Images du Canada à Ypres maintenant sur Flickr

Ypres, la dernière grande ville belge contrôlée par les Alliés pendant la Première Guerre mondiale, protège les ports français sur la Manche et doit à ce titre être défendue à tout prix. Les Forces canadiennes jouent un rôle crucial au cours de nombreux combats qui se déroulent dans la ville et les environs.

Des images sur l’immigration maintenant sur Flickr

Le Canada se distingue de la plupart des autres pays par la diversité de sa population. Notre mosaïque culturelle, ethnique et linguistique se reflète dans le patrimoine varié de Bibliothèque et Archives Canada associé aux divers groupes ethnoculturels. March 26, 2015

Les premières photographies canadiennes de voyage maintenant sur Flickr

Le concept du tourisme canadien apparaît au début du XIXe siècle. Les moyens de transport améliorés, comme les nouveaux chemins de fer traversant le pays, facilitent les voyages d’agrément et permettent aux gens la possibilité d’admirer les nombreuses merveilles et réalisations modernes du pays.

La photographie constituait alors le moyen d’expression idéal pour attirer des visiteurs potentiels. Les entreprises de transport embauchaient des photographes pour représenter les paysages majestueux dans le but de promouvoir les destinations. Ces images représentaient un élément essentiel de l’industrie florissante du tourisme avant d’avoir à rivaliser avec les photographes amateurs, avides de créer leurs propres souvenirs de voyage. Les images réalisées au cours de cette période ont aidé à définir le pays et ont établi une certaine identité nationale en présentant des images de paysages canadiens, aujourd’hui emblématique, à la population.

Les premières photographies canadiennes de voyage maintenant sur Flickr

Images de carnavals d’hiver maintenant sur Flickr

Les colons qui arrivent au Canada ont droit à toute une surprise lorsqu’ils doivent affronter un de nos longs, sombres et rigoureux hivers pour la première fois.

Ils peuvent soit se laisser vaincre par l’hiver et s’enfermer jusqu’au printemps, soit s’adapter et trouver des moyens de combattre la rudesse du climat. Comme le montrent les carnavals d’hiver qui sont célébrés encore de nos jours, ils choisissent la deuxième option. Ainsi, les citoyens de villes comme Québec, Ottawa, Montréal, Niagara Falls, Toronto et Vancouver peuvent faire du sport, assister à des spectacles de musique et de lumière, vivre des expériences gastronomiques et admirer des sculptures de glace, le tout en plein air

Images de la 1re Division canadienne maintenant sur Flickr

Quand la guerre opposant l’Allemagne et ses alliés à l’Angleterre et à la France éclate en 1914, le premier ministre canadien, sir Robert Borden, offre immédiatement son aide en levant un contingent pour défendre l’Europe. Le recrutement des volontaires commence en août 1914.

Bien que sa petite armée se limite à environ 3 000 soldats, une modeste marine de guerre et quelques unités de milice, le Canada réussit en quelques mois à recruter à peu près 35 000 hommes. Ces derniers sont postés à Valcartier, au nord-ouest de Québec, où ils sont entraînés et regroupés en bataillons au sein du Corps expéditionnaire canadien, formant ainsi la 1re Division canadienne.

Forte de 31 000 hommes, la Division est transportée outre-mer par convoi pour y poursuivre son entraînement dans la plaine de Salisbury, en Angleterre, durant l’hiver 1914; elle est finalement envoyée en France en février 1915. La 1re Division canadienne participe à de nombreuses batailles jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, notamment au saillant d’Ypres (la 2e bataille d’Ypres), à Festubert, à Givenchy-en-Gohelle, sur la Somme et à la crête de Vimy; elle est toujours active de nos jours. L’histoire de la 1re Division canadienne est longue, riche et glorieuse, inspirée par sa devise : « Agile, polyvalent, prêt ».

Images concernant le Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique

Le Plan d’entraînement aérien du Commonwealth britannique mis au point pendant la Deuxième Guerre mondiale permet de mobiliser les experts canadiens, de construire des aérodromes, d’effectuer des recherches sur le perfectionnement de l’équipement et de fournir un entraînement et des ressources d’une valeur inestimable aux aviateurs du Commonwealth.

L’accord relatif au Plan est signé en 1939 et sera en vigueur de 1940 à 1945. Pendant cette période, environ 150 écoles sont fondées partout au Canada. Plus de 104 000 hommes et femmes participent aux opérations au sol. Durant la guerre, 131 553 aviateurs formés grâce à ce plan, dont des pilotes, des radiotélégraphistes à terre, des mitrailleurs de bord et des navigateurs, iront grossir les rangs des forces aériennes britannique, australienne, néo zélandaise et canadienne.

Images du hockey dans la vie quotidienne maintenant sur Flickr

Le hockey est si populaire au Canada que de nombreuses villes se vantent d’avoir inventé ce sport, dont Halifax, Windsor et Kingston.

Certaines des premières rencontres sont connues, comme la partie de hockey intérieur disputée en 1875 à la patinoire de Victoria, à Montréal, et le tournoi de hockey du carnaval d’hiver de Montréal, en 1883, qui oppose des équipes d’Ottawa et de Québec. Il y a même des associations amateurs qui se forment pour faire la promotion du sport au Canada.

Images des contributions du Canada dans le passage de Mourmansk maintenant sur Flickr

Au début de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne envahit et occupe plusieurs pays voisins en Europe. Des approvisionnements et du matériel de guerre sont transportés par-delà l’océan Atlantique pour soutenir, en Angleterre, l’effort de guerre des Alliés. Toutefois, la bataille de l’Atlantique, au cours de laquelle les convois alliés jouent au chat et à la souris avec les sous-marins allemands, fait rage.