Macdonald relate en détail certains repas et les coutumes observées à l’occasion, dont quelques-unes diffèrent passablement des pratiques actuelles. La foi religieuse est un thème récurrent dans son journal. Qu’elle mentionne avoir assisté à un service religieux ou documente des prières qu’elle souhaite voir exaucer,
chacun de ces passages illustre des moments de sa vie spirituelle et de celle de son mari.

Une aquarelle représentant un voilier orange sur l’eau près d’une plage. Il y a de petites vagues le long du rivage. Derrière le voilier se dresse une falaise qui descend vers une vallée. Les couleurs utilisées sont l’orange, le brun, le vert et le bleu.

Aquarelle réalisée par lady Susan Macdonald, non datée (MIKAN 161120)

On peut facilement se reconnaître dans certains passages du journal de lady Macdonald où elle parle de ses inquiétudes face à ses nouvelles responsabilités en tant qu’épouse de premier ministre. Tout comme vous et moi pouvons éprouver certaines appréhensions en abordant un nouveau chapitre de notre vie, elle se dit nerveuse et craint de ne pas savoir comment se comporter. À un moment, elle se décrit comme « une novice » dans sa nouvelle vie.

Une photographie en noir et blanc d’une femme portant une robe longue de couleur foncée. Ses cheveux sont blancs et coiffés en chignon.

Macdonald of Earnscliffe, Agnes Macdonald, baronne. Photographie prise par William Topley, non datée (MIKAN 3623447)

La transcription du journal de lady Susan Agnes Macdonald est maintenant terminée, mais le journal numérisé est toujours disponible en ligne. Il offre un bon aperçu non seulement du genre de femme qu’était madame Macdonald, mais aussi de ce qu’était le Canada à ses débuts.


Ayla Maud est étudiante assistante de projet à la Division des services régionaux et de l’AIPRP, à la Direction générale des services au public de Bibliothèque et Archives Canada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.