Commémoration du 195e anniversaire de sir John Abbott

Le 12 mars, il y a 195 ans,,sir John Joseph Caldwell Abbott, le troisième premier ministre du Canada, naissait à St. Andrews, dans le Bas-Canada (Saint-André-d’Argenteuil, Québec). Il était le fils aîné de Harriet Bradford et du révérend Joseph Abbott, un missionnaire anglican.

Après des études de droit à l’Université McGill, Abbott fut admis au barreau du Bas-Canada en 1847. Il devint un brillant avocat de société, représentant des hommes d’affaires et des institutions tels que John Thomas Molson, la Banque de Montréal et la Compagnie de la Baie d’Hudson. Il fut aussi doyen de la faculté de droit de l’Université McGill de 1855 à 1880.

Les carrières juridique et politique d’Abbott entrèrent en conflit lorsque le scandale du Pacifique éclata au grand jour. Abbott, qui représentait la circonscription d’Argenteuil depuis la fin des années 1850, était aussi le conseiller juridique du Chemin de fer Canadien Pacifique et de sir Hugh Allan, ce qui le plaçait au centre de contrats gouvernementaux douteux et d’une affaire de corruption touchant les chemins de fer. Avec la chute du gouvernement de sir John A. Macdonald en 1874, il perd son siège et ne parvient pas à se faire réélire au Parlement fédéral jusqu’à ce qu’il remporte une élection partielle en 1881.

Abbott ne tente pas de se faire réélire en 1887, mais il est nommé au Sénat en mai cette année-là à titre de leader du gouvernement au Sénat, et devient ministre sans portefeuille dans le cabinet de Macdonald. Quand Macdonald décède, après avoir remporté l’élection fédérale de mars 1891, le Parti libéral-conservateur tient conseil à l’interne, et Abbott accepte à contrecœur le poste de premier ministre en juin. Avec cette passation de pouvoir, Abbott devient le premier des premiers ministres du Canada à être né au pays, et le premier sénateur à occuper cette fonction. Sa santé déclinant, Abbott remet sa démission en novembre 1892.

Photographie en noir et blanc d’un vieil homme portant une veste de soirée avec une chemise blanche et une cravate noire.

Sir John Joseph Caldwell Abbott, 1892. Photographie de William Topley (No MIKAN 3191858)

En dehors de sa vie d’élu fédéral, Abbott était l’ami de l’homme d’affaires montréalais Hugh Fraser qui, dans son testament de 1870, léguait une partie de sa fortune en vue de la création d’une bibliothèque, d’un musée et d’une galerie d’art que les résidants de la ville pourraient fréquenter gratuitement. Comme l’établissement de cette institution publique donne lieu à un différend, Abbott, en tant qu’administrateur de la succession de Fraser, passe 15 ans à se battre pour la réalisation des volontés de son ami et il se rend même au Royaume-Uni pour être entendu par le Conseil privé. L’Institut Fraser ouvre finalement ses portes en1885. Il regroupe les bibliothèques de l’Institut canadien et de la Mercantile Library Association. À titre de premier gouverneur de l’Institut, Abbott prononce le discours inaugural en octobre 1885. Cette institution est aujourd’hui connue sous le nom de bibliothèque de l’Institut Fraser-Hickson.

Abbott avait épousé Mary Martha Bethune, et ils ont eu huit enfants. Il est décédé à Montréal le 30 octobre 1893.

Pour en apprendre davantage sur sir John J.C. Abbott :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s