Retrouver les sources de l’histoire canadienne : la construction d’une nation dans les archives et les bibliothèques de France et de Grande-Bretagne

Dans un discours prononcé en 1936, le premier ministre Mackenzie King déclarait : « Si certains pays ont trop d’histoire, nous, nous avons trop de géographie ». Le Canada est un pays relativement jeune dont l’histoire est intimement liée à celle d’autres pays de l’autre côté de l’océan. Comment faire pour découvrir cette histoire si les documents qui en témoignent sont entreposés dans les archives et les bibliothèques de France et du Royaume-Uni? Comment ces documents peuvent-ils être mis à la disposition des Canadiens?

Jean-Baptiste-Louis Franquelin. CARTE DE L'ACADIE CONTENANT Tous les Ports, Havres, Sondes & Mouillages qui font le long de fes côtes; Les Bois, Montagnes, Lacs, & Marais qui font dans la profondeur de fes Terres & touttes les Rivierres qui en defcendent. Avec une partie de la Colonie Françoise du Canada audessus & dessous de Quebec sur les bords du Fleuve de St Laurent 1702.

Jean-Baptiste-Louis Franquelin. CARTE DE L’ACADIE CONTENANT Tous les Ports, Havres, Sondes & Mouillages qui font le long de fes côtes; Les Bois, Montagnes, Lacs, & Marais qui font dans la profondeur de fes Terres & touttes les Rivierres qui en defcendent. Avec une partie de la Colonie Françoise du Canada audessus & dessous de Quebec sur les bords du Fleuve de St Laurent 1702.
Cette carte a été dressée à l’origine par Jean-Baptiste-Louis Franquelin, cartographe officiel de la Nouvelle-France. Il s’agit ici d’une copie exécutée par Charles Beaudouin en juillet 1939. Des artistes, comme Beaudoin, étaient embauchés pour copier les cartes et plans les plus importants dans les archives de France et du Royaume-Uni. Ces cartes et plans de la collection de BAC sont considérés comme des originaux (MIKAN 4125184).

Premières transcriptions

Bien avant la Confédération, des efforts concertés ont été déployés pour documenter et promouvoir notre histoire. Des citoyens, membres d’organisations telles que la Société littéraire et historique de Québec se sont rendus en Europe pour scruter les documents conservés dans les archives françaises et britanniques afin d’y découvrir des informations relatives au Canada. Louis-Joseph Papineau lui-même, durant son exil en France après la rébellion du Bas-Canada, a repéré et copié d’importants documents témoignant du passé colonial du Canada. Lorsque les Archives du Dominion ont été créées en 1872, la recherche a progressé de manière exponentielle. En 1902, au décès du premier archiviste du Dominion, Douglas Brymner, 3 000 volumes de transcriptions de documents concernant l’histoire coloniale du Canada avaient été produits. En 1905, une équipe permanente fut chargée de la transcription des documents en Europe. Douglas Brymner souhaitait que le Canada possède ces documents qui témoignent des moments importants de la fondation et de l’administration du pays par des puissances étrangères. Cette vision s’est réalisée au cours du siècle suivant.

Une meilleure concertation

Le succès du programme de copie outremer a été largement influencé par les grands événements qui ont marqué l’actualité. Durant les années 1920, la prospérité économique du Canada a permis d’intensifier ces travaux de transcription grâce à l’embauche d’un plus grand nombre de copistes : des archivistes locaux, en exercice ou à la retraite, ainsi que des Canadiens résidant à l’étranger. Dans les années 1930, le programme de copie a connu une forte réduction et pendant la Deuxième Guerre mondiale a carrément été interrompu en France; toutes les transcriptions qui n’avaient pas déjà été expédiées au Canada ont été entreposées en sécurité dans les ambassades suisse et américaine à Paris jusqu’à la fin de la guerre. Avec l’invention du microfilm et de la microphotographie, le processus de copie des documents est devenu beaucoup plus facile, rapide et efficace. En un siècle, plus de 450 000 pages ont été reproduites. De l’introduction du microfilm dans les années 1950, à la fin du programme de copie au début du 21e siècle, environ 2,5 millions de pages ont été microfilmées.

Anonyme. Plan de l’enclose de Plaisance en Terre-Neuve [dessin d’architecture] : fait le 15 [septem]bre, 1690.

Anonyme. Plan de l’enclose de Plaisance en Terre-Neuve [dessin d’architecture] : fait le 15 [septem]bre, 1690.
Ce plan de l’établissement de Plaisance à Terre-Neuve, daté de 1690, a été copié par Jules Juteau. Dans le coin inférieur gauche, on peut voir la signature de l’artiste ainsi que la date où il a terminé son travail (MIKAN 3941581).

Entre le premier voyage outremer de membres de la Société littéraire et historique de Québec en 1835 et la fin du programme de copie de BAC au début des années 2000, les copistes ont travaillé avec diligence dans les bibliothèques et centres d’archives de France et du Royaume-Uni pour retrouver les documents qui nous ont aidés à mieux comprendre notre histoire. On peut consulter plusieurs de ces pièces copiées sur le site Web Héritage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s