Jeremiah « Jerry » Jones

En ce mois de l’histoire des noirs, Bibliothèque et Archives Canada désire souligner le service des Canadiens noirs durant la Première Guerre mondiale. Alors que tous les Canadiens étaient emportés par le patriotisme du début de la guerre et les occasions offertes par le service militaire, les Canadiens noirs ont eu de la difficulté à s’enrôler en raison du racisme qui régnait à l’époque. Malgré l’inexistence d’une politique officielle ou énonçant explicitement l’exclusion, le service militaire canadien a laissé les décisions de recrutement à la discrétion de chaque commandant. Les Canadiens noirs volontaires et ceux appartenant à d’autres groupes minoritaires s’enrôlaient au régiment qui voulait bien les accepter. Une unité spéciale, le 2e Bataillon de construction, a été formée et regroupait des membres de la communauté noire de la Nouvelle-Écosse. Les membres de ce bataillon n’étaient pas envoyés au front, mais ils ont creusé des tranchées, réparé des routes et ont attiré des centaines de recrues provenant de partout au Canada et même des États-Unis.

Une photo sépia d’un homme en uniforme portant une ceinture et une casquette d’officier et tenant un bâton dans ses deux mains devant le haut de ses cuisses.

Jeremiah « Jerry » Jones, soldat de la Première Guerre mondiale dont la photo a été prise par un photographe inconnu. Celle-ci appartient à la collection personnelle de la famille Jones (Wikipedia)

Parmi les Canadiens noirs qui se sont portés volontaires et qui ont servi, on retrouve Jeremiah « Jerry » Jones, un soldat de la Nouvelle-Écosse qui a été recruté par le 106e Bataillon (Nova Scotia Rifles) en juin 1916. Né à East Mountain, en Nouvelle-Écosse, le 30 mars 1858, Jones était âgé de plus de 50 ans lorsqu’il s’est enrôlé et a menti au sujet de son âge afin de pouvoir joindre l’armée. Jones a été envoyé à l’étranger puis transféré au sein du Royal Canadian Regiment où il a combattu sur les lignes de front en France, notamment pendant la bataille de la crête de Vimy en avril 1917. Durant la bataille, alors que son unité a été prise sous le feu d’une mitrailleuse, Jones s’est avancé seul pour attaquer la position de l’ennemi allemand. Il réussit à s’approcher suffisamment pour pouvoir lancer une grenade tuant plusieurs soldats allemands. Les survivants se sont rendus à Jones qui leur a fait transporter la mitrailleuse à l’intérieur des limites canadiennes pour la déposer aux pieds de son commandant. Il semblerait que Jones ait été recommandé pour la Médaille de conduite distinguée, mais aucun registre n’indique qu’il ait reçu une telle distinction. Pendant les décennies qui ont suivi la guerre, le Truro Daily News et le sénateur Calvin Ruck ont souligné la bravoure de Jones et ont exercé des pressions pour que le gouvernement canadien reconnaisse officiellement sa contribution. Ruck a insisté sur le fait que le sentiment raciste qui existait à l’époque a empêché Jones et d’autres soldats noirs de recevoir une reconnaissance appropriée pour leur héroïsme.

Une liste nominative indiquant le numéro de régiment, le rang, le nom, le corps d’armée précédent, le nom du plus proche parent, le pays d’origine et le lieu et la date du recrutement.

Inscription de Jeremiah Jones sur la liste nominale des officiers, des sous-officiers et des militaires du rang » du 106e bataillon (MIKAN 2006098)

Jones a été blessé durant la bataille de la crête de Vimy ainsi que durant la bataille de Passchendaele. Il a été officiellement libéré à Halifax au début de l’année 1918 après avoir été jugé médicalement inapte. Il est décédé en novembre 1950. Jeremiah Jones s’est vu décerner à titre posthume le Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué, le 22 février 2010.

 

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de janvier 2016

À ce jour, 240 545 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Soldats de la Première Guerre mondiale : 1914‑1918. S’il-vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

Bibliothèque et Archives Canada numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 3962. Dernier nom : Halliwell.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.

Le hockey en temps de guerre : Le 228e Bataillon

Jusqu’au 22 janvier, Bibliothèque et Archives Canada présente l’exposition Le hockey en temps de guerre au 395, rue Wellington à Ottawa. C’est l’occasion pour les visiteurs d’en apprendre plus sur la contribution des joueurs de hockey canadiens à l’effort de guerre : des hommes qui se sont enrôlés et ont servi outre-mer lors de la Première Guerre mondiale, sans oublier les femmes qui ont pris le relais et récupéré la rondelle à la maison!

L’émergence de très bonnes équipes militaires de hockey est une histoire particulièrement fascinante. Saviez-vous qu’en 1916, le 61Bataillon de Winnipeg (en anglais seulement) remporta la prestigieuse Coupe Allan lors du championnat canadien de hockey senior? Et que le 87e Bataillon de Montréal fut assez bon pour disputer une partie amicale (en anglais seulement) contre une équipe professionnelle de Montréal comptant des joueurs des Canadiens?

Mais aucune équipe ne fut aussi populaire que celle du 228e Bataillon, comme le révèle la riche collection de documents gouvernementaux de Bibliothèque et Archives Canada. Connu sous le nom de Northern Fusiliers, le 228e Bataillon était basé à North Bay, en Ontario, et placé sous le commandement du lieutenant-colonel Archie Earchman. Les Fusiliers recrutèrent tellement de bons joueurs qu’à l’automne 1916, ils furent invités à joindre les rangs de l’Association nationale du hockey, la principale ligue professionnelle de ce sport et l’ancêtre de la Ligue nationale de hockey.

Photo en noir et blanc d’un homme debout, vêtu d’un uniforme, d’une casquette et d’un ceinturon-baudrier, une canne à la main.

Le lieutenant-colonel Earchman, D.S.O., Toronto, Ontario (date non précisée) (MIKAN 3215233)

Lire la suite

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de décembre 2015

À ce jour, 231 540 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Soldats de la Première Guerre mondiale : 1914‑1918. S’il-vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

Bibliothèque et Archives Canada numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 3789. Dernier nom : Greenaway.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de novembre 2015

À ce jour, 217 062 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Soldats de la Première Guerre mondiale : 1914‑1918. S’il-vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

BAC numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • Dernière boîte numérisée : Boîte no 3121. Dernier nom : Fitzpatrick.

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.

À la recherche des dossiers de service des soldats de la Première Guerre mondiale

La base de données

Vous pouvez trouver des références aux dossiers de service des militaires ayant servi dans le Corps expéditionnaire canadien dans notre base de données Soldats de la Première Guerre mondiale : 1914‑1918.

Néanmoins, il est parfois difficile de trouver un soldat pour plusieurs raisons :

    • Son nom ou son prénom peut s’écrire de plusieurs manières Les renseignements dans les index correspondent à ceux inscrits dans les documents d’archives, qui ont souvent été écrits à la main. De plus, il est possible qu’il y ait une erreur dans la base de données. Le moteur de recherche de la base de données peut trouver des mots possédant une même racine. Par exemple, « Worth* » produira une recherche sur « Worth », « Worthing » et « Worthington ».
    • Plusieurs soldats ont le même nom Pour identifier votre soldat, il est essentiel de vérifier les documents d’attestation (formulaires d’enrôlement) puisqu’ils contiennent des renseignements personnels à son sujet.
    • Il a donné une fausse date de naissance  Pour pouvoir s’enrôler dans l’Armée durant la Première Guerre mondiale, il fallait avoir de 18 à 45 ans.

 

Numérisation des dossiers

Pour les mises à jour sur ce projet, consultez la page numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien.

Lorsqu’un dossier est numérisé, vous pouvez le visualiser gratuitement en cliquant sur le lien « Dossier de service numérisé – format PDF » qui est ajouté à l’entrée de la base de données. Vous ne voyez pas de lien PDF? Le dossier n’est pas encore numérisé.

Comment commander une copie du dossier

Si le dossier n’est pas encore numérisé, il est possible d’en obtenir une copie. Des renseignements expliquant comment obtenir des copies sont fournis sur notre site Web, dans la rubrique liste de prix et normes de services – copie régulière.

Pour une commande de reproductions, il est nécessaire d’inclure la référence complète indiquée dans la base de données. Exemple :

Nom : MACDONALD, JOHN
Numéro de matricule : 105564
Date de naissance : 31/05/1881
Référence : RG 150, versement 1992-93/166, boîte 6736 – 5
Numéro d’item : 147430

Pour mieux comprendre les dossiers de service

Les liens suivants donnent des détails sur les documents importants qui sont offerts dans les dossiers de service :

Journaux de guerre

Les dossiers de service indiquent où la personne était stationnée en Angleterre, mais pas les lieux d’affectation en France ou en Belgique ni les batailles auxquelles les soldats ont participé. Les dossiers fournissent le nom ou le numéro des unités dans lesquelles la personne a servi. Vous devez donc posséder une copie du dossier de service avant de consulter les journaux de guerre. À ce sujet, lisez notre page sur les journaux de guerre de la Première Guerre mondiale.

Médailles

Voyez aussi notre base de données médailles, honneurs et récompenses militaires, 1812‑1969.

Pour trouver de l’information sur les militaires ayant servi dans l’aviation ou la marine, ou pour tout autre renseignement, consultez notre page sur la Première Guerre mondiale.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à communiquer avec nous!

Né pour servir : Georges P. Vanier

Né à Montréal le 23 avril 1888, Georges Vanier ressentira l’influence de ses parents bilingues tout au long de sa vie. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il étudie au Collège Loyola, puis à l’Université Laval où il obtient un diplôme en droit en 1911. Il commence à exercer le droit peu de temps après, bien qu’il ait aussi envisagé la prêtrise. C’est le déclenchement de la Première Guerre mondiale qui attire finalement son attention et il s’enrôle dans l’armée canadienne. Ce fut un excellent recruteur et il joue un rôle important dans la création du 22e bataillon canadien-français. C’est également pendant la guerre qu’il est blessé et doit se faire amputer de la jambe droite.

Photographie en noir et blanc montrant un homme tout sourire dans un uniforme d'officier avec une casquette.

Le major Georges P. Vanier du 22e bataillon, juin 1918 (MIKAN 3192070)

Après la guerre, le major Vanier revient au Canada. Il reste dans l’armée et participe à plusieurs missions diplomatiques. Au cours des quelque 20 années suivantes, il est nommé aide de camp par intérim de deux gouverneurs généraux, devient lieutenant-colonel du Royal 22e Régiment à La Citadelle et est nommé à la délégation militaire du Canada pour le désarmement auprès de la Société des Nations et au Haut-commissariat du Canada à Londres. En 1939, il devient envoyé extraordinaire du roi et ministre plénipotentiaire en France.

Photographie en noir et blanc de deux hommes et une femme. Les hommes se serrent la main, et la femme regarde l'un des hommes.

Visite du brigadier Georges P. Vanier. Les Vanier sont accueillis par le général McNaughton à Paris (France), 1940 (MIKAN 3526747)

Lire la suite

Contextes multiples : Bibliothèque et Archives Canada au Musée canadien de l’immigration du Quai 21

Cinq pièces provenant de la riche collection de Bibliothèque et Archives Canada font actuellement partie d’une nouvelle exposition présentée au Musée canadien de l’immigration du Quai 21, à Halifax (Nouvelle-Écosse). Il s’agit notamment d’une médaille commémorative, de timbres, d’une carte et d’un traité concernant des terres. Ces objets nous aident à mieux comprendre la complexe expérience d’immigration qui continue de façonner le passé et le présent du Canada.

Les documents d’attestation — des documents d’information témoignant d’une facette de l’histoire du Canada

Une des pièces de la collection de Bibliothèque et Archives Canada faisant partie de l’exposition au Quai 21 s’appelle un document d’attestation. Il s’agit d’un formulaire que les recrues devaient remplir et signer, afin de confirmer leur acceptation de servir outremer au sein du Corps expéditionnaire canadien (CEC) lors de la Première Guerre mondiale. La collection de Bibliothèque et Archives Canada comprend actuellement 620 000 documents d’attestation, qui sont tous numérisés et accessibles en ligne.

Une image en noir et blanc d’un formulaire dactylographié fournissant des renseignements personnels sur Joseph Wilder, incluant sa condition physique. Le document est signé par celui-ci et contresigné par un médecin militaire.

Document d’attestation de Joseph Wilder (MIKAN 46114, boîte 10355-39, 312833)

Les informations contenues dans ces formulaires permettent d’en apprendre beaucoup à propos des soldats. Par exemple, on y trouve des précisions relatives à leur apparence physique, comme la taille, la couleur des yeux et le tour de poitrine. Les recrues devaient également indiquer, entre autres, leur métier ou gagne-pain, leur lieu de naissance, leurs plus proches parents et leur lieu de résidence. Quand il s’agit de trouver des informations concernant des personnes qui ont laissé peu de documents (ou même aucun!), ces documents d’attestation peuvent être extrêmement utiles pour commencer à rassembler les éléments d’une histoire personnelle.

Joseph Wilder — Sergent du corps médical et pharmacien

Le document d’attestation intégré dans l’exposition du Quai 21 concerne un nommé Joseph Wilder. On y apprend qu’il demeurait au 140 avenue Alfred, à Winnipeg (Manitoba), qu’il était né en Roumanie et qu’il gagnait sa vie comme pharmacien. De telles informations peuvent être utiles à ses descendants, à des membres de la communauté locale de Winnipeg et, d’une manière générale, pour témoigner de l’histoire du Canada. Ces informations viennent aussi compléter ce qu’on peut lire dans les deux publications de Joseph Wilder : Read All About It: Reminiscences of an Immigrant Newsboy et Lotions, Potions and Liniments Pure: A Look at the Drug Trade in Winnipeg in the 1900’s.

Vous pourrez trouver d’autres informations en consultant la base de données sur les soldats de la Première Guerre mondiale et la page du projet de numérisation à grande échelle visant à rendre ces documents accessibles en ligne.

Les infirmières militaires

L’incroyable contribution des infirmières militaires canadiennes pendant la Première Guerre mondiale peut être mieux appréciée en regardant ce qu’elles ont vécu pendant leur service. Ces femmes ont quitté leur famille et leur foyer pour répondre à l’appel du devoir et servir leur pays. Leur engagement envers leur travail, le Canada et, surtout, leurs patients, permet de vraiment mesurer le profond impact qu’elles ont eu sur l’effort de guerre canadien.

Photographie en noir et blanc montrant une femme dans un uniforme d'infirmière assise sur le bord d'une table. Elle regarde directement le photographe et affiche un léger sourire.

Une infirmière militaire non identifiée (MIKAN 3523169)

Bibliothèque et Archives Canada possède une variété de documents – publiés et d’archives – sur l’histoire des infirmières militaires. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples :

Gros plan sur leur vie quotidienne

Plusieurs publications récentes donnent un aperçu de ce que les infirmières militaires ont vécu pendant la Première Guerre mondiale. Certaines portent sur les témoignages individuels des infirmières :

It Was Their War Too: Canadian Women and World War I de Pat Staton offre une perspective plus générale de leur contribution à l’effort de guerre.

Photographie en noir et blanc montrant deux infirmières militaires debout au chevet de deux hommes blessés.

Deux infirmières militaires avec des soldats blessés dans une chambre du Queen’s Canadian Military Hospital à Shorncliffe, Kent, en Angleterre, vers 1916 (MIKAN 3604423)

Dans la collection d’archives, nous avons la chance d’avoir les fonds complets pour six de ces infirmières, ce qui nous permet de mieux comprendre ce que ces femmes ont vécu au front. Apprenez-en davantage sur Sophie Hoerner et Alice Isaacson, qui ont servi en France, ou Dorothy Cotton, qui a servi en Russie. Vous pouvez aussi vous renseigner sur Anne E. Ross, Laura Gamble et Ruby Peterkin, qui ont toutes servi en Grèce.

Vous cherchez une infirmière militaire en particulier?

Si vous cherchez des informations sur une infirmière militaire qui a servi dans le corps expéditionnaire canadien, vous la trouverez probablement dans la base de données Soldats de la Première Guerre mondiale. En règle générale, les infirmières peuvent facilement être identifiées par leur rang, généralement indiqué par « NS ». Il importe de noter que beaucoup de femmes ont servi avec les Forces britanniques par l’entremise des Infirmières de l’Ordre de Victoria ou d’Ambulance Saint-Jean.

Autres ressources :

Numérisation des dossiers du Corps expéditionnaire canadien – Mise à jour de juillet 2015

À ce jour, 171 771 des 640 000 dossiers sont accessibles à partir de notre base de données Soldats de la Première Guerre mondiale : 1914‑1918. S’il-vous plaît visitez la page sur la numérisation des dossiers de service du Corps expéditionnaire canadien pour plus d’information sur ce projet de numérisation.

BAC numérise les dossiers de service systématiquement, à partir de la première boîte à la boîte no 10 686, ce qui correspond à peu près à l’ordre alphabétique. Veuillez noter qu’au fil des années, le contenu de certaines boîtes a dû être déplacé. Ainsi, un nom censé avoir été numérisé se trouve peut-être maintenant dans une autre boîte qui n’a pas encore été numérisée. À ce jour, nous avons numérisé :

  • de « A » à Dagenais (boîtes 1 à 2257)
  • Free à Gorman (boîtes 3298 à 3658)

Malheureusement, en raison de circonstances imprévues, les boîtes suivantes n’ont pas pu être numérisées mais ils le seront dans les prochains mois.

  • Dagenais à Fredlund (boîtes 2258 à 3297)

Veuillez s’il vous plaît vérifier la base de données régulièrement pour voir les nouveaux ajouts. Si vous avez encore des questions après avoir regardé dans la base de données, vous pouvez nous contacter directement au 1-866-578-7777 pour obtenir plus d’aide.